Marc-André Lussier

Marc-André Lussier - Auteur
  • Le blogue de Marc-André Lussier

    Journaliste à La Presse depuis 1995, Marc-André Lussier est fou de cinéma...
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 9 novembre 2012 | Mise en ligne à 11h00 | Commenter Commentaires (30)

    La vie sexuelle de James Bond…

    Skyfall - 1

    Daniel Craig et Javier Bardem

    Depuis 50 ans, James Bond est le symbole même du séducteur viril. 007 aligne les conquêtes féminines en moins de temps qu’il ne faut pour commander un martini. Mon comparse Cassivi consacre d’ailleurs sa chronique de samedi à l’image que véhicule le personnage au gré de ses aventures.

    Un tableau assez marrant, dans lequel toutes les escapades sexuelles de James Bond sont recensées, circule sur le web depuis quelques jours. On y apprend en outre qu’à l’écran, le serviteur de Sa Majesté a été montré 75 fois en pleine action en honorant pas moins de 53 jolies dames, parfois dans un cadre plus qu’exotique (un vaisseau spatial par exemple).

    Tableau The Nymphographic, mis en ligne par Tiny Master sur Visual.ly.

    Le compte-rendu de Movieline.

    Cela dit, la vie sexuelle de James Bond semble être encore plus riche que ce qu’on a bien voulu nous montrer dans les films. C’est ce qu’on suggère dans Skyfall du moins. À la toute fin de ma chronique hebdomadaire publiée la semaine dernière, j’ai écrit ceci : Avec une réplique, une seule, la plus savoureuse de Skyfall, James Bond contribue probablement davantage à l’évolution des mentalités que toutes les campagnes contre l’homophobie réunies. Bravo.

    Évidemment, des lecteurs m’ont écrit pour me demander de leur révéler la teneur de la réplique en question. Mais ils n’ont rien pu tirer de moi. Tel un Bond ligoté sur sa chaise, je n’ai point craché de secret. Même sous la torture.

    Mais le fait est que le passé sexuel de monsieur Bond, lequel comprendrait peut-être aussi des expériences conjuguées au masculin, commence à faire jaser. Lors de la rencontre de presse à laquelle j’ai pu assister à New York, Daniel Craig s’en est d’ailleurs beaucoup amusé. «C’est un flirt magnifique, a-t-il dit. Et Javier joue cette carte à fond. Je trouve ça formidable car je ne vois pas le monde en terme de division sexuelle personnellement. Et d’une certaine façon, ça fait aussi partie du travail d’un agent comme Bond !»

    De son côté, le scénariste John Logan a discuté de cet aspect des choses la semaine dernière. Ses propos sont rapportés par le Hollywood Reporter.

    «Certains croient que ma propre orientation sexuelle y est pour quelque chose mais il n’en est rien, a déclaré Logan. En discutant avec Sam (Mendes), on s’est rendu compte qu’il y a plusieurs scènes où Bond y va mano-a-mano avec son rival, qu’il s’agisse de Dr. No, Goldfinger, ou peu importe. Il y a déjà eu tellement de jeux du chat et de la souris pour intimider Bond, que nous avons pensé à l’intimidation sexuelle pour rendre le spectateur vraiment inconfortable. Nous avons ainsi joué la carte homo-érotique, laquelle fut souvent présente en sous-texte avec des personnages comme Scaramanga dans The Man with the Golden Gun, ou Dr. No.

    Que ce passé existe ou pas dans la réalité sexuelle de James Bond, il reste que les scénaristes ont trouvé le moyen de suggérer la chose de façon tout à fait drôle et savoureuse, sans en faire un drame. Bond est assez à l’aise dans sa peau pour tout assumer.

    Cela dit, cette nouvelle approche ne semble pas faire l’unanimité. Dans le Wall Street Journal, Andrew Roberts se demande ce qu’ils ont fait avec James Bond. La réponse est simple pourtant : ils l’ont rendu plus humain. Et ils en ont fait un homme de notre époque.

    D’autres liens :

    L’article du Hollywood Reporter.

    Daniel Craig : retour aux sources.

    Javier Bardem : le plaisir de l’inconfort.

    Sam Mendes : Là où Bond n’est jamais allé.

    Les 2 Marc discutent de Skyfall.

    Ma critique de Skyfall.

    Bond le macho socialement acceptable (chronique de Marc Cassivi).

    Compte Twitter : @MALussier


    • Malheureusement votre collègue du Soleil a, lui, volé le “punch” sans vergogne.

    • Et si ce n’était que de l’humour British…. On joue sur la psychologie, la tricherie fait partie de la game….

    • Vous ne devriez pas avoir cette pudeur, un de vos collègues blogueur à La Presse a dévoilé la réplique en question, et ce n’était pas la première fois ;)

    • ..Come on! Cette réplique de Bond n’est qu’une autre énième manifestation de l’utilisation du pouvoir. Avec cette réplique, que je ne citerai pas par respect pour la retenue du blogueur qui s’en est abstenu, Bond ne fait que dire à l’autre que sa prétention est illusoire. Cette affirmation n’est peut-être qu’une antiphrase destinée à remettre l’autre à sa place.

    • James Bond sera toujours un hétéro, un peu matcho, invétéré. L’histoire de la possible avaneture homosexuelle, c’est de la frime pour narguer Silva rien de plus. Ce serait dénaturé le personnage personnage de le rendre «flexible» côté sexuel :)

    • Les Britanniques ont un tel engouement pour leur fond de culotte, un tel mélange de répugnance et de fascination qu’on ne retrouve nulle part ailleurs.

      Le scabreux et le victorien au même programme… et l’humour british pour faire passer tout ça!

      Récemment, d’une source britannique également, Tintin est gai; le butler Nestor et la Castafiore sont la même personne; Sherlock Holmes et le Dr. Watson; Conrad Black est devenu.. en prison; etc…

    • Moi j’ai un point de vue différent là-dessus.

      Bonjour !

      Le nouveau James Bond est sorti, mais je vais passer mon tour. Je considère qu’on a détruit le personnage. Évidemment, cela ne nuira pas au succès du film. Les cinéphiles n’y verront que du feu. Et les critiques ont à peine souligné ce détail tellement les valeurs de notre société ressemblent de plus en plus à une bouillie infecte, une macédoine irrespectueuse. On a dénaturé l’agent 007 en lui ajoutant une touche d’homosexualité, comme s’il s’agissait d’un simple retouche de Photoshop.

      Juste une réplique pourtant, mais une goutte de nitroglycérine suffit pour faire bien des ravages. James Bond subit les avances de son ennemi et finit par lui dire : Qui vous faire croire que c’est la première fois ? James Bond gay !!!! Non, ça ne marche pas ! C’est totalement hors-champ. C’est comme Séraphin généreux, comme une fin heureuse à Roméo et Juliette, comme Elvis Gratton souverainiste.

      On en est rendu là. James Bond a 50 ans et prend un solide coup de vieux. Il n’existe plus ce genre d’hommes. Pour satisfaire les diktats du marché du cinéma, il a fallu l’adapter au goût du jour, tant pis pour les fans, vous êtes vieux jeu, démodés, même homophobes. Parce que le film connaît un succès comme si de rien n’était.

      Je comprends maintenant pourquoi Pierre Falardeau n’avait pas embarqué dans le projet de télé-série sur Elvis Gratton. On dénaturait le personnage. Cela devenait du n’importe quoi. Ce qui me fait dire qu’on vit dans une société païenne, qui n’a plus aucun respect.

      Daniel Labonté

    • Eh ! Est-ce normal ? Mon message quand je suis déconnecté, ne paraît, mais celui des autres oui !

    • Est-ce qu’on parle de James Bande ? Oups.. s’cusez me suis trompé de blogue! C’est une blague mais y’a sûrement un acteur porno avec ce nom, non?

    • Il ne faut pas oublier que plusieurs relations ont eu lieu dans un contexte ou Bond faisait son “travail”, utlisait tous les “moyens” a sa disposition pour obtenir de l’information et mener sa mission a bien. Dans Thunderball il declare haut et clair qu’il l’a fait pour “Queen and country”.

      SVP a tous ne devoilez pas trop de l’intrigue, la ou je suis, Skyfall sort seulement dans 2 semaines et je lis la Presse regulierement !

    • Si je peux me permettre, en réponse à Jean François Couture, je regrette mais ce n’est pas une antiphrase pour remettre l’autre à sa place, parce que la réplique ouvre une porte qui entretient l’équivoque, alors qu’il aurait fallu opter pour plus clair, tout en restant subtil.

      Une réplique du genre : Vous perdez votre temps. Vous n’êtes pas mon genre. Vous avez trop de poils sur le menton. Ou encore : Désolé ! La seule chose qui risque de lever, c’est mon envie de vomir ! Ou celle-ci : Essayez plutôt une lettre d’amour. On sait jamais, je pourrais y répondre, si jamais je trouve le temps !

      Quelque chose qui dissipe le doute et qui ne dénature pas le personnage. Or, ce n’est pas le cas ici.

      Sherlock Holmes est un détective, Arsène Lupin un voleur, pas le contraire. Un lièvre est rapide, une tortue lente, c’est la nature des choses. Ici, c’est la nature du personnage qu’on n’a pas respectée. Pour moi, il n’y a pas de deuxième, ni de troisième degré qui tienne, c’est raté, un point c’est tout.

    • Je l’ai vu aujourd’hui, je suis bien déçu, c’est pas un James Bond ce film, c’est plus proche de Jason Bourne que de Bond, peu ou pas de gadgets, pas de belles femmes, pas de martini shake but no stirred, pas de méchant avec de la classe qui vit dans un certain luxe, pas de voiture de luxe, depuis la venue de Daniel Craig ont moumounise James Bond de plus en plus, Casino Royale promettait pour relancer la franchise, mais Quantum of solace et Sky fall, c’est bien décevant.

    • @danilelabonte. Vous relirez l’œuvre de Flemming et vous verrez que l’homosexualité est fortement présente dans son œuvre…. De plus, la référence dans Skyfall est plus de la boutade qu’une dénature du personnage…. Avant de parler on s’assure de maîtriser son sujet…. Élémentaire.

    • @lecumedesjours Pardon !!! L’homosexualité est fortement présente dans l’oeuvre de Flemming ? Où ça ? Et je parle à travers mon chapeau quand je dis qu’on dénature le personnage ??? Une boutade cette réplique ? C’est vous qui dites n’importe quoi. Et je ne perdrai pas mon temps à discuter avec vous, quand je vois que des gens comme Teddybear ont remarqué la même chose que moi.

    • En parallèle avec le sujet… Pierce Brosnan lui ne plaisantait pas avec cela ;) :

      http://www.youtube.com/watch?v=xTyEKuk6rf8

      Par ailleurs, les producteurs de l’époque avaient des craintes que George Lazenby soit homosexuel, alors que pas du tout.

      Le James Bond moderne boit de la Heineken ? C’est pas un peu décevant comme choix de bière ? Beaucoup de bières sont mieux cotées.

    • @daniel… Désolé je n’ai pas voulu être impoli, mon commentaire se voulais sur l’oeuvre en général pas Bond lui même… Si tu relis Goldfinger, From Russia with Love – les personnages lesbiens y sont très présents…. Idem pour Diamonds are forever avec Witt & Kidd ou l’homosexualité des personnages est présente…

      Ainsi, une seule réplique ferait de James Bond un personnage homo…come on…. soyons sérieux… C’est bien plus une réplique typiquement British Humor….

      Pour une fois que la série approfondie le coté sombre de Bond au lieu du coté gadget ou pseudo comique – comme ce fut le cas durant la période Moore…. Quelle bonne idée d’avoir M comme Bond girl…

      Quant à l’appréciation de Teddybear, il semble la regarder à travers le prisme que Hollywwod en a fait… BTW chercher les voitures de luxe et les gadgets dans Dr No ou From Russia with love…

    • @lecumedesjours Dans From Russia With Love, oui j’ai noté comme vous, une caresse lesbienne mais la jeune espionne russe n’est pas lesbienne du tout. Dans Diamonds Are Forever, Witt & Kidd donnent du fil à retordre à Bond, avec leur maîtrise des arts martiaux totalement surréaliste, mais cela n’en fait pas des lesbiennes pour autant. Encore que ces personnages sont très secondaires.

      Quant à la réplique, je ne vois rien d’humour british là-dedans. Il n’y a rien d’humoristique dans cette réplique, ni de délicieux. Si un homme vous répondait : Qu’est-ce qui te fait croire que c’est la première fois ? Vous pourriez trouver cela drôle, si vous connaissez très bien la personne. Mais dans ce cas-ci, on parle d’un personnage célèbre, qui n’a jamais eu cette image ambivalente.

      Quant à Teddybear, il est tout à fait raisonnable de le voir à travers le prisme de Hollywood. Faut-il vous rappeler que le Canada et les USA sont le même marché côté cinéma et musique ? Donc, c’est normal qu’il le voit ainsi.

    • @daniel… je me réfere aux livres… pas aux films…. Witt et Kitt ne sont pas les filles (personnages qui n’existent pas dans le livre si je me souviens bien) mais les 2 tueurs ouvertement gays dans le livre et encore plus dans les films…

      Ce que je veux dire en terme d’humour British, comment faire perdre les moyens a quelqu’un – dans ce cas – en jouant son jeu tout simplement. Hollywood a déformé l’oeuvre de Fleming – tout simplement…

      Il semble qu’on a une divergence d’opinion sur le sujet mais qu’importe…. une réplique ne m’empêche pas d’apprécier le film – surtout quand on voit le film au complet et qu’on ne s’arrete pas seulement sur une scene de 45 secondes….

    • BTW chercher les voitures de luxe et les gadgets dans Dr No ou From Russia with love…

      Le repaire du Dr. No en-dessous de la mer, ses mains gantés qui semblent doués d’une force singulière, dans From Russia with love, la malette de James Bond avec le couteau,si on l’ouvre de la mauvaise facon y’a un nuage de fumée qui s’en dégage, la montre que le méchant porte avec le fil de fer a l’intérieur pour étrangler Bond pendant la scène dans le wagon de train. Même pas la moitié de ça dans Skyfall, Bond se défend avec le vieux fusil de son paternel. Fais sauter une bonbonne de propane dans maison, on est loin de James Bond, mais on s’approche de MacGiver, se défendre avec les moyens du bord.

    • Une malette, une montre avec un fil d’acier et un couteau… très gadget en effet… CQFD…. Pour Skyfall en effet les gadget n’y sont pas – est-ce que ca en fait un moins bon film… personnellement j’aime mieux une intrigue mieux construite qu’une BMW qui devient invisible… comme le scenario de certains films des fois…lol

    • Une malette, une montre avec un fil d’acier et un couteau… très gadget en effet… CQFD…. Pour Skyfall en effet les gadget n’y sont pas – est-ce que ça en fait un moins bon film?
      Non , mais ça en fait pas un bon film de James Bond.

    • James Bon est pas Jason Bourne.

    • “personnellement j’aime mieux une intrigue mieux construite qu’une BMW qui devient invisible… comme le scenario de certains films des fois…lol”

      C’est vrai, des fois ils ont pousser ca trop loin, Moonraker pour exemple, mais James Bond, c’est le brave soldat qui fait tout, for queen and country, qui a pas de sentiments, un super héros et on est en train d’en faire quelqu’un d’ordinaire et on se demande pourq

    • pourquoi les salles de cinéma se vident, faites-nous rêver un peu.

    • Si ça continue de même , on va nous montrer James Bond et Batman assis dans cuisine en train de faire leur rapport d’impôt, juste pour que ça fasse vrai. Y’a des limites un moment donné.

    • C’est un peu gros… Il y a quand même bcp d’action dans Skyfall. Juste pas celle que tu aurais voulu….

    • J’aimerais répliquer à L’écume des jours et Teddy Bear concernant l’humour british et la moumounisation de James Bond.

      Regardez le début de Goldfinger, il arrive en homme-grenouille, fait sauter une bombe et enlève son costume. Et qu’est-ce qu’il a en-dessous ? Un beau smoking impeccable, il est fin prêt pour aller prendre son martini au casino, et oups, croise d’un regard une jeune et jolie jeune femme qui l’invite dans sa chambre et, oh quel sens de l’observation, il détecte dans l’oeil de la jeune femme, un homme qui veut l’assommer dans son dos. Il se retourne juste à temps pour se défendre. Et vlan, et voilà, c’est ça l’humour british dans James Bond !

      James Bond, c’est l’agent secret aux mille gadgets, faussement ingénieux, mais qui le sortent toujours d’affaire. Il peut se lancer du haut d’un avion et atterrir sur le toit d’un train, pour se battre et réussir à s’en sauver, avant que le train n’entre dans un tunnel. Et une fois le sale boulot terminé, descendre dans le wagon-restaurant, prendre son martini et croiser du regard une jeune et jolie femme qui l’invite en guise de récompense. C’est ça l’humour british dans James Bond pour moi.

      Quand James se bat, il s’en sort toujours sans aucunes égratignures, ses vêtements restent propres. Il ne fait que retoucher sa chevelure, c’est tout. C’est ça pour moi l’humour british dans James Bond. Entre deux martinis et une pitoune, James sauve le monde occidental des méchants communistes.

      Mais depuis l’arrivée de Daniel Craig, on en a fait un métrosexuel au service de ses majestés féministes. C’est là que je rejoins Teddy Bear, on a moumounisé James Bond. On en a fait un pur produit du féminisme moderne. Bien sûr James peut avoir des sentiments, mais le fun de regarder James Bond, ce n’est pas d’explorer son univers sentimental, ni de dégriffer sa soidisante misogynie. C’est de rêver un peu, car on n’y croit pas, on s’amuse à y croire. C’est comme Indiana Jones qui récupère son chapeau juste à temps, juste une seconde avant que la porte de la grotte se referme sur son bras. C’est le héros qu’il ne faut pas prendre au sérieux. Ce n’est que du cinéma, même s’il était une figure de roman avant.

      Mais il est rendu où cet humour dans Skyfall ? Drôle d’humour de laisser croire qu’il est gay ! Vous trouvez pas ?

      Une précision : personne ne suggère que James Bond est gai. On sous-entend plutôt qu’il aurait peut-être – peut-être – aussi eu des expériences sexuelles avec des mecs. Auquel cas, il aurait flirté avec la bisexualité. M-A. L.

    • Merci a Daniel et Teddy – bel échange malgré nos points de vue respectifs qui sont divergeants. Je crois que la différence majeure vient du fait que je compare l’oeuvre cinématographique et les romans alors que vous, vous vous confinez à l’oeuvre cinématographique seulement.

      Le but n’est pas de changer nos opinions respectives mais d’en débattre… ce qui fut fort agréable.. denier post pour moi….

      A M-A. L – j’ose croire que l’on ne le suggére même pas mais que c’est une rebuffade psychologique pour déstabiliser l’adversaire, le jeu du chat et de la souris dans un plan pour triompher… Du moins c’est comme ça que je l’ai compris… ou bien voulu le comprendre

    • Oups petit point – je comparais à Casino Royale, lors de la séance d torture où il en redemande – c’est une rebuffade, tout le monde comprend qu’il n’y tient pas vraiment, mais le but est de déstabiliser l’autre…. Purement British… ou Scotish…

    • Je ne suis pas d’accord avec la précision de Marc-André Lussier, car la réplique est faite dans une scène où il se fait flirter. La scène est tendancieuse, autant que la réplique. Et ni même l’ombre d’une suggestion n’est acceptable dans les films de James Bond. Il ne faut pas d’équivoque. Je maintiens mon point. Bel échange avec Teddy Bear et L’écume des jours.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    octobre 2014
    L Ma Me J V S D
    « sept    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité