Marc-André Lussier

Marc-André Lussier - Auteur
  • Le blogue de Marc-André Lussier

    Journaliste à La Presse depuis 1995, Marc-André Lussier est fou de cinéma...
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 24 octobre 2012 | Mise en ligne à 21h52 | Commenter Commentaires (4)

    Skyfall : Encore deux semaines? Sérieux?

    Skyfall - Affiche US 1

    On comprend mal les stratégies qu’empruntent les grands studios parfois. Depuis quelque temps, il arrive de plus en plus fréquemment dirait-on que de grandes superproductions attendues prennent d’abord l’affiche en Europe avant d’aboutir en Amérique. Cette année, ce fut notamment le cas de Prometheus, ou de Ice Age 4 (pour ne citer que deux exemples qui me viennent spontanément à l’esprit). Habituellement, le décalage entre les sorties sur les deux continents ne dépasse guère une semaine, cela dit. Je parle évidemment ici de films hollywoodiens qui prennent l’affiche en Europe avant l’Amérique. Le décalage peut parfois être beaucoup lus long dans l’autre sens.

    Skyfall prend l’affiche en Grande-Bretagne et en France dès vendredi. Or, le James Bond no. 23 prendra l’affiche seulement deux semaines plus tard en Amérique du Nord (le 9 novembre). Compte tenu de l’imposante couverture médiatique qu’entraîne tout ce qui est lié aux aventures du plus célèbre agent secret de Sa Majesté, ce décalage me semble exagéré. D’autant que Skyfall, que j’ai eu le plaisir de voir en projection de presse à New York la semaine dernière, comporte des surprises qu’il vaut mieux ne pas connaître avant de voir le film. Bien honnêtement, je trouve qu’on abuse un peu de la patience des spectateurs nord-américains dans ce cas-ci.

    Voici une chronique que j’ai écrite la semaine dernière sur Bond.

    C’est un genre d’exploit. Peut-être encore plus spectaculaire que la plus palpitante des poursuites sur la Tamise. Pendant toute la durée de la production de Skyfall, le nouveau James Bond, aucun élément du scénario n’a filtré publiquement, si ce n’est la présence de Javier Bardem dans le rôle du vilain de l’histoire. En cette ère où la moindre rumeur trouve instantanément son chemin dans les médias sociaux, les productions d’envergure ont pourtant beaucoup plus de mal à garder leurs secrets. Bien sûr, des clauses de confidentialité sont habituellement incluses dans les contrats des artisans, mais il est quand même assez rare qu’aucune information ne coule d’une façon ou d’une autre. «Dans le contexte dans lequel on évolue, on ne peut exercer un contrôle absolu, faisait remarquer lundi le producteur Michael G. Wilson. Même si on essaie de réduire les risques de fuites le plus possible, il reste quand même qu’environ 300 copies du scénario circulent.»

    En Grande-Bretagne, Skyfall prend l’affiche vendredi prochain, deux semaines avant sa sortie en Amérique du Nord (le 9 novembre). Or, des rencontres de presse ont déjà été tenues à New York. Les journalistes britanniques ont aussi vu le film. C’est dire que les mystères ont été révélés au grand jour à des dizaines de scribes. Et le risque que quelques-uns d’entre eux en disent trop est aujourd’hui beaucoup plus grand.

    «C’est fou, commentait le réalisateur Sam Mendes. J’ai mis la touche finale au film mardi dernier et trois jours plus tard, je lisais déjà des critiques !»

    Les journaux spécialisés, Variety, Hollywood Reporter et compagnie, se sont en effet empressés de publier leur recension, sans toutefois vendre la mèche à propos des points forts de l’histoire. Sur les réseaux sociaux, plusieurs journalistes – la plupart sont emballés par Skyfall – n’ont pu s’empêcher de faire écho à leur enthousiasme. Quelques-uns d’entre eux ont même écrit sur Twitter qu’il s’agit carrément du meilleur film de la franchise. D’autres prédisent une nomination aux Oscars pour Bardem. Un autre a demandé qu’on prévienne Mendes car il compte l’embrasser sur la bouche la prochaine fois qu’il le croisera…

    Le plus beau de l’affaire : les secrets du film sont toujours bien gardés. Ceux-ci n’ont rien de «choquant» remarquez, mais il est clair qu’avec Skyfall, on tente de donner un nouvel élan aux aventures du plus célèbre agent secret de Sa Majesté. Indéniablement, on amorce un nouveau cycle.

    Relancer la série

    Il est à noter que ce James Bond no. 23 n’a pas été conçu spécifiquement pour célébrer le 50e anniversaire de la plus ancienne série cinématographique du monde. Cela dit, les producteurs n’ont pas voulu rater leur coup non plus. Même si l’opus précédent, Quantum of Solace, fut un très grand succès commercial, personne (ou presque) n’en fut satisfait. Ni le public, ni ses artisans. Au palmarès des films de la série, Quantum of Solace est souvent classé parmi les pires. Daniel Craig, qui enfile le costard de 007 pour une troisième fois dans Skyfall, avait d’ailleurs déclaré qu’ils (les artisans de Quantum) s’étaient «fait baiser», piégés par une production minée par un conflit. «On avait à peine une ligne directrice en guise de scénario et on n’a rien pu y faire à cause de la grève des scénaristes. Je me suis répété : plus jamais ça !». Le message, visiblement, a été entendu.

    Faisant jusque là appel à d’habiles faiseurs, Barbara Broccoli et Michael G. Wilson ont cette fois embauché une pointure. Sam Mendes, lauréat d’un Oscar (American Beauty), fait partie de ces cinéastes capables de proposer une vision d’auteur, tout en respectant le «cahier des charges». Aussi, les scénaristes (le très respecté John Logan – Gladiator, Hugo – a travaillé au script avec les vétérans Neal Purvis et Robert Wade) ont tenu à camper l’intrigue dans un contexte plus réaliste, histoire de faire écho à un monde pour le moins différent de celui dans lequel Dr. No est né.

    Surtout, on a voulu confronter cette fois James Bond à un rival de taille, aussi flamboyant qu’inquiétant. À cet égard, la rencontre au sommet entre Daniel Craig et Javier Bardem comble les attentes.

    À New York, l’acteur espagnol racontait à quel point il était impressionné par la mythologie entourant les films de James Bond. Il en avait même perdu sa concentration lors du tournage d’une scène. «Et une autre fois, Judi Dench avait oublié d’éteindre son téléphone. J’ai craqué quand je me suis rendu compte que la sonnerie de son portable était le motif musical de Bond !»

    Pas étonnant qu’avec une telle résonance dans l’imaginaire collectif, tout le monde se fait complice pour ne gâcher le plaisir de personne. Il y a d’ailleurs fort à parier que la consigne soit toujours respectée entre spectateurs une fois le film à l’affiche. Et c’est très bien ainsi.

    Pour vous faire patienter un peu :


    Lien YouTube.

    Compte Twitter : @MALussier


    • Bonjour M. Lussier,

      Je ne voudrais pas vous contredire, toutefois, les films de la série James Bond sont depuis toujours lancés en Grande-Bretagne et en France deux semaines avant la sortie nord-américaine. C’est une tradition qui remonte, à ma connaissance, au moins aux années 70, si ce n’est pas davantage. Il s’est toujours écoulé deux semaines entre les sorties européennes et nord-américaines de 007. À dire vrai, c’est une véritable tradition. Bien qu’il soit question d’une production hollywoodienne, puisque distribuée par Sony Pictures et Metro-Goldwyn-Mayer, il demeure que James Bond est considéré comme une «institution britannique».

      Néanmoins, j’ai remarqué comme vous que la pratique se répand à d’autres produits hollywoodiens. Dans ces cas-là, je ne m’explique pas non plus le report de deux semaines entre les deux continents…

      Comme vous, j’ai hâte qu’il atterrisse dans les salles du Québec. «Quantum of Solace» a déjà quatre ans, il est temps que «Skyfall» remette James sur les rails.

      Au plaisir, M. Lussier!

    • Deux semaines? Je risque une réponse! On consacre 200 millions pour la promotion du film. C’est peut-être le temps qu’il faut pour écouler ce montant…

    • En tout cas c’est pas Xavier Dolan qui oserait lancer son film en Europe avant de le lancer au Québec. N’est-ce pas monsieur Lussier ?

    • Quel est ma surprise d’apprendre que…le film est sorti dans plusieurs pays d’Amérique Latine!! C’est insultant!! Au Mexique par exemple…il sortait aujourd’hui :-S

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • publicité

  • Calendrier

    octobre 2014
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité