Marc-André Lussier

Marc-André Lussier - Auteur
  • Le blogue de Marc-André Lussier

    Journaliste à La Presse depuis 1995, Marc-André Lussier est fou de cinéma...
  • Lire la suite »

    Partage

    Samedi 5 mai 2012 | Mise en ligne à 7h46 | Commenter Aucun commentaire

    Quelque chose comme un grand film…

    Mon oncle Antoine - 1

    Jean Duceppe dans Mon oncle Antoine

    Qu’est-ce qu’un grand film ? La question est régulièrement posée aux critiques de cinéma. Et elle est habituellement assortie d’une demande d’explication sur le système des cotes accordées aux différentes productions à l’affiche dans nos salles de cinéma. Il n’y a malheureusement pas de réponses précises. Ni dans un cas, ni dans l’autre. Un film pourra être «grand» aux yeux de quelqu’un parce qu’il touche une part plus intime de son être, et tout aussi «grand» dans l’esprit de son voisin pour des raisons qui auront davantage à voir avec ses valeurs artistiques. Quant au système de cotes, une part de subjectivité entre bien entendu en ligne de compte, mais pas seulement. Une chose est certaine toutefois : la notion de «chef d’œuvre instantané» est antinomique. Pour atteindre ce noble statut, une œuvre doit en effet résister à l’épreuve du temps.

    Des 10 longs métrages nouvellement classés «chefs d’œuvre» par l’agence de presse Mediafilm.ca, le plus récent est déjà âgé d’un peu plus de 25 ans (Le Sacrifice d’Andrei Tarkovski – 1986). Trois d’entre eux ont été produits dans les années 80 (outre Le Sacrifice, Fanny et Alexandre d’Ingmar Bergman, 1982; et Paris, Texas de Wim Wenders, 1984); cinq dans les années 70 (Mon oncle Antoine de Claude Jutra, 1971; A Woman Under the Influence de John Cassavetes, 1974; Les ordres de Michel Brault, 1974; One Flew Over the Cuckoo’s Nest de Milos Forman, 1975; Le tambour de Volker Schlöndorff, 1979); et deux dans les années 60 (Belle de jour de Luis Bunuel, 1967; Bonnie & Clyde d’Arthur Penn, 1967).

    Parmi les 145 longs métrages élevés au rang de chef d’œuvre (cote 1) jusqu’à maintenant chez Mediafilm.ca, trois ont été produits chez nous. Deux d’entre eux, Pour la suite du monde (Pierre Perrault et Michel Brault) et Les ordres (Michel Brault), ont eu l’honneur d’être sélectionnés en compétition officielle au Festival de Cannes. Le chef d’œuvre de Michel Brault fut même gratifié là-bas d’un prix de la mise en scène.

    Il est vrai qu’à cette époque, le cinéma québécois était dans les bonnes grâces des bonzes du festival. Entre 1972 et 1980, pas moins de sept longs métrages d’ici furent inscrits dans la catégorie phare du plus prestigieux festival de cinéma du monde. Inutile de dire que les temps ont bien changé. Seuls Léolo de Jean-Claude Lauzon en 1992, et Les invasions barbares de Denys Arcand en 2003, ont pu prétendre à une Palme d’or depuis cette époque. Deux entrées compétitives en 20 ans. Il y a presque lieu de parler ici d’une disette.

    Tous les éléments semblaient réunis cette année pour mettre fin à cette léthargie grâce au nouveau film de Xavier Dolan Laurence Anyways, pressenti pour la compétition dans pratiquement tous les médias spécialisés internationaux. Mais non. Celui que l’on nomme le jeune prodige québécois dans la presse française se pointera de nouveau sur la Croisette en sélection officielle à Un certain regard, en marge de la grande compétition. L’exploit n’est pas mince, remarquez. Mais à l’heure où le cinéma québécois rayonne comme jamais sur la scène internationale, glanant même deux nominations consécutives aux Oscars (Incendies de Denis Villeneuve et Monsieur Lazhar de Philippe Falardeau), comment diable devra-t-on s’y prendre pour enfin percer la muraille cannoise ? Bien sûr, le patrimoine cinématographique mondial s’est enrichi d’autres «petites» cinématographies au cours des dernières décennies. On pense aux films venus d’Iran, de la Corée du Sud, du Mexique, de tant d’autres encore. Dans la masse toujours croissante de productions cinématographiques soumise aux différents comités de sélection, la rivalité est encore plus grande. D’où le caractère très honorable d’une sélection, peu importe sa nature. À quand une sélection en compétition officielle pour un long métrage québécois à Cannes ? Nul ne sait. Comme on dit dans le langage sportif, on serait «dus». En attendant, on ne peut que s’atteler à la tâche. Et espérer produire quelque chose comme un grand film.

    Hommage à Michel Brault

    Des trois longs métrages québécois classés dans la catégorie «chef d’œuvre» par Mediafilm.ca, un seul nom revient autant de fois dans les listes techniques : Michel Brault. Coréalisateur, avec Pierre Perrault, de Pour la suite du monde (1962); directeur photo de Mon oncle Antoine de Claude Jutra (1971); et réalisateur du film Les ordres (1974), le vétéran reçoit ce week-end au Festival international de documentaire Hot Docs de Toronto un prix pour l’ensemble de son œuvre. Hommage pleinement mérité il va sans dire.

    Liste des 145 chefs d’oeuvre de Mediafilm.ca.

    «Mon oncle Antoine» et «Les ordres» : des chefs d’oeuvre. (André Duchesne)

    Compte Twitter : @MALussier


    À vous de lancer la discussion!

    Soyez la première personne à commenter cet article.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    octobre 2014
    L Ma Me J V S D
    « sept    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité