Marc-André Lussier

Archive, janvier 2012

Dimanche 29 janvier 2012 | Mise en ligne à 22h50 | Commenter Commentaires (8)

Une marche triomphale pour The Artist ?

Dujardin - 1

Jean Dujardin dans The Artist

Ça commence à être très sérieux. Deux des cérémonies les plus attendues, tenues par des syndicats professionnels, ont eu lieu au cours de la fin de semaine. Et The Artist a pratiquement tout raflé sur son passage. Samedi, Michel Hazanavicius a a reçu le prix de la meilleure réalisation attribué par les membres de la Director’s Guild of America. C’est dire que les cinéastes membres du syndicat américain ont préféré Hazanavicius à, excusez du peu, Martin Scorsese (Hugo), Woody Allen (Midnight in Paris), David Fincher (The Girl with the Dragon Tattoo), et Alexander Payne (The Descendants).

Dimanche, au tour du syndicat des acteurs de célébrer ceux des leurs qui se sont distingués au cours de la dernière année lors de la cérémonie des SAG Awards. Des pointures comme George Clooney (The Descendants), Brad Pitt (Moneyball), et Leonardo DiCaprio (J. Edgar) sont en lice. Or, les acteurs membres du syndicat américain ont choisi de plébisciter Jean Dujardin. Si l’on ajoute le prix du meilleur film attribué à The Artist par le syndicat des producteurs, il n’y a pratiquement plus aucun obstacle sur le chemin du film français dans sa course vers les plus hautes marches du podium aux prochains Oscars.

Bien sûr, seuls les membres respectifs de chaque syndicat votent pour les prix remis dans leur propre sphère professionnelle, mais les lauréats aux Oscars sont souvent les mêmes. Aux Academy Awards, le résultat du vote dépend de l’ensemble des membres (toutes sphères d’activités confondues) mais les acteurs constituent le groupe le plus important au sein de l’Académie. Ces derniers nous ont réservé quelques surprises. S’il était pratiquement acquis qu’Octavia Spencer allait enlever la récompense dans la catégorie de soutien grâce à sa performance dans The Help (devant Bérénice Bejo), nous étions bien peu à penser que le prix pouvait échapper à Meryl Streep. Force est pourtant de constater que l’interprète de Margaret Thatcher dans The Iron Lady a aujourd’hui cédé sont statut de favorite au profit de Viola Davis (The Help).

Signalons d’ailleurs que The Help a aussi enlevé le prix de la meilleure distribution d’ensemble aux SAG Awards. Ce prix n’a pas vraiment d’impact sur la course aux Oscars, mais il témoigne en revanche de l’appui – et de l’affection – dont bénéficie le film de Tate Taylor au sein de la profession.

Finalement, la course aux Oscars sera peut-être moins prévisible que ce à quoi on s’attendait. Le plus grand perdant du week-end? The Descendants. Qui fait désormais figure de négligé.

«The Artist» looks virtually unstoppable… (Hollywood Reporter)

Le compte-rendu de la soirée des DGA Awards par Entertainment Weekly.

Compte Twitter : @MALussier

Lire les commentaires (8)  |  Commenter cet article






Vendredi 27 janvier 2012 | Mise en ligne à 6h18 | Commenter Commentaires (6)

Les Césars : Polisse domine; Incendies en lice

César - Affiche

L’affiche des César rend hommage à Annie Girardot

En 2011, le cinéma français a connu une année exceptionnelle, tant sur le plan artistique que public. Aux Césars, dont les nominations viennent d’être annoncées, la course s’annonce forcément serrée. Intouchables, pour l’instant le troisième plus grand succès public de l’histoire du cinéma en France, est bien représenté. Pas de controverse à la Bienvenue chez les Ch’tis en vue. C’est toutefois l’excellent film de Maïwenn Polisse qui obtient le plus de citations (13). The Artist suit avec 11; L’exercice de l’État avec 10; Intouchables avec 9.

Incendies, du Québécois Denis Villeneuve, est en lice pour le César du meilleur film étranger. La compétition sera vive dans cette catégorie. The King’s Speech, Drive, Le gamin au vélo, Black Swan, Melancholia et Une séparation sont aussi cités. Signalons par ailleurs la sélection, dans la catégorie du film d’animation, du court métrage Le cirque de Nicolas Brault, une coproduction entre l’ONF et le studio d’animation français Folimage.

Pour cette 37e cérémonie des Césars, quelques catégories de pointe ont vu leur nombre de citations augmentées à sept. C’est notamment le cas dans les catégories film, réalisation (quand laissera-t-on enfin tomber l’appellation «meilleur réalisateur»?), acteur, actrice, et film étranger. Historiquement, les membres de l’Académie du cinéma français (ils sont plus de 4000) ont tendance à plébisciter des films plus ambitieux sur le plan artistique (lire «non populaires»). Il se trouve qu’en 2011, même les films d’auteurs ont trouvé leur public là-bas. Des scores inespérés ont été atteints.

Au Québec, la plupart des films nommés sont déjà sortis. Polisse, lancé au Festival Cinémania de Montréal il y a quelques mois, prendra l’affiche en salle le 2 mars. La date de sortie d’Intouchables n’est pas encore fixée mais elle devrait se situer quelque part au printemps.

La 37e cérémonie des Césars se tiendra le 24 février, soit deux jours avant celle des Oscars. Présidée par Guillaume Canet, la soirée sera animée par Antoine de Caunes. Un César d’honneur sera remis à Kate Winslet par Roman Polanski.

À ce stade-ci, on ne sait toujours pas si TV5 relaiera le signal de Canal Plus. On pourra cependant suivre la cérémonie sur le web. L’an dernier, il fallait régler son ordi sur l’heure française pour avoir droit à la diffusion…

La liste complète des nominations:

Meilleur espoir féminin
NAIDRA AYADI dans Polisse
ADÈLE HAENEL dans L’Apollonide, souvenirs de la maison close
CLOTILDE HESME dans Angèle et Tony
CÉLINE SALLETTE dans L’Apollonide, souvenirs de la maison close
CHRISTA THÉRET dans La brindille

Meilleur espoir masculin
NICOLAS BRIDET dans Tu seras mon fils
GRÉGORY GADEBOIS dans Angèle et Tony
GUILLAUME GOUIX dans Jimmy Rivière
PIERRE NINEY dans J’aime regarder les filles
DIMITRI STOROGE dans Les Lyonnais

Meilleur scénario original
VALÉRIE DONZELLI, JÉRÉMIE ELKAÏM pour La guerre est déclarée
MICHEL HAZANAVICIUS pour The Artist
MAÏWENN, EMMANUELLE BERCOT pour Polisse
PIERRE SCHOELLER pour L’exercice de l’Etat
ERIC TOLEDANO, OLIVIER NAKACHE pour Intouchables

Meilleure adaptation
DAVID FOENKINOS pour La délicatesse
VINCENT GARENQ pour Présumé coupable
OLIVIER GORCE, ROSCHDY ZEM, RACHID BOUCHAREB, OLIVIER LORELLE pour Omar m’a tuer
MATHIEU KASSOVITZ, PIERRE GELLER, BENOÎT JAUBERT pour L’ordre et la morale
YASMINA REZA, ROMAN POLANSKI pour Carnage

Meilleure musique originale
ALEX BEAUPAIN pour Les bien-aimés
BERTRAND BONELLO pour L’Apollonide, souvenirs de la maison close
LUDOVIC BOURCE pour The Artist
-­‐M-­‐, PATRICE RENSON pour Un Monstre à Paris
PHILIPPE SCHOELLER pour L’exercice de l’Etat

Meilleur son
PASCAL ARMANT, JEAN GOUDIER, JEAN-­‐PAUL HURIER pour Intouchables
JEAN-­‐PIERRE DURET, NICOLAS MOREAU, JEAN-­‐PIERRE LAFORCE pour L’Apollonide, souvenirs de la maison close
OLIVIER HESPEL, JULIE BRENTA, JEAN-­‐PIERRE LAFORCE pour L’exercice de l’Etat
NICOLAS PROVOST, RYM DEBBARH-­‐MOUNIR, EMMANUEL CROSET pour Polisse
ANDRÉ RIGAUT, SÉBASTIEN SAVINE, LAURENT GABIOT pour La guerre est déclarée

Meilleure photo
PIERRE AÏM pour Polisse
JOSÉE DESHAIES pour L’Apollonide, souvenirs de la maison close
JULIEN HIRSCH pour L’exercice de l’Etat
GUILLAUME SCHIFFMAN pour The Artist
MATHIEU VADEPIED pour Intouchables

Meilleur montage
ANNE-­‐SOPHIE BION, MICHEL HAZANAVICIUS pour The Artist
LAURENCE BRIAUD pour L’exercice de l’Etat
PAULINE GAILLARD pour La guerre est déclarée
LAURE GARDETTE, YANN DEDET pour Polisse
DORIAN RIGAL ANSOUS pour Intouchables

Meilleurs costumes
CATHERINE BABA pour My little Princess
MARK BRIDGES pour The Artist
CHRISTIAN GASC pour Les femmes du 6e étage
VIORICA PETROVICI pour La Source des femmes
ANAÏS ROMAND pour L’Apollonide, souvenirs de la maison close

Meilleurs décors
LAURENCE BENNETT pour The Artist
ALAIN GUFFROY pour L’Apollonide, souvenirs de la maison close
PIERRE-­‐FRANÇOIS LIMBOSCH pour Les femmes du 6e étage
JEAN MARC TRAN TAN BA pour L’exercice de l’Etat
WOUTER ZOON pour Le Havre

Meilleur réalisateur
ALAIN CAVALIER pour Pater
VALÉRIE DONZELLI pour La guerre est déclarée
MICHEL HAZANAVICIUS pour The Artist
AKI KAURISMÄKI pour Le Havre
MAÏWENN pour Polisse
PIERRE SCHOELLER pour L’exercice de l’Etat
ERIC TOLEDANO, OLIVIER NAKACHE pour Intouchables

Meilleur film de court métrage
L’ACCORDEUR réalisé par Olivier Treiner
LA FRANCE QUI SE LÈVE TÔT réalisé par Hugo Chesnard
J’AURAIS PU ÊTRE UNE PUTE réalisé par Baya Kasmi
JE POURRAIS ÊTRE VOTRE GRAND-­MÈRE réalisé par Bernard Tanguy
UN MONDE SANS FEMMES réalisé par Guillaume Brac

Meilleure actrice
ARIANE ASCARIDE dans Les neiges du Kilimandjaro
BÉRÉNICE BEJO dans The Artist
LEÏLA BEKHTI dans La Source des femmes
VALÉRIE DONZELLI dans La guerre est déclarée
MARINA FOÏS dans Polisse
MARIE GILLAIN dans Toutes nos envies
KARIN VIARD dans Polisse

Meilleur acteur
SAMI BOUAJILA dans Omar m’a tuer
FRANÇOIS CLUZET dans Intouchables
JEAN DUJARDIN dans The Artist
OLIVIER GOURMET dans L’exercice de l’Etat
DENIS PODALYDÈS dans La conquête
OMAR SY dans Intouchables
PHILIPPE TORRETON dans Présumé coupable

Meilleure actrice dans un second rôle
ZABOU BREITMAN dans L’exercice de l’Etat
ANNE LE NY dans Intouchables
NOÉMIE LVOVSKY dans L’Apollonide, souvenirs de la maison close
CARMEN MAURA dans Les femmes du 6e étage
KAROLE ROCHER dans Polisse

Meilleur acteur dans un second rôle
MICHEL BLANC dans L’exercice de l’Etat
NICOLAS DUVAUCHELLE dans Polisse
JOEY STARR dans Polisse
BERNARD LE COQ dans La conquête
FRÉDÉRIC PIERROT dans Polisse

Meilleur film d’animation
LE CHAT DU RABBIN réalisé par Joann Sfar, Antoine Delesvaux
LE CIRQUE réalisé par Nicolas Brault
LA QUEUE DE LA SOURIS réalisé par Benjamin Renner
LE TABLEAU réalisé par Jean-François Laguionie
UN MONSTRE À PARIS réalisé par Bibo Bergeron

Meilleur film documentaire
LE BAL DES MENTEURS réalisé par Daniel Leconte
CRAZY HORSE réalisé par Frederick Wiseman
ICI ON NOIE LES ALGÉRIENS réalisé par Yasmina Adi
MICHEL PETRUCCIANI réalisé par Michael Radford
TOUS AU LARZAC réalisé par Christian Rouaud

Meilleur premier film
17 FILLES réalisé par Delphine Coulin, Muriel Coulin
ANGÈLE ET TONY réalisé par Alix Delaporte
LE COCHON DE GAZA réalisé par Sylvain Estibal
LA DÉLICATESSE réalisé par David Foenkinos, Stéphane Foenkinos
MY LITTLE PRINCESS réalisé par Eva Ionesco

Meilleur film étranger
BLACK SWAN réalisé par Darren Aronofsky
LE DISCOURS D’UN ROI réalisé par Tom Hooper
DRIVE réalisé par Nicolas Winding Refn
LE GAMIN AU VÉLO réalisé par Jean-Pierre Dardenne, Luc Dardenne
INCENDIES réalisé par Denis Villeneuve
MELANCHOLIA réalisé par Lars von Trier
UNE SÉPARATION réalisé par Asghar Farhadi

Meilleur film
L’EXERCICE DE L’ETAT produit par Denis Freyd, réalisé par Pierre Schoeller
LA GUERRE EST DÉCLARÉE produit par Edouard Weil, réalisé par Valérie Donzelli
LE HAVRE produit par Fabienne Vonier, réalisé par Aki Kaurismäki
INTOUCHABLES produit par Nicolas Duval Adassovsky, Yann Zenou, Laurent Zeitoun, réalisé par Eric Toledano, Olivier Nakache
PATER produit par Michel Seydoux, réalisé par Alain Cavalier
POLISSE produit par Alain Attal, réalisé par Maïwenn
THE ARTIST produit par Thomas Langmann, réalisé par Michel Hazanavicius

Les 15 films de 2011

2011, année record pour le cinéma français (L’express).

Le site officiel de l’Académie des Césars.

La bande annonce du court métrage de Nicolas Brault Le cirque :


Compte Twitter : @MALussier

Lire les commentaires (6)  |  Commenter cet article






Mardi 24 janvier 2012 | Mise en ligne à 17h36 | Commenter Commentaires (8)

In Memoriam Theo Angelopoulos

Angelopoulos - 1

Theo Angelopoulos (Photo de François Roy  - La Presse)

La triste nouvelle vient de tomber. Le grand cinéaste Theo Angelopoulos, l’un des derniers maîtres du cinéma, n’est plus. Voici la dépêche de l’AFP :

«Le réalisateur grec Theo Angelopoulos, 76 ans, a succombé ce soir à une hémorragie cérébrale dans un hôpital près du Pirée, où il avait été admis après avoir été renversé par un motard dans la rue, a indiqué la télévision publique NET.

Figure emblématique du “Nouveau cinéma” grec à partir des années 1970 et lauréat de la Palme d’or de Cannes en 1998 pour son film L’Eternité et un jour, Angelopoulos a réalisé une quinzaine de films, retraçant pour la plupart l’histoire et la société de la Grèce contemporaine, et caractérisés par de longs et silencieux plans sur fond de paysages de son pays.»

Je vous propose ici une interview que le cinéaste m’avait accordée lors de son dernier passage à Montréal. Cet article a été publié dans La Presse le 23 septembre 2010.

«De passage à Montréal cette semaine pour lancer un programme que lui consacre la Cinémathèque québécoise à l’invitation du Festival des films du monde, Theo Angelopoulos affirme d’entrée de jeu apprécier ce genre de coup de chapeau. Sept longs métrages, choisis selon les disponibilités des copies par le Centre du cinéma grec, sont présentés gratuitement au public. L’opération est financée par l’entrepreneur Costas Spiliadis à l’occasion du 30e anniversaire du restaurant Milos, dont il est le propriétaire.

Le vénéré cinéaste déplorait toutefois du même souffle les difficultés qu’il éprouve maintenant pour mettre ses projets en marche. Et les diffuser.

«Quand ça va mal sur le plan économique, la culture écope toujours en premier, expliquait-il au cours d’une entrevue accordée à La Presse. C’est comme ça partout dans le monde. Comme la crise est particulièrement aiguë en Grèce, je suis en mode d’attente. Je serais évidemment prêt à tourner L’autre mer, le dernier volet d’une trilogie amorcée avec La terre qui pleure, mais c’est impossible pour l’instant. Cette crise ne touche d’ailleurs pas seulement le secteur économique. Il y a aussi crise artistique. Et, surtout, crise des valeurs.»

Lauréat de la Palme d’or du Festival de Cannes en 1998 grâce à L’éternité et un jour, Theo Angelopoulos a aujourd’hui l’impression de lancer une bouteille à la mer en défendant une conception du cinéma qui ne correspond plus aux attentes de «l’industrie». Ni à ses impératifs commerciaux.

«Les goûts du public ont changé, c’est indéniable, dit-il. La télévision en est responsable en grande partie car elle ne produit plus que des émissions destinées à plaire au plus grand nombre. Il est maintenant plus difficile pour un spectateur de se construire une éthique, ou d’être sensible à l’esthétique du cinéma, car son regard est perverti très jeune par les images qu’il voit à la télé. Or, un regard, ça se cultive. Comme le reste.»

Tout s’entremêle

Si le contexte est différent de celui qui prévalait au moment où il tournait Reconstruction, son premier film, le réalisateur de L’apiculteur n’abandonne pas la partie pour autant.

«Le cinéma est ma respiration, confie-t-il. C’est ma vie. Le dialogue est très fort entre le créateur et son œuvre. Au point où les films s’entremêlent souvent à sa vie privée. Et deviennent sa vie en fait. Même si les sujets ont souvent été inspirés par des articles que j’ai pu lire dans les journaux, il y a beaucoup de mon histoire personnelle dans mes films. Paysage dans le brouillard, par exemple, évoque l’enfance à travers une histoire que j’ai racontée à mes filles. Avant de devenir un scénario et un film, c’était d’abord un conte de fées!»

Selon lui, une démarche artistique s’inscrit dans la continuité.

«Je suis condamné à ne faire qu’un seul film, explique-t-il. De la même manière qu’un compositeur ne produira qu’une seule musique, qu’un écrivain n’écrira qu’un seul roman. Dans mon esprit, une œuvre de cinéma est constituée de chapitres qui s’ajoutent dans un grand livre. L’œuvre se construit de film en film.»

Même s’il doit désormais composer avec les nouvelles méthodes de diffusion des films – DVD, Internet, etc. –, Theo Angelopoulos estime qu’une œuvre cinématographique ne peut exister que sur grand écran.

«Je suis bien obligé d’accepter ces nouveaux modes de diffusion, dit-il. Mais je ne les aime pas. Pour moi, le cinéma est une messe. Il doit y avoir communion entre une œuvre cinématographique et un public.»

Récemment, les compatriotes de Theo Angelopoulos se sont exprimés par votre populaire et ont inscrit le nom du cinéaste sur la liste des 100 personnalités grecques les plus marquantes de l’histoire. L’artiste fut bien entendu touché par cette marque d’affection. «Ils me voient comme l’un des leurs et cela me fait très plaisir», commente-t-il.

Quand on lui demande ce qui le motive à poursuivre sa démarche, malgré les difficultés du contexte dans lequel il évolue, le maître, reconnu pour son approche très pure et l’utilisation du plan-séquence, nous réfère à un passage de La mort d’un apiculteur, un livre écrit par le romancier suédois Lars Gustafsson.

«Devant la mort, on ne se livre pas. On continue…», conclut-il avec un large sourire.»

Qu’ajouter de plus?

Théo Angelopoulos meurt dans un accident (AFP)

L’éternité et une nuit (Le Monde)

Un cinéaste au fond des yeux (Télérama)

Choc et controverse après l’accident mortel de Theo Angelopoulos (AFP)

Compte Twitter: @MALussier

Lire les commentaires (8)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • publicité

  • Calendrier

    janvier 2009
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité