Marc-André Lussier

Marc-André Lussier - Auteur
  • Le blogue de Marc-André Lussier

    Journaliste à La Presse depuis 1995, Marc-André Lussier est fou de cinéma...
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 25 novembre 2011 | Mise en ligne à 9h18 | Commenter Commentaires (6)

    Shame : consécration d’un film adulte?

    Shame - Affiche US

    Parmi la trentaine de nouveaux films qui prendront l’affiche chez nous en décembre, Shame est sans doute l’un des plus attendus des cinéphiles. Le deuxième long métrage de Steve McQueen (Hunger) débarquera sur nos écrans le 16 décembre après avoir déjà fait sa marque à la Mostra de Venise (prix d’interprétation pour Michael Fassbender) et au TIFF. Shame a aussi été présenté au Festival du nouveau cinéma de Montréal. Manque de pot, je l’ai raté partout!

    Une nouvelle bande annonce, très alléchante, a récemment fait son apparition sur la toile. On y entend l’actrice Carey Mulligan interpréter la célèbre chanson New York New York d’une voix toute fragile, pendant que Michael Fassbender, qui interprète un homme souffrant d’addiction sexuelle, est en mode séduction.

    Aux États-Unis, on fait grand cas du fait que Shame pourrait peut-être enfin légitimer la fameuse cote réservée aux adultes «NC-17» (No children under 17), une cote que les distributeurs fuient habituellement comme la peste. Au fil des ans, plusieurs exploitants ont en effet refusé de présenter des films ainsi cotés dans leurs salles. Le Hollywood Reporter a fait le tour de la question dans cet article.

    Shame - Affiche française

    L’affiche française

    Parlant du Hollywood Reporter, signalons la mise en ligne aujourd’hui d’un article décrivant une table ronde à laquelle ont participé six auteurs cinéastes : Steve McQueen (Shame), Bennet Miller (Moneyball), Mike Mills (Beginners), Alexander Payne (The Descendants), Jason Reitman (Young Adult), et, mais oui, Michel Hazanavicius (The Artist). Ayant passé le dernier week-end à New York en compagnie de nombreux collègues américains, je peux vous confirmer leur réel engouement pour The Artist. À l’instar d’Harvey Weinstein, qui compte mettre toute la gomme pour son poulain français, plusieurs critiques souhaiteraient voir le film de Michael Hazanavicius concourir aux Oscars dans les catégories de pointe. Ils estiment en outre que Jean Dujardin est déjà assuré d’une nomination dans la catégorie du meilleur acteur.

    Au cours de la discussion organisée par HR, Steve McQueen est revenu sur le caractère apparemment «choquant» de son film et la représentation de la sexualité à l’écran. Je traduis ici (librement!) ses propos.

    «…les acteurs utilisent leur corps pour jouer, comme le font les danseurs. C’est ce qu’ils ont à faire. Si j’avais fait le film en 1951, Michel Fassbender aurait dû porter un pyjama mais en 2011, plusieurs personnes n’en portent plus. Alors il se promène nu dans la pièce, boit un verre d’eau, va à la toilette, prend une douche. C’est tellement évident. Ça a quelque chose de choquant ça?»
    «…nous avons tous une activité sexuelle; on voit tous ce que Michael et Carey (Mulligan) voient dans le film en terme de nudité. Peut-être est-ce choquant parce que c’est sur un écran. C’est rarement montré. Ce qui est moins familier, du moins pour moi, est de voir quelqu’un se faire tirer à la tête avec un revolver. Je crois que nous avons fait un film responsable. La cote NC-17? Je m’en fous. Brillant! Fantastique! Amènes-en! J’assume entièrement. Je crois que la plupart des films violents sont irresponsables. Les films doivent faire écho à la réalité. Sinon, à quoi bon? Ne faisons plus que des films de superhéros.»

    La table ronde organisée par le Hollywood Reporter.

    La nouvelle bande annonce de Shame

    Vous pouvez aussi me suivre sur Twitter.


    • Vraiment hâte de voir ce film; j’espère toutefois qu’il ne soit pas trop moralisateur.

    • L’attente est insoutenable, définitivement un de mes cinq films les plus attendus de 2011.

    • Je n’en peux plus d’attendre ce film non plus, voilà des mois que j’attend! J’espère très sincèrement que ce film soit distribué dans plusieurs salles, et non comme un simple petit indie dans 2 salles à Montréal. Il est grand temps de briser les tabous de la cote NC-17 (18+ ici) avec un film qui connaitra un grand succès au box office.

      Je lis une critique après l’autre et tous semblent complètement soufflés et bouleversés par ce film. J’en trépigne, tout comme pour “The Artist” d’ailleurs!

    • Michael Fassbender et Carey Mulligan sont deux des plus brillants acteurs de la nouvelle génération; espérons que le film soit à la hauteur de leur talent et non un insipide navet racoleur comme ce fût le cas pour Shortbus et Nine Songs.

    • Pour moi l’expression acteur porno est un oxymoron (ce mot existe t-il en français?). Quand tu te met à baiser (en vrai) sur une scène, c’est que tu confonds ta propre vie avec le jeu d’acteur (qui est de simuler, représenter). Comme le dit McQueen: on ne tue pas quelqu’un pour vrai dans un film de fiction (sauf quelques malheureux animaux parfois).

      Cela dit, je crois au film porno “artistique” dans la mesure où le film cherche à me communiquer autre chose que de simplement m’exciter, car l’excitation, c’est trop facile: l’internet est rempli de sollicitations à ce niveau.

    • Un bon acteur n’avale pas son verre d’eau en vrai.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    avril 2011
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives

  • publicité