Marc-André Lussier

Marc-André Lussier - Auteur
  • Le blogue de Marc-André Lussier

    Journaliste à La Presse depuis 1995, Marc-André Lussier est fou de cinéma...
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 26 octobre 2011 | Mise en ligne à 7h23 | Commenter Commentaires (15)

    Curling : la critique française applaudit Denis Côté

    Curling - Affiche

    L’affiche française

    Curling sort aujourd’hui en sallle en France. À moins que je ne fasse erreur, les films précédents de Denis Côté n’ont jamais eu droit à une sortie commerciale là-bas. À Paris, Curling est à l’affiche dans trois cinémas, dont le MK2 Beaubourg, spécialisé dans les productions internationales de qualité.

    La presse dite «de référence» est extrêmement enthousiaste. Je vous invite à lire ces quelques articles.

    Sous le froid, la folie qui sommeille. (Le Monde)

    Seule gosse. (Libération)

    … par un passionnant et méconnnu cinéaste québécois. (Les Inrocks)

    Deux êtres solitaires dans la froideur de l’hiver. (La Croix)

    Un film insolite entre polar et récit initiatique. (Studio Ciné Live)

    Je n’ai évidemment répertorié ici que les principaux articles disponibles sur le web. Les quotidiens y vont tous de leur avis ajourd’hui. Les voix discordantes sont plutôt rares. Il y a fort à parier que Curling consolide la très bonne cote dont jouissait déjà Denis Côté auprès de la critique française. Bravo.

    Vous pouvez aussi me suivre sur Twitter.


    • Denis Côté est un grand styliste, sans doute le plus grand par ici (chez nos voisins, ce serait les frères Cohen).

      J’ai CURLING sur ma table à café, mais je ne suis pas trop pressé, sans doute à cause du côté cul-de-sac de ses films (tiens, CUL DE SAC.. le meilleur Polanski, un autre styliste à ses débuts).

    • Adepte de ce genre de film métaphorique, j’ai pourtant été irrité par les métaphores et les énigmes de Curling, que j’ai trouvé — permettez le terme — niaises. On sent bien un malaise profond, et dans ce sens Emmanuel Bilodeau offre un bon jeu, mais je n’ai pas embarqué du fait de la lenteur du propos et des invraisemblances. Non pas que je sois désespérément terre-à-terre, mais de voir la fille du protagoniste jouer avec des cadavres dans la neige sans ne rien dire à personne — même si apparemment elle joue le rôle d’une gamine à moitié autiste — m’a sidéré.

      Points positifs: belle photographie, quelques blagues, le jeu d’Emmanuel Bilodeau.

    • Un fois pour toute: les frères COEN.

    • Deux êtres solitaires dans la froidure (au lieu de froideur) de l’hiver. (La Croix)

    • Un Grand film, un des rares qui jugent à propos de laisser le dessous de cartes d’une partie de whist couvert.

    • Les critiques focussent toutes sur l’hiver : “températures inhumainement basses”, “Neige.”, “le blizzard qui frappe la route”, etc.

      Tu parles : sur la photo de la luge, il fait genre -2 et on voit le champ à travers la slushasse. Cré Français, on les refait pas.

      Y’a bien juste eu Gina pour nous montrer le vrai hiver par -30 avec des ciels bleus cobalt. Maudit qu’on est dû au Québec pour un vrai film d’hiver. Mais il paraît que ça fait givrer les objectifs…

      Et ça fera tripper les français en plus, même si c’est encore et encore la même histoire dépresse dont on a décidément par ici le secret.

    • @mikhail

      Dans le cas de Curling c’est un peu l’effet recherché. Denis Côté utilise l’hiver pour créer une ambiance austère et froide. Un sentiment de vide et d’isolement.

    • Melocarmelo, vous êtes comique.

    • Demande spéciale:

      Peut-on garder les potins de stars hors de la page Ciné ? Je ne veux pas vraiment savoir que Denise Richards (son dernier “film” remonte à quand?) regrette de s’être fait refaire les seins…

    • Quoi, Denise Richards s’est fait refaire les seins…..et elle le regrette? En tout cas, moi je ne le regrette pas!

    • Je suis rester de glace devant cette ennuiante production. Vivement Francis Leclerc pour nous montrer l’hiver. Dans un scénario il y a que l’histoire qui compte et ici y en a pas!

    • @lowi

      Si tu veux voir l’hiver Québécois tu as seulement qu’a regarder les ‘Bucherons de la Manouane’. Tu ne trouveras pas une meilleure représentation de l’hiver Québécois sur pellicule.

      http://www.onf.ca/selections/identits-et-territoires/visionnez/Bucherons_de_la_Manouane/

    • “Dans un scénario il y a que l’histoire qui compte et ici y en a pas!”

      Wow! J’en ai d’autres comme ça: dans le voilier, c’est le bateau à voile qui compte. Dans les seins de Denis Richard, c’est la poitrine qui compte.

    • Dans les Bûcherons de la Manouane, le premier plan avec le cheval, il fait -40. L’image est magnifique et on voit la steam sortir du dos du joual.

    • Le cinéma récent de Denis Coté semble autant influencé d’ Apichatpong Weerasethakul que celui de Xavier Dolan semble influencé de Wong Kar-Wai (avec peut-être un tantinet de Pedro Almodovar). Ce sont des belles influences, mais il y ressort des effets un peu empruntés.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    avril 2014
    L Ma Me J V S D
    « mar    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité