Marc-André Lussier

Marc-André Lussier - Auteur
  • Le blogue de Marc-André Lussier

    Journaliste à La Presse depuis 1995, Marc-André Lussier est fou de cinéma...
  • Lire la suite »

    Partage

    Samedi 21 mai 2011 | Mise en ligne à 14h58 | Commenter Commentaires (2)

    Le jeu des pronostics

    Bandeau - 2

    Palme d'or

    Les jeux sont maintenant faits. Robert De Niro et les huit autres membres du jury délibèrent présentement pour accoucher du palmarès officiel. Lequel sera dévoilé demain à 19h15 (13h15 heure du Québec). Vous pourrez regarder la cérémonie de remise des prix en direct sur le site web du diffuseur Canal Plus

    Des deux derniers films présentés en compétition, Il était une fois en Anatolie était certes le plus susceptible de rebrasser les cartes. Réalisé par le Turc Nuri Bilge Ceylan (Les climats, Les trois singes), l’un des «abonnés» du Festival, ce drame parsemé de touches d’humour caustique se démarque grâce à une mise en scène fluide et attentive, et des images très pures. À 2h37, c’est toutefois beaucoup trop long. Certains voient en ce film la Palme d’or. Personnellement, je n’y crois guère.

    En revanche, personne ne voit La source des femmes décrocher l’ultime récompense demain soir. Truffé de bons sentiments, ce récit simpliste, conçu pour évoquer le pouvoir d’émancipation des femmes du Mahgreb, frôle le racolage. Un grand succès public est sans contredit à la portée du nouveau film de Radu Mihaileanu (Le concert). Mais pas la Palme.

    Alors, à qui? Ici, personne ne s’entend. Le choix pour la Palme des uns est souvent le dernier choix des autres. Par exemple, plusieurs critiques français portent aux nues Drive en rêvant d’une palme de style «Pulp Fiction» pour Nicolas Winding Refn. Aux yeux de bien  des festivaliers (dont moi!), la sélection de ce film ne serait pourtant due qu’à un effet de mode tant ce film n’a rien de ce qu’on attend d’un film certifié «Palme d’or». Certains estiment aussi que le plus prestigieux laurier du monde du cinéma ne peut échapper à Habemus Papam de Nanni Moretti. Alors que les autres (dont moi) disent que le cinéaste italien a tellement eu peur de son sujet qu’il n’a finalement pas osé l’aborder de front. Tous s’accordent toutefois pour dire que Michel Piccoli est l’un des plus sérieux candidats pour le prix d’interprétation.

    La tâche du jury risque de se révéler particulièrement difficile, d’autant que plusieurs beaux films sont en lice cette année. Je doute que mon favori, Polisse de Maïwenn (que vient d’acquérir Films Séville pour une distribution au Québec), obtienne le laurier. Mais il devrait certainement figurer au palmarès d’une façon ou d’une autre.

    Parmi les favoris: The Tree of Life de Terrence Malick, Le Havre d’Aki Kaurismaki (qui vient d’obtenir le prix de la critique), Le gamin au vélo des frères Dardenne, La piel que habito de Pedro Almodovar (qui n’a encore jamais eu de Palme), This Must be the Place de Paolo Sorrentino (qui devrait être assez haut dans le palmarès), sans oublier The Artist de Michel Hazanivicius.

    Cela dit, l’événement le plus marquant de ce 64e Festival de Cannes n’a rien de glorieux. En déclarant Lars von Trier «persona non grata» jeudi, le conseil d’administration du Festival de Cannes, qui a créé un précédent avec cette décision, a jeté de l’huile sur une affaire qui aurait en principe dû être classée mercredi soir. Décision très discutable à mon humble avis. Dommage.

    Von Trier vient d’accorder cette entrevue au Hollywood Reporter.

    Lors d’une conférence de presse  tenue plus tôt aujourd’hui après la projection de presse du film de clôture Les bien-aimés, Catherine Deneuve, qui était l’une des vedettes de Dancer in the Dark (Palme d’or en 2000), a déclaré «terriblement choquants» les propos du cinéaste, mais que «l’utitilisation qu’on en a faite l’est encore plus».

    En passant, les admirateurs des Chansons d’amour seront ravis par le nouvel opus de Christophe Honoré. Dont une bonne partie du récit se déroule à… Montréal! L’équipe s’est fait pour le moins discrète là-dessus. Quelqu’un a su que Honoré tournait chez nous l’automne dernier? Moi pas!

    La bande annonce:

     

    Sur Twitter, vous pouvez suivre @MarcCassivi et @malussier.


    • Il est pertinent de croire que l’affaire DSK aura eu quelques échos sur le dernier festival de Cannes. A ce niveau, Cannes 2011 fut un flop; on n’avait d’yeux que pour ce fameux directeur de la FMI primé pour succéder à Sarkozy! Toutefois mon film préféré Habemus Papam de Nanni Moretti a été visionné avant “DSK”. Ce qui m’a permis d’en jouir pleinement. Mais après… quel déferlement d’incrédulité venant de la France! Cannes 2011? Pendant le reste du festival, la une sera consacré à DSK, laissant Cannes dans l’ombre. C’est du moins ce que moi, j’en retiens de marquant.

    • The Tree of Life de Terence Malick a gagné. Selon ce que j’ai lu et vu, c’est un film de science-fiction qui ne me touche pas vraiment. J’aurais préféré The Artist de Michel Hazanivicius, pour son originalité on ne peut plus spéciale. Heureusement Jean Dujardin à sauvé la face. M’enfin!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • publicité

  • Calendrier

    avril 2010
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Archives

  • publicité