Marc-André Lussier

Archive, avril 2011

Samedi 30 avril 2011 | Mise en ligne à 10h16 | Commenter Commentaires (5)

Les essentiels de Sandrine Bonnaire

Sandrine Bonnaire - 1

Entrevue fort intéressante avec Sandrine Bonnaire sur le plateau d’On n’est pas couché la semaine dernière (chez nous, cette émission est diffusée ce soir à 23h35 sur les ondes de TV5 Québec-Canada).

L’animateur Laurent Ruquier a en effet demandé à l’actrice réalisatrice de choisir les cinq films qu’elle préfère dans sa filmographie. À son palmarès : Sous le soleil de Satan (Maurice Pialat, 1987), La cérémonie (Claude Chabrol, 1995), Un coeur simple (Marion Laine, 2008), Est-ouest (Régis Wargnier, 1999), et le diptyque Jeanne la Pucelle (Jacques Rivette, 1994).

Autour de la table, on a évidemment relevé l’absence de cette liste d’À nos amours (Maurice Pialat, 1984), et de Sans toit ni loi (Agnès Varda, 1985).

Pour résumer les propos de Sandrine Bonnaire, À nos amours est un film important parce qu’il l’a révélée alors qu’elle était adolescente, et alors pratiquement sans aucune expérience. Mais elle estime qu’il ne s’agit pas du meilleur film de Pialat, ni le sien en l’occurence. «On ne peut pas vraiment parler d’un travail d’actrice», a-t-elle expliqué.

Quant à Sans toit ni loi, elle a évoqué un tournage apparemment difficile. «Ce n’est pas mon préféré, a-t-elle commenté. Cela dit, c’est le film qui m’a permis de durer.»

Sandrine Bonnaire était de passage à On n’est pas couché à la faveur de la diffusion sur France 2 d’une minisérie dans laquelle elle joue (Signature). Elle vient aussi de terminer le tournage de son premier film de fiction en tant que réalisatrice, trois ans après le très beau documentaire Elle s’appelle Sabine. Les têtes d’affiche de J’enrage de son absence sont William Hurt, Alexandra Lamy et Augustin Legrand.

La bande annonce d’Un coeur simple, un film qui, à moins que je ne fasse erreur, est inédit au Québec.

 

 

Vous pouvez aussi me suivre sur Twitter.

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






Vendredi 29 avril 2011 | Mise en ligne à 10h09 | Commenter Commentaires (5)

Mel Gibson au Festival de Cannes…

The Beaver - 1

J’ai eu le plaisir d’interviewer Jodie Foster hier à Toronto. L’actrice et cinéaste, qui s’exprime dans un français impeccable, était de passage dans la métropole canadienne pour assurer la promotion de The Beaver, son troisième film en tant que réalisatrice (sortie 6 mai à Toronto; 20 mai à Montréal).

Comme vous le savez sans doute, The Beaver a aussi été retenu dans la sélection officielle du Festival de Cannes, catégorie hors-concours. Jodie Foster n’a pas eu l’occasion d’accompagner un  film sur la Croisette depuis… Taxi Driver! Le film culte de Scorsese avait d’ailleurs obtenu la Palme d’or en 1976.

Elle affirme avoir été surprise en apprenant cette sélection. «Le seul indice m’ayant laissé croire que le film avait peut-être une chance est venu du délégué général Thierry Frémaux lui-même, a-t-elle expliqué. C’était à la soirée des César. Thierry est venu me voir pour me dire qu’il avait beaucoup aimé le film mais il est tout de suite reparti! Je n’en ai pas su davantage!»

Jodie Foster a aussi confirmé que Mel Gibson, la vedette de son film, devrait en principe l’accompagner à Cannes. Voilà une conférence de presse où les journalistes devront probablement jouer du coude s’ils veulent accéder à la salle…

Par ailleurs, la sélection du nouveau film de Christophe Honoré Les bien-aimés pour la soirée de clôture me met personnellement en joie. Pour ce film musical, le réalisateur des Chansons d’amour retrouve sa bande habituelle et fait de surcroît appel à Catherine Deneuve. Pas certain que mon comparse Cassivi, qui sera à Cannes aussi, ait partagé mon enthousiasme en apprenant la nouvelle…

La bande annonce de The Beaver

Vous pouvez aussi me suivre sur Twitter.

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






Vendredi 22 avril 2011 | Mise en ligne à 11h54 | Commenter Commentaires (18)

Ces films qu’on prétend avoir vus!

Le Parrain - 1

The Godfather est en tête de liste

Petit sondage marrant effectué pour le compte du site lovefilm.com, relayé par le journal britannique The Guardian. On a demandé à 1500 cinéphiles s’ils avaient déjà menti en prétendant avoir déjà vu un grand classique du cinéma, simplement pour épater la galerie.

À ce sondage, 30% des répondants ont avoué avoir parlé de The Godfather comme s’ils l’avaient déjà vu alors que ce n’est pas le cas… Deuxième classique du palmarès : Casablanca (13%). Taxi Driver, 2001 : A Space Odyssey, et Reservoir Dogs complètent le tableau.

Lisez ici l’article de The Guardian.

Un tel exercice nous ramène évidemment à soi. Étant donné ma profession, je serais bien malvenu de me risquer à ce genre de pieux mensonge. En revanche, petite confession du congé pascal ici, il est un grand classique qu’il me tarde encore de voir dans son intégralité : The Night of the Hunter de Charles Laughton. Les hasards de la vie je suppose. Je n’ai plus d’excuse; le film est disponible en Blu-ray depuis maintenant quelques mois. Et trône désormais en priorité sur la pile de films à voir. Je vous le promets.


Vous pouvez aussi me suivre sur Twitter.

Lire les commentaires (18)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    juin 2013
    L Ma Me J V S D
    « mai   juil »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • publicité