Marc-André Lussier

Marc-André Lussier - Auteur
  • Le blogue de Marc-André Lussier

    Journaliste à La Presse depuis 1995, Marc-André Lussier est fou de cinéma...
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 31 janvier 2011 | Mise en ligne à 21h42 | Commenter Commentaires (11)

    Les Gérard du cinéma : Y a-t-il une limite?

    Les Gérard-1

    Les trois mecs pas si comiques que ça des Gérard du cinéma

    Les Razzies ont fait des petits un peu partout dans le monde. La cérémonie célébrant les plus mauvais films américains a en effet engendré les Aurores au Québec (dont la cérémonie grandiose est orchestrée par Infoman), et les Gérard en France. Une bonne occasion pour les membres des différents jurys de ventiler publiquement – et habituellement avec humour – sur toutes ces productions indéfendables qui leur ont fait perdre du temps précieux de leur vie.

    Je vous avouerai toutefois avoir ressenti un profond malaise à la lecture des «nominations» des Gérard du cinéma, dévoilées plus tôt aujourd’hui. En fait, ce ne sont pas tant les films et les acteurs sélectionnés  que les «catégories» inventées pour l’occasion. Non seulement l’approche des trois mecs des Gérard est bête et méchante, mais leur indécrottable misogynie laisse pantois. «Le Gérard du petit cul est remis à…»;  «le Gérard du gros cul est remis à…». Que des candidates évidemment. «Le Gérard de l’actrice qui bénéficie le mieux des réseaux de son mari, ou plutôt de son futur ex-mari, enfin bon on sait plus trop où ils en sont, toujours est-il qu’elle continue à tourner, est remis à…» Bref, que du haut niveau.

    On dit souvent que le Québec est collectivement frileux, obsédé à l’idée de plaire à tout le monde et qu’il ne sait pas faire face à la critique. C’est vrai. Je doute toutefois qu’une approche comme celle qu’emprunte le trio de lascars à la tête des Gérard  soit plus souhaitable. Rire d’un mauvais film? Très bien. L’irrévérence? Parfait. Mais s’en prendre aux personnes plutôt qu’au film, là j’avoue que je marche  moins. Je préfère encore le caractère inoffensif et bon enfant des Aurores tiens…

    La liste complète des nominations des Gérard 2011 (via Libération).

    Vous pouvez aussi me suivre sur Twitter.


    • Certains font effectivement dans le mauvais goût mais ce n’est pas surprenant venant de France. Ils osent aller trop loin.

      Une catégorie surprenante est la suivante: “Gérard du réalisateur, quand tu vois ses films, ben t’as du mal à réaliser. Parce qu’en fait, lui aussi.” Disons que c’est spécial de voir Gaspard Noe, Jean-Luc Godard et Christophe Honoré dans cette insulte. La catégorie ne parle pas d’UN film mal réalisé mais que SES films sont mal réalisés. C’est assez nul de la part des Gérard mais bon, pour ce que ça vaut.

      Et Gerard du petit cul? Peut-être ne suis-je pas assez français mais qu’est-ce que ça veut dire? Y a t-il un second degré à cette expression que je ne comprends pas? Ou est-ce tout simplement un commentaire sur le cul de l’actrice?

    • Le spectateur ordinaire ou populiste dont je fais partie à l’occasion peut se laisser envahir par toutes sortes de divertissements afin de sortir du quotidien de sa maudite vie plate. Il est prêt à gober la bouche ouvArte tout ce qui lui est proposé sans se poser mille et une questions à caractère philosophique. Du moment qu’il peut se taper les cuisses avec des gros rires gras bien sonores, c’est suffisant! Sa culture et ses espoirs s’arrêtent là.

      Puis il y a le spectateur plus sélect, plus intellectualisé (je m’inclus ici aussi) qui choisit l’ART pour le beau, le plaisir ou mieux l’élévation de l’esprit. Son sens critique diffère de celui de la masse; il est plus pointu, plus exercé et plus sage.

      Les Gérard et ses dérivés manquent d’élégance à dire les choses. Pourtant il est nécessaire d’aborder ces choses-là, même si à première vue cela paraît fort détestable. Personnellement je préfère une vérité brutale ou vulgaire plutôt que de me faire emberlificoter par des trucs menteurs que la critique biaise ou glorifie ou encore à cause de la mode du moment. Si le ridicule ne tue pas, il faudrait au moins faire en sorte de l’éradiquer. Elémentaire mon cher Watson!

    • @vlrglqqf

      “Pourtant il est nécessaire d’aborder ces choses-là”

      Même le cul des actrices ?

    • @ angel_eyes

      C’est votre droit que de focaliser strictement sur le cul des actrices. Mon opinion visait strictement tous les films de piètres qualités; mièvres, niais, insipides et bêtes puis qu’une certaine critique tente de nous faire avaler. Ce n’est pas un signe de coma profond si je donne un point de vue tout à fait personnel. Et dans ces conditions, je ne vois pas l’intérêt que vous puissiez élaborer davantage sur un tel sujet. Fin de la discussion.

      Bonne soirée à vous.

    • @Vlrglqqf

      J’ai l’impression que vous manquez justement l’objectif du questionnement….

      personne ici ne remet en question la nature des gérards….

      Simplement leurs bon goûts

    • @ teamstef

      Le Gérard du petit cul, c’est pour l’effet comique. Dans cette catégorie, toutes les nominées sont jeunes, belles, sexy et délicieuses. La catégorie suivante, celle du gros cul, est un ramassis d’actrices vieillissantes à l’ego aussi volumineux que leur derrière. C’est la transition du petit cul (gentil et flatteur) au gros cul (bête et méchant) qui surprend et fait rire.

    • @vergedor
      Quand on est rendu à devoir expliquer le sens d’une catégorie, je me demande si on n’est pas un peu passé à côté de ce qu’on voulait dire?

    • Moi, j’avais très bien compris l’histoire des petits et des gros culs. Même que j’approuve. Ça me permets de savoir qui sont les nouvelles jeunes premières de l’heure. Il m’arrive de regarder des films uniquement pour admirer la beauté de la ou des actrices principales. Je suis comme ça et je ne suis pas le seul. Mais je ne parle pas seulement des scènes osées, remarquez.

    • @vlrglqqf

      Je ne comprends pas trop votre histoire de coma profond mais je vous invite respectueusement à respirer par le nez.

    • Il y a en France, malheureusement, une tradition forte de vulgarité et de misogynie. Je me rends souvent en France, pays que j’aime, et il est frappant de constater que la vulgarité y règne depuis quelques années. Impossible de regarder la télé ou même d’entendre les gens dans la rue sans entendre constamment “chier”, “pute”, “enculé”, “pétasse”, “connard”…. etc.
      Triste… Surtout, il y a un monde entre “truculence” et “vulgarité”.
      Les Gérard ne sont le reflet de ce “glissement” autorisé… Ca fait tellement chic de parler comme un charretier en public… et de jouer au gros colon…

      Le plus drôle, c’est que lorsque j’en fais la réflexion à des amis francais, la première réaction est “mais non, tu exagères…” puis, quelque temps plus tard, de me faire dire “tu sais, tu as raison!”.

    • Et le petit cul de Vanessa Paradis dans l’Arnacoeur, il tombe dans quelle catégorie? Malgré son âge, je le mettrais dans la catégorie flatteuse!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    novembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « oct    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • publicité