Marc-André Lussier

Archive, juillet 2010

Samedi 31 juillet 2010 | Mise en ligne à 19h59 | Commenter Commentaires (19)

Mon ami Dolph…

Dolph Lundgren-1

J’ai fait un petit détour par Toronto plus tôt cette semaine. La raison? Une entrevue en tête à tête avec Dolph Lundgren. Si si. LE Dolph. Le célèbre Ivan Drago de Rocky IV. Qui fait partie de toutes ces stars de films d’action réunies dans The Expendables, la nouvelle offrande de Sylvester Stallone (à l’affiche le 13 août).

Honnêtement, je m’attendais à l’une de ces entrevues où l’intervieweur doit fournir à la fois les questions et les réponses, pensant probablement, honte à moi, qu’une star aux gros bras n’a forcément pas plus de profondeur intellectuelle qu’un film de Steven Seagal.

Le hasard a voulu que Dolph et moi montions ensemble dans l’ascenseur menant à l’endroit où se déroulaient la série d’interviews, au dernier étage d’un hôtel du centre-ville. Mettons que j’avais pas trop envie de jouer avec ses nerfs. Impressionnant  le monsieur. 52 ans bien sonnés…

Très franchement, j’aurais bien de la difficulté à vous citer un film mémorable dans lequel Dolph Lundgren  a joué (autre que Rocky IV bien sûr). Lui aussi d’ailleurs. Maniant l’auto-dérision avec grande habileté, l’acteur s’est même demandé au cours de l’interview comment diable il s’était débrouillé pour être encore là après tant d’années. Et tant de mauvais choix de films…

Nous publierons cette interview au moment de la sortie de The Expendables, mais j’avoue que l’homme m’a impressionné par son intelligence, son sens de la répartie, et surtout, sa lucidité. Parallèlement à sa carrière d’acteur, l’homme fort suédois est toujours resté très actif dans le monde sportif. Son parcours académique est aussi très solide. Quand je lui ai demandé pourquoi nous étions moins au fait de ces aspects de sa vie, mon ami Dolph indique que cela tient à sa personnalité. «Les Suédois sont plutôt discrets de nature, dit-il. Je devrais peut-être me faire plus présent dans les médias.» Lisez sa bio.

Ayant déjà, comme son accoucheur Stallone, quelques réalisations à son actif, Lundgren compte bientôt s’attaquer à un projet ambitieux, écrit par des scénaristes suédois, un drame de guerre «sérieux» dont l’intrigue est campée à l’époque des nazis.

En attendant, on pourra voir LE Dolph en frère ennemi dans cette orgie de testostérone que constitue  The Expendables. Dans une scène particulièrement spectaculaire, il s’engage notamment dans une lutte à finir contre Jet Li. «C’est sûr qu’avec l’âge, il me devient plus difficile de tourner ce genre de scènes», dit-il.

Rappelons qu’outre Stallone, Lundgren et Li, The Expendables met en vedette Jason Statham, Mickey Rourke, Randy Couture et Steve «Stone Cold» Austin. Arnold Schwarzenegger et Bruce Willis y vont aussi d’une courte participation.

La bande annonce:

Lien YouTube pour plein écran.

Suivez-moi aussi sur Twitter.

Lire les commentaires (19)  |  Commenter cet article






Jeudi 29 juillet 2010 | Mise en ligne à 20h57 | Commenter Commentaires (6)

Le docu sur Joan Rivers arrive à Montréal

Joan Rivers - Affiche

Depuis sa présentation au Festival de Sundance au début de l’année, le documentaire Joan Rivers – A Piece of Work s’est taillé un beau succès, dans la modeste mesure de ses moyens.

Le film, dans lequel les coréalisateurs Ricki Stern et Anne Sundberg ont suivi la célèbre humoriste pendant un an, prendra l’affiche le 13 août à Montréal.

J’ai eu l’occasion de voir ce document il y a quelque semaines déjà à Los Angeles au Landmark Theatre. Je souligne l’endroit car j’y ai vécu une expérience qui m’était encore inédite. Dans ce complexe multisalles, vous devez en effet choisir votre place dans la salle. Tous les sièges sont numérotés et assignés. On vous montre même un plan quand vous vous présentez au comptoir. Le hic, c’est qu’une fois rendu dans la salle, personne n’est content de la place qu’il a choisie! Commence alors la valse des négociations afin de trouver une solution qui convienne aux parties en cause. Un vrai spectacle!

Pour ce qui est de Joan Rivers, j’ai toujours été fasciné par ce personnage. À l’époque où elle était la remplaçante attitrée de Johnny Carson au Tonight Show (non toi le jeune, tu ne sais pas de quoi je parle), je la trouvais même plus drôle, plus audacieuse, meilleure que l’animateur en poste. Ce qui ne l’a pas empêchée de vivre des années pour le moins tumultueuses pas la suite, tant sur le plan professionnel que personnel. La battante n’a pourtant jamais baissé les bras, quitte à accepter tous les contrats sur lesquels elle pouvait mettre la main, parfois au prix du ridicule. Aujourd’hui, la dame s’est refaite (dans tous les sens du terme) mais sa langue de vipère reste intacte.

“Quand de plus jeunes femmes humoristes viennent me voir toute émues pour me dire à quel point je leur ai ouvert les portes, j’ai toujours envie de leur répondre F… You. Je les ouvre encore!”

Ce document, très franc, a été salué par la critique de façon quasi unanime, recueillant en outre une cote favorable à 91% de Rotten Tomatoes.com

La critique de Roger Ebert (Chicago Sun Times)

Dans le concert d’éloges, une voix plus réservée: la critique de J. Hoberman (Village Voice)

La bande annonce:

Suivez-moi aussi sur Twitter.

Lire les commentaires (6)  |  Commenter cet article






Mardi 27 juillet 2010 | Mise en ligne à 7h56 | Commenter Commentaires (23)

Comic-Con est en train de tuer Hollywood!

COMICCON/

Photo: Reuters

«Comic-Con is killing Hollywood». Tel est le titre – provocant – qui coiffe un article écrit par John DeVore pour le magazine web américain Premiere.

D’un modeste congrès destiné au départ aux amateurs de bandes dessinées, Comic-Con est en effet devenu, au fil des ans, un événement incontournable pendant lequel les studios hollywoodiens tentent de séduire leur public cible. Tout ce qui gravite autour des films de super héros et des films de genre converge pendant cinq jours à San Diego. Environ 130 000 personnes assistent à ce congrès, lequel a pris fin dimanche.

Comme partout où elle y voit son profit (c’est le cas du Festival de Toronto aussi), la confrérie hollywoodienne a évidemment pris l’événement en otage et l’a transformé en une gigantesque séance de promotion pour ses films à venir. On veut créer un «buzz» auprès du public des fanboys, celui qu’elle chérit désormais particulièrement (pour ne pas dire uniquement).

Dans pratiquement tous les médias américains, Comic-Con est maintenant couvert en long et en large.

Lisez le bilan du Hollywood Reporter.

The Wrap estime même que Comic-Con est le Festival de Cannes des superproductions. Lisez cet article.

Un résumé en français.

Évidemment, le point de vue de DeVore sur Premiere.com jure sur le bel enthousiasme ambiant. Selon lui, les films de super héros constitue le pire des genres hollywoodiens. Il affirme en outre qu’il ne devrait pas s’en tourner plus de deux ou trois par an. «Super Hero movies might save the box office, but they fail fans of good movies», écrit-il.

Lisez son article. DeVore, reconnu pour son approche satirique, est parfois de mauvaise foi mais son point de vue est quand même rafraîchissant…

La bande annonce de Tron Legacy, dont la sortie est prévue le 17 décembre.

Lien You Tube (pour plein écran)

Suivez-moi aussi sur Twitter.

Lire les commentaires (23)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • publicité

  • Calendrier

    juillet 2010
    L Ma Me J V S D
    « juin   août »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité