Marc-André Lussier

Archive du 14 mai 2010

Vendredi 14 mai 2010 | Mise en ligne à 0h46 | Commenter Commentaires (2)

Wall Street 22 ans plus tard

Bandeau horizontal

Wall Street Money Never Sleeps-1

Michael Douglas et Shia Labeouf dans Wall Street : Money Never Sleeps

NOTE:
Chaque entrée quotidienne sera bonifiée au fil des reportages et des conférences de presse. Des hyperliens s’ajouteront au fur et à mesure. Si un film vous intéresse particulièrement, je vous suggérerais de revenir jeter un coup d’oeil de temps à autre.

—————————————————————-

Hors sujet: Ma chronique cinéma du vendredi.

Même s’il est présenté hors-compétition, on parie un petit deux que l’attention sera principalement tournée aujourd’hui vers Wall Street : Money Never Sleeps. 22 ans après le film qui a valu à Michael Douglas son Oscar, Oliver Stone remet le couvert. Ce film prendra l’affiche chez nous le 24 septembre.

Synopsis
Wall Street, New York : en plein krach boursier de 2008, un jeune trader Jacob Moore est prêt à tout pour venger son mentor, que d’obscures tractations financières ont poussé au suicide. Il demande de l’aide à Gordon Gekko le meilleur – et le pire – des gourous de la finance, qui vient de sortir de 20 ans de prison pour délit d’initié. Jacob va apprendre à ses dépens, que Gekko reste un maître de la manipulation, et que l’argent ne dort jamais.

«Vous savez, j’ai incarné George W. Bush. Je suis un peu confus!» – Josh Brolin à la conférence de presse de Wall Street : Money Never Sleeps

Mon reportage.

Le photo-call de ce matin.

Une interview avec l’équipe. Michael Douglas a-t-il appris le français au Québec?

La conférence de presse.

Le reportage de l’AFP.

La bande annonce

—————————————————-

Un seul film en compétition aujourd’hui. The Housemaid, du Coréen Im Sangsoo, s’annonce prometteur.

Mise à jour: Ce film tient ses promesses. Des trois films présentés en compétition jusqu’à maintenant, c’est celui qui m’a fait le plus vibrer. Voici une courte recension:

Un film très séduisant

L’unique film présenté en compétition aujourd’hui baigne dans un esthétisme remarquable. The Housemaid, du Coréen Im Sangsoo (Une femme coréenne), s’attarde à décrire, au sein d’une famille extrêmement bourgeoise, les liens troubles qui se nouent entre une nouvelle gouvernante et l’homme de la maison, un jeune chef d’entreprise très fortuné. À la tête d’une jeune famille, cet homme ne peut résister à l’envie de développer un lien de nature sexuelle avec son employée. Mise en scène élégante; clins d’œil à l’univers de téléromans (la belle-mère semble être une jeune émule de Joan Collins dans Dynasty!), et un récit qui ne se détourne jamais de l’aspect charnel de l’affaire. Dommage que le dénouement tombe un peu dans le Grand Guignol. Quand même, The Housemaid reste un très «beau» film. À mon sens, il pourrait très certainement prétendre à un prix de la mise en scène ou à un prix du jury.

The Housemaid-1

Synopsis
Lee Euny est engagée comme gouvernante dans une riche maison bourgeoise. Le mari de la famille, Hoon, la prend pour maîtresse. La vie de toute la maison va alors basculer.

La bande annonce.

L’interview de l’équipe du film.

La conférence de presse.

Le reportage de l’AFP.

 

Suivez-moi aussi sur Twitter.

 

 

 

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    mai 2010
    L Ma Me J V S D
    « avr   juin »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité