Marc-André Lussier

Marc-André Lussier - Auteur
  • Le blogue de Marc-André Lussier

    Journaliste à La Presse depuis 1995, Marc-André Lussier est fou de cinéma...
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 30 avril 2010 | Mise en ligne à 13h53 | Commenter Commentaires (14)

    Les amours imaginaires: la bande annonce

    Amours imaginaires - Affiche1

     

    Une nouvelle bande annonce des Amours imaginaires a été mise en ligne aujourd’hui.

    Vous pouvez la visionner sur le site officiel du film.

    La première mondiale du nouveau film de Xavier Dolan, sélectionné dans le programme Un certain regard, aura lieu le 15 mai au Festival de Cannes. Il prend l’affiche au Québec le 11 juin.

     

    Suivez-moi sur Twitter.


    • On voit tout de suite ses inspirations Almodovar/Wong Kar-wai.

    • Ce n’est qu’une opinion mais je trouve que Dolan est un excellent cinéaste. Cependant, je ne comprends pas pourquoi il s’acharne à se diriger lui-même en tant qu’acteur. Je crois qu’il aurait avantage à confier le jeu de ces films à quelqu’un d’autre. Il faut être excellent pour se mettre en scène soit-même et Dolan est un acteur plustôt moyen

    • Décidémment ce jeune homme abuse du ralenti dans ses films, va falloir qu’il fasse évoluer son oeuvre au risque d’être accusé de se plagier lui-même.

    • Cute. Mais est-ce que tout le film est filmé au ralenti? Dolan serait sûrement bon pour tourner de la pub et des clips.

    • @ spike10

      C’est vrai qu’il n’était pas top comme acteur dans son premier film, mais justement, c’est son premier. Je ne suis pas certain que les premières toiles, les premiers livres ou les premiers CDs d’artistes aujourd’hui accomplis étaient tous fameux.

      “je ne comprends pas pourquoi il s’acharne à se diriger lui-même”

      Il l’a fait deux fois, et vous n’avez pas vu le 2e: dire qu’il s’acharne est de mauvaise foi.

      Sérieusement, donnez-lui le temps d’affiner ses techniques et sa maitrîse technique. Je trouve qu’il a tout le potentiel pour corriger ses défauts de réalisateur et d’acteur et exceller dans les 2 facettes.

    • Aussi, grand bien lui fasse et j’admire son émancipation à ce niveau, mais l’homosexualité sera-t-elle toujours présente dans son oeuvre ? Comprenez-moi bien, je sais bien que dans ce film, on parle de l’amour, et dans le précédent, de la relation mère-fils, l’homosexualité étant toujours “accessoire”, mais je me demande si cela ne confinera pas toujours Dolan a un public restreint…mais bon, je ne crois pas qu’il devienne commercial un jour ni que ce soit souhaitable, mais cela risque néanmoins de donner un air de déjà-vu dans chacun de ses films, non , genre variation sur un même thème…!?

    • @ jeasonmorin 15h57

      Pourtant on ne se lasse jamais de voir des films d’amours hétérosexuelles. On en a fait à satiété, on en fera encore autant sur des histoires réelles mais inventées la plupart du temps. C’est à proprement parler un genre de variation sur un même thème extrêmement connu, archi connu et surexploité! L’homosexualité tout comme l’hétérosexualité ne sont pas accessoires, “elles sont la réalité”.

      Il serait grand temps que l’on se décide à lâcher le morceau une fois pour toutes et cesser l’hypocrisie qui entoure ces amitiés masculines dites contre nature. Il ne faut pas oublier que nous sommes bel et bien au XXIe siècle!

    • @jeasonmorin
      Je ne serais pas la première à vous le dire, mais Dolan ne parle pas de l’homosexualité, s’il parle de sexe, il parle de la sexualité point. Son film s’appelle “Les amours imaginaires”, normal que le sexe soit présent. Vous ne passeriez pas ce commentaire s’il s’agissait de deux personnes de sexe opposé. La sexualité est individuelle et ne peut pas être assignée à une place (hétéro-bisex-homo). Il parle de l’acte amoureux, point. Lisez Sollers, comme dirait Foglia. Le sexe ne se met pas dans une petite case, dans une catégorie.

    • @ jeasonmorin

      Je ne sais pas pour le cinéma de Dolan mais perso, j’ai bien aimé les romans biographiques d’Augusten Burroughs. Son homosexualité est accessoire à son récit.

    • J’aime bien défendre Xavier Dolan, cible facile s’il en est une.

      @ jeasonmorin

      Wong Kar Wai, Martin Scorcese, Woody Allen, David Lynch, Lars Von Trier, Gus Van Sant: Tous de grands cinéastes qui “varient” souvent sur le même thème et dont l’oeuvre est en fait presque basée sur ce concept.

      Quand au public restreint, je ne vois pas le rapport. C’est qui le public restreint? Les gays? Pourquoi les hétéros ne voudraient pas voir un film touchant le thème de l’homosexualité? C’est comme dire de Clint Eastwood qu’il aborde trop le thème de la violence et qu’il se confine à un public restreint.

      Je trouve fascinante la tendance à vouloir chercher des poux à Dolan. On dirait que tant de succès offusque. On est obligé de reconnaître la qualité, mais on se reprend en cherchant des bibittes ailleurs, dans le contexte, dans les marges.

      Attendez-donc de voir le film avant de critiquer! J’ai tué ma mère était TRÈS bon, pas excellent, pas un chef d’oeuvre, mais vraiment bon. Je me dis que le 2e sera encore mieux, plus complet.

    • C’est tu juste moi où la bande annonce inspire rien de particulier? Ouais un ptit brin de Pedro mais impossible que je regarde Xavier en le trouvant un brin crédible. Pas nécessairement de sa faute mais oui vraiment prend un acteur autre que toi ce qui, faut bien l’admettre, ferait déjà moins prétentieux je trouve. Bravo pour l’affiche parcontre. Ouais malgré que le soucis esthétique de l’affiche de New denmark ne change pas grand chose au film. Bref, le premier m’as pas épaté mais je laisse toujours une deuxième chance. La troisième chance est toujours désormais pour aller rire. Ben non j’ai pas ris tant que ça durant New Denmark ;)

    • On dira ce qu’on voudra des cinémas de banlieue, toujours est-il que le film de Dolan est annoncé à Beloeil avec une affiche rouge de 2 étages de haut.

    • @hdufort

      JVEUX VOIR UNE PHOTO! HAHAH

    • Ah la la, encore heureux que je n’aie pas été traité d’homophobe.
      @vlrglqqf + @ isabellar : Évidemment que je ne passerais pas ce commentaire s’il s’agissait d’hétéro ! Le cinéma s’aventure trop rarement dans les histoires d’amour (ou même autres) homosexuelles pour lesquelles mon intérêt est le même, si le film est bon.

      @veridik : Voyons, soyons pas naïfs, c’est évident que les films où l’homosexualité est au centre ou en périphérie proche du récit principal créént un malaise chez une grande partie de la population ou du moins un absence d’intérêt. Mon frère regarderait jamais ces films. À quand un film commercial avec un héros homosexuel ? Aucun studio n’oserait. Déjà, je ne comprends pas le succès de Brobeback…aux USA….accident de parcours ;)

      Ce sont souvent des films de répertoire ou presque…tu le sais bien. Et en passant, je n’ai pas critiqué le film, je ne l’ai pas vu. Je trouve que le Dolan aime beaucoup les ralentis, c’est tout, je ne lui cherche pas des pous, je l’aime bien même et j’aimerais bien avoir ses couilles…(au figuré).

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    janvier 2014
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité