Marc-André Lussier

Marc-André Lussier - Auteur
  • Le blogue de Marc-André Lussier

    Journaliste à La Presse depuis 1995, Marc-André Lussier est fou de cinéma...
  • Lire la suite »

    Partage

    Dimanche 28 mars 2010 | Mise en ligne à 18h43 | Commenter Commentaires (27)

    La 12e Soirée des Jutra en direct!

     Jutra - LecuyerDesgagné

    L’animateur Patrice L’Écuyer et le metteur en scène Yves Desgagné

    C’est le grand soir de la célébration du cinéma québécois. La cérémonie commence à 19h30 sur les ondes de Radio-Canada. Elle aussi diffusée sur le web.

    Tout au long de la soirée, vous pourrez réagir sur ce blogue. Vos commentaires seront mis en ligne le plus rapidement possible.

    Pour fin de rappel, voici la liste complète des nominations:

    Meilleure actrice

    Céline Bonnier, Je me souviens
    Anne Dorval, J’ai tué ma mère
    Marie-Thérèse Fortin, Les grandes chaleurs
    Isabelle Guérard, Détour
    Élise Guilbault, La donation

    Meilleur son

    Mario Auclair, Christian Rivest, Sylvain Lefebvre et Michel Gauvin, Cadavres
    Mario Auclair, Pierre-Jules Audet, Luc Boudrias et Louis Gignac, Grande Ourse – La clé des possibles
    Pierre Blain, Claude Beaugrand et Stephane Bergeron, Polytechnique
    Marcel Chouinard, Richard Lavoie, Dean Giammarco et Bill Sheppard, The Timekeeper
    Dominik Pagacz et Gavin Fernandes, Un ange à la mer

    Meilleurs costumes

    Carmen Alie, Grande Ourse, la clé des possibles
    Atuat Akkitirk et Micheline Ammaq, Le jour avant le lendemain
    Judy Jonker, Dédé à travers les brumes
    Sophie Lefebvre, The Timekeeper
    Ginette Magny, Les doigts croches

    Meilleur maquillage 

    Djina Caron, Grande Ourse, la clé des possibles
    Bruno Gatien, Sophie Leblanc et Mélanie Rodrigue, Martyrs
    Jo Pat Parris, 5150, rue des Ormes
    Colleen Quinton, Cadavres
    Fanny Vachon, The Timekeeper

    Meilleure coiffure 

    André Duval, Grande Ourse, La clé des possibles
    Linda Gordon, 1981
    Martin Lapointe, Serveuses demandées
    Marie-Lyne Normandin, Dédé à travers les brumes
    Martin Rivest, Je me souviens

    Meilleure direction artistique

    Jean Babin, Grande Ourse, la clé des possibles
    André-Line Beauparlant, The Timekeeper
    Jean Bécotte, Cadavres
    Danielle Labrie, Les doigts croches
    David Pelletier, Dédé à travers les brumes

    Meilleur film d’animation

    M, Félix Dufour-Laperrière
    Oko, Alain Fournier
    Playtime, Steven Woloshen
    Robe de guerre, Michèle Cournoyer
    Le tiroir et le corbeau, Frédérick Tremblay

    Meilleur documentaire

    Antoine, Laura Bari
    Hommes à louer, Rodrigue Jean
    Last Train Home, Lixi Fan
    Silence, on vaccine, Lina B. Moreco
    Une tente sur mars, Martin Bureau et Luc Renaud

    Meilleur acteur de soutien

    Normand Daneau, Suzie
    Maxime Gaudette, Polytechnique
    Rémy Girard, De père en flic
    Stephen McHattie, The Timekeeper
    Dimitri Storoge, Dédé à travers les brumes

    Meilleure actrice de soutien

    Sandrine Bisson, 1981
    Hélene Bourgeois-Leclerc, Je me souviens
    Bénédicte Décary, Dédé à travers les brumes
    Fanny Mallette, Grande Ourse, la clé des possibles
    Sonia Vachon, 5150, rue des Ormes

    Meilleur montage

    Michel Arcand, Love and Savagery
    Glenn Berman, Un ange à la mer
    Richard Comeau, Polytechnique
    Michel Grou, Grande Ourse, la clé des possibles
    Linda Pinet, Je me souviens

    Meilleure musique

    Benoît Charest, Polytechnique
    Bertrand Chenier, Love and Savagery
    Normand Corbeil, Grande Ourse, la clé des possibles
    Kate et Anna McGarrigle, Le jour avant le lendemain
    Dédé Fortin, Les Colocs et Éloi Painchaud, Dédé à travers les brumes

    Meilleure direction de la photographie

    Bernard Couture, Cadavres
    Pierre Gil, Polytechnique
    Daniel Jobin, Je me souviens
    Sara Mishara, La donation
    Ronald Plante, Grande Ourse, la clé des possibles

    Meilleur acteur

    Jean-Carl Boucher, 1981
    Michel Côté, De père en flic
    Normand D’Amour, 5150, rue des Ormes
    Xavier Dolan, J’ai tué ma mère
    Sébastien Ricard, Dédé à travers les brumes

    Meilleur court / moyen métrageDanse macabre, Pedro Pires
    La chute, Ivan Grbovic
    La neige cache l’ombre des figuiers, Samer Najari
    L’ordre des choses, Anne Émond
    Mon cher Robert, Claude Brie

     

    Meilleur scénarioXavier Dolan, J’ai tué ma mère
    Jean-Philippe Duval, Dédé à travers les brumes
    Bernard Émond, La donation
    André Forcier et Linda Pinet, Je me souviens
    Ken Scott, Les doigts croches

     

    Meilleure réalisation

    Marie-Hélène Cousineau – Madeline Piujuq Ivalu, Le jour avant le lendemain
    Xavier Dolan, J’ai tué ma mère
    Jean-Philippe Duval, Dédé à travers les brumes
    Ricardo Trogi, 1981
    Denis Villeneuve, Polytechnique

    Meilleur film

    1981
    Le jour avant le lendemain
    Dédé à travers les brumes
    J’ai tué ma mère
    Polytechnique

     

    C’est évidemment aussi une grosse soirée sur Twitter.

    Suivez-moi. Et Anabelle Nicoud. Et Marc Cassivi.


    • Tel que commenté sous la plume de M. Cassivi cet après-midi, sous le titre « Le duel des Jutra », mais qui n’a pas été encore publié par cyberpresse (message… :)), je réitère ma forte position envers le meilleur film québécois de 2009, soit Polytechnique, de Denis Villeneuve, un film sobre, tout en nuances, qui se révèle un grand cours de cinéma, avec l’utilisation du noir et blanc, des nombreux angles et plans de caméra divers, bref une palette riche cinématographiquement parlant. Le Québec peut être fier, non seulement de ce film quasi unanime, mais de tous les films d’autres qu’il promeut et subventionne, au détriment de produits purement populaires.

    • Lire [...] film d’auteurs qu’il promeut [...].

    • Le prix de la meilleure actrice d’entrée de jeu? Les organisateurs ont attrapé quelle maladie?

      Ceci dit, Anne Dorval m’a chaviré de bout en bout; elle était si émue que j’ai éprouvé un quasi-malaise à écouter son discours, comme si elle ne s’y attendait pas.
      Elle mérite ce prix unanimement, criante d’authenticité dans le premier long-métrage de Xavier Dolan!

    • Est-ce que c’est moi ou le gala semble être vraiment broche à foin?

    • Le gala ne lève tout simplement pas jusqu’à maintenant, et Patrice L’Écuyer est erratique jusqu’à présent…

    • Monsieur Lussier, pouvez-vous m’expliquer pourquoi Maxime Gaudette, qui joue quand même Marc Lépine, se retrouve dans la catégorie meilleur acteur de soutien et non pas tout simplement meilleur acteur?

    • Cette claque à elle seule vaut la soirée au complet.
      Je suis ravie pour Anne Dorval, mais Élise Guilbault aurait aussi très bien pu l’emporter.

    • @ isaa2

      Je dirais qu’il joue un rôle « secondaire » d’importance, il n’est pas à l’avant-plan tout au long du film, mais je suis curieux de voir ce que dira M. Lussier…

      Ça me fait penser à Kate Winslet dans The Reader : tantôt elle remporte l’Oscar de la meilleure actrice aux Oscar, tantôt le prix de la meilleure actrice de soutien aux Golden Globes, alors que différentes associations s’y sont renvoyé la balle de ping-pong.

    • @ isaa2

      Je n’ai malheureusement pas beaucoup le temps de m’étendre sur le sujet mais à mon humble avis, Maxime Gaudette méritait d’être sélectionné dans la catégorie du meilleur acteur. Mais Bravo!

    • ENFIN un peu beaucoup de piquant et d’extravagance avec ce prix remporté par la merveilleuse exubérance de Sandrine Bisson… qui risque d’en décrocher des contrats dans les prochaines semaines!

      Félicitations et rien à redire sur les trois prix d’interprétations décernés jusqu’à présent… il ne reste maintenant (et assurément) que Sébastien Ricard!

    • Et de deux pour le film de Denis Villeneuve!

    • Il avait dit de se mettre chic… Fallait-il qu’ils aient tous une gueule d’enterrement ? Le gala se démarque par le fait qu’il n’y a aucune atmosphère festive ! Ils ont tous l’air de s’ennuyer ferme, Patrice le premier.

      Je suis un gros fan de cinéma québecois, mais désolé, je décroche ici !

    • oups ai-je bien entendu Catherine Vanasse? Erreur qui semble être à l’image du gala malheureusement!

    • C’est vrai que ça manque cruellement de vie. C’est peut-être le choix du lieu… On dirait aussi que toutes les blagues tombent à plat. Très étrange comme soirée !

    • Comme les blagues tombent à plat, ça n’a aucun sens (voir la dernière en lice, celle de Michel Roy, président du CA de Téléfilm Canada)… et moi aussi j’ai cru entendre aussi Catherine Vanasse isaa2 (de mal en pis pour ce gala terne, monotone, moribond…).

    • Gala très ennuyant. Manque de saveur, de couleur. Linéaire et fade. Et les drôles de personnages avec des gants blancs et des souliers blancs, un peu trop. Mais les choix de gagnants sont biens.

    • Et de trois (en quatre) pour Polytechnique avec le Jutra de la meilleure direction photo, après le meilleur montage et du meilleur acteur de soutien…

    • qui vas dépenser 11.50$ pour aller voir un film quebecquois oufffff j,ai regarder que quelques minutes et j,en ai eu assez

    • quebecquois? Vous voulez ironiser? Québécois svp.
      Bref, pour répondre à la question, tout dépend du film, du réalisateur, du contexte, des acteurs du film. Par exemple, je dépenserais aisément 11,50 $ pour voir Incendies, de Villeneuve justement…

    • Non, les actrices devraient se contenter de jouer et laisser chanter les chanteuses.

    • Rien ne va plus dans ce gala… mais les Jutra décernés livrent la marchandise!

    • Vraiment mille bravos à Xavier Dolan. «Aux âmes bien nées la valeur n’attend pas le nombre des années»

    • Rien à redire sur les prix décernés, mais quelle soirée emmerdante. Patrice Lécuyer était d’un ennui mortel, tout à l’image d’un gala sans aucune originalité. Les participants ont-ils tous été atteints d’un dard tranquilisants ?

    • Yves Desgagné est à l’origine de Roméo et Juliette, un des pires ratés du cinéma québecois des dernières années. Et on lui confie la mise en scène du gala des Jutra. Quelqu’un peut m’expliquer?

    • Quel ennui ce gala.., des chanteuses qui faussent et des gars qui vont dans un gala en jeans et décoiffés… encore en 2010.. Il me semble qu’ils pourraient evoluer! (C’est ok d’avoir l’air propre! Tu s’ras pas moins cool man!)

    • J’aimerais savoir pourquoi Maxim Gaudet était acteur de soutien et non principal acteur? Quels sont les critères? En général, la différence m’apparaît claire, mais pas dans ce cas.

    • Personne n’en parle, mais je trouve que le moment embarrassant de la soirée fut le film de Pascale Bussières sur les maladies du coeur: trip d’acteur grotesque, mal cadré, avec ses images pseudo-poétique avec la belle qui se frottait sur un gros arbre phallique qui a fini par donner de la sève… Amateurs de métaphores, bonsoir! Seule la dernière image de l’arbre devenu rouge était visuellement intéressante.

      Pour ce qui est du clip de Dolan c’était comme son long métrage: plein de clichés visuels (ici l’esthétique Benetton avec effets clippés) mais à la fin l’émotion l’emporte grâce à la direction d’acteurs.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    mars 2010
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité