Marc-André Lussier

Archive, février 2010

Samedi 27 février 2010 | Mise en ligne à 21h11 | Commenter Commentaires (13)

César: Un triomphe annoncé

César Adjani - 2

Gérard Depardieu a remis le César à Isabelle Adjani (Photo: Reuters)

Un prophète a pratiquement tout raflé à la soirée des César. C’est amplement mérité.  Du coup, un film aussi dominant laisse forcément des concurrents de qualité sur la ligne de touche. Cité dix fois, Welcome est reparti complètement bredouille. J’aurais cru qu’à partir du moment où Tahar Rahim décrochait le César du meilleur espoir masculin, la porte était alors ouverte pour Vincent Lindon, jamais récompensé aux César, dans la catégorie du meilleur acteur. Et bien non. Le jeune Rahim, stupéfiant dans le film d’Audiard, a écrit l’histoire en enlevant AUSSI ce César-là.

Étant toujours en reportage à l’extérieur, je n’ai pu attraper qu’un petit bout de la cérémonie. Après avoir renoncé à offrir ce service depuis plusieurs années, Canal Plus a diffusé ce soir les César en direct sur son site web. Avoir su, je vous aurais prévenus!

Je vous avouerai bien honnêtement qu’en voyant Isabelle Adjani monter sur scène, étranglée par l’émotion, j’ai ressenti un certain malaise. Un peu du genre de celui qui avait marqué le sacre d’Annie Girardot il y a quelques années quand l’actrice avait été récompensée pour sa performance dans La pianiste de Haneke. Avant ce soir, Isabelle Adjani avait déjà obtenu le César de la meilleure actrice quatre fois (Possession en 1981; L’été meurtrier en 1983; Subway en 1985; et La reine Margot en 1995). Il est clair que celui qu’elle a obtenu cette année grâce à sa performance dans La journée de la jupe (un film très discutable à mon avis), revêtait à ses yeux une signification particulière. Et bouleversante. Le contraste était en tout cas frappant avec Tahar Rahim. Et illustrait avec éclat qu’un trophée de la sorte ne signifie pas du tout la même chose quand on le reçoit au début d’une carrière plutôt qu’après plusieurs décennies de fiers et loyaux services… Cela dit, n’ayant pas vu ce qui s’est passé avant, peut-être ce moment d’émotion s’inscrivait-il de belle façon dans la soirée. Je reverrai l’enregistrement.

À part ça, pas beaucoup de surprises. Je me réjouis du César qu’a obtenu Les beaux gosses (meilleur premier film) mais j’aurais préféré Noémie Lvovsky à Émmanuelle Devos comme meilleure actrice de soutien.

Et puis, il faudra aussi que quelqu’un m’explique comment Gran Torino a pu surpasser Le ruban blanc dans la catégorie du meilleur film étranger…

Suivez-moi sur Twitter.

Lire les commentaires (13)  |  Commenter cet article






Vendredi 26 février 2010 | Mise en ligne à 15h43 | Commenter Commentaires (21)

La critique est unanime!

Un prophète - 2

Un prophète a enfin pris l’affiche au Québec. Assurément l’un des meilleurs films que vous verrez cette année. La critique est unanime. Chez nous comme ailleurs. Médiafilm lui accorde même la cote «2» (remarquable), fait rarissime pour une nouveauté.

La plupart d’entre vous n’avez pas encore vu le film de Jacques Audiard. Peut-être irez-vous ce week-end. Ou plus tard. Ou pas du tout. Je serais curieux de savoir quelle est votre sentiment face à un tel enthousiasme de la critique. Voilà d’ailleurs l’une des questions que je soulève dans ma chronique hebdomadaire.

 J’avoue que je crains toujours un peu l’effet de ressac quand vient pour moi le moment d’écrire ou de parler d’un film qui, à mes yeux, se révèle exceptionnel. D’autant plus qu’on vous rabat les oreilles depuis déjà plusieurs mois avec ce prophète. Cela dit, les raisons de s’enthousiasmer vraiment pour un film ne sont pas si fréquentes dans une année…

Étant présentement à New York (dans la neige et la sloche) pour quelques rencontres de presse, je ne pourrai suivre en direct la 35e Cérémonie des César. Normalement, Un prophète devrait triompher (Welcome pourrait quand même venir mêler les cartes). Je commenterai toutefois les résultats sur ce blogue demain soir.

Je vous rappelle que la cérémonie est diffusée sur les ondes de TV5 le 27 février à 16h30, soit en différé de 90 minutes (voir chronique pour explication).

Lisez ce point de vue intéressant de la collègue Helen Faradji sur les César.

À demain.

 

Suivez-moi sur Twitter.

Lire les commentaires (21)  |  Commenter cet article






Mercredi 24 février 2010 | Mise en ligne à 10h43 | Commenter Commentaires (19)

Alice suscite la grogne! (Ajout)

Alice in Wonderland-1

Le mouvement a pris naissance en Grande-Bretagne la semaine dernière. Depuis, il gagne du terrain dans plusieurs pays. Oui, la sortie d’Alice in Wonderland, prévue le 5 mars, pourrait être compromise. Les exploitants sont en colère contre le studio Disney. Qui les obligeraient à retirer trop rapidement le film pour permettre une relance en DVD trois mois à peine après sa sortie en salle.

Lisez le reportage de ma collègue Nathaëlle Morissette.

J’avoue que cette histoire me laisse perplexe. Comme l’impression que dans l’esprit des grands studios, l’exploitation d’un film en salle et sa mise en marché en DVD ne s’adresse plus du tout au même public. D’où cette témérité d’annoncer dès maintenant la sortie d’Alice in Wonderland en DVD au mois de juin. Les bonzes estiment sans doute qu’à cause de cette valeur ajoutée qu’est le 3D,  le public désirant voir le film en salle ira de toute façon.

Pas certain que cette stratégie soit gagnante. Visiblement, les exploitants de salles de cinéma du monde entier ne le croient pas non plus.

Donc, le film de Tim Burton sera disponible en DVD dans trois mois. Cette info amenuise-t-elle votre envie de voir le film en salle? On jase.

Ajout (25 février) :

Il fallait s’y attendre. Une entente de dernière minute a été conclue entre les deux parties. Lisez ici.

 

Suivez-moi sur Twitter.

Lire les commentaires (19)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    octobre 2013
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité