Marc-André Lussier

Marc-André Lussier - Auteur
  • Le blogue de Marc-André Lussier

    Journaliste à La Presse depuis 1995, Marc-André Lussier est fou de cinéma...
  • Lire la suite »

    Partage

    Samedi 30 janvier 2010 | Mise en ligne à 19h01 | Commenter Commentaires (8)

    Survivre à janvier… (Ajout)

    un-prophete-1.jpg

    Tahar Rahim dans Un prophète (Jacques Audiard). À l’affiche le 26 février. 

    Surviving January. Voilà comment Peter Travers intitule son article dans le plus récent numéro de Rolling Stone. Il a bien raison. Même si le trait est encore plus prononcé aux États-Unis que chez nous, le mois de janvier est synonyme de disette au cinéma. On roule encore sur les gros titres sortis à la fin de l’année dernière (certains de ceux-là sortent en «distribution large» en janvier – The Lovely Bones), et les nouveautés semblent le plus souvent provenir tout droit d’un fond d’inventaire oublié. Les grands studios, c’est sûr, voient le premier mois de l’année comme un passage inutile et non rentable. D’où cette prolifération de comédies faciles et de films de genre sous Z.

    Au Québec, nous pouvons quand même nous raccrocher à quelques titres venus d’ailleurs. Parmi ceux-là, L’affaire Farewell. De loin le film le plus intéressant que nous ayons pu nous mettre sous l’œil au cours des dernières semaines. La critique quatre étoiles du collègue Lepage est ici.

    Cela dit, les choses sérieuses commencent vendredi avec l’arrivée – enfin – du Ruban blanc, Palme d’or à Cannes l’an dernier. L’ami Cassivi en a d’ailleurs fait le sujet de sa chronique ce week-end. Les sept jours du talion, déjà auréolé d’une rumeur favorable, sort aussi vendredi. Au fil du mois, Fish Tank (Andrea Arnold), Shutter Island (Martin Scorsese), Le petit Nicolas (le film français le plus populaire en France l’an dernier), La dernière fugue (Léa Pool), Oscar et la dame rose (Éric-Emmanuel Schmitt), L’enfer d’Henri-Georges Clouzot (formidable document), et, surtout, Un prophète (Jacques Audiard), notamment,  prendront l’affiche.

    À vrai dire, le mois de janvier est devenu, au fil des ans, à peu près le seul mois dans l’année où l’actualité cinématographique est au ralenti. Je profite d’ailleurs toujours de ce moment d’accalmie pour prendre quelques semaines de vacances. Ce qui, en passant, fait toujours bien rire mes amis. Qui ne se gênent pas pour se payer ma gueule.

    Car évidemment, je vois des films quand même pendant mon mois d’hibernation. Évidemment, je sors de ma tanière quand une nouvelle d’importance pointe le bout de son nez. Ou que l’envie me prend de m’obstiner sur Avatar

    Je reprends, donc, mon rythme habituel dès lundi. Mardi (2 février) aura d’ailleurs lieu l’annonce des nominations pour la prochaine soirée des Oscars. On devrait beaucoup s’amuser. La semaine suivante, j’aurai le plaisir de vous offrir une série de reportages en provenance du Festival de Berlin. Le nouveau Scorsese (Shutter Island) y sera présenté en première mondiale. Tout comme The Ghost Writer, le nouveau film de Roman Polanski (le site officiel du film est maintenant en ligne). Hâte dites-vous?

    Maintenant que nous avons tous survécu à janvier, notre année cinéma peut enfin commencer!

    Ajout: Nouveau développement dans l’affaire Mesrine. On se doutait bien qu’il y avait anguille sous roche. Lisez l’article de Jean-Christophe Laurence.  

    Suivez-moi sur Twitter. Cassivi y est aussi.


    • Du repos cinématographique pleinement mérité M. Lussier…

      Ne ravalez pas trop votre salive ou ne vous étouffez pas en avalant une bretzel lorsque ma chérie Sandra Bullock sera en lice pour l’Oscar de la meilleure actrice (j’avoue que ça résonne bizarrement à mes oreilles et dans ma tête… mais je m’habituerai).

      Vivement Shutter Island, Le ruban blanc, Un prophète et Les sept jours du talion, mes films les plus attendus de ce début d’année… mais je ne suis pas trop original, j’en conviens!

    • Le système de vote n’est pas au point. En essayant de mettre 4 étoiles
      à Ruban Blanc, ça a changé instantanément en pointant ma souris, et là bien c’est comme si j’avais voté 2 étoiles (ou peut-être 3).

      Bref les films de Cannes sortent presqu’à la queue leu-leu. Qui est responsable de cela. Qu’est-ce que les producteurs ou distributeurs veulent en faisant cela? Quelle est la stratégie? J’aimerais bien savoir.

      Je recopie ici ma réponse à l’article de Cassivi:

      Das Weisse Band s’impose comme un film bien supérieur à la moyenne.
      Comme à l’habitude chez Haneke, on sors de la projection la tête pleine de questions, et la certitude que Haneke s’est servi d’un scénario (ou même, d’un film) pour nous emmener subtilement vers un “autre message”. Il nous demande de s’envoler et de regarder le film d’en haut (de loin). Il est clair qu’on a affaire à un film important. Et en effet, certains dialogues cinglant font penser à Bergman.

      Le fait qu’Haneke a commencé à 50 ans est assez fantastique, car cela indique qu’il n’est jamais trop tard pour réaliser des films.

    • C’est très drôle, le sujet de votre blogue d’aujourd’hui ressemble énormément à celui de mon blogue de mercredi dernier (http://requiempourunfilm.blogspot.com/2010/01/janvier-catastrophique.html)!

    • @ chihiro

      Je ne savais pas que tu tenais un blogue Martin. Je l’apprends aujourd’hui. Bienvenue dans la blogosphère!

      Lien

    • J’ai vu la bande-annonce des 7 jours du Talion, j’ai comme l’impression que le punch du film c’est que le personnage de Legault va torturer et tuer le mauvais gars a la place du meurtrier de sa fille.

    • Il faudrait que tu lises le livre Teddybear !

    • L’ai pas lu Clinty, mais on dirait que c’est ca. Est-ce que je me trompe ?

    • Je ne venderais jamais la fin d’un film….. j’aimerais pas qu’on me bousille mon plaisirs, alors je ne le fait pas aux autres

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • publicité

  • Calendrier

    janvier 2010
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité