Marc-André Lussier

Marc-André Lussier - Auteur
  • Le blogue de Marc-André Lussier

    Journaliste à La Presse depuis 1995, Marc-André Lussier est fou de cinéma...
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 26 janvier 2010 | Mise en ligne à 18h55 | Commenter Commentaires (73)

    Avatar no.1 de tous les temps? Pas si sûr…

    Avatar devient le film le plus lucratif de l’histoire, annonce-t-on aujourd’hui. 

    Sur le plan des recettes, c’est irréfutable. Le Hollywood Reporter publie toutefois aujourd’hui le classement des films les plus populaires de l’histoire en les classant par le nombre d’entrées (plutôt que par les recettes).

    Évidemment, ce tableau donne une tout autre perspective. Je le reproduis ici:

     1 – Gone With the Wind (1939) 202,044,600
    2  – Star Wars (1977) 178,119,600
    3 -  The Sound of Music (1965) 142,415,400
    4 -  E.T.: The Extra-Terrestrial (1982) 141,854,300
    5 -  The Ten Commandments (1956) 131,000,000
    6 -  Titanic (1997) 128,345,900
    7 -  Jaws (1975) 128,078,800
    8 -  Doctor Zhivago (1965) 124,135,500
    9 -  The Exorcist (1973) 110,568,700
    10 -Snow White and the Seven Dwarfs (1937) 109,000,000
    11 -101 Dalmatians (1961) 99,917,300
    12 -The Empire Strikes Back (1980) 98,180,600
    13 -Ben-Hur (1959) 98,000,000
    14 -Return of the Jedi (1983) 94,059,400
    15 -The Sting (1973) 89,142,900
    16 -Raiders of the Lost Ark (1981) 88,141,900
    17 -Jurassic Park (1993) 86,205,800
    18 -The Graduate (1967) 85,571,400
    19 -Star Wars: Episode I (1999) 84,825,800
    20 -Fantasia (1941) 83,043,500

     Avec ses 76,421,000 billets vendus, Avatar ne se hisse pour l’instant qu’en… 26e position!

    J’ai pensé que cela vous intéresserait…

    Lisez l’article du Hollywood Reporter.

    Suivez-moi sur Twitter. Cassivi y est aussi.


    • Les recettes sont sujettes à l’inflation, pas le nombre d’entrées. Tableau intéressant, aucun film du 21e siècle n’y figure.

    • Ça fait beaucoup de sens, cette liste.

      En passant j’ai finalement vu Up In The Air et je ne comprends pas
      l’engouement. Avec George, je n’arrive plus à voir un personnage,
      il n’y a que George. Ce n’est pas un mauvais film, et surement un de ceux qui traite le mieux des événements économiques récents, mais bref, tout ça se sentimentalise avec excès (very américain), et je pense
      qu’en omettant complètement Avatar de votre liste 2009 tout
      en positionant ce film comme numéro 1 de l’année, vous avez commis une erreur, Marc-André. Mais bon, on en reparlera après les Oscars.
      Le consensus académicien et moi, c’est deux.

      Il faut dire que j’ai senti venir la conclusion du film vers la demi-temps,
      et que j’ai trouvé l’idée qu’un homme veuille annuler son marriage à la dernière seconde invraisemblable. J’ai débarqué à ce moment là.
      C’était une situation trop idéale pour le film. Je me suis senti manipulé.

    • Effectivement, c’est intéressant.

      Malheureusement, comme le film, les gens ne retiennent que la poudre aux yeux.

      Je pense qu’une industrie où l’art est calculé par le chiffre d’affaire (USA) et non par le nombre de “client/participation”, c’est aussi biaisé que représentatif d’un problème de société.

    • Hum ce n’est pas une grosse surprise, car à peu près TOUT les articles en ligne qui parlent des progrès financiers d’Avatar précisent toujours qu’en terme d’achalandage c’est différent.

      Par contre voyez: Avatar a battu le records financier de Titanic en 39 jours, ce que Titanic avait mis 41 semaines à faire. Oui les prix de billets sont plus élevés, mais on parle quand même d’un ordre de magnitude assez impressionnante.

      Et toujours du fait qu’Avatar n’en est qu’à sa 39eme journée et déjà 26eme en achalandage, et qu’il ne décline que très lentement, on risque de s’en reparler très bientôt! :-)

      Par contre pour les Oscars, j’espère franchement que Tarantino aura les honneurs qu’il mérite. Inglogious Basterd est définitivement le meilleur film de 2009.

    • Et dites-vous qu’en 1939, il y avait un public potentiel bien moins grand qu’en 2010, simple question de population ;)

      C’est quelque chose de très difficile à calculer au pro rata

    • Ah ! Ça c’est un très bon point. Je vous remercie d’avoir partager l’info avec nous. Car la majorité des gens ne vont lire que les grands titres et être persuadés qu’aucun film n’a été plus vu qu’Avatar.

    • SI je ne me trompe pas, à l’exception de Jurassic Park et The Phantom Menace, tous ces films ont bénéficié d’une seconde vie en salles, ce qui explique pourquoi les recettes sont si hautes, car plus d’une génération a pu les voir dans un cinéma. Avec les cinémas-maison de nos jours, il est plutôt rare qu’on décide de présenter à nouveau un film au grand écran.

    • Y’a aussi le fait qu’avant on pouvait aller au cinéma en famille sans que ça coûte une journée de salaire…

      Allez là le samedi, 2 adultes (2×12$) 2 enfants (2×12$ !!!) + quand on sort on se gêne pas, du pop-corn (4×6$) et un coke (4×5$) pour tout le monde… Ça donne quasiment 100$, la moyenne des canadiens fait à peu près ça après impôts… Et il y a aussi tous ces gens qui ont investi 10,000$ dans un cinéma maison qui attendent que le film sorte en DVD et qui se font du pop-corn au micro-ondes ou dans la machine…

    • Aussi, il faut tenir compte qu’à cause du prix des lunettes 3-D, le total des recettes est artificiellement gonflé.

    • @bloganon

      Faux.

      Car il y a une toute autre croissance, soit celle du nombre de salle à travers le monde et la croissance économique de certains pays, tel que l’Europe de l’Ouest, la Russie (temps de l’URSS , pas sur qu’il y avait des films d’hollywood), la Chine et même la croissance démographique en Occident.

      Ce qui rend le record de Gone With The Wind encore plus surprenant.

      Ce que l’article ne dit pas, c’est si les données sont uniquement américaine ou l’international, car Avatar ne décolle pas trop trop aux states, mais plutôt à l’international.

      @sultitan

      Merci de me vendre le punch … je ne l’avais pas vu encore … trop aimable

    • Bravo, je suis un financier et j’ai toujours était déranger par les résultat de box office, car ca ne tiens pas compte de l’inflation c’est sur que plus les billets coutent chers, plus les box offices vont augmenter.

      Voici les 100 films en fonction du box office ajusté pour l’inflation.
      http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_highest-grossing_films_in_the_United_States_and_Canada

    • «En autant en emporte le vent» a rapporté 198 millions de dollars US en 1939. Convertissez ce montant en dollar de 2010 à l’aide du calculateur d’inflation du site de la Banque du Canada et voyez par vous-même que ce film a générer plus de 2,9 milliards de dollars. De loin le film le plus lucratif de l’histoire toutes données de prix de billets et du nombre d’achalandage confondu.

      http://www.banqueducanada.ca/fr/taux/inflation_calc-f.html

    • @ mattgilles

      Êtes-vous vraiment obligé d’acheter du pop-corn et des boissons gazeuses quand vous allez au cinéma ? De toute façon, il n’y a rien de plus irritant que quelqu’un qui mange du pop-corn et qui sappe une liqueur à côté de soi. Surtout qu’avec les formats que les gens achètent, la collation est interminable.

    • Avatar??? C’est un film???

    • @ eric.b

      “car Avatar ne décolle pas trop trop aux states”

      Hum, avec les chiffres aux États-Unis, d’un point de vue purement financier, il est à deux doigts (environ 2 semaines) de battre Titanic comme le film le plus lucratif de l’histoire en sol américain. Je n’utiliserais donc pas le “décolle pas trop aux states”.

      On peux par contre dire qu’en % US vs International, Avatar a effectivement un petit plus du côté international par rapport à la moyenne des blockbusters américains (environ 5-6% de différence)

      http://boxofficemojo.com/alltime/world/

    • @ snake70

      Ahah je suis bien d’accords avec vous. Je n’ai jamais compris par quelle logique tordu les gens puissent acheter des snacks et beuverages quand ils vont au cinéma. Ça me dépasse. Et comme vous dites, c’est vraiment dérangeant!

    • @mattgilles

      Il n’y a plus de prix spécial pour les enfants au cinéma??

      Aussi 1 gros popcorn de grosseur cinéma c’est en masse pour 4 personnes… pareil pour les boissons gazeuses, 1 ou 2 c’est en masse.

    • En passant, une petite statistique: en 1946 la moyenne par capita aux États-Unis était de 34 billets de cinéma par année alors qu’en 2004 cette moyenne était baissée à 5 billets par année….il est vrai que le record d’Avatar en est un de revenu mais il n’y aura plus jamais de records d’assistance parce depuis nous avons la télé, les DVD, Internet, etc…Bref, vous n’aimez pas ce film, ce film est sorti depuis 5 semaines…alors passons à autre chose, svp.

    • Rendons nous à l’évidence:

      Il est possible que ce film de divertissement gagne l’Oscar ultime.

      Il est aussi possible que cette ”victoire” du nivellement vers le bas for the sake of $$ catapulte le film vers des sommets encore plus fous.

      Il est possible que les vente de dvd/blu-ray/lunettes 3D battent aussi des records au delà du bon sens.

      Et, finalement, il est possible que nous soyons pognés avec un phénomène grandissant qu’ils vont étendre sur 30 ans (Avatar 2,3…10..prequel..Série télé, etc..)

      Aussi bien apprendre à vivre avec la patente. En souhaitant que Avatar 2 soit déjà plus évolué au niveau narratif…

    • Peut-on comparer ????
      Nous sommes en 2010………loin de 1939
      Pouvons-nous penser que si Avatar avait été présenté en 1939 que Avatar aurait encore ce record aujourd’hui ???……….Possible…..
      De toutes les distractions en 1939……….le cinéma était l’option numéro uno…..( il y a vait plus ou moins de distractions à part jouer aux cartes…….prendre un coup…..etc…)
      En 2010………il y a autant de distractions qu’il y a de mots dans le dictionnaire……………….
      Désolé mon cher……….les comparaisons ne tiennent pas la route……..
      Avatar est en haut pour un bail…….

    • Heu… Il faut prendre en compte que des films comme Gone with the wind et Star Wars ont resorti aux cinéma des dizaines de fois. Et Avatar est sorti il y a 39 jours, Titanic a mis 1 an pour atteindre ce chiffre. Tous ces films n’ont pas eu à faire face au piratage, aux cinémas maison et aux présentations plus limitées. Toujours aussi trouble-fête. Vous êtes sur cyberpresse et vous vous adressez à la population en générale. On sait que vous n’avez pas aimé le film mais faire du Avatar-bashing auprès de ceux qui l’ont aimé ne sert à rien. Une fois on l’a compris, sinon votre place est dans les sites spécialisés.

    • Le pire c’est qu’à cause du succès d’Avatar, tous les films seront désormais en 3D…Les méga studios parlent déjà de Gremlins 3D, Ghostbusters 3D etc…Même le prochain Harry Potter, bien que cela me passe 1000 pieds par-dessus la tête, sera en 3D…C’était cool avec Avatar, mais là, les studios vont se mettre à se servir de ça pour faire plus d’argent sur les entrées, et gageons que le produit sera la plupart du temps botché!!!

    • Quelle fabuleuse liste de chefs d’oeuvre. Tous américains en plus (sauf Zhivago). Sont-y assez bons les Américains!!! J’en suis renversé. Enfin si c’est ce que les gens veulent.

    • @ sultitan

      Et la conclusion d’Avatar, vous ne l’avez pas vue venir dès la moitié du film?

      Ma première gorgée de Coke Diète n’avait même pas eu le temps de descendre mon oesophage que j’avais déjà compris la morale à deux cennes que Cameron m’a martelé dans la face comme si j’avais trois ans et demi.

      Dès que j’ai vu retontir, dans les premières minutes, un jeune businessman arrogant et un vieux général malintentionné tout droit sortis d’un film de Steven Seagal, je me sentais prêt pour le générique de fin.

    • Tiré de la source que THR a utilisé:

      “Most pre-1980 pictures achieved their totals through multiple releases, especially Disney animated features which made much of their totals in the past few decades”

    • Pour être plus fidèle dans les comparaisons (si on estime que les comparaisons servent à quelque chose dans ce cas), le mieux serait de comptabiliser le nombre d’entrées dans les 52 premières semaines d’”exploitation”. Pas que je sois contre votre méthode d’analyse, au contraire.

      Et juste comme ça, je crois que la liste du Hollywood induit en erreur en partant. En cliquant sur un lien laissé par quelqu’un ici, je suis tombé sur un lien wikipedia montrant pas mal les mêmes nombres. Seulement, ce lien wikipédia compile les entrées et les revenus pour les États-Unis et le Canada uniquement. Est-ce le Hollywood Reporter ou la référence géographique de Wiki qui est dans le tort, je ne saurais dire.

      Comme le nouveau “record” d’Avatar se base sur les recettes mondiales, le nombre d’entrées en Amérique du Nord (moins le Mexique)spécifiquement est trompeur. Considérant que plusieurs Chinois ont vu Avatar, et que comparativement très peu ont probablement vu Gone With the Wind, on repartirait à 0 dans ce débat statistique.

      http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_highest-grossing_films_in_the_United_States_and_Canada

    • @ leonpoignard

      hahaha! Merci pour résumer ma pensée à ce sujet de façon aussi éloquente.

      Je rigole mais en même temps c’est d’une tristesse… D’une tristesse..

      Personne ne peut peser sur le piton FFW de l’évolution humaine ? S’il vous plait ?

      Juste un peu.

    • Et dire qu’en France, ils comptent le nombre d’entrée, pas les recettes. Beaucoup plus simple.

      Et pour parler d’Avatar… Je crois effectivement qu’on va être pris avec ça pendant plusieurs années… Sans parler du 3D, la parfaite excuse pour ajouter 5$ au prix du billet. Yé!

    • Cela me semble une façon bien plus logique de calculer…je suis d’accord avec cela. Surtout qu’avec le 3D, le prix est de pas mal supérieur…

    • Au strict plan du scénario, Avatar est un divertissement correct, mais pas un grand film. Il est bon si on le prend pour ce qu’il est.
      Au niveau des effets spéciaux et de la réalisation, c’est certainement une réalisation remarquable. Ses récompenses devraient se limiter à cet aspect car c’est sa grande force.
      En ce qui concerne les entrées, c’est à dire le nombre de billets achetés, je donne raison à M. Lussier (et je ne crois pas qu’il s’agisse de “Avatar bashing”, il fait juste remettre les choses en perspective.
      Au strict plan des recettes, on doit obligatoirement tenir compte qu’un billet IMAX est plus cher. Bien sûr, le film est aussi présenté en 2D. Donc pour comparer réellement, il faudrait prendre uniquement les recettes de billets 2D, car aucun autre film grand public jusqu’ici n’a été présenté en 3D (je ne parle pas de documentaires).
      On comparera les recettes totales lorsque d’autres films 3D sortiront.
      Ne comparons pas des pommes avec des oranges.

    • J’aime bien aussi comparer la rentabilité d’un film:à ce chapitre Star Wars est encore loin devant puisqu’il n’a coûté que 10M$ à produire.

    • C’est évident qu’il a fait bien du cashhhh, de nos jours, allez au cinéma est aussi cher qu’un paiment d’auto!!!! 10 $ l’entrée, 10$ pour la liqueur et le pop corn etc…

    • Ce qui m’interpelle en voyant tous ces chiffres, c’est le lien avec la démographie.
      Et ce qui me porte à réfléchir que les prochaines 50 années ne ressembleront en rien aux 50 dernières.
      Y’a bien des pseudo-actifs qu’on va perdre…

    • Le monde a beaucoup changé et il est bien difficile de comparer des époques différentes. C’est comme comparez Maurice Richard à Alex Ovechkin.

      Les films ont rarement plus d’une sortie en salle, contrairement à ce qui se faisait dans le passé. Dans le passé, le cinéma était le seul moyen de voir un film. Par la suite, le cinéma était le seul moyen de voir un film sur grand écran avec une bonne qualité de son. Aujourd’hui, avec le développement du cinéma maison, les salles ont perdu beaucoup de spectateurs. Et c’est sans parler des possibilités d’aller chercher des films sur internet rapidement. De plus, les options de divertissement sont plus nombreuses aujourd’hui qu’en 1940.

      Tout ça pour dire que de comparer le succès de Gone with the Wind avec Avatar est un exercice impossible car il y a trop de facteurs externes qui influencent les résultats.

    • Avatar : scénario très convenu, mais enrobage extraordinairement réussi (même sans la 3D, car je l’ai vu en 2D pour éviter d’avoir la tête grosse comme une citrouille à la sortie).

      L’élément vraiment original et génial de ce film aura été de «matérialiser» la connexion des autochtones avec la Nature. En effet, les anthropologues nous parlent souvent de ce lien, mais il est dans l’esprit, virtuel. En imaginant le «branchement» des personnages aux animaux, aux arbres, etc., Cameron a eu une idée de génie.

      Ce qui m’a plu un peu moins, c’est le mythe du «bon sauvage». L’harmonie avec la Nature, la surabondance inépuisable de ses richesses ne valent que pour une population limitée. Les autochtones de Pandora sont combien (20 000 ?) à se partager une planète grande comme la Terre. Faisons grimper leur population à 4 ou 5 milliards et déjà, la concurrence pour les richesses provoquera guerres, famines, etc. exactement comme ici. Quand nos défenseurs du «bon sauvage» prennent les Améridindiens comme modèles, ils devraient se rappeler que ces Premières Nations étaient relativement peu nombreuses sur un territoire immense. Leur écologie consistait à tarir les richesses d’un lieu et à aller s’installer ailleurs pour recommencer. Comme l’espace ne manquait pas, la Nature avait tout le temps voulu pour se reconstituer. Au fond, les autochtones n’étaient pas mieux que nous. Ils avaient seulement la chance d’être un plus petit nombre de cons sur un territoire inexploité.

    • Je trouve que mattgilles avait un excellent point avant que le débat en devienne un sur manger du pop-corn au cinéma.

      Quand j’était jeune (et je n’ai pourtant que 33 ans), le prix d’un billet était beaucoup moindre à ce qu’il est aujourd’hui. On ne parle plus seulement d’inflation: les nouvelles salles de cinéma et les coûts exhorbitants pour faire des films ont fait grimper le prix des billets à des sommets exhorbitants. Oui, Gone with the Wind a vendu plus de billets mais si le prix des billets avait vraiment suivi l’inflation, le nombre d’entrées d’Avatar et des autres films récents seraient probablement beaucoup plus élevé également!

    • Cette analyse n’est pas mieux.

      On reproche à la valeur absolue des recette d’être gonflée par l’inflation et le cout plus élevé des billets à cause du 3D. D’accord

      Alors à la place, on calcule le nombre d’entrée. D’accord aussi

      Le problème, c’est que si vous voulez comparer Avatar avec tout ces autres films qui ne sont plus à l’affiche depuis des années, il faudra attendre que Avatar ne soit plus à l’affiche non plus. Il est trompeur d’affirmer qu’Avatar n’est qu’en 26e position alors que son nombre d’entrée en salle continu de croitre. Il est en 26e position après 6 semaines lorsque comparé à d’autres films après la totalité du temps pendant lequel ils ont étés à l’affiche. Présentez une analyse hebdomadaire des entrées et nous aurons une vision beaucoup plus réaliste du classement.

      N’oubliez pas non plus qu’en 2010, la seule chose qui compte, c’est le profit et Avatar est entrain d’en faire pas mal plus que n’importe quel autre film.

    • il était temps que quequ un le fasse de cette façon

    • J’ai une question: les billets sont plus cher quand on va voir le film en 3D (environ 4$ de plus). Ça gonfle les recettes par rapport au nombre d’entrées, non?

    • Bon mercredi,

      J’ai été super contente de lire cette liste car MON film préféré à moi, tous genres confondus, arrive en première place !! Et c’est le seul poster de film que j’ai toujours gardé affiché dans mon bureau ! Le premier roman d’amour et à ouverture historique que j’ai lu était celui-là, j’avais 17 ans ! J’ai adoré.

      Mais la question que je me pose c’est, comment peut-on tenir réellement compte du nombre d’entrées que le film a engendré… La population de 1939 n’était pas la même qu’en 1977, ou en 2009, il y a quand même plus de monde sur terre maintenant, plus de cinéma, plus de “facilités” pour les gens de s’y rendre… Idem pour le classement par $ rapportés. Je pense que statistiquement parlant il y aurait un travail à faire là pour avoir une idée juste de la popularité réelle d’une production cinématographique…

      Quand même, je suis contente que “Gone with the wind” arrive en première place car, à mon avis, c’est le plus beau film de tous les temps.

    • Magnifique, enfin un comparatif qui veut dire quelque chose!

      Félicitations et merci de nous l’avoir partagé

    • Bah moi je place Avatar dans la meme categorie que les Wall-Mart, les Mc’Do pis les Britney Spears de notre époque. C’est a dire un produit (bien emballé certe), une buisness, une machine a faire des billets verts BIEN AVANT d’etre un un soit disant film. La preuve, on en est deja a calculer avec précison ses recettes et combien il rapporte .

    • Marc-André, vous semblez avoir une crotte sur le coeur à cause du succès d’avatar. Je sens dans vos interventions une réticence sinon une amertume.
      Les statistiiques n’ont pas qu’une seule couleur; chacune d’elles a le spectre complet des couleurs.
      Le nombre d’entrées est une évaluation parmi tant d’autres.

      Voici ma perception. Avatar est sur les écrans depuis 16 semaines.
      Combien de films ont attiré 76 millions de spectateurs en 16 semaines?

      Jusqu’à 1960, quelles étaient les divertissements offerts au public?
      Le cinéma était tout en haut de la liste. De nos jours le cinéma est au bas de la lsite.

      Le succès d’Avatar est phénoménal, avouez-le!
      De plus je n’y suis pas encore allé.
      Bonne journée.

    • La seule chose que je peux retenir est qu’en 1939, il en coûtait 5 cents pour aller au cinéma… Qui plus est, à cette époque, les gens n’avaient pas la télévision, c’était nouveau et cela représentait un engoûement incroyable… Pas surprenant que TOUS les gens de l’époque soient allé voir Gone with the Wind !!!

    • bla bla bla … arrêter moi les Si, les ça, l’inflation … bordel ..
      Avatar devient le film le plus lucratif de l’histoire, ça ce compte avec les recettes !!! alllooooo ? Qu’est- qu’il y a de compliquer ???

    • Et voilà….un autre exemple qui prouve qu’on fait dire ce qu’on veut aux chiffres! N’importe quoi….et des recettes élevées ne garantie en rien la qualité d’un film. Combien coûte en moyenne un billet de cinéma aujourd’hui? 15$? Et à l’époque de ‘Gone with the Wind’, 0.25$ peut-être?

      Anyway….faudrait pas nous prendre pour des cons, on ne l’est pas tous.

      Et y’a bien juste les producteurs et leur clique pour calculer la popularité d’un film selon ses recettes…..des vrais rats. Un vrai succès, c’est quand les gens encensent le produit final, que ce soit un film, un jeu, ou un autre dérivé. Calculer la popularité au cash, c’est juste bon pour ceux qui vivent dans leurs colonnes de chiffres.

    • Ces chiffres sont intéressants, sauf qu’on est encore loin de voir ce film retiré des écrans. Mais je suis d’accord avec vous, c’est beaucoup plus pertinant de comparer les entrées que les recettes. Prochainement Avatar se vendra en DVD, Blueray, et une panoplie d’article à la Harry Potter seront fait (figurine, jeu vidéo, boîte à lunch, Tasse, livre pour parler le navi ou la flore de Pandora, etc.). Alors… comment comparer les retombées d’un Ben Hur?

      Mais tant qu’à comparer les entrées en salles, j’aimerais voir le même tableau, et pourquoi pas pour les mêmes films, pour les 5 premières semaines. Là, on aurait une idée beaucoup plus juste de la situation en terme d’entrées. S’il fallait qu’Avatar ait une longueur d’avance impressionnante sur les autres films ou encore se placerait plutôt 20eme, ça laisserait présager de la suite.

      Aussi, c’est vrai que plusieurs films ont été mis en salles plus d’une fois, ce qui ne sera pas nécessairement le cas d’Avatar (encore qu’avec une suite 2 et 3, c’est prévisible).

      Bref, ça restera toujours difficile de comparer des époques différentes. Mais je pense qu’Avatar n’aura pas de peine à se hisser dans le top 5.

    • Oui, c’est très intéressant car en effet cela a plus de sens de comptabiliser le nombre d’entrées.

      À mon avis, nos vendeurs de popcorn utilisent l’argument du montant en $$$ pour inciter les moutons de Panurge à se jeter à l’eau.

      Grâce à cette liste plus réaliste, vous m’avez donné envie de revoir The Graduate.

      Gone With the Wind reste également un de mes films préférés.

      @leonpoignard

      Votre analyse m’a fait bien rire. La référence aux films de Seagal était excellente, même si celui-ci ne se prend pas au sérieux et s’adresse uniquement à son public d’aficionados, alors qu’un tel scénario est indigne de Cameron.

      Enfin, juste en voyant le preview j’avais déjà compris que ce film s’adressait à un public possédant un âge mental de 5 ans et à la jeunesse lobotomisée par l’idéologie ecolo/gogoche. C’est pourquoi je n’ai pas voulu payer pour assister à cette grand-messe prémâchée.

    • Disons que pour comparer des pommes avec des pommes, le scénario de ce film doit être à des années lumières de l’intelligence d’un Born on the 4th of July.

    • Oui calculer le nombre d’entrées est plus pertinent que comparer des recettes mais en dollars qui ne sont pas de la même année.

      Mais pour la lucrativité, il faudrait plutôt regarder les bénéfices nets du film. Et la lucrativé devrait aussi tenir compte des ventes des produits dérivés. Et en finance, en plus, on raisonne en terme de valeur actuelle nette, la plus grande valeur économique c’est cela c’est votre projet d’investimment qui a la plus grande valeur actuelle nette.

      Pour le reste bien c’est un chiffre de recettes tout comme les sociétés qui se vantent d’avoir eu un chiffre d’affaires record ou un bénéfice net record. Alors qu’il faut plus regarder le rendement sur l’avoir des actionnaires. Voilà un ratio des plus pertinents.

    • @germinacus…

      Vendeurs de Popcorn ? Cela c’était pour les années 70 et 80. Aujourd’hui encore oui mais beaucoup d’autres affaires avec des concessions nombreuses… Pizza cheap, friandises de toutes sortes…

    • à plus de 13$ l’entrée, c’est presque du vol, ça donne le goût de ne plus aller au cinéma et de simplement télécharger lorsqu’opportun. A combien un sortie en famille au cinéma aujourd’hui?!?………………environs 80$ pour 4 avec popcorn et autres…..ça n’inclue même pas le souper au restaurant viarge…..les sorties semblent devenir l’appanache des riches maintenant.

      la toune des ailleu,x au lieu de nous endoctriner à la simplicité volontaire, aurait dû chanter l’imposition d’une simplicité INVOLONTAIRE

    • Moi la dernière fois c’était un mardi alors les prix étaient plus bas mais j’aime pas l’ambiance des plex et le fait qu’on fait poireauter et attendre volontairement les gens payant comptant… Et oui j’ai mangé dans une concession un Tim Horton’s car j’avais pas soupé…

      Mais pour le Pop Corn et tout… Déjà dans les années 80, j’en achetais pas ou pas souvent tout est trop cher…

      Pour la famille ? Donc la mardi et ils se sont commandé une grande pizza cheap eux qu’ils ont mangé dans la salle…

    • Donc mon billet moi était à 5,50$ si je me souviens bien pour un mardi soir et le souper du Tim à 7,50$. Bon mais l’attente fait un peu…

      Et il y avait une autre queue pour se rendre à la salle je suis peut être arrivé une minute ou deux en retard mais avec 20 minutes de pub avant j’aurais pu prendre encore bien plus mon temps et la salle n’était pas vraiment pleine… Des gens sont même arrivés bien après moi… Et ils avaient probablement raison… Je ne sais pas pour leurs billets par contre…

      Au cinéma Beaubien c’est combien ? 11$ taxes incluses en semaine après 18 heures… Avant 18 heures ? Je me rappelle mon expérience, la salle peut être réservée pour un groupe scolaire alors pas vraiment fameux…

    • Établir un palmarès à partir du nombre de personnes qui ont vu le film plutôt que par le prix du billet, c’est mieux mais…

      La planète compte aujourd’hui plus de 6 milliards d’habitants. À l’époque de Gone with the Wind, elle en comptait environ 2 milliards. On parle du nombre de types de distractions qui a augmenté, du piratage… mais en tenant compte du ratio d’entrées versus la population de l’époque, j’estime que ceci vaut cela…

      Il y avait autrefois un site internet qui calculait non pas par entrée ou par recette, mais en dollars constant. Le résultat était sensiblement le même que celui que M. Lussier nous propose.

    • 15 mars 1972, Le Parrain. Avant même sa sortie en salles, on savait déjà que ce serait un must dans le genre, qu’il serait primé aux oscars etc. On avait perdu le décompte des superlatifs pour qualifier le film le plus ambitieux de tous les temps etc. Sans compter le nombre d’entrées et de recettes qu’on ne parvenait plus à évaluer et ce, avant même la fin d’une année d’exploitation en salles. Marlon Brando était sur toutes les lèvres, du simple gaga aux plus envieux.

      Que rajouter de plus? Les pronostics sont parfois justes, d’autres sont carrément erronés, c’est une question de marketing: “Au plus fort la poche” comme le dit si bien le dicton. Si bien qu’on en oublie le génie et le talent, seules qualités ou garanties essentielles aux succès du 7e Art.

    • Le film le plus populaire de tous les temps c’est Star Wars (977), point-barre! Avant 1960, la plupart des gens n’avaient pas de télévision et un bon segment de la population allait plusieurs fois au cinéma par semaine. Les films ressortaient en salles plusieurs fois car il n’y avait pas encore de vidéo-club. D’ailleurs, il faudrait calculer les locations dans ce genre de chiffre car voir un film au cinéma ou le louer n’est que deux manières de voir un film qu’on pense aimer alors que le voir à la tv n’est souvent qu’un hasard. D’ailleurs, avec les locations, je parie que Elvis Gratton serait le film le plus populaire de l’histoire du cinéma québécois.

      Quand Star Wars est sorti, il y avait des files autour des pâtées de maison.

      Par ailleurs, il ne faut déconner: je n’ai pas vu encore Avatar, il a sûrement ses défauts, mais c’est impossible que ce soit une merde sans valeur comme certains le soutiennent (à moins de considérer comme une merde tout film populaire).

    • Une très bonne idée, monsieur Lussier, de remettre les choses en perspectives, pq ce n’est pas une chose que le marketinge de style THINK BIG d’Hollywood pratique facilement lorsqu’il s’agit de vendre un film.

      Personnellement, mon numéro uno est, a été, et restera sans doute 2001, ODYSSÉE DE L’ESPACE (visionné une dizaine de fois).

    • @unholy_ghost

      le film a effectivement une valeur, c’est loin d’être un navet comme tel.

      Sauf que le potentiel est scrapé par une certaine paresse qu’il est inutile de décrire encore. Mettons que LOTR est quelque chose de beaucoup plus achevé, même si moins lourd dans la balance au niveau $$ (quoique.. c’est une trilogie)

    • Même sans avoir vu Avatar, je ne vois pas comment je pourrais préférer cette poutine graisseuse qu’est Lord of the Ring à Avatar. Je préfère encore regarder les Schtrouphs en 1D!

    • L’argent, ce que le film a coûté, ce que le film rapporte, n’a rien à voir avec la qualité ou non d’un film. Il y a des blockbusters merdiques, il y en a de très réussis; même chose pour les petits-films-indépendants. Tout teintage de son jugement esthétique par les considérations pécuniaires n’est que lunettes 3D idéologiques.

    • Je vais ressortir mon petit Truffaut de poche: que le scénario soit merdique, les décors une catastrophe, les acteurs des figurants sans envergure, la production un Babel financier, un film saura nous intéresser si dans la mise en scène et le regard d’un cinéaste, en un mot dans son style, on retrouve une vibration singulière, un tranchant dans l’acuité du découpage, un pouls singulier dans rythme cardiaque du film, une façon de sentir et percevoir le monde qui n’est pas réductible à un “message”. Toutes qualités que l’on retrouve dans le plus mauvais plan de Cameron et qu’on serait bien en peine de dénicher dans Lord of the Ring malgré toutes les conditions gagnantes.

      J’ai une amie monteuse qui a dû regarder pour un poste français plus de 20 copies des films de Cameron pour faire un rapport sur la qualité de celles-ci. Elle m’a dit qu’elle n’avait vraiment aucun goût pour les films du réalisateurs de Terminator. Or, son intérêt pour les films grandissaient à chaque écoute tellement elle s’apercevait combien c’était remarquablement fait, alors qu’en général elle s’emmerdait royalement après deux-trois écoutes, même de films qu’elle aimait a priori.

    • Je suis allé faire un tour sur Google pour connaître approximativement le montant global en argent rien que pour la trilogie du Parrain. Il n’y a qu’un seul mot: gigantesque! Imaginez si on ajoute les royalties des dérivés: BETA, VHS, DVD, BlueRay et ça va continuer ainsi. Pourtant le Parrain (un classique selon moi) ne figure pas sur la liste des chefs-d’oeuvre populaires énumérés ci-haut. C’est le dilemme automatique qui survient quand on propose des comparatifs. Après, les gens crient au biaisage sans faire de nuances et personne ne s’entend, c’est le bordel total! Les envieux, ceux qui sont déçus ou ravis et tous les autres indécis qui tirent chacun le bord de la couvarte. Sujet complexe et toujours sans réponse précise.

    • Le plus lucratif ? Le plus populaire ? Le plus aimé ? Ce sont toutes des choses différentes. Le plus fréquenté en salles ? Ne signifie pas nécessairement le plus populaire de tous les temps non plus.

      Non mais c’est juste un chiffre eux ils ont pris le plus gros montant des recettes en dollars venant des entrées de cinéma. C’est tout. Il faut pas nécessairement en conclure plus.

      ————————————————————————–

      La popularité lors de la sortie en salles n’est pas la preuve de la popularité tout court non plus. Bien non il faut attendre la sortie en DVD et celle aussi à la télévision.

      Alors de ce point de vue là… Et je ne vois pas s’il est quelque part dans la liste Superman bat Avatar mais je l’avais pas vu en salle sauf un mais peut-être un moins bon avec Richard Pryor…

      Avatar ? Je l’ai même pas encore vu alors qu’il y a plein de films que j’ai dû voir quatre ou cinq fois à la télévision et d’autres que plusieurs générations ont vu.

      Il y a aussi des grands classiques mais qui ne passent presque plus à la télévision alors que d’autres continuent à jouer et sont diffusés partout dans le monde ou même des extraits sur Youtube…

      La popularité ? À la sortie ? Actuelle ? Ou celle accumulée depuis les tous débuts ? La lucrativité mais ce seraient toutes les recettes moins les déboursés depuis les débuts aussi et oui on peut tenir compte des produits dérivés. Pour la popularité aussi.

      ——————————————————————

      Bien des considérations finalement mais c’est juste pour dire que les palmarès sont là pour s’amuser ou discuter aussi.

    • @ eric.b

      Vous vous méprenez. Je ne dévoile aucunement la conclusion de Up In The Air. Je ne fais que mentionner que j’avais deviné celle-ci, ainsi qu’une scène clé du film mais qui n’a rien à voir avec sa conclusion.

      Il est vrai qu’il était plus facile avant d’aller au cinéma. Il y a avait un grand nombre de salles (Faubourg, Egyptien, Eaton, Complexe Desjadins, Loews, etc…), et même dans le contexte des années 80, payer 5 ou 6 dollars pour un film n’était pas si cher. On se permettait facilement d’aller en voir 3 de suite. Aujourd’hui, tu y penses un peu, disons si tu paies pour deux.

      Et il y avait les salles comme le Palace où on se permettait d’aller voir un film qui nous avait fait hésiter à un prix ridicule. Je crois qu’il y a encore de ce genre de salles, mais en région.

      Mais bon, il est clair qu’il est plus facile aujourd’hui de voir un film par d’autres moyens que le cinéma. Je pense que l’avenir du cinéma est une première mondiale sur un site de genre Netflix. Fini les préambules des festivals qui font attendre 8 mois avant la venue d’un film.

      La réalité technologique existe, seul des principes ou des inquiétudes économiques empêchent les gens d’en profiter pleinement. Le fait est qu’aujourd’hui avec le digital, tu peux projeter une unique source d’un film par satellite dans des milliers de salles à travers le monde. Wake up! C’est fini cette histoire d’obtenir sa copie propre, et d’angoisser dans un l’aéroport parce que cette copie n’arrive pas à temps pour l’ouverture en salles.

      Coudonc je me suis encore écarté du sujet.

    • Moi je pense plutôt que des journalistes de tous les pays font des mauvaises traduction… Qui a dit que c’était le film le plus lucratif et le plus rentable de l’histoire ? Ou le plus populaire ?

      C’est un chiffre de BOX OFFICE et de recettes lors de la sortie en salles et en dollars non ajustés. Cela donne un palmarès.

      Le palmarès en nombre d’entrées et plus pertinent. Celui en dollars ajustés aussi mais on compare quand même des époques différentes.

      Tiens Aurèle Joliat en 1924-25 a connu une saison de 41 points. Mais en combien de matchs ? 25 matchs. 30 buts cette année là. La Coupe Stanley avait été remportée par les Cougars de Victoria.

      Pour les films les plus rentables si on parle en terme seulement de rendement ce sont des films xxx qui sont les plus rentables.

      Mais la rentabilité c’est pas juste le rendement en pourcentage c’est le profit… Les profits accumulés… Mmm… Stallone a fait combien d’argent avec les différents Rocky ?

      Les français confondent la rentabilité avec les recettes…

    • Un autre site et avec plein de palmarès pour le film… Ils s’y connaissent eux dans les chiffres du Box Office…

      http://boxofficemojo.com/movies/?id=avatar.htm

      En dollars ajustés c’est également la 26 ième position.

      Ils s’y connaissent mais aiment pas mal établir ces palmarès avec les dollars courants. Les dollars ajustés donnent la liste suivante :

      http://boxofficemojo.com/alltime/adjusted.htm

      Pour les 20 premières positions cela me semble exactement la même chose que le classement par les entrées…

    • @ fantôme pas sanctifié

      Effectivement, les films de Cameron sont sans doute les plus efficaces d’Hollywood , et ce SYSTÉMATIQUEMENT. Mouvements de caméra, découpage, angles de prise de vue, TOUT est impeccable et terriblement efficace. Fluidité absolue dans la forme et dans la modulation dramatique de l’histoire qu’il raconte. Sans doute supérieur à Spielberg, lui-même un maître à ce chapitre.

      Le hic réside dans l’anorexie des histoires qu’il choisit d’illustrer. Le meilleur exemple: ALIEN de Ridley Scott, et la suite que Cameron en a fait. Le premier ALIEN est un film de genre parfait, unique et inégalé, même après 40 ans, et pas seulement à cause de sa forme mais surtout à cause de la puissance et de l’originalité de son scénario. Celui de Cameron est parfait dans la forme, mais côté scénario il apprête des restes. Ridley Scott prend des risques… et se casse la gueule à l’occasion, mais quand ça marche, ça dépeigne (BLADE RUNNER) et ça va plus haut que Cameron à mon avis. Spielberg prend des risques à l’occasion (pas souvent), mais quand ça arrive, ça donne MUNICH.

      Bref, ces deux gars-là jouent plutôt safe, et c’est dommage pour nous. Compte tenu du pouvoir et du talent qu’ils ont, ils peuvent certainement faire mieux que la série B efficace (en tout cas, Stanley Kubrick l’a fait, lui).

    • Fruitloops, vous voulez rigoler? Spielberg et Cameron sont des cinéastes infiniment plus intéressants que Ridley Scott qui, justement, est le parangon des cinéastes ultra-efficaces et un peu vides. Blade Runner c’est un super décorateur, un super-directeur-photo, une musique superbe, des acteurs superbes et l’univers de Philip K. Dick pour suppléer un peu de substance. Une grande réussite, il est vrai. Quant au premier Alien c’est surtout un (très) bon film d’horreur efficace. Le deuxième pose des questions d’un tout autre ordre, bien qu’il soit moins “apeurant”. Sinon quoi, après ces deux réussites? Le cinéma de Scott en est un d’excellent technicien, plus qu’honnête, mais sans univers singulier, dont le cinéma est sur une pente descendante depuis le début. Spielberg et Cameron sont des artistes obsédés par des questions très personnelles (la disparition et la croyance en l’icône chez le premier, la relation amour-haine avec la technologie et la supériorité de la femme chez le deuxième) qui s’inscrivent dans un art singulier de la mise en scène, bien au-delà de l’efficacité publicitaire et désincarnée de Scott (auquel j’en viendrais presque à préférer le frère, moins lisse).

      Sinon, ce qui m’est une évidence au contraire, c’est combien Cameron et Spielberg continuent d’être des cinéastes casse-gueules, alors que Scott n’a plus rien fait d’audacieux depuis, disons, Legend.

      La référence à Kubrick n’est pas gratuite puisque ce sont trois cinéastes qui sont obsédés par le maître (le Duelliste reprend Barry Lindon, Spielberg a repris A.I., Abyss est une variation sur 2001). Mais comparer les trois à Kubrick ne me semble pas à l’avantage d’aucuns.

    • Unholy Ghost:
      +++la disparition et la croyance en l’icône chez le premier

      Hmm, va falloir m’expliquer cela, mon cerveau est au ralenti.

      L’enfance est très importante dans les films de Spielberg, et même dans les films où l’enfant est absent, il y a souvent un adulte-enfant, soit un soldat plus jeune, une jeune femme timide (The Color Purple) et, bref,
      l’innocence se retrouve souvent magnifiée. C’est moins évident dans Munich mais il y a quand même un degré d’apprentissage dans le film. Il y a toujours quelqu’un qui “apprend” quelque chose chez Spielberg.

      Et ses films de science fiction de la dernière décennie ont été sous-estimé à en juger par la façon dont il a été oublié des grandes listes.
      J’avais mis AI dans mes favoris, mais Minority Reports et même War Of The Worlds étaient assez bon. Je veux dire: emmenez-ens d’autres je vais les prendre.

      Avatar, le scénario est adolescent mais les prouesses visueles méritent qu’on s’y arrête sérieusement. Peut-être la preuve que finalement, un film ce n’est pas juste un bon scénario.

    • Spielberg a eu une période “enfance”, régressive, de E.T. à Hook (ses deux films sur le mythe de Peter Pan). Jurassic Park raconte justement l’histoire d’un type qui ne peut plus supporter les enfants. Depuis, le petit Steven a grandi et fait des films adultes.

      AI, Minority Report et War of the Worlds sont de purs chef-d’oeuvres.

      Les héros de Spielberg sont souvent en butte à une force brute, implacable, qui veut les exterminer sans raison, que ce soit un camion, un requin ou des extra-terrestres. L’origine de ce motif est bien sûr les Nazis et la Shoah. Une force qui va les faire disparaître. Comme l’enfant dans Minority Report disparaît sans raison.

      Quant au deuxième thème, les héros de Spielberg sont obsédés par la croyance en une image, une icône. Par exemple, la montagne en glaise dans Rencontre du 3e type. Cette croyance fait fuir sa famille, le héros va se mettre tout le monde à dos pour cette croyance. Elle n’est autre que celle envers le cinéma. On a le droit de trouver cela plus émouvant que tout le cinéma de Kubrick.

    • Merci pour cette réponse très intéressante, Unholy. En effet, Kubrick
      est assez cynique, ce n’est pas pour tous les gouts.

    • Fruitloops et Sultitan,

      Je viens de lire le top ten de la décennie par les Cahiers du cinéma (une petite revue française…) et La Guerre des mondes est #8. On retrouve aussi très souvent A.I. et Minority Report dans celui des critiques.

      Vous l’aurez lu ici avant…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • publicité

  • Calendrier

    août 2014
    L Ma Me J V S D
    « juin    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité