Marc-André Lussier

Marc-André Lussier - Auteur
  • Le blogue de Marc-André Lussier

    Journaliste à La Presse depuis 1995, Marc-André Lussier est fou de cinéma...
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 29 décembre 2009 | Mise en ligne à 19h41 | Commenter Commentaires (11)

    La dernière liste…

    dancer-in-the-dark-1.jpg

     Dancer in the Dark, premier no. 1 de la décennie

    Parmi les nombreux courriels reçus au cours des derniers jours, il y avait celui d’un tout jeune cinéaste, encore inconnu. Probablement pas la vingtaine encore. Je lui ai envoyé une réponse mais comme je n’ai pas eu de ses nouvelles, je ne dévoilerai pas son nom publiquement, étant donné qu’il m’a fait parvenir ce courriel à titre privé.

    Le jeune homme a été piqué au vif par ce passage dans ma recension du film Nine de Rob Marshall: «Qui plus est, le récit fait écho à un temps révolu, où les cinéastes pouvaient s’offrir le luxe de créer à l’instinct, un processus inimaginable dans le contexte actuel.»

    Voici la doléance du jeune cinéaste:

    «Sans doute voulez-vous parler du contexte actuel de la surpuissance de l’industrialisation dans le milieu cinématographique, lequel contraint un maximum les créateurs à fabriquer des produits de “valeur sûre” (comme si une telle chose pouvait exister). Pourtant, vous faites erreur en affirmant que de “créer à l’instinct” serait à présent un “luxe” “inimaginable”. Nous avons plus de moyens accessibles que jamais, et, surtout, plus de génie et d’imagination que les 30 dernières années cinématographiques réunies. Fellini ne verra pas le chemin qu’il a tracé, avec, entre autres, Buñuel, Bergman et Tarkovski, se confondre au paysage: le relais est là. Nous sommes des réalisateurs et des créateurs de la nouvelle génération, de la nouvelle décennie, qui sera grandiose. “La liste des dix meilleurs films de la décennie 2000″ pfff! quelle blague! Quelle décennie ridicule. Jamais autant de moyens auront été employés pour dire si peu.»

    Ah! J’aime bien cette promesse d’une nouvelle décennie grandiose. Je ne demande pas mieux!

    Bien entendu, je ne faisais pas référence à tout ce qui grouille de façon parallèle. Le jeune cinéaste a raison sur ce point: les moyens sont en effet beaucoup plus accessibles aujourd’hui. En revanche, la diffusion en salle n’est encore pratiquement réservée qu’au cinéma créé à l’intérieur de systèmes bien établis. Coppola ne pourrait jamais faire aujourd’hui Apocalypse Now de la même manière. Plusieurs cinéastes français nous racontent, au fil des interviews, que les télés – grands bailleurs de fonds – décident désormais de tout. Chez nous, un cinéaste doit justifier la moindre réplique, la moindre intention devant des comités de lecture avant d’espérer obtenir du financement.
    Évidemment, il y a des exceptions. Heureusement. Mais mon commentaire faisait écho à une réalité à laquelle doivent faire face trop de bons cinéastes.

    Cela dit, j’estime que nous avons quand même eu droit à du beau cinéma au cours de cette décennie «ridicule»…

    D’ailleurs, pour satisfaire à la demande de ceux qui espèrent obtenir des suggestions de films de la décennie à voir et à rattraper, voici mes Top 10 perso des meilleurs films de l’année de 2000 à 2009. Je les reproduis ici, tels que publiés dans La Presse au fil des ans. Avec le recul, est-ce que je changerais des choses? Bien évidemment. Le cinéma est une matière vivante. La perception d’une oeuvre à un moment précis peut se modifier avec le temps. Des titres seraient aujourd’hui probablement déplacés (ou même enlevés); d’autres seraient ajoutés.

    Certains films vieillissent mieux que d’autres, s’inscrivent dans votre âme d’une façon plus subtile. Un exemple? Elephant. Je ne l’avais même pas inclus dans mon Top 10 de 2003 et pourtant, le film de Gus Van Sant s’est retrouvé dans ma liste des meilleurs films de la décennie. En le revoyant, ses immenses vertus – tant dans le propos que sur le plan de la mise en scène – se sont enfin révélées à moi…

    Je vous le promets, il s’agit de ma dernière liste de l’année!

    2000
    1-  Dancer in the Dark de Lars Von Trier (Danemark)
    2-  Le goût des autres d’Agnès Jaoui (France)
    3-  The Yards de James Gray (États-Unis)
    4-  Chicken Run de Peter Lord, et Nick Park (Royaume-Uni)
    5-  Goya à Bordeaux de Carlos Saura (Espagne)
    6-  Tigre et dragon d’Ang Lee (Taïwan)
    7-  The End of the Affair de Neil Jordan (Royaume-Uni)
    8-  Une liaison pornographique  de Frédéric Fonteyne (France)
    9-  Beau travail de Claire Denis (France)
    10- Full Blast de Rodrigue Jean (Québec)

    2001
    1-  Le fabueux destin d’Amélie Poulain de Jean-Pierre Jeunet (France)
    2-  In the Mood for Love  de Wong Kar-wai (Hong Kong)
    3-  Intimacy  de Patrice Chéreau (France)
    4-  Amores Perros d’ Alejandro Gonzalez Inarritu (Mexique)
    5-  La pianiste de Michael Haneke (France)
    6-  15 février 1839  de Pierre Falardeau (Québec)
    7-  Va savoir de Jacques Rivette (France)
    8-  Ali de Michael Mann (États-Unis)
    9-  La chambre du fils de Nanni Moretti (Italie)
    10- La confusion des genres d’Ilan Duran Cohen (France)

    2002
    1-  Parle avec elle de Pedro Almodovar (Espagne)
    2-  The Pianist de Roman Polanski (France)
    3-  Far From Heaven de Todd Haynes (États-Unis)
    4-  L’emploi du temps de Laurent Cantet (France)
    5-  Bowling for Columbine de Michael Moore (États-Unis)
    6-  Comment j’ai tué mon père d’Anne Fontaine (France)
    7-  Gangs of New York de Martin Scorsese (États-Unis)
    8-  Lantana de Ray Lawrence (Australie)
    9-  Y Tu Mama Tambien d’Alfonso Cuaron (Mexique)
    10- 8 Femmes de François Ozon (France)

    2003
    1-  Les Invasions barbares de Denys Arcand (Québec)
    2-  Son frère de Patrice Chéreau (France)
    3-  Kill Bill – Vol. 1 de Quentin Tarantino (États-Unis)
    4-  Cidade de Deus (Cité de Dieu) de Fernando Meirelles (Brésil)
    5-  Gaz Bar Blues de Louis Bélanger (Québec)
    6-  21 Grams de Alejandro Gonzalez Inarritu (États-Unis)
    7-  Lost in Translation de Sofia Coppola (États-Unis)
    8-  Les Triplettes de Belleville de Sylvain Chomet (France)
    9-  Un couple épatant / Cavale / Après la vie de Lucas Belvaux (France)
    10- Lord of the Rings: The Return of the King de Peter Jackson (Nouvelle-Zélande)

    2004
    1-  Hero de Zhang Yimou (Chine)
    2-  La mala educacion (La mauvaise éducation) de Pedro Almodovar (Espagne)
    3-  The Aviator de Martin Scorsese (États-Unis)
    4-  Eternal Sunshine of the Spotless Mind de Michel Gondry (États-Unis)
    5-  Goodbye Lenin! de Wolfgang Becker (Allemagne)
    6-  Team America: World Police de Trey Parker et Matt Stone (États-Unis)
    7-  Collateral de Michael Mann (États-Unis)
    8-  Ce qu’il reste de nous de François Prévost et Hugo Latulipe (Québec)
    9-  Diarios de motocicleta (Carnets de voyage) de Walter Salles (Brésil)
    10- Comme une image d’Agnès Jaoui (France)

    2005
    1-  Brokeback Mountain de Ang Lee (États-Unis)
    2-  Saraband d’Ingmar Bergman (Suède)
    3-  De battre mon coeur s’est arrêté de Jacques Audiard (France)
    4-  C.R.A.Z.Y. de Jean-Marc Vallée (Québec)
    5-  The Constant Gardener de Fernando Meirelles (Royaume-Uni)
    6-  2046 de Wong Kar-wai (Hong Kong)
    7-  La Neuvaine de Bernard Émond (Québec)
    8-  Million Dollar Baby de Clint Eastwood (États-Unis)
    9-  Rois et reine d’Arnaud Desplechin (France)
    10- Horloge biologique de Ricardo Trogi (Québec)

    2006
    1-  Babel d’Alejandro Gonzalez Inarritu (États-Unis)
    2-  Le temps qui reste de François Ozon (France)
    3-  The Queen de Stephen Frears (Royaume-Uni)
    4-  United 93 de Paul Greengrass (États-Unis)
    5-  Sophie Scholl – Les derniers jours de Marc Rothemund (Allemagne)
    6-  Gabrielle de Patrice Chéreau (France)
    7-  Little Children de Todd Field (États-Unis)
    8-  Volver de Pedro Almodovar (Espagne)
    9-  Caché de Michael Haneke (France)
    10- Borat de Larry Charles (États-Unis)

    2007
    1-  La vie des autres de Florian Henckel von Donnersmarck (Allemagne)
    2-  No Country for Old Men de Joel Coen et Ethan Coen (États-Unis)
    3-  4 mois, 3 semaines et 2 jours de Cristian Mungiu (Roumanie)
    4-  I’m Not There de Todd Haynes (États-Unis)
    5-  Lust, Caution d’Ang Lee (Taïwan)
    6-  Away from Her de Sarah Polley (Canada)
    7-  Atonement de Joe Wright (Royaume-Uni)
    8-  The Bourne Ultimatum de Paul Greengrass (États-Unis)
    9-  Lady Chatterley de Pascale Ferran (France)
    10- Breaking and Entering d’Anthony Minghella (Royaume-Uni)

    2008
    1-  La graine et le mulet d’Abdellatif Kechiche (France)
    2-  Tout est parfait d’Yves-Christian Fournier  (Québec)
    3-  Valse avec Bachir d’Ari Folman (Israël)
    4-  Milk de Gus Van Sant (États-Unis)
    5-  De l’autre côté (Auf Der Anderen Seite) de Fatih Akin (Allemagne)
    6-  Un conte de Noël d’Arnaud Desplechin (France)
    7-  The Curious Case of Benjamin Button de David Fincher (États-Unis)
    8-  Les témoins d’André Téchiné (France)
    9-  The Dark Knight de Christopher Nolan (États-Unis)
    10- Les chansons d’amour de Christophe Honoré (France)

    2009
    1-  Up in the Air de Jason Reitman (États-Unis)
    2-  Hommes à louer de Rodrigue Jean (Québec)
    3-  Two Lovers de James Gray (États-Unis)
    4-  Antichrist de Lars Von Trier (Danemark)
    5-  Polytechnique de Denis Villeneuve (Québec)
    6-  Inglourious Basterds de Quentin Tarantino (États-Unis)
    7-  Entre les murs de Laurent Cantet (France)
    8-  Les plages d’Agnès d’Agnès Varda (France)
    9-  Los Abrozos Rotos (Étreintes brisées) de Pedro Almodovar (Espagne)
    10- Nine de Rob Marshall (États-Unis)

    Suivez-moi sur Twitter. Cassivi y est aussi.


    • Babel !
      Mais de quoi rêvent les aveugles ?

    • :-)

      Le jugement de ce ”jeune cinéaste inconnu” est un brin sévère à propos de la décennie qui s’achève, mais j’apprécie beaucoup sa fougueuse motivation pour celle qui s’en vient!

      Et, d’ailleurs, je la partage à 100%. J’ose moi-même espérer être en mesure de réaliser mon film au courant de cette décennie qui débute.
      Il n’a pas tort dans un sens, la démocratisation des outils (caméra numérique, logiciels de montage, etc..) ainsi que la force grandissante d’internet peut transformer le paysage à un niveau que nous ne soupçonnons même pas encore.

      Ceci dit, l’ingrédient essentiel d’un bon film reste le contenu. Est-ce que 2010-2019 va nous surprendre à ce niveau ? Ça reste à voir.

    • Critique sévère (pour ne pas dire ridicule, reprenons ses mots) venant d’un “jeune cinéaste” qui n’a fort probablement encore rien prouvé?!

      En encore… faire un bon film est une chose (Bravo au jeune Dolan)… réaliser un chef-d’oeuvre dans un contexte X en est une autre (il y a des chef-d’oeuvres de cinéma québécois au fait?)… mais faire un film qui passe à travers le temps, oh la la, c’est bien là le plus difficile à atteindre.

    • J’oubliais… je suis particulièrement attiré par les films à contenu, les films à dialogues, à “performances”… et généralement peu impressionné par les mega effets spéciaux de la mort, que je sais apprécier, mais que j’oublie rapidement ensuite.

      L’un des films les plus marquant qu’il m’ait été donné de voir est “Once upon a time in America” de Leone qui représente assez bien le genre de cinéma qui m’allume… et avec le buzz actuel entourant l’orgie d’effets et de CGI que propose Avatar par-exemple, j’ai bien peur que l’on ait encore les deux pieds dans la sauce “effets spéciaux, peu de contenu, morale à 2 sous” pour longtemps.

      Après tout, Cameron a lui même avancé qu’Avatar “était la nouvelle façon de faire du cinéma”… ça m’inquiète

    • Plusieurs films que je n’ai pas vus dans votre liste. Mais il y en a aussi beaucoup que j’ai vus.

      Comme pire sélection j’hésite entre Kill Bill 1, Batman IV ou Milk. Comme meilleure entre Le pianiste (Polanski), Amores Perros, Parle avec elle et Y tu mama tambien.

      Je retiens Aldomovar comme le meilleur de la décennie.

      @phazon

      ”Après tout, Cameron a lui même avancé qu’Avatar “était la nouvelle façon de faire du cinéma”… ça m’inquiète”

      Il a dit que le 3d reproduit ce que l’oeil voit et que c’est ce qui s’approche le plus de la réalité, ce que la plupart chercheront à atteindre dans la prochaine décennie.

      Avatar est le film majeur qui ouvre la 3D. Son histoire est quelconque mais on sait ce qu’on va voir lorsque c’est écrit “James Cameron”, sa créativité est immense, sa beauté visuelle enivrante, sa perception magnifique.

      Mais dans 10 ans même si Mr Lussier aura beaucoup de recul il ne pourra l’inclure dans sa future liste.

    • Je n’aime pas trop les listes. Je trouve que l’art c’est personnel peut-être trop justement, ça doit être la faiblesse du temps et la raison pour laquelle je n’ai pas vu le film du jeune cinéaste Dolan. Ni Polytechnique que j’ai vécu en tant qu’étudiante de cette université. Du cinéma très narcissique et pas assez politisé.

    • um….pas de There will be blood? Vous pensez vraiment que The Bourne Ultimatum va survire à There will be blood?

      hahahahahahahahaaaaaa……bless you.

    • Bonjour à tous,

      pas toujours évident ces exercices de bilan, de listes et de palmarès. Et c’Est subjectif, entendons-nous! C’est déjà un beau cadeau de nous l’offrir.
      Alors je vous mets en lien ma liste, mes top 50 de la décennie. Certains titres recoupent les choix de M.Lussier.
      http://patriciabergeron.net/
      Bonnes découvertes et souhaitons-nous encore une autre décennie de bon cinéma!!

    • Qu’on se le dise, monsieur Lussier:

      Il est fendant, votre jeune cinéaste.

      Bonne année!!!!

    • @ sultitan

      Fendant vous dites… ça dépend. On est parfois sévère avec les artistes qui posent un regard critique sur leur propre discipline. Pourtant, il est plutôt normal qu’un jeune cinéaste s’intéresse autant à sa création qu’à l’objet cinématographique lui-même. Je dois dire que je suis plutôt d’accord avec son commentaire rapporté plus haut. La décennie 2000 n’aura pas produit de grands mouvements sur pellicule (ou sur capteur numérique, soyons précis) alors que les moyens ont eu tendance à se démocratiser. Vivement les années 10 pour la révolution de l’image! Un brin d’optimisme en ce début d’année nouvelle.

    • etk pour ma part Million dollard baby et l’horloge biologique, j’ai pas été impressioner.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    décembre 2009
    L Ma Me J V S D
    « nov   jan »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité