Marc-André Lussier

Marc-André Lussier - Auteur
  • Le blogue de Marc-André Lussier

    Journaliste à La Presse depuis 1995, Marc-André Lussier est fou de cinéma...
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 31 juillet 2009 | Mise en ligne à 15h41 | Commenter Commentaires (2)

    Francis Coppola et le dernier âge d’or

    coppola-3.jpg

     Francis Ford Coppola sur le tournage de Youth Without Youth

    Oui je sais. J’ai négligé un peu ce blogue au cours des derniers jours. Une semaine de fou, ponctuée de nombreux visionnements.

    Entre autres choses, j’ai parlé à Francis Ford Coppola! Quand on m’a appris que le légendaire cinéaste consentait à accorder quelques entrevues téléphoniques aux médias, j’avoue avoir éprouvé un petit frisson. Bien entendu, il n’était pas là seulement pour nos beaux yeux. Ayant produit son nouveau film Tetro de façon entièrement indépendante, Coppola tient évidemment à ce que sa nouvelle offrande ait un certain écho.

    Personnellement, j’ai été déçu par son film. Nous en avions d’ailleurs discuté lors de sa présentation à Cannes. Tetro ouvrait alors la Quinzaine des réalisateurs, Coppola ayant refusé la présentation «hors concours» que lui offrait le comité de sélection officielle du Festival.

    Déception ou pas, il reste que Coppola reste quand même un géant du cinéma américain.

    Je compose le numéro. C’est lui-même qui répond.
    Ce genre de chose m’étonne toujours un peu car il faut habituellement trouver son chemin dans  un labyrinthe avant même d’atteindre des stars de troisième zone.  Pas de consigne, sinon celle de la durée (20 minutes de conversation). Pas d’assistant non plus sur la ligne, ni de relationniste pour «gérer le temps». Je me souviendrai toujours d’une interview téléphonique que j’avais faite avec Polanski il y a quelques années, organisée par un distributeur américain. En faisant fi de la relationniste désignée pour «gérer» notre conversation, nous sommes immédiatement passés au français en se moquant un peu de notre «taupe». À la fin, la relationniste m’avait dit qu’elle n’avait rien compris de ce que Polanski et moi avions dit mais qu’elle avait senti une belle complicité se développer entre nous. Ben oui, toi…

    Mais revenons à Coppola. Je ne dévoilerai évidemment pas ici tout le contenu d’un article à paraître bientôt, mais il y a un quand même un aspect dont nous pourrions discuter ensemble.

    On dit souvent que les années 70 constituent le dernier âge d’or du cinéma américain. J’ai voulu savoir ce que l’un de ses principaux artisans – The Godfather, The Conversation, Apocalypse Now – en pensait.

    D’abord, Coppola ne carbure pas du tout à la nostalgie. Il rappelle aussi que The Godfather et Apocalypse Now étaient des projets déjà existants pour lesquels il fut embauché.

    «Mais il est bien certain que les studios ne peuvent plus mettre ce genre de projets de l’avant aujourd’hui. Cela ne veut toutefois pas dire qu’il ne se fait plus de bon cinéma en Amérique. Mais il est plutôt produit à l’extérieur du système. Il y a un foisonnement d’auteurs extrêmement intéressants – Solondz, Haynes, et j’en passe – qui parviennent malgré tout à s’imposer.
    Évidemment, quand je vois ce que Hollywood nous propose semaine après semaine, c’est sûr que ce n’est pas très stimulant. Mais il y a – et il y aura toujours je pense – des cinéastes dont les voix originales arrivent à se faire entendre, et qui nous redonnent foi en cet art que nous aimons tant.    
    Et puis, les moyens de diffusion sont aussi en train de changer. Et ne sont plus seulement l’apanage des grands studios. À mon avis, le salut passe par un cinéma produit de façon indépendante. C’est là que passe le mien en tout cas!
    Années 70 dernier âge d’or? Non, je ne crois pas. Vous savez, chaque époque a ses défis. Il n’y avait rien d’évident au moment où j’ai réalisé The Godfather ou Apocalypse Now, croyez-moi!»

    Tetro prend l’affiche à Montréal le 14 août.


    • Coppolla a été un espèce d’Orson Welles avec des visions de grandeur. Il a réalisé des films marquants de l’histoire récente du cinéma. Le documentaire sur le tournage d’Apocalypse now décrit bien le personnage qu’est Coppola. Car s’en ait un. Il aurait pû se la couler douce comme un Spielberg. Mais il a fait des choix par toujours heureux( Son studio Zoetrope entre autre qui l’a acculé a la faillite) Néanmoins, il a fait du bon travail dans les années suivantes avec des films comme Rumble Fish the Outsider et Tucker. Aujourd hui, j’espère que son Tetro sera le remettre en selle car Coppolla avance en âge .. et il ne doit plus lui rester trop de film devant lui.

    • Le cinéma hollywoodien est véritablement dans une léthargie ou quelques bons films réussissent à sortir du lot. Mais pour pallier au manque d’inspiration ou de création Hollywood essayent de jouer moins risqué en y allant dans les biographies ou les suites ou remakes mais ce n’est pas un gage de succès. C’est probablement l’effet de la récession qui fait qu’en partie les grands studios risquent moins avec des films qui en apparence sont moins bons pour le box-office.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • publicité

  • Calendrier

    août 2014
    L Ma Me J V S D
    « juin   sept »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité