Marc-André Lussier

Marc-André Lussier - Auteur
  • Le blogue de Marc-André Lussier

    Journaliste à La Presse depuis 1995, Marc-André Lussier est fou de cinéma...
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 30 juin 2009 | Mise en ligne à 8h07 | Commenter Commentaires (36)

    Transformers 2: Un succès? Vraiment?

    transformers-2-shia-labeouf.jpg

     Shia Labeouf dans Transformers – Revenge of the Fallen

    Comme il fallait s’y attendre, la sortie de Transformers – Revenge of the Fallen a engendré des recettes monstrueuses en Amérique du Nord. Plus de 200 millions de dollars en cinq jours d’exploitation. Au Québec, l’engouement est le même. 2 494 409 dollars en cinq jours, avec une moyenne de 9 386 dollars par écran (le film occupe 156 écrans au Québec!). C’est énorme.

    Je n’ai pas encore vu le film. Très honnêtement, il ne figure pas en priorité sur ma liste de films «à voir». Cela dit, je n’ai pratiquement pas lu nulle part, ni entendu, beaucoup de commentaires favorables. Sur le site Rotten Tomatoes, qui recense l’humeur des critiques, la superproduction de Michael Bay recueille un taux de satisfaction d’à peine 20%. Sur le site imdb, les internautes lui accordent une cote de 6,7 (sur 10), un score plutôt modeste pour ce genre de superproduction attendue. À Cinéma Montreal, la cote de satisfaction est beaucoup plus élevée (8,3), mais la violence de certains commentaires vient tempérer les coups d’encensoir de ceux qui accordent au film une note parfaite. Même chose du côté de Cinoche.com, où la cote moyenne des membres est quand même de 9 sur 10! Chez nous, les 409 internautes qui se sont exprimés jusqu’à maintenant attribuent au film  une cote moyenne de 3,9 sur 5.

    Malgré l’accueil plutôt favorable du public internaute, le «buzz», en général, n’est pas bon. Il est à prévoir que la fréquentation s’essouffle assez rapidement. D’où ma question: La réussite d’un film se mesure-t-elle seulement à l’aune de ses recettes au box-office? Dans le cas précis de ce deuxième opus de la série Transformers, peut-on véritablement parler de succès?


    • C’est certain que si on aime les films d’auteur , ou les films où les personnages passent les 2 heures assis dans la cuisine à parler de leurs sentiments, on aimera pas ce film. Il faut y aller en gardant à l’esprit ce que c’est: un popcorn flick où on met son cerveau à off. Tout de même, c’est loin d’être un film parfait, ni même proche d’être un grand film. Beaucoup d’humour douteux et certaines choses que j’aurais fait différemment. Ceci dit, je me suis amusé et j’ai apprécié ce film. Revoir Mégatron et le Screamer se chamailler comme dans le bon vieux temps était jouissif. Je regrette seulement que Chis Latta ne soit plus de ce monde…
      Bref un film à prendre comme il est, sans idée préconçue.

    • La succés monétaire et artistique d’un film ont rarement rapport.

      Je laisse la rentabilité aux comptables et je vais me préoccuper de l’espérience offerte par un film.

      Les critiques de restaurants ne s’amusent pas à se demander si McDo ou Toquée sont des succès.

      Petite question, est-ce que les médias qui couvrent le cinéma se sont toujours fascinés pour les résultats du box office ou est-ce un phénomène relativement récent.

    • J’ai été le voir dimanche. Si le 1er Transformers était “cool” (c’était mon émission préférée lors de mon enfance), le 2e est juste…bah. Je l’ai trouvé plus long et moins intéressant puisque la suite n’amène rien vraiment de nouveau.

      Ce film n’était qu’une raison de faire du $$$ de plus car selon moi, ça aurait dû s’arrêter après le 1er. Je n’irai pas voir le 3e au cinéma, je vais certainement le louer…

    • Est-ce que ce film ne s’adresse pas d’abord aux enfants/jeunes ados? Probablement, sinon pourquoi avoir choisi un acteur comme Shia Labeouf?

      D’habitude, on tient compte de ce genre de facteur dans les critiques, mais ce n’est étrangement pas le cas pour Transformers, film à gros budget auquel on semble reprocher de ne pas s’apparenter à Citizen Kane…

      Les films destinés aux enfants/jeunes ados ne reçoivent que très peu de bonnes critiques, en partie parce qu’ils sont complètement débiles. À mon avis, tout est normal.

    • Ce que ce film nous démontre de par les différence énormes entre les critiques des “experts” et les critiques du public, c’est qu’il y a un Grand Canyon qui sépare les critiques professionnels et le public. On le savait déjà mais en voici une belle preuve. Comme si le fait de vouloir être simplement diverti ne pouvait pas être correct! Oui, il y a des endroits qui font de très grands déssert mais un bon gâteau McCain, ça fait toujours du bien!

    • Je suis un fan des Transformers mais les films sont minables, ca me désole de voir qu’ils obtiennent un succès commercial, cela envoit comme message aux financiers d’hollywood qu’on a pas besoin d’un bon script, d’une bonne histoire pour avoir un film qui marche, là est la tragédie.

    • Je suis heureux de voir que les commentaires sur ce forum sont faits par des gens qui réalisent la différence entre un film de divertissement et un film d’auteur, et peuvent juger chacun adéquatement. Les critiques de cinéma n’ont pas cette largeur d’esprit, ils traitent tous les films à la même enseigne et passent ainsi leur temps à fustiger le cinéma commercial et se désoler des recettes au box-office… ou se réjouir d’un échec perçu ou potentiel­…

      Cela n’empêche pas qu’on puisse reprocher à des films comme “Transformers 2″ de souffrir de sérieux manquements au niveau du scénario, comme c’est malheureusement souvent le cas. Mais, bon, on peut jeter des $$$ aux yeux du spectateur en beurrant épais sur les effets spéciaux, mais le talent pour écrire un bon scénario et des bons dialogues ne doit pas pouvoir s’acheter!

    • Si on s’appelle Michael Bay, c’est les recettes qui comptent. Il s’est déjà vanté d’avoir tourné un film (Bad Boys 2) qu’il savait que la critique détesterait mais qui serait un succès commercial de toute façon.

      Ceci dit, j’espère beaucoup que ce film va se planter la deuxième semaine. Quand même les “fanboys” détestent ton film, on ne peut pas accuser les critiques de snobisme.

    • je suis d’accord avec DazzHero, ce que les critiques oublient, c’est fait pour les jeunes. Je suis un fan des transformers années 80. J’ai réécouter quelques épisodes des transformers et disont que j’aime mieux que les 2 films mais p-e que si j’avais encore 14 ans, je m’amuserais comme un ptit fou.. Ce qui m’énerve, ce qu’il y a bcoup de choses qui ne sont pas fidèles au cartoons, comme la grosse place accordé aux humains et le fait que les armes humaines sont capables des les détruires. Rien avoir avec les vrais transformers.. J’ai quand même apprécié le 2eme opus pour ce qu’il était.. Le meilleur bout du film est la séquence de combat dans la forêt avec un plan éloigné. Pour 1 fois qu’on voit ce qui se passe!!

    • Je suis un amateur de ce genre de production, en autant que ce soit bon… et ce film est une véritable farce. Une propagande de l’armée américaine. Une grosse boîte vide. Autant je me suis amusé lors de la projection du film de Star Trek, autant celui-ci a été d’un profond ennui.

      P

    • Il ne faut pas oublier que c’est Michael Bay qui fait le film. Ce gars là n’a jamais réalisé un bon film. Il est populaire parce qu’il rapporte beaucoup d’argent mais ses films sont médiocres, à mon avis.

    • C’est un film d’action et d’effects spéciaux. C’est un film d’été sans prétention autre que de divertir.

      Si vous avez 10$ dans l’espoir d’y trouver un message social caché ou un script révolutionnaire et que vous etes déçu et bien tant pis pour vos tronche !

      Il y a des fillms pour tout les gouts, quand un film est à l’opposé de ce que vous rechercher n’aller pas le voir !

    • Ça me fait toujours rire, lorsqu’on associe qualité d’un film et box office. Où bien qu’on est étonné des recettes engendré par un soi-disant navet.

      La question à se poser est : Qu’est ce que le cinéphile va chercher à travers se film? Dans le cas de Transformers, beaucoup d’éléments jouent en sa faveur.
      - Télé-série très populaires dans les années 90, des souvenirs pour les 20-35 ans;
      - Film d’action avec des scènes à couper le souffle;
      - Film plus intéressant à voir sur grand écran que devant sa petite télé;
      - Michael Bay;
      - Une très jolie demoiselle en Megan Fox;
      - Le nom de Spielberg est associé au film (si je ne me trompe pas);
      - (et ce qui aide en ce moment) La température incertaine des dernières semaines;

      Dites vous que les gens vont au cinéma pour se divertir, alors les films recherchés que les critiques passent leur temps à encenser n’ont pratiquement aucun attrait à être vu au cinéma avec grand écran et un son trop fort. Je préfère voir se genre de film confortablement assis dans mon salon et concentré sur l’histoire et la complexité du film.

      Jamais je n’irais voir un film tel The Reader au cinéma.

      Un film comme Transformers c’est comme allez à la Ronde et faire un tour de manège, c’est cette sensation qui est intéressante sur grand écran avec tous les effets connexes.

      M et Mme tout le monde ne comprennent à peu près rien à la direction artistique et musicale, ainsi qu’à la conception de costume ou maquillage, ils y sont simplement pour le divertissement.

      Depuis aussi longtemps que je me rappelle, les critiques et les spectateurs ont des divergences d’opinions dans 95% des cas, et à chaque fois les critiques ne comprennent pas. Et bien, cette situation ne date pas d’hier. Nous sommes dans une société de consommation, les personnes veulent du “fast food” et ce à tous les niveaux (bouffe, cinéma, musique, livre, placement, voiture…etc.) La règle de KISS (Keep It Simple Stupid) sinon, ton auditoire rétrécit.

    • Finalement! Merci!

      La bande-annonce était horrible. Je ne comprends pas comment autant de gens se font “avoir” à chaque fois qu’un film sort une suite. (Et une suite après la suite).

    • “La réussite d’un film se mesure-t-elle seulement à l’aune de ses recettes au box-office?”

      Oui. Rien importe d’autre.

    • Malheureusement, oui.
      Au diable la qualité. Je suis allé voir le film hier soir et je n’en reviens toujours pas. Je ne qualifierais même pas ce film de “mauvais” tellement j’ai trouvé cela indigeste. C’était simplement n’importe quoi…pas de scénario, beaucoup d’explosion, des “blagues” pas drôles. J’aime être divertie et je ne crois pas que cela devrait se faire au détriment de mon intelligence.

    • “Transformers ” 2: Un échec ? Vraiment ? Cela dit, l’humeur des critiques est une chose et l’appréciation des spectateurs en est une autre. D’accord, le film ne fera pas date dans l’histoire du 7e art mais pourquoi bouder le plaisir que l’on retire à retrouver notre âme d’enfant ? Pour ma part, la déception n’était pas au rendez-vous et j’ai pris le second opus pour ce qu’il était, à savoir un divertissement. Par ailleurs, si, comme vous le dites malgré le fait de n’avoir vu le film, le «buzz» n’est pas bon, qui peut se targuer de connaître l’affluence future de ce long métrage avec exactitude ? Néanmoins, il va de soi que les recettes influencent Hollywood et que celles-ci jouent beaucoup dans la notion de succès mais de là à résumer l’équation que vous avancez, ce serait sans doute mal connaître les cinéphiles car ultimement, le succès d’un film repose également sur sa longévité et sur les commentaires positifs qu’il suscitera. Dans ce cas-ci, seul le temps le dira…

    • Permettez-moi de rappeler que des films comme Star Trek, The Dark Knight, Iron Man et Spider Man 2 ont été largement soutenus par la critique…

    • J’avais lu certaines critiques négatives avant que mon ami me supplie d’aller voir le film avec lui, donc mes attentes étaient presque inexistantes. Et j’ai quand même été déçu. Une merde. point barre. À force d’aller dans toutes sortes de directions différentes, ce film ne va nulle part.

    • Se faire avoir ? Désolé, j’ai adoré. Pourquoi ? Suis-je un jeune ado ? (comme si c’est juste eux qui peuvent apprécier, j’ai 29). Je suis aller voir ce film en sachant très bien que c’était Bay qui le produisait. En sachant ça, on sait déjà qu’on va avoir un film pop-corn, avec 3.4 explosions à la minute, des séries de one-liners stupides et gag douteux (c’est pas nouveau ça), des plans de caméras au ralenti avec coucher de soleil / hélicoptère et un film qui ne se prend pas au sérieux. (c’est pourquoi Pearl Arbour est aussi mauvais, Bay se prenait au sérieux). Allez voir ce film avec d’autres attentes, c’est un peu se tirer dans le pied.

      Et je ne vois pas en quoi le scénario est plus mauvais que celui des dessins animés (désolé, mais je me suis retapé les dessins animés et malheureusement, c’est aussi débile que les films, les émissions ne sont qu’un prétexte pour vendre des jouets). Vouloir des sous-entendu et des 2e degrés de Michael Bay et d’un film de robots de 60 pieds qui se tapent sur la tronche… vous allez être déçus.

      La critique cinéma (et artistique en général) est une bien drôle de bibittes. On dirait que la critique ne sait pas ajuster ses barèmes en fonction de la cible du film. Le meilleur exemple d’une adaptation est les journalistes automobiles. Les journalistes qui essaient une Porsche 911 une semaine et une sous-compacte la semaine suivante, ne va pas comparer selon les mêmes critères. Il va ajuster en fonction, du besoin, de la cible et parmi ses pairs. Ça ne veut pas dire que l’on doit exiger des films sans têtes à tout bout de champs, mais ça veut dire qu’on peut apprécier n’importe quel film sans exiger qu’un film de robot ait une critique sociale profonde. Après tout, je peux apprécier ce film tout en appréciant tout autant mon coffret de Kurosawa à la maison.

    • Tout dépend toujours de quel type de succès on parle…

      Le succès critique ? Le succès commercial ?

      Puis voyez on regarde beaucoup les recettes au Box Office mais pour un comptable, par exemple, on pourrait aussi regarder les bénéfices nets. Le chiffre d’affaires peut être très élevé mais les coûts aussi alors il faut énormément d’entrées pour juste atteindre le point mort.

      Juste avec le titre Transformers c’est les fameux jouets qui se transformaient cela… Alors, il est pratiquement impossible pour eux ou un réalisateur de faire mieux qu’une cote 5 (cote des télé-horaires). C’est la cote de départ AVANT même d’avoir vu le film. Si c’est pas bien fait en plus bien cela mérite un 6. Mais dans des cas rares dans des films un peu de ce type des réalisateurs peuvent aller chercher une cote 4 (bon). C’est rare.

      —————————-

      Le succès tout dépend alors de vos critères et de vos objectifs.

      Et comme on le voit souvent allez dans n’importe quel Superclub vidéotron vous trouverez bien plus des films avec une cote de 5 ou même de 6 que des films avec une cote de 4 ou mieux.

      On pourrait aussi revenir à Elvis Presley qui voulait faire du cinéma mais que son gérant faisait tourner dans des films très moyens mais rentables. Alors qu’il aurait pu tournet dans West Side Story et gagner un Oscar. Alors quel est votre objectif ? Mettre du beurre sur vos épinards ou bien avoir un film reconnu comme exceptionnel au niveau artistique ? Certains aimeraient avoir les deux mais ce sont des exceptions.

      Et comparons avec la restauration McDo, Burger King, PFK… Il y en a partout… Des bons restaurants il y en a plusieurs aussi mais moins visibles et pas avec des chiffres d’affaires très grands ou des grandes chaînes commerciales.

      Si on était dans les années 80 encore… Un exploitant de salles pour avoir un succès se demanderait-t-il pas plutôt si le film lui fera vendre beaucoup de Pop Corn et autres friandises ?

      Alors pour eux la majorité des films ce sont des films cotés 5 qui méritent le succès commercial, quelques 4. Plusieurs 6. Mais des 3 ou mieux ? Cela arrive rarement et c’est rare de toute façon.

    • Plus c’est mauvais, plus ca marche l’équation est bien simple. Le monde, le peuple, la masse, appelé ca comme vous le voulez, aime et consomme de la srcap avec une échelle de gout pas tres tres élevé. Et ce dans plusieurs domaines, regardez dans gastronomie par exemple avec tous ces fastfood qui marchent fort…

    • J’aime bien la comparaison de denigreur entre la critique automobile et la critique artistique. Faudrait toujours qu’une voiture soit un Rolls Royce ou un Hummer. Pas de place pour les Toyota Yaris ou les Honda CR-V!

      J’imagine que l’automobile, c’est un monde utilitaire, donc la critique automobile demeure utilitaire, tandis que le cinéma, c’est de l’art…

    • La question est en train de tourner au sempiternel débat critique vs. public et je ne pense pas que ce soit vraiment approprié dans ce cas-ci.

      Premièrement, il s’agit de la première semaine et la première semaine, c’est la promotion qui prime. La critique et le bouche à oreille vont aider à déterminer si le films “a des jambes” ou non. Une plonge précipitée en deuxième semaine parce que…

      Deuxièmement, il n’y a pas dans ce cas-ci une si grande différence de réaction entre les critiques et le bouche à oreille. Avec tout le respect que je doit à ceux qui ont aimé le film, les réactions sur AICN et autres sites spécialisés sont plutôt mauvaises pour une audience qui devrait être le public cible. Comme le faisait remarquer M. Lussier, malgré le fait que certains critiques crachent sur tout ce qui est grand public, la grande majorité de sa profession sait tout de même reconnaitre les films qui sont bien fait. L’image du critique qui snobe tout ce qui n’est pas petit film indépendant ou international, et les critiques qui adhèrent à cette image, ne sont que caricature!

    • Le célèbre critique Roger Ebert a (en partie seulement) résolu cette question en comparant les pommes avec les pommes et les poires avec les poires.

      Ainsi, il peut mettre 4 étoiles à Citizen Kane, comparé aux autres films de ce type. Dans la catégorie «humour», il met par exemple 3 étoiles au Jour de la marmotte.

      Pour en revenir à la catégorie action/science fiction, sachant qu’il a donné 3 1/2 à Aliens, que dit-il de Transformers II ?

      “Transformers: Revenge of the Fallen” is a horrible experience of unbearable length, briefly punctuated by three or four amusing moments. One of these involves a dog-like robot humping the leg of the heroine.

      Such are the meager joys.

      If you want to save yourself the ticket price, go into the kitchen, cue up a male choir singing the music of hell, and get a kid to start banging pots and pans together. Then close your eyes and use your imagination.

      (si vous voulez économiser le prix d’un billet, installez-vous dans votre cuisine, rassemblez une chorale masculine pour chanter la musique de l’enfer et demandez à un enfant de frapper sur des pots et des casseroles. Fermez les yeux et laissez courir votre imagination).

      La note: 1 étoile.

      Succès public vs succès critique? Voici ce que dit Courteline, l’inventeur de l’«Idiomètre»:

      «Exiger simplement et strictement des choses les qualités qu’elles ont la prétention d’avoir: tout le sens critique tient là-dedans.»

    • le titre le dit Transformers , des robots géant qui se tapent dessus. Et quese que j’ai vu dans ce film , des robots géant qui se tapent dessus. Sérieusement quese que vous atendiez d’un film tiré d’un dessin animé tiré d’un jouet. Personnellement je trouve que les critiques sont dur sur transformers 2, ce film doit être pris à légère. Et comme un autre intervenant sur le blogue, moi aussi je me suis taper depuis que je suis tout petit les différentes séries transformers et c’est vrai que les dessin animés ne fesait aucun sens. Donc pour apprécier ce film il faut réveiller le petit gars à l’intérieur de nous.

    • Moi, quand un critique aime un film, je ne vais pas le voir car je sais que ce sera long et plate.

    • Pour ma part ce qui m’intéresse, plus que les chiffres d’entrées premier jour et première semaine, c’est les chiffres des semaines suivantes. Un film qui perd la moitié voire plus encore de ses entrées en seconde semaine n’est clairement pas un film apprécié.
      Aux critiques des critiques je préfère le bouche-à-oreille, à cet égard un beau parcours c’est-à-dire sur le long terme vaut mieux qu’un record d’entrées ou une première place au box-office en première semaine. Ce sont les “plus faciles” à attirer qui viennent dans les salles au débuts, ceux qui sont déjà amateurs, les déjà convaincus, les plus influençables par les campagnes de promotion et de marketing. Lorsqu’un film parvient à attirer ceux qui ne sont pas forcément le coeur de cible alors ça commence à m’interpeller.

    • Qu’arrive-t-il si tout le monde de la planète va voir un film et que c’est une merde, que tous l’haïssent? Ils vont en faire une suite, parce que ça aura marché.

      J’adorais les Transformers, jeune, mais ces monstres mécaniques ne sont en rien les véhicules et robots de mon enfance.

      Une autre critique comique: http://sebastianhell.blogspot.com/2009/06/michael-bay-and-state-of-modern-cinema.html

    • Le premier était déjà un peu trop pour moi… Je veux bien mettre mon cerveau à off de temps en temps, pour des niaiseries qui ne se prennent pas au sérieux, comme le remake de Vendredi 13, mais bon, il y a des limites… Et quand on n’arrive pas à distinguer quoi que ce soit dans les scènes d’action… Étrange: J’ai ”préféré” les scènes ”normales” au scène d’action. Hum, non merci pour Transformers 2

      Parlant de Michael Bay:
      http://www.youtube.com/watch?v=KRS90V8BQGo Le teaser de son prochain film?
      http://www.cracked.com/video_17320_breakfast-as-directed-by-michael-bay.html Bon appétit…

    • Le débat entre les films apprécié par les critiques et les films appréciés par le public est à côté de la coche, à mon avis. Il y a eu (même récemment) des films d’action de qualité, mais là…

      Parent d’une série de préados, je me tape souvent des films ‘d’action’ et je suis en mesure de les apprécier. Mais j’avoue que dans le genre, Transformer 2 est un véritable navet, d’un ennui total. Évidemment que je ne m’attendais pas à y voir une histoire, ni à des acteurs convaiquants, mais le manque d’originalité, de suspense, d’humour est assez affligeant, les dialogues débiles…, il faut quand même penser que ce truc à couté plus de 100 millions!!!! Imaginez ce qu’on ferait avec cet argent!

      Imaginez, mon plus vieux à la sortie du cinéma a déclaré qu’il avait trouvé le film ‘débilisant et abrutissant’, quant à mon plus jeune, il devait me demander constamment qui se batait avec qui, tant les scènes étaient mal baties. Le troisième m’a demandé si le film allait durer encore longtemps.

      Ce film par contre se veut une super publicité pour l’armée, les braves qui sont là pour se sacrifier et sauver le mise, malgré les politiciens qui viennent foutre le trouble et prendre des décisions stupides comme de fermer des programmes de défense sans rien comprendre (étonamment, le policiticien en question ressemblait comme deux goutes d’eau à Donald Rumsfeld, bien qu’on fait mention d’Obama aussi dans le film).

      Et puis on a eu droit à un preview de Gi-Joe, un autre film qui s’annonce aussi nul et débilisant. Ce sera une série qui aura un grand succès assurément.

      Je ne suis pas toujours d’accord avec les critiques, mais là j’avoue que si ce film reçoit plus de 2 étoiles je trouve que vous allez exagérer!

    • J’avoue être d’accord avec dominique.demari: on peut toujours se fier aux critiques. Pour la catégorie de population: Hommes 15-50 ans (dont je fais partie) qui ne cherchent pas un essai sociologique serbo-kazakh sur la relation mère-fille dans les tribus nomades birmanes lorsqu’ils vont voir un film, les notes de critiques peuvent se lire ainsi:

      ****: long et plate. Les pauvres gars que leurs blondes ont trainés de force au cinema vont s’endormir a coup sur. (Le liseur, The Curious Case of Jason Button…)

      ***: C’est une chance à prendre. On s’endort peut-être pas, mais de longues explications et/ou casse-têtes sentimentaux sont à prevoir.

      **: Normalement les meilleurs films. Surtout si la critique stipule: ” Scénario primaire, intrigue prétexte au nombreuses scènes d’action. Orgie d’effets spéciaux”.

      *: Soit un film d’horreur poche (mais souvent hilarant, dans un état d’ébriété avancé), ou une bonne idée avec un trop petit budget ou des acteurs pourris.

      Un bon exemple, c’est le dernier Superman… il aurait dû s’appeller: “Superman, les changements de coeur de Lois Lane”. Je n’ai pas regretté d’avoir attendu le DVD…

      Si on veut voir des couples se prendre la tête autour d’une table ou d’un oreiller pendant 2 heures, on va au théatre ou on espionne les voisins de palier! Quand on va au cinema, c’est pour en avoir plein la vue!

    • Et on regarde les recettes des films au Box Office mais on n’analyse pas disons la compétition qui est présente et les raisons qui motivent le public à aller voir un film.

      Ce peut être impulsif comme envie. Je veux voir un film et pas trop compliqué. Ou c’est un film d’action.

      Et je suis libre tel jour à telle heure… Tiens il y a pas des couples qui vont au cinéma à toutes les semaines…

      Allons-y pour un petit couple de Brossard qui va au quartier 10-30 voir son film hebdomadaire… Quels sont les choix ?

      http://www.cineplex.com/Theatres/TheatreDetails/06915A4D/Cineplex_Odeon_Brossard.aspx?

      Ce peut être un couple mais ce peut être des enfants…

      On peut vouloir voir une comédie mais d’autres un film d’action. Alors c’est pas juste la cote des critiques que les gens regardent ni même le buzz.

      Des gens peuvent y aller une fois par mois, d’autres avec les enfants l’été.

      On pourrait avoir une famille ou un couple de Laval maintenant ils voudraient bien voir Star Trek mais il ne passe qu’à 12h05 ou 18h30 au Colossus…

      Il y a 8 représentations du film Transformers au Colossus en français alors c’est bien normal que les entrées soient plus nombreuses.

      Si on reste dans le commercial on pourrait peut-être aussi regarder le taux de ”remplissage” de chacune des représentations.

      ———————————————

      C’est comme les restaurants aussi cela… Des gens peuvent bien se rendre chez McDo car lui est ouvert jusqu’à minuit alors que des compétiteurs sont fermés.

    • Je n’avais aucune espèce d’attente à aller voir ce film, notre premier cinéma en plein air de l’été. On était plus là pour les enfants que pour nous les parents, même si nous sommes capables d’apprécier un “divertissement”. Or quel ennui! Much ado about nothing.

      Effectivement, comme le souligne Monsieur le chroniqueur et qqs autres, le combat film de divertissement vs le cinéma d’auteur est un faux débat. Défendre Transformers 2, c’est aussi pénible que de chercher à défendre un mauvais Woody Allen. Un film poche, c’est un film poche, bordel.

      Vivement Toy Story 3! :- )

    • Bon, on peut lire, ici, les subtils “crétin-z’heureux”. Je suis crétin, je le sais et j’en suis fier!!!

      Associé le nombre d’étoiles élevé, accordé à un film par un critique est automatiquement un ennuis mortel, un film que “Les pauvres gars que leurs blondes ont trainés de force au cinema vont s’endormir a coup sur. (Le liseur, The Curious Case of Jason Button…)”. Wow! superbe analyse, mon champion!

      J’adore les films de science-fiction/fantastique. Malheureusement pour un bon film de temps en temps (Star Trek, The Dark Knight, etc.) on se doit se taper une plétore de navets insipides. Il est inadmissible qu’un gars comme Michael Bay, qui possède un budget pratiquement illimité, n’est pas capable de s’engager une équipe de scénaristes intelligents. Et quand un film est nul, on peut le dire sans être obliger de se taper les amateurs de contenu vide. Effets spéciaux ne riment pas nécessairement avec bon divertissement au cinéma. Mais avec une peu de volonté et de talent on peut avoir les deux… et apprécié autant “The Reader” que “Iron Man” pour des raisons différentes.

    • J’ai été voir le film et c’était gros, c’était long surtout. J’ai bien rigolé car je m’attendais à des one line stupides. J’ai été époustoufflé par les effets spéciaux…Et j’ai aimé le ton léger et pas sérieux du film. Une chance parce qu’autrement j’aurais débarqué. Par contre, le film est inutilement long et le scénario complètement débile, AURAIT PU être bon, mais il se termine en pétard mouillé et tout est bouclé de façon expéditive à ma grande insatisfaction.

      Aussi, des ralentis à n’en plus finir : ok ok on a compris, la scène est intense, c’est pas une raison pour faire un ralenti sur le gars qui cherche sa montre ou se tasse une meche de cheveux….Franchement.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    mai 2010
    L Ma Me J V S D
    « avr   juin »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité