Marc-André Lussier

Marc-André Lussier - Auteur
  • Le blogue de Marc-André Lussier

    Journaliste à La Presse depuis 1995, Marc-André Lussier est fou de cinéma...
  • Lire la suite »

    Partage

    Samedi 23 mai 2009 | Mise en ligne à 9h31 | Commenter Commentaires (15)

    Dernier sprint cannois

    map-of-the-sounds-1.jpg

    Map of the Sounds of Tokyo d’Isabel Coixet

    C’est toujours un sentiment un peu étrange. Dès le jeudi précédant la fermeture du Festival de Cannes, la Croisette emprunte déjà ses allures de lendemain de brosse. Les gens du marché remballent leurs affaires; les «professionnels de la profession» s’envolent déjà vers d’autres cieux; et une partie des journalistes suivront la cérémonie de clôture dans le confort douillet de leur chez soi.

    Cela dit, il reste quand même bien du monde. À commencer par les touristes du week-end qui, le temps d’une promenade, viennent faire le plein de glamour aux alentours du Palais des Festivals. Et puis, il y a aussi tous ces jet-setters qui, ce week-end, jettent leur dévolu sur le Grand Prix de Monaco, à quelques kilomètres d’ici. Évacuer tout ce beau monde-là en même temps – festivaliers et amateurs de Formule 1 – le lundi à l’aéroport de Nice relève d’ailleurs de l’exploit. Qu’on répète chaque année…

    Y aura-t-il ici coup de théâtre comme l’an dernier? Un film présenté au tout dernier jour de la compétition pourrait-il brouiller les pistes et repartir avec la Palme d’or comme l’a fait Entre les murs? Ayant maintenant vu les 20 films inscrits dans la compétition, honnêtement, je ne croirais pas. Map of the Sounds of Tokyo se distingue par ses qualités esthétiques mais la réalisatrice Isabel Coixet a malheureusement oublié de soigner son scénario. Visage, le très attendu film de Tsai Ming-Liang, séduit aussi par son approche picturale, mais cette enfilade de longs plans séquences sera vite venue à bout de la patience de certains spectateurs. Je persiste pourtant à croire qu’il y a de très belles choses dans ce film étonnant, dans lequel jouent plusieurs acteurs français (Jean-Pierre Léaud, Fanny Ardant et Mathieu Amalric notamment). Le film est-il assez fort pour changer l’allure du palmarès? Tout dépendra de l’humeur du jury. À défaut de pouvoir faire des prédictions, chacun y va de ses choix personnels. Voici les miens.

    Palme d’or:

    Antichrist de Lars von Trier.

    Bon je sais. On réserve habituellement le prix le plus prestigieux au «meilleur» film, et on garde le Grand Prix à une oeuvre plus audacieuse sur le plan artistique. Mais j’inverserais les deux cette année. Plus j’y pense, et plus j’estime en effet que la vertigineuse – et effrayante – plongée dans les recoins de notre inconscience – c’est ce à quoi nous convie Von Trier – constitue un exercice brillantissime. Extraordinaire sur le plan formel (la scène d’ouverture est déjà anthologique), Antichrist fait déjà partie de l’histoire.

    Grand Prix du jury:

    Un prophète de Jacques Audiard.

    Le film le plus abouti, le plus émouvant, le plus consensuel de cette compétition.

    Prix de la mise en scène:

    Das Weisse Band (Le ruban blanc) de Michael Haneke

    Le célèbre cinéaste autrichien surprend avec une oeuvre austère et rigoureuse, où les sombres desseins de l’âme humaine sont évoquées avec autant de puissance que de finesse.

    Prix d’interprétation masculine:

    Christoph Waltz – Inglourious Basterds.

    L’acteur porte le film de Tarantino sur ses épaules et se révèle brillant sur tous les registres.

    Prix d’interprétation féminine:

    Charlotte Gainsbourg – Antichrist

    Même si nous avons pu relever plusieurs performances d’actrices dignes d’intérêt, aucune n’atteint la hauteur de celle qu’offre Charlottte Gainsbourg dans le film de Lars Von Trier. Une performance émouvante, aussi courageuse qu’impudique.

    Prix du scénario:

    Los Abrazos Rotos de Pedro Almodovar.

    Bon d’accord, Étreintes brisées n’a peut-être pas la force de Parle avec elle ou Volver, mais il reste qu’Almodovar s’est encore affirmé par la force et l’invention de son écriture.

    Prix du jury:

    Visage de Tsai Ming-Liang

    La nouvelle offrande du cinéaste taïwanais en exaspérera plus d’un, mais ce film sur le mythe de Salomé au musée du Louvre comporte sa belle part d’images fortes. Et une puissance d’évocation indéniable.

    Le palmarès «officiel» sera annoncé demain vers 19h15 (13h15 à l’heure du Québec). C’est aussi lors de cette cérémonie que sera dévoilé le nom du lauréat de la caméra d’or, remise au meilleur premier film présenté au Festival, toutes sections confondues. Xavier Dolan vit déjà un étonnant conte de fées grâce à son film J’ai tué ma mère. Le verrons-nous demain monter aussi sur la scène du Théâtre Lumière? Parti comme il est, rien ne semble hors de sa portée désormais…


    • Von Trier: Antichrist semble être son film que j’aimerai le mieux depuis les Idiots (qui est un chef d’oeuvre). Les autres ont des très bon scénarios mais je n’ai jamais pu m’ébahir autant que la norme des cinéphiles. Mais bon, J’adore Ming-Liang, et oui, il m’est déjà arrivé d’emmener quelqu’un voir Ming-Liang qui baillait tout le long. Chacun ses gouts.

    • Monsieur Lussier,

      Vous me donnez dejà des frissons dans le dos… Votre description d’Antichrist, je le crois sur votre parole… Je crois lire entre vos lignes un film grandiose. Quelque chose qui n’arrive pas souvent. Une merveille comme la première scène de Sacrifice de Tarkovski… Toutes vos descriptions me rendent jaloux… Vous y étiez. Vous avez vu avant nous… Comme je vous envie en ce moment! Vous êtes rempli de grandes images.

      Merci pour vos pronostics. Comme je partage souvent votre vision du cinéma, je serais presque tenté d’abonder aveuglément dans votre sens.

      Un fidèle…

      u

    • Personne au Québec, n’a mentionné comment le film de Gaspar Noé à été reçu?

      Comment est le film? Comment est la réception?

    • @stpag17: http://cineuropa.org/newsdetail.aspx?lang=fr&documentID=108774

    • HAH ! Je l’avais dis comme commentaire sur Cassivi que Kitanay risquait de se prendre un prix (à 24 Cinema, certain disaient sans broncher que
      la Palme était entre Antichrist et Kitanay).

      Chan-Wook me fera un “asiatique” dans les 3 prix (j’avais prédit un film d’Asie dans les 3 prix), mais partagé, et triste que ce ne soit pas Ming-Liang.

      Je suis CONTENT pour Haneke!! C’est parce qu’il en méritait un suite à l’injustice pour Caché. Mais si ce film n’est pas son meilleur, alors c’est injuste cette année pour un autre.

      Antichrist est grand perdant, mais le jury est formé de femmes, et je me
      demande si le film est misogyne suite à des questions sur le sujet à la
      conférence de presse. Justement: je viens de lire que le jury oecuménique a donné un Ant-Prix à Von Trier (sorte de Razzie) sous prétexte que le film est misogyne!!!!!

      Je suis content que Tarantino ait un prix (acteur) pour avoir démontré
      le plaisir qu’il a de faire des films.

      Grand oublié qui me fera encore une raison de me méfier de Cannes: Ming-Liang, mais je n’ai pas vu le film.

      Quand j’ai vu Dolan gagné le prix Regard Jeune je me suis dit qu’il n’aurait pas la Caméra D’Or, car rarement le même cinéaste a les deux. Dommage.

      Je ne sais pas avec Un Certain Regard si le Prix Du Jury passe avant le Prix Spécial Du jury. C’est mêlant. Bref, Ghobadi a gagné et
      il fait des bons films d’habitude.

      Bon bien à l’an prochain.

      Sultitan

    • Félicitations au Ruban blanc d’Haneke pour la Palme d’or, aux interprétations qui ressortent du lot avec Gainsbourg et Waltz, au Grand prix du Jury à un prophète, au(x) parcours de Xavier Dolan, un film que nous irons tous voir à sa sortie le 5 juin et tutti quanti.

      Il y a des films que j’ai extrêmement hâte de voir : en ordre Antichrist, Le ruban blanc, J’ai tué ma mère, Un prophète, Inglourious Basterds, mais nous aurons la chance de voir le film de Dolan et Tarantino avant la sortie des trois autres, espérons-le pour l’automne…

    • Je suis très contente pour Heneke! Mais je l’aurais été tout autant si Audiard avait eu la palme d’or! Deux fabuleux cinéastes !

      Comme je l’ai mentionné sur le blogue du Soleil (Normand Provencher): Avez-vous remarqué la face qu’a faite Isabelle Huppert quand Chritophe Waltz a vanté Quentin Tarantino ??? Aye !

    • Bon, le verdict a été rendu. Bof! Lorsque j’ai devant moi des fraises nappées de crème fraîche, vais-je les compter? Je vais les goûter une à une avec la crème qui dégouline comme un enfant avec sa glace… Sans que vous ayez fait un wrap up du festival, j’ai lu qu’il y avait beaucoup de crème et quelques superbes fraises pas piquées des vers! La vie est belle!

      u

    • Prix du jury à Park Chan-wook pour Tirst… Après vos commentaires teintés de mauvaise foi, je ne peux m’empêcher de jubiler un peu. Je ne voudrais pas en rajouter, mais quand vous disiez que le FFM a beaucoup fait pour le cinéma chinois, chose que je ne nie pas, c’était un choix ou un oubli d’avoir omis de mentionner Fantasia qui, soi dit en passant, a fait connaître Park Chan-wook, Bong Joon-ho, Pen-Ek Ratanaruang et Johnny To au public québécois?

    • @ froutoule

      Bien entendu que l’apport de Fantasia est indéniable. Mais il est relativement récent. Je faisais plutôt écho à une époque où, japonais mis à part, le cinéma asiatique était pratiquement inconnu en Occident. Je commenterai par ailleurs le palmarès plus tard aujourd’hui.

    • Martinbi:

      Si seulement le FFM présentait les films de Cannes comme à l’époque, on les verrait tous en Aout, 2 mois plus tôt que maintenant.

    • Vous pensiez vraiment que la belle Isabelle ne récompenserais pas son maitre?

      Allez soyons moins naifs!

    • Monsieur Lussier : je lis toujours vos commentaires avec intérêt, mais je ne peux m’empêcher de partager le point de vue formulé par froutoule. Vous et votre collègue Marc Cassivi n’avez cessé de multiplier les commentaires négatifs et les préjugés envers le cinéma asiatique pendant toute votre couverture du festival.

      Bien sûr, nous n’avons pas vu les films, nous ne pouvons pas juger, mais les commentaires les plus négatifs étaient systématiquement dirigés vers les films asiatiques. Complètement impossible qu’ils aient tous été “indignes”. Des remarques condescendantes de type “ce film n’a pas sa place dans la compétition” (???) et autres commentaires désobligeants envers des cinéastes reconnus comme Johnnie To et Park-Chan wook m’apparaissent totalement déplacés.

      Johnnie To a eu droit à une rétrospective à la Cinémathèque québécoise l’été dernier, et il est admiré par des milliers de cinéphiles d’un côté comme de l’autre de l’Atlantique. Vous avez le droit de ne pas aimer, c’est certain, mais je ne comprends pas que vous puissiez rejeter son oeuvre du revers de la main. Quant à ces jugements hautains sur le cinéma de genre, dois-je rappeler à la mémoire des cinéastes comme Hitchcock, Ford, Kubrick, Cronenberg, Polanski, Melville, combien d’autres, qui s’y sont intéressés? Et tous les maîtres du film noir? Je suis consterné de voir que le cinéma de genre ait si mauvaise presse en 2009, alors qu’il est en pleine renaissance, tant en Europe qu’en Asie, et ici même au Québec.

      Pendant ce temps, des blockbusters hollywoodiens, qui s’abreuvent allègrement au cinéma de genre, ont droit à des commentaires sympathiques dans les pages de votre journal. Deux poids, deux mesures?

      Pour ce qui est de Fantasia, affirmer que son apport est “relativement récent” est proprement ridicule. Ce sera la 13e édition cette année! Il serait d’ailleurs temps que La Presse atteste de sa pertinence indéniable et lui accorde une couverture digne de ce nom.

    • dalehunter, les gouts du président ne suffient pas à Cannes. L’histoire l’a prouvé.

    • tsukamoto, Antichrist est un film d’horreur et le souhait de palme de Lussier. Mettez-ens pas trop.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    septembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « août    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité