Marc-André Lussier

Marc-André Lussier - Auteur
  • Le blogue de Marc-André Lussier

    Journaliste à La Presse depuis 1995, Marc-André Lussier est fou de cinéma...
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 30 avril 2009 | Mise en ligne à 20h20 | Commenter Commentaires (26)

    Vive la zone 2!

     paris-boitier-francais.jpg

     Paris - version luxueuse (Zone 2)

    Même si ma visite à Paris le week-end dernier fut de très courte durée, je n’ai pu m’empêcher d’aller faire une visite chez les marchands de DVD. Je ne sais d’ailleurs pas si je pourrai m’adonner à ce plaisir encore longtemps, étant donné la transformation radicale du marché.

    À New York, je m’étais rabattu sur le Virgin Megastore de Times Square après la fermeture de la chaîne Tower Records. Aujourd’hui, le Megastore le plus prestigieux du monde liquide son inventaire avant de fermer définitivement ses portes. À Paris, le Virgin Megastore des Champs Élysées semble tenir le coup. Les Fnac aussi. Mais pour combien de temps?

    Je sais très bien qu’on peut désormais tout se procurer avec un simple clic. Pour moi, rien ne remplacera jamais le plaisir de fouiller dans des bacs pour y découvrir des trucs auxquels je n’aurais pas spontanément pensé pour enrichir ma collection.

    Pour un amateur de cinéma international, non seulement les choix offerts en Zone 2 (lecteur multizones requis) défient toute comparaison avec ceux offerts en Amérique du Nord (Zone 1), mais la présentation des DVD constitue à elle seule une valeur ajoutée.

    Un exemple: le film Paris de Cédric Klapisch. Le réalisateur de Chacun cherche son chat tenant à ce que ses DVD soient toujours bien soignés, chaque sortie de l’un de ses films dans ce format constitue un événement. En France, Le péril jeune, L’auberge espagnole, Les poupées russes sont offerts dans de beaux coffrets avec de nombreux suppléments, courts métrages, et autres bonus.

    Je n’ai pas raffolé de Paris, bien qu’habituellement, j’apprécie grandement le cinéma de Klapisch, mais j’ai quand même sauté sur l’édition collector (comme ils disent là-bas), offert à prix, ma foi, très raisonnable. La description complète du produit est ici. Le DVD se révèle d’autant plus intéressant que l’auteur cinéaste a reconnu lui-même avoir dû réduire la durée de son film pour la sortie en salle.

    Cette édition comporte ainsi une cinquantaine de minutes de scènes supplémentaires (avec commentaires), plein de documents sur la préparation et le travail des comédiens, le disque de la bande-originale, sans oublier un petit livret d’à peine 104 pages, dans lequel on retrouve notamment le découpage du film plan par plan…

    paris-boitier-canadien.jpgLe DVD de Paris est bien entendu aussi disponible chez nous (Zone 1) dans une version «cheap» éditée par Maple Pictures, sans aucun supplément, sinon que la possibilité d’ajouter des sous-titres en anglais…

    Voulant savoir pourquoi il existe un tel décalage entre les DVD européens et les nôtres, je me suis souvent informé auprès de nos distributeurs. La réponse est toujours la même: le marché francophone est trop petit en Amérique du Nord pour justifier les investissements requis, d’autant que les droits d’exploitation des suppléments doivent parfois être négociés séparément.

    Le cinéphile québécois – c’est toujours lui le perdant – doit ainsi se contenter d’éditions d’une navrante pauvreté, ou alors se débrouiller avec les moyens du bord pour avoir accès aux DVD venus d’ailleurs. Inutile de vous dire à quelle enseigne je loge…

        Paris – version cheap

                   (Zone 1)


    • Bonjour,
      Ayant achete un lecteur multizone durant les Fetes, je trouve maintenant beaucoup de mes DVD chez Chapitre.com. Ils ont un choix extraordinaire. J’ai meme pu achete la serie ”Moi, Claude, Empereur” dans un superbe coffret. Egalement, beaucoup de livres et de CDs qui ne sont plus disponible ici…J’attend, presentement les 5 saison de Kaamelott, introuvable ici.

    • les moyens du bord… amazon.fr livre facilement au quebec. pas difficile, suffit d’attendre deux semaines et on reçoit notre dvd zone 2.

      par ailleurs, la plupart des lecteurs dvd sont multizones et il suffit de les dézoner avec un code ou un petit logiciel qu’on met sur un cd pour changer de zone à volonté.

      ça fait des années que je fonctionne comme ça ; vraiment, les européens francophones sont mieux servis que nous.

    • Anecdote similaire : j’ai loué JCVD, de Mabrouk El Mechri, avec Jean-Claude Van Damme, mais déception! Le DVD nord-américain était dépouillé de presque tous ses suppléments (le making-of, le documentaire sur JCVD, les excellentes bandes-annonces) à part trois petites scènes coupées peu intéressantes et la bande-annonce… en anglais!

      Et après, on se plaint du piratage…

    • Les zones sont une aberration. Cela cloisonne les cultures et nous rend dépendants des grands distributeurs. J’aurais voulu donner des films québécois à des amis d’autres continents (un cadeau de fête, ce n’est pas un acte illégal!) mais hélas, les fameuses zones limitent les possibilités (et ce n’est pas tout le monde qui a un lecteur “dézoné”).

      Le DVD zone 2 de “Amélie Poulin” qu’on trouvait dans les grands magasins étant destiné au marché nord-américain, toute la pochette était en anglais (”Amelie”). Vous trouvez cela normal?

    • Les zones ont été crées pour protéger les intérêts des distributeurs.
      Les gros distributeurs d’ici sont pas mal cheap sur les supplément des DVD.
      En plus, les distributeurs ont accès à de l’argent de l’État.
      La plupart des gros distributeurs sont plus des argentiers que des cinéphiles.
      On devrait invoquer la loi sur le bilinguisme canadien pour obliger tout distributeur d’un film (peu importe la langue originale) sur notre territoire, à y inclure des sous-titres français sur toute édition DVD ou Bluray. Je sais qu’il y a souvent une VF au menu. Mais si je veux goûter la langue originale de l’autre solitude (ou de toute autre langue) tout en ayant des STF pour saisir des subtilités ou pour suivre les dialogues pendant qu’on écoute les commentaires du réalisateur en VOA, je serais plus enclin à consommer le produit des distributeurs.

      En tant que cinéphile et contribuable (donc principal financier du cinéma québécois et canadien), j’y ai droit.

      La radinerie des distributeurs est un véritable encouragement à s’approvisionner via l’Europe ou internet. D’autant plus que la technologie facilite les choses, comme le disent plusieurs avant moi sur ce blogue.

      Et que dire des éditions valables de notre continent? Que dire du cas des prix délirants de la collection Criterion au Québec? Qui au juste possède les droits? Ni le taux de change ni la douane ne justifient l’écart de prix entre Québec et USA. Sinon un intermédiaire dont la gourmandise ressemble drôlement à du parasitisme.

    • Un autre bon exemple de décalage entre nos versions vanille et celles disponibles en Europe: les dessins animés classiques, comme Albator ou Rémi. Ici, Imavision est à peu près le seul distributeur à les mettre sur le marché et ce sont toujours des versions vanille même pour un classique comme Albator qui aurait son lot de preneurs avec une édition plus approfondie.

      Il y a quelques années, j’achetais régulièrement la revue Animeland, mais j’ai arrêté entre autres parce que lire sur les sorties d’édition de collection de séries qui, ici, n’ont pas un tel traitement, était trop frustrant.

      @hdufort: En fait, il y a deux versions d’Amélie Poulin ici. Celle de TVA Films en français et pratiquement vanille et celle pour le reste de l’Amérique du Nord, avec plus de suppléments mais aussi des sous-titres anglais incrustrés. :(

    • Pour ceux qui n’ont pas de lecteur multizone ou qui veulent offrir des films québécois à des Européens, il y a toujours la possibilité de faire une copie dézonée et/ou de convertir vers un autre format. Ce qui est tout à fait légal si vous possédez l’original. Il y a même des logiciels gratuits qui font le travail.

    • J’ai eu droit au même traitement pour mes jeux vidéos. Il y a quelques années, j’ai acheté une PS2 lors d’un voyage en France (J’y restais pour quelques mois). Lors de mon retour au Québec, j’ai sorti le fer à souder, modifié le transformateur courant pour un faisant l’autodétection 100-220, et ai mis une puce de déprotection. Ceux qui me connaissent savent que je ne copie aucun jeu. Dans toute ma collection d’une bonne centaine de jeux vidéos, j’en ai eu qu’un seul copié. J’ai trouvé ça ironique de devoir me battre avec l’industrie pour pouvoir simplement jouer à des jeux que j’achète en toute légalité ici dans ma “zone”. L’analogie peut aussi s’étendre aux jeux japonais, dont bien des titres ne mettent pas les pieds au Québec, et qui sont très prisés par les fanatiques du genre.

      Niveau film, c’est la même chose que pour la musique, l’industrie se perd encore à traiter les gens en sales voleurs, tellement qu’ils finissent par le devenir, dégoutés par leur attitude.

      J’avais déjà une répugnance à me rendre dans les cinémas parce que je pouvais avoir une meilleure expérience chez moi (Films parfois sales, son de pietre qualité dont le surround se perdait parfois, sièges inconfortables, prix exorbitants pour la nourriture, gens vocaux) … mais j’ai perdu tout attrait quand la chasse aux 0,01% de sorcières qui copient les films à l’aide d’une caméra s’est lancée dans un passé rapproché.

      Même chose pour les CD protégés. Aucun achat pour moi, merci beaucoup.

      Même chose pour le HDMI avec HDCP, ça se contourne et je n’ai pas à m’acheter un récepteur avec connecteur HDMI à 1000$ pour avoir un son 7.1, et devoir me taper des multiples télécommandes pour choisir ce que je veux faire.

      En d’autres mots, mon argent dicte mes choix, et les protections qui briment mon expérience en tant que consommateur, non merci!

    • L’achat d’un lecteur de DVD multizones est absolument INDISPENSABLE pour quiconque veut avoir du choix dans la langue française.

      Personnellement, je considère que cette barrière technologique (les zones) est une aberration qui empêche la libre circulation de la culture et des produits culturels, et constitue une entrave énorme pour tous les gens concernés par les produits sur support DVD.

      Et j’ai toujours trouvé encore plus aberrant le fait que personne ne dénonce cette situation. Voilà pourquoi c’est une bénédiction de voir votre texte publié.

    • @dalphond

      Merci pour la recommendation: chapitre.com

      @angelus

      ”les moyens du bord… amazon.fr livre facilement au quebec. pas difficile, suffit d’attendre deux semaines et on reçoit notre dvd zone 2.”

      D’accord, on peut aussi commander de la FNAC mais le seul hic est que douanes et accises Canada nous attendent souvent avec une belle taxe de douanes, je ne me ferai plus prendre, j’y ai goûté à deux reprises. Je fais une liste de courses quand j’ai l’occasion de traverser la mare, ou je confie mes courses à des amis qui voyagent, s’agit d’être patient.

    • @ladyjaye75: Je suis tout à fait d’accord avec vous. J’ai eu une expérience des plus frustrantes avec Imavision et DEP.ca. Ils ont sorti conjointement un coffret “Nils Holgersson” (dessin animé des années 80). L’emballage et la description sur les sites web ne mentionnent nulle part que le coffret ne contient que la moitié des épisodes de la série. Je considère cela comme un emballage trompeur. C’est vrai qu’ils n’ont pas écrit “intégrale”, mais ils auraient pu quand même écrire “Coffret (1 de 2)” au lieu de “Coffret” seulement. Le pire, c’est qu’ils n’ont pas du tout sorti la deuxième moitié de la série! Je leur ai écrit il y a plus d’un an et ils m’ont répondu qu’ils avaient l’intention de sortir le reste de la série plus tard… J’attends toujours. Las d’attendre, j’ai décidé de commander le reste en zone 2 d’un site en France mais les stocks sont épuisés.

    • Pour m’être intéressé à la question il y a quelques années, je vous assure que la réponse est plus complexe. Les studio français préfère ces éditions simple pour le marché du québec, c’est plus payant car le club vidéo les aiment mieux. S’ils veulent des belles éditions, les contrats vont vers critérion. Regardez les terribles éditions des films de Belmondo, de La grande Vadrouille, des Ventura et des Delons. C’est une décisions des studios français de publier des éditions simples plus payantes qui s’adresse à un plus large public.
      Regardez L’armé des ombres, disponible en critérion aux US depuis 1 ans mais non disponible au Québec car une version simple exclusive (un disque “bare-bone” ) au québec sortira le 6 juin chez Maple Picture…
      On crie souvent contre les studios americains mais un studio est un studio et les français ne donnent pas leur place quand c’est le temps de choisir entre l’Argent et l’Art….

      @ M-A Lussier
      En parlant de problème de distribution vous avez vu Mesrine?
      Pourriez-vous nous donner un “preview” de votre opinion?
      Puisqu’il sort en coffret le 1er Juillet, je vais devoir me le taper en dvd mais bon c’est le choix de Canal +, encore eux!

    • @tout le monde
      Beau débat démagogique ici. Avec plein de commentaires à la “tout m’est dû”. Quand je lis d’aussi ridicules commentaires qui font fit de la petitesse du marché québécois au niveau du cinéma étranger, j’ai envie d’appeler tous les distributeurs qui font de beaux effort pour leur dire de fermer boutique immédiatement, parce que ça ne vaut plus la peine d’essayer de présenter autre chose que des Dark Knight ou du Harry potter ici. C’est clair: personne ne veut de DVD qui n’on pas un paquet de suppléments! On oublie ici l’essence: LE FILM. Regardez les box-offices publiés sur le cinéma étranger à tous les lundi matin et on pourra se reparler des distributeurs trop gourmands. Regardez la baisse des cotes d’écoute des télévisions généralistes qui diffusent ce genre de cinéma. Paris = 7 milion d’habitant (une ville) Le Québec francophone = 7 million d’habitants (une province). Peut-on se payer le luxe d’une édition collector comme celle dont monsieur Lussier parle? NON. C’est simple, Il n’y a pas suffisament d’acheteurs pour que ça vaille la peine, ça va perdre de l’argent au profit du vendeur français. Est-ce de la pingrerie? Non, c’est simplement une entreprise qui désire ne pas se mettre dans le trou. Les distributeurs ne sont pas des musés subventionnés par l’état comme le laissent entendre certains, ce sont des entreprises qui on un but de profit – c’est vrai – mais avec un certain soucis de vouloir diffuser de la culture. Pourquoi pensez-vous que Christal films distribution à fait faillite? Les distributeurs se font aider par le gouvernement pour la diffusion du cinéma QUÉBÉCOIS. Et en général, il y a des suppléments sur les DVD québécois.

      Comme le dit si bien M. Lussier, les temps son durs. Est-ce vraiment encourager la variété et la croissance d’un marché qui vivote de dire aux gens d’importer illégalement des DVD d’autres pays?

    • @madoli69

      À moins que j’aie raté quelque chose, personne ici n’a parlé «d’importer illégalement» des DVD d’autres pays. Acheter un DVD à plein tarif à l’étranger, ou sur un site étranger, et acquitter les frais de douanes qui en découlent n’a rien d’une opération illégale.
      Si, en tant que cinéphile, je peux me procurer légalement un produit qui satisfait davantage mes exigences, je ne me gênerai pas pour le faire. Et ce, même si j’ai le plus grand respect pour les efforts que font les distributeurs locaux, dont les ressources sont très limitées en ce domaine, j’en conviens.
      Notez qu’il existe aussi dans les catalogues étrangers des titres qui ne seront probablement jamais distribués ici…

      @ keepiru
      Je viens de me renseigner auprès du distributeur de Mesrine, Alliance Vivafilm, et les dates de sorties des deux volets du film de Jean-François Richet (pour lequel Vincent Cassel a obtenu le César du meilleur acteur) ne sont toujours pas fixées. On m’a expliqué que le calendrier était congestionné, et qu’il était difficile de trouver deux «bonnes» dates. Le distributeur souhaite que les deux films puissent prendre l’affiche dans un délai raisonnable, à quelques semaines d’intervalle l’un de l’autre. J’ai comme l’impression (mais ça n’est qu’une impression), qu’il va falloir s’armer de patience…

    • Intéressant votre point de vue, jusqu’ici je n’avais vu le problème que du point de vue du cinéphile français qui se désolait des pauvres éditions proposées par les studios américains (en fait télé aussi) sans me rendre compte que d’un certain côté je pouvais être privilégié par le marché national et c’est vrai la diversité sans aucune mesure de l’offre proposée en France et en zone 2 comparée à la relative fermeture de votre marché soumis à l’influence excessive et écrasante du cinéma américain.
      Pour le reste vous avez bien raison dézonons et nous nous en porterons que mieux.

    • J’ai un lecteur multi-zone et j’en suis bien heureux !! Par contre, je me pose une question. Lorsque je vais faire des achats a la FNAC ou bien chez Virgin Megasore à Paris, on retrouve pleins de DVD provenant d’autres zones. Ici, au Québec, lorsque l’on va dans de grandes magasins de DVD, on ne retrouve que des DVD de zone 1….. Pourquoi ??

      Critérion nous propose de bons films, mais à des prix exagérés lorsque l’on peut avoir ces mêmes films zoné 2 à des prix beaucoup plus abordable….

    • Criterion est une collection magistrale mais les prix ici sont franchement exagéré….il suffit de commander sur amazon.ca pour avoir pratiquement 50% de rabais…

    • Effectivement vive la zone 2! Cependant, en ce qui concerne les éditions “collectors”, certaines valent la peine d’autres non. Parfois, il m’est arrivé d’acheter un CD zone 2 avec la mention ” version remasterisée” et à l’écoute, me demander où était passé cette remasterisation tellement le film était rempli de parasites. Bref, dans les DVD zone 2, il semble qu’on soit capable du meilleur comme du pire… tout comme en zone 1.

      Cependant, au niveau de l’offre, c’est un tout autre univers! Et un univers plus diversifié de ce qui nous est offert en zone1. Surtout quand on fait notre choix à partir de la piste sonore en français. Oui, je comprends qu’il est toujours mieux de regarder une œuvre dans sa langue originale, mais quand on est même pas foutu de me mettre des sous-titres en français, là, je ne suis plus d’accord. Surtout lorsqu’ils existent dans une autre zone.

      Une mention spéciale au DVD zone2: Beaucoup d’entre eux comporte des bandes-annonce sous titrées en français, idem pour les bonus. Bref, en zone 1 on a beaucoup de chemin à faire.

    • Avis

      Je ne mettrai pas ici les commentaires de ceux qui envoient des «trucs» ou des méthodes pour «dézoner» un lecteur préalablement encodé zone 1. Sachez toutefois que certains détaillants, particulièrement les «indépendants», tiennent dans leur inventaire des lecteurs universels. Il s’agit de fouiller un peu!

    • Je m’intéresse aux films même. Il y en a tellement à voir que je n’ai pas de temps à perdre pour voir tous ces suppléments et ces coulisses de tournages.

      On dirait que je ne suis pas le seul à penser ainsi si les distributeurs ne jugent pas pertinent d’ajouter les suppléments.

    • Compte tenu du caractère distinct du Québec, logiquemebnt, nous devrions être dans la Zone 2.

    • Certaines éditions zone 1 non Criterion sont pas mal. Le coffret Sergio Leone, Le coffret Bergman MGM. L’édition double d’I'm not there.

      Mais rien ne vaut ma belle édition 3 disques zone 2 d’Underground de Kusturica. Ou le coffret des films pré-décalogue de Kieslowski, édité chez MK2.

    • Le DVD est un produit de consommation. Le zonage a été inventé pour permettre la mise en marché de film en format DVD le plus tot possible pour profiter de la manne de la popularité d’un film avant qu’elle ne s’estompe. Grace au zonage un film peut sortir sous format DVD dans un pays avant qu’il ne soit distribué en salle dans un autre pays.

      Tout ça, ce n’est que du commerce. Mais le zonage, n’est pas le pire irritant pour le consommateur de DVD. À mon avis, le pire irritant, est toutes ces publicités que le consommateur est obligé de visionner avant de voir son film. Un film qu’il a payé. Ceci est inadmissible. Je refuse de payer un produit qui me force à visionner les publicité d’autres produits de la même écurie. Un DVD contenant de la publicité devrait être gratuit.

    • Avec le Blu-ray, il n’y presque plus de zones. De plus, les zones sont destinées à disparaitre car les salles projecteront en numérique dans un futur proche. Par conséquent, un film sera distribué en même temps partout dans le monde entier donc ça va diminuer le piratage et diminuer des coûts.

    • Sans avoir à dézoner un lecteur DVD, je visionne facile mes DVD zone 2 avec mon laptop et une connexion hdmi directement vers mon téléviseur ACL.

    • Personnellement, le film avec lequel j’ai vu une différence incroyable est La version de Un Chien Andalou et l’âge d’or zone 2 venant d’angleterre. Les 2 films regroupés en un très beau coffret, un transfert bien mieux que celui douteux offert ici, beaucoup plus d’extras, et on paye la même chose au bout du compteque lorsque l’on achète les 2 séparéments ici…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    septembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « août    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité