Marc-André Lussier

Marc-André Lussier - Auteur
  • Le blogue de Marc-André Lussier

    Journaliste à La Presse depuis 1995, Marc-André Lussier est fou de cinéma...
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 2 décembre 2008 | Mise en ligne à 18h40 | Commenter Commentaires (74)

    Polytechnique : Ça va déménager en cr….!»

    Depuis quelques jours, la bande annonce – très troublante – de Polytechnique est montrée dans les salles de cinéma et circule sur le web.

    Vous pouvez voir cette bande-annonce ici.

    Du coup, je me suis rappelé ce que m’en avait dit Denis Villeneuve il y a quelques mois, alors que nous avions discuté de son «retour» au cinéma et des projets qui l’avaient enthousiasmé assez pour se remettre au long métrage.

    «Le désir est revenu le jour où je suis tombé sur Incendies, la pièce de Wajdi Mouawad», avait-il alors confié. Villeneuve en assure d’ailleurs présentement l’adaptation cinématographique. «Puis, a-t-il ajouté, est aussi arrivé Polytechnique, un autre projet «douloureusement inspirant». Je peux te dire que ça va déménager en crisse! Je ne sais pas si les gens vont l’apprécier, mais je sais que ce film a une âme, qu’il est vivant…»

    Produit par Remstar, Polytechnique met en vedette Maxime Gaudette, Karine Vanasse (qui agit aussi à titre de productrice), Sébastien Huberdeau, Evelyne Brochu et Johanne-Marie Tremblay. Le film prendra l’affiche l’affiche le 6 février 2009.

    Rappelons par ailleurs que Next Floor, l’excellent court métrage que Villeneuve a présenté un peu partout sur le circuit des festivals (parmi les nombreux prix obtenus, signalons celui du meilleur court de la Semaine de la critique à Cannes), sera présenté en salle avant les séances d’Entre les murs, le film qui a valu à Laurent Cantet la Palme d’or du Festival de Cannes. Entre les murs prend l’affiche au Québec le 23 janvier 2009.


    • On a beaucoup parlé de cette histoire et surtout on en a parlé à de mauvaises fins.

      Chaque 6 décembre on sert aux hommes la même salade à savoir qu’ils sont tous des bourreaux et que les femmes sont toutes des victimes.

      Ça sert à justifier des subventions aux myriades d’organismes à vocation féministe et c’est malhonnête parce que la violence n’a pas de sexe et Marc Lépine était un fou isolé.

      Un fou comme Laurie W. Dann, dont on ne parle jamais, et qui elle aussi était une meurtrière qui en voulait aux garçons.

      Le vendredi 20 mai 1988, la petite ville de Winnetka, en banlieue de Chicago, bascule dans l’horreur lorsque Laurie W. Dann, une jeune femme de 30 ans, entre à l’école Hubbard Woods munie de 3 armes de poing.

      Elle se dirige vers une classe de deuxième année et ouvre froidement le feu.

      Elle abat Nicky Corwin, 8 ans et blesse sérieusement Robert Trossman, 6 ans, Mark Teborek, 8 ans, Peter Munro, 8 ans, Lindsay Fisher, 8 ans et Kathryn Miller, 7 ans.

    • Marc Lepine. Un psychopate qui a fauché la vie de jeunes filles. Évidemment, on ne peut être que triste pour elles, comme pour toutes les victimes de meurtre.

      Heureusement, depuis 20 ans, il n’y a pas eu de meurtre expressément dirigé contre “Les Femmes” dans leur ensemble au Québec.

      D’ailleurs, à bien y penser, je n’ai pas le souvenir d’un autre Marc Lepine au Québec ni avant Marc Lepine, ni après Marc Lepine.

      Donc, finalement, Marc Lepine est bien un psychopate, un cas extrêmement rare, tellement rare qu’il est un cas isolé, en fait.

      Pourtant, 20 ans plus tard, je me souviens encore par coeur de ce nom et de ce prénom: Marc Lepine.

      Et je ne me souviens pas du nom des tueurs dans les collèges montréalais de ces 3 dernières années.

      Un monument coin Decelles – Queen Mary, une commémoration avec des élus chaque année ou presque, une couverture média annuelle, beaucoup de reportages jouant sur l’aspect “émotionnel” et maintenant un film “choc” pour le XXème anniversaire.

      Avec à chaque fois le cas isolé du psychopate transformé en grosse généralisation sur la violence faite aux femmes.

      Ces jeunes filles reposent en paix maintenant, mais il est intéressant de constater qu’un idéologie vaut bien une religion. Il n’y a pas que les groupes catholiques qui aiment exhiber des martyrs à des fins politiques.

    • Une stratégie de récupération bien huilée qui permet par exemple à certains groupes d’obtenir des ministères rien que pour eux, ou des avantages fiscaux, judiciaires, etc.

      C’est de bonne guerre, bien sûr, mais il est bon de le rappeler.

      Après tout, la stratégie de la femme victime, c’est vieux comme le monde, le viol de Lucrèce ayant même permis de chasser les Rois de la Rome antique.

    • Ben voyons Jim, quand c’est un homme qui tue ses enfants, on va dire que c’est un écoeuran, un chien sale, etc, si c’est une femme, on va dire, la malheureuse, elle était dépressive c’est pas de sa faute, alors tu vois bien que la violence a un sexe.

    • J’ai lu récemment le livre de Mme Lépine “Vivre” qui est effectivement très troublant et triste…j’ai même fait des cauchemars suite à cette lecture. Je ne sais pas si c’est une bonne idée de faire un film avec cette histoire par contre.

    • C’est effroyable et ça donne des frissons dans le dos de lire vos commentaires….encore en 2008…
      Il est évident que vous ne connaissez pas de quoi vous parlez et que vous vous cherchez des arguments tellement lâches lorsque vous osez prétendre que c’est une “stratégie de la femme victime”…
      Que de mépris d’avancer ce genre de propos….. et que de généralités en même temps tout cela pour banaliser ces faits…. on croirait lire des commentaires dignes du Journal de Montréal pour faire vendre des copies…
      Ce genre de commentaires n’aident en rien … ni les hommes, ni les femmes.. C’est important de se rappeler pour ne plus que cela se reproduise et faire prendre conscience aux personnes que la violence faite aux femmes est encore fortement dirigée contre elles en très grande majorité même si l’on sait que des hommes peuvent en souffrir aussi. Parfois la vérité choque… mais ce n’est pas en cachant les faits que les gens vous se conscientiser et changer leurs comportements. À chaque jour, des jeunes filles et des femmes de tous âges dans le monde vivent du mépris, diverses formes de violence, de la haine et de l’abus de pouvoir…. En écrivant cela, on n’est pas en train de dire que des enfants et des hommes n’en souffrent pas eux aussi … La différence, c’est leur nombre, et le cas Lépine, n’est pas un cas si isolé malheureusement… et même s’il le serait.. est-ce que c’est un prétexte et un argument pour dire toutes vos aberrations sur les femmes.. Voir si les femmes utilisent cet événement comme stratégie… vraiment.. elles auraient tant d’autres choses à faire et à s’occuper mais les femmes sont plus solidaires et elles veulent agir et dénoncer pour que cela cesse …

      Au lieu de critiquer sans rien connaître de la réalité que vivent les organismes qui aident ces femmes et ces femmes qui y vont pour chercher du support, allez donc les rencontrer, les visiter, voir les rapports et leurs statistiques … Ouvrez-vous les yeux et les oreilles à ces faits et réalités quotidiennes que vivent en très grand nombre les femmes ….Vous reviendrez vous exprimer par la suite..

      Avec les commentaires que certains font part sur votre site à propos des femmes, cela prouve aussi que le travail à faire sur les mentalités et la conscientisation est encore très laborieux.. et que le mépris est très présent..

    • Un vrai catéchisme…

    • calvalcade, je vous cite:
      “le cas Lépine, n’est pas un cas si isolé malheureusement…ET MÊME S’IL LE SERAIT.. est-ce que c’est un prétexte et un argument pour dire toutes vos aberrations sur les femmes..”

      Bravo! Exactement ce que jim777 et moi avons exprimé. En effet, pour certains groupes (et leur clientèle patiemment idéologisée depuis 20 ans), l’exploitation de ce cas unique permet de tirer des généralités…et des bénéfices.

      Votre texte en est la preuve. Merci.

    • *@ cavalcade

      Dans une annonce publiée le 25 novembre dans divers journaux, la Fédération des femmes du Québec (FFQ) publie une déclaration intitulée « La violence faite aux femmes c’est assez ».
      La première phrase de cette déclaration affirme péremptoirement qu’en 2008, « la violence frappe encore chaque jour des milliers de femmes au Québec ».
      La FFQ ne cite aucune source à l’appui de cette statistique alarmiste.

      La FFQ induit sciemment en erreur l’ensemble de la population québécoise sur l’ampleur de ce problème, tout comme elle a abusé de la crédulité et de la naïveté de tous les organismes signataires de cette déclaration.

      Les données les plus récentes sur la victimisation au Québec proviennent de l’Enquête sociale générale sur la victimisation menée en 2004 par Statistique Canada (Source: Maire Gannon et Karen Mihorean, « La victimisation criminelle au Canada, 2004 », Juristat, vol. 25, no 7, 85-002-XPF, Statistique Canada, 28 pages.

      Ce bulletin précise que les données de l’Enquête sociale générale permettent de calculer les taux de victimisation « qui comprennent à la fois la violence conjugale et la violence non conjugale » (p. 2). Les résultats couvrent donc tous les types de violence contre la personne et tous les types d’agresseurs.

      Dans l’ensemble du Canada en 2004, il y a eu un total de 2 752 000 incidents de violence (incluant voies de fait, vols qualifiés et agressions sexuelles), dont 1 412 000 subis par les hommes (51,3%) et 1 339 000 subis par les femmes (48,7%) au cours des 12 mois précédant l’enquête (tableau 3, p. 24).
      Quelle est la situation si l’on fait l’hypothèse que la proportion des incidents selon le sexe est la même au Québec?

      Il y a eu un total de 365 000 incidents au Québec au cours de 2004 (tableau 1, p. 22), dont environ 187 300 subis par les hommes, et 177 600 par les femmes.
      Comme 2004 est une année bissextile de 366 jours, il appert que les femmes de 15 ans et plus au Québec rapportent en moyenne 485 incidents par jour et les hommes 512.
      Le rapport de Statistique Canada montre que le Québec est la province avec les taux de victimisation de loin les moins élevés au Canada (tableau 1, p. 22), soit 59 par 1 000 habitants.

      Ces chiffres de Statistique Canada montrent que l’affirmation de la FFQ que « la violence frappe encore chaque jour des milliers de femmes au Québec » constitue un slogan mensonger et démagogique visant à semer l’alarme, l’intimidation et la peur au sein de la population féminine.
      En outre, la FFQ passe sous silence que les hommes sont davantage victimisés que les femmes.

      Les fausses statistiques constituent la violence la plus insidieuse. L’après-rupture demande une vaste campagne d’éducation étalée sur dix ans visant à inculquer des notions de base en statistique aux représentantes des groupes de pression féministes qui désinforment systématiquement la population du Québec et gaspillent ainsi de manière éhontée les fonds publics.

      http://lapresrupture.qc.ca/

    • @calvalcade

      avec respect, je veux vous dire la chose suivante:

      1- quel est le rapport entre un (1) seul cas en un (1) siècle, c’est-à-dire l’acte d’un psychopathe, et la violence que l’on retrouve habituellement dans la pauvreté: violence reliée à l’alcoolisme, le chômage, le manque d’éducation? Il n’y a aucun rapport.

      2- l’objectif du système est de vous faire oublier que la vraie lutte n’est pas entre les hommes et les femmes, mais entre les hommes/femmes riches ET les hommes/femmes pauvres.
      On veut vous faire croire que cette violence est due à un côté “naturel”, “animal” de l’homme plutôt qu’à la pauvreté de certaines classes.

      La vraie violence et ses conséquences sont dues aux inégalités de classe, pas au sexe. Le riche ne bat pas la riche. Le pauvre bat la pauvre. La riche divorce et reste riche et libre. La pauvre divorce et peut tomber pour cela dans la misère, la rue et/ou la violence.

      La “fête” idéologique du 6 décembre est un des nombreux cache-sexes du système pour faire oublier les vraies inégalités: les inégalités économiques.

    • Les femmes caissières chez Wal-Mart subissent de plein fouet la violence du système et ses conséquences en violence humaine. Parlez-en aussi à celles qui chauffent les bus sur certaines lignes.

      Tandis que les pseudo-chroniqueuses féministes de Elle Quebec dorment très bien la nuit merci et ont un chat dégriffé qui s’appelle Marc Lepine.
      Quant à Marois, ce n’est pas dans son chalet de multi millionaire qu’elle risque de subir de la violence…

    • Il y a eu au Québec en 2004, plus d’hommes violentés par leur conjointes que le contraire.

      Pourtant les féministes ont réclamé que le montant de maisons d’hébergement soit DOUBLÉ au cours des dernierres années.

      Les féministes utilisent Marc Lépine chaque 6 décembre pour culpabiliser injustement tous les hommes du Québec et réclamer davantage de subventions.

      En ce sens, Marc Lépine, dans l’horreur qu’il a créé en 1989 est probablement la personne la plus utile aux féministes que nimporte qui d’autre dans toute l’histoire du Québec.

      Les centres pour soi-disant femmes battues, selon le vérificateur général ne se remplissent qu’à 12% de leur capacité et reçoivent bien davantage que les centres pour jeunes ou les centres pour contrer la dépendance, qui eux sont pleins à craquer.

      60 millions de dollars pour 106 centres pour soi-disant femmes battues, soit une moyenne de 556 000 dollars.
      Comparativement à:
      26 millions pour 392 maisons de jeunes, soit une moyenne de 66 330 dollars annuellement
      14 millions pour les 95 centres pour dépendances, soit une moyenne de 147 370 dollars annuellement

      Source:
      Rapport du vérificateur général du Québec à l’assemblée nationale pour l’année 2008-2009 http://www.vgq.gouv.qc.ca/publications/rapp20082009/Rapport2008-2009-T1.pdf

    • oui c’est exactement ça jim777

      60 millions de dollars, quelques postes clés biens rémunérés dans le public et le privé pour les militantes d’associations féministes les plus agitées, des commémorations et du sensationnalisme anti-violence le 6 décembre, et le tour est joué.

      Ça coûte toujours moins cher que d’augmenter le salaire minimum, alors que la majorité de ceux qui touchent ce salaire sont des femmes, par exemple.

    • @ germanicus

      La plupart des femmes n’y touche même pas à ce 60 Millions, si ce n’est de se faire raconter des histoires d’horreurs non-documentées par des menteuses professionelles.

      On peut écouter, par exemple dans le document suivant, http://www.radioego.com/ego/listen/1323 , la présidente de l’AFEAS Mariette Gilbert qui explique comment son organisme en arrive à la conclusion que seuls les hommes sont violents…

      On peut entendre Mariette Gilbert, une féministe payée avec nos impôts, bafouiller et être TOTALEMENT INCAPABLE DE JUSTIFIER SES CHIFFRES qui accusent les hommes d’être les seuls grands responsables de la violence.

      L’animateur lui cite les chiffres de Statistiques Québec et cette féministe continue de se caler dans son mensonge, une vraie farce.

      Son salaire est pourtant payé avec nos taxes pour démoniser tout ce qui n’est pas féminin et féministe.

      L’association d’éducation et d’action sociale (AFEAS) entreprend actuellement sa campagne 2008 de lutte contre la violence.

      Pour ce faire, elle utilise les statistiques des plus “sérieuses” recherches féministes sur la violence….

      Et elle est payée par NOUS pour faire ce ”travail”…

    • Euh… ’scusez-moi de m’immiscer dans ce débat on ne peut plus surréaliste, mais je vous rappelle qu’il y a d’abord et avant tout la bande-annonce du film de Denis Villeneuve au départ de cette entrée. Quelqu’un l’a vue?
      Avec un tel déferlement pour une simple bande-annonce, j’ose à peine imaginer à quoi nous aurons droit quand le film sortira dans deux mois!

    • La bande-annonce donne l’impression qu’il s’agit d’une version québécoise de “Elephant”. J’ose espérer que les apparences sont trompeuses et que le film ne se contentera pas de bêtement calquer un autre film.

    • La bande-annonce me semble bien banale qui joue sur le côté ”victime” de l’histoire. Il faudra donc sortir nos mouchoirs. Espérons, avec un réalisateur de cette trempe, que le traitement sera plus original que ce qu’on nous promet.

    • Bonjour M. Lussier, non vous ne vous immiscez pas, au contraire vous êtes le bienvenu dans notre conversation ;-)

      Oui, j’avais vu la bande annonce. Tout d’abord, permettez-moi de vous dire que ce débat n’est pas surréaliste du tout. Tout au long de l’histoire du cinéma, les films ont véhiculé des messages politiques (La grande illusion, Casablanca, Apocalypse Now, etc.).
      Je sais qu’aujourd’hui on préfère souvent souligner les belles images, les belles émotions ou les prouesses pyrotechniques, mais cessons d’être fous, ce film de Vielleneuve m’a l’air très orienté idéologiquement.

      Puisque vous demandez ce qu’on pense de la bande-annonce, je trouve qu’elle laisse présager d’un film très très conventionnel.
      Dans la bande-annonce en tout cas, tout est basé sur l’émotion facile et les larmes. Je sens que les spectateurs vont y aller en sachant exactement à quels moments ils vont avoir les larmes aux yeux. De la routine, quoi.

      Le réalisateur n’a même pas pu résister à la mode actuelle de prendre un jeune acteur au physique agréable et cool, avec une coupe de cheveux “fashion” de chez “coupe bizarre”. Il aurait pu jouer le méchant dans “Scary movie” ou le gentil dans «Hostel».

      D’un point de vue propagande, esthétisme et réalisation, Villeneuve devrait revoir les films «Olympia» ou «Triumph des Willens» de Leni Riefenstahl.

      D’un point de vue émotionnel et efficacité du message, «Schindler’s list» de Spielberg (avec l’impressionnante scène de tirs du chef de camp psychopathe) ou «La bataille d’Alger» de Gillo Pontecorvo sont d’un autre niveau. Regardez juste les 3 premières minutes de ce film et vous verrez vous-même la différence d’impact:

      http://www.dailymotion.com/relevance/search/bataille%2Bd%2527alger/video/x1ardq_la-bataille-dalger-1ere-partie-vost_family

      Et je ne parle que des films en noir et blanc. Mais on verra bien dans 2 mois.

    • Villeneuve: «Je peux te dire que ça va déménager en crisse!»

      Germanicus: «Je peux vous dire que ça va faire pshiiit et puis plus rien»

    • Villeneuve est un gars brillant et respectueux, je ne pense pas qu’il soit capable de mauvais goût. Quel défi, je ne voudrais pas être dans ses souliers. Au-delà des débats d’idéologies et de récupérations, je pense que tous les Québécois n’ont pû s’empécher de ressentir de l’empathie pour les gens qui ont perdu des enfants dans cet événement tragique. Mme Lépine y compris.

      Villeneuve joue gros ici, ça fait 9 ans qu’il na pas sorti de long-métrage, je le trouve très courageux de revenir avec un projet aussi casse-gueule, mais c’est la marque d’un vrai artiste. Moi j’irai voir ce film et je suis certain qu’on ne sera pas près de l’oublier.

      Pour ce qui est de la bande-annonce, je trouve que cela augure très bien côté jeu des comédiens et photographie mais j’espère qu’ils auront eu le courage de mettre une meilleure musique que celle d’ascenseur d’hôtel-boutique que l’on entend dans la bande-annonce.

    • Bonjour M. Lussier.

      J’avais vu la bande-annonce la première fois que j’ai lu votre article et je l’ai revue aujourd’hui.
      Je pense que la plupart des films ont un message autre que simplement visuel et ce qui serait surprenant serait de ne pas trouver un message sous-jascent à des films comme Z de Costa-Gavras, Chacal de Fred Zinnemann ou plus récemment La Chute (Der Untergang) de Oliver Hirschbiegel.

      Spécifiquement dans La Chute, on fait un portrait de Hitler comme celui d’un enragé, de quelqu’un hors du commun, d’un psychopathe.

      Jamais les Allemands, les victimes ou leurs desendants n’auraient accepté qu’on représente Hitler comme un ”gars ordinaire” qui nous ressemble tous.

      Ça, ça aurait plutôt été le souhait de groupes politiques qui voudraient utiliser le média cinématographique à des fins partisanes.

      Ce qui m’a choqué lors du visionnement de la bande-annonce, c’est que le portrait qui est fait du meurtrier est beaucoup trop ordinaire…

      Ça pourrait être nimporte qui, celui qu’on voit dans le film et qui est supposé représenter Lépine, ça pourrait être le voisin d’à côté ou le caissier de l’épicerie du coin, à condition que ce soit un homme bien sûr.

      Or Marc Lépine était quelqu’un de profondément troublé, qui portait constemment une casquette pour cacher ses yeux et un visage boutonneux, pas un gars ”normal” quoi.

      Le portrait du gars ordinaire qui est violent de naissance, c’est celui qu’ont véhiculé des groupes politiques au Québec, dont les groupes de pression féministes qui ont imposé, suite aux évènements de poytechnique, une culpabilisation massive de tout ce qui n’est pas féminin et féministe au Québec.

      Ces groupes de pression ont aussi exigé la mise en place de pratiques discriminatoires et sexistes contre les hommes au sein de l’appareil judiciaire.

      Les mêmes groupes de pression ont exigé aussi des montants de plus en plus élevés pour contrer ”la violence” qui a sournoisement été associé aux hommes, et uniquement aux hommes.

      1995: Le gouvernement du Québec publie une nouvelle politique d’interveniton en matière de violence conjugale ” Prévenir, dépister et contrer la violence conjugale”.

      Dans cette publication, on choisit d’ignorer la violence faites aux hommes et on réussit à faire croire (entres autres en se servant de Marc Lépine) que la violence conjugale est d’abord et avant tout le fait des hommes, contrairement aux données statistiques qui commencent à être connues.

      Suite à la publication de cette politique, le Ministère de la sécurité publique fait parvenir à tous les corps de police le “Guide de pratiques policières”, section 2.2.13 au sujet de la violence conjugale.

      Dans ce guide les mots choisis sont ”l’agresseur” et ”la victime”, et ”l’auteur” de la violence et ”le suspect”.

      On choisit volontairement d’ignorer la possibilité que l’agresseur soit de sexe féminin.

      On y trouve des phrases sexistes telles que “Le policier informe la victime dès que son conjoint est élargi du poste de police…”

      Il y est clairement recommandé d’arrêter tout ‘’suspect” pour un “danger appréhendé”, ou quand une personne craint que ‘’son conjoint” ne lui cause…”

      Rappelons que la féministe Valerie Solanas a froidement tiré sur l’artiste bien connu Andy Warhol (qui a fini par en mourrir) et que dans le film ”I shot Andy Warhol”, elle est représentée non pas comme une femme ordinaire mais bel et bien comme une folle afin qu’on ne puisse blâmer l’ensemble des femmes pour le geste qu’elle a commis.

      Rappelons aussi que son geste meurtrier est non seulement ignoré par la communauté féministe mais au contraire glorifiée par certains membres de celle-ci.

      Et jamais il ne viendrait à l’idée à quelque politicien que ce soit d’établir une ”politique d’intervention en matière de violence conjuguale” basée uniquement sur le crime qu’a commis la féministe Valérie Solanas.

      Marc Lépine a été utilisé à des fins partisanes maintes et maintes fois par les féministes et il en sera de même suite à la parution de ce film.

    • Ah ! Voici nos amis du groupe “Après-rupture” qui dénoncent les chiffres sur la violence conjugale datant … de 1983.
      En voici de plus récents
      En 2006, 17 843 infractions contre la personne commises dans un contexte conjugal ont été enregistrées, soit 22 % de l’ensemble des infractions contre la personne.
      Les victimes de ces crimes ont le profil suivant : 84 % étaient des femmes, 87 % étaient âgées de 18 à 49 ans, 44 % étaient les conjointes de l’auteur présumé tandis que 42 % étaient des ex-conjointes, 43 % ont été blessées lors de l’infraction et, parmi les personnes blessées, 87 % ont eu des blessures légères.
      Ministère de la Sécurité publique.

    • @ pythagore

      On dit aussi dans le même document (que vous avez ”oublié” de citer) que:
      ‘’seulement 28% des victimes de crimes commis dans un contexte conjugual auraient communiqué avec la police et ce,
      malgré l’existence de politiques qui les libèrent du fardeau
      de porter plainte contre leurs conjoints ou leurs ex-conjoints (voir encadré 1).

      Il appert en effet que plusieurs motifs empêchent ces victimes de signaler l’incident à la police, les principaux étant qu’elles veulent taire cette violence, qu’elles veulent régler l’incident d’une autre façon et qu’elles considèrent que la violence est une affaire personnelle qui ne
      concerne pas la police (Mihorean, 2005, p. 26 et 28).”

      Source:http://www.msp.gouv.qc.ca/prevention/statistiques/conjugale/2006/statistiques_2006_violence_conjugale.pdf

      Encore une fois,

      1-Dans ce texte l’agresseur(e) est automatiquement conjugué au masculin, comme si les femmes n’agressaient jamais les hommes (ce qui est totalement faux, comme je l’ai prouvé maintes fois ci-haut), on y décèle donc tout de suite une partialité envers les femmes.

      2- En cas de plainte, les ressources accessibles aux femmes sont financées par des montants de l’ordre de 60 millions par année alors que celles accessibles aux hommes dans ce domaine sont presqu’inexistantes.

      3- Un homme qui décide de se plaindre a bien plus de chance de se faire rire en pleine face qu’une femme, encore une fois parce que les ressources qui sont accessibles aux femmes sont bien plus nombreuses que celles offertes aux hommes.

      Il est donc dangereux pour la police d’ignorer les plaintes d’une femme, celles des hommes peuvent être ignorées plus facilement, et le sont dans bien des cas.

      4-Pour la même infraction, on enverra un homme en prison alors qu’on pardonnera un femme pour ses gestes violents.

      5-Une des différences entre les hommes et les femmes est que ces dernières ont une plus grande facilité à se plaindre, à pleurer et à se confier, contrairement aux hommes qui se font plutôt ridiculiser en cas de souffrance, surtout s’ils sont battus par leure conjointe.

      6-Un homme, même s’il se défend, risque la prison, pas une femme.
      Suite aux changements dans les pratiques policières, l’homme est automatiquement désigné comme étant le coupable en cas de conflit conjugual.

      7-Bien des formes de violence sont non-recevables, notemment la violence verbale et psychologique où les femmes ont été historiquement plus habiles et qui a poussé plus d’un conjoint au suicide.

      En terminant voici une liste de 246 enquêtes faites sur plus de 237 750 personnes qui démontrent que les femmes sont tout autant agressives, sinon plus, que les hommes à l’intérieur d’une relation conjuguale.

      (dernière mise à jour septembre 2008): http://www.csulb.edu/~mfiebert/assault.htm

    • *@ pythagore

      On dit aussi dans le même document (que vous avez ”oublié” de citer) que:
      ‘’seulement 28% des victimes de crimes commis dans un contexte conjugual auraient communiqué avec la police et ce,
      malgré l’existence de politiques qui les libèrent du fardeau
      de porter plainte contre leurs conjoints ou leurs ex-conjoints (voir encadré 1).

      Il appert en effet que plusieurs motifs empêchent ces victimes de signaler l’incident à la police, les principaux étant qu’elles veulent taire cette violence, qu’elles veulent régler l’incident d’une autre façon et qu’elles considèrent que la violence est une affaire personnelle qui ne
      concerne pas la police (Mihorean, 2005, p. 26 et 28).”

      Source: www.msp.gouv.qc.ca/prevention/statistiques/conjugale/2006/statistiques_2006_violence_conjugale.pdf

      Encore une fois,

      1-Dans ce texte l’agresseur(e) est automatiquement conjugué au masculin, comme si les femmes n’agressaient jamais les hommes (ce qui est totalement faux, comme je l’ai prouvé maintes fois ci-haut), on y décèle donc tout de suite une partialité envers les femmes.

      2- En cas de plainte, les ressources accessibles aux femmes sont financées par des montants de l’ordre de 60 millions par année alors que celles accessibles aux hommes dans ce domaine sont presqu’inexistantes.

      3- Un homme qui décide de se plaindre a bien plus de chance de se faire rire en pleine face qu’une femme, encore une fois parce que les ressources qui sont accessibles aux femmes sont bien plus nombreuses que celles offertes aux hommes.

      Il est donc dangereux pour la police d’ignorer les plaintes d’une femme, celles des hommes peuvent être ignorées plus facilement, et le sont dans bien des cas.

      4-Pour la même infraction, on enverra un homme en prison alors qu’on pardonnera un femme pour ses gestes violents.

      5-Une des différences entre les hommes et les femmes est que ces dernières ont une plus grande facilité à se plaindre, à pleurer et à se confier, contrairement aux hommes qui se font plutôt ridiculiser en cas de souffrance, surtout s’ils sont battus par leure conjointe.

      6-Un homme, même s’il se défend, risque la prison, pas une femme.
      Suite aux changements dans les pratiques policières, l’homme est automatiquement désigné comme étant le coupable en cas de conflit conjugual.

      7-Bien des formes de violence sont non-recevables, notemment la violence verbale et psychologique où les femmes ont été historiquement plus habiles et qui a poussé plus d’un conjoint au suicide.

      En terminant voici une liste de 246 enquêtes faites sur plus de 237 750 personnes qui démontrent que les femmes sont tout autant agressives, sinon plus, que les hommes à l’intérieur d’une relation conjuguale.

      (dernière mise à jour septembre 2008): http://www.csulb.edu/~mfiebert/assault.htm

    • @ Jim777: vous dites que ” dans La Chute, on fait un portrait de Hitler comme celui d’un enragé, de quelqu’un hors du commun, d’un psychopathe.

      Jamais les Allemands, les victimes ou leurs desendants n’auraient accepté qu’on représente Hitler comme un ”gars ordinaire” qui nous ressemble tous.”

      Je tiens à spécifier que dans de nombreux médias allemands, il a été reproché à Hirschbiegel de trop représenter Hitler en tant que “gars ordinaire”, le représenter dans son quotidien, en tant qu’humain, etc.

    • @ Germanicus et Jim66:

      Votre mère et votre conjonte pense quoi de votre théorie?

    • @Jim et germanicus

      Vos commentaires bien qu’ils vont à l’encontre du “discours officiel” et de la pensé unique, font réfléchir.

    • “@ Germanicus et Jim66:

      Votre mère et votre conjonte pense quoi de votre théorie?” – mamamia

      ===

      Je sais pas pour eux mais moi ma mère m’a apprit très tôt à réfléchir par moi même et de me méfier des idées toutes faites. Ça s’appelle avoir l’esprit critique.

    • @ escher

      C’est une question de point de vue.

      Toutefois vous avez tout à fait raison en ce sens que ce portrait de Hitler (dans La Chute) est un portrait beaucoup plus humain que dans ”Max” ou dans le portrait qu’en a fait Derek Jacobi dans ”Inside the Third Reich (1982)”.

      Et c’est sans doute pourquoi les médias Allemands ont protesté plus qu’ils ne l’ont fait précedemment pour les autres films sur Hitler.

      Si un auteur ou un cinéaste avait le malheur de faire un portrait de Hitler aussi ”ordinaire” que celui qui est fait de Marc Lépine dans cette bande-annonce, ce serait à juste titre un scandale.

      Même si l’ampleur des crimes est différente, un psychopathe est un psychopathe.

      De la même façon qu’Hitler était différend de l’Allemand moyen, Marc Lépine est différend de l’homme Québécois moyen.

      Il est injustifiable de se servir de l’exemple d’un psychopathe quel qu’il soit (et c’est le but de mon propos) pour démoniser une race entière ou un genre en particulier.

      Et malheureusement, à la vue de cette bande-annonce, ce film semble s’inscrire dans le continuum de la démonisation de l’homme par les féministes en se servant de Marc Lépine, comme à chaque 6 décembre depuis 1989 en accusant les hommes et seulement les hommes d’être responsables de ”la violence”.

      On en aura la certitude quand ce film sortira en salle et si c’est le cas, comptez sur moi et bien d’autres pour dénoncer ce film, comme les médias Allemands ont dénoncé ”La Chute”.

    • @ mamamia

      Nimzo vous a très bien répondu et je n’ai rien à y ajouter.
      Merci nimzo.

    • Bon, ça y est, voilà qu’on compare un tireur fou à un dictateur nazi. Aussi pertinent que de comparer Mafiaboy à Barbe Noir pour leur carrière de pirate. Ou de faire un rapprochement entre la poupée Barbie et Klaus Barbie sur la question aryenne.

      Le point de Godwin a été atteint; cette conversation tombe dans le n’importe quoi. Plus aucun intérêt.

    • @johnnythewolf

      Je comprends ce que vous voulez dire. Dans le réel, ce n’est pas comparable. Mais vous sous-estimez l’énorme pouvoir qu’a le cinéma pour “former” les esprits.

    • “La photographie, c’est la vérité et le cinéma, c’est vingt-quatre fois la vérité par seconde…”

      “La télé, c’est l’éphémère; le cinéma, lui, fabrique des souvenirs…”

      Jean-Luc Godard

    • Monsieur Lussier compte tenu que votre confrère s’est fait ramasser par l’ineffable Denise Bombardier pour avoir écrit le titre Les Albertains sont choqués en ta…

      Ne craignez-vous pas que sa majesté Denise 1ère s’en prenne à votre personne avec votre titre ?

    • Au delà du sexe des personnes abattues, il y a la souffrance incroyable des familles.

      Au delà de savoir si la victime portait jupe ou pantalon, il y a cette manifestation de violence inouie dans une endroit dédié à la connaissance, un endroit qui est un sanctuaire.

      Au delà de la polémique absurde exprimée parfois ci-haut, il y a cet événement terrible qui a emporté une partie de notre innocence collective.

      Pour moi, moi qui ait connu une survivante de cette journée noire, il ne s’agit pas de statistiques ou d’un souvenir sans visage.

      Il faut se rappeler ce point de rupture social si on veut éviter que l’histoire se répète. Il faut éviter de minimiser la portée de l’événement en s’égarant dans des discussions sur le sexe des victimes: la souffrance n’est pas sexuée!

    • @mariannebt
      Au delà de la polémique absurde exprimée parfois ci-haut
      Il faut se rappeler ce point de rupture social si on veut éviter que l’histoire se répète

      Justement, l’histoire s’est déjà répétée plusieurs fois dans «des endroits dédiés à la connaissance» québécois ces trois dernières années.
      Pourtant, le focus est encore mis sur l’événement d’il y a 20 ans.

    • @mariannebt
      Au delà du sexe des personnes abattues

      Au contraire, tout tourne depuis 20 ans sur le sexe des personnes abattues et sur le sexe du psychopate.

      Un peu hypocrite de venir dire le contraire aujourd’hui…ou alors c’est de l’amnésie volontaire.

    • Anachronismes:

      Agrippine empoisonne son mari l’Empereur Claude pour faire succéder son fils Néron à la place de Britannicus.

      Catherine II de Russie s’assure de la mort d’une rivale, la princesse Tarakanova, afin de conforter sa couronne Impériale. Elle mènera une politique très «guerrière» et agrandira son Empire, notamment en infligeant une des plus grosses défaites aux Turcs de leur histoire.

      Élisabeth I fera décapiter l’héritière légitime Marie Stuart pour consolider son trône et éviter que les Catholiques reviennent au pouvoir.

      En 1472, Charles le Téméraire envahit le nord du royaume de France, aidé par Jean II d’Alençon. Pourtant, il met le siège devant Beauvais. Jeanne Laisné (surnommée Jeanne «hachette» depuis), une jeune habitante de la ville, saisit une hache pour repousser un Bourguignon qui sautait de son échelle d’assaut. Enhardies, les femmes de la ville portent poudre et armes aux combattants, jetant elles-mêmes sur les assaillants des pierres ou de l’huile bouillante. Les 80 000 assaillants sont ainsi repoussés, et l’avancée de Charles le Téméraire en France est stoppée net.

      Dommage qu’à l’époque, les CLSC et les «intervenants sociaux» n’existaient pas: ils auraient pu aider ces femmes «dépressives» et «en détresse» dont la violence n’était due qu’à leur état de «victimes».

      Citation de Pauline Marois: «Je crois que l’enjeu principal (de cette élection), c’est de voir qu’une femme peut être capable, par son expérience, de s’occuper de l’économie, par exemple»

      Merci Pauline de nous faire redécouvrir la lune. Sûrement, pour elle, l’histoire a commencé en 1970. Catherine de Médicis, Lucrèce Borgia, Anne de Bretagne, Isabelle de Castille et les centaines d’autres seront sûrement heureuses d’apprendre quelques siècles plus tard qu’une femme peut s’occuper de l’économie.

    • À propos d’Isabelle de Castille, rappelons que c’est elle qui a chassé les musulmans d’Espagne après 700 ans de colonisation.

      Puis, à l’aide de ses redoutables armées, elle procédera à un nettoyage religieux du pays, en instaurant les tribunaux d’inquisition. Les musulmans et juifs qui ne se convertissaient pas étaient exécutés ou chassés d’Espagne.

      Pour ceux qui sont intéressés à déposer des fleurs à sa mémoire le 6 décembre, il y a son buste au Parc Laurier.

    • Au secours!!!
      Je n’ai pas lu tous les commentaires, mais plusieurs prouvent à quel point il nous reste du chemin à faire en tant qu’être humain.

      Homme ou femme, quelle importance, nous sommes tous humains. Il faut se rappeler que des horreurs de la sorte existent. Il faut comprendre jusqu’où en tant qu’individu nous pouvons nous rendre sous la haine, la colère, la peine et la douleur. En chacun de nous sommeil un Marc Lépine, un Hitler, une Aileen Carol Wuornos ou une Elizabeth Báthory.

      Le magnifique du 7e art, c’est qu’il nous permet de ressentir, de nous émouvoir et de nous poser des questions. Il faut se donner la possibilité de construire un monde meilleur. Et pour y arriver, certains d’entre vous devraient développer davantage leur empathie, leur respect d’autrui et savoir quand il est temps de se taire, de s’inspecter soi-même.

      Isabelle

    • Merci Cibelle ! J’en reviens pas de lire tous ces commentaires. Si on vulgarise tout ça, on dirait des enfants qui s’obstinent à savoir si les gars sont plus forts que les filles. Il y a eu une tragédie, des gens ont été impliqués et un film va sortir. On peut rester dans le sujet svp et débattre sur les choses importantes ? Du moins sur cette page où, comme le rappelait Monsieur Lussier, il est question d’une bande annonce de film d’un sujet très triste. Que ce soit des femmes, hommes, enfants, ça reste que c’est triste !!! Merci !

    • Femme du monde ou bien putain
      Qui bien souvent êtes les mêmes
      Femme normale, star ou boudin
      Femelles en tout genre je vous aime
      Même à la dernière des connes
      Je veux dédier ces quelques vers
      Issus de mon dégoût des hommes
      Et de leur morale guerrière
      Car aucune femme sur la planète
      Ne sera jamais plus con que son frère
      Ni plus fière, ni plus malhonnête
      A part peut-être Madame Thatcher
      ________

      Femme je t’ aime parce que
      Lorsque le sport devient la guerre
      Y a pas de gonzesse ou si peu
      Dans les hordes de supporters
      Ces fanatiques, fous furieux
      Abreuvés de haines et de bières
      Défiant les crétins en bleu
      Insultant les salauds en vert
      Y’ a pas de gonzesse hooligan
      Imbécile et meurtrière
      Y’ en a pas même en grande Bretagne
      A part bien sûr Madame Thatcher

      ________

      Femme je t’ aime parce que
      Une bagnole entre les pognes
      Tu n’ deviens pas aussi con que
      Ces pauvres tarés qui se cognent
      Pour un phare un peu amoché
      Ou pour un doigt tendu bien haut
      Y’ en a qui vont jusqu’ à flinguer
      Pour sauver leur autoradio
      Le bras d’ honneur de ces cons là
      Aucune femme n’ est assez vulgaire
      Pour l’ employer à tour de bras
      A part peut être Madame Thatcher

    • @ nathly12

      Bonsoir.

      Où voulez-vous en venir au juste?

      Au-delà des émotions, il y a la réflexion.

      On peut bien dire que c’est triste, c’est vrai, mais ça ne nous mène pas bien loin.

    • @ Germanicus

      Bonsoir.

      Bravo pour cette mise en perspective Historique.

      ”Ceux qui ne connaissent pas l’Histoire son condamnés à la répéter.”

      George Santayana

    • @Jim et Germanicus

      Toute cette énergie, presque haineuse, à vouloir faire voire les femmes non pas comme des victimes de cette tragédie mais bien comme les instigatrices (non mais, les références à Pauline Marois, franchement)(”"Voici mes statistiques manipulées et rigoureusement scientifiques démontrant que les femmes sont toutes des chialeuses et que leur chignage fait en sorte que lorsqu’elles dénoncent la violence à leurs égards, elles ne font que mentir et manipuler”") … toute cette énergie devrait être employée à FAIRE quelque chose pour cette société “qui dénigre tant les hommes” au lieu de venir chialer vous-mêmes sur un blog de cinéma. de CINÉMA. Allez sur le blog de Mme Lortie, vous y trouverez plus d’individus dans votre genre qui crient à l’injustice cachés derrière leurs ordinateurs. Et qui ont, justement et bizarrement, le même comportement chiâleux que vous vous affairez tant à dénoncer.

      Je viens lire ici pour assister à une discussion sur le cinéma, malheureusement pas pour vous écouter vous flatter mutuellement avec vos citations du 17e siècle et votre généralisation à outrance. Ça devient lassant. Vous n’êtes définitivement pas au bon endroit messieurs.

    • @ aabchill

      Primo: Ce film est un film politique et social.
      Je ne vois pas pourquoi vous interdisez qu’on commente l’aspect politique et social de ce film.

      Secundo: Ce que vous qualifiez de ”haineux” n’est que la dénonciation de fausses accusations envers tous les hommes du Québec depuis des décennies, fausses accusation auquel ce film a bien des chances de participer.
      Si c’est haineux de se défendre, suggérez vous aussi qu’on élimine les cours de justice et que tout accusé soit automatiquement enprisonné sans pouvoir se défendre?

      Tertio: Dans la vie, on peut être spectateur mais on peut être acteur aussi.
      Au lieu de venir ”assister” à une discussion sur le cinéma, pourquoi n’avez vous vous-même rien à dire sur ce film?

      Contrairement à votre souhait que ceux qui ne partagent pas votre opinion se taisent, personne ici ne vas vous interdire de parler.

      Ce que vous suggérez est une forme de censure, réfléchissez-y et bonne journée.

    • Pour satisfaire Germanicus et Jim777, il faudrait écrire:
      “une personne psychopate a abattu 14 personnes à Polytechnique”
      Dans les statistiques:
      “une personne blessée à porter plainte à la Police contre une personne violente” Tout serait sauf.

    • @ graindesel

      Bonsoir.

      Ça va prendre pas mal plus que ça, mais le travail de déboulonner l’énorme supercherie féministe qui dure depuis les années 80 au Québec est commencé.

      On en parle partout, à la radio, dans les journaux et à la télévision comme dans cette émission d’affaires publiques: http://www.tqs.ca/videos/le-midi-avec-andre-arthur/2008/11/2—fausse-statistique-sur-la-violence-conjugale—partie-1-37223.php (Il y a deux parties)

      Si vous êtes féministe, je doute que vous ayez le courage de regarder jusqu’au bout la déconstruction, avec preuves à l’appui de ce à quoi vous croyez sûrement, c’est à dire tous les mensonges que les féministes nous ont servi depuis 30 ans.

      Je doute aussi que le film “Polytechnique” s’il apparaît qu’il soutient la ”cause” féministe à travers la démonisation de tous les hommes du Québec, soit bien reçu.

    • On dirait que la gang de father 4 justice a envahi ce blogue..

    • Mon dieu !! Le film n’est pas encore sorti que c’est la fin du monde!!

      Vous êtes tous en train de faire ce que tout le monde fait chaque année… récupérer l’événement pour en faire votre cheval de bataille.

      Le film n’est pas sorti… attendez de le voir avant de crier au scandale…

    • Monsieur Lussier,

      Pourquoi trouvez-vous ces images très troublantes ?

      Malgré le sujet, je ne vois pas ce qui peut troubler dans la bande-annonce… c’est pas comme s’ils nous avaient montrer des gens en sang ou je ne sais pas quoi…

    • @ jim777
      En vous lisant, j’ai vraiment ressenti un malaise. Il se dégageait un tel désir de vengeance (depuis 1980) et tellement de violence. Le feu sort du dragon et rien ne l’assouvit!!! Je vous plains et je vous crains.
      @ vanbasten
      En lisant son texte, j’ai aussi pensé à Fathers for justice! Ce n’est pas rassurant.

    • Je passerai sous silence toute la paranoia que suscite le film chez les masculinistes-enragés! Et oui, je suis un homme! Pour ma part, ce qui me fait craindre le pire, c’est que Denis Villeneuve n’a fait jusqu’à aujourd’hui deux films de qualité très inégale! Il a collaboré à “Cosmos” un collectif correcte mais trop éparpillé. Son premier film solo est “Un 32 Août Sur Terre” un film au sujet profond qui est éblouissant visuellement mais vide au niveau de son contenu! Son deuxième film “Maelstrom”; un film ridicule mal dirigé, mal interprété, un poisson narre le film et Villeneuve qui se voit comme une espèce de génie réalise ce désastre avec une Marie-Josée Croze au comble de sa médiocrité!!! Quand j’ai su que “Polytechnique” se faisait avec Villeneuve j’ai crains le traitement du sujet avec une superficialité que seulement lui connaît! J’ai vu le preview et je grince des dents!!! Ça va être un ratage total, et dire qu’on fait se film soi-disant pour rendre justice aux victimes… Villeneuve devrait se contenter de réaliser des clips ça convient à son niveau de profondeur des sujets!!!

    • J’ai dit ce que j’avais à dire, honnêtement et avec preuves à l’appui.

      Ce film est un film politique et social qui va servir d’argument à des groupes politiques possédant une énorme influence sur notre société.

      Ce film s’inscrit dans la façon dont certains groupes de pression politiques et certains lobbies ont utilisé Marc Lépine, chaque 6 décembre depuis 1989, pour essayer de démontrer que tous les hommes sont des êtres violents, violeurs et sanguinaires et ensuite réclamer des subventions énormes pour contrer ce fléau imaginaire.

      Si on voyait la bande-annonce d’un film de suspense il est évident qu’on ne pourraît en deviner le contenu.

      Par contre, tout le monde a entendu parler de Marc Lépine et de ce qi’il a fait en 1989, on a pas besoin de voir le film pour connaître le synopsis.

      Tout le monde sait aussi qu’autour du 6 décembre, on nous indique que la violence du même Marc Lépine s’applique à tous les hommes du Québec.

      On nous indique cela à coup de publicité télévisée conçus par des lobbies politiques puissants qui exigent de nouveau, et comme à chaque année, des fonds supplémentaires pour contrer un fléau qu’ils ont créé de toutes pièces

      Je ne fais pas partie de Fathers for Justice quoique je l’aurais sûrement été si j’avais perdu mes enfants injustement.

      Je consulte toutefois l’énorme quantité d’information disponible sur le net, du site de L’après-rupture au site féministe Sysiphe en passant par Wikipédia, pour appuyer ce que je dis.

      Et nimporte qui est libre d’en faire autant et de prouver ce qu’il ou elle avance sans se faire censurer.

      @ graindesel

      Prétendre avoir ”peur” de son interlocuteur est une stratégie féministe qui permet d’éviter d’avoir à répondre à ce qu’il dit.

      On peut se lever, par exemple en pleine discussion, et quitter en criant au loup parce qu’on est à court d’arguments !!!

      C’est s’attaquer sournoisement à la forme de ce qui est dit plutôt qu’au contenu.

      Bonne journée à tous.

    • P.S.

      Le fléau artificiel qu’ont créé les féministes en se servant de Marc Lépine est STATISTIQUEMENT FAUX, selon Statistique Canada et Statistique Québec, comment suis-je supposé le dire sans effrayer qui que ce soit?

      Certaines personnes ont davantage ”peur” de remettre en question leurs croyances que de moi.

    • @ Jim777
      Une chose est certaine:
      un HOMME a abattu 14 FEMMES. Pas 13 FEMMES et un homme. 14 FEMMES. Vous en tirez les conclusions que vous voulez.
      Maintenant, pour en revenir au film: on peut aller le voir ou le boycotter.
      C’est le choix de TOUS et de TOUTES!

    • @ graindesel

      Rebonjour.

      J’ai jamais parlé de 13 femmes et 1 homme, une autre perception erronée sans doute.

      Oui on peut voir ce film et en tirer les conclusions qu’on veut.

      À condition d’être bien informé à l’avance bien sûr, sinon nos conclusions et les choix qui en découlent risquent d’être faussés.

      La perception qu’on a d’un produit, d’un service ou d’une classe d’individus peut-être faussée par une expérience audio-visuelle et ce film en est un exemple.

      C’est ce qui fait que la publicité, une autre expérience audio-visuelle, est utilisée massivement par les entreprises pour vendre leurs produits.

      La répétition du message publicitaire ajoute à son efficacité, c’est pourquoi on peut voir le même message publicitaire plusieurs fois par jour pendant des mois et parfois des années.

      Les entreprises dépensent massivement en publicité, et les politiciens aussi.

      Pourquoi? Parce que ça fonctionne.

      Sinon l’argent serait investi ailleurs.

      Pourtant certains produits vantés par la publicité (pas tous bien sûr) sont de façon intrinsèque mauvais pour la santé, pour l’environnement ou pour la société, indépendemment de ce que prétend le message audio-visuel.

      Un film comme ”Polytechnique” est aussi un outil publicitaire, financé en partie par l’argent public, qui vise à maintenir une certaine perception.

      La plupart des hommes et des femmes qui appuient le féminisme et qui croient dur comme fer à cette idéologie sont victimes d’un outil puissant, la publicité, payée avec nos taxes.

      Voici, à l’hyperlien, quelques exemples de la façon dont l’industrie audio-visuelle, dont ce film fait partie, tantôt ridiculise, tantôt démonise les hommes.

      Attention, il s’agit d’une analyse troublante de la façon dont la perception du public est changée à travers la publicité, parce que les rôles hommes-femmes seront inversés.

      Partie 1: http://www.tqs.ca/videos/le-midi-avec-andre-arthur/2008/12/5—l-image-des-hommes-dans-les-medias—partie-1-37741.php (Il y a 2 parties)

      Bref ce qui modifie la perception des gens, c’est la publicité et la propagande qui est faite sur un sujet donné, année après année.

      Dans le cas qui nous concerne cette publicité, qui a modifié la perception des gens, est basée sur des faussetés, des mensonges, de l’air quoi, au mépris de ce que sont les faits et de ce qui est statistiquement vrai.

      Ces mensonges sont dits dans le but de perpétuer une industrie.

      D’abord l’industrie de la violence conjuguale, qui fournit salaires et tribunes à des centaines de féministes.

      Puis ensuite à l’industrie du divorce, c’est-à-dire les avocats et avocates, et dont sont issus une très grande partie de la classe politique.

      Il est certain aussi que l’industrie du cinéma Québécois et de la télévision se perpétue en étant partial envers les femmes, alors que les hommes sont systématiquement montrés soit:

      a) comme des idiots dépressifs qui sont menés par le bout du nez par leurs conjointes, soit

      b) comme des brutes mal rasées et alcooliques qui s’attaquent gratuitement à celles-ci.

      Je doute fort qu’un cinéaste qui aurait le courage d’inverser les rôles homme-femme qu’on nous montre traditionellement dans le Cinéma et la télévision Québecoise reçevrait quelque subvention que ce soit.

    • Oups!
      Aparemment l’adresse internet a changé, voici le bon hyperlien:

      http://www.tqs.ca/videos/le-midi-avec-andre-arthur/2008/12/5—l-image-des-hommes-dans-les-medias—partie-1-37741.php

      Désolé.

    • C’est les hyperliens qui sont défectueux.

      Voici l’adresse de nouveau, avec google (l’image de l’homme dans les médias, premier lien en haut) :

      http://www.google.ca/search?hl=en&q=5+-+L%E2%80%99image+des+hommes+dans+les+m%C3%A9dias+%E2%80%93+Partie+1+(Section+%3A++Le+midi+avec+Andr%C3%A9+Arthur)&btnG=Google+Search&meta=

    • Problême réglé :-)

    • L’autre hyperlien sur les fausses statistiques sur la violence conjugale était défectueux aussi (inexplicablement) :

      Le revoici avec google :

      http://www.google.ca/search?num=20&hl=en&q=2+-+Fausse+statistique+sur+la+violence+conjugale+%E2%80%93+Partie+1+(Section+%3A++Le+midi+avec+Andr%C3%A9+Arthur)&btnG=Search&meta=

      (Premier lien en haut)

    • @Jim777
      Je suis allé voir votre hyperlien. WOW!
      André Arthur qui discute avec un français qui vient on ne sait d’où! Quelle crédibilité!!!
      Je voulais dire que SI 13 femmes et 1 homme avaient été tués (pas de e) vous auriez probablement OSÉ dire que ce n’est pas un crime sexiste??
      Je reviens au sujet: un film qui relate un fait véridique. Quand on aura visonner le film, on pourra se permettre de discuter de son impartialité.
      De parler de publicités tendancieuses, de mensonges, de faussetés, de divorce, de violence conjugale, n’est pas le propos ici.

    • Je commence franchement à en avoir assez des lubies des masculinistes et autres “fathers 4 justice”. La lecture des interventions de Jim777 et de Germanicus me fait froid dans le dos tellement elles suintent le mépris des femmes. Mais discuter avec ces groupes, c’est comme tenter de raisonner un raciste ou quelqu’un qui croit qu’Elvis est vivant. La logique et le bon sens n’ont aucune prise car ils se considèrent comme des victimes. En tant qu’homme, malheureusement, je dois me taper ces huluberlus qui font honte à tous.
      Pour revenir au cinéma, je me demande bien comment le film traitera le sujet qui résonne encore péniblement dans nos mémoires 20 ans plus tard.

    • @ graindesel

      C’est le message qu’il faut analyser, graindesel, pas le messager.

      Auriez vous critiqué Gandhi parce qu’il avait de grandes oreilles ou interdit à Obama de se présenter parce que son père venait du Kenya?

      Serge Ferrand (le ”français”) est Québécois comme vous et moi et vit ici depuis presque trente ans.

      Voyez-vous comme vous jugez les choses de par leur contenant, et non par leur contenu?

      C’est la même attitude qui incite les féministes à mettre tous les hommes Québécois dans le même panier que Marc Lépine chaque 6 décembre.

      Et c’est au contraire de la bande-annonce et de ce qu’elle représente dont il s’agit ici, pas du film (evidemment).

      À quoi sert la bande annonce d’un film si elle n’est pas entre autres un sujet de discussion dans un blogue sur le cinéma comme celui-ci?

    • “Il faut comprendre jusqu’où en tant qu’individu nous pouvons nous rendre sous la haine, la colère, la peine et la douleur. En chacun de nous sommeil un Marc Lépine, un Hitler, une Aileen Carol Wuornos ou une Elizabeth Báthory.” – cibelle

      ===

      Je sais pas pour vous, mais non, désolé pas chez moi.

    • “Mais discuter avec ces groupes, c’est comme tenter de raisonner un raciste ou quelqu’un qui croit qu’Elvis est vivant. La logique et le bon sens n’ont aucune prise car ils se considèrent comme des victimes. ” – lepatt

      ===

      Si vous êtes pas d’accord avec eux, il faut démolir leurs arguments plutôt que de lancer des invectives.

      Utilisez de votre logique et faites en profiter les autres intervenants. Sinon on sera porté à croire que vos insultes tente de masquer votre absence d’arguments.

    • 7 juillet 2008 15h50 je bois une biere avec des amis sur st denis… un couple s avance sur le trottoir. s engueule. la femme frappe le gars avec sa sacoche geante au visage. le gars saigne. que fais la foule sur la terasse? elle applaudit………..

      aurait pas fallu que ce soit le gars qui frappe…

      oui la violence aux femmes est encore presente.

      mais cessez de banaliser celle qui est faites aux hommes…. vous etes pathetiques.

    • La lecture des interventions de Jim777 et de Germanicus me fait froid dans le dos -lepatt

      cessez donc de vous plaindre. quand on vous compare avec des femmes ailleurs dans le monde vous n avez tellement rien a brailler…

      pauvres petite princesses nord americaines. get a life

    • @ nimzo et esmael

      Exactement.

      En plus on va pas séparer les gens en deux suite à Polytechnique:

      D’un côté les femmes qui doivent vivre constemment dans la peur comme des gerboises dans leur petite roue

      De l’autre les hommes qui doivent vivre constemment dans la culpabilité comme des hamsters dans leur petite roue.

      On se retrouve à répéter sans cesse les gestes de séparation hommes-femmes qui ont étés commis à Polytechnique 19 ans plus tard, et c’est extrêmement malsain, comme individu et comme société, pour nous et pour nos enfants.

      Polytechnique est une tragédie, on en convient tous.

      Mais 19 ans plus tard, le deuil est supposé être fait, et il est grand temps de remettre les choses dans leur contexte.

      Vous savez, au lendemain du 11 septembre 2001 les États-Unis se sont retrouvés avec ±3000 morts à enterrer, c’est pas mal plus que 14.

      Est-ce que depuis ce jour, à tous les 11 septembre, on passe des messages télévisés qui disent sciemment des exagérations du genre: un Arabe a tué, frappé ou regardé de travers un Américain sur trois aujourd’hui ?

      Bien sûr que non.

      Est-ce qu’on a déclaré un mensonge aussi énorme que de dire que tous les Arabes étaient violents de naissance?

      Bien sûr que non.

      Le Président Bush, malgré le peu de sagesse qu’on lui connaît, a eu la bonne idée de dire aux Américains, au lendemain du 11 septembre,que ce n’était pas aux Arabo-Américains qu’il fallait en vouloir.

      Eh bien les féministes du Québec n’ont même pas eu, au lendemain des évènements du 6 Décembre 1989, le peu de sagesse qu’a eu le Président Bush au lendemain du 11 Septembre 2001.

      Si on est contre la violence, soyons-le jusqu’au bout.

      On ne peut pas être contre la violence des hommes et ne pas être contre la violence des femmes.

      Sinon on est pas contre la violence du tout, on est purement et simplement contre les hommes.

      La violence des femmes existe, c’est statistiquement prouvé ci-haut.

      On prend bien du temps à se réveiller au Québec.

      Aujourd’hui même, au Canada anglais, une sénatrice, Barbara Kay, a dénoncé publiquement dans le, National Post, l’exploitation honteuse qu’on fait les féministes Québécoises des évènements de Polytechnique.

      (J’espère que mon hyperlien va marcher)
      http://www.nationalpost.com/opinion/story.html?id=1039527

      Les vidéos mensongers style ”une femme sur trois” on fait le tour du monde avec youtube.

      Réveillons-nous aussi avant de se faire pousser en bas du lit par le reste de la planète.

    • @Jim777

      Le danger dans ce genre de discussion c’est de minimiser la violence que certaines femmes subissent. Je ne crois pas que c’est ton intention mais certains pourraient le penser.

      Personnellement je n’ai jamais senti de culpabilité suite à “certaines” déclarations de féministes enragées de l’époque de cette tuerie. Je comprend cependant que des hommes tout à fait correct aient pu se sentir blessés par des accusations les visant et qui manquaient de retenues à cette l’époque.

      On est d’accord les groupes de pressions se servent souvent de mensonges pour faire avancer leur cause et c’est malheureux puisqu’à long terme le mensonge se retourne contre celui qui l’utilise. Mais encore une fois les féministes sont loin d’être les seules à avoir utilisé ces méthodes pas très orthodoxes.

      Le véritable problème se situe selon moi du coté des médias qui souvent citent les chiffres fournis par les groupes de pressions sans même demander leur provenance ni vérifier leur exactitude.

    • @ nimzo

      Bonsoir.
      Vous dites:

      Le véritable problème se situe selon moi du coté des médias qui souvent citent les chiffres fournis par les groupes de pressions sans même demander leur provenance ni vérifier leur exactitude.

      Exactement, les médias ont été complices pendant très longtemps de nombreuses exagérations.

      Est-ce un hasard si Christine St-Pierre, ministre à la condition féminine (plus qu’un groupe de pression, un véritable état dans l’état) fut autrefois journaliste à Radio-Canada ?

      Si des groupes de pression peuvent se vanter de marcher main dans la main avec le monde journalistique, c’est bien l’ensemble des groupes de pression féministes.

      La très grande majorité des journalistes obéissent au crédo féministe que l’homme est beaucoup plus violent que la femme alors que c’est statistiquement faux.

      Aurait-on vu un document comme celui-ci, http://www.tcvcm.ca/index_video.php?option=com_content&task=view&id=164 donner l’heure juste au sujet de la violence conjuguale à la télévision aux côtés des épisodes de ”une femme sur trois est victime de ci et de ça de la part des hommes?

      Jamais de la vie.

      Ce vidéo de la table de concertation en violence conjuguale démontre que la violence féminine n’est pas une légende urbaine, elle existe bel et bien.

      Alors pourquoi ne pas la dénoncer autant que celle des hommes?

      Tout ce qui est financé avec nos taxes à tous, hommes et femmes, par le Ministère à la condition féminine de l’ancienne journaliste Christine St-Pierre, c’est un grossière exagération de la violence des hommes.

      De plus en plus de gens haut placés commencent à être au courant et vont vouloir se dissocier publiquement de cet odieux mensonge.

      Quand le scandale va éclater (et c’est déja commencé), que des milliards ont étés dépensés inutilement en mensonges et salaires pendant des decennies et que des vies de milliers d’hommes ont été détruites suite à de fausses accusations, des familles brisées, ce sera pire que le scandale des commandites

    • P.S.

      Une mise en demeure à ce sujet a déjà été envoyée au Procureur Général du Québec pour donner suite à l’adoption de la loi No 63.

      Le 12 juin 2008, l’Assemblée Nationale du Québec sanctionnait la Loi 63, Loi modifiant la Charte des droits et libertés de la personne adoptée à l’unanimité le 10 juin 2008.

      Cette loi installe dans le préambule de la Charte ce principe fondamental, indiquant sans équivoque que toutes les lois du Québec doivent respecter l’égalité entre les hommes et les femmes.

      L’Assemblée Nationale du Québec, le Gouvernement, les ministères et les organismes gouvernementaux doivent respecter ce fondement de société.

    • “Si des groupes de pression peuvent se vanter de marcher main dans la main avec le monde journalistique, c’est bien l’ensemble des groupes de pression féministes.” – Jim777

      ===

      Contrairement à vous je ne pense pas que c’est par connivence mais bien plus par laxisme.

      Il est de notoriété que le monde journalistique (sauf quelques heureuses exceptions) est mal à l’aise avec les chiffres et les données scientifiques (;es journalistes sont souvent issus du monde littéraire ou artistique et non scientifique). Je pense que c’est la raison principale pour laquelle ils exercent peu de rigueur à ce chapitre. Mais je refuse d’embarquer dans une théorie de connivence entre le milieu journalistique et les féminisme ou tout autre groupe de pression.

      Ça me semble plus une question de compétence ou de manque de rigueur que de le fait de marcher main dans la main avec les groupes de pression féministes.

    • Mettons que c’est une question de point de vu cher ami.
      Je note toutefois cet aspect du laxisme qui est aussi fort pertinent.

      Je vous ferais bien une liste de journalistes en parrallèle avec leurs prises de positions respectives mais ce serait long et ardu et j’avoue que je suis un peu fatigué ce soir et que nous changer les idées va nous faire à tous le plus grand bien pour les prochains jours.

      Je suis toutefois bien content d’avoir pu exprimer mon point de vue et reconnaissant aussi à M. Lussier pour sa patience lors de nos débats parfois houleux mais certainement fort instructifs.

      Attendons le film Nimzo, j’aurai certainement approfondi la question et je l’espère vous et les autres aussi.

      Bonne nuit et a bientôt!

      Jim.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • publicité

  • Calendrier

    février 2013
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728  
  • Archives

  • publicité