Marc-André Lussier

Marc-André Lussier - Auteur
  • Le blogue de Marc-André Lussier

    Journaliste à La Presse depuis 1995, Marc-André Lussier est fou de cinéma...
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 29 mai 2008 | Mise en ligne à 13h59 | Commenter Commentaires (10)

    Sex and the City le film: Était-ce une bonne idée?

    Je le dis d’entrée de jeu: je fais partie des admirateurs de la série. Pendant plusieurs saisons, j’ai enregistré pratiquement chaque épisode alors qu’ils défilaient en primeur – et dans leur intégralité – sur la chaîne Bravo.

    sex-city.jpg

    Même si je ne suis pas fan au point de m’être retapé ensuite en boucle tous les épisodes en DVD (j’en connais qui ont fait ça!), j’attendais quand même avec fébrilité l’arrivée du film. D’autant plus que la gestation fut difficile, gracieuseté de Miss Cattrall et de ses exigences. Au moment où la production devait se mettre en branle une première fois, l’interprète de la sémillante Samantha a tout fait «foirer» en allant se consacrer à «d’autres projets».

    J’ai vu Sex ans the City - le film  hier à Paris, lors de la toute première séance publique à 10h30. En France, les nouveaux films prennent en effet l’affiche le mercredi. Je vous dis aussi, au cas où cela pourrait donner des idées à certaines personnes concernées, que plusieurs cinémas ouvrent ici leurs portes dès 10h avec des séances offertes à tarif réduit.

    Je disais, donc, que j’avais vu le film à la toute première séance publique, en compagnie d’environ 300 filles et de quatre autres gars…

    Et j’ai été très déçu.

    Quand une série télévisée fait le saut au grand écran, les concepteurs profitent habituellement de ce passage pour aller un peu plus loin, creuser un peu plus les personnages et les mettre dans des situations plus inattendues. Bref, ils en profitent pour prendre les risques qu’ils ne peuvent généralement se permettre à la télé commerciale.

    Avec S&TC – The Movie, c’est l’inverse. En passant au grand écran, les filles semblent avoir perdu le petit côté «edgy» qui faisait notre bonheur dans cette série produite par la chaîne spécialisée HBO. Les textes sont inoffensifs, parfois même très ordinaires, et conçus visiblement pour plaire au plus large public possible, laissant sur la touche les fans de la première heure.

    Personnellement, j’effacerai ce faux pas très vite de ma mémoire pour ne garder que le souvenir de la série.

    Sex and the City, un film? Ah oui? Quel film?

    Voyez? Ça marche…
      


    • Moins pire que d’adaptation des Transformers en film…

    • C’est une erreur de l’adopter au cinéma selon moi. Parce que la serie va perdre de jus aux yeux des gens qui ont deja suivis à la télé. Dans le film elles ont eu ce qui les maquaient dans la serie ( amour etc….)

    • Je n’aie pas encore vue le film sex and the city mais je pense sincèrement que son adaptation au grand écran n’aura pas l’objectif voulu. En effet beaucoup s’attendrons au meme esprit de la série mais a vrai dire il faut tenir compte d’un public plus jeune et donc minimiser les dialogues un peu trop cru mais en attendant je suis impatiente de pouvoir découvrir le film en pouvant confronter mes apprioris avec le fondement meme du film.

    • J’ai écouté la série au grand complet dans les 3 semaines avant la sortie du film ( oui oui j’avais pas grand chose d’autre à faire…) Et hier je suis allé voir le film. J’ai été très loin d’être déçue ce film est une suite logique à la série, une suite nécessaire je trouve. Le film m’a terriblement émue mais c’était plus comme écouter 4-5 épisodes en ligne plutôt qu’un film: c’est normal car nous sommes habitués à la série. C’était très bien de voir où les filles sont rendues 4 ans plus tard, de même que pour leurs amoureux. Il y a beaucoup d’émotions dans ce film et les amateurs de Sex and the City se doivent absolument d’aller le voir. Un beau complément à la série!

    • Les textes ne sont pas si ordinaires je trouve, en tout-cas j’espère que tout le monde ira le voir en version originale hum…

    • Ici en Floride, les médias ridiculisent ce film même avant sa sortie. À la radio par exemple, une émission du réveil a fait un sondage pour savoir combien d”hommes iraient visionner ce “chick flick”. On a soumis que seuls les hommes gais et les hommes soumis à leur copine oserait se montrer la face dans un cinéma pour voir ce film.
      Je suis pas mal d’accord que ce sera un “chick flick” si je me base sur la série. J’ai tenté de regarder quelques émissions au tout début de la série.
      Et sauf quelques scènes ou l’on pouvait voir les seins de la vieille, il n’y avait rien d’intéressant pour moi.

    • En tout respect, je suis en désaccord avec vous Mr Lussier au sujet de la différence entre la télé et le cinéma. Dans les dernières années nous avons vue l’émergence de la télé comme d’un médium prenant beaucoup de risque et poussant parfois très loin des sujets inattendus. Je pense entre autre au magnifique canal HBO.

      Le cinéma bien entendu, surtout d’auteur et indépendant a toujours été réputé pour son côté edgy. Mais aussitôt que le cinéma tombe dans le gros budget, avec des stars qui coûtent des fortunes, il tombe obligatoirement dans le mondain et le plus accessible possible. Il s’agit tellement d’un gros risque financier que les producteurs veulent réduire les risques au maximum.

      Sex and the City – Le Film a eu un budget autour des 65 Millions de $. C’est peu comparé à certaines méga-production, mais c’est tout de même bien au delà des films expérimentaux. À 65 Millions d’investissement, il est aisé d’imaginer donc les execs qui risquent leur culottes exiger un film le plus inoffensif possible.

      Oui certaines séries télé coûtent aussi très cher à produire, sans doute même dans cet ordre de dollars pour une saison complète. Mais là justement, le risque est dilué: si une série d’épisodes font baisser l’audience, il est plus aisé de redresser le tir l’épisode suivant. Dans ce cas-ci, on parle d’un “single shot”, un 65M$ qui passe ou qui casse.

      Logique, mais malheureux.

    • Je viens de voir le film et j’ai plutôt aimé. Un bon divertissement qui en vaut d’autres, quoi. La riche société newyorkaise doit un peu ressembler à cette caricature.

      Je ne suis pas une fan de cette série; en fait, je n’ai jamais regardé une seule émission… Par contre, je vais voir habituellement du cinéma d’auteur. Je voulais en avoir le coeur net avec SATC. C’est fait mais j’aurais dû aller le voir en version originale anglaise. Je n’y retournerai pas le voir une 2eme fois comme je le fais souvent avec les films que j’aime beaucoup.

    • stevevallee a raison.
      Plusieurs artisans affirment d’ailleurs que depuis l’arrivée des chaînes spécialisées dans la production de séries télé, ils jouissent d’une liberté beaucoup plus grande que dans le cinéma hollywoodien.
      Peut-être est-ce d’ailleurs pour cette raison que peu de séries produites par HBO, Showtime, et d’autres réseaux du même genre, ont fait l’objet d’adaptations au cinéma jusqu’à maintenant. Parce que déjà excellentes. Six Feet Under ou The Sopranos au cinéma? J’ose espérer que cela n’arrivera jamais.

      @ kaleidosc0pe:
      J’ai eu le plaisir de voir S&TC en v.o. avec sous-titres français.

    • Sex and the City le film: Était-ce une bonne idée?

      - > Pas du tout !!!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • publicité

  • Calendrier

    novembre 2012
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Archives

  • publicité