Marc-André Lussier

Mercredi 17 décembre 2014 | Mise en ligne à 6h57 | Commenter Commentaires (7)

Que faire avec The Interview ?

The Interview - 1

James Franco et Seth Rogen

Le feuilleton The Interview se poursuit. Il évolue pratiquement d’heure en heure. Le groupe «Gardiens de la Paix», qui revendique le piratage du système informatique de Sony Pictures Entertainment, profère maintenant des menaces. Au point où Sony laisse désormais le choix aux exploitants ayant prévu présenter le film dans leurs salles (le film sort en principe le 25 décembre) de le retirer de leur programmation.

La première new-yorkaise a été annulée. James Franco et Seth Rogen ont eu la directive de ne plus accorder d’entrevues. Ils doivent maintenir un profil bas sur le plan médiatique.

Tout ça pour une comédie satirique qui revendique un humour débile dans lequel tout le monde en prend pour son rhume. Bienvenue en Absurdistan.

Les menaces :

«Nous allons vous montrer clairement dans tous les lieux où The Interview sera diffusé, notamment lors de l’avant-première, à quel destin tragique sont voués ceux qui cherchent à se moquer de la terreur.

«Bientôt le monde verra quel mauvais film Sony Pictures Entertainment a fait. Le monde sera plein de craintes. Rappelez-vous le 11 septembre 2001. Nous vous recommandons de vous tenir à distance de ces endroits (où le film sera montré). Et si votre maison est à proximité, vous devriez partir. Tout ce qui va se passer dans les prochains jours sera dû à la cupidité de SPE. Le monde entier dénoncera Sony».

Déjà, la chaîne américaine Carmike a annoncé le retrait du film de sa programmation. On saura au cours des prochaines heures si d’autres chaînes suivront le mouvement, tant aux États-Unis qu’au Canada. Selon The Hollywood Reporter, quelques exploitants estiment que le studio envoie maintenant la patate chaude dans leur cour plutôt que de prendre lui-même la décision. Ils craignent en outre être tenus responsables si jamais un drame survient.

Les studios concurrents, silencieux jusqu’à maintenant, commencent aussi à trouver l’affaire moins drôle. Ces menaces risquent de faire en sorte que des spectateurs préféreront faire une autre activité plutôt que d’aller au cinéma. Un producteur non indentifié invite SPE à carrément retirer son film.

«Si une salle de spectacle recevait un appel à la bombe et que la menace était crédible, le concert serait annulé et remis à plus tard», indique-t-il.

Il ne reste plus qu’une seule certitude dans ce dossier : les terroristes ont gagné.

Sony Hack : Carmike Cinemas Drops «The Interview».

Les cinémas menacés; le 11 septembre évoqué (AFP)

Publier ou ne pas publier ? (Marc Cassivi)

Compte Twitter : @MALussier

Lire les commentaires (7)  |  Commenter cet article

 

Vendredi 12 décembre 2014 | Mise en ligne à 23h53 | Commenter Commentaires (12)

Que nous disent les pirates de Sony ?

Rogen - 1

Un cliché «privé» de Seth Rogen et James Franco

Il est certain que cette opération de piratage, qu’on dit sans précédent, et le lavage de linge sale qu’elle provoque, amène tout le monde à réfléchir à ces questions.

Au début, l’affaire était tellement incroyable qu’elle en était amusante. Un groupe dont personne n’avait jamais entendu parler auparavant, qui se fait nommer Guardians of Peace, a pris en charge le système informatique de Sony Entertainment partout dans le monde. En piratant toutes les infos que contient le système. Des informations personnelles des employés jusqu’aux projets en chantier, en passant par les copies numériques de nouveaux films. Sans oublier tous les courriels qui se sont échangés sur le serveur de l’entreprise.

L’organisation – que le FBI a soupçonné un temps être installée en Thaïlande – dit agir au nom de la Corée du Nord, un pays «insulté» par la sortie prochaine de la comédie The Interview. Dans la contrée de Kim Jong-un, on avait même promis de vives représailles. Les autorités nord-coréennes ont nié être impliquées dans cette attaque informatique, mais elles ne cachent quand même pas leur satisfaction.

Depuis le 24 novembre, les pirates ne cessent de divulguer des informations compromettantes. Le feuilleton s’enrichit d’une journée à l’autre de détails de plus en plus gênants. On en fera certainement un film un jour.

Mais au-delà de l’inquiétude que suscite le piratage d’un système aussi énorme, en principe blindé, ce sont les échanges malencontreux que se sont envoyés par courriel les puissants de l’industrie qui risquent de laisser des dommages irréparables.

La directrice du studio, Amy Pascal, se confond en excuses depuis quelques jours à cause de blagues de mauvais goût, faites à propos du président Obama dans un échange de courriels avec le producteur Scott Rudin.

Ce dernier, qui a aussi présenté ses excuses, a notamment fait part de son sentiment réel avers Angelina Jolie dans l’une de ses missives. Cela n’était guère flatteur.

Kevin Hart fut toutefois le premier acteur à réagir officiellement à la suite de la révélation d’un courriel le concernant. Dans un échange, l’un des bonzes le traite ni plus ni moins de «pute».

Quand les vraies natures se révèlent…

Autrement dit, cette affaire révèle que les relations entre les artisans du merveilleux monde du show-business sont cousues de fil blanc. Quand les vraies natures refont surface, sans le filtre des conventions, on s’aperçoit que la série Entourage pourrait être répertoriée dans les documentaires. Ari Goldman est un amateur à côté de tout ce beau monde.

Bien entendu, personne n’aimerait que des courriels de nature privée soient soudainement révélés au grand jour. À cet exercice, bien peu de gens en sortiraient blancs comme neige. Sur Twitter, Judd Apatow a d’ailleurs incité les médias écrits à mesurer leurs élans. «Publier des courriels privés pour nuire à des gens revient au même que de publier les photos de Jennifer Lawrence nue. Pourquoi est-ce OK ?»

Bonne question.

Certains lui ont répondu qu’à cet égard, les échanges de courriels de nature privée devraient être faits entre des adresses privées, pas sur des serveurs de grandes entreprises. Ils n’ont pas tort non plus.

Il est certain que cette opération de piratage, qu’on dit sans précédent, et le lavage de linge sale qu’elle provoque, amène tout le monde à réfléchir à ces questions.

Cela dit, The Interview prend l’affiche le 25 décembre malgré tout. Pirates ou pas.

Quelques liens :

Un acte de guerre signé Seth Rogen et James Franco.

Sony Hack : 10 New Developments (Hollywood Reporter)

Amy Pascal Breaks Silence (Deadline).

La réponse de Kevin Hart.

Dossier sur l’affaire par The Hollywood Reporter.

Compte Twitter : @MALussier

Lire les commentaires (12)  |  Commenter cet article

 

Jeudi 11 décembre 2014 | Mise en ligne à 16h16 | Commenter Commentaires (4)

Alors ? Ces Golden Globes ?

GG - 1

La saison des récompenses a vraiment pris son envol hier avec l’annonce des Screen Actors Guild Awards. Du côté du cinéma (le syndicat accorde évidemment aussi des prix pour les productions télé), les acteurs en lice pour un SAG Award le sont aussi très souvent aux Oscars par la suite. Normal. Les acteurs étant les plus nombreux au sein de l’Académie des arts et des sciences du cinéma, il y a forcément des recoupements.

Il en est de même du côté de la Director’s Guild, de la Writer’s Guild, ainsi que de la plupart des associations professionnelles regroupées par l’Académie.

Or, dans l’esprit populaire, les Golden Globes servent encore de présage à la prochaine soirée des Oscars. Il est vrai que la Hollywood Foreign Press Association, qui compte environ 90 membres, accouche bon an mal an du meilleur spectacle du genre. C’est là qu’on trouve habituellement le plus grand nombre de vedettes de catégorie «A» au mètre carré. Elles y sont toutes.

Cette année, les journalistes étrangers en poste à Hollywood ont établi une liste de nominations fort honorable. Du moins, du côté dramatique. Il y a même concordance entre les SAG Awards et les Golden Globes dans les catégories d’interprétation (à quelques exceptions près).

Pour ce qui est de la catégorie du meilleur film en langue étrangère, la liste des Golden Globes a-t-elle une incidence sur celle des Oscars ? Pas vraiment. Les deux systèmes de sélection son complètement différents. Il est même souvent arrivé que des films non soumis aux Oscars soient nommés aux Golden Globes. Le hic, cette année, c’est que les cinq films retenus par la Hollywood Foreign Press Association sont aussi de véritables candidats aux Oscars. Cela indique que, même si cela ne diminue en rien les chances du candidat canadien d’être invité au bal des Oscars, la partie est quand même loin d’être gagnée.

À suivre…

SAG Awards : Liste des nominations

Golden Globes : Liste des nominations

Mommy n’est pas en nomination (Presse canadienne)

Compte Twitter : @MALussier

Lire les commentaires (4)  |  Commenter cet article

 

publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • publicité

  • Calendrier

    décembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « nov    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité