Sur la route du Mississippi

BLOGUE
À la veille des élections américaines, la journaliste Isabelle Audet et le caméraman Frédéric Guiro parcourront la vallée du Mississippi du nord au sud, à la rencontre des Américains. Un projet interactif, ouvert au public.

Sur la route du Mississippi

Sur la route du Mississippi - Auteur
  • Isabelle Audet

  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 27 août 2012 | Mise en ligne à 11h35 | Commenter Commentaires (28)

    Mississippi: il y a un peu de «nous autres» là-dedans

    Isabelle Audet

    Dans un peu plus d’un mois, donc, nous serons sur la route. Et toute une route!

    Le Mississippi serpente les États-Unis du nord du Minnesota jusqu’à la Louisiane. Au total, il touche à 10 États: le Minnesota, le Wisconsin, l’Iowa, l’Illinois, le Missouri, le Kentucky, le Tennessee, l’Arkansas, le Mississippi et la Louisiane. Du nord au sud, dans notre voiture de location (une américaine, évidemment!) nous aurons l’occasion d’observer l’Amérique «au grand angle».

    Et dans ce portrait, il y aura un peu de nous.

    Nous passerons là où, il y a plus de 300 ans, le Cavelier de La Salle, Jacques Marquette et Louis de Jolliet, pour ne nommer que ceux-là, ont mené des expéditions qui ont contribué à la gloire… bien momentanée… de la Nouvelle-France dans la vallée du Mississippi.

    Tous ces efforts, pour bien peu de considération outre Atlantique. Comment a réagi Louis XIV après avoir appris que La Salle a pris possession de la Louisiane en son nom? Qu’il s’agissait d’une nouvelle «fort inutile»…

    Nous avons reçu plusieurs courriels passionnants depuis ce samedi à la suite de notre appel à tous. D’excellentes pistes et idées pour notre périple, et un désir généralisé de renouer, en chemin, avec nos racines.

    Parce que ça nous passionne nous aussi, nous raconterons quelques anecdotes historiques  de temps à autre ici au fil des prochaines semaines…

    ***

    Vous avez jusqu’à samedi pour nous soumettre vos idées de reportage à proximité du Mississippi! Je vous le rappelle: nous sélectionnerons plusieurs de ces idées, que nous soumettrons ensuite à un vote du public. Nous fouillerons les sujets retenus en route!


    • Bonjour à vous deux !

      Votre voyage me passionne et je vais le suivre avec intérêt, surtout si vous offrez un volet sur le patrimoine de l’ancienne Amérique française (Pays des Illinois, anciens villages français des berges du Mississippi, etc.).

      Je fais de temps à autres des interventions sur le blogue de Richard Hétu, dans lesquelles je souligne des faits liés à cette histoire.

      J’aimerais vous faire quelques suggestions à partir de ces interventions passées, mais il me serait utile de savoir si vous allez longer le Mississippi du nord au sud ou dans le sens inverse, et où commencera et où se terminera votre périple.

      Si vous avez assez de place dans vos bagages, je vous suggère de vous procurer les ouvrages suivants et de les apporter avec vous pendant le voyage :

      a) Gilles Havard et Cécile Vidal, «Histoire de l’Amérique française», Flammarion, 2003 :

      - Lien vers un compte rendu de lecture :

      http://meslectures.wordpress.com/2008/03/04/histoire-de-lamerique-francaise-cecile-vidal-et-gilles-havard/

      - Lien vers la rubrique Amazon.ca pour ce livre :

      http://www.amazon.ca/HISTOIRE-LAM%C3%89RIQUE-FRAN%C3%87AISE-HAVARD-GILLES/dp/208080121X/ref=sr_1_5?s=books&ie=UTF8&qid=1346086600&sr=1-5

      b) Philip Marchand (journaliste franco-américain qui travaille maintenant à Toronto pour le National Post), «Ghost Empire: How the French Almost Conquered North America», McClelland & Stewart (2006) :

      - Lien vers la rubrique Amazon.ca pour ce livre :

      http://www.amazon.ca/Ghost-Empire-French-Conquered-America/dp/0771056788

      c) Jay Gitlin, « The Bourgeois Frontier: French Towns, French Traders, and American Expansion », Yale University Press, 2009.

      - Lien vers la description du livre sur le site de l’éditeur :

      http://yalepress.yale.edu/yupbooks/book.asp?isbn=9780300101188

      - Lien vers la rubrique Amazon.ca pour ce livre :

      http://www.amazon.ca/Bourgeois-Frontier-Traders-American-Expansion/dp/030010118X/ref=sr_1_2?s=books&ie=UTF8&qid=1346086694&sr=1-2

      Ah! que j’aimerais pouvoir faire un voyage comme celui que vous allez entreprendre.

      Je vais suivre vos billets avec grand intérêt.

      Si vous pouvez me fournir les renseignements que j’ai identifiés plus haut, je tenterai de vous faire quelques suggestions de sites Internet qui pourront peut-être vous permettre d’ajouter des capsules «Histoire de l’Amérique française» à vos articles et billets.

      À bientôt, j’espère !

    • Oups ! Je viens de vous relire et de constater que vous allez voyager du nord au sud.

      Je crois comprendre que vous partirez peut-être du Minnesota.

      Partirez-vous de la région de Minneapolis-St Paul ou de plus au nord dans cet état ?

    • Superbe voyage que j,ai déjà eu l’intention d’effectué par le passé, je connais assez bien l’état du Mississipi dans sa partie sud disons Jackson vers le sud mais surtout la côte du Golfe du Mexique au complet dont biloxi, Gulfport et Baie St-Louis, mais tout autant la partie cajun de la Louisiane.

      À la Nouvelle-Orléans bien je vous recommande le Quartier-français beaucoup d’histoire en le visitant, tout dans la cathédrale St-Louis est en français, et juste en avant allez prendre un bon café au Café du MOnde avec leurs traditionels beignets, ouvert depuis plus d’un siècle 24 heures par jour sans interruption, d’ailleurs à l’arrière du café se trouve le port qui est plus haut que la ville comme tout autant le niveau de la mer.

      Et curieussement les digues qui protègent e équartiers-français ont justment été construite du temps des français et celles sous le gouvernement américains eux n’ont pu résister.

      Bon voyage.

    • Question pour eux : Sont-ils au courant de l’origine francophone de leurs noms de ville. Je suis certain qu’il y en a mais de façon générale est-ce du “common knowledge” ? Est-ce bien enseigné à l’école dans les cours d’histoire ?
      Ca me fait penser à la forteresse de “Lewis Burg” au Cape-Breton. Je demande à la dame un renseignement sur la forteresse de “Louisbourg” et elle ne savait pas trop de quoi je parlais. Pour elle, c’était “Lewis Burg”.

    • Voiture de location : “Une américaine évidemment” ?

      Pas “évidemment” car la voiture la plus vendue en territoire Américain est la Toyota Camry !!!

    • Bon voyage!

      Par contre je ne sais pas si c’est le meilleur moment pour longer le Mississippi, alors qu’il est presque asséché. Certaines sections n’ont plus que 8-9′ de profondeur, et d’autres section qui avaient plus de 1km de large sont maintenant à moins de 300′.

      http://theeconomiccollapseblog.com/archives/the-mississippi-river-is-drying-up

    • - Le village de Ste-Genevieve, au Missouri, m’intrigue beaucoup. Qu’est-ce qui est arrivé des francophones de l’Illinois (Missouri aussi, mettons).

      -Le crime à St-Louis.

      -La peine de mort en Louisianne, vu de l’intérieur d’une prison pour femmes.

      -Est-ce que ça parle toujours français dans la paroisse de St-Martin ? Les efforts pour réssuciter le français en Louisianne.

      -La chasse à l’alligator, vu par les cajuns

      -La carpe asiatique et la lutte pour son éradication dans le canal missisipi-chicago

      -La lutte contre l’obésité dans l’état du Missisipi

      -Les effets de la culture du Maïs sur la population en Iowa (ex: Ethanol)

      -Les luttes LGBT dans les états de la louisianne, Missisipi, Alabama, Kentucky, tenessee.

      -Le football collégial, les tailgates et l’impact de l’élection sur l’atmosphere des tailgates dans un état “switch” comme le missouri ou l’Arkansas

    • Effectivement, nous comptons partir de Minneapolis, mais nous ne fermons pas la porte à une exploration dès le lac Itasca au besoin! Merci pour vos suggestions @cotenord_7.

    • @gilbertrochon Merci pour votre suggestion de café! J’en prends bonne note! En marge de nos reportages sur la route, un vrai bon café, c’est précieux!

    • @omni-tag C’est tout à fait juste. Nous prévoyons toutefois louer une américaine… si c’est encore possible!

    • Bonsoir Madame Audet !

      Un grand merci pour votre réponse !

      Je ne suis pas sûr que vous aurez assez de place dans vos bagages (!!!), mais je vous recommande 3 autres livres de référence, « au cas où » :

      1) Sous la direction de Dean Louder et Éric Waddell, « Franco-Amérique », Septentrion, 2008

      Lien vers la description du livre sur le site de l’éditeur :

      http://www.septentrion.qc.ca/catalogue/livre.asp?id=2292

      Au moins deux chapitres de cet ouvrage pourraient vous être utiles lors de ce périple :

      a) Chapitre 13, rédigé par Virgil Benoit (originaire du nord-ouest du Minnesota et professeur de français à l’université du Dakota du Nord à Grand Forks (les Grandes Fourches…)), « De Minomin à Wild Rice en passant par Folle Avoine : une histoire du Midwest». Monsieur Virgil Benoit a consacré une bonne partie de sa vie à faire connaître et promouvoir le patrimoine canadien-français et métis de sa région. Je le mentionnerai à nouveau plus loin dans ce commentaire.

      b) Chapitre 14, rédigé par Kent Beaulne, « Être French et ne pas le savoir, 1960-1975». Porte sur la communauté de descendants de Canadiens français qui habitent la région de la Vieille Mine (Old Mines), Missouri, et qui parlaient jusqu’à il y a quelques décennies un patois connu sous le nom de « Missouri French ». Les gens de cette région ont encore aujourd’hui un sentiment identitaire et probablement un accent particulier, même si le français n’y est plus parlé régulièrement. Je vous fournirai une référence Internet fort intéressante à ce sujet vers la fin de ce commentaire.

      2) Bonnie Stepenoff, « From French Community to Missouri Town : Ste. Genevieve in the Nineteenth Century », University of Missouri Press, 2006. Porte sur l’histoire du village de Sainte-Geneviève (Missouri) de l’époque où il s’agissait essentiellement d’un village canadien-français jusqu’à ce que l’immigration en provenance des états de l’est (colons anglophones) et d’Europe (beaucoup d’immigrants allemands) change le caractère ethnoculturel de ce village.

      Lien vers la description du livre sur le site de l’éditeur :

      http://press.umsystem.edu/product/From-French-Community-to-Missouri-Town,991.aspx

      3) Carl J. Ekberg, « Francois Vallé and His World : Upper Louisiana before Lewis and Clark ». Porte sur François Vallé ou Vallée (1716-1783), humble colon analphabète de la région de Beauport près de Québec, qui s’est établi dans la vallée du Mississippi au début des années 1740, où il est devenu un des pionniers les plus riches et les plus influents (il a même été propriétaire d’esclaves…).

      Lien vers la description du livre sur le site de l’éditeur :

      http://press.umsystem.edu/product/Francois-Vall%C3%A9-and-His-World,672.aspx

      Permettez-moi maintenant de vous recommander quelques références Internet :

      1) La Newberry Library de Chicago a une superbe exposition numérique en ligne intitulée «French Canadian in the Midwest». Suivez le lien suivant :

      http://publications.newberry.org/digitalexhibitions/exhibits/show/canadians/earlychicago

      2) En 1998, à l’occasion du 150e anniversaire de l’état du Wisconsin, l’Université du Wisconsin à Green Bay (autrefois la Baie Verte) ou UWGB a créé le site «Wisconsin’s French Connections», sur le patrimoine français et canadien-français de l’état, et ce site a été mis à jour jusqu’en 2001. Ken Fleurant était l’administrateur du site, dont voici le lien :

      http://www.uwgb.edu/wisfrench/library/

      3) M. Virgil Benoit de l’Université du Dakota du Nord à Grand Forks, que j’ai mentionné plus haut, a réussi à créer un site Internet intitulé «Initiatives en français Midwest, dont voici le lien :

      http://und.edu/orgs/initiatives-in-french-midwest/

      Vous apprendrez en visitant ce site qu’il y aura une «Francofête» à Minneapolis les 28 et 29 septembre prochains !!!

      Si cela est possible, je vous recommande vivement de communiquer avec Monsieur Virgil Benoit dans le cadre de votre série. Monsieur Benoit fait un travail incroyable pour perpétuer la connaissance de l’Amérique française dans son coin de pays et il connaît très bien l’histoire des Canadiens français dans le Midwest. Cet homme mériterait d’être mieux connu au Québec et au Canada français.

      4) Pour ce qui est de votre séjour au Missouri, je vous recommande de visionner un documentaire d’une demi-heure de la chaine publique Ozarks TV intitulé «Ethnicity in the Ozarks : The French Community of Old Mines», accessible en ligne en suivant le lien suivant :

      http://video.optv.org/video/1392954094/

      Dans le documentaire, vous entendrez le Kent Beaulne (ou Kent Bone !!!) que j’ai mentionné plus haut, de même que d’autres membres de la très vieille communauté canadienne-française de la région de La Vieille Mine (Old Mines) au Missouri.

      J’essaierai dans les prochains jours de vous faire parvenir d’autres suggestions de sites ou de sujets par état, en espérant que ces renseignements vous seront utiles, ainsi qu’à vos lecteurs.

      Je le répète : votre initiative d’un voyage dans cette région est tout simplement fantastique. J’ai eu l’occasion il y a plusieurs années de voir des parcelles de «l’archipel de l’Amérique française» lorsque j’ai parcouru le nord des États-Unis, entre l’Ontario et le Manitoba. Mais un voyage le long du Mississippi demeure toujours pour moi un rêve inassouvi. Je vais suivre vos chroniques avec un très grand intérêt!

    • ÉTAT DU MINNESOTA

      Rebonsoir Mme Audet !

      Voici quelques suggestions de sujets et de sites d’intérêt en ce qui concerne le Minnesota :

      • Steve Brandt, «Minnesota’s many French connections», Star Tribune (Minneapolis-St Paul), 24 novembre 2010:

      http://www.startribune.com/local/west/109528049.html

      • Paul Levy, «Minnesota City’s French Connections: Centerville’s Melvin Dupre doesn’t need reminders of his French heritage. The evidence is all over town», Star Tribune (Minneapolis-St Paul), 29 février 2012:

      http://www.startribune.com/local/north/140608633.html

      • Église Saint-Louis Roi de France (maintenant St Louis King of France), construite au début du 20e siècle par les Canadiens français de St Paul (grande région de Minneapolis St-Paul) :

      http://www.stlouiskingoffrance.org/htm/welcome.htm

      http://www.stlouiskingoffrance.org/htm/past.htm

      • Cathédrale Saint-Paul de Saint-Paul, Minnesota. Une de ses 6 chapelles est dédiée à Saint-Jean-Baptiste, patron des Canadiens français :

      http://www.cathedralsaintpaul.org/history

      http://en.wikipedia.org/wiki/Cathedral_of_Saint_Paul,_National_Shrine_of_the_Apostle_Paul

      • Biographie de Pierre «Pig’s Eye» Parrant (ou Parent), le premier pionnier de St Paul et un personnage controversé…

      http://en.wikipedia.org/wiki/Pierre_Parrant

      • Sibley House Historic Site (Mendota, région de Minneapolis), un ancien poste de traite où travaillaient les traiteurs et voyageurs canadiens-français de l’American Fur Company au 19e siècle. On fête encore la Saint-Jean Baptiste à chaque année à Sibley House…

      http://www.historicfortsnelling.org/sibley-house-historic-site

      http://www.historicfortsnelling.org/sibley-house-historic-site/events-programs/fur-trade-rendezvous-and-fete-celebration

      • Faribault House, Mendota, en banlieue de Minneapolis-St Paul :

      http://www.historicfortsnelling.org/sibley-house-historic-site/faribault-house

      http://www.sibley-friends.org/faribaulthouse.htm

      • Little Canada, Minnesota (village fondé en 1844 par Benjamin Gervais et d’autres Canadiens français provenant soit du nord des États-Unis, de l’Ontario ou du Québec) – Maintenant en banlieue nord de Minneapolis-St Paul. Le festival annuel de l’endroit s’appelle les Canadian Days…

      http://en.wikipedia.org/wiki/Little_Canada,_Minnesota

      http://www.ci.little-canada.mn.us/index.asp?Type=B_BASIC&SEC={D701FD64-B65C-419C-A278-0865316155E8}&DE={A67E50F0-036D-4F3B-A86E-3F530F966237}

      http://www.ci.little-canada.mn.us/index.asp?Type=B_BASIC&SEC={7633C3DE-836F-48BE-ABC9-8F24E6D6E4D8}&DE={83293F44-647F-4B33-9E70-965830000268}

      http://www.placeography.org/index.php/Saint_John’s_Cemetery,_Little_Canada,_Minnesota

      • Racines canadiennes-françaises de la ville de Centerville, Minnesota (au nord de Minneapolis) :

      http://www.centervillemn.com/index.asp?Type=B_BASIC&SEC=%7BE2B26889-1739-403F-B6FF-9F79A30D0E82%7D

      • Paroisse de Sainte-Geneviève, Centerville, Minnesota :

      http://www.stgens.org/

      http://www.stgens.org/Parish%20History.htm (histoire de la paroisse)

      • Témoignages de citoyens d’origine canadienne-française de Centerville qui ont servi pendant la 2e Guerre mondiale :

      http://people.mnhs.org/mgg/searchresults.cfm?searchterm=Centerville&CFID=17795626&CFTOKEN=61367509&bhcp=1

      • Reconstitution du Fort Saint-Charles, nord du Minnesota, où est passé La Vérendrye au 18e siècle :

      http://www.entreeltd.com/fortStCharles.htm

      • Grand Portage National Monument (extrême nord-est du Minnesota, à la frontière avec l’Ontario), où sont passés de nombreux voyageurs canadiens-français aux 18e et 19e siècles :

      http://en.wikipedia.org/wiki/Grand_Portage_National_Monument

      • Histoire du Red Lake County, dans le nord-ouest du Minnesota :

      http://www.redlakecountyhistory.org/benoit.htm

      • Virgil Benoit, «Gentilly : A French Canadian Community in the Minnesota Red River Valley», Minnesota History, Hiver 1975 (version PDF). Ce village est dans le nord-ouest du Minnesota et je ne suis pas sûr que vous allez pouvoir le visiter, mais on ne sait jamais…

      http://collections.mnhs.org/MNHistoryMagazine/articles/44/v44i08p278-289.pdf

      • Version Google du livre «They Chose Minnesota» qui traite des pionniers canadiens-français de l’état. C’est un peu difficile à lire et il faut dérouler vers en haut et vers en bas, mais ça évite d’avoir à acheter le livre!!!

      http://books.google.ca/books?id=QWBhzg7AQPwC&pg=PA50&lpg=PA50&dq=french+canadians+in+new+hampshire&source=bl&ots=xf6ODwJRUG&sig=Cegan5fidoYTBuGmn1gw1jh0MRI&hl=fr&sa=X&ei=dAYFT8L1KKjv0gHf0cDlDg&ved=0CGMQ6AEwCDhQ#v=onepage&q=french%20canadians%20in%20new%20hampshire&f=false

      • Site Internet «Tout Canadien» créé par un Américain de descendance canadienne-français originaire du Minnesota, Jon Tremblay, afin d’encourager d’autres Américains à réacquérir le français de leurs ancêtres (plutôt que le français de l’Hexagone) :

      http://www.toutcanadien.com/

      • Site de La Société (ou La Societe Canadienne-Francaise du Minnesota (LSCF)) :

      http://www.chez-nous.net/aboutla.html

      • Blogue qui annonce du concert du groupe québécois Le Vent du Nord (musique traditionnelle) à Minneapolis le 29 septembre 2012 :

      http://www.outsidethewalls.org/blog/?cat=26

      Et voilà!

      J’espère que quelques-unes de ces références sauront piquer votre curiosité ou celle de vos lecteurs…

      À la prochaine!

    • @cotenord_7 Je vous remercie chaleureusement pour toutes ces suggestions! Je fouillerai le tout sans faute. Vraiment, merci beaucoup.

    • ÉTAT DU WISCONSIN

      Bonjour Mme Audet !

      Voici quelques suggestions de sujets et de sites d’intérêt en ce qui concerne le Wisconsin.

      PREMIÈRE PARTIE – OUEST DU WISCONSIN

      Si à cause de contraintes de temps vous devez demeurer relativement près de la vallée du Mississippi, je vous suggère ce qui suit :

      • La village de Somerset et la région agricole qui l’entoure, dans la vallée de la rivière St Croix (autrefois Sainte-Croix), qui ne sont pas très loin de Minneapolis-St Paul, ont été colonisés en bonne partie par des Canadiens français au 19e siècle (surtout à partir de 1850, mais il s’agit d’une région qui était auparavant connue des voyageurs et marchands de fourrure) :

      http://www.townofsomerset-wi.org/about_history.html

      http://www.stanne-somerset.org/

      http://www.wistravel.com/cities_in_wisconsin/somerset_wisconsin/

      http://saintcroixriver.com/?110670

      http://digicoll.library.wisc.edu/cgi-bin/WI/WI-idx?type=header&id=WI.IHSomersetTriple&isize=text

      • Plus au sud, dans la région de Prairie du Chien, vous devriez peut-être faire un arrêt à l’Ancien cimetière français («Old Frenchtown Cemetery») où se trouvent les sépultures de nombreux Canadiens français qui ont œuvré dans la traite des fourrures au début du 19e siècle :

      http://www.hmdb.org/marker.asp?marker=43649

      • Dans la région de Prairie du Chien, vous pourrez aussi voir la maison du Marchand de fourrures François Vertefeuille, construite vers 1810 :

      http://www.wisconsinhistory.org/hp/register/viewSummary.asp?refnum=93000142

      http://en.wikipedia.org/wiki/Francois_Vertefeuille_House

      http://content.wisconsinhistory.org/cdm4/document.php?CISOROOT=/wmh&CISOPTR=41975&CISOSHOW=41928

      • Pour d’autres sites d’intérêt à Prairie du Chien et un historique de la localité :

      http://www.prairieduchien.org/visitors/history.htm

      • Le superbe site d’histoire régionale «Upper Mississippi Brigade» contient plusieurs articles en ligne sur l’impact de la Guerre de 1812-1815 sur les Canadiens français et les Amérindiens de la région de Prairie du Chien et du Haut-Mississippi :

      http://umbrigade.tripod.com/articles.html

      Un des articles accessibles sur ce site porte sur le marchand de fourrures Jean-Baptiste Faribault :

      http://umbrigade.tripod.com/articles/jean-baptiste_spy.html

      Un autre porte sur la célébration de la Fête de la Saint-Jean-Baptiste dans cette région au début du 19e siècle :

      http://umbrigade.tripod.com/articles/jean-baptiste.html

      DEUXIÈME PARTIE – EST DU WISCONSIN

      Si le temps ne pose pas de problème et que vous pouvez de temps à autre vous éloigner de vallée du Mississippi, je vous suggère ce qui suit :

      • Il y a à Milwaukee une société généalogique qui porte le nom de «French Canadian / Acadian Genealogists of Wisconsin» et qui rejoint un bon nombre de descendants de Canadiens français et d’Acadiens. Peut-être cette société pourrait-elle identifier des personnes que vous pourriez interviewer pendant votre séjour au Wisconsin :

      http://www.fcgw.org/

      • Il convient ici de souligner que Milwaukee a été fondée par un Canadien français, Salomon Juneau (communément appelé Solomon Juneau aux États-Unis) et que le père Jacques Marquette était déjà passé dans cette région bien auparavant :

      http://www.hmdb.org/marker.asp?marker=36920

      http://www.johnfishersr.net/images_fia/fia1998apr.jpg

      http://www.johnfishersr.net/images_fia/fia1999nov.jpg

      • Chose cocasse, on trouve aussi à Milwaukee une chapelle française du Moyen-Âge, la chapelle Sainte-Jeanne D’Arc, qui a été achetée par une richissime Américaine dans les années 1920 et trasnportée ensuite pour être installée sur le sol américain :

      http://www.johnfishersr.net/images_fia/fia1991may.jpg

      • À 150-200 km au nord de Milwaukee, le village côtier de Two Rivers commémore le rôle important que les familles pionnières canadiennes-françaises ont joué au 19e siècle dans le développement des importantes pêches commerciales sur le lac Michigan. Le premier des deux sites suivants donne le nom des familles impliquées, dont certaines sont encore actives dans le domaine de la pêche aujourd’hui :

      http://www.rogersstreet.com/historic-district/index.html

      http://communitylink.com/us/wi/manitowoc/profile/history.htm

      • Et dans la région de Green Bay, on trouve des traces de la présence de coureurs de marchands de fourrure comme Joseph Roi (ou Roy) et d’explorateurs comme Jean Nicolet, le missionnaire Claude Alloez et Nicolat Perrot :

      http://www.hmdb.org/marker.asp?marker=43823

      http://www.johnfishersr.net/images_fia/fia1985jul.jpg

      http://www.johnfishersr.net/images_fia/fia1992aug.jpg

      TROISIÈME PARTIE – AUTRES RENSEIGNEMENTS

      • Je vous ai déjà mentionné le très beau site «Wisconsin’s French Connections» que Ken Fleurant de l’Université du Wisconsin à Green Bay a maintenu de 1998 à 2001 :

      http://www.uwgb.edu/wisfrench/

      Pour un résumé en français de l’histoire française et canadienne-française du Wisconsin (ou Ouisconsin !!!), visitez la page suivante :

      http://www.uwgb.edu/wisfrench/sommaire/index.htm

      • La Wisconsin Historical Society a un très beau site qui décrit l’histoire de l’état. La lecture des rubriques suivantes pourraient vous intéresser, ainsi que vos lecteurs :

      http://www.wisconsinhistory.org/topics/shorthistory/ancient.asp («Ancient Land and First People»)

      http://www.wisconsinhistory.org/topics/shorthistory/furtrade.asp («The Fur Trade Era: 1650s to 1850s»)

      http://www.wisconsinhistory.org/topics/shorthistory/territory.asp («The Territorial Era: 1787-1848»)

      Lors de votre voyage, vous pourrez peut-être demander à certains de vos interlocuteurs américains ce qu’ils pensent du sort qui a été réservé à une bonne partie des Amérindiens dont le territoire traditionnel se trouvait à l’est du Mississippi, et qui ont été relocalisés de force dans des réserves dispersées se trouvant à des centaines de kilomètre à l’ouest et au sud-ouest, aussi loin que le Kansas et l’Oklahoma.

      Encore une fois, j’espère que quelques-unes de ces références sauront piquer votre curiosité ou celle de vos lecteurs…

      À la prochaine!

    • ÉTAT DE L’IOWA

      Bonsoir Mme Audet !

      Voici quelques suggestions de sujets et de sites d’intérêt en ce qui concerne l’Iowa.

      Je crois que deux thèmes relatifs au patrimoine de l’Amérique française méritent d’être soulignés ici :

      1) Joseph Dubuque, fondateur de la ville de Dubuque; et

      2) Antoine LeClaire, fondateur de la ville de Davenport.

      JOSEPH DUBUQUE ET LA VILLE DE DUBUQUE, IOWA

      Julien Dubuque (1762-1810), né à Champlain en Mauricie, est considéré comme le premier colon à s’être installé dans la région de Dubuque, vers la fin des années 1780. Comme beaucoup de ces Canadiens français voyageurs et marchands de fourrure qui connaissaient une vie aventureuse au contact des Amérindiens un peu partout sur le continent nord-américain, il suscite beaucoup de respect chez les Américains d’aujourd’hui.

      • Biographie de Julien Dubuque :

      http://en.wikipedia.org/wiki/Julien_Dubuque

      • Autre biographie de Julien Dubuque :

      http://iagenweb.org/history/IHFC/IHFCBk1Pt1Chp1-2Bio.htm

      • Biographie de Pierre-Jean-Mathias Loras (1792-1858), prêtre français qui devint en 1837 le premier évêque de Dubuque :

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Mathias_Loras

      http://en.wikipedia.org/wiki/Mathias_Loras

      • Histoire de Dubuque, Iowa :

      http://en.wikipedia.org/wiki/Dubuque,_Iowa#History

      • Pour vous montrer à quel point Julien Dubuque suscite de l’intérêt dans cette région, il y a même eu dans les dernières années un projet de reconstitution de son visage à partir de son crâne, que l’on a temporairement emprunté à sa sépulture…

      http://www.behance.net/gallery/Historical-Project-Julien-Dubuque-Reconstruction/4380341

      • Plaque «Julien Dubuque» et site de la sépulture de Julie Dubuque :

      http://www.hmdb.org/marker.asp?marker=43130

      • Plaque «Historic Dubuque» (Historical Marker Database) :

      http://www.hmdb.org/marker.asp?marker=43634

      • Maison Louis Arriendeaux (construite vers 1827), Dubuque County, Iowa :

      http://www.hmdb.org/marker.asp?marker=43131

      ANTOINE LECLAIRE (1797-1851) ET LA VILLE DE DAVENPORT, IOWA

      Vous aimerez peut-être l’histoire du Métis polyglotte Antoine LeClaire (1797-1851), qui a servi comme interprète auprès des Amérindiens pour l’armée des États-Unis pendant la guerre de 1812-1815, et qui a par la suite été le fondateur de Davenport (Iowa) et un grand propriétaire foncier de ce qui est maintenant la région des Quad Cities (qui sont en fait maintenant cinq villes : Davenport et Bettendorf (en Iowa) et Rock Island, Moline et East Moline (en Illinois)).

      Même si de toute évidence Antoine LeClaire était un homme remarquable par ses talents, il était absolument impossible dans la culture remplie de stéréotypes et de préjugés qui caractérisait son époque, de donner son nom à la nouvelle ville de Davenport, car LeClaire avait du sang amérindien, portait un patronyme français et était catholique… Mais on a par la suite donné le nom de LeClaire à une autre localité de l’Iowa ainsi qu’à un parc de Davenport.

      Voici quelques références à son sujet :

      • Article en anglais de Wikipedia sur Antoine LeClaire :

      http://en.wikipedia.org/wiki/Antoine_LeClaire

      • Biographie d’Antoine LeClaire sur le site de la Davenport Public Library :

      http://www.davenportlibrary.com/genealogy-and-history/local-history-info/the-people/antoine-leclaire/

      • Site historique de la maison d’Antoine LeClaire à Davenport :

      http://www.cityofdavenportiowa.com/egov/apps/locations/facilities.egov?path=details&id=85

      • Sacred Heart Cathedral, Davenport, Iowa. L’église originale avait pour nom Sainte-Marguerite, en l’honneur de Marguerite LaPage (probablement une corruption de Lepage), une Métisse qui était la petite-fille d’un chef de la tribu amérindienne des Sacs :

      http://en.wikipedia.org/wiki/Sacred_Heart_Cathedral_(Davenport,_Iowa)

      • St Anthony’s Catholic Church (autrefois église Saint-Antoine), Davenport, Iowa

      http://en.wikipedia.org/wiki/St._Anthony%27s_Catholic_Church_(Davenport,_Iowa)

      • Mount Calvary Cemetary, Davenport, Iowa (connu à l’origine sous le nom de cimetière Sainte-Marguerite) :

      http://en.wikipedia.org/wiki/Mount_Calvary_Cemetery_(Davenport,_Iowa)

      • Biographie du missionnaire Jean-Antoine-Marie Pelamourgues (1807-1875) (un des premiers prêtres de Davenport) :

      http://en.wikipedia.org/wiki/J.A.M._Pelamourgues

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Antoine-Marie_Pelamourgues

      • Histoire de Davenport, Iowa :

      http://en.wikipedia.org/wiki/Davenport,_Iowa#History

      • Histoire de la ville de LeClaire, Iowa :

      http://www.leclaireiowa.gov/History.htm

      Et voilà pour l’Iowa.

      À la prochaine!

    • PETIT DÉTOUR VIRTUEL PAR L’INDIANA…

      J’emploie ici le qualificatif «virtuel», car je ne crois pas que vous aurez le temps de faire un long détour vers l’état de l’Indiana, compte tenu de votre itinéraire ambitieux dans la vallée du Mississippi.

      Toutefois, afin de mieux vous aider à comprendre l’histoire des liens historiques qui lient la vallée du Saint-Laurent de l’époque de la Nouvelle-France et du début du 19e siècle à la région des Grands lacs et à la vallée du Mississippi, je vous encourage à visionner la vidéo d’une conférence d’une durée d’un peu plus de 90 minutes (1 h 30 ) qu’a donnée (probablement en 2011) la professeure d’université Randa Duvick à un groupe d’adultes du nord-ouest de l’Indiana, sur l’histoire de la Nouvelle-France et le rôle que les «Canadiens» (plus tard connus comme les «Canadiens français») ont joué dans l’exploration et la colonisation de la région :

      http://www.youtube.com/watch?v=tIUcf3LOzUs&feature=related

      Madame Duvick parle fréquemment d’un certain Joseph Bailly (souvent prononcé «Joseph Bailey» dans cette région) au cours de son exposé.

      Honoré Gratien Joseph Bailly de Messein (1774-1835) est né à Verchères au Québec et est devenu un important marchand de fourrures dans la région des Grands lacs.

      Pour en savoir plus sur cet homme remarquable qui a bourlingué un peu partout autour des Grands lacs, et qui a une nombreuse descendance dans la région résultant de ses unions successives avec au moins deux femmes amérindiennes et une femme métisse, ainsi que sur le Joseph Bailly Homestead (situé sur la rivière Petit Calumet, près de Porter, Indiana), qui est classé monument historique, suivez les liens suivants :

      http://en.wikipedia.org/wiki/Joseph_Bailly

      http://www.biographi.ca/009004-119.01-f.php?&id_nbr=2743&PHPSESSID=16eds681irmgmdga80erb2dd40

      http://en.wikipedia.org/wiki/Joseph_Bailly_Homestead

      http://tps.cr.nps.gov/nhl/detail.cfm?ResourceId=9&ResourceType=District

      http://pdfhost.focus.nps.gov/docs/NHLS/Text/66000005.pdf

      http://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Joseph_Bailly_Homestead

      Comme je l’ai mentionné plus haut, je ne crois pas que vous aurez le temps de faire le détour vers l’Indiana pour rencontrer Madame Duvick ou visiter le Joseph Bailly Homestead.

      Cependant, il vous serait peut-être utile de l’interviewer dans le cadre de votre reportage.
      Madame Duvick parle évidemment un excellent français, et la République française lui a même décernée en 2010 le titre de Chevalier de l’Ordre des Palmes académiques.

      Voici quelques liens qui vous permettront d’en savoir plus sur cette femme remarquable, qui joue depuis des années un rôle capital dans la diffusion du savoir sur l’histoire que certains des nôtres ont joué dans cette région il y a maintenant plus de 200 ans :

      http://www.valpo.edu/foreignlanguages/faculty/duvick.pdf

      http://www.youtube.com/watch?v=n5ItVRY3BN8&feature=related

      http://www.valpo.edu/ (site Internet de la Valparaiso University)

      J’espère sincèrement que ces quelques références et conseils vous seront utiles…

      À la prochaine…

    • ILLINOIS

      Bonsoir Madame Audet !

      Voici maintenant quelques observations et références concernant l’état de l’Illinois.

      PARTIE I – RÉFÉRENCES GÉNÉRALES SUR LA PRÉSENCE FRANÇAISE

      • Je vous rappelle que la Newberry Library de Chicago a une superbe exposition numérique en ligne intitulée «French Canadian in the Midwest». Suivez le lien suivant :
      http://publications.newberry.org/digitalexhibitions/exhibits/show/canadians/earlychicago

      Suggestion: Le parcours religieux controversé du curé catholique apostat Charles Chiniquy, qui fit scandale dans le Québec de l’époque, et qui finit par se réfugier en Illinois avec des disciples du Québec, pour finir par apostasier la foi catholique et devenir pasteur de l’Église presbytérienne, pourrait être un bon sujet d’article. Pendant son séjour en Illinois, Chiniquy eut pour avocat Abraham Lincoln lorsque des représentants de l’Église catholique le poursuivirent en justice. Comme point de départ, je vous réfère à une page de l’exposition en ligne de la Newberry Library :

      http://publications.newberry.org/digitalexhibitions/exhibits/show/canadians/chiniquy

      • Illinois History Teacher, Volume 12:2 (2005). Excellente référence en ligne, thèmes : présence française et canadienne-française en Illinois. Remarque : à partie de l’hyperlien qui suit, il est possible d’accéder à au moins 5 articles en ligne, plus une bibliographie, etc. :

      http://www.lib.niu.edu/2005/iht12205tc.html

      • Article «French and French Canadians», Encyclopedia of Chicago :

      http://www.encyclopedia.chicagohistory.org/pages/488.html

      PARTIE II – RIVE GAUCHE (EST) DU MISSISSIPPI – ÉTABLISSEMENTS ET PERSONNAGES DE L’ÉPOQUE COLONIALE FRANÇAISE

      Dans leur «Histoire de l’Amérique française» (Flammarion, 2003),les historiens français Gilles Havard et Cécile Vidal parlent de six villages établis dans le Haut-Mississippi vers les années 1740 : Cahokia, Kaskaskia, Chartres, Saint-Philippe et Prairie du Rocher, sur la rive gauche (côté est) du Mississippi (dans l’Illinois actuel), et Sainte-Geneviève, sur la rive droite (côté ouest) du Mississippi (dans le Missouri actuel).

      Les populations de ces villages étaient probablement beaucoup plus métissées que celles des villages de la vallée du Saint-Laurent, à cause de la grande proximité et de la relative collaboration entre les colons français ou canadiens-français (provenant de la vallée du Saint-Laurent), leurs esclaves noirs (et parfois des Noirs libres), et les autochtones (dont un certain nombre étaient aussi des esclaves…). Il y avait aussi un établissement français important au Fort Vincennes, maintenant Vincennes, Indiana.

      Après le Traité de Paris de 1763, les populations françaises, canadiennes-françaises et métissées de ces localités sont majoritairement demeurées sur place, même s’il y a eu une certaine migration vers la rive ouest du Mississippi à mesure que des colons provenant des colonies (par suite des états) de la côte atlantique migraient vers l’intérieur du continent.

      • Vue d’ensemble :

      http://en.wikipedia.org/wiki/Illinois_Country

      • Center for French Colonial Studies – Centre pour l’étude du Pays des Illinois (situé à St Louis (Missouri) mais le contenu de ce site concerne beaucoup l’Illinois):

      http://frenchcolonialstudies.org/index.shtml

      • Visitors Guide to French Colonial Country of the Middle Mississippi River Valley :

      http://www.greatriverroad.com/frchome.htm

      • Public Partnerships: French Colonial Heritage Project (Illinois State Archeological Project) :

      http://www.isas.illinois.edu/public_engagement/french_colonial.shtml

      • The French Colonial District – Fort de Chartres :

      http://www.ftdechartres.com/articles/article/6007979/101608.htm

      • French Colonial Period in Illinois (albums de photos, Illinois in Focus):

      http://www.illinoisinfocus.com/french-colonial.html

      • Pierre Ménard (1766-1844, né à at St. Antoine-sur-Richelieu) – Premier lieutenant –gouverneur de l’état de l’Illinois, personnage fort intéressant :

      http://en.wikipedia.org/wiki/Pierre_Menard

      • Pierre Ménard Home (Kaskaskia, Illinois), Illinois Historic Preservation Agency :

      http://www.illinoishistory.gov/hs/pierre_menard.htm

      • Pierre Ménard, Illinois History (décembre 1993) :

      http://www.lib.niu.edu/1993/ihy931215.html

      • Pierre Ménard Home :

      http://www.randolphcountyillinois.net/sub64.htm

      • Lieu de sépulture, Pierre Ménard (site « Find A Grave ») :

      http://www.findagrave.com/cgi-bin/fg.cgi?page=gr&GRid=31876261

      PARTIE III – RÉGION DE CHICAGO ET EÉGION DE LA VALLÉE DE LA RIVIÈRE KANKAKEE

      Je ne crois pas que vous aurez le temps de faire un détour vers Chicago et la région de Bourbonnais-Kankakee, dans le nord-ouest de l’Illinois.

      Cependant, je crois que vous serez intéressée de savoir qu’il y a dans ces deux secteurs un patrimoine canadien-français non négligeable (mais sans doute peu visible à Chicago, sauf pour des noms de rues).

      Dans la région des Grands lacs, l’établissement français le plus important de la période coloniale était le Fort Détroit, fondé en 1742, dont les environs comptaient probablement plus de 800 habitants canadiens-français en 1763, avec des Métis et des autochtones dans les alentours, qui vivaient de l’agriculture et de la traite des fourrures.

      Il y avait alors des postes de traite un peu partout autour des Grands lacs, en particulier au sud du lac Michigan, dans la région de Chicago et à l’embouchure de rivières dans les états actuels de l’Illinois, de l’Indiana et du Michigan :

      http://www.encyclopedia.chicagohistory.org/pages/488.html

      http://www.youtube.com/watch?v=tIUcf3LOzUs

      Au tournant du 18e siècle et du 19e siècle, Chicago et sa région étaient essentiellement peuplées par des Métis (en majeure partie francophones) et des autochtones.

      Après la Guerre de 1812-1815, cependant, l’arrivée massive de colons américains dont une bonne partie étaient hostiles aux «Indiens» (et aux Métis) a provoqué la migration — forcée ou non — de la plupart des autochtones et des Métis de la région, vers des territoires situés plus à l’ouest :

      http://www.encyclopedia.chicagohistory.org/pages/818.html

      Le «repeuplement» partiel de Chicago et d’autres régions de l’Illinois (ex. région de Bourbonnais-Kankakee) par des Canadiens français en provenance du Québec s’est fait surtout après la fin de la Guerre civile.

      Mais cette nouvelle population canadienne-française, qui disposait de paroisses nationales (avec églises et écoles françaises), a été submergée par l’immigration massive provenant d’Europe et des états de la côte est, et l’usage de la langue française a progressivement diminué, même dans les institutions canadiennes-françaises que constituaient les églises, les écoles et les hôpitaux catholiques de la région.

      Sur ces sujets, les sites suivants pourraient vous intéresser :

      • Brighton Park (ancien quartier «canadien-français» de la région de Chicago.

      http://www.encyclopedia.chicagohistory.org/pages/168.html

      • Blogue d’une branche de la famille Morissette installée à Chicago, qui donne une decsription des anciennes églises «nationales» canadiennes-françaises de la ville :

      http://www.lynsweb.com/morissettebaptisms.html

      • Site de la « Bourbonnais Grove Historical Society », située à Bourbonnais, dans la vallée de la rivière Kankakee, en Illinois (à environ 100 km au sud de Chicago), où se sont établis de nombreux Canadiens français au 19e siècle, y compris le fameux prêtre catholique apostat Charles Chiniquy, qui fit scandale dans le Québec profondément catholique du milieu du 19e siècle.

      http://www.bourbonnaishistory.org/

      Si vous visitez ce site, je vous conseille en particulier d’aller jeter un coup d’œil sur la page « French Canadian Interview Project » et sur la page « Le Journal du Village » (qui malgré son titre est rédigé en anglais), où l’on peut consulter plusieurs numéros de ce périodique en format PDF.

      • Un French Heritage Museum a été inauguré à Kankakee en mars 2011. L’un de ses deux principaux promoteurs est Monsieur Charles Balesi, un Américain d’origine français qui a enseigné dans une université de Chicago et qui a beaucoup écrit sur le patrimoine français du Midwest. Je crois que Monsieur Balesi pourrait être un témoin fort utile pour votre série d’articles sur la région. Les liens suivants vous permettront d’en savoir plus :

      http://www.kankakeecountymuseum.com/Site_2/French_Heritage_Museum.html

      http://www.mri.gouv.qc.ca/portail/_scripts/ViewEvent.asp?EventID=9875&strIdSite=chi&lang=en

      http://www.kcc.edu/radio/programs/Pages/localnews.aspx . Remarque : sur cette page, cliquez sur l’hyperlien «French-Canadian history museum planned for Kankakee» et vous pourrez entendre une entrevue sur le projet de musée, donnée par Charles Balesi et Vic Johnson.

      J’espère que ces renseignements vous seront utiles.

      Bonne chance dans votre préparation, et à la prochaine !

    • ILLINOIS – LA DANSEUSE, CHORÉGRAPHE ET MILITANTE KATHERINE DUNHAM

      Je vous soumets maintenant un autre sujet possible de reportage qui concerne une grande artiste américaine maintenant décédée, Katherine Dunham, qui était originaire de l’Illinois et qui avait vraisemblablement des racines canadiennes-françaises.

      Katherine Dunham constitue un exemple intéressant de métissage entre Afro-américains et Américains de descendance européenne. Elle fut une célèbre danseuse, chorégraphe et anthropologue afro-américaine, mais aussi une militante pour les droits des Afro-américains et des Haïtiens.

      Elle est née dans la région de Chicago en 1909 et est décédée à New York en 2006, après avoir aussi habité la ville de East St Louis, aussi située en Illinois, sur la rive est du Mississippi, en face de St Louis (Missouri).

      Katherine Dunham est admirée dans le milieu de la danse des États-Unis et dans le milieu culturel afro-américain, en particulier parce qu’elle a été la créatrice du style Black Dance et qu’elle a permis à de nombreux Afro-américains de renouer avec leurs racines culturelles, en partie à cause des études qu’elle a réalisées sur le terrain en Haïti et dans les Caraïbes dans les années 1930, alors qu’elle était étudiante en anthropologie à l’Université de Chicago.

      Mme Dunham a reçu les surnoms de «Queen Mother of Black Dance» et de «Matriarch of Black Dance».

      Le père de Katherine Dunham était Afro-américain, mais il se trouve que la plupart des biographies en ligne de K. Dunham indiquent que sa mère, Fanny June Dunham (née Taylor) était d’origine canadienne- française (certaines biographies en ligne indiquent que Fanny June Taylor avait en fait des origines canadiennes-françaises et autochtones).

      Malheureusement, les biographies en ligne sur Katherine Dunham ne donnent pas beaucoup de détail sur sa mère, qui est morte alors que Katherine Dunham n’avait que 4 ans. Il est plausible de penser que Fanny June Dunham (née Taylor) était issue d’une des communautés canadiennes-françaises établies de longue date dans la région de Chicago ou en Illinois, ou issues du grand mouvement migratoire de la fin du 19e siècle, et qui se sont progressivement fondues dans le grand «melting pot» américain au cours du 19e et du 20e siècles.

      Voici quelques liens qui pourront vous permettre d’en savoir plus sur cette grande artiste, et qui pourront peut-être aussi intéresser certains de vos lecteurs :

      http://en.wikipedia.org/wiki/Katherine_Dunham

      http://kdcah.org/katherine-dunham-biography/

      http://www.blackpast.org/?q=aah/dunham-katherine-1909-2006

      http://www.eslarp.uiuc.edu/kdcah/katherinedunham/biography.html

      http://www.mohistory.org/lrc/collections/objects/Katherine-Dunham

      Et sur YouTube :

      http://www.youtube.com/watch?v=W23MYjH92co

      http://www.youtube.com/watch?feature=fvwp&v=2jsiqFtLDp4&NR=1

      http://www.youtube.com/watch?v=7vyx6ue7K6o&feature=related

      Madame Katherine Dunham a aussi milité pour les droits des Noirs américains à l’époque de la lutte pour les droits civils, et elle a fait plusieurs gestes médiatisés, dont une grève de la faim (à l’âge de 82 ans…) visant à protester contre la politique des États-Unis à l’égard des «boat people» haïtiens, en 1992.

      J’espère que cette suggestion sera utile.

      À bientôt !

    • ILLINOIS – LE CAPITAINE RYAN BEAUPRE DU VILLAGE DE SAINTE-ANNE, L’UN DES PREMIERS MILITAIRES AMÉRICAINS MORTS EN IRAK EN 2003

      Dans le premier billet de cette série, «Embarquez avec nous» (24 août), vous avez écrit :

      «L’idée est venue d’une discussion entre collègues. Quel serait le meilleur moyen de (re)découvrir l’Amérique, en pleine élection présidentielle ? Entre le rappel des troupes d’Irak, les déchirements sur le système de santé et l’économie toujours en dents de scie, les histoires abondent.»

      À tout hasard, je vous fais une suggestion qui ne sera peut-être pas réalisable, mais qui mérite peut-être d’être considérée.

      Si vous voulez aborder la question de la guerre d’Irak tout en faisant un lien avec nos liens historiques avec la région du Midwest, peut-être pourriez-vous traiter du sort funeste du capitaine Ryan Beaupre (sans accent aigu sur le dernier «e» du patronyme), un pilote d’hélicoptère du U.S. Marine Corps qui est mort à l’âge de 30 ans, dans les premières heures de l’invasion américaine de l’Irak.

      Ryan Beaupre était co-pilote d’un hélicoptère CH-46E Sea Knight qui s’est écrasé dans l’Opération Iraqi Freedom le 20 mars 2003, soit le premier jour où les États-Unis ont subi des pertes dans le conflit contre le régime de Saddam Hussein.

      Ryan Beaupre était originaire du village de Ste Anne, Illinois, dans la région de la vallée de la rivière Kankakee, où un grand nombre de Canadiens français se sont établis comme agriculteurs au 19e siècle à l’instigation du marchand de fourrures Noël LeVasseur (1798-1879, né à Saint-Michel de Yamaska), qui avait lui-même pris la relève de François Bourbonnais (1787- ????, né à Beauharnois). Le village de Ste Anne est aussi l’endroit où le controversé curé Charles Chiniquy (1809-1899) s’est exilé (ou a été exilé…) vers 1851 après avoir scandalisé ses supérieurs et l’opinion publique du Québec du milieu du 19e siècle.

      Par une coïncidence extraordinaire, le pilote de l’hélicoptère CH-46E qui s’est écrasé était aussi un Américain de descendance canadienne-française. Il s’agissait du major Jay Thomas Aubin, originaire de Waterford au Maine, qui est lui aussi mort dans l’écrasement, comme les 2 autres occupants de l’appareil. Ces quatre militaires sont considérés comme les premiers morts américains de la Guerre d’Irak, et le président Obama les a mentionnés dans son allocution du Memorial Day, le 28 mai 2012 :

      http://www.defense.gov/news/newsarticle.aspx?id=116516

      Si ce sujet vous intéresse, je vous conseille d’aller consulter un des derniers commentaires que j’ai inscrits dans un billet de Monsieur Richard Hétu en date du 27 novembre 2011, dont voici le lien :

      http://blogues.lapresse.ca/hetu/2011/11/27/new-hampshire-un-appui-de-taille-pour-gingrich/

      Mon commentaire est horodaté «28 novembre 2011 22h46 ». Vous y trouverez un certain nombre de liens qui sont encore valides et qui vous donneront des renseignements complémentaires. J’ajoute à ces liens celui de la rubrique du site «findagrave.com» pour la sépulture de Ryan Beaupre :

      http://www.findagrave.com/cgi-bin/fg.cgi?page=gr&GRid=7281416

      Il s’agit d’un sujet sensible, car je crois que les parents de Ryan Beaupre ont vécu très difficilement la mort de leur fils. Mais j’ai l’impression que vous pourriez traiter d’un sujet comme celui-là avec délicatesse.

      Par ailleurs, le village de Ste Anne se trouve à environ 350 km à l’est du Mississippi, et j’ignore si vous disposerez de suffisamment de temps pour vous écarter ainsi de votre trajet principal. Voici un lien qui vous mènera vers l’article anglais de Wikipedia sur le village de Ste Anne (écrit «St. Anne» en anglais) :

      http://en.wikipedia.org/wiki/St._Anne,_Illinois

      Il serait peut-être cependant possible de traiter de ce sujet si vous étiez en mesure de prendre 2 à 3 jours (déplacements compris) pour aller interviewer quelques descendants des Canadiens français qui se sont installés dans la vallée de la Kankakee au 19e siècle…

    • MISSOURI

      Bonjour !

      Voici mes suggestions pour l’état du Missouri :

      • La carte suivante va vous donner une idée des établissements qui existaient à la fin du 18e siècle :

      http://www.johnfishersr.net/images_fia/fia1996may.jpg

      • Portage des Sioux :

      L’histoire de Félicité Motier (1780-1873) devrait vous intéresser et ce serait intéressant d’approfondir ce sujet avec un historien local :

      http://www.johnfishersr.net/images_fia/fia1990mar.jpg

      • Région de Saint-Louis

      D’après les recherches que j’ai faites, la ville de Saint-Louis a peu ou pas d’édifices qui datent de l’époque des premiers colons français et canadiens-français qui ont fondé la ville en 1764 (alors que la Louisiane était devenue colonie espagnole), mais les noms de rues et de certains bâtiments du 19e siècle dans les localités de la région reflètent bien la forte influence française et canadienne-française de cette époque :

      http://www.johnfishersr.net/images_fia/fia1989feb.jpg

      http://www.johnfishersr.net/images_fia/fia1996aug.jpg

      http://www.johnfishersr.net/images_fia/fia2002nov.jpg

      • Le Center for French Colonial Studies – Centre pour l’étude du Pays des Illinois est basé à St Louis (Missouri) :

      http://frenchcolonialstudies.org/index.shtml

      Voyez aussi les patronymes qui figurent sur cette page du site de la ville de Florissant, située dans la banlieue nord de Saint-Louis :

      http://www.florissantmo.com/Local/Historic/historicSites.shtml

      • Région de Sainte-Geneviève

      D’après les recherches que j’ai faites, la localité de Sainte-Geneviève comporte encore un patrimoine bâti français important et le met en valeur :

      http://www.greatriverroad.com/SteGenHome.htm

      http://visitstegen.com/about/culture-french.html

      http://en.wikipedia.org/wiki/Louis_Bolduc_House

      http://www.youtube.com/watch?v=5UfnLI4v-Ag

      http://www.johnfishersr.net/images_fia/fia1996sep.jpg

      L’esclavage a été pratiqué dans cette région à l’époque coloniale. L’esclavage ne concernait pas que les esclaves noirs africains mais aussi un certain nombre d’esclaves amérindiens provenant de tribus qui s’opposèrent à un moment ou à un autre aux Français (ex. les textes d’époques en français évoquent fréquemment des esclaves panis (en anglais, on écrirait « Pawnees »). Si ça vous intéresse, le site stegenevieve.net («Ste. Genevieve Co, Missouri historical and genealogical resources ») affiche la traduction anglaise d’un recensement des esclaves amérindiens de Sainte-Geneviève en 1770 (en précisant le nom des propriétaires des esclaves) :

      http://stegenevieve.net/123/1770-census-indian-slave/

      Dans cette liste, vous verrez que plusieurs (sinon la plupart) de ces esclaves amérindiens étaient des Panis (en anglais, « Pawnees »).

      Et je vous rappelle que deux livres traitent de l’histoire de cette région à l’époque coloniale :

      a) Bonnie Stepenoff, « From French Community to Missouri Town : Ste. Genevieve in the Nineteenth Century », University of Missouri Press, 2006. Porte sur l’histoire du village de Sainte-Geneviève (Missouri) de l’époque où il s’agissait essentiellement d’un village canadien-français jusqu’à ce que l’immigration des états de l’est (colons anglophones) et en provenance d’Europe (beaucoup d’immigrants allemands) change le caractère ethnoculturel de ce village.

      Lien vers la description du livre sur le site de l’éditeur :

      http://press.umsystem.edu/product/From-French-Community-to-Missouri-Town,991.aspx

      b) Carl J. Ekberg, « Francois Vallé and His World : Upper Louisiana before Lewis and Clark ». Porte sur François Vallé ou Vallée (1716-1783), humble colon analphabète de la région de Beauport près de Québec, qui s’est établi dans la vallée du Mississippi au début des années 1740, où il est devenu un des pionniers les plus riches et les plus influents (il a même été propriétaire d’esclaves…).

      Lien vers la description du livre sur le site de l’éditeur :

      http://press.umsystem.edu/product/Francois-Vall%C3%A9-and-His-World,672.aspx

      • La Vieille Mine

      Comme je vous l’ai déjà indiqué, au Missouri, dans la région de la Vieille Mine (Old Mines), l’ancienne communauté d’origine canadienne-française (issue des colons de la vallée du Saint-Laurent) a même gardé un certain caractère distinct :

      http://video.optv.org/video/1392954094/

      http://omahs.weebly.com/

      http://www.facebook.com/oldmines

      On ne devait pas être très riche autrefois à la Vieille Mine. Comme on peut le voir sur cette photo :

      http://www.johnfishersr.net/images_fia/fia1985apr.jpg

      Et comment se déguisait-on pour fêter La Guignolée à La Vieille Mine autrefois ?

      http://www.johnfishersr.net/images_fia/fia1996dec.jpg

      • Cap Girardeau

      Cap Girardeau a été fondée par Pierre-Louis de Lorimier (souvent appelé simplement Louis Lorimier aux États-Unis), un Canadien qui est né dans la région de Montréal (peut-être à Lachine, peut-être à Saint-Étienne de Beauharnois) en 1748 et qui est mort en 1812, il y 200 ans cette année.

      Lors de la Guerre d’indépendance des États-Unis, Louis Lorimier et ses partenaires autochtones chaouanons («Shawnees» en anglais) oeuvraient dans la traite des fourrures dans la vallée de l’Ohio et le long de la rivière Ouabache (maintenant Wabash), près du Fort Miami (région de l’actuelle ville de Fort Wayne, Indiana).

      Louis Lorimier prit le parti des Britanniques lors de la Guerre d’indépendance et en mesure de représailles, les rebelles américains dirigés par le général Anthony Wayne ravagèrent ses postes de traite et l’obligèrent à fuir la région.

      Louis Lorimier et ses alliés chaouanons se réfugièrent dans la Louisiane (devenue colonie espagnole en 1763) et ils s’établirent à Cap Girardeau, sur la rive ouest du Mississippi.

      Les habitants de Cap Girardeau ont commémoré le 200e anniversaire de la mort de Louis Lorimier un peu plus tôt cette année, comme vous pouvez le constater en lisant les deux premières références qui suivent (deux articles du SouthEast Missourian) :

      http://www.semissourian.com/story/1819945.html

      http://www.semissourian.com/blogs/pavementends/entry/48126/

      http://www.orgsites.com/mo/redhouseinterpretivecenter/

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Lorimier

      http://en.wikipedia.org/wiki/Louis_Lorimier

      La maison d’édition québécoise Septentrion vient de publier un ouvrage intitulé « Journaux de Pierre-Louis de Lorimier, 1777-1795 ».

      Pour en savoir plus sur le livre, auquel ont collaboré l’Américaine Linda Clark Nash, une a passionnée d’histoire coloniale française et espagnole, et l’historien québécois Fernand Grenier, suivez ce lien :

      http://www.septentrion.qc.ca/catalogue/Livre.asp?id=2135

      À partir de ce site, il est possible de feuilleter quelques pages du livre.

      Selon le résumé du livre, une des épouses successives de Lorimier, Charlotte Penampied Bougainville, était d’origine chaouanon («Shawnee»). D’après son nom, il est possible qu’elle ait été en fait une Métisse.

      C’est dans cette région que Lewis et Clark ont recruté une bonne partie de leur brigade de voyageurs canadiens-français et métis qui étaient familiers avec le territoire à l’ouest du Mississippi, et qui leur ont permis d’effectuer leur voyage d’exploration vers l’Oregon, de 1804 à 1806 :

      http://www.visitcape.com/RedHouse.aspx

      http://www.johnfishersr.net/images_fia/fia2001sep.jpg

      Bonne journée !

    • KENTUCKY

      Bonjour !

      Voici mes suggestions concernant l’état du Kentucky :

      • L’importance de l’immigration de Français (dont un bon nombre de protestants huguenots) à Louisville, Kentucky, aux 17e et 18e siècles :

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_des_Fran%C3%A7ais_%C3%A0_Louisville

      http://en.wikipedia.org/wiki/History_of_the_French_in_Louisville

      http://www.aflouisville.org/

      http://www.louisvillewaterfront.com/park/history/

      • La statue du roi Louis XVI à Louisville, Kentucky :

      http://www.johnfishersr.net/images_fia/fia1993jan.jpg

      Question : est-ce que les passants d’aujourd’hui (Monsieur et Madame Tout-le-monde) savent de qui il s’agit?

      À bientôt !

    • TENNESSEE

      Je vous envoie maintenant une couple de suggestions et de pistes concernant l’état du Tennessee :

      • La plaque et le monument dédiés à Jacques Timothée Boucher de Montbrun (connu sous le nom de Timothy Demonbreun aux États-Unis), à Nashville, Tennessee. Jacques Timothée Boucher de Montbrun (1747-1826), explorateur et marchand de fourrures canadien, est né à Montréal et est considéré comme le premier pionnier européen de la région de Nashville. Il était le petit-fils de Pierre Boucher de Boucherville. Il a joint les rebelles américains lors de la Guerre d’indépendance des États-Unis. Il a aussi eu deux familles simultanément : une à Nashville et une au Fort Kaskaskia (dans l’Illinois actuel).

      http://www.hmdb.org/marker.asp?marker=24386

      http://homepage.interaccess.com/~panther/jacques.htm

      http://en.wikipedia.org/wiki/Timothy_Demonbreun

      http://www.waymarking.com/waymarks/WM2XW9_Jacques_Timothe_Boucher_De_Montbrun_Timothy_Demonbreun

      • La plaque qui marque le lieu d’une grotte où Jacques Timothée Boucher de Montbrun (alias «Timothy Demonbreun») a trouvé refuge lorsqu’il a été attaqué par des Amérindiens. Cette plaque est située à Nashville :

      http://www.hmdb.org/marker.asp?marker=24221

      À +

    • ARKANSAS

      Voici maintenant quelques suggestions et pistes concernant l’état de l’Arkansas:

      • Le site probable du Poste des Arkansas (établissement fondé lors de la période coloniale française), au «Arkansas Post Memorial», à Little Rock, Arkansas :

      http://www.nps.gov/arpo/index.htm

      http://www.nps.gov/arpo/historyculture/index.htm

      http://www.arkansasstateparks.com/arkansaspostmuseum/

      http://www.johnfishersr.net/images_fia/fia1995jul.jpg

      http://en.wikipedia.org/wiki/Arkansas_Post_National_Memorial

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Poste_Arkansas

      • La plaque commémorant l’emplacement de la maison («cabane») construite en 1818 par le pionnier d’origine française (ou canadienne ?) Joseph Bonne, à Pine Bluff, Jefferson County, Arkansas

      http://www.hmdb.org/marker.asp?marker=30576

      http://www.oldstatehouse.com/collections/classroom/arkansas_news.aspx?issue=30&page=3&detail=428

      http://www.geocaching.com/challenges/CX5AD_Joseph_Bonne_Cabin

      • Des recherches archéologiques concernant le régime colonial français en Arkansas :

      http://www.uark.edu/campus-resources/archinfo/atufrencol.html

      • Les monuments de la Trail of Tears (relocalisation forcée des Amérindiens de l’est du Mississippi après l’Indian Removal Act de 1830) :

      http://www.hmdb.org/marker.asp?marker=35436 (près de Garfield Benton County, Arkansas)

      http://www.hmdb.org/marker.asp?marker=21085 (près de Garfield Benton County, Arkansas)

      http://www.hmdb.org/marker.asp?marker=52027 (Helena, Phillips County, Arkansas)

      http://www.hmdb.org/marker.asp?marker=29812 (Pulaski, Giles County, Tennessee)

      • Le monument du regiment 1st Kansas Colored Infantry, à Chidester, Ouachita County, Arkansas (1sr regiment de l’armée de l’Union à avoir été composé d’anciens esclaves noirs) :

      http://www.hmdb.org/marker.asp?marker=56624

      Question : Quelle perception les Américains ont-ils de la Guerre civile (Guerre de Sécession) aujourd’hui?

      • Le monument du Train de la Reconnaissance, à Helena, Arkansas. Il y a de ces trains de la Reconnaissance (souvent appelés « Merci Trains ») dans différents lieux des États-Unis. La France les a envoyés afin de remercier les États-Unis pour avoir contribué à libérer la France lors de la Deuxième Guerre mondiale.

      http://www.johnfishersr.net/images_fia/fia1999feb.jpg

      http://www.mercitrain.org/

      • Une plaque concernant l’histoire du blues à Helena, Phillips County, Arkansas

      http://www.hmdb.org/marker.asp?marker=51907

      À bientôt !

    • MISSISSIPPI

      Voici maintenant quelques suggestions et pistes concernant l’état du Mississippi :

      • Les origines françaises et amérindiennes («Choctaw») du footballeur américain Brett Favre. Serait-il possible d’interviewer des membres de sa famille ou de sa communauté lorsque vous serez dans la région?

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Brett_Favre

      http://en.wikipedia.org/wiki/Brett_Favre

      http://www.officialbrettfavre.com/bio/

      • Le bilan décevant qui est souvent attribué à l’entreprise coloniale française dans la région qui correspond maintenant à l’état du Mississippi.

      http://mshistorynow.mdah.state.ms.us/articles/35/french-colonial-period-in-mississippi

      • Le Fort Rosalie, dans la région de la ville actuelle de Natchez, Mississippi :

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Fort_Rosalie

      http://en.wikipedia.org/wiki/Fort_Rosalie

      http://www.nps.gov/natc/historyculture/europeansettlers.htm

      http://rla.unc.edu/natchez/

      • Les conflits entre les Français et les Amérindiens de la nation des Natchez au 18e siècle :

      http://mdah.state.ms.us/hprop/gvni.php

      http://www.rootsweb.ancestry.com/~msalhn/NativeAmerican/natchezmassacre.htm

      http://www.natchezbelle.org/adams-ind/massacre.htm

      À +

    • LOUISIANE

      Et voici enfin quelques suggestions et pistes concernant l’état de la Louisiane :

      • Les distinctions entre les différentes vagues de peuplement «français en Louisiane» : les Français arrivés de France et dont un certain nombre sont devenus propriétaires de vastes plantations; les Canadiens (ex. les fils du marchand Charles LeMoyne de Montréal); les esclaves noirs arrivés directement d’Afrique; les Cajuns (les Acadiens sont arrivés en 2 vagues migratoires dans les années 1760 et 1780); les riches «réfugiés» créoles blancs et certains de leurs esclaves, arrivés de Saint-Domingue (maintenant Haïti) après la révolte des esclaves de 1791 et la période de troubles qui a suivi jusqu’en 1803.

      http://www.frenchcreoles.com/index.html

      http://en.wikipedia.org/wiki/Louisiana_Creole_people

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Cr%C3%A9ole_louisianais

      http://en.wikipedia.org/wiki/Jean-Baptiste_Le_Moyne,_Sieur_de_Bienville

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Baptiste_Le_Moyne_de_Bienville

      http://www.acadian-cajun.com/frcan.htm

      http://en.wikipedia.org/wiki/Cajun

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Cadiens

      http://www.frenchcreoles.com/LouisianaPeople/cajuns%20in%20louisiana/cajuns.htm

      • Les Amérindiens de la nation des Houmas parlent-ils toujours le français (qui a longtemps été leur langue d’usage) ?

      http://www.youtube.com/watch?v=dTezw7_MVHE

      http://www.flfa.fr/houmas.html

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Houmas_(peuple)

      http://en.wikipedia.org/wiki/Houma_people

      • L’état actuel des relations raciales en Louisiane.

      • La distinction entre le territoire de l’ancien territoire de la Louisiane (cédé par la France aux États-Unis en 1803) et l’état actuel de la Louisiane.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Vente_de_la_Louisiane

      http://en.wikipedia.org/wiki/Louisiana_Purchase

      • L’impact de la Guerre civile américaine sur le déclin de la langue française en Louisiane. Remarque : la plupart des descendants de Français ont choisi le camp des Confédérés (qui ont perdu la guerre). L’historien et universitaire américain Jay Gitlin traite entre autres de cette question dans son ouvrage « The Bourgeois Frontier : French Towns, French Traders and American Expansion » (Yale University Press, 2010). Voir le chapitre 8 («La confédération perdue : The Legacy of Francophone Culture in Mid-America »), et particulièrement les pages 161 à 169.

      http://yalepress.yale.edu/yupbooks/book.asp?isbn=9780300101188

      • Comment le Cajun de Louisiane Tim Hebert en est venu à créer son excellent site Internet «Acadian-Cajun Genealogy and History» :

      http://www.acadian-cajun.com/

      Si possible, je recommande que vous tentiez de rencontrer Tim Hebert.

      • Est-il vrai que certains Cajuns qui sont devenus propriétaires de plantation après leur arrivée en Louisiane sont devenus propriétaires d’esclaves ?

      • Les efforts qui sont fait maintenant pour préserver ou revivifier l’état du français en Louisiane

      Et voilà!

      J’espère que vous ne trouvez pas que je vous ai «inondé» avec un trop grand volume d’information.

      Mon intention était simplement que vous puissiez facilement évaluer quels sujets de reportage peuvent être poursuivis et quels sujets doivent être tout simplement abandonnés pour des raisons pratiques (manque de renseignements, trop longues distances à parcourir, etc.).

      Bonne chance dans votre travail de sélection de votre itinéraire et de votre choix de sujets de reportage !!!

      J’ai hâte de vous lire et de voir les photos et les vidéos de Monsieur Frédéric Guiro…

    • ARKANSAS – SUGGESTION DE RENCONTRE…

      Bonsoir Madame Audet !

      J’ignore où vous en êtes avec la planification de votre itinéraire, mais j’aimerais vous soumettre une autre suggestion relative à votre séjour prochain en Arkansas.

      En effectuant des recherches sur l’histoire de la période coloniale française en Arkansas, j’ai découvert qu’une historienne francophone spécialisée dans ce domaine travaille présentement à l’Université de l’Arkansas à Little Rock.

      Il s’agit de Madame Sonia Toudji, qui a un parcours fort intéressant. Originaire de Tigzirt en Algérie, Mme Toudji appartient au groupe ethnoculturel des Berbères. Elle a fait ses études de baccalauréat à Tizi-Ouzou en Algérie, ses études de maîtrise à l’Université du Maine en France, et effectue depuis 2006 ses études de doctorat aux États-Unis.

      Son mémoire de dissertation de doctorat porte surtout sur les relations entre les colons d’origine française (dont les Canadiens) et les Amérindiens de la nation des Quapaws (qui habitaient autrefois l’Arkansas actuel) pendant et après la période coloniale française, mais aborde aussi les relations des Français et Quapaws avec d’autres nations amérindiennes de la région et avec les esclaves noirs du Bas-Mississippi.

      Il convient de souligner que les membres de la nation des Quapaws n’habitent plus en Arkansas aujourd’hui, puisque comme d’autres nations amérindiennes, ils ont été relocalisés de force en Oklahoma au 19e siècle. Mais Mme Toudji s’est rendue en Oklahoma afin d’interviewer des descendants des anciens Quapaws dans le cadre de ses recherches.

      Les sites Internet suivants vous donneront plus de renseignements sur Madame Sonia Toudji :

      • Page de Madame Sonia Toudji sur le site de l’Université de l’Arkansas :

      http://history.uark.edu/5670.php

      • Site Internet personnel de Madame Sonia Toudji :

      http://www.comp.uark.edu/~stoudji/index.html

      • Site d’où l’on peut télécharger la version PDF du mémoire de dissertation de doctorat de Madame Sonia Toudji, «Intimate Frontiers : Indians, French and Africans in the Mississippi Valley» (en français, «Frontières Intimes : Indiens, Français, et Africains dans la Vallée du Mississippi») :

      http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00675452/

      Je crois qu’une entrevue avec Mme Toudji serait fort intéressante, pour en savoir plus sur ses recherches en histoire et sur les leçons qu’elle a tirées jusqu’ici de son séjour aux États-Unis.

      La ville de Little Rock ne jouxte pas le Mississippi mais elle est à 200 km environ de Memphis, Tennessee.

      Du temps du régime colonial français, le lieu où se trouve Little Rock était appelé Petit Rocher.

      Bien d’autres sites de l’Arkansas ont des liens avec notre histoire. Pine Bluff (il s’agissait peut-être d’Écore ou de Cap aux pins du temps des Français?) , sur la rivière Arkansas entre Little Rock et le Mississippi, a été officiellement fondée par un dénommé Joseph Bonne, un Métis d’ascendance française et quapaw. Camden, qui est plus au sud dans l’état, a déjà été connue sous le nom d’Écore-à-Fabre puis ensuite de Fabre’s Bluff.

      http://www.arkansasties.com/WhatsNew/2012/08/ecore-a-fabre-ouachita-county-arkansas/img_3971/

      Quoi qu’il en soit, j’espère que cette suggestion vous sera utile.

      Merci et à la prochaine !

    • MISSOURI – QUELQUES AUTRES SUJETS D’INTÉRÊT SI VOUS PASSEZ PAR SAINTE-GENEVIÈVE

      Bonsoir Madame Audet!

      Les habitants de Sainte-Geneviève organisent au mois de juin un «French Heritage Festival» et au mois d’août une fête estivale sur le thème du patrimoine, le «Jour de Fete» (sans les accents!!!).

      Même si peu de gens de la région peuvent communiquer en français de nos jours, il faut reconnaître qu’ils déploient des efforts remarquables pour mettre en valeur le patrimoine de l’époque coloniale française…

      Voici à ce propos quelques références qui pourront vous être utiles :

      • «Nice Weather Provides Boost For Jour De Fete For Second Consecutive Year», Ste. Genevieve Herald, 21 août 2012, lien :

      http://www.stegenherald.com/articles/2012/08/23/community_news/doc5033d0e73288a393772394.txt

      • «Annual Bolduc Day Bash Spotlights Classic French Comedy By Moliere», Ste. Genevieve Herald, 21 août 2012, lien :

      http://www.stegenherald.com/articles/2012/08/24/community_news/doc5033d1035032f170047039.txt

      Remarques :
      a) Cet article montre qu’on joue Le malade imaginaire de Molière à Sainte-Geneviève, mais en anglais!!!
      b) L’expression «Bolduc Day Bash» fait référence au fait que l’une des plus vieilles habitations de Sainte-Geneviève est la Maison Bolduc (voir les références que je donne plus loin.

      • «Foundation For Restoration Announces Theme, Lineup For History Conference», Ste. Genevieve Herald, 28 août 2012, lien:

      http://www.stegenherald.com/articles/2012/09/01/community_news/doc503d0b91498fb524545256.txt

      Remarque: cet article porte sur le thème de la préservation du patrimoine bâti à Sainte-Geneviève.

      • «Jacques Guibourd House Bicentennial Gave The History Of His Life, Family and Home», article de Alex Bates, Ste. Genevieve Herald, 5 juin 2012, lien:

      http://www.stegenherald.com/articles/2012/06/07/community_news/doc4fce44a65a981164622860.txt

      • «Celebrating French Heritage: Annual Festival, Set For June 9, Has A Few Changes From Previous Years», , article de Alex Bates, Ste. Genevieve Herald, 5 juin 2012, lien:

      http://www.stegenherald.com/articles/2012/06/06/community_news/doc4fce4484baee4957291034.txt

      • «French Heritage Festival Celebrates Ste. Genevieve’s Roots, Transitions Into A New Year», Ste. Genevieve Herald, 12 juin 2012, lien:

      http://www.stegenherald.com/articles/2012/06/15/community_news/doc4fd77f7c52846350333274.txt

      • Lien de la galerie de photos associée à l’article précédent:

      http://www.stegenherald.com/shared-content/gallery/?galleryid=19&gallery_page=0&album_page=0&albumid=18&mediaid=258

      • «Open Letter to Ste. Genevieve», de Gretchen Wolf-Yahnig, 15 juin 2012, billet du blogue Ste.Genevieve.net, lien :

      http://stegenevieve.net/2215/open-letter-to-sainte-genevieve/

      Remarques :
      a) Article critique sur la négligence des citoyens en ce qui concerne la conservation du patrimoine bâti de Sainte-Geneviève.
      b) Suggestion : il serait intéressant que vous puissiez interviewer Madame Gretchen Wolf-Yahnig au cours de votre séjour à Sainte-Geneviève…

      • «Preservationist takes on church in fight over Ste. Genevieve house», article de Matthew Hatthaway, St. Louis Post-Dispatch, 29 mai 2012, lien :

      http://www.stltoday.com/news/local/metro/preservationist-takes-on-church-in-fight-over-ste-genevieve-house/article_790303b9-69a6-5cd8-b258-dabfc81f0c0c.html

      Remarque: controverse autour de la conservation de la maison historique Antoine O’Neille, qui a été bâtie vers 1810.

      • «Ste. Genevieve’s French Flavor», article du périodique en ligne American Profile, 20 décembre 2003, lien :

      http://www.americanprofile.com/articles/ste-genevieve-missouri-french-colony/

      • «The Bolduc House Museum», Ste. Genevieve, Missouri, lien :

      http://bolduchouse.org/
      • «Louis Bolduc House», article en Anglais de Wikipedia, lien :

      http://en.wikipedia.org/wiki/Louis_Bolduc_House

      • «The Foundation for Restoration of Ste. Genevieve », page du site Historic SteGen.org (America’s French Colonial Heritage), lien :

      http://www.historicstegen.org/index.html

      • «Jacques Guibourd Historic House», page du site Historic SteGen.org (America’s French Colonial Heritage), lien :

      http://www.historicstegen.org/Guibourd.html

      • «Felix Valle House State Historic Site», Missouri State Parks, lien :

      http://mostateparks.com/park/felix-valle-house-state-historic-site

      • «Voyage au Pays des Illinois, article de Bonnie Gums, dans Cap-aux-Diamants : la revue d’histoire du Québec, Numéro 66, été 2001, pp. 19-25 lien :

      http://www.erudit.org/culture/cd1035538/cd1044125/8300ac.html?vue=resume

      http://www.erudit.org/culture/cd1035538/cd1044125/8300ac.pdf

      • «Sainte-Geneviève Missouri», articles de Wikipédia :

      http://en.wikipedia.org/wiki/Ste._Genevi%C3%A8ve,_Missouri (en anglais)

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Sainte-Genevi%C3%A8ve_(Missouri) (en français)

      • Old Church of Ste.Genevieve Records (donne les patronymes des gens du village de 1760 à 1837) :

      http://genealogytrails.com/mo/stgene/church_records_oldchurch.htm

      • La généalogie des Vallé (Vallée) de Sainte-Geneviève, Missouri :

      http://www.redoaktree.org/family/hcvalee/source.htm

      En espérant qu’une partie au moins de ces renseignements vous seront utiles…

      À la prochaine!

    • MISSOURI – QUELQUES AUTRES SUJETS D’INTÉRÊT SI VOUS PASSEZ QUELQUE TEMPS À SAINT-LOUIS

      Bonsoir Madame Audet !

      Voici quelques autres sujets d’intérêt si vous passez quelque temps à Saint-Louis, Missouri :

      • Une tournée de Saint-Louis basée sur le document «Colonial St Louis – A New Beginning » du National Park Service(NPS) :

      http://www.nps.gov/jeff/photosmultimedia/upload/colonial_stl_transcript.pdf

      • La coexistence des langues anglaise, française, espagnole et allemande à Saint-Louis et dans l’état du Missouri pendant une bonne partie du 19e siècle, à partir du document « A Town of Many Tongues » du Missouri History Museum :

      http://www.mohistory.org/files/education/file_upload/GLEs%20A%20Town%20of%20Many%20Tongues.pdf

      • Le rôle de la famille Chouteau dans la fondation de Saint-Louis et dans le développement du commerce des fourrures et la colonisation de l’Ouest américain au 19e siècle. Peut-être devrait-on parler de la famille Chouteau-Laclède, si on tient compte du fait que la plupart des enfants Chouteau ont eu comme père biologique Pierre Laclède, qui fut pour Marie-Thérèse Bourgeois-Chouteau un bien meilleur partenaire que son mari René Auguste Chouteau père, qui abusa d’elle et l’abandonna, ainsi que son enfant…

      http://en.wikipedia.org/wiki/Marie-Th%C3%A9r%C3%A8se_Bourgeois

      http://en.wikipedia.org/wiki/Pierre_Laclede

      http://columbia-mo.aauw.net/notablewomen/womenac/marie-chouteau/

      http://en.wikipedia.org/wiki/Ren%C3%A9_Auguste_Chouteau

      http://en.wikipedia.org/wiki/Ren%C3%A9_Auguste_Chouteau

      http://en.wikipedia.org/wiki/Pierre_Chouteau,_Jr.

      http://freepages.history.rootsweb.ancestry.com/~earlystlouis/calvcem-chouteau.html

      http://www.common-place.org/vol-03/no-04/st-louis/

      http://plainshumanities.unl.edu/encyclopedia/doc/egp.ind.005.xml

      http://www.nps.gov/nr/travel/pierre_fortpierre/fort_pierre_chouteau_site.html

      http://tps.cr.nps.gov/nhl/detail.cfm?ResourceId=1670&ResourceType=Site

      http://www.nps.gov/nr/travel/pierre_fortpierre/early_development_Pierre_fort_pierre_essay.html

      • Si jamais vous avez l’occasion de vous rendre à Kansas City (Jackson County, Missouri), qui est située à environ 400 km à l’ouest de Saint-Louis vous pourrez sans doute en apprendre davantage sur le rôle joué par les Chouteau dans la création de cette ville, à la limite entre le Missouri et le Kansas :

      http://www.hmdb.org/marker.asp?marker=51165

      http://www.hmdb.org/marker.asp?marker=22363

      http://www.hmdb.org/marker.asp?marker=28212

      http://www.hmdb.org/marker.asp?marker=44103

      • Vous pourriez aussi parler de l’importance des frères Robidoux de Saint-Louis (des descendants de pionniers originaires de la vallée du Saint-Laurent) dans l’exploration et le développement de réseaux commerciaux dans tout l’Ouest des États-Unis :

      Références concernant Joseph Robidoux fils :

      http://en.wikipedia.org/wiki/Joseph_Robidoux

      http://www.hmdb.org/marker.asp?marker=47468

      http://www.hmdb.org/marker.asp?marker=4989

      http://www.ci.st-joseph.mo.us/history/josephrobidoux.cfm

      http://www.ci.st-joseph.mo.us/history/robidouxrow.cfm

      Références concernant Antoine Robidoux :

      http://www.radio-canada.ca/radio/profondeur/RemarquablesOublies/AntoineRobidoux.html

      http://historytogo.utah.gov/utah_chapters/trappers,_traders,_and_explorers/antoinerobidoux.html

      http://www.nps.gov/history/nr/travel/scotts_bluff/robidoux_pass.html

      Références concernant Louis Robidoux (ou Rubidoux) :

      http://en.wikipedia.org/wiki/Louis_Rubidoux

      http://www.hmdb.org/marker.asp?marker=50677

      http://en.wikipedia.org/wiki/Mount_Rubidoux

      J’ai bien hâte de voir quel(s) itinéraire(s) vous proposerez dans les prochains jours…

      Bonne soirée et bon week-end !

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

    Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2012
    D L Ma Me J V S
    « sept    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • publicité