Sports, etc.

Archive de la catégorie ‘Général’

Vendredi 11 juillet 2014 | Mise en ligne à 8h00 | Commenter Aucun commentaire

Michaël Parent fait le saut en modifié

«J’ai encore le goût de courir, mais faire la série Empire Super Sprints, c’est devenu trop exigeant pour moi», explique le Granbyen Michaël Parent. (photo La Voix de l'Est

«J’ai encore le goût de courir, mais faire la série Empire Super Sprints, c’est devenu trop exigeant pour moi», explique Michaël Parent. (photo La Voix de l'Est)

Dans trois semaines, peut-être même avant, l’Autodrome Granby comptera un nouveau pilote régulier chez les modifiés: Michaël Parent.

«Le moteur est acheté et je suis en train de magasiner la voiture, explique celui qui est sur le point d’abandonner les sprint cars. C’est une grosse décision, j’y ai pensé pendant un bout, mais je suis prêt.»

Parent, on s’en souviendra, a été victime d’un terrible accident en août dernier sur la piste de Canandaigua, dans l’État de New York. Un accident dans laquelle il est passé proche d’y laisser sa peau. Il a pris part à environ la moitié des épreuves de la série Empire Super Sprints depuis le début de la saison.

«La santé est bonne, j’estime être à environ 80% de mes capacités. Je trouve cependant difficile les longs voyages dans l’État de New York. Et quand je fais un faux mouvement, ça fait mal. Mais je ne me plains pas, car je pars de loin.»

Si Parent a choisi de poursuivre sa carrière en modifié, c’est d’abord et avant tout, dit-il, parce qu’il a moins de temps à consacrer à son sport.

«Mon travail au sein de l’entreprise familiale (le Groupe Ultra) me tient de plus en plus occupé et ça va devenir de plus en plus difficile de partir pour l’État de New York et pour la Pennsylvanie. En modifié, je vais courir à Granby le vendredi soir et de temps en temps, peut-être, à Drummondville et à Saint-Marcel. Honnêtement, je fais un compromis. J’ai encore le goût de courir, mais faire la série Empire Super Sprints, c’est devenu trop exigeant pour moi.»

L’an dernier, au moment où il a failli se tuer en piste, celui qui est maintenant âgé de 24 ans occupait le deuxième rang du classement de la série et on parlait de lui comme de LA vedette montante en ESS, où il compte cinq victoires en carrière.

«J’adore conduire en sprint, c’est un gros rush d’adrénaline à chaque fois que j’embarque dans la voiture. Est-ce que je vais vivre les mêmes sensations en modifié? Je ne sais pas, mais je l’espère. Je n’ai fait que des essais, seul en piste, jusqu’ici…»

Certains diront que Parent manque d’enthousiasme.

«Je m’apprête à vivre une nouvelle expérience, mais je vis un peu dans l’inconnu, je ne sais pas trop ce qui m’attend. Je suis comme ça: je ne m’excite pas avant de connaître vraiment. Mais ça devrait être l’fun…»

Il se réjouit du fait que ses fans pourront enfin le voir courir sur une base régulière.

«C’est agréable de se faire encourager, c’est agréable de recevoir des messages de félicitations quand tu gagnes, mais c’est encore mieux quand les gens sont là pour toi, dans les estrades. À Granby, mes fans seront là. Je ne peux pas leur demander de me suivre dans l’État de New York…»

Mais Parent ne vendra tout son équipement de sprint cars. Il va conserver une voiture… qu’il va probablement encore utiliser de temps en temps.

«Je vais probablement continuer à faire les courses au Québec…», souligne-t-il.

Michaël Parent assistera au programme de ce soir à l’Autodrome alors que les voitures de la série Lightning sprint Québec seront de passage. Les modifiés et les sportsman, avec une finale de 50 tours dans les deux cas, sont également au programme.

*   *   *

Suivez-moi sur Twitter: @Michel_Tasse

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Jeudi 10 juillet 2014 | Mise en ligne à 13h30 | Commenter Aucun commentaire

Andrew Ranger à la conquête de l’Ouest

Andrew Ranger a vécu de beaux moments sur le Circuit ICAR de Mirabel, moments qu’il a partagés avec sa famille. Il est ici accompagné de son fils Jacob sur le podium.

Andrew Ranger a vécu de beaux moments sur le Circuit ICAR de Mirabel, moments qu’il a partagés avec sa famille. Il est ici accompagné de son fils Jacob sur le podium.

Pas encore tout à fait remis des émotions vécues le week-end dernier alors qu’il a triomphé sur le Circuit ICAR de Mirabel, Andrew Ranger doit maintenant passer à autre chose. Hier après-midi, il s’est envolé en direction d’Edmonton où sera disputée, tard demain soir heure du Québec, la quatrième manche de la série NASCAR Canadian Tire.

«C’est pas facile, a avoué le pilote originaire de Roxton Pond pendant qu’il attendait d’embarquer dans l’avion. C’est pas facile parce que je viens de vivre de beaux moments, des moments que j’ai partagés avec ma famille, et que je m’en vais pour une bonne dizaine de jours. Tantôt, j’avais mon garçon (Jacob) dans les bras et j’avais les yeux pleins d’eau…»

Ranger a un horaire de fou devant lui : il va courir à Edmonton demain, à Saskatoon mercredi et à Chicago (en série ARCA) trois jours plus tard. Il aime courir et mettons qu’il va être servi !
«J’aime la course, mais je suis devenu un homme de famille. Et je pense que je n’ai jamais quitté les miens pour une aussi longue période.»

Le jeune homme n’est pas du genre à se laisser aller à ses émotions, du moins publiquement. Mais même quand on est coureur automobile et qu’on roule à près de 200 milles à l’heure, on vit des choses à l’intérieur. Ses propos d’hier étaient tout à fait rafraîchissants.

De la confiance

Andrew Ranger s’amènera donc sur l’ovale d’un quart de mille du Edmonton International Raceway, demain, fort de sa brillante victoire à Mirabel. Une victoire qui lui a permis de faire le plein de confiance et qui, espère-t-il, lui donnera un élan.

«Ça a fait tellement de bien, a-t-il dit. Ça a donné le sourire à tout le monde dans l’équipe (DJK Racing), ça a changé complètement l’atmosphère. Mais je ne suis pas du genre à me contenter d’une seule bonne performance. Là, il faut tout faire afin de revivre le plus vite possible les mêmes belles émotions.»
Il a aussi reçu une tonne de courriels de félicitations des gens de Mopar, son précieux commanditaire, à qui il a offert une toute première victoire.

Par ailleurs, Ranger et les autres pilotes de la série canadienne de NASCAR n’ont roulé qu’une seule fois sur ovale depuis le début de la saison. À l’Autodrome Chaudière de Vallée-Jonction, le 15 juin, il a fini 12e après avoir été victime d’un accrochage dans les derniers tours de l’épreuve.

«On a une bonne voiture sur ovale aussi. Mais ça brasse dans notre série et sur ovale, c’est pire. On ne sait jamais trop ce qui va arriver. Mais je suis confiant et je vise un autre podium. Il faut continuer !»

Ranger n’a jamais couru sur la piste d’Edmonton. Il connaît un peu mieux celle de Saskatoon (un autre ovale), où il se retrouvera la semaine prochaine.

«Les gens aiment les courses dans l’Ouest, il y a de l’ambiance partout. C’est juste que c’est loin de chez nous.»

Mais parions que, s’il gagne, il va déjà trouver ça moins loin…

*   *   *

Suivez-moi sur Twitter: @Michel_Tasse

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Mercredi 9 juillet 2014 | Mise en ligne à 15h25 | Commenter Commentaires (5)

Les A’s à Montréal: on se calme!

201407080X1M3W_460Ainsi donc les A’s, qui se chicanent avec les autorités municipales d’Oakland depuis des années, menacent de déménager si la Ville n’approuve pas le bail qui permettrait à l’équipe de jouer au vieux Colisée pendant 10 ans.

Les A’s menacent de déménager et Montréal ainsi que San Antonio ont été mentionnées comme possibles terre d’accueil. Et on apprend que les Raiders, de la NFL, mettent de la pression sur la Ville afin qu’elle disent non à l’équipe de baseball. Ultimement, Oakland pourrait devoir choisir entre les A’s et les Raiders, entre le baseball et le football.

Les A’s veulent un nouveau stade depuis des années, mais ça ne fonctionne pas. Ils ont déjà menacé de se construire un stade à San Jose mais, là encore, ça n’a pas marché.

Les A’s à Montréal? Ce serait l’fun, c’est certain, mais il y a encore très loin de la coupe aux lièvres, comme dirait un ancien coach de hockey.

Tant et aussi longtemps que Montréal ne pourra garantir la construction d’un nouveau stade, le baseball majeur va dire non à la métropole. Le Stade olympique peut certainement servir de solution temporaire, mais pas de solution à long terme, Du moins aux yeux des autorités de MLB.

La meilleure nouvelle dans tout ça, c’est que Montréal semble avoir retrouvé ses lettres de noblesse aux yeux des gens du baseball majeur. On se souvient tout d’un coup que Montréal a déjà été une très bonne ville de baseball et l’énorme succès des matches préparatoires Jays-Mets, à la fin mars, a clairement démontré que le baseball suscite encore de l’intérêt chez nous.

Là, on parle des A’s. Mais à chaque fois qu’une équipe va se retrouver dans une situation difficile, on va parler de Montréal. À chaque fois. Ce qui est très positif.

*   *   *

Suivez-moi sur Twitter: @Michel_Tasse

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    août 2014
    D L Ma Me J V S
    « juil    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité