Sports, etc.

Archive de la catégorie ‘Général’

Mercredi 1 juillet 2015 | Mise en ligne à 0h00 | Commenter Aucun commentaire

Le retour en force du baseball senior

(photo La Voix de l'Est)

Ce ne sont pas les Cardinals ou les Nationals, mais les gars dans la Ligue de baseball majeur du Québec savent clairement jouer au baseball. (photo La Voix de l'Est)

Les Québécois rêvent au retour du baseball majeur à Montréal. Le commissaire Rob Manfred suit de près ce qui se passe dans la métropole canadienne et il n’y a jamais eu autant de bonnes raisons de croire que les grandes ligues seront éventuellement de retour chez nous.

En attendant, il se joue du bon baseball au Québec. À Québec et à Trois-Rivières (et pas trop loin, à Ottawa), la Ligue Can-Am de baseball indépendant offre de la balle d’excellente qualité. En prime, les Capitales, les Aigles et les Champions évoluent dans de magnifiques stades, ce qui rend l’expérience encore plus agréable.

Mais il y a aussi le baseball senior qui permet aux amateurs de passer de forts belles soirées. Dernièrement, j’ai assisté à quelques matchs de la Ligue de baseball majeur du Québec et ma foi, l’amateur de balle dure que je suis a été impressionné par ce qu’il a vu. Impressionné… pour ne pas dire quelque chose comme comblé.

Ce ne sont pas les Cardinals ou les Nationals, mais les gars dans la LBMQ savent jouer au baseball. J’ai vu des jeux défensifs qu’on ne voit pas souvent, j’ai vu des lanceurs avec une qualité de tirs comme on n’en voit pas souvent non plus. En un mot, c’est très bon.

Quand on y pense, c’est juste normal. Dans la LBMQ, ainsi, on retrouve pas moins de 27 joueurs qui ont joué chez les professionnels, que ce soit dans la Ligue Can-Am, dans le A, le AA, le AAA et même les ligues majeures, comme c’est le cas de Steve Green des Castors d’Acton Vale. Qu’on le veuille ou non, quand on assiste à un match qui implique cinq ou six gars qui ont joué dans le pro, ça assure une qualité de baseball.

Je ne suis pas une recrue, mais je ne suis pas assez vieux pour avoir assisté à des matchs de la défunte Ligue provinciale de baseball senior, qui reste une référence encore aujourd’hui. Paraît-il que le calibre était très fort. Mais j’aime beaucoup ce que je vois de la LBMQ. On dirait le retour en force du baseball senior.

Bien sûr, ça reste du senior. Et il y a parfois des gars qui ne jouent pas parce qu’ils travaillent, parce qu’ils sont en vacances ou parce que le p’tit dernier est malade.  Mais si vous aimez le moindrement le baseball, vous allez assurément apprécier ce que vous verrez  sur le terrain.

Dans notre région, les Castors, à Acton Vale, attirent des foules intéressantes dans leur magnifique Stade Léo-Asselin. Et ils ont une bonne équipe en plus. Une soirée ou un dimanche après-midi au baseball à Acton, c’est fort agréable.

Oui, on rêve tous au retour du baseball majeur. Mais d’ici à ce que cela arrive, il y a clairement moyen de voir du très bon baseball ici au là au Québec.

///

La LBMQ présente son match des étoiles ce soir à Thetford Mines. Les meilleurs éléments de la section Louisville Slugger se mesureront alors à ceux de la division B45. Plus de 6000 spectateurs, qui se déplaceront aussi pour voir les feux d’artifice de la fête du Canada, sont attendus.

*   *   *

Suivez-moi sur Twitter: @Michel_Tasse

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Vendredi 26 juin 2015 | Mise en ligne à 7h00 | Commenter Aucun commentaire

François Adam apprécie la compétition

 (photo La Voix de l'Est)

«En tant que pilote, plus y’a de compétition, plus c’est amusant. J’adore courir, mais c’est encore plus agréable de se rendre à la piste quand tu sais qu’il y aura du challenge, explique François Adam. (photo La Voix de l'Est)

Bien qu’il ait remporté la première finale de la saison à l’Autodrome Granby, François Adam n’est pas satisfait de son début de campagne. En fait, il n’aime pas ce qu’il voit quand il aperçoit son nom au huitième rang du classement chez les prostock.

«Huitième, ce n’est pas ma place, lance Adam, de Saint-Pie. Il faut dire que, à part lors du premier programme, la malchance ne n’a pas trop lâché. Quand ce n’est pas une crevaison, je me fais rentrer dedans ! J’imagine que le meilleur s’en vient…»

Ce soir, Adam défendra son titre de M. prostock. La compétition sera forte.

«Cette année, franchement, c’est très fort. Il semble que Dave Bissonnette (le meneur au classement) sera à Granby à toutes les semaines, ce qui va mêler les cartes. Aussi, Normand Voghell est parti pour avoir une bonne saison, même chose pour Alain Brochu. Et Stéphane Lemire est toujours à surveiller. Quant à Jocelyn Roy, ça reste le champion.»

Adam aime l’idée que plusieurs pilotes peuvent parader dans le cercle des vainqueurs.

«C’est plus dur, mais ça rend ça pas mal plus l’fun. En tant que pilote, plus y’a de compétition, plus c’est amusant. J’adore courir, mais c’est encore plus agréable de se rendre à la piste quand tu sais qu’il y aura du challenge

La saison dernière, Adam a cédé le championnat qu’il avait remporté l’année d’avant à Jocelyn Roy, son éternel rival, lors du tout dernier programme. Et il l’a encore sur le cœur.

«Je cours pour gagner, pas pour arriver deuxième. Et je vise encore le championnat cette année. Je ne suis pas à ma place au huitième rang, mais une seule bonne finale et je vais revenir dans la course.»

Adam a changé la suspension sur sa voiture. Il est satisfait de la manière dont elle réagit.

«Ça fait quelques années que je voulais le faire, mais le timing était enfin bon l’hiver passé. J’avais des inquiétudes, mais ça va être correct. La semaine passée, j’ai eu deux crevaisons et un problème de bougie. Tu ne peux pas faire grand-chose contre ça…»

Cette année, Adam va essentiellement concentrer ses efforts sur Granby. Le RPM Speedway, il n’aime pas trop. Et Drummondville, on le sait, boude les prostock.

«Au RPM, ça brasse trop. J’ai 48 ans et refaire ma voiture la semaine, ça ne me tente plus. J’assiste aux courses à Drummondville le samedi et je ne comprends toujours pas pourquoi Yan (Bussière), le promoteur, ne veut pas de nous. Il se prive d’un maudit bon show !»

Hébert: 99 victoires

La prochaine victoire de David Hébert sera sa 100e en carrière. Que ce soit à Granby ce soir ou à Drummondville demain, l’événement sera souligné.

C’est Dave Paryzo, analyste à l’Autodrome Granby et cofondateur du Memorial de la terre battue, qui a fait la compilation. Honnêtement, vous ne trouverez pas meilleur recherchiste que Paryzo quand il est question de stock-car sur terre battue au Québec. Le gars est fiable.

Hébert, champion en titre chez les modifiés, est quatrième au classement, 16 points derrière Alain Boisvert. Il est toujours à la recherche de sa première victoire à Granby cette saison.

Par ailleurs, Patrick Laperle sera à nouveau au volant de la deuxième voiture de l’Équipe de course numéro un, ce soir. À son premier départ, il y a une semaine, il a fini 12e.

Les modifiés et les prostock (50 tours dans les deux classes), les sportsman (30) et les sports compacts (15) sont au menu de la soirée.

*   *   *

Suivez-moi sur Twitter: @Michel_Tasse

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Mercredi 17 juin 2015 | Mise en ligne à 7h00 | Commenter Aucun commentaire

Michael Fillion veut profiter de la vie

Mickael Fillion a cru qu'il ne jouerait plus au hockey... (photo La Voix de l'Est)

Mickael Fillion a cru qu'il ne jouerait plus au hockey... (photo La Voix de l'Est)

Vraiment, ça aurait été trop injuste…

Vous avez assurément vu une des nombreuses entrevues qu’a données Mickael Fillion, ex-capitaine des Inouk, après qu’il ait vu la mort de près la semaine dernière. Rappelons que Fillion, au volant de sa voiture, s’est retrouvé prisonnier des flots de la rivière Coaticook et qu’il a été sauvé in extremis.

Le jeune homme affirme avoir eu le temps de revoir les beaux moments de sa vie, notamment ceux passés avec les Inouk, alors qu’il croyait qu’il ne s’en sortirait pas.

Il y a deux semaines, Fillion a paraphé une entente avec une équipe de France, où il poursuivra sa carrière la saison prochaine. Il était tellement heureux et tellement fier de ce premier contrat professionnel — qu’il a négocié lui-même — lorsqu’il m’a appelé pour m’annoncer la nouvelle.

«Dans la voiture, je me suis dit : ‘C’est fini, je ne jouerai pas en France!’ Finalement, je suis encore là. Aujourd’hui, je sais qu’il faut profiter de chaque moment que la vie nous offre, les petits comme les grands», a-t-il raconté.

Vingt-et-un ans, alors qu’on encore la vie devant nous, c’est un très bel âge pour tirer une telle leçon.

*   *   *

Suivez-moi sur Twitter: @Michel_Tasse

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2015
    D L Ma Me J V S
    « juin    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité