Sports, etc.

Archive de la catégorie ‘Général’

Vendredi 19 septembre 2014 | Mise en ligne à 10h15 | Commenter Aucun commentaire

Ranger: des hauts et des bas qui s’expliquent

(photo Flagworld.com/Dany Flageole)

«Le plus choquant, c’est que j’étais toujours parmi les deux ou trois premiers lorsque la mécanique m’a lâché. C’est dur à prendre», mentionne Andrew Ranger. (photo Flagworld.com/Dany Flageole)

Andrew Ranger se prépare à disputer sa dernière course de la saison. À Fraserville, près de Peterborough en Ontario, il va tenter de mêler les cartes dans la lutte qui oppose Louis-Philippe Dumoulin et J.R, Fitzpatrick pour le titre en série Canadian Tire de NASCAR.

«Les deux derniers résultats (deux abandons) ont été difficiles à digérer, alors ce serait l’fun de finir sur une bonne note», explique Ranger, qui a quitté ce matin en vue de l’épreuve qui aura lieu demain en fin d’après-midi.

Au classement, le pilote originaire de Roxton Pond est quatrième, 68 points derrière Dumoulin. Après 10 courses, il compte deux victoires, cinq top 5 et six top 10. Mais les abandons, dus à différents bris mécaniques, ont été trop nombreux.

«Le plus choquant, c’est que j’étais toujours parmi les deux ou trois premiers lorsque la mécanique m’a lâché. C’est dur à prendre. Mais tout s’explique dans la vie. L’entente avec Mopar et DJK Racing s’est conclue sur le tard et on n’a pas peut-être pas eu tout le temps nécessaire pour véritablement bien préparer la voiture. Les gens autour de moi ont fait tout ce qu’il avait à faire, ils ont été parfaits, mais rien ne remplace le temps…»

Ranger avoue que sa saison a été faite de hauts et de bas. Tout de même, il a des raisons de se réjouir.

«J’ai gagné deux fois et, au risque de me répéter, j’étais dans le coup à chaque fois qu’on a eu des problèmes. Et je sais que mes patrons chez Mopar, à qui j’ai offert une toute première victoire depuis qu’ils sont impliqués dans la série, sont satisfaits.»

Il y a la série Canadian Tire, mais il y a le reste aussi. Avec NDS Motorsports, Ranger a remporté la seule épreuve de la saison à laquelle il a pris part en série ARCA, il a fini deuxième lors de sa seule course en série K&N Est et il a ramené une brillante cinquième place à l’occasion de son premier départ en carrière en série Camping World Truck, une série de pointe de NASCAR.

Dumoulin ou Fitzpatrick?

Andrew Ranger en sera à sa troisième présence en carrière au Kawartha Speedway, un ovale de ,375 mille. Il a terminé deuxième en 2012.

«Je pense que ça va brasser en fin de semaine, a-t-il repris. Il y a la lutte pour le championnat, mais il y a aussi tous les gars qui, comme moi, veulent finir en beauté. Ça ne risque pas d’être ennuyant.»

Le Trifluvien Louis-Philippe Dumoulin possède une avance de 16 points sur l’Ontarien J.R. Fitzpatrick. Une 11e place permettra à Dumoulin de remporter le titre.

S’il gagne, Dumoulin deviendra le premier Québécois, après Ranger, à être couronné champion de la série canadienne de NASCAR.

«J.R. n’a pas le choix, il devra être très agressif au volant s’il veut se donner une petite chance de l’emporter. Mais ça va être difficile, Louis-Philippe a une bonne avance», conclut Ranger.

*   *   *

Suivez-moi sur Twitter: @Michel_Tasse

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Jeudi 18 septembre 2014 | Mise en ligne à 10h50 | Commenter Commentaires (4)

Stéphanie Dubois: Granby se souviendra

(photo Le Soleil)

Stéphanie Dubois à la suite de son dernier match en carrière. (photo Le Soleil)

Stéphanie Dubois a disputé son dernier match en carrière à la Coupe Banque Nationale de tennis, l’ancien Challenge Bell, la semaine dernière. Elle avait les yeux dans l’eau quand elle a quitté le terrain à la suite de sa défaite au premier tour devant l’Allemande Julia Gorges.

Tout de même, Stéphanie est sereine. À 27 ans, elle s’apprête à se marier, elle qui veut des enfants. Ses plans professionnels sont moins précis: elle veut d’abord se reposer d’une carrière qui a été «intense et stressante», pour reprendre ses propres mots.

Dubois a franchi le top 100 mondial à la suite de son triomphe au Challenger de Granby en 2011. Elle compte une dizaine de titres en carrière, elle a représenté le Canada à maintes reprises en Coupe Fédération et elle s’est même permis le luxe, une couple de fois, de battre des joueuses du top 10.

Bref, elle aura connu une belle carrière. Une carrière bâtie à grands coups de travail acharné, elle qui n’avait pas le talent naturel — ni les moyens financiers pour la supporter dans son développement — d’une Eugenie Bouchard, par exemple.

Granby se souviendra de Stéphanie Dubois. La Lavalloise a été une formidable ambassadrice pour le volet féminin du Challenger. En raison de ses brillantes performances, de son sourire, de son entière disponibilité avec les médias et les amateurs, c’est elle qui a lancé le tournoi en 2011, qui l’a mis sur la carte.

On se doutait bien, lors de sa dernière visite l’été dernier, qu’elle se préparait à accrocher sa raquette. Après tout, elle revenait d’une longue absence en raison d’une blessure, ses dernières bonnes performances remontaient à un bout et elle approchait tranquillement la trentaine. Et son retour, malgré plein de bonne volonté, ne s’est pas avéré concluant.

Qu’importe, Stéphanie Dubois peut être fière, très fière même, de ce qu’elle a accompli. Et Granby peut lui dire merci.

*   *   *

Suivez-moi sur Twitter: @Michel_Tasse

Lire les commentaires (4)  |  Commenter cet article






Mercredi 17 septembre 2014 | Mise en ligne à 11h20 | Commenter Commentaires (16)

Le sport à la sauce Jean-Charles

Jean-Charles

On m’accusera peut-être de plugger mon beau-frère. Mais avant de plugger mon beauf, je vais surtout plugger un bon show de sport à la radio, quelque chose qui manquait cruellement lors du retour à la maison depuis la mort de CKAC Sports.

Depuis la semaine passée, Jean-Charles Lajoie anime Du sport et rien d’autre de 15h à 19h sur les ondes de la nouvelle Radio 9, au 91,9 FM. Pendant quatre heures de temps, notre Jean-Charles national, qui a toujours de solides assises dans la région de Granby, parle de sport à la sauce Lajoie, une sauce parfois très épicée.

Jean-Charles, c’est Jean-Charles. On l’aime ou on aime l’haïr, c’est selon, mais il ne laisse personne indifférent. Il en met, il en beurre épais parfois, mais c’est Jean-Charles. Et c’est à prendre ou à laisser.

Mais le sport, il aime, il adore. Il en parle avec ses tripes, avec passion et ça, c’est tout à fait sincère. Et ça donne de la bonne radio plus souvent qu’autrement.

Pour son show, il s’est entouré d’une grosse équipe de collaborateurs. Quelques noms comme ça, vite, vite: Réjean Tremblay, Yvon Pedneault, Jean Perron, Gibert Delorme et Serge Touchette, LE journaliste qui m’a le plus inspiré alors que j’étais ti-cul et que je rêvais de faire le métier.

Votre humble serviteur sera du rendez-vous: il y parlera de course automobile et de la Ligue de hockey junior du Québec.

Radio 9, faut le dire, ne rentre pas super bien partout. On peut aussi écouter la station à la position 571 sur le câble ainsi que sur les nouvelles plate-formes technos.

Oui, c’est l’fun d’entendre parler de sport pendant le retour à la maison, alors qu’on est pris dans le traffic ou qu’on s’en va chercher les p’tits à la garderie. Clairement, ça manquait.

*   *   *

Suivez-moi sur Twitter: @Michel_Tasse

Lire les commentaires (16)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2014
    D L Ma Me J V S
    « août    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité