Sports, etc.

Sports, etc. - Auteur
  • Michel Tassé

    Michel Tassé s'intéresse au sport, à peu près à tous les sports, depuis qu'il est enfant. Autrement dit, ça fait longtemps!
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 14 février 2017 | Mise en ligne à 11h55 | Commenter Aucun commentaire

    Valcourt: survivre à oncle Jacques

    (photo La Tribune)

    Les motoneiges ont encore fait courir les foules au Grand Prix de Valcourt. (photo La Tribune)

    Un petit groupe de journalistes, tous des passionnés de sports motorisés, discutaient sur la galerie de presse du site du Grand Prix de Valcourt, vendredi après-midi. À un moment donné, l’un d’eux a laissé tomber: «C’est pas pareil sans mononcle Jacques, n’est-ce pas? C’est plus dur de trouver des sujets intéressants…»

    À la suite de la réflexion du journaliste en question, les autres ont tous avoué que oui, effectivement, il semblait manquer quelque chose au Grand Prix. «Valcourt, c’était Villeneuve!», a même tranché un autre reporter.

    Le Grand Prix de Valcourt en était à sa 35e édition en fin de semaine et depuis toujours, les journalistes qui débarquaient au pays de BRP ne se posaient pas de questions quand venait le temps de trouver une bonne histoire. Avec mononcle, on l’avait toujours. Avec ses performances, ses accidents, ses déclarations spectaculaires, on n’avait jamais à se creuser la tête bien longtemps, mettons.

    Mais voilà, Jacques Villeneuve est parti à la retraite. Et il semble bien qu’il ne reviendra pas cette fois.

    Faut-il donc en conclure que Valcourt, c’est fini? On se dit que ça a été bien agréable, on enterre et on oublie ça?

    Si on se fie aux très belles foules enregistrées en fin de semaine, il semble bien que l’événement soit plus fort qu’un pilote, aussi populaire fût-il. Les journalistes ont peut-être eu à travailler plus fort pour trouver de bonnes histoires, mais le public, lui, a répondu présent, même en l’absence de Villeneuve. On a même parlé d’un samedi record en matière d’achalandage.

    Manifestement, on a sous-estimé la passion des gens pour le sport de la motoneige et leur amour pour le Grand Prix de Valcourt.

    Annonceur à l’Autodrome Granby et homme de médias, Anthony Marcotte a vécu sa première expérience à Valcourt, encore comme annonceur. Et il a trippé. Au point où il est allé écrire sur Twitter: «J’en ai fait des événements dans ma vie et je peux vous assurer que le Grand Prix de Valcourt est au sommet de la liste!»

    Ça donne une idée.

    Car Valcourt, c’est une grosse affaire et c’est bien organisé. Au Grand Prix, on se sent dans les grandes ligues.  Il y a très peu d’organisations de ce calibre dans la région.

    Et à défaut de mononcle Jacques, il y a avait Tim Tremblay en fin de semaine. Et les gens aiment Steven Marquis, un gars de Cookshire, qui n’a toutefois pas connu le week-end espéré. Et Sabrina Blanchet attire l’attention. Et il y en a d’autres. Et il y a toujours les Américains.

    Bref, le Grand Prix de Valcourt survivra à oncle Jacques. Il y a aura peut-être des années plus tranquilles, les journalistes vont parfois l’avoir plus difficile, mais il survivra. Et c’est une saprée bonne nouvelle.

    *   *   *

    Suivez-nous sur Twitter: @MTasse_LVDE et LVDE_Sports

    Tags:


    À vous de lancer la discussion!

    Soyez la première personne à commenter cet article.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    février 2017
    D L Ma Me J V S
    « jan   avr »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728  
  • Archives