Sports, etc.

Sports, etc. - Auteur
  • Michel Tassé

    Michel Tassé s'intéresse au sport, à peu près à tous les sports, depuis qu'il est enfant. Autrement dit, ça fait longtemps!
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 2 mai 2013 | Mise en ligne à 0h00 | Commenter Commentaires (2)

    Le Canadien, grâce à l’intangible

    Le Canadien en six. À moins que Carey Price... (photo La Presse)

    Le Canadien en six. À moins que Carey Price... (photo La Presse)

    Le Canadien a connu une fin de saison très difficile et Carey Price n’a pas arrêté grand-chose dans le dernier droit. De l’autre côté, les Sénateurs ont combattu l’adversité tout au long de la saison et aucune équipe n’a autant mérité sa place en séries éliminatoires.

    Et pourtant…

    Pourtant, je favorise le Canadien, qui l’emportera en six matches. Vous avez le droit de ne pas être d’accord si la fin de campagne de vos favoris vous a déprimés.

    Pourquoi le Canadien? Un peu à cause de P.K. Subban, un peu à cause de sa profondeur en attaque, un peu à cause de Michel Therrien. Et pas nécessairement à cause de Carey Price.

    C’est l’intangible qui, à mon avis, va mener le CH à la victoire. L’intangible, comme dans la folie qui s’empare de Montréal et du Québec quand l’équipe participe aux séries. Ce quelque chose qui ne s’explique pas, mais qui transporte littéralement la formation, qui rend chaque joueur meilleur, du moins pendant un certain temps.

    Au Centre Bell, à compter de jeudi soir, ça va tripper fort, ça va être fou. Et quand la série va se transporter à Ottawa, les Sénateurs risquent de ne même pas se sentir chez eux.

    En 2010, l’intangible (et Jaroslav Halak, évidemment) avait mené le Canadien à la demi-finale de la coupe Stanley. Ça n’ira pas aussi loin cette année. Mais ça va faire le travail contre les Sénateurs.

    Malgré des moments difficiles en fin de calendrier, le Canadien a connu une excellente saison. Les deux derniers matches ont semblé redonné confiance à l’équipe, lui ont donné à tout le moins de quoi rebâtir. Les joueurs ont donné à Michel Therrien tout juste ce qui lui fallait pour «repartir la machine du bon bord», comme dirait mon vieux père.

    Le Canadien en six, oui. À moins que…

    À moins que Carey Price, que j’ai vanté fort cette saison, ne soit pas à la hauteur. Car en séries, tu ne peux gagner sans un gardien qui ne fait pas l’ouvrage. Price devra être bon parce que, à l’autre bout, Craig Anderson va l’être.

    Les séries qui s’amorcent ne décideront pas de l’avenir de Price à Montréal. Mais elles décideront de l’étiquette que les partisans vont lui accoler: celle de gardien à qui on a confiance… ou non.

    Mais il y a l’intangible. Ce quelque chose qui ne s’explique pas qui risque aussi de transporter le grand numéro 31.

    *   *   *

    Suivez-moi sur Twitter: @Michel_Tasse


    • Ottawa en 6

      Le CH est meilleur, sauf devant le filet, là où ça compte.

      “Carré” est un excellent gardien de saison régulière. Un gardien qui a gagné avec les enfants et perdu avec les hommes.

      À lui de se lever afin de me faire passer pour un cabochon!

      Je ne demande pas mieux. Hihi!

    • Je trouve que tous les angles sont couverts dans cette série et qu`il y aura des confrontations talent pour talent assez équitables du genre Karlson d`un bord,Subban de l`autre,Neil d`un bord, Prust de l`autre mais en terme d`équipe Montréal a l`avantage. Le tableau des compteurs démontre bien l`équilibre de l`équipe et leur 3 eme rang dans la ligue pour les buts comptés en font un gros défi sur une série 4 de 7.
      Pas inquiet pour Price et pis au besoin il y a Budaj qui est pas pire !

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    juillet 2014
    D L Ma Me J V S
    « juin   août »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité