Sports, etc.

Archive du 18 décembre 2012

Mardi 18 décembre 2012 | Mise en ligne à 10h15 | Commenter Commentaires (4)

Le jour où Val-d’Or a transformé la LHJMQ

Foreurs

Il y a 20 ans, le 18 décembre 1992, les gens de Val-Or obtenaient une concession dans la LHJMQ. Ça faisait près de 20 ans — 1976, en fait — qu’ils travaillaient sur le dossier, qu’ils y rêvaient.

Ce jour-là, la LHJMQ a changé, elle a entamé une profonde transformation. Avant que Val-d’Or ne débarque dans le circuit Courteau, Chicoutimi représentait «le gros voyage», la fois ou deux par année où les équipes couchaient à l’hôtel. Et encore, ça virait souvent en gros aller-retour.

Alors, allez «r’virer» en Abitibi était quelque chose d’impensable, de carrément fou, pour la plupart des équipes de la ligue, qui étaient essentiellement situées à l’époque dans la grande région de Montréal et dans le centre du Québec. Mais les Foreurs sont nés, la concession a eu du succès et on s’est rendu compte que d’aller jouer en Abitibi, c’était pas si pire que ça, que ça ne tuait pas personne.

Le succès des Foreurs a fait en sorte que la LHJMQ a ensuite ouvert ses portes aux villes des Maritimes, puis à Rimouski, Baie-Comeau et à une deuxième concession en Abitibi (Rouyn-Noranda). Et c’est lorsque le circuit a ouvert ses portes aux régions dites éloignées qu’il est véritablement devenu une grosse ligue, qu’il s’est mis au même niveau que les ligues de l’Ontario et de l’Ouest.

Tout d’un coup, les foules de 1500 spectateurs n’étaient plus la norme. Les assistances ont doublé et les organisations ont grossi. Soudainement, le personnel à temps plein des équipes ne se limitaient plus au coach, au soigneur et à la secrétaire.

Ce n’est toutefois pas toutes les équipes qui se sont ajustées. Granby a perdu son club à peine un an après avoir remporté la coupe Memorial. Les Prédateurs gagnaient, mais ils faisaient encore du hockey comme dans les années 70 en matière de marketing, ils n’étaient pas gérés comme une véritable entreprise. Verdun, Laval, Saint-Jean et Saint-Hyacinthe ont aussi fini par partir.

Aujourd’hui, la plupart des équipes ne sont plus la propriété de simples passionnés. Elles sont la propriété de riches hommes d’affaires, parfois de grosses entreprises. Les budgets des clubs sont devenus énormes.

Oui, la LHJMQ a profondément changé. Pour le meilleur, selon moi, pour le pire, selon certains. Et tout ça a commencé à Val-d’Or, en 1992.

Bonne fête, les Foreurs!

*   *   *

Suivez-moi sur Twitter: @Michel_Tasse

Lire les commentaires (4)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2012
    D L Ma Me J V S
    « mar   mai »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité