Sports, etc.

Archive, décembre 2012

Vendredi 21 décembre 2012 | Mise en ligne à 16h00 | Commenter Commentaires (15)

Que retenez-vous de 2012 dans le sport?

L’année 2012 se meurt. Tantôt, les médias vous nous inonder de revues de l’année. Parce que c’est toujours intéressant et… parce qu’il n’y a rien d’autres à raconter à cette période-ci de l’année!

Me reste encore quelques cadeaux de Noël à acheter. J’suis rushé. Et j’essaie de me rappeler ce qui m’a marqué dans le merveilleux monde du sportsss en 2012…

Au hockey, évidemment, il y a eu le lock-out. Et les misères du Canadien. Mais, sur une note plus positive, il y a eu le triomphe des Cataractes de Shawinigan à la coupe Memorial.

Les Jeux de Londres nous ont fait vivre de bons moments, bien sûr. Au soccer, il y a eu l’année extraordinaire de Lionel Messi et les intéressants débuts de l’Impact en MLS. En course automobile, Montréal a perdu son épreuve de NASCAR.

Au tennis, Milos Raonic monte, monte et monte au classement et Eugenie Bouchard s’en vient à grande vitesse.

Un décès qui m’a beaucoup attristé: celui de Gary Carter.

À part ça? Aidez-moi, s’il-vous-plaît, j’ai des cadeaux à aller acheter. Le p’tit dernier veut absolument un nouveau camion, il m’en voudra à mort s’il ne l’a pas!

Donc, que retenez-vous de 2012 dans le sport?

///

C’est le temps des vacances de Noël. De retour début janvier. Merci d’être là. Et je vous souhaite un merveilleux temps des Fêtes!

*   *   *

Suivez-moi sur Twitter: @Michel_Tasse

Lire les commentaires (15)  |  Commenter cet article






Jeudi 20 décembre 2012 | Mise en ligne à 14h20 | Commenter Aucun commentaire

Les camionnettes à l’Autodrome Granby en 2013

Les camionnettes de la série Procam super truck, qui ressemblent passablement à celles de la Camping World Truck de NASCAR, rouleront à l'Autodrome Granby la saison prochaine.

Les camionnettes de la Série Procam super truck, qui ressemblent passablement à celles de la série Camping World Truck de NASCAR, rouleront à l'Autodrome Granby la saison prochaine. (photo procamsupertruck.com)

Difficile de réinventer la roue après toutes ces années de stock-car. Mais c’est en tentant de se faire créatif que les gens de l’Autodrome Granby mettent le cap sur 2013.

Le calendrier n’est pas définitif à 100%, mais le copropriétaire et promoteur de la piste, Dominic Lussier, avait quelques trucs intéressants à dévoiler cette semaine en vue de la prochaine saison, sa quatrième à Granby.

«Notre public est fidèle, mais il faut essayer de le surprendre de temps en temps, a expliqué Lussier. Dans le fond, ça fonctionne aux courses de la même façon que ça fonctionne dans un couple!»

Être créatif, dans ce cas-ci, ça veut dire amener de nouvelles épreuves, en bonifier une autre et proposer une nouvelle série.

La nouvelle série, c’est la Série Procam super truck, qui devrait s’arrêter à l’Autodome le 26 juillet. François Adam, vice-champion chez les pro-stock en 2012 à l’Autodrome, et l’Ontarien Joey Ladouceur, le grand du pro-stock au Canada, courent au sein de cette série québécoise.

«Nous sommes tout près d’une entente avec les responsables, a repris Dominic Lussier. Je pense que c’est quelque chose qui va plaire aux fans.»

Les camionnettes de la Série Procam super truck roulent autant sur terre battue que sur asphalte. Elles ressemblent passablement à celles de la série Camping World Truck de NASCAR, qui prend de l’ampleur et qui présentera d’ailleurs une épreuve en Ontario la saison prochaine.

Les nouvelles épreuves prévues à l’Autodrome, ce sont les «courses ultimes» et les courses à ordre inversé, qui mettront en vedette les modifiés et les sportsman.

Les «courses ultimes» piquent notre curiosité. Après une épreuve de 35 tours, les 15 premières voitures au classement vont s’éliminer les unes après les autres (une par tour) jusqu’à ce qu’il ne reste qu’un seul bolide. Un peu le principe des combats royaux à la lutte!

Quant aux courses à ordre inversé, on connaît un peu plus le principe. Après un certain nombre de tours, tout le monde rentre aux puits et repart dans l’ordre contraire au résultat de la première partie de l’épreuve.

La première des trois soirées de «courses ultimes» aura lieu le 24 mai.

Enfin, puisque le super week-end DIRT se déplacera du côté de l’Autodrome Drummond en 2013 (avant de revenir à Granby l’an prochain), les pilotes de la classe modifié participeront à une épreuve de 150 tours, le 15 septembre, et se disputeront la bourse de 5000 $ remise au gagnant. Le genre de bourse, justement, décernée au vainqueur des rendez-vous importants de DIRT.

«On a voulu gâter nos pilotes de modifiés, car se sont eux qui font encore déplacer le plus d’amateurs», a souligné Dominic Lussier.

Non à World of Outlaws

Pour la première fois, en 2012, l’Autodrome avait accueilli les récents modèles puis ensuite les sprint cars de la populaire série américaine World of Outlaws. Mais voilà, aucune des deux catégories ne reviendra à Granby l’an prochain.

«Les récents modèles ont attiré une foule semblable à ce que les sprint cars d’Empire Super Sprints attirent (près de 4000 personnes), mais il en coûte 50 000 $ de plus pour les faire venir chez nous, a souligné Dominic Lussier, pour qui le calcul ne faisait pas de sens. Par contre, les sprint cars de World of Outlaws seront à Drummondville en 2013 et ils devraient revenir à Granby en 2014.»

Depuis que Lussier a acheté le RPM Speedway de Saint-Marcel-sur-Richelieu avec Yan Bussières, promoteur de l’Autodrome Drummond, on sent de plus de connivence entre les deux pistes…

Parlant des sprint cars d’ESS, ils seront de retour en ville le 31 mai et le 26 juillet. Les gros blocs, eux, débarqueront le 23 juillet. Et le Défi-Vision amassera des sous pour MIRA le 16 août.

Vous ne serez pas surpris d’apprendre, enfin, que le Challenge Can-Am, qui a réuni des voitures de cinq associations de sprint cars lors du week-end d’ouverture en 2012, ne sera pas de retour. L’expérience, on le sait, avait connu un succès très mitigé.

Le premier programme de la saison aura lieu le 17 mai et sera précédé, le 11, par la traditionnelle journée de pratiques.

*   *   *

Suivez-moi sur Twitter: @Michel_Tasse

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Mardi 18 décembre 2012 | Mise en ligne à 10h15 | Commenter Commentaires (4)

Le jour où Val-d’Or a transformé la LHJMQ

Foreurs

Il y a 20 ans, le 18 décembre 1992, les gens de Val-Or obtenaient une concession dans la LHJMQ. Ça faisait près de 20 ans — 1976, en fait — qu’ils travaillaient sur le dossier, qu’ils y rêvaient.

Ce jour-là, la LHJMQ a changé, elle a entamé une profonde transformation. Avant que Val-d’Or ne débarque dans le circuit Courteau, Chicoutimi représentait «le gros voyage», la fois ou deux par année où les équipes couchaient à l’hôtel. Et encore, ça virait souvent en gros aller-retour.

Alors, allez «r’virer» en Abitibi était quelque chose d’impensable, de carrément fou, pour la plupart des équipes de la ligue, qui étaient essentiellement situées à l’époque dans la grande région de Montréal et dans le centre du Québec. Mais les Foreurs sont nés, la concession a eu du succès et on s’est rendu compte que d’aller jouer en Abitibi, c’était pas si pire que ça, que ça ne tuait pas personne.

Le succès des Foreurs a fait en sorte que la LHJMQ a ensuite ouvert ses portes aux villes des Maritimes, puis à Rimouski, Baie-Comeau et à une deuxième concession en Abitibi (Rouyn-Noranda). Et c’est lorsque le circuit a ouvert ses portes aux régions dites éloignées qu’il est véritablement devenu une grosse ligue, qu’il s’est mis au même niveau que les ligues de l’Ontario et de l’Ouest.

Tout d’un coup, les foules de 1500 spectateurs n’étaient plus la norme. Les assistances ont doublé et les organisations ont grossi. Soudainement, le personnel à temps plein des équipes ne se limitaient plus au coach, au soigneur et à la secrétaire.

Ce n’est toutefois pas toutes les équipes qui se sont ajustées. Granby a perdu son club à peine un an après avoir remporté la coupe Memorial. Les Prédateurs gagnaient, mais ils faisaient encore du hockey comme dans les années 70 en matière de marketing, ils n’étaient pas gérés comme une véritable entreprise. Verdun, Laval, Saint-Jean et Saint-Hyacinthe ont aussi fini par partir.

Aujourd’hui, la plupart des équipes ne sont plus la propriété de simples passionnés. Elles sont la propriété de riches hommes d’affaires, parfois de grosses entreprises. Les budgets des clubs sont devenus énormes.

Oui, la LHJMQ a profondément changé. Pour le meilleur, selon moi, pour le pire, selon certains. Et tout ça a commencé à Val-d’Or, en 1992.

Bonne fête, les Foreurs!

*   *   *

Suivez-moi sur Twitter: @Michel_Tasse

Lire les commentaires (4)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    décembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « nov   jan »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité