Sports, etc.

Archive, avril 2012

Lundi 30 avril 2012 | Mise en ligne à 11h05 | Commenter Commentaires (6)

Vladimir Guerrero se cherche toujours une job

Dans l'uniforme des Orioles de Baltimore, la saison dernière. (photo Associated Press)

Dans l'uniforme des Orioles de Baltimore, la saison dernière. (photo Associated Press)

Vladimir Guerrero, un des grands de l’histoire des Expos, est toujours à la recherche d’une job. À sa seule saison avec les Orioles de Baltimore, en 2011, il n’a frappé que 13 circuits et n’a produit que 63 points en 590 apparitions au bâton. Ce n’est pas si vilain, on s’entend, mais à peine un an plus tôt, avec les Rangers du Texas, il avait frappé 29 circuits et fait produire 115 points.

À 37 ans, Vlad ne rajeunit pas. Au cours des trois dernières saisons, il a été utilisé presque exclusivement comme frappeur de choix.

Pourtant, Guerrero intéresse présentement les Diamondbacks de l’Arizona, de la Ligue nationale. Les DBacks vont tenir un camp d’évaluation pour les joueurs latins en République Dominicaine, le pays de notre homme, et il a été invité à y participer.

Selon le directeur général des Diamondbacks, Kevin Towers, Guerrero est en bonne forme physique.

Les Diamondbacks jouent pour ,500 en ce début de saison (11-11).

Guerrero, qui a une moyenne au bâton en carrière de ,318, n’a besoin que de 51 circuits pour attendre le plateau des 500.

///

Les choses vont mieux à Boston, où les Red Sox ont remporté six de leurs sept derniers matches. Mais attendez-vous à une saison pleine de rebondissements, pas tranquille pour cinq cents, à Bean Town. Ça va être amusant!

///

Les Angels de Los Angeles accusent déjà neuf matches de retard sur les Rangers du Texas au classement de la section Ouest de la Ligue américaine. Rappelez-vous qu’on prédisait une lutte incroyable entre les deux clubs. Au pays des anges, les déboires d’Albert Pujols (moyenne de .216, aucun circuit, quatre points produits) retiennent toute l’attention.

*   *   *

Suivez-moi sur Twitter: @Michel_Tasse

Lire les commentaires (6)  |  Commenter cet article






Samedi 28 avril 2012 | Mise en ligne à 21h40 | Commenter Commentaires (5)

La crosse!

La crosse est un sport rapide, robuste, avec plein de bons athlètes. (photo Presse Canadienne)

La crosse est un sport rapide, robuste, avec plein de bons athlètes. (photo Presse Canadienne)

Grosse soirée télé en ce petit samedi. Il y a le match des séries entre Los Angeles et St. Louis au hockey, l’épreuve de la Coupe Sprint de Richmond en NASCAR,  le match entre les Red Sox et les White Sox au baseball et celui entre le Rock de Toronto et le Rush d’Edmonton à la crosse. Et vous savez quoi? C’est la crosse qui retient mon attention.

J’aime ça, la crosse. Je ne regarde pas tous les matches, mais je m’y arrête assez souvent. C’est un sport rapide, robuste, avec plein de bons athlètes. Certains diront que ça ressemble à du hockey, mais à pieds. C’est vrai. Anyway, ça se regarde très bien.

Montréal a déjà eu des équipes professionnelles de crosse. Dans les années 70, puis en 2002,  avec l’Express. J’ai de bons souvenirs de l’Express, que je suis allé voir quelques fois au Centre Bell. Malheureusement, il n’y en avait pas assez de gens qui, comme moi, allait à la crosse de temps en temps. Et c’est pourquoi ça n’a duré qu’un an…

La Ligue nationale de crosse, qui compte neuf équipes, est un circuit sérieux. Toronto, Edmonton et Calgary, au Canada, font la lutte à Buffalo, Colorado, Minnesota, Philadelphie, Rochester et Washington, de l’autre côté de la frontière. Les concessions canadiennes sont en santé malgré la présence, dans les mêmes marchés, d’une équipe de la Ligue nationale de hockey.

J’aimerais que la crosse revienne à Montréal. Parce que c’est un beau sport et parce que ça nous permettrait, en hiver, de mettre nos énergies sur autre chose que le Canadien à l’occasion.

En passant, c’était 4-1 en faveur du Rock au deuxième quart…

*   *   *

Suivez-moi sur Twitter: @Michel_Tasse

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






Vendredi 27 avril 2012 | Mise en ligne à 13h00 | Commenter Un commentaire

LNAH: en pleine finale, Windsor prépare son déménagement!

Une

La grande finale de la Ligue nord-américaine de hockey débute vendredi soir à Thetford Mines alors que l’Isothermic reçoit le Wild de Windsor.

Il y a quelque chose de très particulier à cette finale. Voyez-vous, en même temps qu’il joue pour l’obtention de la Coupe Canam, le Wild prépare son… déménagement. L’équipe évoluera à Cornwall, en Ontario, la saison prochaine.

Le Wild de Windsor, c’est l’ancien Saint-François de Sherbrooke, qui a été une glorieuse concession du circuit aujourd’hui dirigé par Michel Godin. Le Saint-François a connu beaucoup de succès sur la patinoire et il a longtemps attiré d’excellentes foules au Palais des sports Léopold-Drolet. Mais la LHJMQ sera de retour à Sherbrooke la saison prochaine et le Saint-François s’est ni plus ni moins fait botter le cul en dehors de la ville.

Mais voilà, ça n’a pas fonctionné à Windsor. Après des débuts intéressants, le Centre J.-A.-Lemay s’est mis à se vider et on a même fini par enregistrer des foules de moins de 500 personnes en fin de saison. Une équipe de la Ligue nord-américaine a besoin d’au moins 1000 spectateurs par match pour faire ses frais.

La Ligue nord-américaine, autrefois appelée Ligue semi-professionnelle du Québec et Ligue senior majeure du Québec, n’est plus ce qu’elle était. En ce sens où on n’assiste plus à un match en sachant qu’on aura droit à une bagarre générale ou à au moins cinq ou six combats. Les goons ne prennent plus toute la place, les bons joueurs de hockey (car ils sont très nombreux) ont pris la place qui leur revient.

Mais ce n’est pas tout le monde qui a adopté la «nouvelle» LNAH, celle où on joue d’abord au hockey. Aujourd’hui, on parle d’une bonne foule quand il y 1200 personnes dans l’aréna. On est loin des soirées de 4000 ou 5000 spectateurs à Laval, Verdun ou Québec. Granby, qui avait une belle rivalité avec Acton Vale, a aussi été une bonne concession.

Même si l’alignement des différentes équipes est plein d’anciens de la LHJMQ, de la East Coast, de la Ligue américaine et qu’on retrouve même quelques gars qui ont joué dans la Ligue nationale, la LNAH peine à intéresser les amateurs dans certains de ses sept marchés. À Trois-Rivières, par exemple, on se demande quand est-ce que Léo-Guy Morrissette va finir par tirer la plogue. Et il y a des soirs où on ne se bouscule pas aux portes des arénas de Sorel-Tracy et de Rivière-du-Loup non plus. Le cas de Windsor, lui, est réglé.

Le commissaire Michel Godin rêve d’augmenter le nombre d’équipes à 10. Paraît-il, selon le journaliste Dave Lafrenière de La Tribune de Sherbrooke, qu’il y a de l’intérêt du côté de Valleyfield, Montmagny-La Pocatière et Ancienne-Lorette.

La LNAH est en période de transition. Elle est à la recherche de nouveaux fans, ceux qui apprécient le hockey de qualité, pour remplacer ceux qui ont débarqué en même temps que les trop nombreux goons. Elle doit aussi trouver le moyen d’intéresser les médias nationaux, qui continuent de la bouder malgré sa nouvelle orientation, pourtant beaucoup plus intéressante.

En attendant des jours meilleurs, des propriétaires perdent de l’argent. Et il y en a des moins patients que d’autres. Comme ceux de Windsor.

*   *   *

Suivez-moi sur Twitter: @Michel_Tasse

Un commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    août 2012
    D L Ma Me J V S
    « juil   sept »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité