Sports, etc.

Lundi 20 octobre 2014 | Mise en ligne à 11h20 | Commenter Un commentaire

Les Alouettes, l’autre équipe qui va bien

flag-cfl-montreal-alouettes

Jacques, mon beau-père, est un gros amateur de football. En fait, il n’y a pas grand-chose qu’il aime davantage que de s’asseoir devant son téléviseur, un p’tit verre de scotch à la main, et regarder un match des Alouettes ou de la NFL.

Mais il n’y a pas si longtemps, Jacques n’aimait pas ce qu’il voyait des Oiseaux. Les défaites s’accumulaient, l’attaque ne produisait rien, la défensive était tout croche, rien ne fonctionnait. Et Jacques se posait de grosses questions au sujet de Tom Higgins, l’entraîneur-chef. «Quand l’attaque ne fait rien et que la défensive se fait traverser, il faut regarder du côté du coach!», disait-il.

Mais voilà, les Alouettes se sont mis à gagner. Et à gagner encore. Même qu’ils se retrouvent aujourd’hui au sommet de la section Est, à égalité avec les Tiger-Cats, à la suite de leur victoire du week-end à Toronto.

Jacques a retrouvé le sourire. Et il parle plus du coach. Il pense même que les Alouettes pourraient surprendre en séries.

Bien sûr, on ne parle que de l’excellent début de saison du Canadien dans les médias présentement. Mais les Alouettes méritent aussi qu’on s’attarde à eux. Ils sont en train d’orchestrer un méchant revirement de situation. C’est à l’honneur… d’Higgins et de la direction de l’équipe, qui n’ont pas cédé à la panique.

Les Alouettes ont toutefois l’avantage de ne pas être l’équipe numéro un à Montréal, ce qui leur permet de prendre du recul quand les choses vont mal. Un luxe que le Canadien n’a pas, bien sûr.

Il commence à faire froid. Grâce aux Alouettes, l’autre équipe qui va bien chez nous, l’automne sera peut-être effectivement un peu plus chaud.

*   *   *

Suivez-moi sur Twitter: @Michel_Tasse

Un commentaire  |  Commenter cet article

 

Mercredi 15 octobre 2014 | Mise en ligne à 14h40 | Commenter Commentaires (8)

NASCAR sévit… mais pas trop fort

nascar-logoLes dirigeants de NASCAR ont réinventé la formule de la Chase, son championnat de fin de saison en Coupe Sprint où, si vous préférez, ses séries éliminatoires. La nouvelle formule fait en sorte que l’intensité a monté d’une couple de crans, ce qui est bon pour le sport. Mais parfois, comme on l’a vu le week-end dernier à Charlotte, ça déborde.

Oui, ça a brassé à Charlotte. En piste et, surtout, en dehors de celle-ci. Matt Kenseth, d’ordinaire très calme, s’est battu avec Brad Keselowski, le bad boy de NASCAR. Juste avant, Denny Hamlin avait aussi tenter de faire un mauvais parti à Keselowski, mais il n’avait pas réussi à se rendre jusqu’à lui.

La télévision a capté tout ça. Ce n’était pas beau. De l’intensité en piste, c’est parfait, c’est vendeur. Des pilotes qui se battent dans les coulisses, ça paraît juste mal, ce n’est plus bon pour le sport.

Keselowski a reçu une amende de 50 000 $ pour son comportement en piste à Charlotte. Tony Stewart, qui se retrouve à nouveau sous les réflecteurs pour les mauvaises raisons, a écopé 25 000 $, aussi pour sa conduite en piste. Les deux sont aussi en probation pour quatre courses.

Étonnamment, Kenseth et Hamlin n’ont pas été punis pour leur pétage de coche.

NASCAR a sévi à l’endroit de Keselowski et Stewart, mais pas trop fort. Et Kenseth et Hamlin, qui auraient certes mérité une réprimande, ont été absouts.

Keselowski, Kenseth et Hamlin luttent encore pour la Coupe Sprint. Ce sont de gros noms. Les gens de NASCAR ont-ils eu peur de véritablement sévir? On dirait que oui.

NASCAR devrait aussi être mis en probation.

*   *   *

Suivez-moi sur Twitter: @Michel_Tasse

Lire les commentaires (8)  |  Commenter cet article

 

Mardi 14 octobre 2014 | Mise en ligne à 12h30 | Commenter Commentaires (3)

Sebastian Vettel chez Ferrari pour… 80 millions $ par année

Sebastien Vettel a 80 millions de raisons d'avoir l'air heureux. (photo Associated Press)

Sebastian Vettel a 80 millions de raisons d'avoir l'air heureux. (photo Associated Press)

Vous trouvez que neuf millions $ par année pour PK. Subban, ça n’a pas de sens? Attendez de lire ce qui suit!

Sebastien Vettel, quatre fois champion de Formule un, va quitter Red Bull à la fin de la présente saison. Et les gens de l’écurie avec laquelle il a connu tant de succès viennent de confirmer que c’est une Ferrari qu’il conduira en 2015. Remarquez que c’était un secret de Polichinelle.

Et vous savez à quoi ressemble le contrat que Vettel a — ou va — signé avec la Scuderia? 240 millions $ pour trois ans!

Oui, 80 millions $ par année!

Ce qui fera de Vettel, très évidemment, le pilote de Formule un le mieux payé de l’histoire. Ce qui en fera, encore plus simplement, l’athlète sous contrat le mieux payé de l’histoire.

Et dire que partout, en Amérique du Nord comme en Europe, de nombreux pilotes paient pour rouler…

Mais la Formule un, c’est ça.

*   *   *

Suivez-moi sur Twitter: @Michel_Tasse

Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article

 

publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2014
    D L Ma Me J V S
    « sept    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité