Sports, etc.

Vendredi 24 avril 2015 | Mise en ligne à 22h45 | Commenter Commentaires (7)

Et voilà que le doute s’installe…

Craig Anderson vient d'en arrêter une autre... (photo La Presse)

Craig Anderson vient d'en arrêter une autre... (photo La Presse)

Les Sénateurs ont remporté leur deuxième match de la série, ce soir. Mais ils ont réussi bien plus important encore: ils ont réussi à semer le doute chez le Canadien.

Pourtant, le Canadien voulait vraiment en finir. Les joueurs de Michel Therrien ont entamé le match en force, avec beaucoup de force même, mais il y avait Craig Anderson. Encore Craig Anderson!

Anderson a encore eu le meilleur sur Carey Price. Comme il avait eu le meilleur il y a deux ans. Il a arrêté 45 rondelles lors de ce cinquième match. Il est confiant, il défie constamment les joueurs du Canadien, il a l’air énorme devant son filet.

Et après avoir connu une saison de rêve, Price ne semble plus avoir la même confiance. On le sent tout à coup fragile, plus hésitant. Il a moins de 48 heures pour redevenir le vrai Carey Price.

Car Anderson, lui, ne semble pas parti pour flancher. Moins de 48 heures, c’est aussi le temps que le Canadien a pour résoudre l’énigme Craig Anderson.

Le Canadien doit aussi trouver une façon de marquer en avantage numérique. Encore zéro en trois, ce soir. Et deux en quatre pour les Sénateurs, question d’ajouter l’insulte à l’injure.

Michel Therrien ne dormira pas beaucoup d’ici à dimanche. Il a beaucoup à jongler. Et ne trouvez-vous pas que le coach avait l’air ébranlé derrière son banc ce soir? La vérité, c’est qu’il avait drôlement raison de l’être.

Les Sénateurs ne veulent pas mourir. En fait, ça fait deux mois et demi qu’ils ne veulent pas mourir. Ils sont impressionnants.

La série se transporte à nouveau à Ottawa. Soudainement, le Canadien a toute la pression du monde sur les épaules face à une équipe qui n’a encore et toujours rien à perdre.

Partisans du Canadien, êtes-vous inquiets?

*   *   *

Suivez-moi sur Twitter: @Michel_Tasse

Lire les commentaires (7)  |  Commenter cet article

 

Mercredi 22 avril 2015 | Mise en ligne à 22h30 | Commenter Commentaires (6)

Et si Anderson était arrivé plus tôt?

Craig Anderson fruste Brandon Prust. (photo La Presse)

Craig Anderson frustre Brandon Prust. (photo La Presse)

Pour la quatrième fois depuis le début de la série, les Sénateurs ont pris les devants, ce soir. Mais lors de ce quatrième match, ils ne se sont pas essoufflés. Ils ont continué à patiner, ils ont continué à frapper.

À la suite du troisième match, j’ai écrit que la série, au lieu d’être 3-0, pourrait être 2-1, peut-être même 2-1 en faveur des Sénateurs. Et voilà qu’on peut se poser la question: où en serions-nous si Dave Cameron avait envoyé dans la mêlée Craig Anderson plus tôt dans la série, sinon dès le départ?

Andrew Hammond, on le sait, a accordé un mauvais but et puis un autre. Il a fait des miracles en fin de saison, mais il n’a rien cassé, loin de là, face au Canadien. Alors que Anderson, lui, a bien failli donner la victoire aux Sénateurs dimanche avant, ce soir, d’être encore excellent, d’être parfait.

Donc, les Sénateurs pourraient-ils être en avance dans cette série si Anderson était arrivé plus tôt? Réponse: oui. Le Canadien pourrait-il même être acculé au mur si Anderson était arrivé plus tôt? Réponse: encore oui!

Mais ce soir, le Canadien faisait face à une équipe désespérée. Et il n’y a rien de plus difficile à battre qu’une équipe qui joue avec l’énergie du désespoir.

Les joueurs de Michel Therrien ont raté une belle occasion de s’accorder un beau congé en perdant ce quatrième match. Faudra toutefois voir si les Sens, qui viennent d’éviter l’humiliation d’un balayage, joueront de la même façon dans le délirant Centre Bell vendredi. Pas certain.

À moins que Craig Anderson, encore…

*   *   *

Suivez-moi sur Twitter: @Michel_Tasse

Lire les commentaires (6)  |  Commenter cet article

 

Mardi 21 avril 2015 | Mise en ligne à 13h00 | Commenter Un commentaire

Chapeau aux Maroons!

Les Maroons sont partis de loin. Avant de soulever la coupe, il y a eu des moments difficiles. (photo Sandra Charette)

Les Maroons sont partis de loin. Avant de soulever la coupe, il y a eu des moments difficiles. (photo Sandra Charette)

La scène se déroule à la fin du mois d’octobre. Les Maroons de Waterloo viennent de subir un revers gênant de 10-2 à Sherbrooke et leur fiche est d’une seule victoire et quatre défaites. L’équipe, que l’on disait pourtant très améliorée, ne va nulle part…

Devant moi, l’entraîneur et directeur général Michel «Mike» Deschamps affirme qu’il ne panique pas, mais on sent que la pression monte. Au hockey senior, le temps presse toujours. Tu gagnes ou sinon…

«Je crois encore en cette équipe, me disait alors Deschamps. On espérait un meilleur départ, c’est vrai, mais il reste encore 15 matchs à jouer au calendrier régulier.»

Et les gradins de l’Aréna Jacques-Chagnon de Waterloo étaient vides.

Mais voilà, les Maroons se sont mis à gagner. Et à gagner encore. Même qu’ils ont remporté neuf de leurs 10 derniers matchs. Puis, en séries, ils ont disposé non sans mal du HockeyProfil.com de Sherbrooke avant de balayer le Dynamik de Coaticook et, finalement, de venir à bout du ô combien coriace Turmel de Lac-Mégantic en grande finale de la Ligue de hockey senior des Cantons-de-l’Est.

Les Inouk en vacances, toute l’attention des amateurs de hockey de la région était portée sur les Maroons de Deschamps. Tellement que l’Aréna Jacques-Chagnon est devenue trop étroite. Dimanche soir, ils étaient plus de 1100 au Centre sportif Léonard-Grondin de Granby à encourager l’équipe de Waterloo. Ils auraient probablement été 1500 si le Canadien n’avait pas affronté les Sénateurs en même temps à la télé.

Et ceux qui ont préféré les Maroons au Canadien ont eu droit à tout un spectacle, à un classique du hockey senior. Ça a pris 41:26 minutes de prolongation pour déterminer un gagnant, pour déterminer le champion de la Coupe Sher-Wood Hockey.

J’aime le hockey senior, du hockey viril joué par des hommes. Oui, il y a un folklore lié au senior — les batailles, les gars qui ne jouent pas à cause de leur travail ou parce qu’ils ont partis dans le Sud! —, mais ça reste du bon hockey, du hockey d’émotion. Et le calibre de jeu de la LHSCE, avec tous ses patineurs qui ont joué dans la LHJMQ et même dans les rangs professionnels, est fort intéressant.

Le triomphe des Maroons devrait permettre aux propriétaires de l’équipe de souffler un peu. Et normalement, ils devraient être plus que 200 dans les gardins lors du match d’ouverture, en octobre prochain.

Oui, chapeau aux Maroons!

TVA Sports

J’ai moi-même écrit quelque chose de pas très gentil la semaine dernière. Mais honnêtement, il faudrait arrêter de s’acharner — et je dis bien s’acharner — sur les gens de TVA Sports. À lire ce qui s’écrit sur les réseaux sociaux, il ne s’est jamais fait rien de pire dans l’histoire du hockey à la télé. Faudrait quand même pas exagérer.

Je me souviens des débuts de RDS. Ça chialait aussi. Le réseau a mis un certain temps avant de se faire une bonne crédibilité.

Et TVA Sports va présenter le hockey des séries pendant… 12 ans. Douze ans à chialer, c’est long…

Yvon Larrivée

Il a été la toute première personne à m’accueillir à l’Autodrome Granby lorsque mon patron de l’époque, Dany Doucet, m’a envoyé couvrir les courses pour la première fois. J’ai appris énormément sur le stock-car à ses côtés. Sous ses airs bourrus, Yvon Larrivée était un bon monsieur. Et un méchant passionné de sport motorisé. Cette passion, il l’a transmise à plusieurs dans son rôle de relationniste pendant plus de 50 ans.

Yvon est décédé dimanche du cancer. Il avait 76 ans. Nos sympathies à son épouse Yolande et à ses filles France et Manon.

*   *   *

Suivez-moi sur Twitter: @Michel_Tasse

Un commentaire  |  Commenter cet article

 

publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    février 2012
    D L Ma Me J V S
    « jan   mar »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    26272829  
  • Archives

  • publicité