La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 6 décembre 2017 | Mise en ligne à 11h50 | Commenter Commentaires (6)

    Devoir de mémoire en ce 6 décembre

    Cela fait 28 ans. Ce n’est pas un chiffre rond, mais le 6 décembre, impossible de ne pas y penser.

    À tout jamais, pour tous les contemporains de la tuerie de Polytechnique, à Montréal, le 6 décembre évoquera le plus triste des souvenirs.

    Quatorze vies de jeunes femmes ont été fauchées le 6 décembre 1989, celle de  Geneviève Bergeron, Hélène Colgan, Nathalie Croteau, Barbara Daigneault, Anne-Marie Edwards, Maud Haviernick, Maryse Laganière, Maryse Leclerc, Anne-Marie Lemay, Sonia Pelletier, Michèle Richard, Annie St-Arneault, Annie Turcotte et Barbara Klucznic Widajewicz.

    Pour des milliers de personnes, pour les familles des victimes, pour tous les étudiants qui étaient sur place – particulièrement ceux qui ont croisé le tueur -  pour les professeurs de Poly, il y a un avant et un après 6 décembre.

    Espérons que nos enfants ne vivront jamais pareil drame et merci à tous ceux qui s’assurent que cette tragédie soit commémorée, année après année.


    • Même les universités à Vancouver commémorent ce terrible évènement. Kwantlen Polytechnic University a eu une minute de silence ainsi que des présentations aujourd’hui sur ses quatre campus. Nous n’oublierons jamais ce qui s’est passé à Montréal le 6 décembre 1989.

    • Ma fille avait presque 2 ans. Je me suis demandé dans quel monde de fou j’avais mis une fille au monde…Mon coeur s’est brisé peu à peu en apprenant les circonstances de ce terrible drame de minute en minute en ce jour de décembre.

    • Il faut continuer de se souvenir, à chaque année, sinon on oubliera et un autre fou ne se gênera pas.

    • Je n’avais que 9 ans le jour de la tragédie. Je m’en souviens, mais à cet âge on ne mesure pas l’ampleur de ce genre d’événement.

      9 ans, c’est aussi l’âge de ma fille. J’espère tellement que la violence envers les femmes ne sera que chose du passé quand elle grandira.

    • Il y a des enfants de la ville de Québec qui ont vécu pareil drame il y a moins d’un an.
      Font-ils partie de ceux que vous appelez “nos” enfants , Mme Leduc ?

      «Espérons que nos enfants ne vivront jamais pareil drame » Louise Leduc

      Pour parodier La Clique du Plateau
      Commentaire inutile à me faire : les enfants ne sont pas morts; ce sont les pères qui ont été assassinés pour la simple raison d’appartenance religieuse.

    • Gamil Gharbi a fait sortir sortir tous les hommes de la classe et a tranquillement commencé à tuer les femmes prisonnières. Aucun homme n’a réagi. Quand Gamil Gharbi est sorti aucun homme n’a tenté de l’arrêter. Un seul a réagi en courant vers un gardien de sécurité qui a appelé la police.

      Les femmes de la Polytechnique ont aussi été assassinées pour leur appartenance religieuse.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    décembre 2017
    L Ma Me J V S D
    « nov    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives