La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 7 novembre 2017 | Mise en ligne à 11h43 | Commenter Commentaires (12)

    Grands-parents et parents, mode d’emploi

    Dans certaines familles, c’est l’harmonie totale. Tout le monde est content de se voir. Mais parfois, autour de la table ou ailleurs, à la petite semaine, ça ne se passe pas exactement comme dans un numéro du magazine Ricardo.

    Il y a des parents réactifs et intolérants au possible qui grimpent dans les rideaux au premier bonbon offert par grand-papa.

    Il y a des grands-parents insupportables comme c’est pas permis qui multiplient les petites piques (souvent devant les petits-enfants) sur le désordre ahurissant de la maison ou sur les piètres qualités de cuisinière de la belle-fille.

    Il y a des parents qui appellent sans cesse au secours la grand-mère. «Tu peux venir garder les enfants ? », en espérant que grand-mère accoure, fasse une sorte de service à l’auto et reparte à la minute où sa présence n’est plus requise.

    Il y a des grands-parents qui s’incrustent beaucoup trop et qui, sous prétexte de rendre service, ne décollent plus. Souvent sans s’en rendre compte, ils deviennent envahissants et se mettent un peu trop à prendre la place des parents.

    Je pensais à tout cela en parcourant un article du Monde * qui traite des raisons sous-jacentes pouvant expliquer les raisons pour lesquelles des enfants, parfois, n’aiment pas trop leurs grands-parents.

    Oui, parfois,  la grand-mère a «un caractère irascible, revêche comme pas deux», peut-être force-t-elle «le petit à manger des épinards et de la cervelle».

    Parfois aussi, le grand-père est «grincheux et égocentrique» et « n’a jamais montré le début du commencement d’un infime intérêt pour ses petits-enfants».

    Mais souvent aussi, «l’enfant est une victime collatérale» des rancœurs de son parent contre ses propres parents, peut-on lire. Si des choses n’ont pas été réglées, si la personne a encore des comptes à régler avec ses parents, l’enfant sera pris à partie, directement ou pas. «Par mimétisme ou solidarité, l’enfant rallie la cause parentale et en vient à ‘ détester’ ses grands-parents, des ‘ méchants’, selon le portrait peu élogieux qu’en dresse son père ou sa mère».

    Dans les pires cas, ça peut finir en aliénation totale des grands-parents.

    Enfin, rappelle-t-on aussi dans ce texte, quand un enfant rechigne à aller chez ses grands-parents, ce n’est pas nécessairement qu’il ne les aime pas, mais «parce qu’il préférerait rester auprès de ses parents, ou son parent, plutôt qu’être une énième fois largué chez mamie et papi », constate le psychiatre Robert Neuburger.

    Bref, à méditer si ça roule carré dans la famille. Et pour le mode d’emploi promis de façon trop ambitieuse dans le titre, il tient à peu de choses, à mon avis: respirer par le nez et ne pas faire de drame pour des riens. Mais Dieu sait que c’est souvent difficile !

    * Désolée pour l’absence d’hyperlien, on dirait que l’article est disparu du site Internet, je ne le vois plus…


    • Excellent billet,

      J’ai appris à detester ma Grand-Mère, quand j’étais tout petit je l’adorais, j’aimais bien lui rendre visite et me faire garder par elle de temps à autres. Puis, vers l’âge de 7-8 ans ça changé, elle passait des commentaires désobligeant, sur mon oncle, puis ma mère et mon père. Mon père devrait pas trvailler trop fort “c’est dangereux pour le coeur à son âge”, “ta mère devrait en faire plus dans maison”, “ta mère ne s’occupe plus de moi”, “ton oncle, c’est un sans coeur”, etc.. Elle à habité un temps dans notre maison. Je l’aidais quand je pouvais. À l’entendre chiailer sur tous ceux qui l’aidait, je me demadais bien ce qu’elle pouvait raconter dans mon dos.

    • On va me reprocher d’être un peu trop extrême mais j’assume: pour ce qui est des relations familiales, les oiseaux ont pas mal trouvé la meilleure solution à mon avis : un moment donné la marmaille est jetée en bas du nid et c’est ce qui met un terme relations parents-enfants !

    • Un grand-père était déjà décédé lorsque je suis arrivée à la maison, l’autre habitait une autre ville et peu vu, mais c’était un bien chic monsieur. Bonheur total avec ma grand-mère paternelle et sa sœur qui vivaient à l’étage supérieur : sans elles, qui sait si je ne serais pas devenue une délinquante. Grand-maman maternelle n’avait pas une forte santé et a habité chez nous quelques années. Une grande dame intellectuelle. Rien à redire sur mes grands-parents, sauf que tous sont décédés bien trop tôt!

    • Je n’ai connu aucun de mes grands-parents, ils étaient déjà tous morts quand je suis née…

    • En gros : Les humains ont des personnalités différentes qui entrent parfois en conflit pour des raisons diverses, et ceci demeure vrai peu importe l’âge.

    • @ remington Vous visez juste, je seconde

    • Remington a raison, ce n’est pas le lien du sang qui fait que des personnalités qui ne se correspondent pas vont finalement correspondent mieux. Je dirais aussi que nos familles réduites offrent davantage d’opportunités pour des conflits « intimes » plus évidents.

      Personnellement, des familles de 12 et 9 enfants chez mes parents… disons que même si mes grands-parents ont vécu assez vieux outre une exception (63,82,88 et 101 décédée à Noël dernier), il y avait beaucoup de monde quand il s’agissant de compter les petits enfants (du côté de ma mère, 30 petits enfants, environ le même nombre du côté du père), les grands-parents faisaient davantage dans le « recevoir » que dans garder les petits-enfants!

    • @remington

      Vous avez totalement raison. J’ai une belle-soeur qui est la mère parfaite malgré le fait qu’elle n’ait jamais eu d’enfant. Elle est aussi la conjointe parfaite malgré le fait qu’elle n’ait jamais eu de chum… ;-)

    • Ah quelle famille ! Chaque famille à son ou ses histoires. Il n’existe donc pas de mode d’emploi, il faut faire avec.

      Bien sûr que je me rappelle de mes grands-parents. Quel souvenir faut-il rappeler ? Celui quand j’ai arraché les cheveux de mon grand-père à 2 ans et où j’avais eu peur ? Bien oui c’était une perruque. Sauf qu’on a 2 ans. ”Tu viens de scalper ton grand-père”. M’a dit un cousin 36 ans plus tard quand je lui ai raconté cette anecdote.

    • Ça prend un permis pour: conduire une voiture, pêcher, rénover sa maison, etc.

      Mais pour faire des enfants, n’importe qui peut en faire. Et pour n’importe quelles mauvaises raisons.

    • ers ce que je crois être l’article dont vous parlez:
      http://www.lemonde.fr/m-perso/article/2017/11/08/allo-maman-bobo-j-aime-pas-mamie-et-puis-elle-pique_5211726_4497916.html

    • *Voici un lien vers…

      Désolé pour la coquille!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    novembre 2017
    L Ma Me J V S D
    « oct    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives