La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 10 octobre 2017 | Mise en ligne à 12h24 | Commenter Commentaires (29)

    Faire ça vite, vite vite

    « Elle est enceinte, alors elle va partir en congé de maternité », s’inquiétait un citoyen pendant la campagne électorale à laquelle participait la caquiste Geneviève Guilbault.

    La bonne nouvelle, c’est que tout indique que les préoccupations de cet homme n’étaient pas largement partagées par l’électorat.  Geneviève Guilbault a obtenu pas moins de 51 % des voix lors de l’élection partielle dans Louis-Hébert la semaine dernière.

    N’empêche, à Tout le monde en parle, dimanche, la nouvelle élue a encore dû se justifier et assurer qu’elle ferait ça vite, vite, vite, son congé de maternité. Son accouchement étant prévu en décembre, alors que l’Assemblée ne siège pas, elle aura d’office deux mois pendant lesquels il n’y aura pas de problème, a-t-elle fait remarquer.

    En France, disant avoir des conversations enregistrées à l’appui, une danseuse de l’Opéra de Lyon affirme avoir été discriminée puis avoir vu sa collaboration non renouvelée par la troupe de ballet après l’annonce de sa grossesse.

    Impossible de ne pas reconnaître que les congés de maternité peuvent occasionner du travail supplémentaire aux gestionnaires qui doivent trouver des remplaçantes de façon temporaire (ou aux employés eux-mêmes quand la personne n’est pas remplacée).

    Avouons aussi que même comme femme, en début d’année scolaire, quand la prof est jeune, on y pense. Fera-t-elle toute l’année ou devra-t-elle partir précipitamment ?

    Et, oui, ça arrive. Comme ça arrive que la professeure plus âgée tombe malade ou qu’elle doive prendre un congé prolongé pour être au chevet de son mari tombé au combat.

    Au Québec, quantité de femmes continuent d’être victimes  de discrimination lorsqu’elles deviennent enceintes, selon la Commission des normes du travail, qui enregistre les plaintes.

    Alors, en 2017 comme en 1977, c’est comme ça. Quantité de femmes redoutent le moment où elles devront annoncer à leur patron qu’elles sont enceintes et essuyer des petites remarques du genre : «Encore? » « Pas une autre ? »

    Ça s’est mieux passé pour vous ?


    • Non mais ils veulent la CAQ et c’est une question très légitime. Pourquoi ?

      Comparez cela à une offre d’emploi et non à une employé qu’on a déjà…

      Disons que ton employée est en congé de maternité et tu as besoin d’une personne pour la remplacer ? Elle est enceinte elle aussi ? De combien de mois ? C’est pour dans une semaine et le remplacement est de 4 mois ?

      Ici ? c’est une élection partielle. Celle que tu engages c’est l’élue. C’est pas une question de faire cela vite mais vous devriez avoir deux candidats dans un dans ce temps là. La solution prévue d’avance. Deux pour le prix d’une ! Tu veux avoir un député en exercice pendant tout le mandat. Alors pourquoi ne pas prévoir ?

      C’est elle qui veut faire cela vite, vite, vite par la population. Prenez votre temps s’il faut mais s’il y a quelqu’un d’autre pendant les premiers. Non ici c’est papa qui va être en congé de paternité.

      Elle est une femme moderne et pense que cela va être beau. On croit à cela ou pas ? On a dans l’image la femme traditionnel mais qui dit que papa n’a pas l’instinct maternel ? C’est leurs affaires.

      Bon mais l’homme traditionnel d’autrefois croirait peu à cela et encore de nos jours.

      Faire cela vite,vite, vite ? Ce sont les féministes aussi qui veulent cela ou celles voulant ne rater aucune occasion de carrière. Cela prend juste du support ? Belle-maman et maman vont aider aussi ?

      Mais c’est leur vie privée ? Elle peut servir de modèle ? Regardez cela est possible. Rien à voir avec empêcher les femmes de prendre leur congé de maternité c’est elle qui n’en veut pas et qui veut tout en même temps et c’est peut-être possible de l’avoir avec de l’aide.

      https://www.youtube.com/watch?v=4ePtu8lq8bo

    • Ma conjointe travaille pour un entreprise de ressources humaines externes. Elle a rencontré une femme qui se cherchait un emploi. Ma conjointe se doutait qu’elle était enceinte. Une compagnie l’a engagé et 3 mois après elle partait en congé maternité. C’est bien beau de ne pas faire de discrimination, mais quand tu as une compagnie à faire rouler, ça te prend des employés au travail. Imaginer, la compagnie embauche une personne, et 3 mois après elle doit en embaucher une 2e le temps que la 1ere revienne de congé de maternité. Disons que la prochaine fois, cette compagnie vont peut être éviter d’engager une femme à cause de cette situation.

      C’est un peu la même situation avec les Nois ou les Arabes. Ma conjointe à même vu une compagnie refuser d’engager un Noir comme chef d’équipe sous prétexte les employés ne voudraient pas travailler pour un Noir. La personne à qui ma conjointe a parlé voulait réellement l’enngager (le gars beaucoup d’expérience), mais il ne voulait pas créer de bisbille au sein de la compagnie.

    • Une danseuse de ballet ? Elle peut toujours avoir son enfant et revenir ? Sûrement mais à quel niveau ? Pareil pour le sport de haute compétition.

      Ton congé de maternité c’est ton droit sauf que tu évolues dans un milieu de haute compétition. Il faut trouver un compromis ? Une certaine sécurité mais il reste que seules les ultra-performantes ont leur place avec les meilleures. Mais oui une femme peut faire ce tour de force là. Si personne croit en elle , elle ne pourra pas réussir mais si oui ?

      Il faudrait rappeler les cas de réussite. Et ceux d’échec ? La femme a été discriminée ou n’était plus de taille ? La place doit aller au meilleur à la meilleure pas de cadeaux à personne. Pas de discrimination non plus. Mais on le sait pas d’avance ? Cela prend alors une assurance pour couvrir. Une protection. Vouloir se protéger ce n’est pas être sexiste. C’est la façon de le faire qui doit être respectueuse.

    • @lecteur curieux: C’est bien ce qu’a expliqué Mme Guilbault: son conjoint est là, il tiendra le fort sans problème. Rappelons aussi qu’une députée néodémocrate Ellen Ruth Brosseau est devenue députée tout en étant mère monoparentale et de l’aide pour élever son enfant.

    • @M_Tremblay
      @lecteur_curieux

      à vous lire, une femme sans emploi, enceinte de surcroît, n’a pas le droit de se chercher un travail sous prétexte qu’elle partira en congé de maternité!

      Femmes ambitieuses, restez à la maison avec votre bedon, vous reviendrez au travail quand vos enfants seront grands.

      Ces femmes, après leur congé, auront la chance d’effectuer un vrai retour au travail, plutôt que de vivre sur ses prestations de congé parental dans l’angoisse d’être sans emploi par la suite – et sans prestations de chômage!

      Perdre son emploi, c’est jamais drôle. Perdre son emploi quand on est enceinte, c’est épouvantable. Oui, oui, les femmes ont le DROIT de changer de travail alors qu’elles sont enceintes. Et oui, si elles ont peur d’être discriminées à l’embauche à cause de leur “état”, elles vont cacher leur grossesse. Parce la discrimination existe encore.

      Même enceinte, une femme a le DROIT de se chercher un emploi, de changer de travail, de postuler pour une promotion. Je n’en reviens pas d’être en train d’écrire ce post en 2017.

      Et la politique mesdames, oubliez ça. C’est pour les monsieurs de 50 ans et plus, qui peuvent se permettre les réunions qui finissent à 23h, les cocktails le soir et les activités de financement qui gobent les fins de semaine. Pas pour les mamans qui éduquées, qui aimeraient participer à améliorer leur communauté, qui ont du leadership MAIS qui aimeraient aussi voir leurs enfants autrement qu’endormis le soir parce qu’elles rentrent trop tard.

    • @ÉtoileFlottante Vous écrivez vos propres perceptions…Et on pourrait aller même bien avant 2017 et la femme peut être dans son droit et avoir la priorité mais c’est plate sur le coup pareil! Quoi cela ? Un employé de remplacement engagé justement disons pour remplacer madame allez jusqu’au mois de février. Mais madame décide qu’elle veut revenir plus tôt et elle s’entend avec le patron pour début novembre. Alors le contrat de remplacement est écourté de 3 mois. Plutôt que 7 mois, le mandat est de 4 mois et 2 semaines. Elle était déjà en congé avant, le patron décide que cela lui prend un employé dans le domaine pour de vrai plutôt que de confier cela à son fils.

      Des employés contractuels faisant des mandats dans leurs débuts de carrière cela fait plusieurs années cela.

      La priorité sur l’emploi c’est la titulaire et ce pourrait même être un titulaire en congé de paternité. Le préavis et c’est cela ou un peu plus qu’une semaine quand même mais le préavis a été donné. C’est la règle du jeu. Sauf que c’est plate avoir 3 mois de moins d’expérience et de salaire.

    • Pour madame Guilbault elle le veut… Mais c’est quand les élections générales ?

      https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lections_g%C3%A9n%C3%A9rales_qu%C3%A9b%C3%A9coises_de_2018

      Au plus tard le 1er octobre 2018, mais il y a la campagne électorale avant…

      C’est comme un contractuel avec un mandat de tant de mois. Cela nous prend une députée jusqu’aux prochaines élections. Si c’est trop vite… Prenez votre temps mais revenez vous présenter lors de l’élection générale. Elle n’a pas dit que c’était trop vite mais… Si elle ne se présentait pas à la partielle cela va lui enlever des chances pour la générale.

      J’ai donné l’exemple du contrat de remplacement de 7 mois écourté. Si la personne est disponible juste 5 mois lors de l’entretien d’embauche ? On fait quoi ? Pas grave au final la détentrice du poste va revenir après 4 à 5 mois… Mais on le sait pas à ce moment là…

      C’est pas pareil comme engager un employé permanent ou qui risque de l’être. Elle va travailler 15 ans ici ? Bien normal qu’elle puisse prendre ses congés de maternité.

      Elle le veut le poste mais peut-être qu’elle aimerait avoir un mois de congé… Pour ensuite siéger et après se préparer aux élections générales qu’elle voudra gagner, elle n’est pas là juste pour un court mandat mais elle devra être réélue. La CAQ ne voulait pas envoyer un remplaçant. Elle aurait eu un bon congé ou tu coupes cela en deux.

      La job sur mesure pour chaque candidat/candidate.

      Les patrons font de la discrimination mais c’est qu’ils ont besoin de quelqu’un, tiens une comédienne pour jouer au théâtre d’été à l’été 2018, bien elle ne sera pas disponible pour jouer dans la pièce sauf peut-être la première représentation. Toutes les répétitions elle pourrait par contre.

      C’est aussi simple que cela, ils veulent un employé disponible. Les contractuels remplaçants aussi.

    • @lecteur_curieux vos exemple sont si précis, si hypothétiques que c’est difficile de s’y retrouver.
      Effectivement, Mme Leduc, 1977/ 2017 du pareil au même, faites des enfants mais ne dérangez pas la production svp. C’est aberrant. J’ai eu deux enfants en étant travailleuse, j’ai prit 9mois de congé comme c’était permit à l’époque. Je n’ai eu aucune difficulté avec mon employeur qui, prévoyant et responsable, avait une banque d’employés prêts et formés pour me remplacer. Car il faut le dire, les départs précipités (ce qui n’est pas le cas des femmes enceintes) arrivent au travail. Que ce soit pour maladie, accident ou autres, l’employeur doit être prêt.
      Mes remplaçantes étaient moins expérimentées mais bien formées et ça leur a justement permit de prendre de l’expérience. C’est gagnant/gagnant.

    • Le problème ici en est un de nature communautaire: Quelles sont nos valeurs et que feront nous pour les soutenir? Dans un monde où l’argent passe pour une valeur, les enfants se retrouvent loin dans les priorités de tous car un enfant ça ne fait pas d’argent (très malheureusement, ce n’est pas le cas partout). Il y en a pour se plaindre des pleurs d’un bébé, alors pourquoi pas un monde sans enfants tant qu’à y être? L’individualisme s’accorde mal avec les enfants, qui eux ont besoin de tout le monde pour se sentir en sécurité. Comme le disait bien Arno Gruen, un des rares psychologues que je me permet de citer, le seul monde vraiment humain en est un où les femmes se sentent en sécurité car sûres que la majorité des hommes sont des gentlemans. Dans un tel monde les enfants, les personnes agées, les faibles et les petits seraient aussi sûrs d’être bien traités, ce qui feraient également le bonheur de tous les forts car tout fort est susceptible de devenir faible un jour ou l’autre.

    • @EtoileFlottante

      Il faut au moins avoir l’honnêteté de se déclarer enceinte quand on se cherche un emploi. Sinon la compagnie va devoir engager deux employés à court terme. Pour les grosses multinationales, pas de problème. Pour les petites PME, c’est une autre histoire.

      Ça me sidère de voir que les gens croient normal que les compagnies soient au service de la société. Ben non, ceux qui se lancent en affaire, le font avec l’idée de faire de l’argent, pas du “social”. Mais bon, avec la mentalité d’assisté sociaux au Québec, c’est pas prêt de changer. Toujours à brailler pour que le gouvernement vienne tout faire à leur place.

    • Dans notre monde moderne, avoir un enfant est un choix personnel. Ce n’est pas une maladie, ou un événement hors de contrôle, c’est volontaire. Une femme qui choisit d’avoir un enfant ne devrait donc pas bénéficier de considérations particulières.

      Une femme qui choisit d’avoir un enfant, et donc qui choisit de s’absenter de son travail, devrait être considérée exactement comme une femme qui décide de s’absenter de son travail pour prendre un an de vacances dans le sud. Si une femme annonce à son employeur qu’elle décide de quitter son emploi pour partir dans le sud pendant un an, j’estime que l’employeur a parfaitement le droit de remplacer l’employée par une autre. J’estime que cela devrait être la même chose quand une femme fait le choix d’avoir un enfant.

      Les femmes se sont battues pour avoir le droit de décider de ce qu’elles font de leurs corps, elles ont obtenu ce droit, alors maintenant il serait temps que les femmes apprennent à être responsables de leurs choix personnels.

      Nous ne sommes plus en 1950 où seuls les hommes étaient considérés comme responsables, nous sommes en 2017. Et en 2017, les femmes ne devraient plus être traitées comme des enfants incapables d’assumer les conséquences de leurs choix.

    • @ M_Tremblay (08h36) Votre point de vue explique parfaitement le malaise ici: Oui monsieur Tremblay, tout adulte en santé et apte au travail est au service des autres, c’est la définition même d’un adulte (ce qui vaut aussi pour les animaux, en passant). Vous oubliez que de très nombreuses personnes d’affaires se considèrent elles-mêmes comme étant au service de la communauté, sans qui les affaires n’existeraient tout simplement pas! Vous exprimez comme plusieurs de vos contemporains un dégoût envers ceux qui ont besoin de nous, ainsi que du mépris pour tous ceux sans qui vous n’auriez rien à manger, nullepart où vous logez, personne pour prendre soin de vos dents, etc. Vous voudriez vivre dans un monde où seuls les forts comptent: Je vous suggère de vous exiler aux États-Unis d’Amérique, où la loi du plus fort a court; la loi du plus fort est exponentiellement plus brutale que la loi de la jungle.

    • @89170: Donc, comme femme, il faut choisir, si je suis votre raisonnement: soit on fait des enfants, soit on travaille. Si on tombe enceinte, on démissionne et on vit pauvrement le reste de ses jours ???

    • @MarcoUBCQ

      Vous remarquerez que les pays en faillite, sont les pays socialistes où les gouvernements contrôle tout et passe loi par dessus loi.

      Est-ce que le gouvernement empêche d’avoir des pauvres malgré toute les lois passées?? Ben non… À un moment donné, il faut que les gens se prennent en main. Vous ne voulez pas du pétrole, mais vous voulez des garderies pas cher?

      J,ai un scoop. L’argent ne pousse pas sur les arbres…

    • @89170
      Vos propos sont d’un ridicule à faire pleurer.

      Vous oubliez un point important.
      Le Québec, société démocratique et ayant à cœur le bien de la société , a choisi d’épauler et de soutenir les familles qui décident d’avoir des enfants, vous voyez, pas juste les femmes, les hommes aussi ont les congés de paternité et les congés familial ainsi que des garderies à bon prix.

      En tant que société on a fait plusieurs choix. Si on se coupe avec un couteau, on a droit à des soins de santé gratuit, même si c’est notre faute parce qu’on a pas fait attention en coupant des légumes.
      Allez vous aussi monter aux barricades et dire que ces gens la ne devraient pas avoir accès à des soins, puisque c’est leurs fautes ?

      Allez bonne journée et je vous souhaites une bonne réflexion.

    • @M_Tremblay, et autres

      En fait au Québec, l’argent “pousse dans les arbres” au niveau du bois, des mines, de l’excellente terre arable, et de l’hydro-électricité

      Il y a des pays tels que la Hollande, le Japon ou Israel qui eux doivent vraiment se débrouiller vu le peu de ressources naturelles à leur disposition.

    • @89170… alors donc on se fait plus d’enfants pour garder son poste? Ha j’oubliais, c’est sans doute un robot qui poussera votre chaise roulante et paiera pour vos services quand vous serez rendu sur votre dernier droit…

    • Ça paraît que vous n’avez jamais fait de gestion de personnel, vous! Et puis vous savez quoi? En 2017, en général, tomber enceinte, ben ça s’en planifie! Et quand en plus on travaille dans un milieu sensible ou cela pourrait causer problèmes et bien on tâte le terrain, avant, on se renseigne.
      Et eh oui, c’est effectivement un sacré casse-tête de planification pour un employeur, il faudrait le souligner. Les « c’est mon droit de tomber enceinte » devraient toujours aller de pair avec les « c’est mon devoir de m’informer, planifier ma grossesse et mon congé », selon moi. Un congé de maladie est rarement prevu. Partir en congé de maternité, si.

    • @toupinc
      hahhahahaha, planifier ma grossesse…
      Mais qu’il ne faut pas entendre.

      On sait qu’on est enceinte après quelques semaines, et on commence à l’annoncer à ses proches vers la 12e semaine.

      Donc, ce n’est pas la grossesse qu’il faut planifier, mais le congé de maternité.
      Exemple: après 3 mois de grosesse on annonce à son employeur qu’on partira pendant x mois dans a peu près 5-6 mois.

      Je m’excuse, mais 5-6 mois c’est en masse de temps pour planifier un remplacement.

    • Toutes sortes d’opinions par ici et c’est comme croire qu’on est contre les congés de maternité alors qu’on a jamais dit cela.

      Allez des retraits préventifs aussi :

      http://www.csst.qc.ca/travailleurs/maternite/retrait-preventif/Pages/retrait-preventif.aspx

      http://www.rqap.gouv.qc.ca/

      Allez les comptables calculez-nous tout cela !

      http://www.rqap.gouv.qc.ca/travailleur_salarie/types/index.asp

      Voulez-vous avoir les gens suivants sur le dos ?

      http://www.cdpdj.qc.ca/fr/droits-de-la-personne/motifs/Pages/grossesse.aspx

      C’est comme les autres fonctionnaires et en plus idéalistes, ils ne se doutent pas du fonctionnement des petites entreprises, par exemple.

      Pour les employés contractuels ce n’est pas nouveau ou encore pire pigistes ou travailleurs autonomes forcés.

      http://www.rqap.gouv.qc.ca/travailleur_autonome/conditions.asp

      La femme serait travailleuse autonome.

      http://www.rqap.gouv.qc.ca/travailleur_autonome/choix.asp

    • Pour le texte en haut aussi cela parlait d’une danseuse de ballet, pas d’une fonctionnaire travaillant au bureau pour le gouvernement du Québec. Imaginez des athlètes d’élite mais est-ce ici qu’on a déjà parlé de cela ? Et on est du bord de la femme mais il faut qu’elle soit capable. On parle d’olympiennes ou de danseuses de ballet ou tiens une mannequin tant qu’à y être mais plusieurs mannequins ont eu des enfants ? Dans leurs années Top model ? Là c’est plus rare.

      http://olympique.ca/2017/05/14/les-mamans-olympiennes-dequipe-canada/

      Hefford si tu veux avoir sa place, tu as d’affaire à te lever de bonne heure !

      Au curling tu peux même être enceinte de 5 mois…

    • Jacqueline Gareau voulait aller aux olympiques en 1992 mais oui elle tombe enceinte et l’enfant est né en septembre… Elle ne peut donc pas aller aux olympiques mais elle n’est pas malheureuse.

      https://www.events.runningroom.com/site/4107/JacquelineGareau_FR.pdf

      La grossesse n’est pas prévu à 100%. Elle était en fin de carrière et on imagine qu’elle voulait un enfant aussi. J’imagine que tout pouvoir prévoir elle aurait eu son enfant environ un an plus tard ou un peu moins… Aller aux Jeux d’abord et ensuite devenir enceinte. Mais elle avait déjà accompli beaucoup comme athlète.

    • @miket

      “hahhahahaha, planifier ma grossesse…
      Mais qu’il ne faut pas entendre.”

      Je vous rejoins. Et suis completement d’accord que 4-5 mois c’est en masse de temps pour prévoir un départ.

      Cependant, je ressens aussi une émotion similaire à celle que je lis dans les textes de toupinc, M_Tremblay et autres

      Que “l’entreprise”, cette aorte communautaire, est prise pour acquise.
      Rappelez vous l’histoire de La Grande Séduction, à titre de référence.

      Et pourtant… il est si difficile pour une entreprise de prévoir les ventes à venir, la fluctuation des couts des matériaux, la fluctuation de la devise à l’achat, comme à la vente etc etc etc

      Je suis parfaitement d’accord avec le socialisme du Québec, je n’y changerais pas grand chose.

      Faut se considérer des deux côtés, employés et employeurs. C’est ainsi que le pendule reste dans le milieu.

      Pas cool de jouer le jeu des rapports de force. Quelle perte d’énergie.

    • @chabanel

      En effet, si on parle d’une femme qui est enceinte qui se cherche un travail dans le seul but d’avoir 1 an de congé de maternité je trouve cela un peu abuseur.
      J’ai déjà entendu des histoires en ce sens.

      Je ne sais pas ce que dit la loi, mais en effet, en tant qu’employeur il est évident qu’on préférerait ne pas engager quelqu’un que pour quelques mois.

      Je parlais plus d’une employé déjà à l’emplois d’une entreprise.

      Mais d’un autre coté, tu es enceinte de quelques semaines, tu perds ton emplois, tu as bien le droit de travailler.
      Dans un monde idéal, la personne le mentionne à l’entrevue et l’employeur dans un monde idéal l’engage si c’est la meilleure personne pour le poste.

    • @lecteur

      Ca s’appelle comment?

    • Ce qui m’embête dans ce débat c’ est que ca finit toujours par être le procès du méchant employeur et que si tu ne dénonce pas alors forcément tu es contre le droit de la femme a un congé parental.
      Je trouve ce débat stérile. Je ne nie pas que certaines situations peuvent sembler sur la frontière des droits mais je ne suis pas certain que l’ employeur ait le simple droit lui de choisir un candidat pour ce qu’ il est engagé a la base c’ est a dire travailler et faire aboutir le mandat premier pour lequel il fut choisi.

      Vous voyez , c’ est ca qui est moche. En m’ exprimant ainsi je m’ expose aux pots meme si je savais que je ne recevrait pas de fleurs.

    • @noirod

      C’est ça un Québécois moyen. Un individu qui fait de l’urticaire quand on lui parle de prendre ses responsabilité. Qui crache sur les méchantes compagnies qui veulent les exploiter en osant leur demander de faire un minimum d’effort pour accomplir leur boulot, qui veulent que le gouvernement leur paie tout ce qui veulent mais qui ne doivent pas payer d’impôt en retour, qui accepte avec joie le bs social, pardon les paiements de péréquation provenant du pétrole albertain mais qui refuse qu’on exploite le pétrole québécois. On se demande ensuite pourquoi le gouvernement es si endetté.

    • Remarquez à quel point l’homme est automatiquement mis de coté lorsque vient le temps de parler de congé de maternité, comme si c’était uniquement un choix féminin, comme s’il avait à subir sans rouspéter le choix de la femme…

      Si les congés de maternités étaient également partagé entre homme et femme, on se poserait aussi la question pour l’homme qui “devrait” lui aussi prendre la moitié du congé pour s’occuper des enfants. Or la question n’effleure même pas l’esprit.

    • Il y a des éléments de l’égalité homme-femme qui sont plus lent à atteindre, comme dans ce cas ou la femme a l’avantage.

      Cette lenteur n’est pas que le fruit des hommes. Les femmes y participent beaucoup, surtout en propageant les stéréotypes négatifs sur les femmes.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    octobre 2017
    L Ma Me J V S D
    « sept    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives