La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 12 septembre 2017 | Mise en ligne à 9h48 | Commenter Commentaires (21)

    Un enfant mort dans l’avion n’a pas suffi

    Dans la voiture, les enfants sont attachés comme s’ils étaient des pilotes de Formule 1. Les policiers et des hôpitaux font des campagnes de sensibilisation à répétition pour s’assurer que les sièges de bébé soient adéquatement installés et les bébés, correctement attachés.

    N’est-il pas étonnant qu’il y ait conscientisation extrême pour la voiture, mais que des enfants, aussi jeunes qu’à la garderie, se promènent en autobus jaune sans n’être aucunement attaché ?

    En avion ? La légèreté est aussi de mise. Les jeunes enfants s’attachent avec la ceinture conçue pour les adultes, rien de plus.

    Dans un reportage sur la question, CBC cite des  parents et des experts en sécurité qui plaident pour que cela change.

    «Si un bébé est assis sur son siège ou sur vos genoux sans système de retenue, l’enfant va vite frapper le plafond [en cas de turbulence]», relève Barbara Dunn, une consultante en sécurité aérienne.

    Théoriquement, est-il indiqué, les compagnies aériennes doivent autoriser les parents à utiliser leurs propres sièges d’enfants ou ceintures approuvées, mais une mère interrogée signale qu’à trois reprises, on le lui a refusé.

    En 2012, évoque-t-on dans le reportage, un avion qui faisait la liaison Winnipeg-Sanikiluaq, au Nunavut, a raté la piste d’atterrissage. Les passagers n’ont eu que des blessures mineures, mais un bébé assis sur les genoux de sa mère a été projeté dans les airs et il est mort.

    «En 2015, au terme de son enquête sur l’accident, le Bureau de la sécurité des transports du Canada a recommandé à Transports Canada de rendre obligatoires des dispositifs de sécurité adéquats pour les bébés et les enfants», note la CBC.

    Deux ans plus tôt, Transports Canada a même demandé à une entreprise privée de fabriquer un prototype de siège adapté pour jeunes passagers aériens.

    Cela n’a toujours pas abouti et tout semble au point mort…


    • J’ai eu la même réflexion au sujet des autobus jaunes. Les enfants y sont parfois turbulents et bougent beaucoup. En cas d’accident, même mineur, les enfants ne sont pas protégés. Pour ce qui est de l’avion, c’est la même chose. J’ai pris l’avion avec mon fils de 14 mois à l’époque et c’était dur de le retenir de la façon que l’agent de bord m’avait montrée. En plus, on ne peut pas l’attacher avec notre ceinture quand il est sur nos genoux. Mettons que je le tenais serré… Ça serait tellement logique que la même règle s’applique en avion et en voiture.

    • Une étude que j’avais lu il y a quelques années (dans le USA Today je crois) expliquait que, oui, les enfants (de moins de deux ans) sur les genoux de leurs parents étaient moins en sécurité que dans un siège adapté. À noter que ces enfants n’ont pas de siège et n’ont donc pas besoin de payer pour un billet.

      Par contre, si on obligeait les parents à acheter un billet supplémentaire pour cet enfant, une proportion non négligeable choisirait de se rendre à destination en voiture, et un certain pourcentage de ces voitures seraient impliquées dans des accidents de la route.

      Au bout du compte, on avait calculé que l’obligation d’achat d’un billet individuel, pour permettre aux moins de deux ans de voyager en avion dans un siège adapté plutôt que sur les genoux des parents, causerait trois fois plus de décès (dûs aux accidents de la route) qu’elle n’en préviendrait. L’idée avait donc été abandonnée.

    • Combien d’enfant sont mort ainsi dans les 50 dernière années d’aviation?

      On devrait probablement tous vivre dans des bulles pour ainsi atteindre le 0 décès sur la planète.

      Vous imaginer un autobus scolaire remplie d’enfant attaché qui se renverse dans un coins perdu? Ça va prendre combien de temps pour touts les détacher avant que le bus prend en feux?

      Ces un exemple comme plusieurs autre situation qui arrive une fois au 10ans….

      Vivez dans une grosse bulle je vous dit!!!

    • En effet, le concept des autobus jaune est qu’en raison de leurs vitesse et de leurs masse les occupants seront moins projetés. C’est le même principe que les autobus de ville qui n’ont pas de ceinture non plus.

      Pour les avions, triste, très triste pour le bambin.

    • La vrai problème, ce sont ceux qui font du transport scolaire en auto/fourgonnette. Ma conjointe l’a fait quelques semaines avant de perdre sa job. Elle avait deux routes le matin. Pour respecter l’horaire, elle devait ne pas respecter le code la route. Sinon, elle arrivait en retard à l’école. Sans compter le fait qu’elle s’était plaint que les freins ne marchait pas très bien. Elle s’est fait répondre que la fourgonnette avait passé l’inspection.

      Idem pour mon 2e voisin qui en fait aussi. Il m,a déjà dit qu’un hiver, la lumière était jaune. Il a appuyé sur le gaz pour passer. La lumière à changer pour le rouge. Une autobus arrivait sur sa droite. Il a eu très peut de se faire rentrer dedans.

      Combien de personnes qui font du transport scolaire sont dans la même situation?

    • @seb_ oui, je me suis fait la même réflexion…

    • En Europe tous les autobus scolaires sont munis de ceinture de sécurité comme dans les voitures.
      Pourquoi pas au Canada???

    • @seb_

      Une autre difficulté avec les autobus jaunes, c’est de s’assurer qu’ils sont tous attachés et ne se détachent pas. Le chauffeur est-il responsable si un jeune n’est pas attaché? Doit-il arrêter son autobus sur le bord du chemin s’il s’aperçoit qu’un jeune s’est détaché? Bonne façon (pour les jeunes) de s’assurer que l’autobus arrive une heure en retard à l’école…

    • Un autobus scolaire, de par sa construction, n’est pas équivalent à une voiture.

      Ce lien n’est pas récent, mais les recherches continuent d’abonder dans le même sens. D’autres améliorations au véhicule (de meilleurs freins, par exemple) représentent un meilleur investissement pour la sécurité des enfants à bord. De plus, une mauvaise utilisation de ceintures de sécurité et les modifications au véhicule que leur installation exige posent en soi un risque non négligeable pour les enfants.

      https://canadasafetycouncil.org/fr/prevention-au-canada-en-ligne/article/faut-il-installer-des-ceintures-de-securite-dans-les-autobus

    • Le problème c’est que les parents devront payer un siège pour leur bébé alors que maintenants cela ne coûte rien d’avoir un enfant sur ses genoux. Selon, c’est pour cette raison qu’on voit de plus en plus de bébés, même de nouveaux-nés dedans les avions, ce qui selon moi, est souvent presqu’irresponsable de la part des parents.

    • Le site d’Air Canada :

      https://www.aircanada.com/ca/fr/aco/home/plan/special-assistance/travelling-with-children.html

      De laisser la décision aux parents et en s’informant comme il faut, c’est insuffisant ? L’enfant mort dans l’exemple a été victime d’un accident mais oui il aurait été plus en sécurité sur un siège à côté avec un dispositif. Cela reste une question de risque, de probabilités.

      Pour les enfants ? Ce qui était moins courant lors de mon enfance, un cousin un peu plus vieux était allaité par sa mère ‘’sur” l’avion. Elle donnait le sein à l’enfant là. Je ne sais pas s’il y a des consignes ou moments pour le faire mais disons qu’on est à la fin des années 60, début ‘70.

      Pour l’avion je me rappelle l’avoir pris mais plus grand vers 5 ans et 6 ans. Un petit avion et aussi un avion commercial. Pas un bébé.

      Pour l’autobus scolaire ? Le seul danger c’est si les élèves sont debout ou se disputent dans l’autobus plutôt que de rester assis. Pas besoin de ceinture là.

      Pour des petits bus pour le transport urbain, il y a des ceintures si vous voulez la mettre c’est correct. Mais pour les enfants ? Si les parents sont avec eux, ils décideront. Pour les autobus urbains encore , il peut manquer de places assises et des passagers ne pas se tenir assez solides. Ce ne sont pas des enfants mais… Une personne âgée là on espère que quelqu’un va lui céder son siège. C’était quand même bien pire à mon époque de cégep, le bus pouvait être vraiment surchargé et avec les gens dans les escaliers ou contre la porte.

      Pour l’autobus scolaire ? Le chauffeur faisait la course avec un autre chauffeur. En prenant un petit détour et en allant le devancer. Pas de panneau d’arrêt sur le côté , pas de bus à nez plat. Il klaxonne à chaque fois avant de décoller et repartir sa course folle. Bien plus vieux qu’Otto Bus dans les Simpson’s mais tout un chauffeur.

      Ils enseignaient plus la vie et qui vient avec des risques. Être le premier ce n’est pas si important ? Attendez plus tard, on voit des chauffeurs de bus urbains, le type ne s’est pas assez préparé et est en retard sur son horaire ou encore. Trop lent ? Tu es éliminé ! Pas assez d’amis pour t’aider aussi.

    • Pour le transport en automobile, l’article 397 du Code de la sécurité routière c’est en 1993 ?

      http://legisquebec.gouv.qc.ca/fr/showdoc/cs/C-24.2

      Avec une loi du Canada ? La loi sur la sécurité automobile ?

      Cela veut dire qu’avant 1993, il était légal de pouvoir voyager avec un enfant dans ses bras sur la banquette avant ? Ou c’est avant ?

      Cela commence à faire un temps mais pas si loin que cela non plus… Et le transport en automobile est beaucoup plus fréquent qu’en avion.

      Pour d’autres cas avec l’avion ? Les parents allaient en voyage, les enfants se faisaient garder bon mais pas juste de l’agrément dans certains cas.

      Pour ces débats là, il faut trouver le bon équilibre et en attendant bien si vous avez un enfant, allez-y selon vos convictions. Bien sûr, avec plus d’information cela oriente les décisions. Il ne faut pas blâmer le parent qui a fait ce choix là non plus. Mais on peut aussi considérer encore que c’est la fatalité même si les autres passagers s’en sont sortis ?

      L’équilibre entre la surprotection et la sous. Trouver ce qui est optimal, réaliste et pragmatique et dans une société en constante mutation. Pour les enfants je le sais pas mais j’imagine que je prendrais ce qui a de plus sécuritaire pour un proche. Pour l’autobus scolaire, il faut que les chauffeurs soient concentrés sur la route suffisamment sinon ils sont bien plus dangereux pour les enfants que l’absence de ceinture. À moins de vouloir de payer deux surveillants adultes.

      Pour les autobus jaunes, jeunes il fallait être 3 par banc. Trois tu es déjà pas mal serré et encore plus rendus en 5ième ou 6ième année, pas de place pour une ceinture.

    • que faire avec les peres qui mettent leurs bebes sur le rond de poele.ou ceux qui les laissent cuirent dans l,auto etc.etc. ont cherche toujours la sécuritée partout, C,EST IMPOSSIBLE

    • ..@Mme Leduc: «Dans la voiture, les enfants sont attachés comme s’ils étaient des pilotes de Formule 1.»

      Je ne connais pas les systèmes de la F1 mais j’ai déjà vu de près les harnais de pilotes d’avions de chasse et ma foi, ils sont plus faciles à mettre et à enlever que les harnais de sièges d’enfants. Je dirais donc que vous avez raison.

      Cet été j’ai eu droit à la visite du petit-fils de 2 ans et demi et pour l’occasion je m’étais procuré un siège d’auto «conforme». Pas évident d’installer petiot là-dedans et aussi de l’en extirper facilement et rapidement et sans les protestations d’usage de sa part.

      Quant aux avions, vu le peu d’incidents, je suppose que l’on a appliqué le «calcul du risque» pour permettre que des enfants puissent être tenus dans les bras de leurs parents. Bien entendu, même un seul bambin décédé, c’est grave. Mais va-t-on imposer le «risque zéro» en obligeant les parents voyageurs à payer un siège au tarif adulte et y fixer un siège du type auto pour éliminer tout risque? Et si l’avion est victime d’un changement brusque d’altitude envoyant bébé au plafond pendant que l’un ou l’autre des parents est en train de changer sa couche, on dira quoi? Et au final, malgré les occasionnelles catastrophes qui font la manchette, l’avion demeure le moyen de transport le plus sécuritaire.

    • Juste pour faire une comparaison “absurde”, entre 2005 et 2014, il y a eu un total de 44 enfants de moins de 12 ans (21 filles et 23 garçons) tués par leurs parents au Québec. Au total, 26 parents ont commis des infanticides pendant cette période, 13 hommes et 13 femmes.

      Pour ce qui est des autobus scolaires au Québec, entre 1995 et 2004 (je n’ai pas trouvé de statistiques plus récentes, mais c’est aussi une période de 10 ans), il y a eu un total de 5 passagers (dont 3 de moins de 19 ans) et 3 chauffeurs qui ont été tués. Pendant cette période, les autobus scolaires ont tué 90 passagers d’autres véhicules, 38 piétons et 6 cyclistes.

      Alors c’est bien beau de vouloir la protection des enfants, mais l’autobus scolaire est déjà le lieu le plus sécuritaire pour les enfants!

    • Oui il faudrait avoir les chiffres et tenir compte des effets secondaires de toutes les politiques.

      Le transport aérien est un ou sinon le mode de transport le plus sécuritaire ? Mais quand un accident arrive cela frappe l’imaginaire ?

      Pour l’autobus scolaire c’est le mode le plus sécuritaire même si les enfants ne sont pas attachés pour les reconduire à l’école ?

      Évidemment ceux qui sont tout proche, j’aime mieux qu’ils marchent mais non ce sont les parents en voiture.

      Pour une diminution du risque il faudrait d’abord le quantifier. Tu t’achètes 2 billets de Lotto 6-49 et tu doubles tes chances de gagner le gros lot et même 3,tu triples ! Un seul c’est suffisant ? Tu gagnes rien comme d’habitude. Plutôt que de dépenser 9$, tu en dépenses 3$.

      http://www.globe-trotting.com/single-post/2014/09/27/Pourquoi-il-ne-faut-pas-avoir-peur-de-prendre-lavion-

      Bien non, tu as plus de chance de gagner le 6-49 que de voir ton bébé mourir. Bon mais une tragédie c’est plus triste.

      La voiture 72 fois plus dangereuse ? Alors que les normes soient plus sévères cela peut se comprendre. Et pour l’avion, vous avez le choix de plus de protection et de bien vous informé avant de vous rendre à l’aéroport. Pas obligés d’amener votre enfant avec vous non plus ni même de voyager, cela dépend.

      La société n’est pas rendue là quand ce sera obligatoire bien les concernés s’y conformeront. Mais la personne qui perd son enfant ? Cela sera difficile pour toute sa vie. On connaît l’histoire de gens à qui cela est arrivé, pas en avion, autrement mais c’est une blessure à vie.

    • @simonpicotte

      “que faire avec les peres (sic) qui mettent leurs bebes (sic) sur le rond de poele (sic).ou ceux qui les laissent cuirent (sic) dans l,auto (sic) etc.etc. ont (sic) cherche toujours la sécuritée (sic) partout, C,EST (sic) IMPOSSIBLE”

      Moi je pense que tu devrais passer ton texte pas un correcteur… Ca serait plus respectable…

      Sinon, que veux-tu dire? Que l’on doit éliminer les consignes de sécurité? Tu sais, être une personne responsable, c’est autre chose que gérer une dizaine d’alias sur les forums de cyberpresse…

    • Qu’un petit mongol s’aplatisse la cervelle sur le plafond d’un avion c’est son affaire et celle de ses parents. Mais, que je le reçoive comme un boulet c’est une autre histoire. À quand une ligne 1-800-inocent (partout pas juste en avion) pour dénoncer les parents peu brillants?

    • Madame Leduc,

      Merci d’avoir eu l’audasse de publier.

    • @modérateur/ Madame Leduc.

      Comment peut-on laisser passer le commentaire ignoble et enfantin de
      0bservateur
      15 septembre 2017
      20h32

      @0bservateur
      Que vous vouliez tenter de publier des commentaires ignoble et enfantin c’est votre affaire. Publier ce genre de commentaire n’est pas de l’audace, c’est plutôt que personne n’a pris le temps de le lire.

      Ça serait comme dire que de permettre à un enfant de montrer son derrière au restaurant est de l’audace.

    • @miket

      L’exptession s’ accrocher les pieds dans les fleurs du tapis c’est quand on perd de vu le contenu à cause du contenant, n’est-ce pas?

      Le point soulevé ajoute en contrepartie d’un accord ou une opposition en dentelle.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2017
    L Ma Me J V S D
    « août    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives