La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 14 avril 2017 | Mise en ligne à 11h52 | Commenter Commentaires (10)

    Le mystère des bébés tout calmes

    Pourquoi les bébés danois pleurent-ils moins ? Pourquoi les bébés canadiens de 3 à 4 semaines pleurent-ils une demi-heure de plus par jour au Canada que la moyenne des bébés ailleurs dans le monde ?

    Ce sont là quelques-unes des questions qui demeurent en suspens après la publication d’une étude publiée dans le Journal of Pediatrics, signée par un trio de chercheurs britanniques en psychologie qui a passé en revue une trentaine d’études sur les pleurs.

    D’abord, la nouvelle importante pour les nouveaux parents : les crises de larmes incontrôlables, ça ne dure que quelques semaines. «La durée des pleurs diminue significativement après 8 ou 9 semaines et les crises se font rares chez les enfants de plus de neuf semaines. »

    En se penchant sur l’origine des bébés, les chercheurs n’ont pas trouvé de différences frappantes d’un pays à l’autre, si ce n’est de trois exceptions d’intérêt. D’abord, les bébés danois sont plus calmes que les autres, et de loin. À l’inverse, les bébés canadiens et néerlandais, eux, pleurent beaucoup plus que les autres.

    Il n’en fallait pas plus que chacun y aille de ses spéculations. Certains ont avancé que le calme des bébés danois s’explique par le fait qu’ils passent beaucoup de temps dehors. D’autres pensent que c’est parce que leurs parents bénéficient de très longs congés parentaux et qu’ils ne sont donc pas stressés.

    Une affaire de cododo, peut-être ? Pas sûr non plus. Oui, le cododo est très répandu au Danemark…mais aussi aux Pays-Bas où les bébés pleurent beaucoup.

    Que sait-on, finalement ? D’une part, il faut noter que les données sur les bébés canadiens n’ont été tirées que d’une seule étude canadienne. Il importe aussi de noter que l’hypothèse voulant que l’allaitement est gage de contentement chez les poupons ne semble pas tenir la route: dans l’article du trio de chercheurs en psychologie, il est noté qu’en fait, les bébés allaités pleurent davantage que ceux qui ont été nourris au biberon.

    Les chercheurs, eux,  sont prudents, évoquant une multitude d’explications possibles, allant des conditions socioéconomiques des parents à de possibles causes génétiques.

    N’empêche, en vue d’aider les parents à calmer plus rapidement leurs enfants, ils évoquent qu’il serait intéressant de creuser davantage une piste en particulier, soit l’impact du style parental (affectueux ? distants ?) sur la durée des pleurs de bébé.

    Il faudra certes beaucoup plus d’études pour démystifier les crises des tout-petits.

    Pourquoi la mienne, qui a longtemps été allaitée, qui avait une mère on ne peut plus zen bénéficiant d’un long congé de maternité, hurlait-elle à pleins poumons tous les soirs à 18 heures sans raison logique ? Pourquoi se calmait-elle en regardant MétéoMédia ?


    • Intéressant ces études sociologiques mais on cherche encore une réponse dans la moyenne alors qu’en méthodes statistiques ce qui est le plus important à regarder dans une population c’est bien sûr la dispersion mesurée par la variance ou l’écart-type. Est-ce une distribution normale ?

      Pour les bébés et le calme et je ne parlerais pas que des pleurs et pourquoi juste s’attarder à cela ?Le bébé pleure un peu plus longtemps ? Peut-être parce que le parent comprend moins vite la raison des pleurs pour le même bébé ?

      Ce ne sont pas les mêmes bébés et enfants encore bébés dans la petite enfance on va jusqu’à quel âge ? Il y a des enfants plus bruyants et grouillants que d’autres et d’autres qui dorment beaucoup plus. Ils ont les mêmes parents mais ne sont pas des jumeaux identiques, personne n’est né dans le même contexte.Et d’autres personnes peuvent trouver un enfant beaucop trop grouillant à son goût.

      Bon mon neveu qui est athlète-étudiant et joueur élite à l’école secondaire dans son sport. Et sa mère elle ? Comment était-elle, elle faisait déjà des culbutes dans le ventre de sa propre maman et lui donnait des coups de pieds, dans le sens qu’elle a hâte de sortir. La grossesse est différente d’un enfant à l’autre, le contexte.

      Pleure non plus pour un bébé c’est normal aussi et cela lui fait du bien, il ne faut pas paniquer mais il faut s’en occuper. Il faut répondre de manière adéquate aux pleurs et savoir ce qui est normal de ce qui dépasse.Il y a plusieurs types de pleurs aussi, j’imagine que les parents viennent à mesure de déceler tout cela.

      Ma défunte mère ne m’a pas parlé de nos pleurs mais oui moi d’étais un enfant calme et oui des grandes marches que elle prenait pendant que le bébé dans le carosse.

      Même papa,même maman mais la grossesse n’est pas la même pas les mêmes gènes exactement sont transmis. Bon je fais l’inverse là moi ?

      Bien c’est cela… Si tu prends chaque bébé individuellement dans tout ton pays il vay avoir une variation pas mal forte. Ce sont les pleurs etleur durée qu’on veut mesurer ? Comment donc mesurez-vous cela ? En faisant une enquête auprès des parents ? Et si dans tel pays ils surestiment la durée des pleurs car les parents sont plus inquiets ? Et dans l’autre les parents le sont moins. Au global disons deux bébés avec par extraordinaire hasard la durée moyenne absolument identique pour celui né au Canada et celui au Danemark. Le Canadien surévalue…

      Autre exemble un bébé a dans ses pleurs des problèmes pas résolus, il y aurait des manquements chez les parents, exemple fictif versus un autre ayant la même, même moyenne mais avec zéro problème. Votre problème , vous avez regarder la moyenne plutôt que tous les jours, que les variations. Pour les manquements disons mais passi graves les parents vont au CLSC ou reçoivent des conseils et le bébé pleure moins par la suite. Sa moyenne pour l’âge où il sera rendu devient plus basse.

      Tous les goûts sont dans la nature chaque personne est unique. Un jeune au secondaire qui n’aime pas les études et il a 70% disons, ou encore mieux 75%, pour lui 70% c’est une bonne noteet 75% c’est très élevé. Et il n’y a pas forcément de problème à cela.

      Pour plus tard même avec la dispersion pour des jeunes plus doués pour les études avecla cote Z et maintenant cote R, tu ne prends pas forcément les meilleurs, tu mets trop l’accent sur une seule dimension.

      La personne qui a une moyenne générale de 89% au secondaire aurait peut-être fait un meilleur médecin de famille qu’un autre obtenant 98% ou une moyenne comme cela. Chez deux individus encore. Le problème c’est que celui ou celle à 89% est je crois déjà éliminé.

      Il y a tellement de variables à mesurer. Il ne faut pas venir fou avec les chiffres mais plus se servir de son jugement. Et les exemples sur les moyennes trompeuses sont montrés dès le premier cours de statistique suivi au cégep.

      Autre exemple si on va dans la moyenne le poids, le poids santé des gens peut être dans une étendue variée et encore là c’est insuffisant comme mesure. C’est dans la nature de tel individu d’être mince et l’autre d’être gros. Et les deux ont une excellente santé. Il faut la regarder quand même la moyenne et la dispersion mais c’est cela, le jeune qui s’en va en vacances sur la plage et voit la moyenne d’âge des personnes du sexe opposé sur la plage et se retrouve avec des grands-mères de 60 ans accompagnés de bébés de 4 ans ou de fillettes de 7 ans… Il s’est attardé à la moyenne plutôt qu’à ce qu’il recherchait vraiment…

    • «Il faudra certes beaucoup plus d’études pour démystifier les crises des tout-petits.»

      Le problème premier est peut-être là…….trop d’études pour des choses pas si importantes que ça…….mais $$$$$$$$………..

    • Qu’est-ce que ça veut dire “des bébés canadiens”? J’espère que les chercheurs ont tenu compte de l’énorme diversité culturelle, socio-économique etc de la population canadienne. Je suis bénévole auprès de mamans immigrantes et il y a d’énormes différences dans les façons dont les bébés sont stimulés et calmés.

    • peut-être parce que MétéoMédia: a des mouvements qui sont cylindriques et que les voix sont tellement ennuyeuses!

    • Je dirais que c’est probablement une question de socialisation (de culture)… des parents. La manière dont on a appris à s’occuper d’un enfant et ce qui est considéré “normal” ou non dans la communication avec un bébé.

      Il y a des tendances dans la manière dont on s’occupe d’un enfant, et ça varie d’une culture à l’autre et d’une époque à l’autre au sein d’une même culture. Est-ce qu’on le laisse pleurer 30 minutes pour qu’il s’endorme? Est-ce qu’on répond au moindre cri, est-ce qu’on ignore les cris? Est-ce qu’on fait du portage ou on laisse bébé dans la coquille à longueur de journée? Nourrice ou pas. Est-ce que vous avez eu quelqu’un pour vous “partir” votre bébé comme c’était le cas dans le temps de ma grand-mère (ie le bébé était placé dans une famille nourricière pour la première (ou 2) semaines de vie du bébé pour que la maman puisse se remettre de l’accouchement)? Est-ce que les bébé sont “élevés” par la famille nucléaire seule ou si c’est toute la communauté qui s’en charge?

      Je ne suis pas allée voir les études (parce que ça semble être une méta analyse) mais comment chaque étude a été réalisée? En quelle année? Est-ce que c’est les mères qui remplissaient un questionnaire?

      Parce que juste la manière dont on perçoit les choses peut nous porter à involontairement remplir un questionnaire complètement différemment. Surtout si on demande l’appréciation de quelque chose. Par exemple, si on vous a appris que les pleurs n’étaient pas dérangeant et que vous étiez reposé vous auriez peut-être évalué que votre enfant pleure moins qu’un autre. Tandis que si vous êtes à bout et que vous répondez à chaque pleur, mais que ça vous épuise encore plus, vous aurez peut-être tendance à penser que votre enfant pleure plus qu’un autre…

    • Mon fils cadet devenait aussi très calme à la vue de MétéoMédia. Très drôle !

    • Madame Leduc, j’ai toujours cru que 18:00, pour un bébé ou un enfant était l’heure du crime. L’heure ou toutes les frustrations, le stress de la journée sortaient. C’est pour cette raison que je donnais toujours le bain avant le souper, surtout l’hiver où il fait noir, où il est impossible de faire une petite promenade en poussette car il fait trop froid. Les enfants étaient beaucoup plus calmes au souper et avaient plus de temps pour jouer avec papa et maman avant ‘aller dormir. L’été est différent. IL fait noir plus tard, on soupe plus tard, on couche les enfants toujours un peu plus tard…

      Je n’ai pas allaité, j’ai recommencé à travailler 5 jours après mon accouchement pour mon plus vieux, 3 semaines pour mon plus jeunes, pas de cocdodo,… Pourtant, mes bébés étaient on ne plus calmes… Peut-être parce que j’avais la chance de travailler dehors et que j’amenais bébé avec moi dans sa poussette quand c’était possible côté température? Peut-être parce que bébé avait appris à dormir avec un certain niveau de bruit voitures, oiseaux, vie extérieure) contrairement à un silence total qu’on retrouve dans une chambre de bébé? Peut-être parce que , même tout petit bébé, je leur parlais de tout et de rien? Peut-être parce que mon chum et moi ne sommes pas des gens vraiment stressé et que c’est génétique? Reste que mes 2 bébés on été clames et sont devenus de jeunes adultes plutôt calmes dans leur vie.

      Comme vous l’avez écrit, il n’y a probablement plus d’un facteurs qui expliquent que certains bébés soient calmes. Il y a des parents qui sont tellement soucieux de procurer un environnement calme à leur bébé qui en sont stressant… Si bébé fait sa sieste dans sa chambre à l’étage, la porte fermée, il est permis de parler avec un débit de voix normal dans la cuisine au rez-de-chaussée au lieu de chuchoter pour ne pas déranger bébé… Ainsi, bébé apprendra que ce ne sont pas tous les bruits qui sont stressants et ne sera que plus calme…

    • ro b@vous tous : Désolée, il semble qu’il y ait eu un problème, les commentaires n’ont pas été affichés rapidement…

    • Moi aussi mon garçon, dès que le soleil se couchait, se transformait en petit gremlin mécontent et causeur de gerçures en tout genre! Je remerciais tous les saints qu’il soit né au printemps et de voir ce moment fatidique reculer de jour en jour! Ça s’est tassé après 2 ou 3 semaines cependant. Après les seules fois où il pleurait longtemps, c’est quand on m’empêchait de l’allaiter et/ou quand une meute de matantes lui sautait dessus avec à peine assez d’espace pour respirer!

    • Il y a un livre (très populaire chez les parents anglophones) qui tente d’expliquer les différences concernant les pleurs des nouveaux nés entre différentes cultures: “The Happiest Baby on the Block” du Dr. Harvey Karp. En bref, l’auteur explique que dans les cultures où les bébés ne font pas de “coliques”, les parents posent une série de gestes qui imitent les sensations que les bébés ressentaient dans le ventre de leur mère. Il appelle ça les 5S :
      1. Swaddle (emmailloter);
      2. Side or Stomach (tenir le bébé sur le côté ou le ventre);
      3. Shush (faire le son “chut”);
      4. Swing (le balancher doucement dans nos bras); et
      5. Suck (lui faire sucer quelque chose).
      L’auteur dit que ça fonctionne à 100%. Nous l’avons essayé avec nos deux enfants et c’est efficace.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    avril 2017
    L Ma Me J V S D
    « mar    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives