La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 28 août 2014 | Mise en ligne à 9h00 | Commenter Commentaires (56)

    Délivrez-nous de la rentrée!

    Sur un ton humoristique, l’ex-Mère Blogue, Silvia Galipeau, nous donne cette semaine dans La Presse + 10 raisons pour détester la rentrée. Les alertes aux poux, le retour des cubes énergie et des interdictions de toutes sortes…au secours!

    Ma fille étant toujours au CPE, je m’explique mal l’enfer que semble représenter la rentrée pour tant de parents qui sont même nombreux à prendre congé pour pouvoir s’y consacrer à temps plein pendant quelques jours avant même le jour J.

    Y aurait-il moyen qu’on vous facilite la vie?  Qu’est-ce qui est si lourd et que pourraient faire les écoles pour améliorer la situation?


    • Les dépenses liées à la rentrée scolaire (dans un système d’éducation qui “devrait” être public) deviennent trop lourdes pour les budgets des familles… Voir le communiqué d’Union des consommateurs à ce sujet: http://uniondesconsommateurs.ca/2014/rentree-scolaire-des-depenses-trop-onereuses-pour-les-familles-au-quebec/

    • Très sérieusement, je trouve que les écoles en font déjà trop. C’est quoi cette idée de commencer la 1re journée de classe par un gros party dans la cour d’école? Hier, je regardais la scène de ma fenêtre de cuisine. Musique à tue-tête (trop souvent en anglais de surcroît); 500 enfants et presque autant de parents obligés de crier pour se parler; le directeur qui essaie de faire taire tout ce beau monde pour faire un discours, bien trop long, après 5 minutes, plus personne ne l’écoutait. Ce qui fait que les élèves sont entrés dans l’école surexcités, suivis de douzaines de parents qui voulaient absolument parler à la nouvelle “maitresse” alors que tous ces profs en avaient plein les bras juste à contenir les jeunes. Tout ça pour 1/2 journée de classe, rentrée progressive oblige, faudrait tout de même pas trop fatiguer les enfants, ils n’ont eu que 2 mois de vacances pour se reposer après tout!

    • http://lenavet.ca/3965/rentree-des-parents-indignes-oublient-didentifier-correctement-le-stylo-bleu-de-leur-enfant/

    • Perso, j’adore la rentrée. J’adorais lorsque j’étais enfant, et j’adore encore maintenant que mes enfants fréquentent l’école.

      Je ne vois pas ce qu’il y a de stressant là-dedans… Il y a bien sur des demandes weirdo sur les listes scolaires, mais outre ça, vraiment, il est où le problème? On a un toit, on mange à notre faim, y’a pas d’extrémistes qui font sauter des bombes au coin de la rue, pas d’Ebola… J’sais pas, mais je trouve que la vie est tellement simple ici, peut-être que les personnes stressées de la rentrée, de faire des lunch (oh seigneur!!! un lunch!), ben ces personnes devraient aller faire un “stage” dans un endroit de la planète où ta survie dépend de beaucoup de facteurs hors de ton contrôle. Moi je choisis de vivre “le-stress” d’une rentrée ICI anytime au lieu de faire 3km pour aller chercher de l’eau potable…

    • ahahahaha!! Mourrant l’article sur La Presse +…. Oups, c’est vrai, j’ai pas La Presse +, j’ai celle en papier que je paye mais pour laquelle j’ai pas le même contenu.

    • “que pourraient faire les écoles pour améliorer la situation”
      Mauvaise question. C’est plutot : que pourraient faire les parents pour améliorer la situation ???

      - Préparer son enfant à la rentrée. Ne pas lui annoncer le matin même qu’il entre à l’école. (oui, ça arrive)
      - Ne pas amener son enfant à l’école en pleurant. Etre content pour lui et lui montrer va faciliter son gout pour l’école.
      - Ne pas chialer contre les profs devant les enfants. Ce mine leur autorité et l’enfant va probablement être tenté d’envoyé paître le prof !!
      - Soyez positif face à la rentrée. L’enfant sera peut-être positif face à l’école. Vous aurez moins de problèmes d’apprentissage/délinquance plus tard chez vos enfants. Ca stresse pas mal plus de ne pas savoir si votre ado est en train de faire un mauvais coup.
      - Apprenez-lui à être de plus en plus autonome. L’école leur enseigne ça mais si c¸a commence à la maison AVANT, ça sera bien plus facile pour l’enfant, le prof et vous aussi !!

      @mimi25
      Bien dit. On a pas de crocodiles qui nous attendent au point d’eau ici.

    • J’étais une enfant qui aimait l’école et qui avait toujours hâte, et là je veux vraiment dire hâte, au point de compter les jours, à la rentrée scolaire. Les seules autres choses que j’attendais avec autant d’impatience étaient la première neige, puis Noël.
      Ma mère était une prof passionnée par son travail et avait aussi hâte que moi, ce qui fait que la rentrée, chez nous, c’était un grand moment.
      Je suis toujours heureuse de la rentrée même si je n’ai pas d’enfant – bien des choses que j’aime arrêtent l’été et reprennent en septembre. Septembre et octobre sont mes mois préférés dans l’année.

    • Bonjour,

      la rentrée voulait dire Expo agricole jadis à Québec, un petit air de la champagne qui venait nous visiter, maintenant y’en a plus. On commence à nous bassiner avec la rentrée en plein coeur du mois de juillet, rendu en août, ça tient du délire.

      Exagération – gonflage – voilà la rentrée.

      ____________________________________________________

      ”au lieu de faire 3km pour aller chercher de l’eau potable”
      ET
      ”On a pas de crocodiles qui nous attendent au point d’eau ici.”

      Bonne nouvelle – au moins il y a quelques personnes qui sont capable de realiser le ”bien naturel de notre territoire”…

      Maintenant ouvrez grand les portes au monde entier, vous allez voir que ce sera pas long, qu’avec le réchaufement de la planète qui nous tombe dessus à vitesse grand V, il n’y en aura pas pour l’éternité de cte belle eau potable…

    • Pour mes gars, rentrée scolaire étaient synonyme du début du hockey au primaire et sont maintenant synonyme du début du football au secondaire. En plus ça leur permet de revoir les amis qui ont passé l’été au chalet ou en camping. La rentrée des classes se fait donc toujours avec fébrilité, même au secondaire et au cegep.

      Oui, on doit faire des lunch, se coucher plus tôt et être plus à son affaire. Mais, si c’était des vacances 12 mois par année, je ne suis pas certaine que ce serait apprécié. Il faut des défis dans la vie!

      @litchi

      Moi aussi je détestais les rentrées qui s’échelonnaient sur 2-3 jours, les rentrées progressives. Je trouvais que les profs en mettaient pas mal avec la journée d’accueil. La rentrée n’est pas une étape importante (mis à part en maternelle), elle est seulement une journée un peu spéciale qui rythme l’année. Un peu au même titre que l’Halloween, la fête des Rois ou la semaine de relâche.

    • c’est sur que si les parents en font tout une affaire d’etat , que les jeunes vont amplifier , chez nous c’est enfin … autant pour les seniors que les juniors

    • @gl00001, nous savons que votre conjointe est enseignante mais nous savons aussi que vous n’avez pas d’enfants. Vous n’avez pas eu à vivre la rentrée en tant que parent, et pas à gérer la nervosité d’un enfant – comme le mien – qui a eu peur d’aller à l’école malgré une préparation amusante et ludique à la maison. Nuits écourtées, mal de ventre, appétit troublé, rien de bien amusant les jours avant la rentrée. Alors une petite gêne serait la bienvenue.

      Je découvre pour la 1ère fois les joies de la rentrée. L’école est raisonnable et ne fait pas de la rentrée un gros party, ça s’est fait en douceur pour les enfants, dans la bonne humeur mais la discipline. Par contre, les instructions pour préparer la rentrée étaient complexes, nombreuses, contraditoires et j’ai touvé le processus ardu et un tantinet angoissant. De plus, je plains les parents moins fortunés qui doivent défrayer un montant que je juge élevé non seulement pour les fournitures mais aussi pour des contributions dites volontaires pour les activités. Je n’ose imaginer ce que ça doit être pour les immigrants qui peinent à comprendre le français et dont le budget est limité.

      Cela dit, mon enfant est sorti de ses premières heures d’école le sourire aux lèvres, rassuré, et sa rentrée a été réussie. C’est le plus important, il a repris son appétit et a maintenant hâte de retourner à l’école. :)

    • @gofrankiego
      Il y a déjà du stock de Noël chez Costco-ho-ho !!

    • @chouettemaman

      Contente que votre fils se soit adapté rapidement. Perso, j’ai toujours mis l’emphase sur le fait que les enfants allaient revoir les amis et s’en faire des nouveaux, qu’ils auraient accès à de nouveaux livres, de nouveaux jeux et apprendre un tas de trucs qu’on ne pouvait leur montrer mon chum et moi. Bien-sûr des années ont été plus difficiles que d’autres mais dans l’ensemble tout c’est toujours bien passé.

      L’année prochaine, ce ne sera pas de la nervosité mais de la fébrilité que votre garçon aura à la rentrée. Et cette fébrilité sera contagieuse à votre autre enfant quand ce sera son tours de commencer la maternelle… Ça y est, la glace est brisée.

    • Il aurait fallu nous poser la question dans quelques jours. Il y en a encore beaucoup parmi nous qui sommes trop occupés avec la rentrée. Les miens commencent mardi… ;-)

      En gros je suis d’accord avec chouettemaman. Par exemple, pour ma plus jeune qui entre en première année, en plus des fournitures scolaires habituelles, une section de la liste indiquait qu’il fallait se procurer 4 items en librairie.

      Ma conjointe est allée chez RenaudBray où on a pu l’aider que pour un seul item, et sur commande seulement. Mais tant qu’à devoir revenir le chercher ensuite, on a plutôt commandé sur leur site internet. J’ai trouvé un des autres livres plutôt sur le site d’Archambault. Bref, on devra payer deux fois les frais de livraison (Archambault n’avait pas le premier).

      Le troisième était plutôt un cahier et on l’a trouvé dans une papeterie. Il ne fallait pas le chercher en librairie comme indiqué sur le document de l’école! Le dernier item est pour le cours d’anglais, je ne l’ai trouvé nulle part tel qu’écrit sur le document (il porte toutes sortes d’appellations différentes sur internet et est offert en plusieurs versions) et mettons que je ne trouve pas ça très urgent en début de première année. Alors je me suis donné une pause et je recommencerai mes recherches pour ce dernier item en fin de semaine…

      Et nous avons un autre enfant qui entre en 3ième. Et une plus jeune de 4 ans pour qui ce cirque débutera l’an prochain.

      Bonne rentrée!

    • Ici, ce que je trouve interminable, c’est la rentée progressive qui s’échelonne sur une semaine. C’est à se demander si ma fille entre vraiment à la maternelle aujourd’hui ou la semaine prochaine!

      L’école fait aussi tout un fla fla pour la première journée. Je trouve ça correct, mais l’emphase doit surtout être mis, je trouve, sur la connaissance avec le prof et les nouveaux élèves. C’est souvent ce qui angoisse le plus les enfants.

    • A lire tout ces commentaires, je me dis : Punaise qu’on est gâté.
      Gras dur !

    • @ q.terreux

      Ha Ha Ha !! Votre lien est bien amusant. Les crayons marqués au nom de l’enfant :-) J’adore faire ce travail de marquage. Et tous ces cahiers d’exercices qui sentent l’encre. J’ai tout tout tout marqué. Chaque crayon de bois, chaque crayon de couleur. J’adore ce travail. Je me sens comme PK Subban qui tape son hockey avant le match. Ça va t’être (oui, oui, t’être…) une maudite saison c’t'année :-))

      La rentrée pour moi c’est un pur bonheur. Pour rajouter à mon excitation, c’est la première fois de ma vie que j’ai si hâte de domper (oui, oui, domper) le plus jeune à l’école. Avec l’été qu’il nous a fait passer d’un terrain de soccer à l’autre… d’une piscine à l’autre… Enwèye en secondaire 1 mon pit. Vas te mesurer avec des hommes (pis des femmes) qui en ont vu d’autres. Bon, fais pas comme avec nous autres… T’obstine pas tout le temps pour un oui et pour un non. Fais pas la baboune non plus. Garde silence pis écoute les consignes. Tu leur montreras ton caractère fin septembre quand le beat de la classe va être pris. Ah oui. Dernier conseil fiston. Ne parle à personne de notre truc secret qui fait que tu reconnaîtras tes cahiers d’exercices entre tous. C’est utile si jamais tu t’en fais voler un par un élève qui aurait perdu le sien.

      Dors fiston, dors. Rêve que ton regard de braise fait fondre toutes les maîtresses.

      Et j’embrasse ton front comme si tu avais 5 ans même si tu me rappelles souvent que “J’ai 12 ans, môman.”
      Minuit 58. Montréal.

    • @Mimi25

      Vous m’enlevez les mots de la bouche. Plus je vieillis, plus je me rends compte qu’on est trop gâtés et qu’on se plaint (tout le temps) pour rien et pour tout et tout nous stresse et stresse nos enfants et nous épuise et ça m’énerve….

      Et le stress de la rentrée pour les enfants? La vie comporte à tous les jours son lot d’évèments qui les sortent de leur zone de confort : dentiste, tournoi de hockey, exposé oral, traverser la rue, se faire garder et plus ça va, plus ça se multiplie… Bienvenue dans le monde!

      À quel moment l’être humain Nord Américian moyen est-il devenu si minoune?

    • @chouettemaman
      Il n’y a pas de gène à y avoir. Vous avez tout fait pour bien préparer votre enfant. Bravo. Mon propos ne s’adressait donc pas à vous. Laissez le chapeau à ceux qui le méritent.

    • “(trop souvent en anglais de surcroît)”

      Ohhhh quel drame!! Pauvres enfants qui ne peuvent écouter les trois accord!

    • J’adorais la rentrée quand j’étais ti-cul et j’adore toujours ça maintenant avec mes enfants. Les cahiers neufs, l’excitation de retrouver ses amies, de connaître son nouveau prof. Je suis rentrée plus tard au bureau ce matin pour accompagner ma fille, comme beaucoup de parents, mais ce n’est pas la fin du monde!

      La seule chose que j’aimerais: pour la liste des effets scolaires… soit vous vous fiez au bon jugement des parents et vous demandez, par exemple 2 gommes à effacer qui font la job, soit vous achetez en gros la marque précise de gomme à effacer qui est essentielle à la réussite des élèves (chez nous c’est la staedler rasoplast) et vous nous refilez la facture!

      C’est tout! Pour le reste, la rentrée c’est le bonheur! Ma fille était rayonnante ce matin et la petite larme que j’avais au coin de l’oeil, c’était de la grosse fierté intense de la voir si belle, si grande, si débrouillarde, si heureuse.

    • Il y a une question que je me pose depuis plusieurs années. Pourquoi est-ce que l’école ferme pendant tout l’été? À l’origine, c’était pour que les enfants puissent travailler sur la ferme familiale pendant l’été. Puisque nous avions une population majoritairement dans le secteur agricole, il était important pour la famille d’avoir de l’aide pendant l’été.

      C’est bien agréable d’avoir des mois sans devoir ni leçon mais est-ce que ça ne nuit pas au cheminement scolaire? Évidemment que c’est agréable d’avoir la plus belle partie de l’année libre de toute responsabilité, mais est-ce vraiment souhaitable? Est-ce que ça ne détruit pas le rythme? Je ne sais pas pour vous mais lorsque je reviens de mes deux semaines de vacance l’été, j’ai besoin d’une petite période d’ajustement pour reprendre mes réflexes et ma pleine productivité. Je n’ose pas imaginer les élèves.

      Je peux bien comprendre que les professeurs sont content d’avoir une période de vacance prolongée, surtout si ils ont des enfants. Mais pourquoi serait-ce la seule profession à avoir besoin d’un été complet (moins les journées pédagogiques)? Quelle est l’utilité réelle des vacances estivales? Ne me dites pas que c’est pour avoir un congé parce que je ne sais pas pour vous mais je n’ai jamais assez de congé! Si je pouvais j’aurais 6 mois de congé! Bon j’exagère… mais vous comprenez le principe.

      Je me demande combien de temps nous allons trainer cette relique de l’agriculture. Combien de générations avant que ça ne change.

    • @gl00001, merci. Ce que j’essayais d’expliquer maladroitement est que derrière la famille qui n’a pas annoncé à son enfant que c’est son premier jour d’école, derrière les familles moins hop la vie en ce qui concerne la rentrée scolaire, se cachent probablement des gens défavorisés, peu instruits, ou traversant des difficultés diverses. Pour qui acheter les fournitures scolaires a représenté une grosse dépense. Qui ne lisent pas bien le français et qui sont perdus. Etc…

      Ce n’est pas les ti-collants à mettre sur les crayons qui sont source de stress pour certaines familles. J’ai reçu environ 30 pages de documents pour préparer la rentrée. Avec des renseignements contradictoires quant à l’horaire de rentrée progressive, le service de garde, les fournitures à acheter. Non je suis pas gâtée, j’ai pris le téléphone, ai posé des questions, ai fini par comprendre ce qu’il fallait faire. Mais je me mets dans la peau de gens moins instruits, de familles allophones nouvellement arrivées et ça ne doit pas être facile.

    • @chouettemaman
      Les allophones défavorisés qui arrivent ici pour toutes sortes de raisons, ont accès à des services par les travailleuses sociales. Certains les utilisent. D’autres, pour toutes sortes de raisons culturelles, ne les utilisent pas. Quand l’enfant est né ici et à 5 ans, ne parle pas français … certains n’ont qu’eux-mêmes à blâmer. Ceux qui essaient arrivent toujours à comprendre. Et le parcours aussi ardu qu’il peu être, les aura fait apprendre des choses.

      @Needle
      Très peu d’écoles ont l’air climatisée. Ce ne sont pas toutes les écoles qui sont bien isolées, ventilées et aérées. Vous voulez envoyer les élèves dans des fours ? Au mois de juin, c’est parfois assez terrible dans les classes. Imaginez au mois de juillet !!
      En ce moment, vous avez trois périodes ou les jeunes sont en congé. Vous voulez en rajouter combien ? deux, trois ? Je ne suis pas sur que les gens aimeraient bien ça. Et l’été, les camps de jours ou camps de vacances donnent de l’emploi aux cégépiens et universitaires. Ca serait compliqué tout changer ça.

    • quelqu’un peut me dire ce qu’est un cahier blanc de 2 pouce avec présentation porte-folio ?

      aussi,

      ou peut-on trouver une tablette d’écriture 8 1/2 x 11 lignée et PERFORÉE ?

      question secondaire: on est pas passé au système métrique dans les écoles ?

    • Pis tout le monde, vous avez survécu le gros gros stress de la rentrée hier?? Tout le monde a encore 2 bras? Ou est-ce que les prescriptions de prozac ont skyrocketés pour permettre à tous de ce remettre du choc post-rentrée??

      Ah la la que c’est pas drôle!!!!

    • @gl00001, eh oui, comme toujours sur ce blogue, nous acceptons que les enfants soient victimes de la désorganisation et de la vulnérabilité de leurs parents, punis bien malgré eux…

    • @Fille du Roy, je pense que c’est le type de cartable qui a une pochette transparente sur le dessus, pour mettre une feuille-titre dessus le cartable. Ça se vend chez machin en gros et compagnie. Pour la tablette, je vois ce que vous cherchez mais ça ne doit pas courir les rues. peut-être acheter en format cahier et enlever la couverture ? Pour le métrique, c’est que les compagnies de fournitures utilisent le système impérial en priorité…

    • “Très peu d’écoles ont l’air climatisée.”

      C’est donc la raison pour laquelle elles sont fermé l’été? Seriously?

      “Ca serait compliqué tout changer ça.”

      Le changement fait toujours peur apparemment. Excellente raison pour ne rien changer.

    • “ou peut-on trouver une tablette d’écriture 8 1/2 x 11 lignée et PERFORÉE”

      En le tapant tel quel dans un moteur de recherches, Staples (Bureau en Gros je crois) sort en tête de liste. À la rigueur, on peut vous le commander je pense.

      Needle

      J’étais une bonne élève. J’étais crevée quand la fin juin arrivait. Il faut une période pour se décongestionner le cerveau et refaire le plein d’énergie. Enfant, deux mois, ce n’est pas trop.

      Par contre, je suis d’une époque où l’école, la vraie, recommençait le mardi tout de suite après la Fête du Travail. Pas de zigonnage, de partys, de rentrées progressive (pour les petits de la maternelle, c’est autre chose et j’approuve). On avait deux semaines de révisions et on entrait tout de suite dans l’année en cours. Je commençais l’école à 8h10 le matin et finissais à 4h10 le soir. Avec un beau gros sac d’école rempli de devoirs et de leçons. Les congés pédagogiques? Pas connu ça. La semaine de relâche non plus.

      On s’entend que ça a un tantinet changé? Il y a même une école qui a eu la géniale idée d’abolir les devoirs: ça fatigue les enfants et les parents qui ont mieux à faire que superviser l’avenir de leur enfant. Sans parler du prof qui ne se tapera plus les corrections. Les flos débarquent du bus à exactement 3h10. Ça veut dire qu’ils ont fini l’école à quelle heure ça? 2H30?

      “À quel moment l’être humain Nord Américian moyen est-il devenu si minoune?”

      Exactement…

    • Les fournitures scolaires et les demandes d’argent pour les activités….

      J’avais fait le ménage là-dedans quand je me suis rendu compte que les effets scolaires étaient mis en commun et que si X perdait 30 crayons dans l’année, c’est le reste de la classe qui payait pour. Je fournissais MES enfants et laissais aux autres parents le soin d’en faire autant avec les leurs. Idem pour les boîtes de kleenex. Mes enfants avaient le rhume? Ils partaient pour l’école avec LEURS kleenex. La prof et les autres enfants se payaient les leurs.

      Les activités parascolaires? Ça aussi j’ai fini par me rendre compte que je payais pour des activités qui n’avaient jamais lieu “faute de temps”. J’ai envoyé une note au prof disant que je me ferais un immense plaisir de fournir la somme le jour même de l’activité.

      Faut voir à ses affaires et se servir de son jugement. J’achetais beaucoup de “à mesure”. Comme ça, si je n’avais pas besoin de 18 cahiers, je ne les achetais pas! Cessez de vous faire mener par le bout du nez. Votre enfant a besoin de fournitures, pas de devenir actionnaire dans une papeterie.

      Pire encore… sauf pour les questions d’allergies, c’est moi et moi seule qui décidait ce qui allait dans les boîtes à lunch de mes enfants. On s’est essayés UNE fois de s’en mêler. Le mot s’est passé d’année en année. Pas de ça, allergies, pas de ça, ça coule et ça pose des problèmes, pas de ça, c’est des cochonneries. EILLE!

      Triste de voir combien le monde aujourd’hui se fait enrégimenter sans rouspéter…

    • Cette année, la liste d’effets scolaires était deux fois plus courte et beaucoup moins compliquée. Ça nous a coûté beaucoup moins cher, aussi. Il faut croire que la direction a pris le virage du gros bon sens.

      Pour ce qui est des allergies et des interdits, je trouve tout cela très absurde. Mon fils est allé au camp d’été municipal pendant tout l’été et il n’y avait pas d’interdits de la sorte. Tous les enfants apportaient leur lunch et il n’y a eu aucun incident. Ah oui — et il a mangé des biscuits aux pépites de chocolat. Hérésie?

      Qu’on nous lâche un peu avec les cubes d’énergie, la police des lunchs et les DÉFIS de toute sorte. L’an dernier, l’enseignante de mon fils demandait aux élèves ce qu’ils ont mangé au petit déjeuner. Lorsque mon fils a dit qu’il avait mangé des gaufres au sirop d’érable, il s’est fait répondre “ce n’est pas un déjeuner équilibré”. Heille chose… je cuisine 80% des repas chez moi et on mange très bien… lâche-nous les baskets!!!

    • Attendez-là, je n’aurai pas le droit de mettre un petit dessert dans le lunch de mon enfant ? (C’est tout nouveau pour moi les lunchs). Même si c’est fait maison ???? Il est mince comme tout en plus…

    • @ mimi25: Amen!

      Perso, je ne trouve rien de stressant à la rentrée scolaire. Même que je suis bien contente pour mes enfants quand l’école recommence, car rendus à la fin août ils s’emmerdent royalement à la maison. C’est aussi le temps où les activités reprennent et la routine repart.

      Ce que je trouve le plus difficile avec la rentrée, c’est le deuil de l’été! Surtout quand ils sont comme cette année et qu’ils ne sont pas très constants côté chaleur et soleil.

    • Chouettemaman

      Pas de fruits coulants qui vont demander du nettoyage de mains ou de table. Pas de sucreries. Attention à la marque de jus de fruits que vous choisirez. Pas de petit gâteau c’est caca, encore moins de chips et de boissons gazeuses. Si votre bon dessert-maison risque de s’émietter… non. Les allergies? On y va généralement selon les enfants affectés. Les noix un classique. Parfois les oranges. Certains petits fruits, la liste peut être longue.

      http://blogues.lapresse.ca/mere/2008/09/16/pour-en-finir-avec-les-aliments-interdits-a-lecole/

      Si vous êtes tombée sur une commissions scolaire de tarés, pas de bonbons pour Halloween non plus.

      Bonne chance!

    • C’est tout simple la solution. Arrêter d’en faire un plat.

    • @loubia, oh, la, la, ce que je vais m’amuser. Le plaisir de manger là-dedans ? C’est pas par toutes ces privations qu’on va donner de bonnes habitudes alimentairs aux enfants Mais bon vous me comprenez! :)

    • Je pense comme ctq102 et j’ajoute: soyez organisés.
      Fin de l’école en juin: on prend les items encore bons et on les classe. On aiguise les crayons qui peuvent faire encore un temps et on essaie les crayons feutres pour jeter ceux qui n’écrivent plus.
      Début début août: on prend la liste des fournitures et on coche ce qu’on a déjà à la maison, qu’on identifie sur le champ et qu’on place dans le sac d’école.
      On profite des spéciaux pour acheter le reste et faire des réserves d’items récurrents pour l’an prochain. On identifie les achats et on les place dans le sac.
      2 jours avant l’école, on s’assure que tout est en place (5 minutes, puisque c’est le cas).
      L’enfant devrait prendre part à tout ce processus, sans exception, et éventuellement le faire seul (sauf pour les achats).

      En fait, l’intervenant qui a plaidé pour l’autonomie des enfants a souligné un point très important.
      Dès 7-8 ans, un enfant dont l’école est raisonnablement près devrait aller à l’école par lui-même.
      Dès 8-9 ans, un enfant devrait faire la plus grande partie de son lunch lui-même (pour ma part, j’aide pour les plats principaux, surtout lorsqu’il faut chauffer le matin et mettre dans un thermos).
      Dès 8 ans, un enfant devrait préparer son sac et les items nécessaires pour le lendemain matin lui-même.
      Dès le secondaire, un enfant est capable d’aller à sa rentrée seul (le mien ne voulait surtout pas me voir là!!).
      Même ma fille de 4 ans fait son sac seule à l’aide d’une liste avec images que je lui concocte.
      Lorsqu’on arrête de tout faire pour eux, c’est fou combien le stress diminue et le temps disponible augmente.

      J’ai 4 enfants: 12, 9, 4 et 1,5 ans. J’ai donc trois rentrées scolaires étalées sur 3-5 jours (ma fille de 4 ans va dans une pré-maternelle 4 ans), en plus de ma propre rentrée à l’université. Le jour J, je n’ai plus qu’à gérer les déceptions, joies ou inquiétudes normales: le plus grand qui va à l’école secondaire pour la première année, ma fille de 9 ans qui n’a pas le prof qu’elle voulait, ma fille de 4 ans dont le meilleur ami change d’école. Puisque le reste est fait, le tout se passe sans stress.

      Délivrez-nous de la rentrée scolaire! Après, ce sera quoi? Délivrez-nous d’aller travailler? Délivrez-nous d’avoir à faire des efforts? Délivrez-nous d’avoir à nous conformer à un horaire?

    • gebgeb

      Je suis d’accord pour former les enfants à avoir le plus d’autonomie possible. Pouvez-vous être d’accord que les enfants ne sont pas tous pareils et qu’il n’y a aucun âge où “ils devraient” quoi que ce soit? Les mettre à contribution selon leur âge et leurs capacités, je suis d’accord. Je suis toujours atterrée de voir combien bien des enfants aujourd’hui ne font strictement rien dans la maison, incluant faire leur lit. Les parents sont leurs esclaves et c’est rendre aux enfants un bien mauvais service. Mais il faut doser. Les enfants ne sont pas tous pareils et le “mode d’emploi” varie souvent dans une fratrie.

      Je suis d’accord avec votre dernier paragraphe: on se fait des crises existentielles avec pas grand chose…Je ne comprends pas du tout cette propension des jeunes parents à faire un cas d’État avec presque tout aujourd’hui. La vie est simple, certains aiment se la compliquer!

      J’ai été monoparentale, travaillant de nuit, deux enfants. Tout le monde a survécu, tout le monde mangeait bien, les devoirs et les leçons étaient supervisés, les rendez-vous étaient rencontrés, la maison était propre, les vêtements propres et bien rangés. Je n’étais ni crevée, ni névrosée, ni au bord de fuir aux Iles Mouk-mouk, je ne courais pas après ma queue: j’étais et je suis encore organisée.

      Non, je ne comprendrai jamais les jeunes parents surtout avec tous les moyens mis à leur disposition de nos jours. On a dû se planter solide dans leur éducation quelque part pour les avoir rendus aussi moumounes!

    • Les enfants apprennent probablement autant durant leurs vacances d’été que durant l’année scolaire. Les enfants apprennent à apprendre en jouant, ce qui est peut-être le plus beau cadeau éducatif qui peut être donné à quelqu’un…

      “Play is the highest form of research” – A. Einstein.

      J’ai fait tout mon primaire dans une école où les devoirs étaient réduits au minimum, les classes commençaient à 8:45 et se terminaient à 2:30. Ai-je eu des lacunes scolaires? Je fais un postdoctorat en génétique médicale…j’arrive à apprendre par moi-même. Comme quoi certaines approches dites “moumounes” ne sont peut-être pas si folles que cela au fond…

    • @Needle
      Sérieusement ? Si vous aviez lu et réfléchi sérieusement vous auriez compris que c’est la raison pour laquelle on ne les ouvre pas l’été.
      La semaine dernière il faisait plus de 30C dans les classes. Cette semaine, ça sera chaud et humide. Mon épouse va revenir à la maison épuisée par la chaleur. Imaginez les enfants. Imaginez-les en juillet ou il faisait encore plus chaud.

      @ilea
      J’aime votre citation. Mais de nos jours, les enfants sont trop souvent “organisés” par leurs parents. Ils ont de moins en moins de temps pour se créer leurs propres jeux.

    • @gl000001

      Ok, je vous concède l’argument de la chaleur (même si d’année en année, la chaleur arrive plus tard et reste jusqu’à la fin septembre) mais expliquez-moi les 2 semaines, parfois presque 3 dans le temps des Fêtes, plus la semaine de relâche. Je comprends pour les élèves du secondaire avec les rush d’examens de fin de période qui sont très exigeants mais au primaire….

    • @madone
      “mais au primaire…” Quelle est la différence ? Les élèves sont plus jeunes donc ils ne connaissent pas le stress ? Au primaire, ils apprennent moins qu’au secondaire ? Ils passent du bon temps au primaire pendant 6 ans pour enfin arriver au secondaire ou là, c’est sérieux ? Voyons !!

      Donnez-leurs moins congé à Noël et ils termineront plus tôt en juin et ne recommenceront qu’en septembre. Youppi. Plus de congé l’été.

      La semaine de relâche a été poussée par l’industrie du tourisme. Rien à voir avec les profs qui vivaient très bien sans.

      Et la chaleur arrive de plus en plus tôt. On a eu des 30C en avril 2013. La moyenne de température a augmenté pour tous les mois depuis au moins 10 ans.

    • @madone
      Il n’y a pas de rush d’examens avant les Fêtes au secondaire. Beaucoup d’école n’ont que trois bulletins. Le deuxième va de novembre à février.

    • Les vacances n’ont pas pour but de réduire le stress des enfants mais bien de leur permettre de se reposer après un blitz de travaux à remettre et de bien se préparer aux examens qui s’en viennent.

      J’ai un enfant au CEGEP et un autre au dernier cycle du secondaire et ils ne sont jamais arrivés à Noël avec la langue à terre quand ils étaient au primaire, désolée. Au secondaire, oui par exemple! Je ne sais pas si vous avez déjà eu à lire et à analyser des romans de Tremblay, Dumas, Jean Barbe, Barjaval, Jules Verne et j’en passe en plus de remettre un labo de sciences et de finir un travail d’équipe en anglais et de faire 100 problèmes de maths (parce que t’es en enrichi et que c’est tough) avant de partir pour Noël. En fait, ils rushent aussi au retour du congé des Fêtes pour se préparer pour les examens du 2e bulletin parce qu’ils ont manqué parfois jusqu’à 10 jours de classe..

      La semaine de relâche, un complot de l’industrie du tourisme? Vous êtes drôle. J’aimerais bien voir les prochaines négos de convention collective si on essayait de l’abolir.

      Chaque fois qu’on vous lit, on a l’impression que votre épouse est plus à plaindre et épuisée que les enfants à qui elle enseigne….

    • Madone

      Je ne sais pas pour votre famille, mais pour de très nombreuses familles québécoises, la période mettons du 10 décembre au 5 janvier se caractérise par les partys, se coucher tard, manger plus ou moins bien, et pour les enfants, par une grande fébrilité à l’idée de la neige, des cadeaux, de revoir les cousins, de fêter. Pas terrible pour la concentration.

      Les commerces ferment parce qu’on a compris que les grandes personnes ne seront d’aucune utilité après avoir festoyé. Sans parler que tout le monde est sur les genoux avec la frénésie des Fêtes. Là on parle d’enfants. L’absentéisme atteindrait des niveaux record tant chez les enfants que chez les adultes qui ont une fête à préparer, de la cuisine et des achats à faire. Aussi bien accorder à tout le monde un petit break.

      La semaine de relâche, c’est parce qu’on a aussi compris que plein de parents qui prennent très au sérieux l’instruction de leurs enfants, s’absentent en hiver pour un petit voyage bien mérité, au yable la “maîtresse”, on exigera d’elle qu’elle s’organise pour que Junior ait du rattrapage. C’est SA job et SON problème.

      J’ai un enseignant dans mon entourage. Je voudrais que ce soit le cas pour tout le monde. Ça éviterait bien des jugements intempestifs.

    • @loubia et aussi un peu @madone

      Je suis entièrement d’accord avec vous. Il est normal pour un enfant ou un ado de terminer aux vacances de Noël ou l’année fatigué. Dans ces cas, une semaine à traîner en pyjama, à jouer avec les amis, à regarder de petits films à la télé devraient suffire pour refaire le plein. Mais beaucoup de jeunes doivent en avoir plus car ils sont épuisés, pas fatigués mais épuisés. Pourquoi?

      Les enfants ont maintenant ont une quantité impressionnantes d’activités à l’intra-scolaire ou à l’extra-scolaire. Toutes ces activités demandent énormément pour les parents en taxi et en dépenses mais énormément aussi pour les enfants en énergie. Et souvent ce ne sont pas les enfants qui demandent mais les parents.

      Pourquoi faut-il élever nos enfants avec l’urgence qu’il ne faut rien manquer? Il faut pratiquer un sport, jouer d’un instrument de musique, surtout de rien manquer de la fête d’amis organisée le samedi (même si l’enfant connaît à peine le fêté),… Tout ce la est tellement important pour son développement! N’est-il pas plus sage de choisir une activité seulement? Une activité que le jeune aime lui et non vous?

      Mais bon, aujourd’hui il faut tout faire et au plus jeune âge possible. Comme on dit, vous voulez faire plaisir à un parent? Ne lui dites pas que son jeune est intelligent, beau, intéressant. Dites-lui plutôt qu’il est en avance sur son âge…

      Avant d’inscrire vos enfants à 56 000 000 activités, demandez-vous si en plus de votre travail (mettons 30 heures par semaine), de la paperasse ramenée à la maison (disons 2 heures par semaine soi l’équivalent d’une semaine de devoirs au primaire), vous vous inscriviez à du cardio-plein-air, de l’aqua-forme et pourquoi pas un cours de yoga en plus? Ha oui, j’oubliais le cours de cuisine un samedi par mois! Et le samedi soir, si votre conjoint vous obligeait à voir des gens, d’être polis et de manger à des heures impossibles? Probablement qu’aux vacances vous seriez exténuées… C’est ce que vivent vraiment beaucoup d’enfants dans mon entourage… Ça me rend mal à l’aise.

      Chez nous la règle (règle implicite) a toujours été: Junior doit nous attendre dans l’auto pour aller à son activité. Le jour où nous aurons à le pousser, à l’organiser et pour quelques parents que je connais à le payer (pas cher mais un petit montant quand même) pour aller à son activité, celle-ci se terminera au plus vite… de cette manière mes jeunes arrivent à Noël, à la Relâche et en juin fatigués, mais fatigués d’une bonne fatigue.

    • @ loubia et madone

      Évidemment, mon commentaire ne vous touche que pour le 1er paragraphe… ;-)

    • Les parents qui ont seulement 2 semaines de vacances payées annuellement et pas de famille géographiquemenr proche pour garder, ouf! Ça en fait des semaines à rester à la maison sans salaire. Pour certains, tu n’as même pas le droit de t’absenter car trop de monde en vacances… Heureusement, je n’ai jamais eu ce problème mais beaucoup de collègues, oui.

      Je trouve ça un peu étrange qu’on fasse un calendrier scolaire en fonction des besoins de vacances de certains parents ou de la frénésie des partys de Noël mais bon, c’est juste mon feeling. De plus, j’ai un ami enseignant au primaire qui voit des élėves manquer régulièrement une semaine durant l’année en dehors de Noël et la relâche parce que c’est moins cher ou que les parents ne peuvent avoir congé à d’autres dates….

      Pour certains collègues avec moins d’ancienneté, c’est une grosse source de stress, plus que la rentrée comme telle.

    • Loubia,

      Ce n’est pas tout le monde qui a assez de vacances ou d’ancienneté pour avoir droit à ce petit break de quand même plus de deux semaines à Noël certaines années et 1 semaine en mars. Les commerces ferment seulement le 25 décembre et 1er janvier, sans compter le personnel des hôpitaux, policiers, pompiers etc…. Il n’y a pas tant de monde que ça qui est off dans le Temps des Fêtes.

    • @madone
      C’est le stress qui engendre la fatigue. Tout le monde sait ça.

      Pas un complot, du lobbying. C’est pourtant ça. CORRECTION : Il semblerait qu’un directeur de commission scolaire a eu l’idée en notant le plus grand absentéiseme à cette époque:
      http://archive.famillesdaujourdhui.com/index.php?action=rechercher&option=recherche&affichage=true&AffUnArtc=true&noArticle=8881
      Mais j’ai plusieurs connaissances qui jurent que le lobby du tourisme y est pour beaucoup.

      Tous les profs sont fatigués par les programmes garrochés, les coupures de service aux élèves, trop chaud l’été, surchauffés et bien trop sec l’hiver. Il y a des profs qui ne peuvent respirer par le nez que l’été. Aussitôt qu’ils rentrent à l’école, les allergies ressortent. Ils ont les mains sèches et les yeux rouges. Il y a trois écoles de fermés à la CSDM à cause des moisissures. Il y en a d’autres qui en ont mais pas assez pour les fermer. Mais ça ne sort pas souvent dans les journaux ces histoires.

      Mon épouse a l’air fatigué ? Ici, dans ce blogue, on parle surtout de cas problèmes. C’est pour ça que cet état ressort. Vous voulez qu’on parle des choses positives. On peut. Il y en a des tas.

      Vous parlez de manquer une semaine pour les vacances. Il y a des élèves (les plus jeunes surtout) qui retournent “dans leur pays” avant la fin de l’année scolaire car le billet d’avion coûte moins cher. Ils reviennent en septembre souvent.

    • Nemo

      Je suis d’accord avec vous: on inscrit, parfois de force, nos enfants à bien trop d’activités pour leurs capacités: je suis d’une génération où les mamans orgueilleuses voulaient que leur enfant soit le plus fin, le plus talentueux, le meilleur à l’école, le plus rapide à faire quelque chose: marcher, parler, être propre. Je n’ai pas aimé être traité en singe savant qu’on flashe à la famille et aux amis. J’ai fait en sorte que mes enfants ne se sentent jamais comme ça.

      Avec les miens, j’y suis allée à leur demande. Ce qui fait que j’ai payé des cours et des uniformes pour rien à l’occasion. Mais l’un d’eux y a trouvé son métier qu’il pratique avec passion, l’autre a essayé quelques activités mais fonctionne aujourd’hui dans un domaine complètement différent.

      Ils font ce qu’ils aiment, pratiquent des sports qu’ils aiment et ont choisi et se cultivent selon leurs propres goûts. Pas de stress là.

    • @ gl00001

      Je veux bien vous croire! Mais si c’est ça le problème, qu’on fasse pression auprès de nos Commissions scolaires ou Gouvernements ou qu’on fasse des choix de société afin de faire de nos écoles des lieux salubres et stimulants où il fait bon enseigner et étudier plutôt que de «sortir« les profs et les élèves quelques semaines par année pour les aérer. Au retour, rien n’aura changé. On ne règle pas le problème. Ça ne vous inquiète pas? Moi si.

      De plus, chacun semble avoir ses propres raisons d’être en faveur d’un calendrier scolaire raccourci, allant de la fatigue et du stress liés aux conditions sanitaires ou de travail, la période des Fêtes trop excitante et fatiguante, les familles qui retournent dans leur pays 4 mois par année…. Ça fait beaucoup de raisons «individuelles» et j’aimerais simplement qu’on établisse un système d’éducation basé sur les heures d’enseignement nécessaires aux apprentissages et à la réussite scolaire de nos jeunes plutôt que sur les besoins particuliers de tout un chacun ou autres contraintes. C’est raisonnable non?

    • @chouettemaman

      29 août 2014
      13h05

      Ce que vous décrivez est un cartable. Il est bien écrit “cahier” sur ma feuille. Pour la tablette je l’ai perforé moi-meme.

    • @madone
      Ils en ont pas d’argent. Avant, il y avait 1.5 orthophoniste par semaine. Maintenant, c’est 0.4.
      Le syndicat se bat à longueur d’année pour améliorer les conditions de travail et d’Apprentissage pour les enfants. Tout ce que le monde entend, c’est “les profs veulent des augmentations de salaire”.
      Pour la réussite scolaire, on a le même nombre d’heures qu’avant et sensiblement pareil aux autres pays . Le problème est qu’on performe encore bien si on se compare à l’international. C’est un problème car le minustère ne voit pas trop qu’il y des écoles qui ont de graves problèmes. Les quartiers allophones ou pauvres envoient à l’école des élèves sous-stimulés. Et maintenant la norme c’est de leur donner des services lorsqu’ils auront coulé la première étape donc la deuxième année. Mais tout le monde sait très bien qu’il faut les adresser au plus vite les problèmes. Mais le minustère gère pour la moyenne alors au final on a un système moyen.

    • @FilleduRoy, j’espère que l’enseignant(e) pourra vous guider pour trouver le cahier. Vous ne devez pas être le seul parent perplexe du groupe!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    août 2014
    L Ma Me J V S D
    « juin   sept »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité