La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 25 août 2014 | Mise en ligne à 10h15 | Commenter Commentaires (28)

    Moins cher dans le bon vieux temps?

    En cette rentrée où les factures s’empilent, on a tendance à penser que tout était moins cher dans le bon vieux temps.

    Erreur. Comme le documente la collègue Marie Allard dans La Presse + d’aujourd’hui, vêtir les enfants coûte moins cher aux parents de 2014 que ce que leurs parents à eux devaient débourser.

    «Le prix des vêtements est revenu à peu près à ce qu’il était à la fin des années 80 et au début des années 90», confirme Hendrix Vachon, économiste principal chez Desjardins.

    Évidemment, ces vêtements à bas prix sont souvent malheureusement fabriqués dans des usines de misères par des femmes et des enfants à l’autre bout du monde.

    Ceci étant dit, ce n’est pas là la seule explication. La production de masse, le recours moindre aux fibres naturelles et l’abolition des barrières tarifaires y sont aussi pour beaucoup.

    Ainsi, il est tout à fait possible, avec 100 $, d’habiller un jeune pour la rentrée, peut-on lire dans le dossier de Marie, et c’est d’autant plus vrai qu’on est de moins en moins regardant.

    Comme l’indique l’une des personnes interviewées, on n’endimanche plus nos enfants comme on le faisait avant. Les tenues de jours de semaine ou de fin de semaine, de terrain de jeu ou de mariage sont souvent pas mal semblables…


    • “Hendrix” Vachon? Vraiment? :D

      Mais je ne peux pas m’avancer sur le sujet, je suis un de ces galeux qui ne possèdent ni tablette, ni portable, donc, pas de Presse + pour moi…

    • Il y a toujours un aspect proportionnel dans une telle affirmation. Tout coute plus cher mais les revenus augmentent aussi du moins pour le 1 %…

      Pour le reste ca dépend énormément de la propension des parents à être consommateurs au départ. Ca se transmet aux enfants qui veulent des marques ou des items précis sans quoi ils seront humiliés devant la planete entiere …C est cette marge là qui fait toute la différence. Parce que pour beaucoup d enfants ils n en ont rien à cirer des marques de commerces et ne font que suivre normalement le modele et les regles parentales.

      Bien que je comprenne votre point, je trouve hors contexte le commentaire des vetements fabriqués dans des usines de misere … On pourrait en discuter longtemps mais je ne crois pas qu il soit ici nécéssaire d ajouter en plus la culpabilisation dans l équation…Enfin bref c est probablement juste moi…

    • Et il y a aussi les friperies , les comptoirs familiaux, les ventes de garages, etc………pour tous les parents qui ne vivent pas que pour l’image !

      C’est de la façon que j’ai habillé ma fille et qui a poursuivi dans la même voie par la suite……. ce qui ne l’a pas empêchée de terminer un BAC en Droit …

    • Je ne comprendrai donc jamais ceux qui attendent a la fin août pour attaquer les centres commerciaux et après, ca chialle que ca coute cher. De mon côté, j’achète un petit peu tout au long de l’année et souvent en solde. Et SVP, soyez fier de vos enfants et habiller les comme du monde… portez vous du linges troués aux 2 genoux avec le l’eau dans la cave et portez vous un habit de neige qui prend l’eau et qui sèche jamais?? Offrez donc la même chose à vos enfants.

    • A l’école de mes fils, il est obligatoire de porter l’uniforme. Dotes-moi vite où je peux les habiller pour $100.00…
      C’est autour de $250.00-$300.00…..X 2.
      Avec le coût des inscriptions ($253.00 x 2) et le compte de taxes scolaires augmenté de 35% en 2 ans. Vive la gratuité scolaire! Avoir des enfants au Québec, c’est accepter de s’apauvrir matériellement.

    • J’ai (trop) souvent porté les vêtements de mon cousin 2.5 années plus vieux que moi. Ca coûtait moins cher de même !! On avait pas de vêtement de “marque”. On portait les imitations de souliers Adidas dont le bout plastique décollait. On les “tackait” avec une brocheuse.

    • Je ne sais pas si c’était plus ou moins cher dans le temps, mais je crois que les listes n’étaient pas aussi aberrantes que de nos jours…

      Par exemple, 2e année:
      Pourquoi est-ce que mon enfant en 2e année a besoin de 3 couverture de rapports transparente (report cover)? Je veux bien croire qu’il fera des “projets” cette année, mais on s’entent, en 2e année, on ne va pas sur la Lune… Le “projet”, on ne peut pas tout simplement brocher les 6-7 feuilles ensemble?!? Pas sur que ça fasse une grosse différence pour mon fils que son projet soit dans un report cover ou non…

      Pourquoi avoir besoin à la fois d’une boite de 12 crayons feutres pointe fine ET d’une boite de 16 gros crayons de feutre? C’est pas que c’est cher, mais les grosses pointes et les petites pointes, c’est SIIIIIIII important que ça?!?!? Vraiment? Et en plus, on a aussi besoin de crayons de bois. Allo, c”est la 2e année, pas un bacc en Fine Arts… Quand même bien mon enfant me ferait des dessins juste au crayons de feutres toute l’année, ou juste en crayons de bois, on en mourra pas… L’essentiel de l’acquisition est là (prendre un crayon, le tenir, et colorier…).

      Un cahier 1/3-2/3 interligné. Euh, une feuille lignée ou une feuille toute blanche, encore une fois brochée ensemble ou mise dans un duotang, ça ferait pas l’affaire? C’est si grave de faire un dessin sur la partie “lignée” d’une feuille lignée?

      Au final, c’est de la petite bière pour mon revenu familial, mais je trouve qu’on exagère sur la pertinence de ses objets. J’ai l’impression qu’en “féminisant” la profession d’enseignant, ben on se retrouve avec des demandes non-pertinentes sur les listes scolaires. Je suis convaincue que si nous avions une majorité d’homme enseignant, la liste se résumerait à des crayons de mine, un paquet de crayons de couleur, une efface, une règle, des feuilles, un cartable, allouette!

      J’ai rien contre les femmes enseignantes. Je voudrais juste qu’on revienne à l’essentiel. Mon fils, il va à l’école pour apprendre à lire et à compter, pas pour faire du scrapbooking ni faire l’envie des autres (femmes) sur Pinterest…

      Peut-être justement un bon sujet d’article pour un/une journaliste: les listes scolaires, comparaison entre enseignant et enseignante.

    • @ mimi,

      Je ne comprends pas vraiment le lien entre le sexe des enseignants et la liste d’objets, mais toutefois je peux vous dire pourquoi les hommes sont presque absents des classes de primaire.

      Un homme peut lâcher son secondaire 4 et aller gagner 75 000 $ à planter des clous sur la construction, sans responsabilité autre que le clou sur lequel il tape, terminer à 15 h 30 et aller faire un peu de noir jusqu’au souper. Ça c’est correct.

      Les enseignantes au primaire ou éducatrices en garderie, elles, sont pointées du doigt parce que ce sont seulement des “gardiennes” et que leur “gros salaire” est tellement disproportionné à cause des maudits syndicats. Sont “grasses dures”, même si elles se tapent la responsabilité d’enfants qui ne sont pas les leurs, les parents des dits enfants, les tâches non prévues à l’horaire, etc. Une job trop facile pour les hommes, quoi.

      Mais faut ben quelqu’un pour la faire cette job-là, non?

    • @mimi25
      Un crayon de bois et un crayon feutre, ce n’est pas le même “toucher”. CA développe la motricité fine. Grande lacune chez beaucoup d’enfants.

      Et les couvertures de rapport, c’est pour que les feuilles brochées (ou pas) ne se froissent pas au point de devenir illisibles. La majorité des jeunes garrochent leurs sacs n’importe ou. Dans l’autobus, dans leur casir, dans la voiture, sur le trottoir … Si les parents leur avait un peu inculqué le respect des objets pour qu’ils durent un peut plus longtemps qu’une demi-année scolaire, on en serait pas rendu là.

      Rien à voir avec la féminisation (profession qui est restée très féminine au primaire pour continuer sur votre exemple de la 2eme année). Les hommes enseignants qui travaillent avec mon épouse font encore plus de projets spéciaux que les femmes (en moyenne). Il y aurait probablement encore plus de matériel différent !!

    • @mrjinx

      Tout à fait d’accord avec vous. Pourquoi les habiller de la tête aux pieds en septembre? On surveille les ventes et on va chercher au fur et à mesure. De toute manière au début septembre les enfants s’habillent encore en été.

      Par contre, je fais une liste des essentiels à acheter à l’automne et au printemps (souvent quand je sors les vêtements d’hiver ou d’été) et je raye à chaque fois que j’achète. De cette manière, j’évite les dépenses inutiles, genre se ramasser avec 4 chemises quand ils en portent rarement. Je sais aussi d’avance qui aura besoin d’un habit de neige, de bottes,… des articles beaucoup plus chers.

      Mon fils cadet porte les jeans trop petits de son frère. Même chose pour les uniformes scolaires. Est-ce qu’il va en mourir ou nous en vouloir pour le restant de ses jours? je ne crois pas. C’est comme ça point.

      @mimi25

      Je suis d’accord avec vous. Ce qui me fâche le plus est quand je m’aperçois en juin que plusieurs articles demandés en septembre ont été inutilisés.

    • @gl0001:
      parfait alors. Allons-y pour les crayons de feutre de couleur, et les bons vieux crayons à la mine pour le reste du temps. On développera ainsi tous les type de touché. J’imagine que les crayons de cire, c’est pas important? On en demande étrangement jamais…

      Pour les report cover: pas mal certaine que c’est pas ça qui va empêcher de briser les feuilles… Un bon cartable, oui peut-être, mais une couverture de rapport, pffffffffffffffff…

      @nemo:
      moi aussi ça rend perplexe les trucs non-utilisé. L’an dernier, en autre, un cahier d’activité au complet non-utilisé… Calvince, si on en avait pas besoin, pourquoi nous l’avoir fait acheter??? 15$, direct dans le recyclage… Le cahier d’activité de mathématique, selon la préface couvre tous les aspects requis de la 1ère année, ben environ 15 pages sur 50 d’utilisées… J’sais pas, c’est quoi, 35 pages inutiles? Pourquoi le faire acheter s’il est plus que 50% inutile???

      Les duo-tangs, granted, ils ne sont pas cher (0.05$ chacun…) mais j’en ai eu 5 complètement neuf de retour de l’an dernier… Pas un, mais 5! Pourtant c’était oh combien tellement important de tous les avoir et de la bonne couleur en plus!

    • Je ne sais pas si c’est plus cher que dans le bon vieux temps, mais je sais que passer du primaire au secondaire (publique) ça augmente la facture.

      Alors que l’an dernier, ça coutait 100-125$ pour les cahiers d’exercice et activités pédagogiques (en plus des articles sur la «fameuse» liste), cette année, en secondaire 1, nous avons reçu une jolie facture de 536$, pour ? pour… toutes sortes de frais, de la carte étudiante à la surveillance. Et ce n’est pas parce que mon fils est dans un programme particulier… À combien se chiffrerait la facture pour un programme de musique ou de PEI ?

      Je sais très bien que nous sommes loin du compte (ça coute bien entendu pas mal plus cher que ce 536$), et que l’éducation est une valeur primordiale pour moi, mais ça diminue un portefeuille quand même le temps que ça passe.

    • “Moins cher dans le bon vieux temps?” Pour l’alimentation, certainement. Du steak haché mi-maigre “en spécial” à 3.99$ la livre…

    • Habiller un enfant avec $100 pour une saison entiere?

      Faisons l’exercise – vetements d’exterieurs, souliers/bottes et taxes non comprises

      Pantalon: $25 x 3 = $75 (1 jeans foncé, un jeans de couleur, 1 pantalon “chino”)
      Top manche longue: $15 x 4 = $60
      1 kit jogging (pantalon de jogging + hoodie avec capuchon): $40
      1 belle chemise: $30
      Sous-vetements: 2 paquets de 7 au cout de $15 le paque x 2 = $30
      Chaussettes: $10

      J’arrive a $245, et ce sont des prix tres aggressifs, genre “l’Aubainerie” . A la limite on peut enlever un des jeans et un des tops ce qui nous amene a exactement $200.

      Pour atteindre le $100 il faut aller au Wal Mart, le village des valeurs ou Costco, pis encore.

      Il n’y a pas de mal a ne pas vouloir payer chers les vetements. Par contre ce qui me derange et que je considere de l’hypocrisie, ce sont les parents qui depensent ailleurs mais sont trop cheaps pour habiller les enfants comme il faut.

      Une soiree au resto 2 adultes pas apportez votre vin? $100 a $150. une soiree!! et c’est quasiment l’equivalent d’un saison entiere pour habiller son enfant.

      Plusieurs gens considerent que si un enfant ne manifeste pas d’interet envers un sujet particulier, ou ne se plains pas d’une condition, alors yé en tant que parent on offre le minimum. Pourtant, il est de la responsabilité des parents d’inculquer des valeurs dites “élevées”, viser plus haut que la generation precedente, non?

      A ceux qui pensent qu’un enfant ne reconnait pas la qualité d’un vetement: nous nous avons deja vu un petit commenter sur un chandail de laine qui pique?
      A la maison, nous avons plusieurs taies d’oreiller… il y en a quelques unes qui sont particulierement douces – oh que les garcons sont contents quand ils ont ces taies la…

      On constate alors que les enfants sont encore plus sensibles a la douceur des vetements. Alors pourquoi ne pas investire un peu plus pour leur faire plaisir?

      Autre anecdote: quand on revient d’Europe, on est toujours impressionné a quel point ils ont du genre et du style dans leurs habillements. Et ils l’appliquent sur leurs enfants aussi. Normal donc qu’une fois devenus adultes ils aient autant de style. Et de style naturel, organic – du vrai style personel. Pas copié-collé d’une revue.

      Je travaille dans le domaine du vetement pour enfants, alors mes enfants sont toujours archi bien habillés. Il est bien sur normal que les gens ayant peu de sous doivent faire attention dans leurs budgets. Mais quand je vois des gens en auto de luxe habiller leurs enfants tout croche (aucun agencements), par des marques vraiment cheaps ou le comble: en jogging/”kit de garderie 24h/7, ca me depasse.

      Une belle histoire que m’a racontée un proprietaire de boutique de Québec il y a de cela plusieurs anneez (Mme Gauthier de chez “Bambins” – veritable institution haut de gamme a Quebec pendant plusieurs decennies):
      - Mme Gauthier parle avec un client qui n’a pas un gros salaire, et avec tact (sans doute) elle lui demande pourquoi il magasine dans une boutique haut de gamme, ca doit etre difficile cote budget, non?
      - le client repond “Madame, j’ai 4 filles – un vetement doit etre d’assez bonne qualité pour qu’elles puissent le porter chacun leur tour. En fait, on peut dire que je suis trop pauvre pour acheter cheap!”

      Belle histoire non?

      Pour ce qui est de la difference des couts aujourd’hui versus “dans l’temps”.
      Facile: dans le temps, une tele durait 10 ans, les ordi, portables etc etc etc n’existaient pas, donc budget gadget quasiment inexistant.

      Dans le temps: les vacances c’etait dans un chalet loué, ou au chalet deja payé (acheté a faible cout, ca n’existait pas un hypotheque sur un chalet), ou grand luxe dans un centre de villegiature des Laurentides genre le Chanteclerc ou le Far Hills. Aujourd’hui il faut A-B-S-O-L-U-M-E-N-T aller dans le sud. Le “tout compris” a tué le villegiature des Laurentides

      Dans le temps: on faisait garder par une voisine

      Dans le temps: une hypotheque ou loyer c’etait le quart du revenu. Aujour’dhui c’est le tiers, minimum. Ou, on a payé la maison moins cher mais on se tape 2-3 heures de traffic aller-retour

    • A ceux qui se plaignent que ça coûte cher AU COLLÈGE PRIVÉ, cesser de vous plaindre. Les conditions vous ont sûrement été expliquées au départ. Non, mais cessez de râler pour faire pitié! Les miens ont fréquenté le collège privé mais je savais dans quoi je m’embarquais. Alors, il ne devait pas avoir d’uniforme. Ils portaient leurs vêtements de tous les jours qui étaient de bonne qualité. N’encouragez pas la mode à outrance et vous libererez la planète de tant de cochonneries made in China qu’on envoient au Village des valeurs ou autre après quelques utilisations. Votre bon sens ne se trouve pas chez les grandes surfaces, il se trouve entre vos deux oreilles. Oui, d’acheter seconde main est un geste incroyable pour notre planète qui n’aura pas été plus mal qu’en cette décénie de grosses cabanes et de VUS.

    • @mimi25
      Les crayons de cire, c’est à la maternelle parce que ce n’est pas très précis. En deuxième année, ils ont plus de dextérité et ils passent à quelque chose de plus évolué. Plus tard, ils essaieront peut-être le fusain ou on peut peser plus ou moins fort et on peut essuyer le dessin pour faire des textures différentes. D’autres progressions : peinture à l’eau, gouache, acrylique, à l’huile.

    • @guigui23, vous touchez le cœur du problème, les frais afférents, pour ne pas dire les frais effrayants, c’est ça qui coûte cher, en plus je me demande s’il n’y a pas de la magouille dans tous ces frais pour payer autre chose que les services aux élèves, il y a tellement de gaspillage.
      Aux parents sortez de votre confort, arrêter de chialer, seule une infime de citoyens vote pour les élections des commissaires scolaires, soyez présents dans les comités de parents. Aussi rien dans ce débat sur les coupes massives du parti libéral envers les commissions scolaires qui doivent faire payer le manque à gagner aux parents.

    • Pour qui n’aurait jamais vu Jean-Luc Mongrain au sujet du Ministère de l’Éducation et des fournitures scolaires: (je crois que mimi25 sera contente des commentaires de cet illustre personnage)

      https://www.youtube.com/watch?v=H83GIJQJWSI

    • Sears annonce à la télé des jeans à partir de $9.97. Ca soit surement être les plus laids mais si on les déchire un peu au genou, ils vont assurément ressembler aux Parasuco à $200 :-)

    • @mimi25,

      votre commentaire sur le sexe des enseignants est tellement à côté de la plaque. Comme disait gl000001, depuis toujours les enseignants au primaire sont principalement, et de beaucoup, des enseignantes. Je n’ai eu connaissance dans une école d’un enseignants masculin, à l’exception d’un de mes oncles qui a enseigné aux classes spéciales à l’époque où elles existaient, il y a de ça environ quatre décennies. Et pour vous faire le topo que mon expérience vaut peut-être la peine, j’ai pratiquement changé d’école primaire à toutes les années durant mon enfance pour un grand total de cinq écoles primaires différentes et un seul enseignant masculin aux classes régulières.

    • @chabanel:
      si vous travaillez dans le domaine du vêtement, SVP, pouvez-vous passer le mot? Nous sommes une gang de parents complètement découragé de l’offre des magasins. Pour les garçons, les choix sont redondant, manquent cruellement d’originalité. Pour les filles, c’est hyper-sexualisé. Des bikinis? Soyons sérieux un peu. Des chandails bedaine, des jeans skinny (ce n’est pas confortable…). Des foutus chandails plein de chatons avec des couronnes de princesses? Yark yark yark. Des trucs en motif de léopard? Que c’est laitte… Ma fille je veux qu’elle soit bien habillée, pas qu’elle ait l’air de faire le trottoir…

    • @chabanel:
      j’oubliais… Les têtes de mort et le camouflage d’armée, faudrait aussi en revenir… Hors de question que mes fistons mettent des vêtements avec ça dessus… Et là, horreur, les têtes de mort commencent à s’en venir en rose et mauve pour les filles…

    • Chabanel, je suis tout à fait d’accord avec vous! Je n’achète pas cheap parce que ça ne dure pas. 2 lavages et un jour à la garderie et c’est déjà bon à mettre au poubelle. Cependant, certaines grandes marques pour enfants ne valent pas mieux… On réussi à trouver un entre deux pas pire et à magasiner avec les soldes. J’ai aussi aucun mal à prendre des vêtements usagés venant de personnes ayant les mêmes critères que moi (Propre, style (oui oui, style), couleurs et durabilité). Il y aune chose sur lequel je ne lésine absolument pas, c’est au niveau des vêtements d’extérieur : bottes, bottines, vestes, habits de neige. J’aime mieux payer cher et avoir quelque chose qui va durer et dans lequel mon enfant ne va pas se les geler. Les éducatrices tripaient l’hiver passé avec l’habit The North Face de mon fils. Léger, chaud et il n’était pas pogné en étoile. Et oh surprise, il était le même prix que les autres habits de neige chez Clément (Perlimpimpin). Cet hiver, je compte bien faire la même chose. Alors, est-ce moins cher habiller nos enfants aujourd’hui… Ça dépend!

    • @ gamat22 et mimi25

      Je ne mentionnerai pas de marques ni de magasins specifiques par integrité – les marques que vous mentionnez sont des competiteurs ou des gens que je connais, et les detaillants des clients a moi.

      Mais je fait une exception pour les Clement… une entreprise familiale depuis 3 generations, basée a Quebec, ayant plus de 30 magasins dans la province. Les freres et soeurs Clement (ils sont 4), dans la cinquantaine aujourd’hui (a peu pres) et tres actifs – leurs enfants joignent la cie aujourd’hui.

      Si vous voulez garder l’argent dans la province, magasinez chez Clement ;)

      Bon assez pour la plogue.

      Ca me fend le coeur de lire que vous previlegiez North Face a Perlimpimpin… cse derniers ne sont pas mes amis mais ils sont d’ici, alors que North Face est une grosse cie americaine. Mais bon, je bois de la biere allemande a la maison, pas de la Molson alors je suis mal placé pour parler a ce niveau. Je n’ai pas encore trouvé de lager quebecoise ou meme canadienne qui accote les allemandes, hollandaises ou belges.

      Si North Face depasse les locaux a titre de qualité/prix il faut en effet mettre l’argent a la bonne place en tant que consommateur.

      Pour ce qui est du stylisme: si vous saviez le nombre de fois que nous proposons des couleurs autre que le rose dans la fille! mais les acheteurs reviennent toujours vers ca. Et l’imprimé au devant qui est d’une petite en train de faire du shopping etc. Detrompez vous: ce n’est pas comme si les acheteurs ont des preferences ethetiques, ils se fient 100% a l’historique des ventes – ils achetent ce qui se vend. Ce sont les consommateurs qui veulent que leurs filles soient “fifilles”.

      C’est rendu qu’on offre quasiment plus de pantalons pour les filles. C’est trop cher – pourquoi payer un pantalon $30 ou $40 quand on peut acheter un legging pour $10 ou $20? par contre qui dit legging dit top tunique ou robe. Par les vetements qu’elles portent on fifille-ise les filles – l’origine etant le souci du portefeuille.

      Pour ce qui est des qualités: il y a certaines marques qui accordent une tres grande energie a la qualité. Si une production au final n’atteint pas le niveau de qualité habituel de la marque, alors cette production ne sera pas livrée aux boutiques.

      Mais c’est une archi minorité. La plupart des marques livrera quand meme, que ce soient les chaines (H&M, Zara etc) ou les marques qui livrent aux multi-marques (boutiques independantes ou les magasins a rayon tels que la Baie).

      Si on recherche une meme marque pour tous nos achats, assez facile aujourd’hui la plupart des marques vendent a partir de leurs propres sites web, ou vous refererons a la boutique la plus pres de vous. Si vous devenez proche de la proprietaire de la boutique, elle vous offrira un service attentionné, vous avertissant des nouveaux arrivages etc, allant meme jusqu’a vous montrer le catalogue d’une marque vous permettant ainsi d’avoir acces a toute une collection.

      Quand les boutiques independantes tombent en vente, les prix deviennent aussi abordables que n’importe ou.

      Si par contre le consommateur choisit de visiter les grandes chaines, il est donc de la responsabilité du consommateur d’acheter avec discernement car toutes les qualités ne sont pas identiques. On peut tomber sur un item H&m de grande qualité qui durera plusieurs saisons, alors que d’autres tombent en pieces avant d’arriver a la maison.

      C’est le concept du “fast fashion” aussi – si ca n’envoie pas un choc dans votre colonne de voir autant de gaspillage de ressources et d’energie etre mis aux poubelles, alors achetez cheap. Si par contre vous etes prets a payer un pyjama $20 ou $30 plutot que $10 ou $15, vous verrez que ce pyjama durera 2 ou 3 enfants. Et pas juste “durer”, il restera carrement beau.

      Comment s’informer de ce qui est beau et bon a acheter? Il y a plusieurs blogues de mamans etc. Faut chercher un petit peu, mais pas tant que ca je crois.

      Il y a quelques années il y avait le blogue de mode d’Annabelle Nicoud sur lapresse.ca, mais ca n’a pas duré. Je m’amusais beaucoup a donner des infos de magasinage la dessus.

      Ma marque est vendu a peu pres a 90% aux USA. On ne vend qu’a quelques boutiques ici – trop cher qu’on nous repond… vraiment decevant, car c’est a peine plus cher.

      @gl000001

      Les Levi’s de Sears a $9.97 sont ce qu’on appelle un “loss leader”. Ils font zero profit sur ces jeans, mais une fois les consommateurs en magasins ils achetent autres choses. En general la marque impliquée collabore avec le detaillant.
      Je ne crois pas que Levi’s lesinent sur la qualité d’une production vers l’autre. L’image d’une marque est ce qu’il y a de plus important. trop facile perdre un client aujourd’hui

    • @chabanel
      J’ai déjà travaillé dans le domaine des produits de soins personnels et le concept de Loss Leader était bien connu au grand dam de ma compagnie qui essayait de se faire passer pour du haut de gamme. Ca enrageait nos vendeurs.
      Je suis content de voir qu’il y a du dialogue dans les vêtements. C’est un peu plus respectueux du partenariat entre les deux.

      Et vive les Bitburger, Warsteiner et autres Konïg !!

    • Très intéressant comme discussion.

    • @gl000001

      C’est la cie pour laquelle vous travailliez qui n’est pas correct! Ils n’avaient qu’a ne plus vendre aux detaillants dissidents. Quelle claque en pleine face aux vendeurs, en effet. Ils passent pour des voleurs ou hypocrites devant leurs acheteurs apres ca.

      De mon coté, si j’apprend qu’un detaillant coupe les prix sans mon consentement, je ne lui vend plus jamais.

      Pour les bieres, je suis moins original, je reste avec ce qu’il y a à l’epicerie: Beck’s, Grolsch et Stella. Souvent, elles sont le meme prix que les domestiques! Des promos qui passent surement…

      Si qq’un ici connait une bonne lager quebecoise ou canadienne, pas du tout sucrée et pas trop amer, svp m’y diriger! ps. je n’aime pas les IPA

    • @chabanel
      C’était notre plus gros vendeur. Shoppers Drug Mart. Pharmaprix au Québec.

      Les trois bières, je les trouve chez Métro. Bitburger chez Costco en grosses canettes.
      Il y a même de la bitburger désalcoolisée quand on doit prendre des anti-inflammatoires ou des antibiotiques. Mais, c’est pas trop bon ;-(

      Cherchez dans l’historique de La Presse. Il y a eu un blogue sur la bière en 2012 et/ou 2013.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2010
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité