La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 13 août 2014 | Mise en ligne à 10h52 | Commenter Commentaires (49)

    L’art de la conversation

    Je feuilletais le Time du 19 mai (je suis un peu en retard dans mes lectures!) quand je suis tombée sur un texte enflammé de l’écrivaine Camille Paglia intitulé “It’s Time to Let Teenagers Drink Again” dans lequel elle part en guerre contre  «l’infantilisation tyrannique des jeunes Américains» à qui l’on interdit toujours de boire avant l’âge de 21 ans.

    Cette loi rétrograde, à son avis, fait en sorte qu’au lieu de cultiver l’art de la conversation et de réinventer le monde autour d’une bonne bière comme on le fait dans d’autres pays, les Américains en sont réduits à s’envoyer d’insipides sextos et à se tourner vers des pilules.

    Je ne suis pas certaine du lien de cause à effet et pas certaine non plus qu’on cultive beaucoup, beaucoup l’art de la conversation au-delà de la deuxième bière, mais c’est un point de vue !


    • Vraiment pas rapport. De toute facon à cet âge , même en groupe, ils ont le nez plongé sur leur téléphone dit intelligent. Et entre vous et moi au lieu d une biere pour jaser, rien ne vaut un joint mais dépendant de l âge de l `écrivaine ca peut s expliquer…Sa référence aux pilules trahit toutefois cette génération pour qui un scotch ou deux ou trois et prendre le volant , y avait rien là !

      Et on pourrait aussi trouver un peu paradoxal de blamer cette génération de ne pas vouloir réinventer le monde alors que elle agée de 67 ans s accroche à l assiette au beurre. C est le même phénomene ici tasse toé le jeune t as pas d expérience et ensuite on les blame de ne pas participer au processus… Et des commissions Charbonneau nous revelent que cette génération…Mais je deviens hors sujet et aussi bien ne pas en parler hein ?

    • L’art de radoter la même histoire pendant toute la soirée ouais!

    • hello,

      je ne sais pas purquoi mais lorsque je lis vos billets j’ai souvent l’mpression que pour vous ‘le texte enflammé” doit ressembler davantage a un feu d’allumette qu’à autre chose !

      Mais bon –

      Cela dit pour ce qui est de la conversation et de la bière, je crois qu’une personne qui n’est pas intelligente à jeun ne le devient pas une fois ivre – en revanche une personne timide devient plus audacieuse, de là une conversation est plus probable.

    • Je ne suis pas d’accord. Un jeune peut parler un peu mais en gang, ça peut en dire des choses! Des fois très intelligentes, des fois un peu moins. Comme je dis souvent à la blague, la gang est capable de nous saouler mon chum et moi juste en parole…

      Ma maison est un moulin ou mes enfants et leurs amis entrent et sortent constamment. Les jeunes passent beaucoup de temps dans le sous-sol. Ils jouent au cartes, à la PS3 ou parlent. Il n’y a pas de boisson chez nous ou très rarement. Les jeunes viennent quand même.

      Les meilleures conversations sont souvent en écoutant une partie de foot ou de hockey à la télé. À ce moment, la gang s’installe dans notre salon et on regarde le foot tout en parlant de divers sujets.

    • L’alcool est un poison, toléré par notre organisme, mais un poison quand même qui est loin d’avoir des conséquences anodines. Le nombre de décès prématurés et de maladies chroniques causées par l’alcool est très élevé, ce à quoi il faut ajouter tous les morts et les blessés dans des accidents causés par l’alcool.

      Le cerveau est à maturité seulement au environ de 25 ans, plus jeune que cela les conséquences cognitives et les risques de dépendances futures sont multipliés.

      L’âge légal pour consommer de l’alcool au Québec est une aberration qui ne tient pas compte des recherches sur le développement du cerveau, mais d’une impression de maturité. Que ce soit aux États-Unis, en Europe ou ici au Canada, l’âge légal ne devrait pas être diminué, bien au contraire un âge minimal pour consommer de l’alcool à 25 ans serait beaucoup en ligne avec les connaissances actuelles sur le cerveau.

      Et en plus de la sensibilité accrue du cerveau à l’alcool et ses effets néfastes, le processus de décision n’est pas complètement développé avant cet âge. Les jeunes adultes vont prendre des décisions plus impulsives, moins considérer les conséquences à long termes et se laisser influencé beaucoup plus facilement dans leurs décisions. De ce fait, ce n’est pas uniquement l’âge pour la consommation d’alcool qui devrait être revue, mais la totalité des restrictions d’âge ainsi que l’âge de la majorité qui devraient être revues à la hausse.

    • Coudonc… Les jeunes américains de moins de 21 ans ne peuvent-ils prendre un verre chez eux ou chez des amis? Faut-il nécessairement être dans un bar ou au resto pour apprendre l’art de la conversation? Madame Paglia est pas mal dans les patates.

      En empêchant les jeunes de moins de 21 ans de boire dans les bars, on les préserve probablement des batailles d’ivrognes dans ces lieux. À moins de 21 ans, les jeunes ne sont parfois pas très en contrôle de leurs émotions.

      Ainsi, ça préserve aussi les tenanciers de bars et restaurants de se blâmer quand des jeunes se tuent ou se blessent en automobile après avoir trop bu. On voit bien que ce sont souvent des jeunes entre 17 et 21 ans qui se retrouvent dans de tels accidents.

    • Totalement dans le champ. Les jeunes de moins de 21 ans ont déjà tous bu et pour eux boire est le moyen le plus rapide pour se geler la face. Pas pour être plus relaxe et mieux converser.
      Plus tard dans la vie, ils vont siroter leur bière tranquillement en jasant parce qu’ils sont tannés de toujours être malade de boisson.

    • “It is absurd and unjust that young Americans can vote, marry, enter contracts and serve in the military at 18 but cannot buy an alcoholic drink in a bar or restaurant.”

      Elle a oublié “drive” et elle a raison. C’est ridicule.

      L’art de la conversation est perdu avec toutes les bébelles électroniques. La salle de repos au boulot est tranquille au possible, tout le monde a le nez dans son gadget, et on reçoit un regard irrité si on ose s’enquérir de la santé du pitonneux. Silence! Ça a bien changé depuis quelques décennies où on échangeait et se racontait des blagues pendant les pauses.

      L’interdiction de quoi que soit n’a jamais fonctionné. Au contraire, plus c’est interdit, plus c’est souhaitable et plus on trouve facilement les moyens de satisfaire notre envie. Avant de décriminaliser la mari, les Étasuniens devraient repenser l’âge de consommer de l’alcool.

      Pour la discussion ben…y’a les blogues! Le gens ne se parlent plus, on dirait qu’ils n’en ont plus envie.

    • @JDelame

      Je trouve votre opinion un peu exagéré, mais bon c’est votre opinion et je la respecte même si je ne suis pas daccord. L’alcool est un produit à consommer avec modération et non ce n’est pas un poison. Si vous regardez un obèse de 450 livres s’empiffrer du matin au soir allez-vous dire que la nourriture est du poison? et la je ne dis pas que tous les obèses s’empiffrent mais plutôt pour démontrer que dans plusieurs aspects, la surconsommation n’est pas bonne.

      POur ce qui est des discussions j’irais aussi du sens de gofrankiego concernant la timidité d’une personne.

    • Je ne crois pas que le fait de permettre les jeunes prendre une bière à l’age de 18 ans vas réellement changer quelque chose. J’ai eu de nombreuses conversations avec des amis en étant sobre comme j’en ai eu certaines un peu plus amoché ;)
      Je crois seulement que la bière et plus symbolique comme lieu de rassemblement afin de pouvoir discuter entre amis et qui n’a jamais refait le monde avec un verre dans le nez…

    • @JDelame,

      ah, ah, n’importe quoi : ” L’alcool est un poison, toléré par notre organisme, mais un poison quand même qui est loin d’avoir des conséquences anodines. Le nombre de décès prématurés et de maladies chroniques causées par l’alcool ”

      Avez-vous lu ça dans les HADITHS du coran ?

      L’alcool ne rend pas plus intelligent que vous ne l’êtes. Ce qui tue c’est l’excès. Personne ne meure du cerveau pour avoir bu quelques verres à l’occasion.

      Exemple. Winston Chruchill, prix nobel de littérature, un homme super intelligent – brilliant qui a bu toute sa vie. Lisez ses écrits après vous pourrez parler des gens qui trinquent.

    • Hmmm! L’alcool est un poison… mais l’eau aussi.

      Http://www.familiprix.com/espacesante/ficheactualitesante/peut-on-mourir-en-buvant-trop-d-eau

      On aurait avantage à permettre à nos enfants à boire raisonnablement plutôt que tout leur interdire comme s’ils étaient des idiots congénitaux.

    • @gl00001

      Je serais bien curieuse de savoir combien de jeunes vivent dans votre entourage immédiat. Combien avez-vous d’enfants? Parce que selon vous, les jeunes sont: pas en forme, mangent mal, ivrognes et désabusés par la vie. Tout ça si on se fit à vos très nombreuses interventions sur ce blogue. Jamais au grand jamais un bon mot pour les jeunes. Tout est toujours noir. Toujours.

      Je ne nierai pas que certains jeunes l’échappent pas mal souvent. Ce sont toujours les mêmes. Les autres vont siroter une bière ou 2 une fois de temps en temps.

      @jolico

      Selon mon expérience, les jeunes boivent pas mal plus dans les maisons privées que dans les bars.

    • Aux USA, un “ado” de 19 ans peut produire et jouer dans un film pornographique, peut posséder des actions d’un brasseur de bières, peut aller tuer des “terroristes” partout sur la planète,mais peut pas boire. Trouvez l’erreur.

    • Ben voyons, y doit sûrement y avoir une application qui permet de lancer une conversation.

    • Je crois qu’en abaissant l’âge pour boire, on aiderait les jeunes américains à apprendre à boire. Il y a sans doute d’autres facteurs pour expliquer leurs excès, mais si la consommation de bière était légale, on trouverait moins de bouteilles vides le long des routes.

    • Nemo

      Je partage vos impressions. Je crois que cela doit effectivement beaucoup dépendre du milieu de vie (parents y compris, ceux qui ont des daddy issues seront sûrement d’accord).

      Pa exemple, dans mon coin les jeunes sont fantastiques!

    • @nemo
      Votre acharnement sur moi vous aveugle. Ca vous a fait escamoter un morceau important de ce que je dis : c’est plus (ou moins, c’est selon) qu’avant. Les jeunes lisent moins, sont moins en forme, se droguent plus … qu’avant EN MOYENNE. Je répète pour vous : EN MOYENNE.
      Il y a fort probablement autant de jeunes extraordinaires qu’avant, mais il y a surement plus de tarlais par-contre.
      Et “toujours” semble être un bien trop grand mot pour que vous l’utilisiez.

      “Selon mon expérience, les jeunes boivent pas mal plus dans les maisons privées que dans les bars.” Exactement ce que je voulais dire par “Les jeunes de moins de 21 ans ont déjà tous bu “

    • Clairement, vous n’avez pas d’enfants, gl.

    • *enfant

    • Le problème est que sous l’effet de l’alcool, ça parle bien mal. Un psychiatre me disait que l’alcool était le plus puissant des anxiolytiques. Alors si quelqu’un a besoin d’alcool pour parler il a un problème d’anxiété. Et étant donné que la demi-vie est à très court terme, l’anxieux serait bien mieux sur autre chose que sur l’alcool.

      @gl: oui! ça paraît que tu n’as pas d’enfant ni neveu ni nièce. Sad.

    • Je n’ai jamais hésité à donner un verre de vin à mes ados lors d’un souper à la maison. Bien sûr les premières fois ils ont calé leur verre comme un verre de jus. Je suis intervenu pour leur faire comprendre qu’un verre d’alcool se déguste dans un contexte social. Prendre le temps de jaser, tout en buvant.

      Je sais bien qu’aujourd’hui dans certaines fêtes ils vont en prendre à se saoûler. Par contre, dans plusieurs autres événements je les vois boire lentement et profiter de la conversation, du plaisir d’être avec les autres.

      Présentement, avec la nouvelle loi sur l’alcool au volant pour les jeunes conducteurs, la tolérance est zéro et je trouve ça très bien. En utilisant des conducteurs désignés, nos jeunes sont plus responsables que moi à leur âge.

    • Moi aussi je trouve paradoxal qu’un américain de 19 ans puisse aller se faire tuer en Irak tout en se faisant interdire de s’acheter une bière.

      Ça démontre bien l’élasticité de la morale américaine.

    • “Ça démontre bien l’élasticité de la morale américaine.”

      Un vieux relent de puritanisme:

      “Le puritanisme est la crainte épouvantable
      que quelqu’un puisse être heureux quelque part.”
      (H. L. Mencken)

      … et qu’on va tout mettre en oeuvre pour l’en empêcher!! ((rires))

    • @ouate_de_phoque

      J’aime beaucoup votre dernier paragraphe. C’est en effet ce qui se passe. La tolérance 0 oblige les jeunes à se responsabiliser. Soi en choisissant un conducteur désigné ou encore tout le monde couche sur place quand c’est possible. Ce n’était pas le cas quand j’avais leur âge…

    • @IwantYou
      Ce qui est le plus triste, c’est quand un billet dont le titre est “L’art de la conversation” vous et Nemo (on passe par-dessus Folamour pour qui tout pourri en dehors du royaume de Mont-Royal) ne soyez pas capable de comprendre ce que je dis. Que vous tombiez dans les attaques personnelles plutot que de suivre les règles élémentaires de conversation. La plus importante : quand on est pas sur de ce que l’autre a dit, on demande une clarification. “Clarify and confirm” comme ils disent en latin.

    • ­@gl00001

      D’accord, je vous demande de clarifier. Quand vous dites que les jeunes lisent moins. Est-ce que ce sont des jeunes de votre entourage qui vous font penser cela? Si vous leur nommer les livres de Luc Gélinas, les Game of Thrones ou autres du même genre, pensez-vous qu’ils sauront de quoi on parle? Ici je ne peut vous parlez de littérature plus féminine car je ne suis pas au courant des best-sellers plus pour les filles.

      Quand vous affirmez que les jeunes boivent pour se geler la face (13 août 13:26), à combien de fêtes avez-vous été obligé d’aller chercher Junior ou Mignone parce qu’il avait ”perdu la carte”? Combien de fois par semaine, par mois prenez-vous la peine de partager avec des jeunes disons de 10-16 ans? et des plus petits combien de fois par semaine, par mois jouez-vous avec des plus petits?

      Vous avez raison, il faut toujours demander clarification avant d’écrire… C’est une règle élémentaire, je m’en excuse.

    • @nemo
      Je m’informe beaucoup. J’écoute beaucoup aussi. J’ai des neveux et nièces. Non, je n’ai pas d’enfants mais je dors léger et il y a toujours eu des ados autour de chez nous. J’en ai vu des party avec des jeunes mineurs qui étaient vraiment malades et il n’était même pas passé minuit. Un certain jeune voisin était très responsable par-contre. C’était l’exception. Les ados ont vieilli. Ils visitent leurs parents et la plupart ont quand même bien tourné.

      Il y a eu plein d’études sur le phénomène de la boisson et de la consommation de drogues. C’est pour ça que je dis “en moyenne”. Il ne faut pas oublier que maintenant le pot est beaucoup plus puissant que dans notre temps. Et à l’époque, boire de la Brador à 5.5% était l’ultime recours pour se paqueter plus vite. Maintenant, il y a des bières fortes autour de 9% et même plus.

      Même chose pour la littérature. L’épouse à un de mes collègues est bibliothécaire dans une polyvalente. Il y a de moins en moins de prêts de livres. Moitié moins depuis 20 ans. Et c’est surement pas compensé par les livres électroniques.

      Mon épouse est prof de maternelle depuis 20 ans. Au début, un ou deux élèves par classe avaient des PIA (Programme d’Intervention Adapté) et parfois aucun. Maintenant, c’est souvent 8 par classe !!

      La faute ne vient pas juste des jeunes. Ca vient des parents et de la société. C’est un tout.

      Pour la littérature féminine, Musso “pogne” pas mal chez les ados de 16 à 50 ans.

    • Merci de votre candeur gl, cela donne une nouvelle perspective a votre post du billet précédent.

      Pour le 100e anniversaire de ma ville, nous avons justement investi dans un agrandissement de la bibliothèque municipale… Si vos jeunes lisent moins, tant pis, il n’y a pas de sot métier.

    • @JDelame
      L’alcool est l’ennemi pour notre corps. OK. Mais la Bible dit d’aimer nos ennemis …

      @GG Folamour
      Tant mieux. Je note quand même que vous demandez rarement des précisions. Pourtant avec tous les juges à la retraite à VMR, ça “pourrait” déteindre sur vous !!

      Vous confondez encore. La bibliothèque s’agrandit à cause de l’accroissement de la population. Et parce que la population de VMR est remplie de gens riches à la retraite. Vous ne représentez pas la “moyenne”.

    • @gl00001

      Merci pour les précisions.

      Seul bémol. quand un jeune veut se saouler, il ne le fait pas devant une ”petite bière” aussi élevée en alcool qu’elle puisse l’être. Le jeune va préférer le fort comme le rhum, la téquilla, la vodka ou le Jack. Je crois que c’est pour cette raison que plusieurs sont malades. Le fort, ça ”fesse”.

      Les jeunes adorent les Smirnoff’s aussi. À ne pas laisser traîner dans les party de famille…

    • @gl000001 : Vous indiquez que les prêts de livre diminuent dans les bibliothèques scolaires, mais sur les prêts qui restent combien d’entre eux concernent de vrais livres?
      De nombreuses écoles ont permise l’entrée de bande dessinées japonaises dans les bibliothèques, on est très loin de la grande littérature. Même le plus stupide des romans pour adolescents passe pour une grande œuvre littéraire face à ces bandes dessinées.
      Et les valeurs véhiculées par ces bandes dessinées japonaises font qu’elles ne devraient pas se retrouvée dans les bibliothèque publique, encore moins dans les bibliothèques scolaires. Même celles destinées à de jeunes enfants contiennent un niveau de violence inouïe et du contenu à caractère sexuel, et font la promotions de valeurs qui vont à l’encontre de tout ce qui est enseigné, tel que la banalisation des agressions sexuelles, de l’inceste, la vengeance, l’utilisation de la violence souvent extrême et du meurtre pour arriver atteindre ses objectifs et la promotion de comportements asociaux.
      Les établissement scolaires qui acceptent cela trahissent leur mission éducative.

    • Gl

      Ça fait un bail que vmr est entièrement construite et que sa population est relativement stable. Nous avons agrandi la biblio pour donner plus de services.

      Nos 2 écoles primaires francos sont pleines a craquer. Tellement que nous allons agrandir le pavillon ouest. Jamais eu autant d’enfants ici, et le ménage moyen comporte plus de membres qu’à Laval. Alors vous savez quoi faire avec vos préjugés.

      1 superbe biblio pour 20000 habitants vs 9 pour 400 000, ça en dit long.

    • @JDelame
      Bien vu.

      @gg
      “ça en dit long.” Ca dit juste que vous êtes plus riche. C’est tout. Et qu’il y a un retour des familles. VMR rajeunit donc. Cherchez pas d’autres explications farfelues.

    • Et beaucoup plus, et surtout mieux éduqués. Ça doit être votre truc de gene pool.

      Mais laissons cela de côté je ne veux pas lasser les gens ici.

    • @gg
      A voir la quantité incroyable d’automobilistes à VMR qui en voiture font mal leur stop, ne signalent pas, roulent trop vite … je me demande si réellement, ils ont mieux éduqués.
      “Gene pool” vous avez peut-être raison. Une étude récente disait que les personnes riches avaient deux traits de caractère assez prédominant : l’agressivité et le manque d’empathie. Ca se voit en voiture chez vous.

    • C’est suuuur que les gens roulent mieux a Duvernay.

      Pour ma part, je préfère me fier a StatsCan qu’à vos observations empiriques et biaisées pour juger du niveau d’éducation des gens.

      C’est vous qui avez dit que les plus faibles ne devraient pas avoir d’enfant, pas moi.

    • En tous les cas, on ne maîtrise pas trop l’art de la conversation ici sur le forum…

      Je ne sais pas si l’art de la conversation et la consommation d’alcool sont liés mais les deux s’enseignent. S’il y a des jeunes qui boivent de manière excessive au Québec (binge drinking), je constate que ce phénomène est plus répandu parmi les jeunes d’autres provinces et des États-Unis, probablement parce que l’alcool y est davantage tabou. Quand les jeunes peuvent enfin se lâcher lousses, ils y vont à fond, parfois de manière dangereuse.

      Pour ce qui est de l’art de la conversation, je trouve qu’il se perd : poser des questions ouvertes pour alimenter une conversation, présenter poliment les gens les uns aux autres, prendre le temps d’inclure un nouvel arrivé dans une conversation en cours, lever son regard de son téléphone, être à l’écoute et s’intéresser aux autres. Certains possèdent cet art naturellement mais pour d’autres, il s’apprend et manifestement, on ne l’a pas enseigné depuis bien bien longtemps.

    • je pense que 21 ans, c’est un peu tard pour dire à des jeunes qu’il est maintenant permis pour eux de boire de l’alcool. 18 ans, même 16 ans, je trouve ça correct. Quand les gens commencent à boire, ils ne savent pas comment doser, ils se soûlent, dégueulent, et filent mal le lendemain. Ça prend une couple de fois avant de se connaître et de bien gérer.
      À 21 ans, beaucoup travaillent, certains on même des enfants. Pas trop le temps pour expérimenter. à 16-18 ans, aux états-unis, c’est le high school, ils habitent pas mal tous chez leurs parents, beaucoup ont pas de job, me semble que le timing est bon pour faire la fête sans avoir trop de responsabilités pour gâcher le party…

    • @mush (15 août – 10h52) – Personne ne dit que les jeunes n’ont pas le droit de boire ailleurs que dans les bars et les restos. Ils peuvent apprendre à boire modérément (ou pas, malheureusement, dépendant des familles) en famille, chez des amis. C’est juste dans les bars et restos que c’est défendu avant 21 ans, parce qu’on sait bien que sortir du bar ou resto ivre à 18 ans, c’est un risque car souvent ils conduisent, ces jeunes!

    • @jolico: C’est interdit pour les parents aussi de donner de l’alcool à leur enfant de moins de 21 ans au USA. Bonne chance à la police pour prouver l’infraction, mais il y a eu des campagne de publicités à cet effet.

    • @gg
      “C’est vous qui avez dit que les plus faibles ne devraient pas avoir d’enfant, pas moi.”
      Je comparais aux autres mammifères. Je ne me suis pas prononçé catégoriquement là-dessus. C’est un manque d’éducation de votre part de déformer mes écrits … ou de ne pas les comprendre ;-)

    • c’est aussi dommage d’aller à l’université et que toutes les fêtes doivent être plus ou moins illicites parce que la plupart des undergrads sont loin d’avoir l’age légal pour boire.

    • “Si vous voulez vous envoyer en l’air, allez à l’université.
      Si vous voulez une éducation, allez à la bibliothèque”
      (Frank Zappa)

    • Vous vous relirez, gl. C’est l’essence de votre message, et ce pourquoi vous débutez votre message par “ne le prenez pas mal…”. Ainsi, toujours selon vous, si les faibles se reproduisent, ils sont égoïstes, et ne s’auto-régulent pas.

      J’ai quelques défauts, et vous aussi. Mais je ne me rappelle pas avoir décelé d’égoïsme en vous, bien au contraire, ce qui est tout à votre honneur.

    • gl

      PS: je ne vous répondrai pas pour ne pas écoeurer les gens ici outre mesure. Lâchez-vous lousse, vous aurez le dernier mot.

    • De lire une telle absurdité en 2014 est absolument incroyable! La boisson n’est aucunement nécessaire pour dialoguer, sinon il y a problème! Qu’une mère de surcroit tienne de tels propos est vraiment aberrant! N’y a-t-il pas assez de problèmes avec tant de jeunes ayant des problèmes de consommation? N’oublions pas que la boisson mène très souvent à d’autres forme de consommations!

    • Si l’objectif est l’aspect social, alors faire tourner un joint est certainement bien plus efficace. Encore mieux, se partager une seringue est fantastique! Rien ne vaut les liens de sang!

      (Je précise que c’est du sarcasme.)

      Pourquoi de l’alcool? Une habitude que moi et mes amis avions était d’aller dans une crèmerie ou un restaurant après nos sorties et d’entamer la conversation autour d’un dessert. Il y en avait généralement deux ou trois qui trouvaient cela ridicule et qui cherchaient à nous convaincre d’aller plutôt dans un bar, mais c’était des gens qui cherchaient en fin de compte une justification sociale pour boire, pas des gens qui buvaient un verre comme point de départ pour des relations sociales (et généralement on ne les revoyait plus la fin de semaine suivante).

      Soyons honnête, l’alcool n’aide aucunement les relations sociales.

      @docteurfolamour : Les bibliothèques sont maintenant beaucoup plus des centres communautaires que de simples bibliothèques. Dans celle à côté de chez moi, il y a régulièrement des compétitions de jeux vidéo! Je ne dis pas que c’est mal, mais il ne faut certainement pas associer la taille d’une bibliothèque avec le désir de lecture des jeunes.

    • 89710

      Venez faire un tour. Vous serez en mesure d’en juger par vous-même.

      Ah oui. Inscrivez vos enfants a St-Clément ouest, pour voir si la lecture n’y est pas une quasi-religion. Bon, désolé, je sais que vous n’avez pas d’enfant vous non plus, alors incitez vos frères et soeurs à déménager dans le coin et à inscrire leurs enfants dans une vrai école primaire.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    juin 2010
    L Ma Me J V S D
    « mai   juil »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité