La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 6 mai 2014 | Mise en ligne à 10h14 | Commenter Commentaires (15)

    Ces petits boulots

    Selon une étude de l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail menée auprès de 3900 élèves du secondaire, 6 % des enfants de 12 ans occupent déjà un emploi pendant l’année scolaire.

    À 13 ans, cette proportion grimpe à 9 % et à 18 % pour les adolescents de 14 ans. Les très jeunes élèves de 12-14 ans consacrent en moyenne près de 14 heures par semaine à leur travail rémunéré.

    Fait à noter, les petits travaux d’entretien, le gardiennage et les emplois de camelot n’ont pas été pris en considération.

    «Ce que ça révèle, c’est qu’on est en face d’un phénomène social », affirme une des auteurs, Élise Ledoux, citée par Daphnée Dion-Viens, dans Le Soleil.

    Si cette enquête ne permet pas de savoir de quel milieu viennent les ados qui travaillent, signale Le Soleil, une autre étude de l’Institut de la statistique du Québec sur la santé des jeunes du secondaire permet de croire qu’il s’agit de jeunes qui ne viennent pas nécessairement de milieux défavorisés.

    «Au contraire, peut-on lire dans Le Soleil, ça pourrait être associé à une culture de la performance plus présente dans les milieux favorisés», avance Élise Ledoux.

    Bref, possible que les petits boulots servent  souvent davantage à acheter une voiture, à terme, qu’à payer les céréales de la famille…


    • Tant que l’enfant est volontaire, mettons pour ceux en bas de 16 ans, tant que leur santé et leurs études ne sont pas mises en danger, je ne vois pas de problème à inculquer aux jeunes la valeur de l’argent à un jeune âge. Les petits boulots sont souvent plutôt pénibles et ça peut être un excellent incitatif à rester aux études du genre: “si tu ne veux pas faire ça toute ta vie, tu sais quoi faire”.

      Tant aussi que le parent s’assure de l’utilisation de cet argent…

    • Des jeunes qui ont la chance de travailler dans l’entreprise des parents ou de leur tante parce qu’à 12 ans on n’a pas un CV très garni

    • 14h par semaine, ça me semble beaucoup pendant l’année scolaire à cet âge.

      Dans mon cas, à partir d’un âge assez jeune, je faisait des petit travaux d’entretien chez des voisins âgés qui ne pouvaient le faire, et ce à partir de l’âge de 10 ans environ. (Pelleter l’entrée, ramasser les feuilles, tondre la pelouse, peinture extérieure, etc.) Mais c’était quelques heures par semaines maximum pendant les semaine d’école, un peu plus en été.

      Ça donnais un peu d’argent et ça apprend à entretenir un terrain.

    • Mes filles ont eu des petits boulots par leurs amies , on leur laissait leur paye et y a jamais eu d’abus on surveillait les notes et le petit coté réaliste d’la job c’est quand y revenaient frustré en disant «je passerai pas ma vie a me faire traité comme ça …»

      Mais ma plus jeune qui écoutait un self made man qui racontait comment il est devenu millionnaire et qui beurrait épais … ( à l’écouter il livrait des journaux avec sa couche mouillé dans la neige à moins 40 ….pis y en a travaillé une shot….) me dit : j’ai tout compris pour devenir millionnaire faut apprendre a mentir de bonne heure!

    • S’il s’agit des petits boulots occasionnels, je ne vois pas vraiment le problème; quand il s’agit d’un travail régulier qui entame plusieurs heures par semaine, c’est à peu près certain qu’il y aura des conséquences sur les résultats scolaires et sur l’intégration sociale de ces jeunes; je ne crois pas tant qu’il s’agisse d’une culture de performance, je crois plutôt qu’il s’agit des valeurs de consommation et du tout-de-suite-et-maintenant qui se développe de plus en plus chez les jeunes

    • Si l’étude s’étend à l’ensemble du Québec, une partie des étudiants doivent être les enfants des agriculteurs. Un 40 heures semaines l’été, plus le train du matin et du soir l’hiver.

    • Pourquoi pas? Quelques heures par semaine qui responsabilisent les ados? Pas un travail de 20 heures semaine mais juste quelques heures qui leur permettent de ”gagner” leurs sorties, leur petits luxes. Apprendre aux jeunes à s’administrer c,est important aussi.

      La plupart des ados de mon entourage travaillent pendant l’hiver quelque heures par semaine: marqueur au hockey, arbitre dans un sport, , plongeurs dans des restos familiaux, caissiers, moniteur de ski,… Bien-sûr ces jeunes ont moins de temps pour jouer aux jeux video, pour regarder la télé mais bon, c’est comme ça. Et je ne suis pas certaine que ces jeunes aillent travailler ”obligés”.

      Je remarque que ceux qui travaillent dans un milieu plus jeune ont tendance à se tenir ensemble après le travail. Il en résulte un climat de travail sain et plaisant.

    • Bien que les camelots ne soit pas inclus dans cette liste, il ne faut pas les oublier. Mon fils n’avait pas tout-à-fait 10 ans lorsqu’il a débuté. 7 matin par semaine, hiver comme été. Imaginez La Presse du samedi! Il va de soi que je l’ai aidé très souvent. Au moins trois fois par semaine, je faisais la tournée avec lui, principalement le samedi.

      Il a repris la route d’un jeune dont le père était dentiste. Tout jeune mon fils comme les autres camelots a appris à gérer de l’argent. Dans ce cas-ci, il ne suffit pas seulement de mettre l’argent perçu des clients en poche, mais avant tout il doit payer sa marchandise. Une fois cette tâche accomplie, le reste lui appartient.

      J’étais présente, pour plusieurs raisons. Nous ne savons pas toujours à qui nous avons affaire à 6 h 00. Mes jours d’accompagnement variaient. Au moins un matin et parfois deux, je lui donnais congé et livrais à sa place.

      Dans ce genre de tâche, la livraison n’est pas la partie la plus difficile. LA COLLECTE!!! Horreur. Le camelot se présente. Le client n’a pas d’argent. Reviens demain ma femme va être là et j’en passe. J’ai aussi remplacé souvent mon fils pour la collecte. Je l’ai fait un peu pour savoir à qui mon fils faisait affaire.

      Je dois admettre qu’il a décidé volontairement de prendre cette tâche. Pour obtenir des besoins de consommation en surplus que mon budget ne pouvait permettre. Il s’y est mis lorsque je lui ai expliqué que je ne pouvais pas faire de chèque pour obtenir un bien de consommation si n’avais pas les fonds dans mon compte bancaire.

      Il faut encourager le jeunes selon leur disponibilité à gagner quelques dollars.

      Je dois admettre que durant toute l’époque où il livré les journaux, il arrivait en classe réveillé et ses notes n’étaient guère différentes de avant.

    • Quoi d’étonnant à ça?

      La première ”valeur” du québécois est l’argent. À preuve : regardez les téléréalités – les sites internet pornos – vous verrez tout ce qu’un québécois est prêt à faire pour une poignée de dollars! inimaginable!

      Alors faut pas se surprendre qu’ils attellent leurs enfants au boulot dès qu’ils sont capables de parler et de marcher. Je suis même surprise qu’ils ne commencent pas plus tôt!

    • 12-14 ans? À faire autre chose que garder ou tondre des pelouses? Bizarre…

      J’ai 2 grands ados et les heures travaillées résultent en moins d’heures de TV ou XBox alors pas de problème pour moi.

      Les 2 travaillent avec des enfants et ils ont beaucoup de plaisir avec les petits et entre eux! Je les regarde s’épanouir, être responsable et je les trouve très beaux et inspirants.

      Depuis qu’ils travaillent, ils sont beaucoup plus conscients du prix des choses et consomment pas mal moins! Ils ont déjà ramassé une bonne partie de leurs études Collégiales et Universitaires alors je ne vois que du positif…

    • Comme plusieurs ici, du moment que c’est pas excessif, que le jeune a du temps pour faire ses devoirs et qu’il n’est pas trop fatigué, je ne vois pas le problème. C’est mieux que passer des heures à des jeux vidéo ou sur Facebook! Et puis ça responsabilise, ça apprend à gérer l’argent, etc. etc.

    • Aucun probleme avec ca dans la mesure ou tout est équilibré et que les priorités sont placées aux bons endroits. C`est pas d`hier que la run de journaux existe apres tout. Toute activité parascolaire peut être déterminante dans le succes du jeune parce qu il a une dose de toutes sortes d activités et une forme de gratification. Pour certains c`est le sport, pour d`autres la musique,le travail bref si le jeune est assez éveillé pour avoir un tel niveau de responsabilité go for it !

    • A 12 ans … 14 heures pour gagner de l’argent pour devenir de bons sur-consommateurs. Bravo. a cet âge-la, je travaillais l’été à tondre des gazons mais jamais pendant les études. La priorité est là. Pis j’avais une vie sociale pareil !!

    • @Jo_Fields : J’ai été abonnée à La Presse pendant 10 ans et jamais le camelot n’est venu collecter…il laissait une enveloppe pour qu’on puisse mettre notre pourboire dedans.

    • À ceux qui passent des commentaires en rapport avec la société de consommation et les maniaques de l’argent, je vous dirais que chez nous, le fait que mes enfants travaillent a eu l’effet inverse.

      Depuis que c’est leur argent qu’ils dépensent, ils consomment beaucoup moins. Ma fille dit souvent maintenant : mon dieu, c’est bien cher! même quand ce ne l’est pas. Gagner de l’$ à la sueur de ton front et au détriment de tes loisirs, ça met les choses en perspective.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « août    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité