La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 14 avril 2014 | Mise en ligne à 11h35 | Commenter Commentaires (39)

    Léa et William ont toujours la cote

    Nous parlions des noms, l’autre jour, c’est le temps de parler prénoms aujourd’hui!

    La Régie des rentes vient de publier la liste des prénoms les plus donnés en 2013.

    Ça ne change pas beaucoup, au fil des ans. Chez les filles, les prénoms les plus donnés sont Léa, Emma, Olivia, Florence et Alice. Chez les garçons, William (encore!) Nathan, Samuel, Alexis et Olivier.

    William est arrivé au premier rang 12 fois au cours des 13 dernières années.

    Fait à noter, les prénoms qui finissent en « a » ont beaucoup la cote chez les filles : Sofia, Mia, Eva, Victoria, Maeva, Alicia et Sarah arrivent dans les 25 premiers prénoms.

    C’est ce matin, en vous ruant sur cette liste, que vous allez voir si vous avez fait preuve d’originalité!

    PS: Encore nos excuses pour les problèmes que nous avons eus pour afficher vos commentaires la semaine dernière. Nous allons pouvoir les publier aujourd’hui, mais ça ne sera probablement pas en temps réel (on fait cela à la mitaine!)


    • Ça me dépasse complètement que quelqu’un donne le nom de William à son enfant. Qu’en plus ce nom soit premier me laisse pantois. Y a-t-il déjà eu un seul couple d’anglophones unilingues qui ont appelé leur enfant Guillaume?

      Et ensuite les Québécois se moquent des Français qui utilisent des anglicismes.

    • Me semble que la première chose a faire avant de donner le prénom de ton enfant c’est d’aller voir le palmarès de la RRQ pour avoir une idée des prénoms à ne pas donner. A moins bien sur d’être un mouton…Dans 20 ans ces petits William et Lea vont suivre la mode et perpétuer le cycle…

    • J’en reviens juste pas à chaque année que les gens choisissent encore d’appeler leur fils William. Est-ce qu’il y a quelqu’un qui a appelé son fils William sur cette page? J’aimerais qu’on m’explique pourquoi après 13 ans, c’est encore ce nom qui figure au haut de la liste.

      De mon côté, mon mari et moi, on s’est toujours fait un devoir de s’assurer que les noms de nos enfants seraient le plus loin possible du numéro un. En 2007, l’année où ma fille est née, seulement 52 filles ont été nommées Emmanuelle. En 2009, je crois que moins de 100 personnes ont appelé leur fils Sean. Seulement l’an dernier, quand mon 2e fils est né, nous avons fait une exception à notre principe. Owen arrivait au 35e rang des prénoms de garçons aux États-Unis (la liste de la régie n’est pas accessible présentement, je ne peux pas vérifier). Au moins, nos enfants n’auront pas 3 ou 4 amis du même nom dans leur classe…

    • William … Willy … “Saute Willy. Saute !!!” Pour ceux qui se rappellent du film de 1993 “Sauvons Willy”. Willy était un épaulard.

    • @ taqman: quel humoriste disait que la plupart des parents qui donnent un nom anglophone à leur enfant ne parle pas un mot d’anglais? Héhéhé!

    • Encore des gens pour juger des choix des autres…

      Il me semble qu’il n’y a rien de plus personnel que le choix du nom de notre enfant. Et les raisons de ce choix sont aussi différentes pour chaque parent.

      Quand on a fait le choix de nom de notre garçon, que son prénom soit dans le top 5 était vraiment le cadet de nos soucis.

    • La fameuse mode des prénoms anglais. Le lien semble brisée, j’aurais bien aimé savoir où se retrouve Mégan(dans toutes ses déclinaisons), nom préféré des mères accros à Top Modèles ou Les feux de l’Amour. Ça te Mégane une vie ça.

    • Je me suis toujours demandé en quoi c’était si important d’être original dans le choix du nom de son enfant. N’y a-t-il pas d’autres considérations plus importantes et d’autres façons d’afficher sa personnalité? Ma fille, née en 2013, s’appelle Alice. Oui, c’est un nom populaire. Oui, il y a en aura probablement d’autres dans sa classe qui auront le même nom. Pis? Je lui ai donné ce nom car à la base, c’est un prénom que j’aime beaucoup, et c’était aussi celui de mon arrière-grand-mère (et en fait, je l’avais choisi depuis plusieurs années, avant même qu’il devienne à la mode). Mon prénom était aussi très populaire l’année où je suis née (nous étions 3 à porter le même prénom dans ma classe). Je ne me suis jamais sentie lésée par ça! Et je ne me considère pas comme un mouton, n’en déplaise @ jeffypop! De plus, on s’entend qu’une fois l’étape de l’école primaire et secondaire passée, les générations se mélangent, ainsi que les prénoms!

      Et ma fille n’aura jamais le problème d’avoir à épeler son prénom: “Oui, avec un “y” et un “h” muet devant…mes parents voulaient être originaux!”

    • @taqman
      En quoi est-ce pire que les noms en “a” pour las jeunes filles ? Ca fait latino donc étranger ouache !!!
      Le premier prénom en France, c’est Nathan !! Ca vient de l’anglais et de l’hébreu avant.
      Pourquoi faut-il s’en tenir à notre langue ?

      “Y a-t-il déjà eu un seul couple d’anglophones unilingues qui ont appelé leur enfant Guillaume?” Vous essayez de dire qu’il faudrait être aussi raciste qu’eux ?

      Les anglos ont des noms qu ise disent aussi en français : Thomas, Daniel, George, Leo, Joseph … J’imagine qu’on devrait statuer là-dessus.

    • Les prénoms, c’est des modes ! Dans ma classe, il pleuvait des Julie et des Stéphanie. Lorsque fut venu le temps de trouver un prénom à fiston, il était primordiale pour moi que ce soit un prénom pas trop à la mode et pas inventé.( Désolé si je froisse quelques lecteurs, mais j’ai beaucoup de misère avec l’original à tout prix. ) Nous avons alors opté pour un prénom francophone (aucun intérêt pour les prénoms anglo puisque nous sommes, papa et moi, franco et Québécois pure-laine :P ) Dans la liste, le prénom est à la fin des 50e et ça me convient parfaitement !

    • Je m’explique mal ce manque d’originalité. Me semble que quand tu sais que William c’est le nom le plus populaire de la décennie, tu fais un effort. Sans nécessairement appeler ton enfant Maksyme ou Gérhaûme, bien sûr…

    • Tant que le prénom ne porte pas préjudice à l’enfant (comme Spatule ou Grenouille), qu’est-ce que ça peut bien faire que les parents choisissent un prénom dans le top 5, le top 10, le top 100 ou pas dans le top du tout ? Comme parent, on ne fait jamais rien comme il faut. Si on choisit un prénom populaire, c’est trop banal. Un prénom rare, mais c’est à coucher dehors. Un prénom non francophone, ah TRAÎTRE, un prénom en a, il sera prononcé â… Alors on fait comme il nous plaît et on fait fi des matantes et mononcles qui trouveront toujours à commenter sur nos décisions parentales de toute façon. Le prénom que j’ai donné à mon plus vieux était dans le top 20 l’année de sa naissance et des membres de ma famille ne l’ont pas aimé et ne l’aiment toujours pas. Mais je trouve qu’il s’harmonise bien à la personnalité de mon enfant et j’aime le prononcer. C’est l’essentiel!

    • @mcdoux

      WOW !!!
      Vous vous êtes faits un DEVOIR de s’assurer que les noms de vos enfants soit loin du numéro 1 !!
      WOW !!!

      Mais vite ! il faut vous décerner le prix Nobel des meilleurs parents.
      L’avenir de vos enfants est maintenant assuré !

    • En fait, beaucoup de gens ignorent que William = Guillaume. Il m’est arrivé à quelques reprises de dire cela à quelqu’un et de me faire regarder de façon étonnée, car la personne ne savait même pas que c’était le même prénom dans deux langues différentes. C’est sans doute plus un manque de culture générale que de vouloir donner un nom anglophone à son enfant franco.

    • ………. ‘C’est ce matin, en vous ruant sur cette liste, que vous allez voir si vous avez fait preuve d’originalité!’

      J’ai du mal a comprendre les gens qui profitent de l’opportunité de donner un nom à leur enfant pour entrer dans un concours ‘d’originalité’. L’enfant va faire rire de lui a l’école, devra toujours épeller son nom, mais dieu que maman a été ORIGINALE!

    • Je seconde gamat22. Je préfère de loin un nom qui figure dans le top 10 des noms les plus populaires qu’un nom inventé ou, pire encore, un nom à l’orthographe déformé pour plus d’originalité. C’est particulièrement vrai pour les prénoms de garçon. Le choix est restreint et ceux qui essaient de faire preuve de trop d’originalité en arrivent souvent à des résultats catastrophiques.

    • @emyireland
      Vous avez tout à fait raison. Choisir de changer l’orthographe d’un nom pour faire ”original” peut être problématique. Avoir toujours à épeler son nom n’est jamais très agréable.

      @taqman
      Pour un francophone, William se prononce très bien. Demandez à un anglophone de prononcer Guillaume, il va massacrer le prénom à chaque fois qu’il le nommera…

      Choisir un pronom est très personnel mais peut être rationnel aussi. Pour ma part, j’ai un nom de famille très long à écrire, avec des ll et des tt au milieu du nom. Mon père avait décidé que ça ne faisait pas une belle main d’écriture et il avait raison. C’est pourquoi nous avons tous, mes frères, soeurs et moi des prénoms courts.

      Mon chum a un nom très court (3 lettres). Trouver un prénom a été difficile. Il fallait trouver un prénom qui permettait de bien détacher le pronom du nom de famille lorsque prononcés ensembles. Par exemple, si nous avions eu une fille, J’aurais aimé l’appeler Charlotte. Charlotte Roy fait charlotroy et ce n’est pas très bon pour la prononciation.

    • @chouettemaman

      En effet, les prénoms ont souvent une connotation quelconque mais combien importante aux yeux de certaines personnes. Les Olivier sont tous tannants, tandis que les François sont plus tranquilles. Les Mario (plus de mon âge) ne tiennent pas en place et les Nathalie (plus de mon âge encore) ont tous été populaires et belles… Bizarre…

    • missmckenzie: dans la même lignée, Steve = Étienne ou Stéphane. Ça non plus bien des gens ne le savent pas.
      Les Occidentaux se partagent beaucoup les mêmes prénoms, en fait. Et on ne parle même pas des dérivés et des diminutifs.
      Moi j’ai eu l’occasion de voir de près les discussions sur le prénom de l’enfant à venir de quelques proches amis, et j’en ai conclu qu’il s’agit surtout d’un phénomène d’entonnoir. Parmi tous les prénoms, faut enlever la tonne qu’on n’aime pas. Puis ceux qu’un parent aime, mais pas l’autre, puis ceux qui ne vont pas avec le nom de famille, puis ceux qui possiblement prêtent au ridicule (imaginer toute les possibilités de moqueries)… Ça en fait déjà beaucoup d’éliminés. Certains constatent que ceux qui restent, plaisent au deux parents et répondent à toutes les conditions se trouvent à être dans le top 10. Ils sont généralement assez tannés pour les choisir quand même.

    • C’est faux de dire que William = Guillaume. On peut souligner qu’ils ont la même origine, mais je crois pas que les professeurs risquent de mélanger le petit Guillaume du petit William quand viendra le temps de faire l’appel de présence, n’est-ce pas? ;)

      Sinon, aussi bien dire: William = Guillaume = Wilhelm = Guilhèm et probablement plusieurs autres. Wilhelm est l’original à ce jeu et les autres des dérivés (dérivé de Will + Helm, volonté et protection), mais qu’est-ce que ça change? Ce sont quand même des noms bien différent qui ne portent pas à confusion.

      Quant à la popularité des prénom, chez lesnouveaux parents que je connais, ils se concentraient surtout à trouver un joli nom qui s’accorderait bien avec le nom de famille. Au diable la popularité relative ou de savoir si l’origine était suffisamment française. Même des William, il n’y en a pas tant que ça de toute façon.

    • @censure
      J’aime bien mon commentaire sur Willy. Les parents doivent absolument composer avec les raccourcis que leur enfant se fera donner. Je connais un William et il déteste son nom parce que plein de gens l’appellent Willy !!!
      Je peux changer le commentaire pour parler de Willie Lamothe si vous aimez mieux !!

    • Le modérateur n’a pas publié mon commentaire. Il doit avoir une fille qui s’appelle Mégane (ou Megan, ou Meg-Ann, etc.) !!!

    • Effectivement, choisir un nom est très personnel. On y voit, non pas la personnalité de l’enfant, mais celle des parents. Choisir un nom, est un exercice très compliqué. Tu choisit pour quelqu’un d’autre l’élément qui le distingue des autres. Alors dans trente ans, William va enfin admettre que sa maman avait un manque de culture flagrant. Tant qu’à Maskyme, maman essayait mais ça sortait tous croche. Bref, nommé une personne c est difficile et sa ne devrait pas être pris à la légère. Demandez à ma mère qui me donna le même nom que mon père afin que j aille Junior dans mon nom, elle était fan de Dallas et ce satané JR. Quelle histoire d’horreur vous direz? Et bien imaginer qu il ai 3 ou 4 William dans même classe. Tu dois te sentir générique pas à peu près.

    • Il y a eu la mode des ”Guy” à cause de Guy Lombardo.
      Il y a la mode des William à cause du fils de Lady Di.
      Pourquoi pas.

      Et c’est mignon, William. À tout âge. C’est doux à l’oreille.

    • J’ai eu à passer par le choix d’un prénom l’an passé, et comme bien des gens, je suis allé fouiner sur le site de la RRQ. J’ai fait l’exercice de trouver le nombre de variantes de prénoms. De mémoire, il y avait une dizaine d’Alexis et de Elliot différents. Vous imaginez le cauchemar des professeurs, de gens aux services à la clientèle et le pire, le jeune qui va passer sa vie à répondre à la question “comment ça s’écrit?”

      SVP, pensez-y donc 2 minutes avant de mettre d’ajouter un Y par-ci, d’enlever un S par là ou de mettre un tiret dans le prénom de votre enfant, juste pour être “original”…

    • C’est intéressant à consulter, beaucoup, beaucoup de prénoms n’ont été utilisés qu’une fois mais regardons d’autres chiffres au hasard

      Seulement 9 nouvelles Nathalie en 2013, la même chose pour les Mélanie et Hélène…

      7, Geneviève… 4, Sonia… 3, Nancy… 2, Brigitte…

      Pour les gars ? Juste 5, Michel. 4, Denis… 4, Luc… 3, Stéphane… 3, Steve… 2, Guy … 2, Jean-Pierre…

    • @Vieuxsek
      Il y a certains américains qui aiment le français qui ont nommé leur enfant Antwon plutot qu’Antoine. C’est cute. Plusieurs joueurs de football sont nommés comme ça.

    • @mikewazowski
      En plus les prénoms à l’orthographe “originale” ça fait terriblement Occupation double ou bar de danseuses…

    • @fedor
      Comme vous je n’aime pas beaucoup le prénom Mégane pour une francophone.
      “Une brosse à la vodka ça mégane…”

    • Dieu merci, la vague des Océane est en train de mourir sur la plage!

    • William fait très Normand. Mes ancêtres étaient Normands, pas Français. Le nom au depart vient de l’allemand Wilhelm. Je crois qu’un des noms de Charlemagne était Williame. Pour les Normands ce n’était pas Guillaume le Conquérant mais Williame (avec un e) le Conquérant.

      Nous avons au Québec et au Canada conservé plusieurs mots du patois normand – il fait frète, par exemple. Je ne vois rien de mal à retrouver quelques fibres de notre heritage normand.

    • Pour moi, choisir un prénom non populaire pour mon enfant c’était très important. J’ai moi-même un prénom peu courant (il n’est pas très rare, mais disons qu’il n’en pleut pas) et je suis très heureuse de cela. Toute ma vie j’ai été dans des classes avec 3 Julie, 4 Stéphanie, 2 Mélanie, etc. je trouvais que ça “diluait” l’identité de la personne. Plus, il faut toujours ajouter le nom de famille pour savoir de qui on parle!

      On a choisi un prénom exotique pour ma fille, court (5 lettres), facile à prononcer dans plusieurs langues, très rare dans plusieurs pays et très facile à épeler. Et très, très doux à entendre…je garde le prénom secret, je ne veux surtout pas qu’il devienne populaire ;-)

    • @missmckenzie: Ce que vous dites, c’est très discutable. J’ai eu une enseignante hispanophone qui enseignait 3 langues étrangères il y a plusieurs années et elle est très en désaccord avec cette histoire de nom en anglais, nom en français, nom en espagnol…

      Un prénom est un prénom et ne se traduit pas. On peut traduire des mots, mais pas des prénoms.

      Dans un roman, William est souvent traduit par Guillaume en anglais, mais cela ne veut pas dire qu’il s’agit de la traduction réelle. Tout simplement parce qu’un prénom, bien ça se se traduit pas. On choisit un nom pour que ça “colle” avec le public ciblé, mais c’est tout.

      Quand tu t’appelles Franco, tu ne deviens pas François. Quand tu t’appelles Pierre, tu ne deviens pas Peter. Quand tu t’appelles Guillaume, ben tu ne t’appelles pas William!

    • En explorant un peu la science, on apprend que les prénoms sont très connotés socialement. Les classes supérieures vont avoir tendance à choisir des noms différents des classes populaires (souvent tirés des artistes en vogue: il y aura peut-être beaucoup d’Adèle et de Yoan dans les prochaines années). Cela a un impact plus tard, certains chercheurs ont révélés qu’on peut deviner l’origine sociale d’une personne avec son prénom:
      http://www.atlantico.fr/decryptage/prince-ou-plouc-que-choix-prenom-vraiment-comme-impact-vie-stephanie-rapoport-794303.html

      Et, en France, on a aussi réalisé que les mentions “très bien” au baccalauréat regroupaient les mêmes noms (présents chez les plus aisés), alors que ceux qui ont échoué regroupaient les mêmes noms, mais cette fois tirés des classes populaires.
      http://coulmont.com/blog/2013/07/07/prenoms-mentions-bac-2013/
      Difficile à vérifier au Québec.

      Mais le prénom reste un choix intime qui suscite les émotions, comme on peut le voir dans les commentaires! Ou dans le film “Le prénom”!

    • @gl000001

      Ce que vous décrivez est l’équivalent des prénoms aux québec qui sont mal orthographiés. Souvent ce Antwon ont une soeur qui s’appelle laquesha ou un un frère qui s’appelle Tyreez. C’est dans les communautés défavorisées et peu éduquées que l’ont retrouve ces aberrations.

    • William = William? C’est très discutable. J’ai eu une enseignante hispanophone qui enseignait 3 langues étrangères il y a plusieurs années et elle est très en désaccord avec cette histoire de nom en anglais, nom en français, nom en espagnol…

      Un prénom est un prénom et ne se traduit pas. On peut traduire des mots, mais pas des prénoms.

      Dans un roman, William est souvent traduit par Guillaume en anglais, mais cela ne veut pas dire qu’il s’agit de la traduction réelle. Tout simplement parce qu’un prénom, bien ça se se traduit pas. On choisit un nom pour que ça “colle” avec le public ciblé, mais c’est tout.

      Quand tu t’appelles Franco, tu ne deviens pas François. Quand tu t’appelles Pierre, tu ne deviens pas Peter. Quand tu t’appelles Guillaume, ben tu ne t’appelles pas William!

    • il aurait fallu lire “Guillaume = William?”

    • @larousse_estdouce
      Il n’y a pas eu de volonté de traduire le nom. Ca s’est fait au travers des époques.
      Comme -55- l’a montré, l’évolution de ce nom s’est faite comme ça (du plus récent au plus vieux) :
      William = Guillaume = Wilhelm = Guilhèm
      Même principe que “backhouse” est devenu “bécosse”.

    • Un exemple pour 2013:

      KELLYANE 7
      KELYANE 6
      KALIANE 1
      KALIE-ANN 1
      KALYANN 1
      KALYANNE 1
      KALY-ANNE 1

      Ben oui, votre enfant va avoir un nom unique, j’espère que ça VOUS fait plaisir, au moins…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    décembre 2011
    L Ma Me J V S D
    « nov   jan »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité