La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 11 février 2014 | Mise en ligne à 10h34 | Commenter Commentaires (90)

    Ces dépotoirs d’enfants

    Ainsi donc, la mère des athlètes Dufour-Lapointe, diplômée, est restée à la maison pour s’occuper de ses filles.

    Un choix personnel qui ne se discute pas mais qui fait néanmoins beaucoup jaser.

    Réjean Tremblay, chroniqueur au Journal de Montréal, concluait hier son texte en se demandant si les filles Dufour-Lapointe auraient été auréolées de la gloire olympique «si elles avaient été dumpées dans une garderie à 7 $ à deux ans».

    Inutile de dire que le commentaire a été abondamment relevé – et critiqué – dans les médias sociaux.

    Ce matin, le chroniqueur Richard Martineau trouve, lui, la question légitime et il ne comprend pas que les femmes se soient senties visées, son collègue n’ayant nulle part écrit que les enfants étaient nécessairement « dumpés » par les femmes.

    Et Martineau de conclure par les susceptibilités de nous toutes qui aspirons à devenir des mères parfaites.

    Bien sûr, quand les garderies et les CPE ont été créés, ce ne sont pas les femmes qui ont pu investir massivement le marché du travail.

    Bien sûr, aucun des Québécois inscrits dans une garderie ou un CPE ne peut aspirer un jour aller aux Jeux olympiques parce que bien sûr, on se met au ski acrobatique et au patinage de vitesse 20 heures par semaine dès ses deux ans.

    Bien sûr, les garderies et les CPE, ce sont des « dumps». Tous, tous, tous, des dépotoirs d’enfants.

    Bien sûr.


    • Ça ne vole pas haut au Ournal de Monrial.

      C’erst ce qui arrive lorsque l’on a plus de chroniqueur que de journalistes, surtout lorsque leur but est de créer la polémique, peut importe s’ils le pensent ou pas. De vrai trolls en fait…

      S’ils le pensent, c’est autre choses, ce sont seulement des gens stupides remplis de préjugés.

    • Les soeurs Dufour-Lapointe ont été privilégiées à bien des niveaux. Ce n’est pas toutes les familles qui peuvent se permettre un sport aussi dispendieux que le ski. Encore moins sur un seul salaire. Encore moins lorsque que tu as TROIS enfants à équiper et à suivre en compétitions. Pour bien des famille, faire le choix (très respectable) de vivre sur un seul salaire, c’est aussi faire le choix de renoncer à ce genre de loisirs très coûteux.

    • Ben, quand je lis la réponse de Sophie Durocher à Tremblay, c’est un peu l’impression que j’ai :

      http://blogues.journaldemontreal.com/sophiedurocher/societe/rejean-je-suis-une-mere-indigne/

      “MOI MOI MOI JE JE JE MOI MOI MOI!”

      Notez que je ne suis pas d’accord avec les propos de Tremblay, mais je ne serais pas fier non plus d’affirmer haut et fort que je fais passer mes intérêts avant ceux de mes enfants juste parce que je suis donc “passionnée par mon travail”.

      Méchante bonne raison. Tiens, moi je vais lâcher ma job parce que je suis donc passionné par les modèles à coller…

    • M. Lance et Compte ne fait pas de la réflexion sociale, il fait du scoop.

    • Son commentaire était complètement déplacé. Venant de quelqu’un qui fait 4 fois à lui seul notre salaire familial, c’est être loin de la réalité.

      Pour faire du sport d’élite, on a surtout besoin d’une chose: de l’argent! Et de manière générales, les mamans à la maison courent pas mal plus le village des valeurs que les entraineurs privés!

      Savez-vous combien coûtait une session de ski à St-Bruno cet hiver (parce que je me suis renseignée)? 240$ pour 6 cours!

      Même si je travaille et mon mari aussi, on ne peut pas plus se permettre ça! Il n’y a juste aucun lien avec les CPE!

      Et je me demande si le monde qui crache autant sur les CPE y ont déjà mis le pied. S’ils réalise comment les enfants y sont bien. Et si, surtout, s’ils réalisent que pour beaucoup, beaucoup de monde, la CPE leur permet de sortir du mode survie!

      Oui, il y en a qui “dumpent” leurs enfants. Il y en a toujours eu et il va toujours y en avoir. Ça, on ne peut rien y changer. Mais la majorité des parents prennent le bonheur de leurs enfants à coeur et font tout en leur pouvoir pour leur aider à grandir en harmonie.

    • C’est tellement ridicule , mes 3 enfants sont allés à la garderie et ils sont très intelligents et très développés.. le fait que tu ailles ou non a la garderie n’a vraiment aucun rapport avec le fait de faire les jeux Olympiques.. parlez-moi d’une remarque stupide. D’ailleurs pour ma partje dirais que c’est bon les garderies, ça développe le côté social plus tôt et permet de développer les anticorps plus rapidement… c’est vraiment n’imprte quoi

    • JdM, Martineau et Tremblay dans le même sujet. Il n’y a pas de quoi être surpris que ça ne vole pas haut leur réflexion.

    • Comment peut-on lancer un débat de la sorte à partir d’une remarque absolument ridicule d’un auteur (aheum) et journaliste (encore aheum) tout aussi ridicule de la trempe de Réjean Tremblay? Ces derniers temps cet homme a perdu la minuscule part de crédibilité qu’il lui restait.

    • Je ne comprend pas les femmes qui capotent dès qu’on parle des mères au foyer. Comme si c’était dégradant d’être une femme qui reste à la maison. Au contraire, c’est un travail en soit, d’une importance capitale, et d’une grande difficulté : former un enfant à devenir un futur adulte sain d’esprit et bien intégré dans l’humanité.

      Personnellement, ma mère a aussi fait le choix de rester à la maison pour s’occuper de ses enfants. Si elle ne l’avait pas fait, j’aurais été mis sur le ritalin dès mon entrée à l’école, parce que selon les professeurs, j’étais hyper-actif avec déficit d’attention. Un cas désespéré.

      Ma mère étant au foyer, elle s’est occupée de moi, elle a mis du temps, et des efforts, pour me garder assis à la table pour faire mes devoirs et travaux avec moi, pour me discipliner. Et dans les années suivantes, jusqu’à l’obtention de mon baccalauréat, j’ai toujours été un des meilleurs de ma classe, à tous les niveaux.

      Si ma mère ne s’était pas investie autant dans l’éducation de mes enfants, jamais je n’aurais pu réussir ma vie.

      C’est bien dommage que les femmes soient devenues féministes, et qu’elles se soient laissées rentrer dans la tête qu’une “femme au foyer = dégradant, vie incomplète, mépris”.

      Depuis que le monde est monde, les enfants ont eu besoin de leur mère pour les éduquer pendant les premières années de leur vie. Une job à temps plein. La job la plus importante au monde.
      Ca n’a pas changé. Depuis 40 ans, l’évolution n’a pas fait un bond pour remplacer les mère par des éducatrices en garderie qui doivent en surveiller 15 en même temps.

      Être mère ne se fait pas à temps partiel, de 18h à l’heure du dodo. C’est un emploi à temps plein, c’est l’emploi le plus important, significatif, et gratifiant de toute la société. Dommage que les gens ne le réalisent pas, et que le gouvernement ne l’encourage pas plus.

    • La fabrication d’un trio olympique n’est certainement pas accessible à tout le monde. Il doit bien y avoir certaines limitations, des questions de talent, de budget. de contingences peut-être.

      Le modèle garderie à $7.00 n’est sans doute pas le meilleur pour la récolte de médaille, mais est-ce bien raisonnable de croire que le modèle rêve olympique est le meilleur pour toutes les têtes blondes (et brunes et rousses et noires) d’âge pré-scolaire?

    • C’est trop évident qu’il a écrit ça juste pour mettre le feu aux poudres!!! C’est tellement gros comme le bras qu’il faut pas tomber dans son piège et s’emporter!

      D’un point de vue purement monétaire, je crois que t’as plus de chance d’aller faire assez de ski pour devenir champion quand tes deux parents travaillent car c’est cher, le ski alpin!!!

    • @djobert

      Pour être mère au foyer il faut avoir de l’argent, le coût de la vie augmente sans cesse et si la personne qui travaille ne fait pas un très gros salaire alors vous ne pouvez pas le faire. Tant mieux pour les femmes qui peuvent se permettre de rester au foyer et d’ailleurs certains hommes le font aussi et j’aurais été le premier à le faire si on avait eu les moyens financiers.

      On ne dit aucunement qu’une femme au foyer est dégradant, ça prend tout simplement les moyens pour pouvoir le faire. Vous vous basez sur votre expérience personnelle, dans votre cas oui c’était bénéfique et tant mieux par contre le fait que les 2 parents travaillent ne fait pas qu’ils sont de mauvais parents… il ne faut pas généraliser je crois que les 2 situations ont leur bons et mauvais côtés

    • Ce serait bien si les producteurs de Surprise Sur Prise nous montreraient le fameux tournage du tour qu’ils avaient fait au King R.Tremblay et sa conjointe de l’époque la très honorable Fabienne Larouche…

      Le vrai visage de ces deux personnages y était vraiment bien exposé…

    • @jeanfranc

      Je suis d’accord avec vous, être parent au foyer (à noter parent et non uniquement mère, je connais un papa au foyer ) c’est un luxe inabordable pour la plupart des gens! Aucunement dégradant tant qu’à moi : avoir les moyens, je le ferais volontiers.

    • Je serais bien curieuse de savoir combien d’enfants a Réjean Tremblay, il a au moins un fils, et qui les a élever? Genre de gars à se pointer de temps en temps chez son ex, à payer sa pension et à vivre sa vie en égoïste après le divorce. Contente toi d’écrire tes fantasmes pour TVA mon Réjean!

    • Le psychiatre Pierre Mailloux parle de “massacre à la tronçonneuse” dans le cas des enfants de 0 à 2 ans abandonnés par leurs parents dans les garderies où ils ne peuvent être aimés par une mère. Les dommages psychologiques causés à un enfant aussi jeune sont susceptibles de mettre en péril son avenir. J,aborde dans le même sens que Réjean Tremblay.

    • À lire les réactions, on croirait que les femmes se sentent coupables d’aller faire élever leurs enfants par des étrangers.

    • J’ai toujours estimé que les garderies étaient des dépotoirs d’enfants et bien avant les CPE. Je me suis toujours demandé pourquoi concevoir un enfant et laisser la tâche à une personne de l’aimer et l’éduquer à ma place.

      Voir son premier sourire, assister à ses premiers pas ou tout simplement l’accompagner à se première journée d’école. Que dire des joies des activités scolaires auxquelles j’ai pu participer comme bénévole, la bibliothèque de l’école, comme parents accompagnateurs lors de sorties scolaires.

      Pendant 3 ans, mon enfant a fait partie d’un club de natation. Cela veut dire 3 pratiques par semaine et plus de pratiques. J’assistais à la majorité de ses pratiques.

      Nous n’étions pas une famille avec un haut train de vie. J’étais simplement une maman célibataire avec son enfant et qui pouvait lui donner une seule richesse. Sa présence.

      Je ne l’ai jamais regretté. J’ai fait le contraire des diplomées actuelles. Je sus retourné aux études lorsque mon enfant a eu près de 10 ans. Aujourd’hui, je ne suis toujours pas plus riche. HLM, voiture usagée souvent rendue au garage. pas de voyages dans le Sud en hiver, pas de chalets, mais j’ai réussi a faire ce qui me passionne le plus. Je n’aurais possiblement pas trouvé ces réponses dans la vingtaine et la trentaine.

      Aujourd’hui dans le milieu où je vis ou les valeurs familiales sont transmises, les enfant sont élevés par leurs parents. Ces mêmes parents sont heureux. Certains ont entre trois et cinq enfants et chaque famille ne met pas au monde une enfant qu’elle n’aurait pas les moyens de faire vivre.

      La surconsommation pousse les parents à expédier leur progéniture à la garderie. Il faut deux salaire pour payer le maison à 250 000 $ alors qu’on possède le moyens pou celle de 175 000 $. L’être humain d’aujourd’hui veut un objet de consommation et tout de suite. Il faut bosser pour cela. Donc, double salaire.

      De décennie en décennie, l’éducation et le savoir-vivre des jeunes se dégrade. Ce n’est pas à la garderie lorsqu’une éducatrice de plusieurs enfants et ni des professeurs lorsque parfois ils ont plus de 30 élèves sous leurs responsabilité. Quand à l’école secondaire, n’osons même pas en parler.

    • Est-ce que c’est tellement difficile de dire clairement que pour rester à la maison et s’occuper des enfants à temps plein, il faut avoir les moyens de le faire? Avec un seul salaire qui rentre c’est loin d’être évident, à moins que le mono-salaire soit bien au dessus de la moyenne?

      Est-ce que c’est tellement difficile de dire aussi que ce n’est pas tout le monde qui *désire* rester à la maison même si on en a les moyens? Et que ça ne fait pas de ces personnes des mauvais parents?

      Le débat n’a rien à voir avec la qualité des garderies à 7$, ces messieurs font preuve d’une mauvaise foi exemplaire.

    • Quel est l’impact sur le développement d’un enfant s’il est mis en garderie AVANT deux ans? Le SAVEZ-VOUS? Vraiment?

      La remarque de Réjean Tremblay sur les garderies à Pauline est fort pertinente et vous auriez intérêt à vous informer.

      Le Bébé et l’eau du bain
      Comment la garderie change la vie de vos enfants
      par Dr Jean-François Chicoine, pédiâtre et Nathalie Collard

      http://www.quebec-amerique.com/livre-details.php?id=871

      Ça va faire changement des imbécilités qu’on lit dans La Presse! :-(

      Bye.


      Claude LaFrenière

    • Quand tu as de l’argent, tu peux aspirer à de grandes choses. Ces soeurs avec sa famille sont la preuve vivante.

    • Bravo à la mère des sœurs Dufour-Lapointe et tant mieux pour les femmes qui peuvent se permettre de rester à la maison (en passant, j’espère qu’elles sont mariées pour être protégées en cas de séparation). Sauf que quand j’entends des critiques comme celle de Réjean Tremblay, j’ai toujours la réaction suivante :
      Quand les hommes partageront les tâches ménagères à part égale avec les femmes et qu’il y aura autant de pères que de mères au foyer, les Réjean Tremblay, Dr Chicoine et compagnie pourront s’ouvrir la trappe. D’ici là, leur critique vaut « zéro pis une barre », comme dirait ma mère.

    • Je ne crois pas que les garderies soient des dépotoirs à enfants. Certaines le sont peut-être. Elles sont par contre toutes des milieux dans lesquels les enfants peuvent socialiser et ainsi briser la glace avant d’arriver à l’école, ce qui est une excellente chose à mon avis. Je ne trouve pas aberrant que les parents envoient systématiquement leurs rejetons se faire garder à temps plein pendant qu’ils travaillent. Ça ne les empêche pas de leur accorder du temps en soirée ou en fin de semaine et ça devient d’autant plus important de le faire.

      Ce que je trouve désolant, ce sont ceux qui en plus de les caser à la garderie autant de temps que possible, sermonnent la gardienne parce que la sieste qu’elle fait faire à leur enfant l’empêche de s’endormir tout de suite après souper, ceux qui en revenant du boulot, veulent les coucher au PC pour avoir le plus vite possible leur temps à eux. Du précieux temps pour faire quoi? Glander devant la télé et sur facebook bien souvent. Pourquoi avoir des enfants dans ces conditions?

    • @Jo_Fields

      Puisque vous vous citez en exemple, peut-on savoir de quoi vous avez vécu vous et votre enfant pendant ces dix ans ?

    • Tremblay a été dégueulasse et les CPE font plus de bien que de mal aux enfants. Soit, j’approuve à 100% sans ironie.

      Cela dit, que ce soit surtout des femmes qui se soient senties visées et qui aient été blessées ne fait que confirmer qu’on vit encore dans une société sexiste, où on associe soin des enfants et mamans. Je ne vois pas en quoi ce rappel d’une réalité que vous souhaitez vous aussi changer vous déplaît.

      Signé: Un père qui a pris 50% des congés parentaux (la 2e moitié, bien sûr, allaitement oblige), qui fait encore 50% du travail d’éducation plusieurs années après le divorce et qui trouve juste ça normal.

    • “Depuis que le monde est monde, les enfants ont eu besoin de leur mère pour les éduquer pendant les premières années de leur vie.”

      Il est évident que par le passé, les mères étaient constamment en train d’éduquer et de superviser leurs enfants. Elles organisaient des jeux éducatifs, chantaient des comptines, enseignait la vie à leurs enfants. Tout ça, du matin au soir et sans relâche. Elles avaient en moyenne 1-2 ou peut-être trois enfants à qui elles se consacraient sans relâche. Leur quotidien était entièrement consacré à leurs enfants.

      Il ne faudrait surtout pas s’imaginer que nos ancètres avaient un mode de vie beaucoup plus demandant que le nôtre! Comme si les femmes avaient un rôle à jouer pour subvenir au besoin de leur famille! Certaines personnes croient à tort que les mères avaient des responsabilité tout autant prenantes que les pères. Certains vont même croire que le rôle incluait de tuer et plumer les poulet, récolter les oeufs et bien d’autre choses. C’est simplement naif

    • Jo_field

      Je suis une maman qui travaille. Et qui envoit ses enfants en CPE. Et pourtant, je les accompagne (ou mon mari, ou nous deux) au sports, je suis bénévole à l’école de mon fils, on fait plusieurs sorties trippantes (généralement le moins cher possible, car malgré deux salaires on a pas un super revenu), on leur apprend à lire et écrire, on fait des bricolages, on fait des gâteaux, on saute dans les flaques d’eau… Bref, mes enfants sont des enfants tout ce qu’il y a de plus normaux!

      En en passant, Drobert, ce ne sont pas 15 enfants comme vous insinuez, mais entre 5 et 10, selon l’âge (5 en pouponière et on monte d’un enfant par tranche d’âge jusqu’à 10 chez les 5 ans). Demandez à nos grand-mère combien elles avaient d’enfant à surveiller, en plus des repas et du ménage (ce que les éducatrices n’ont pas besoin de faire).

      Il n’y a absolument rien de dégradant à être mère au foyer. Beaucoup de mes amies le sont, et c’est tout en leur honneur, car il faut parfois faire énormément de sacrifices. Mais des fois, les sacrifices sont vraiment trop lourds. On ne parle pas que du luxe, là, mais de besoins de base qui ne pourraient pas être comblés. Mon salaire est vital dans notre famille. Nous sommes pas mal en bas du revenu moyen. Et ma maison, c’est une vieille baraque centenaire qui me coûte moins cher d’hypothèque qu’un loyer!

      Ah oui, et pendant que mes filles vont au CPE en milieu de travail de mon hopital (ou je peux les visiter à ma guise durant mes pauses et que je reprend dans les 5 minutes suivant la fin de mon chiffre), je m’en vais m’occuper des vos vieux que vous “dumpez” dès qu’ils vous demandent un peu d’aide!

    • jean_saisrien le 11 février 2014 à 11h22.

      Racontez-nous ou donnez un lien, je sens que c’est passionnant!

    • @djobert

      je suis d’accord avec @jeanfranc. Votre expérience est positive, tant mieux. Mais il ne faut pas généraliser.
      je vous cite (djobert)
      “Ma mère étant au foyer, elle s’est occupée de moi, elle a mis du temps, et des efforts, pour me garder assis à la table pour faire mes devoirs et travaux avec moi, pour me discipliner. Et dans les années suivantes, jusqu’à l’obtention de mon baccalauréat, j’ai toujours été un des meilleurs de ma classe, à tous les niveaux.”
      Je pourrais dire exactement la même chose. Sauf que ma mère monoparentale travaillait 5 jours sur 7 (parfois plus).
      Certain parents font le sacrifice de la carrière pour leurs enfants, d’autres parents font les sacrifices ailleurs.

      Des parents qui travaillent et dont les enfants vont à la garderie, ce n’est pas automatiquement synonyme de parent qui se fout du développement de son enfant.

      donc oui, en tant que mère qui travaille, je capote un peu quand on me donne l’impression qu’on ne peut pas bien s’occuper de son enfant en travaillant. Car je sais que c’est faux et ça me fâche qu’on véhicule encore ce message.
      Dans la vie, rien n’est noir ou blanc… il faut savoir nuancer.

    • gv60 le 11 février 2014 à 12h20

      Seriez-vous plus sexiste que vous n’osez l’admettre? Vous semblez associer allaitement, mère et rôles sexué.

      Encore un peu et je vous soupconnerais d’associer femme et grossesse…

      Il me semble que la décision de recourrir aux garderies , pardon au Centre de la Petite Enfance en est une de couple, alors je m’explique mal pourquoi les femmes réagissent plus.

      N.b. Vous êtes prié d’activer votre détecteur à ironie.

    • @lynypixie

      Lol votre dernier paragraphe est “dans les dents”!!!!

    • On se rappelle que les garderies à 7 $ avaient notamment été créées pour combler la différence entre les enfants des milieux défavorisés et les autres au niveau de la stimulation – comme quoi, le fait d’être à la maison avec maman n’est pas une garantie de stimulation dans tous les milieux! Les études démontrent que cet objectif est atteint ; plus “choquant” encore, elles démontrent aussi que pour bien des enfants, avoir une mère qui travaille et qui peut leur offrir des activités stimulantes (genre, des sports de compétition!) est excellent pour le développement. Pourquoi ne peut-on pas accepter qu’il existe plus d’un modèle et que les parents font ce qu’ils considèrent être le mieux pour leur famille ?

      @needle. Vous soulevez un point important: c’est un mythe de croire que le modèle “père qui travaille, mère à la maison dévouée à son enfant” a été dominant dans l’Histoire. Les mère au foyer, comme vous le rappelez, contribuaient aussi au travail de la terre, aux corvées de la communauté, etc. Peu de gens savent également que dans les villes, beaucoup d’enfants étaient placés en nourrice pour permettre à leur mère de travailler. Alors non, l’humanité n’a pas survécu sur le seul modèle de la mère au foyer.

    • « La richesse illumine la médiocrité ». Les deux hommes qui ont lancé ce débat affligeant ont beaucoup d’argent. Trop pour ce qu’ils apportent à la société. Je serais curieuse de savoir combien de pères et de mères resteraient à la maison s’ils en avaient les moyens. Moi, la première. Et qui amèneraient ses enfants sur les pentes de ski si ce n’était pas si cher… moi, encore.
      @lynypixie je pense comme vous.

    • Je suis une maman de 2 enfants. Avant d’être maman, j’étais une conjointe. Avant d’être une conjointe, j’étais une femme qui a choisi délibérément de faire des études pour pratiquer un métier que j’adore. Dans un monde idéal, je m’occuperais de mes enfants à temps plein et je travaillerais encore à temps plein. Mais, comme le dit si bien l’expression, on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre. Il faut donc faire des choix, et ça, c’est très personnel. Qu’on arrête de juger tout un chacun pour les choix que nous faisons et qui nous appartiennent.

      Ma fille de 7 ans souhaite aller aux Jeux olympiques un jour… Elle pratique le patin artistique à raison de 3 fois par semaine depuis 2 ans. Avez-vous juste une petite idée des coûts que ça représente? On parle ici de 1000$ juste pour pouvoir patiner de septembre à mars… En plus, je dois payer un entraîneur 40$ de l’heure…

      Ah et il y a fiston aussi qui veut faire des activités, ce qui est très légitime. Plus raisonnable sans le savoir pour mon porte-feuille, il a choisi le soccer.

      Alors, oui, je vais continuer à travailler, non plus juste parce que j’aime mon travail, mais parce que je souhaite aussi accompagner mes enfants dans la réalisation de leurs rêves. Parce que c’est aussi ça être un parent présent, encourager nos enfants, les supporter à se réaliser, à être fier d’eux, à leur donner confiance en eux. Et c’est le choix que j’ai fait.

    • Si je peux me permettre, ma mère est restée à la maison pour ses 3 enfants. Dans mon cas, cela a été bénéfique mais pas à 100%. à la maternelle, j’étais timide et peu sociable. J’avais quelques amis, mais je ne savais pas comment me comporter en groupe, comment prendre ma place, etc.

      J’ai travaillé à temps partiel jusqu’à tout récemment, à la garderie mes enfants y allaient temps plein, mais avaient un horaire restreint, des journées “off” et je les accompagnais souvent aux sorties. Rendus au primaire, j’ai augmenté graduellement mes heures, et maintenant c’est le temps plein depuis qu’ils sont au milieu du primaire, avec un horaire stable et pas d’heures supplémentaires.

      À la garderie où ils sont allés, ils ont appris des tas de choses et l’art de vivre en groupe, de se faire des amis, de socialiser, ce que je n’avais pas. Quand je vois ma fille de 7 ans au parc faire la file pour jouer et jouer au hockey avec les grands garçons, je la trouve tellement courageuse et avec beaucoup de guts! Jamais je n’aurais été capable de lui inculquer cela!

      Si c’était à refaire, et si j’avais le choix, je ferais la même chose, ie temps partiel et garderie, avec horaire restreint pour les enfants.

    • Bien vivre avec un seul salaire n’est certe pas à la portée de tout les parents. Bien vivre et que la maman ou le papa s’épanouisse en consacrant la majorité de son temps à sa famille n’est certe pas à la portée de tout les enfants. Quand j’entends la mère, ou le père, dire qu’elle se sacrifie pour offrir ce qu’il y a de mieux à ses enfants en restant à la maison, je me demande bien comment les enfants perçoivent ce sacrifice. Certains sont faits pour rester à la maison et c’est tant mieux mais ce n’est pas à la portée de tous et chacun et ce même si on oublie le casse-tête monétaire.

      On n’a qu’à penser au parent qui s’ennuie tellement à la maison qui inscrit son enfant à TOUTES les activités possibles et impossibles: éveil à la musique, éveil à la lecture, natation, yoga, pré-patin,… Et en plus il faut visiter les expositions au musée pour les enfants, participer au différents festivals locaux,… N’importe quoi pour se sortir de la maison. pas une activité de temps en temps mais l’ensemble des activités.Pensez-vous que cet enfant sera équilibré?

      Que les 2 parents travaillent et laissent leurs enfants au CPE durant des heures raisonnables, je ne vois pas où est le problème. Les enfants apprennent à sociabiliser, à élargir leurs horizons. Et que le soir les parents passent du bon temps avec eux sans courir à gauche à droite dans des activités inutiles pour des enfants fréquentants les CPE. Pourquoi pas? Il faut une bonne dose d’énergie mais c’est parfaitement faisable. à preuve, c’est le quotidien de la très grande majorité des familles québécoises. On travaille, on passe du bon temps en famille, on participe à différentes activités une fois de temps en temps.

      Là où j’ai un problème, c’est quand les enfant arrivent au CPE à l’ouverture et repartent à la fermeture. Ce sont de très grosses journées pour de si petits enfants. Et là le niveau d’énergie baisse considérablement pour les enfants et les parents. Passer du bon temps ensemble le soir quand on a sa grosse journée dans le corps, jour après jour est quasi impossible, à moins d’être une superwomen.

    • Je vis dans une petite rue résidentielle d’un quartier développé il y a quelques années. Dans ma rue, presque toutes les maisons sont habitées par de jeunes familles, et il y a au moins 1 enfant d’âge préscolaire par famille.

      C’est une belle vie de quartier: les enfants jouent ensemble au parc ou à la maison, ils s’invitent à leurs fêtes d’anniversaire. Les parents se parlent, font du covoiturage, prennent une bière entre voisins, l’été, après le travail.

      Ce sont des familles aimantes, des familles dont les membres passent beaucoup de temps ensemble.

      Tous les enfants de ma rue, sans exception, ont été ou vont à la garderie.

    • Juste de même, Michael Phelps, le plus grand médaillé olympique de tous les temps, a été élevé par une mère divorcée et directrice d’école. Ses deux soeurs nageaient aussi.

      Ça doit avoir échappé à ce grand commentateur sportif qu’est Réjean Tremblay.

    • @doumguy 12h28

      Je n’ai pas de lien car ce sketch n’a jamais été diffusé parce que les 2 protagonistes en question n’ont pas voulu qu’il le soit.
      Les “victimes” devaient tous signer une “discharge” pour que les sketches soient diffusés.

      Aussi, je n’ai aucune preuve mais la personne qui m’a raconté cette histoire faisait partie de l’équipe de production et elle a été témoin de première ligne.

      Grosso modo, il s’agissait d’un sketch où Réjean T & Fabienne L étaient amenés à aller chercher un bureau chez un complice quelconque (j’ai oublié de qui il s’agit), rendus devant le bureau, une des deux victimes ouvrait le tiroir du haut pour y découvrir quelques billets de banque.
      Je vous laisse deviner la suite…

      En passant, Patrick Bourgeois fut aussi “victime” du même stratagème mais lui accepta que ce soit diffusé de par sa réaction TRÈS différente.

      Aussi, vous me croirez si vous voulez mais moi, je crois à 100% la personne qui m’a raconté le tout car elle était aux premières loges et que cette histoire me fut racontée bien avant que ces sketches ne soit diffusés… celui de Bourgeois en tous cas! :-)

    • C’est si facile de juger les parents qui décident d’envoyer leurs enfants en CPE! C’est si facile de leur dire quoi faire alors que l’on ne sait pas ce qui a poussé les parents à faire ce choix.

    • Bien sûr, il est toujours préférable de garder les enfants à la maison pour les asseoir devant Dora pendant toute la matinée, pour ensuite leur faire manger des croquettes de poule pané en forme d’animaux de ferme.

    • “Je me suis toujours demandé pourquoi concevoir un enfant et laisser la tâche à une personne de l’aimer et l’éduquer à ma place.”

      Euh…y’a une sacrée différente entre éduquer un enfant et le faire garder pendant qu’on va travailler! Ce sont deux missions différentes.

      Ensuite, vous me faites rire à idéaliser l’ancienne époque. Les mères au foyer s’occupaient de leurs enfants? Qu’elles passaient leurs journées à faire du bricolage avec leur marmaille, lire des histoire, leur apprendre des chansons…? Ha ha ha! Les mères de cette époque avaient 4, 5 ou 10 enfants et c’était davantage une entreprise qu’une famille. Les plus vieux s’occupaient des plus jeunes, ceux qui étaient capables de marcher devaient travailler sur la ferme familiale ou à la maison.

      Les mères s’occupaient du foyer, mais des enfants, pas tellement!! Eux, on les faisaient travailler!

    • “Certains sont faits pour rester à la maison et c’est tant mieux mais ce n’est pas à la portée de tous et chacun et ce même si on oublie le casse-tête monétaire.”

      J’ai un conjoint qui vient d’une famille aisée, donc sa mère était au foyer. Croyez-moi, il aurait donné n’importe quoi pour ne pas être pogné à la maison avec elle toute la journée. Une mère dépressive, autoritaire, qui détestait son statut de “housewife”, qui ne voulait faire AUCUNE activité avec ses fils, trop occupée à regarder les Feux de l’Amour, cuisiner et papoter avec la voisine…ses fils avaient à peine le droit de lui parler autrement c’était la claque. Ils étaient sous-stimulés (ne savaient pas s’habiller à 6 ans, etc.). Aujourd’hui mon conjoint n’adresse même plus la parole à sa mère, trop meurtri par le manque d’affection de celle-ci et l’ennui d’avoir été toute la journée à la maison au lieu d’un CPE où au moins, il aurait eu un peu de fun.

      Être mère au foyer ne signifie pas que tu fais ta job comme il faut…si c’est pour rejeter ton mal de vivre sur ton enfant, envoie-le plutôt à la garderie, au moins il sera stimulé.

    • @ hdufort

      Votre message est évidemment ironique. Est-ce que vous connaissez des gens qui font cela ?

    • @claude_lafreniere: Je suis d’accord avec vous qu’avant l’âge de 2 ans, un enfant est mieux chez lui que dans une garderie. Ce sont des bébés, et leur place est avec un parent. Les études dont vous faites référence sont tout à fait pertinentes.

      Sauf qu’on s’entend qu’après 2 ans, un enfant n’a pas besoin de passer ses journée complètes avec son parent. Ce n’est ni bon, ni mauvais, c’est juste pas forcément mieux ou pire.

      Et les soeurs Machin, bien elles ont été très privilégiées: un père avec un salaire élevé, une mère qui assumait totalement son statut de femme au foyer, qui s’impliquait dans l’éducation et l’entraînement de ses filles. C’est un sacrifice énorme de sa part, mais je suis certaine que même si cette dame avait choisi de travailler à temps plein, disons quand ses filles auraient eu 2 ans, elles auraient également eu une excellente éducation.

      Un enfant, même à la garderie, passe quand même beaucoup de temps avec ses parents (sauf cas extrême).

    • Si Réjean Tremblay avait écrit la même chose quand il était à La Presse, Martineau l’aurait fustigé. Maintenant qu’il travaille au ‘Ournal de Mourial, il n’a plus le choix de l’encenser. Ce sont juste de vieux mononcs dépassés par la réalité du 21ème siècle. Non, les dinosaures ne sont pas morts…

    • @john55
      Il y en a plus que vous pensez. Après la semaine de relâche scolaire, mon épouse, prof de maternelle, va leur demander “qu’avez-vous fait pendant les vacances ? Etes-vous sorti dehors ?” Le trois-quart diront qu’ils ont regardé la télé, joué au Xbox et pas sorti dehors.

      @insulaire_du_nord
      J’ai un collègue haïtien qui a joué pour le Manic au soccer. Il venait d’un milieu défavorisé.
      R. Tremblay est pas mal déconnecté et il m’a déjà coupé sur l’autoroute avec sa Mustang décapotable. Le canidé malpropre ;-)

    • Je ne suis pas nécessairement d’accord avec les propos de Réjean, mais pourquoi est-ce qu’à chaque fois qu’une personne de 60 ans fait un commentaire qui déplait aux plus jeunes, c’est automatiquement un vieux mononc dépassé ?

    • larousse_estdouce le 11 février 2014 à 15h05.

      Je suis parfaitement d’accord avec vous, il ne faut pas généraliser à partir d’un seul cas.

      Ce serait vraiment idiot de dire que toutes les femmes au travail envient les femmes qui restent à la maison, pendant que les mères au foyer sont toute jalouses des femme ayant une carrière.

    • JdM & TVA: Ces dépotoirs de “journalistes”…

      ..mais encore rien à côté de leur fleuron SUN News avec leur histoire de “foreign language” en parlant du français au CANADA !!!!!

    • @larousse_estdouce
      Vous avez bien raison. Même de mon côté, j’ai eu une bonne mère, aimante et dévouée, mais les standards de l’époque n’étaient pas les mêmes qu’aujourd’hui. Une bonne mère, c’était une mère qui savait “tenir maison”, dont les enfants étaient polis et propres, et qui savait consoler, encourager et punir. C’est pas trop mal vous allez me dire, mais disons que le “programme éducatif” était plutôt réduit, il faut bien l’admettre…

    • Monsieur Tramblay sait de quoi il parle, lui même a vécu l’abandon de sa mère à l’âge de 2 ans si je ne m’abuse. Cette abandon c’est transformé en névrose. Il a fait une psychanalyse pour essayer de comprendre.

      Mais bon, on sait tous que les mères québecoises aiment leurs enfants et que de ”domper” leur bébé en garderie n’est pas comme les abandonner …

    • J’ai 66 chandelles, et j’ai eu une maman, vous savez une MAMAN ,;la version haute gamme;pas une maman qui veut faire carrière et être reconnue par sa corporation,une maman toujours la, toujours prète à tout, moments difficiles et moments heureux maman est toujours la ,surveille corrige les situation pour que le bonheur soit présent, j’ai vu le bonheur avec cette maman,faut le faire.
      Je n’ai pas de critique pour les mamans d’aujourd’hui ,toutefois beaucoup de tristesse…..
      il faut maintenant choisir entre la maison 3 étages et la BMW ou le bébé.
      Choix difficile et le bébé est souvent le grand perdant.
      Comme je lisait récemment, Einstein à écrit que ‘nous produisions présentement une génération d’idiots’
      Triste prévision
      de toute facon,on va tous y passer ,quelques années sur terre en BMW; OU EST MON BÉBÉ!

    • @john55
      Parce que dans son cas à lui, ça fait 30 ans qu’il est dépassé. Sa série “Le Masque” c’était du jaunisme de bas étage. Ses séries Lance et Compte, du gros mélo dégoulinant et prévisible. Il avait assez souvent de bons points de vue dans ses chroniques sportives mais d’autres fois, c’était trop gros. On aurait dit qu’il cherchait juste à être différent des autres pour être différent.

    • SI les garderies à 5 et 7$ avaient existées au début des années 70 qui sait, Allan aurait pu devenir un excellent scénariste ou un bon écrivain même.

      Faut dire que même avec le pushing de son paternel, Allan n’a pu se démarquer dans la vie.

      Peut-être Est-ce l’absence du père qui a fait que le fils est simplement dans la norme et non un être d’exception.

      P.S. Je crois que tous ici ont deviné qui est le père d’Allan.

      G.Duquette

    • bonjour_vous:
      vous croyez sérieusement que la préposée qui s’occupe de vous à l’hopital se prommène en BMW, et qu’elle a une grosse baraque de 3 étages? Vous êtes tombés sur la tête, mon cher monsieur? Non, la préposée qui vous lave, vous aide à vous déplacer après votre opération à la hanche, vous apporte votre repas, vous apporte votre glace, vous encourage dans les moments plus difficiles, qui écoute vos récits… cette préposée là, elle pris le bon dieu de finir par trouver une maison pour ses enfants qui ne se trouve pas à 50km de son travail. Elle roule en voiture usagée qui a proche d’une décénie, quand ce n’est pas carrément en autobus, elle est toute énervée quand elle arrive à se payer quelques jours dans le Maine avec sa famille, elle achète à l’aubainerie et dans les outlets pour payer moins cher et fait son épicerie chez Maxi pour la comparaison de prix. Quand elle sort au resto, c’est parce qu’elle a trouvé un spécial sur Tuango ou Groupon.

      Après s’être occupé de ses patients toute la journée, épuisée, elle arrive à la garderie et reprend le sourire, parce que ses enfants n’ont pas à subir sa fatigue, et elle continue à s’occuper de ceux qu’elle aime, ceux pour qui elle sacrifie autant d’énergie. Elle joue un peu avec les enfants, fait le souper, aide aux devoirs des plus vieux, donne les bains, lis une histoire, chante une chanson, répond aux 2418736284 “pourquoi?”. Et en plus, elle doit aussi être une conjointe (vous savez de quoi je parle) et s’occuper de la maison entre temps.

      Alors quand elle se fait dire qu’elle “dompe” ses enfants au CPE pour se payer du luxe, la madame a le droit d’être insultée!

    • Selon la rumeur que je m’apprête à lancer, il parait que la femme de ménage et je jardinier du Régent dumpe leurs enfants à toué jours à garderie à 7$… sa bonne par contre les envoie dans une garderie privée, non-subventionnée… où les enfants préparent déjà la Yamîm haPûrîm ( ימי הפורים ). ;-)

    • @nathalie67 15h41

      Pfftt… qu’en savez-vous?
      En 67 tout était beau!

      C´était l´année d´l´amour, c´était l´année d´l´Expo
      Chacun son beau passeport avec une belle photo
      Nos parents avaient des fleurs d´in cheveux, faillait tu être niaiseux ?

    • @lynypixie

      Bonjourvous est peut-être un de ces mononcle qui vient de tomber dans une belle retraite dorée payée par lui, mais qui est aussi financée à même nos cotisations qui elles ne nous donneront pas le droit au même traitement.
      Je ne parle pas de bonjourvous ou du Régent DuTremblay mais de trop nombreux chialeux ont toujours tout eu, tout cuit dans le bec, sans qu’ils n’aient jamais eu besoin de revendiquer eux-même parce que d’autres le faisaient pour eux.
      Comme mon voisin d’en face qui est dans la ouate à la retraite depuis 10 ou 15 ans et qui chialait contre les o*tis de carré rouge…
      Du bien bizarre de monde…
      En passant, merci à ces préposées qui prennent soin de ces vieux cali..s qui engorgent nos hopitaux et qui nous font attendre des heures avec nos enfants… ceux-là même que l’on dumpe à garderie à 7$… ceux qui ont la chance d’avoir une place du moins ;-)))

    • @bonjourvous 19h23

      >>Comme je lisait récemment, Einstein à écrit que ‘nous produisions présentement une génération d’idiots’

      Ouin… comme il est né en 1879 et mort en 1955, vous êtes certain qu’il parlait de celle-ci? J’sais pas mais j’ai comme l’étrange impression qu’il parlait peut-être de la vôtre.

    • @lynypixie Merci pour votre réponse à bonjourvous. Comme un cri du coeur que j’aurais aimé écrire moi-même.

    • @lynypixie
      Merci pour cette super réponse à bonjourvous!!!

    • C’est drôle, mais pour moi, quand on parle des méchantes mamans qui travaillent… même si je fit dans le lot, j’ai toujours l’impression que c’est MA maman qu’on insulte. Et je n’aime pas qu’on insulte MA maman. Parce que j’ai eu une maman haut de gamme, moi aussi, figurez-vous. Une vraie de vraie. Qui était aimante et sévère en même temps. Qui a fait une maudite de bonne job dans l’éducation de ses 4 enfants. Qui s’est battue comme une lionne pour ses deux enfants qui avaient des difficultés d’apprentissage, qui a utilisé ses compétences d’enseignante pour leur donner à la maison toute l’aide dont ils avaient besoin pour réussir. Qui nous a transmis un paquet de belles valeurs et qui nous a permis de vivre des tas de belles expériences. Qui nous a chacun accompagné dans nos défis et nos aspirations. Une maman en or. Qui travaillait et qui aimait son travail… son autre grande passion après ses enfants. Aujourd’hui, elle est retraitée depuis plus de 15 ans… elle donne encore énormément à ses enfants et à ses petits enfants, et elle garde de sa carrière non seulement de bons souvenirs, mais aussi plusieurs liens d’amitié. Elle s’intéresse toujours au parcours scolaire de ses petits enfants et offre de l’aide aux devoirs à sa petite voisine qui a, elle aussi, des difficultés d’apprentissage. Et elle s’occupe à temps pleins de ma grand-mère qui vit avec elle en plus de s’impliquer dans un groupe qui protège les droits des ainés et qui milite pour l’accessibilité des soins à domicile. Est-ce que c’est le portrait d’une personne égoïste, ça???

      J’ai été un bébé garderie. Une garderie qui ne serait même pas légale aujourd’hui parce que madame Jeanne gardait parfois jusqu’à 12 enfants, parce qu’en 76 personne ne s’inquiétait des ratios. Et dès l’âge de 3 mois parce qu’en 1976, le congé de maternité n’existait pas. Quand j’entends qu’on “scrappe” les enfants en les envoyant à la garderie, je ne suis pas insultée pour mes filles, je suis insultée pour moi. Je ne me trouve pas “scrappe”. Je me trouve bien chanceuse et très privilégiée d’avoir grandit dans la ouate. J’ai eu une enfance heureuse. Je n’ai jamais manqué de rien et surtout pas d’amour.

      Mais bon… c’est vrai que je n’ai pas fait les olympiques…

    • @lynypixie

      Mille excuses , mon intention n’était pas de vous insulter, loin de la.
      Mon texte est seulement une réflexion spontanée sur la vie des mamans d’aujourd’hui.
      Je suis conscient des horaires et défis que vous surmontez quotidiennement.
      Vos rythmes de vie s’accélèrent de jours en jours depuis des années, ca va craquer un jour ou l’autre si vous ne réagissez pas!
      ”On ne dois pas conduire sa vie plus rapidement que notre ange peut voler”.
      il va se décourager.

      ”Comme un cri du coeur….”, il y a du malheur derrière ce petit bout de phrase. Il faut changer votre rythme de vie, car les 20 à 30 prochaines années de votre vie seront toujours difficiles.

      ”Faites que vos rêves dévorent votre vie afin que la vie ne dévore pas vos rêves” disait-il!

      Pour moi les mots plaisir et joie sont très différents.

      bonjour.

    • @jean_saisrien

      Petit poème rafraichissant

      Évidemment
      en ce moment
      pendant que j’ai mon clavier sous mes doigts
      je n’ai pas mon bébé dans mes bras………..

    • @bonjourvous 09h41

      Vous excuserez le fait que je ne comprends pas trop votre poésie…

    • D’accord avec John55, a quand la fin du règne de la pensée féministe unique?

    • @bonjourvous

      Je ne fais pas pitié et nous sommes très heureux dans notre situation. À bout de souffle, oui, mais heureux. Je dirais même que je suis privilégiée, car dans ma situation, j’ai la chance de travailler à temps partiel et passer plus de temps avec mes enfants, tout en ayant les moyens de profiter de ce temps. (mais bon, je vais toujours trop travailler pour ceux qui ne dérogent pas)
      Et si je me fie aux mamans à la maison de mon entourage, elles sont aussi régulièrement à bout de souffle, mais pour des raisons différentes, tout simplement. Il n’y a aucune solution homogène pour tout le monde quand il s’agit d’élever nos enfants. La grande majorité des parents font du mieux qu’ils peuvent avec les moyens du bord.

      Je reviens justement de mon CPE pour l’évaluation de ma petite dernière (oui, on a un genre de feuille de route qui nous sert un peu de guide à savoir ce qui va bien et ce qu’on doit travailler), et aux dernières nouvelles, son développement affectif est tout à fait normal.

    • @jean_saisrien

      ne vous inquiétez pas, c’est normal.

      tout s’explique
      en lisant votre adresse électronique!

      on est toujours l’idiot de quelqu’un
      comprenez- vous celle l’a?

      Sinon, les inscriptions au CEGEP reprennent bientôt
      faut pas rater l’occasion.

      Vous semblez avoir beaucoup de temps libres.
      Il faut gagner des sous et préparer sa pension.

      allez…allez

    • @bonjourvous

      Faites-moi plaisir et ayez au moins une pensée pour moi quand vous encaisserez votre prochain chèque de la Régie des rentes. Parce que ce sont des mamans au travail comme moi qui font en sorte que vous êtes capable de le recevoir encore.

      Je comprends que vous ayez la nostalgie du bon vieux temps, c’est propre aux gens de votre génération. Mais de grâce, gardez-vous une petite gène avec vos histoires de VRAIES MAMANS en lettres majuscules parce que ce sont en bonne partie les gens de votre génération qui nous ont plongés dans le gouffre financier que nous connaissons actuellement.

      Vous avez pu prendre votre retraite à 58-59 ans vous ? Ben moi, je pourrai pas parce que vous siphonnez allègrement NOTRE régime de retraite déficitaire.

      Alors moi, les grands discours moralisateurs avec les mots ange, joie, rêves, ça me fout en rogne. Parce que les mots qui mènent MA vie c’est: factures de dentiste (c’était gratis dans votre temps pour les enfants), bottes d’hiver et chauffe-eau qui coule.

      Et si vous voulez nous aider, allez donc à la banque et à la pharmacie à un autre moment que sur l’heure du dîner. On n’a pas juste ça à faire nous.

    • @hibouxdoux
      A quand la fin de la pensée unique qui dit qu’il y une pensée féministe unique ?
      Il y en a plein de discours. Ca va de l’extrème au très nuancé. Il faut juste écouter.

    • De toute manière pour répondre à Réjean Tremblay, il suffit d’aller voir le coût du ski acrobatique pour comprendre que ça prend deux salaires ou un méchant bon salaire pour payer cela à nos enfants. Ce n’est pas à la portée de tous malheureusement!
      Les familles vont payer l’épicerie avec de bons fruits et légumes avant d’inscrire son enfant au ski acrobatique.

    • @bonjourvous 10h51
      >>tout s’explique en lisant votre adresse électronique!
      Vous voulez dire pseudo j’imagine…

      >>on est toujours l’idiot de quelqu’un comprenez- vous celle l’a?
      Celle-là… oui je la comprends.

      >>Sinon, les inscriptions au CEGEP reprennent bientôt faut pas rater l’occasion.
      Ouin ben… ce fut une belle époque mais pour moi depuis longtemps révolue.

      >>Vous semblez avoir beaucoup de temps libres.
      Ben… rendu à mon age on en a plus qu’on en a déjà eu…
      Mes enfants sont rendus grand et ils ne me demandent plus autant de temps qu’avant…
      Aussi, quand j’ai fait mes 37.5+h au bureau, ça me laisse un peu de temps en effet…

      >>Il faut gagner des sous et préparer sa pension.
      Certes il me faut le faire, car, contrairement à certaines gens de la génération qui me précède: il me faut gagner chaque sous qui contribuera à ma retraite… et je fais ce que je peux, quand je le peux.

      Aussi, sachez que je ne m’en prenait pas vraiment à vous personnellement mais comme je le disais, beaucoup de gens de votre génération sont complétement déconnectés de la réalité des travailleurs d’aujourd’hui… et certains émettent des opinions qui prouvent à quel point ils le sont.
      Aussi, que ça vous plaise ou non, sachez que les “jeunes” d’aujourd’hui sont pas mal plus et mieux informés que jamais auparavant: on apprend plus sur les “zintenets” que dans n’importe quelle église.

    • @lynypixie

      Bien content de vous relire.

      Vous savez je suis un tout nouveau participant à un blogue.
      Débuts difficiles, je réalise ,à mon age, qu’il y a seulement
      deux attitudes possibles ici : on est pour ou on est contre quelque chose.
      J’savais pas ca moi, pas facile à vivre. Je ne suis pas comme cela.
      Insulter des gens que je ne connais même pas, je ne suis pas capable.

      Ca rend malheureux; beaucoup trop de candidats au malheur en ligne.
      alors je termine ici ma carrière de participant à un blogue.
      C’est malsain pour la santé long terme, voyez-vous.

      Par vos mots je suis certain que vous êtes une bonne maman,
      pas de doute.

      Dans la vie

    • Moi je n’en sais rien, mais est-il possible qu’avant d’être un vieux malcommode, on soit un jeune malcommode?

      Est-il possible qu’avant d’être un vieux cali..s nécéssitant des soins, on soit un jeune chialeux qui regarde tout à partir de la perspective de son nombril?

      Est-il possible que celui qui chialait il y a quelques mois au sujet des carrés rouge sera inévitablement remplacé dans son chialage auprès des étudiant par des plus jeunes que lui dès qu’il passera à l’étape suivante? Que cette étape soit la retraite, la résidence pour ainés, ou le cimetière?

      On a beau vouloir en faire une histoire générationnelle, moi je pense que la nature des êtres ne change pas selon qu’ils sont d’une génération ou d’une autre, mais plutôt que cette nature change selon les saison de la vie que les êtres traversent.

      Des réjean Tremblay il y en a eu, il y en a et il y en aura… Des fins, des pas fins, des égoistes et des généreux aussi.

      Serait-il surprenant qu’il en aille de même pour les parents? Des aimants… Des dompeux…

    • @jean_saisrien

      Merci de votre réponse.
      Je termine ici ma carrière de participant à un bogue.
      C’est assez difficile.
      Je croyais pouvoir partager des idées et étendre ma compréhension des choses;
      en jasant avec les autres; mais je réalise que je n’ai pas la bonne méthode.

      Alors , soyez heureux.
      oubliez-moi!

    • Bonvousjour cher monsieur,

      Vous savez, il arrive à tous d’être parfois insensible ou inconscient des malheurs et des problèmes des autres.

      Il arrive à tous de juger trop rapidement, trop sévèrement et trop facilement…

      Je vois par votre réponse à lynypixie que vous avez réalisé quelque peu votre erreur et c’est tout à votre honneur.

      Aussi, sachez que sur les blogues la nuance est toujours profitable pour tous, nuance dans l’expression mais aussi nuance dans la compréhension.

      Bonne journée à vous chez monsieur et au plaisir de vous relire.

    • insulaire-du-nord le 12 février 2014 à 10h56

      Êtes vous bien au fait du fonctionnement de la RRQ? Du RPC?

      Ne pensez-vous pas que les cotisations de m.bonjourvous ont quelque chose à voir avec son prochain chèque de la Régie des rentes? Comme vos cotisations pourraient un jour avoir un lointain lien avec les chèques que vous recevrez?

      Soyez un peu patiente, vous connaitrez la nostalgie vous aussi, vous aussi connaitrez la joie de recevoir les reproches que vous adressez aujourd’hui avec un certain étonnement puisque vous aurez la certitude d’avoir pourtant fait de votre mieux pendant tout ce temp.

      Et qui sait, peut-être qu’un jour vous serez à la pharmacie pour soigner votre conjoint et que ce faisant vous serez dans les jambes d’une travailleuse pressé de passer à la banque et à la pharmacie durant son heure de dîner. Peut-être qu’à ce moment vous trouverez que les soins de votre conjoint qui aura travaillé et payé des impôts pendant 45 ans n’ont pas à cèder le pas à qui que ce soit.

      Je dis ça de même…

    • @insulaire-du-nord

      Vous vous trompez, j’ai pris ma retraite à 54 ans.

      Pour réussir, il faut éviter le mot ”PETRAIN” dans sa vie.

      PET: ne pas péter plus haut que le trou!

      TRAIN: ne pas vivre au dessus de ses revenus!

      Pas très facile à vivre aujourd’hui.

    • Il me semble que m. bonjourvous n’a pas insulté personne. J’ai beau relire son intervention du 11 février 2014 à 19h23 je n’y vois rien qui ressemble à un reproche adressé à qui que ce soit en particulier…

      Quelqu’un peut-il me dire quel est son erreur? En quoi il aurait jugé quelqu’un?

      Ou donc est le mal de donner son point de vue, ses observations à partir de son expérience?
      Il me semble normal qu’une multitude d’expériences entraine une multitude d’opinions.

      Est-ce qu’on va reprocher aux gens de 65 ans d’être née dans les années 40? D’avoir investi le marché du travail dans les années 60? D’avoir éduqué leurs familles dans les années 70? De se retirer dans les années 2010 et d’être vieux dans les années 2030?

      Ça n’a aucun sens.

    • @insulaire-du-nord

      En effet,je dois vous informer qu’à la retraite, recevoir la RRQ prouve par le fait même que vous avez travaillé dans votre vie, c’est pas plus compliqué que cela, vous l’avez accumulé,pas volé, faut le faire ,c’est pas un cadeau de personne, détrompez-vous.

      deuxièmement, passé un certain revenu annuel vous ne recevez pas le fameux chèque du Fédéral, c’est zéro sous!, toute une nouvelle pour vous hein!?

      moi aussi , depuis 46 ans je fais et paie des impôts,
      d’autres font leurs rapports annuels et retire des impôts, c’est très différent, voyez-vous.

      À leur retraite ils auront les deux chèques eux,
      choisissez: la retraite à 54 ou celle à 67.

      bonne chance et courage.

      de toute facon!

    • bonjourvous

      Pour une première expérience, vous êtes tombé sur un sujet qui fait grimper aux rideaux. C’était beaucoup plus détendu avec les paniers d’épicerie.

      C’est ma première semaine. Je lisais à l’occasion pendant ma pose et un sujet m’a touché plus particulièrement.

      Nous sommes une société multiculturelle et aussi multi-âge. Chacun peut exprimer son point de vue sans dérapage. Du mois c’est à espérer. Pour ceux qu dépassent les limites, il y a un modérateur.

      Je n’ai pas souvent la possibilité de vraiment répondre aux différents intervenants. Les poses ne durent pas éternellement. J’aurai possiblement plus de temps à ma retraite. Le plus loin possible; du moins je l’espère.

    • @doumguy

      Ouais, j’aurai besoin des plus jeunes quand je serai vieille mais je prie Dieu de ne pas me mettre à dire que c’était tellement plusse mieux dans mon temps et à juger les autres sur une question aussi sensible que l’éducation des enfants. Désolée, mais me faire dire que je ne suis pas une maman haut de gamme parce que je dois travailler pour les faire vivre, c’est une insulte, pas une opinion.

      Et oui, je connais le fonctionnement de la RRQ. Et si vous pensez que la piasse perçue est la même que la piasse versée, c’est vous qui devriez vous renseigner.

    • @doumguy

      J’ai pas le temps de fournir des informations très détaillées (et nous sommes un peu hors sujet) mais cette pharase d’un reportage de la Presse Affaires publié il y a quelques jours résume assez bien la situation:

      “Déjà, on sait que les jeunes vont verser des cotisations trois fois plus élevées à la Régie des rentes du Québec, leur vie durant, notamment parce que les boomers qui les ont précédés ont sous-cotisé pendant le plus clair de leur carrière.”

      Voilà.

    • @insulaire-du-nord

      Écoutez
      si je vous dis que ”le pâté à la viande de ma mère était le meilleur au monde”
      mon but n’est pas d’insulter les autres mères, car vous aussi pouvez dire que
      ”le pâté à la viande de ma mère était le meilleur”, et c’est vrai aussi.

      Simplement, partager un bout de vie, peut aider à vivre mieux l’autre bout à venir.

    • @jo_fields

      en effet, territoire miné
      je vais essayer encore un peut.

    • Insulaire-du-nord.
      Le travail entre la piasse perçu et la piasse versé, c’est le job du gestionnaire de compte.
      La sous cotisation dont vous parlez quand à elle me fait horriblement douter du travail des actuaires.

      Il reste à souhaiter que vous et moi soyons meilleurs dans notre travail que les actuaire et les gestionnaire du portefeuille de la RRQ dans les leurs.

      Pour ce qui est des mamans haut de gamme, il semble que m. bonjourvous estime que la sienne en était une, dans les années 40, madame maman bonjourvous était une mère de son époque (avec les contexte et les réalités contemporaine au années 40). M. bonjourvous semble avoir été très satisfait de sa maman haut de gamme et je suis certain, absolument certain que dans son quartier il y avait des petits hellotoi qui à cette même époque ont été moins chanceux et ont eu des mamans moyen de gamme. Et bien que ce soit navrant il y avait sans doute quelques jeunes salutlagang qui ont tombé par malheur sur une maman bas de gamme.

      insulaire-du-nord, dans votre réalité 2014, vous vous démenez pour être une maman haut de gamme, parfait, ne vous sentez pas attaqué, jugé ou méprisé et garder votre cap, ce serait futile.

    • L’augmentation des cotisations à la RRQ n’est pas due qu’à une mauvaise évaluation actuarielle. Plusieurs boomers (comme notre ami bonjourvous) ont pris leur retraite à la mi-cinquantaine et ont donc cessé de cotiser à cet âge. Comme leur espérance de vie approche les 80 ans, ils n’auront contribué qu’à une infime partie de ce qu’ils recevront de la RRQ.

      Qui épongera le déficit ? C’est vous et moi.

      Le rapport avec le sujet du jour ? Le maudit argent. Parce qu’en plus de se faire juger sur le fait qu’on est mamans et qu’on travaille, personne ne semble reconnaître notre apport à l’économie.

      Mais bon, je ne demande pas de gratitude. Je voudrais juste qu’on me fiche la paix et qu’on arrête de classer les mères comme étant haut de gamme ou bas de gamme.

      J’ai peut-être l’épiderme sensible sur cette question parce que, petite tranche de vie, j’ai eu une mère à la maison qui nous servait des repas en conserve, qui ne jouait jamais avec nous et qui passait son temps devant la télé à fumer des cigarettes. Alors j’en ai plein mon casse des généralisations.

      Je vous quitte là-dessus, j’ai une réunion de parents.

    • “Bien sûr, quand les garderies et les CPE ont été créés, ce ne sont pas les femmes qui ont pu investir massivement le marché du travail.”

      C’est un mythe que les femmes ont eu massivement accès au marché du travail grâce au CPE. On observe la même augmentation du taux d’emploi chez les femmes dans les autres provinces canadiennes, parfois même plus qu’au Québec.

      Alors, en ce sens, non, je ne vois pas le problème avec le commentaire de Réjean Tremblay.

    • En mettant la RRQ de côté, car c’est réellement un tout autre débat, ce qui serait catastrophique si les mamans étaient toutes à la maison, même si c’est juste les premières années de vie, c’est le manque cruel de main d’oeuvre qu’il y aurait.

      Imaginez, avec la population vieillissante, le manque d’infirmières, préposées, technicennes, inhalo ect….
      Imaginez le manque de professeurs pour nos enfants.
      Le manque de spécialistes du développement. (ortho, physios, ergo…)

      Ces métiers sont principalement occupés par des femmes. Il ne manque pas du tout de job dans ces branches, au contraire.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    février 2014
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    2425262728  
  • Archives

  • publicité