La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 22 janvier 2014 | Mise en ligne à 10h10 | Commenter Commentaires (53)

    En avoir ou pas

    aaaaoprah

    Dans une entrevue récente au Hollywood Reporter, Oprah racontait qu’aussi loin qu’elle se souvienne, elle n’avait jamais eu la fibre maternelle.

    Pour l’illustrer, elle racontait qu’à l’adolescence, pendant que sa meilleure amie rêvait aux prénoms qu’elle allait donner à ses futurs enfants, Oprah, elle, était déjà ailleurs. Elle rêvait d’être Martin Luther King.

    Il n’en fallait pas plus pour enflammer le web et pour lancer le débat dans toutes les directions (ce qui arrive « parfois » aussi dans La mère blogue !) Qu’est-ce que cette femme qui n’a jamais voulu avoir des enfants? Allègue-t-elle qu’il est plus louable de faire carrière que d’être mère? Pense-t-elle que la maternité empêche une femme de réussir de grandes choses dans sa vie professionnelle? Une petite citation comme cela et voilà les insécurités de chacun (chacune?) qui remontent à la surface.

    Rêver de devenir Martin Luther King, n’est-ce pas acceptable? Ne peut-on pas être tout à fait heureux, sans enfant?

    Une étude de la Open University, qu’évoquait cette semaine le quotidien britannique The Telegraph, est éclairante à ce sujet. Au terme d’entrevues auprès de 4494 personnes, les chercheurs concluent que les couples sans enfant ont une vie amoureuse plus épanouie.

    Cependant, quand les chercheurs ont demandé aux répondants de dire à quel point ils étaient satisfaits de leur vie en général, les mères sont celles qui se sont donné les meilleures notes tandis que celles qui n’avaient pas d’enfant se montraient les moins heureuses. À l’inverse, les hommes sans enfant étaient légèrement plus heureux que les pères.


    • Sujet chaud, ca sent la dérape… Bonne chance au modérateur.

    • Une femme a très bien le droit de ne pas vouloir d’enfants et c’est tant mieux si elle n’en a pas…. il y en a tellement qui en ont et qui n’auraient pas dûes

    • C`est un faux débat qui en réalité fait l`affaire des lobbies de la maternité et personne d`autre.
      On ne se questionne plus sur ce qui fait que des gens aient une attirance pour des conjoints du même sexe qu`eux mais on remet en question la normalité d`une femme qui n`a pas l`instinct maternel dans les veines ? Et non ce n`est pas non plus nécéssairement par SACRIFICE professionnel. C`est comme ca c`est tout.

      C`est une drole d`enquête parce que c`est traité comme si c`était des choix que le monde fait. Le choix de ne pas avoir d`enfants, le choix de rester célibataire, le choix d`être pauvre ou le choix d`être heureux. Vu dans cette optique tu peux bien interpreter les résultats comme tu veux mais dans la réalité il n`y a pas de tengeante ou de conclusions valable à en extirper.

      Pensez vous que Martin Luther King voulait vraiment devenir ce qu`il est devenu ?

    • Qu’une femme qui ne se sent pas “la fibre maternelle” décide de ne pas avoir d’enfant, me semble la meilleure décision qu’elle puisse prendre pour elle! En effet, avoir des enfants demande beaucoup de sacrifices, donc il faut être prête à s’investir. J’ai deux enfants, désirées, aimées et choyées, et même si je n’imagine pas ma vie sans elles et tout ce qu’elles m’apportent et même si elles ont changé ma vie totalement (pour le mieux dans mon cas!), je suis consciente que ce n’est pas toutes les femmes qui sont faites pour ça. En fait, vaut mieux une femme qui se rend compte que la maternité ce n’est pas pour elle qu’une autre qui avoue à 50-60 ans qu’elle n’était finalement pas faite pour être mère! Ouch! que ça doit faire mal à un enfant (même devenu adulte) d’entendre ça!!!

    • Matin Luther King avait 4 enfants.

      Adolescente, je voulais être Marie Curie et avoir 3 enfants (même si la VRAIE Marie Curie n’en avait eu que 2). Je ne suis pas devenue Marie Curie… je n’ai même jamais gagné de prix Nobel de rien… et j’ai juste eu 2 enfants. Pas déçue pour 5 cennes; j’aime ma vie. C’est ça l’important, non?

      Chacuns ses rêves dans la vie… je suis qui pour critiquer les rêves et aspirations de tout un chacun?!? L’important c’est d’avoir un but dans la vie. Tant mieux si Oprah en avait un… et puis il y a bien assez d’enfants sur la planète sans qu’on mette de la pression sur les femmes qui ne veulent pas être mères pour en faire elles aussi!

    • C’est tellement un choix personnel!!! De nos jours, il y a la possibilité de faire faire ce choix, alors, tant mieux ! Il n’y a plus un seul moule qu’on peut suivre.

      Quant à l’étude, je crois que c’est normal d’avoir une vie amoureuse plus épanouie lorsque tu es sans enfant puisque ta vie tourne autour du couple. Lorsqu’un enfant arrive, le couple devient une famille et les priorités changent. Pour avoir une vie amoureuse épanouie avec des enfants, il vaut y mettre de l’effort. On s’entend que les sorties, les relations intimes et même juste les moments entre amoureux doivent être planifié. Adieux la spontanéité.

    • Cette femme a probablement fait plus de bien a bien des enfants que certaines femmes (puisqu’il est question de femmes) n’en ont fait à leurs propres enfants.

      Il faut reconnaître ce qu’on peut et ne peut pas faire.

    • Si Oprah avait eu des enfants, trois possibilités :

      1-soit sa merveilleuse carrière qui a aidé des millions de gens aurait été beaucoup moins productive,
      2-soit ses enfants auraient étés carencés affectivement,
      3-soit les deux.

      La conciliation travail-famille pour la très grande majorité des gens ça ne peut pas fonctionner.
      Pourquoi ?
      Parce qu’être parent c’est un emploi à plein temps et qu’avoir une carrière c’est un emploi à plein temps aussi.

      Et faire deux emplois à plein temps en même temps c’est tout simplement une impossibilité logique.

    • D’après moi une femme a le droit de choisir de la vie qu’elle veut. Un enfant est la plus belle chose au monde.
      Certaines femmes voudraient avoir ce don mais malheureusement elles ne peuvent pas.

      Mais cela dépend aussi du moyen de vie que la femme a, si elle ne peut pas bien s’occuper de l’enfant ou elle ne sent pas prête le mieux est de ne en faire comme ça cela lui permettra d’avoir une plus belle vie sans problème et malheur.

    • Le choix d’avoir un enfant ou pas, est un choix libre,c’est un choix que le couple fait. Ils feront sûrement ce choix parce qu’ils savent les conséquences. Personnellement, j’aimerais pas avoir d’enfants, car je pense que ça va m’arrêter d’accomplir mon rêve. Je pense que personne devrait critiquer le choix d’avoir des enfants ou pas, c’est un sujet très délicat et personnel.

    • Mme Oprah aurait été plus crédible l’ayant dit plus tôt !
      Affirmer cela à son âge ne fait-il pas d’elle une Renarde Gasconne ou Normande?

      “Certain Renard Gascon, d’autres disent Normand,
      Mourant presque de faim, vit au haut d’une treille
      Des Raisins mûrs apparemment,
      Et couverts d’une peau vermeille.
      Le galand en eût fait volontiers un repas ;
      Mais comme il n’y pouvait atteindre
      Ils sont trop verts, dit-il, et bons pour des goujats.
      Fit-il pas mieux que de se plaindre ?”

      Jean de la Fontaine

    • Pourquoi ce sont toujours les femmes qui subissent ce genre de procès? Elles se font traiter d’égoïstes quand elles n’en veulent pas, elles se font traiter d’égoïstes quand elles persévèrent à la clinique d’infertilité pour en avoir un, elles se font blâmer pour le faible taux de natalité et maintenant elles subissent des pressions pour démarrer leur famille plus tôt… http://www.telegraph.co.uk/women/womens-health/10300708/Dont-leave-babies-until-your-thirties-women-are-told.html

      Et les hommes, eux? Ne serait-il pas temps de les « griller », eux aussi, à propos de leur désir d’enfant? Je n’ai jamais parler pour la première fois d’un homme qui a a affirmé ne pas vouloir d’enfants et s’être fait aussitôt sermonner par les gens autour : « Tu n’as pas peur de le regretter? » «Ça va venir. » « Tu passe à côté de quelque chose d’important. » Mais les femmes qui osent le dire, par contre, ça leur arrive souvent!

    • La vie sans faire d’enfants est inutile.
      Notre être tout entier est fait pour avoir des enfants et en prendre soins.
      Quelqu’un qui n’a pas d’enfant, ne peut pas être heureux pleinement.
      La seconde qu’on ferme les yeux pour l’éternité, tout le reste est éphémère, seul les enfants comptent.

      Je comprends et accepte le fait d’une femme n’aille pas d’enfant mais elle ne pourra jamais être 100% heureuse et va toujours avoir un doute qu’elle passe a coté de quelque de merveilleux et vital.

    • @ PallasAthena

      Pourquoi ?

      Parce qu’au Québec ce sont les femmes qui imposent aux hommes d’avoir des enfants ou de s’en priver.

      Jamais l’inverse.

    • Il y a déjà trop d’humains sur la planète… Ma conjointe et moi allons faire notre part. Nous ne voulons pas d’enfants. C’est un choix de vie. Avoir des enfants, ca vous apporte sur un chemin émotionnel qui peut être formidable… ou cauchemardesque.
      Nous avons choisi de pouvoir faire ce qu’on veut, quand on veut, à tous les jours. Nous avons décidé de piloter des voitures de luxe, de fréqenter des bons restaurants, d’être libre tout le temps, de voyager partout, d’être imprévisible… et tout ca, sans devoir s’endetter. Nous n’avons pas assez d’une vie pour visiter tous les endroits qui méritent d’être vu.
      Allons-nous regretter lorsque nous aurons 60 ans? Nous ne croyons pas. Nous sommes une grande famille et nous aimons gâter les enfants des autres. Nous serons bien entouré… et libre!

    • @daigneau

      C’est pas très loin d’une citation de GoT…

    • @lesteurbipersonne : Jamais l’inverse?!? Vous n’avez pas idée du nombre d’hommes qui disent « mais oui, chérie, j’en veux », mais qui retardent indéfiniment le moment de démarrer une famille.
      Quant aux hommes qui imposent des maternités multiples à leur épouse, allez poser des questions dans les communautés culturelles, vous allez trouvez des cas qui démentent votre affirmation avec éclat.

      Ça vous écœure? Alors achetez vos propres condoms, militez pour avoir votre propre pilule ou faites-vous faire une vasectomie et assumez-la, au lieu de faire porter aux femmes toute la responsabilité de la contraception. Et surtout, soyez honnête lorsque vous rencontrez quelqu’un. Ne lui dites pas « oui j’en veux » alors que c’est un mensonge!

    • @justanopinion : Tant mieux si vous et votre conjointe êtes sur la même longueur d’ondes. De toute façon, quand on ne veut pas avoir d’enfants, aussi bien ne pas en faire… et il y a plein d’autres façons de contribuer à la société. Déjà de gâter les enfants des autres en est une. Après tout, ne dit-on pas que ça prend un village pour élever des enfants? :-)

    • @ PallasAthena

      Au Québec c’est très facile pour une femme qui veut des enfants de faire des trous dans les condoms du gars qui veut pas avoir d’enfants.
      Jamais un tribunal ne lui en tiendra rigueur et le gars sera obligé de payer même si on a violé son choix d’être sans enfants.

      Et puis une femme peut facilement aussi se faire faire des enfants par un autre et obliger le gars à croire que c’est lui le père biologique comme dans le cas tragique de ce monsieur :

      http://www.journaldemontreal.com/2013/02/05/une-pension-alimentaire-a-payer

    • @PallasAthena: En effet, on sous-estime beaucoup à quel point il est important – et utile pour leurs parents – que l’on soit proche des enfants des autres, que l’on s’occupe d’eux: les neveux, les enfants des amis, notamment.

    • @daigneau Je vis une vie inutile, mais je suis totelement heureuse de mon choix de ne pas avoir d’enfant. C’est un choix de vie. Dans mon cas, je n’ai jamais eu le désir d’être mère c’est tout. Je n’allais sûrement pas avoir des enfants seulement pour me conformer au modèle typique et faire plaisir à Pierre, Jean, Jacques. Je ne suis pas carriériste non plus. Je désire vivre ma vie à fond et n’avoir aucun regret. Cette vie est sans enfant pour moi. Avant de nous marier, mon mari et moi en avons discuté franchement. Nous sommes mariés depuis près de vingt ans et sommes très heureux. Je ne changerais pas de vie avec personne. Presque toutes mes amies ont des enfants et je suis très contentes pour elles, parce c’est ce qu’elles voulaient. Ne jugez pas les autres selon vos propres valeurs. Au moins à rendue à mon âge, je n’ai plus de question à ce sujet ou des commentaires désobligeants.

    • Personnellement, j’ai toujours su que je voulais des enfants et une carrière intéressante. Et non, il n’est pas impossible de faire les deux en harmonie, ça fait des enfants plus indépendants et entiers. Et une maison mieux organisée où tout le monde met la main à la pâte.

      Et les hommes et femmes qui ne ressentent pas ce besoin, c’est tout à fait correct aussi! Vos contributions seront ailleurs, et c’est tout, n’en déplaise aux daigneau et lesteurbipersonne (pffft!) de ce monde! On ne peut certainement pas reprocher à Oprah son manque d’utilité sur la planète!

    • @PallasAthena : Au Québec, les hommes se font constamment critiquer pour tout. L’homme qui ne veut pas d’enfant se fait traiter d’égoïste. Qu’est-ce qui vous semble le pire? Se faire ouvertement insulter et mépriser ou se faire dire avec compassion “tu n’as pas peur de le regretter”?

      Quant à la contraception, ce ne sont pas les hommes qui tombent enceintes, il est donc logique de dire que ce n’est pas à eux de l’assumer. Mais voilà, au Québec il est normal de considérer que les hommes doivent être au service des femmes. Alors même si ce sont les femmes qui tombent enceintes, la société (la loi) considère que c’est quand même aux hommes de l’assumer.

      Un petit détail amusant illustre parfaitement la relation homme-femme. On considère que c’est à l’homme de baisser le siège des toilettes afin d’éviter à sa femme de le faire et s’il ne le fait pas on lui envoie de petites flèches pour bien l’éduquer. Je n’ai jamais entendu une femme se faire critiquer parce qu’elle ne pensait pas à lever le siège une fois qu’elle avait fini.

    • @lesteurbipersonne : Puisque vous m’avez lue en diagonale, je vais copier-coller quelques conseils que vous avez sautés :
      - militez pour avoir votre propre pilule, et j’ajoute « auprès de l’industrie pharmaceutique » pour que ce soit clair;
      - faites-vous faire une vasectomie et assumez-la;
      - arrêtez de faire porter aux femmes toute la responsabilité de la contraception.

      Si vous ne comprenez toujours pas, alors j’y ajoute un quatrième conseil : achetez-vous donc une poupée gonflable. Elle n’aura jamais mal à la tête, elle ne vous dira jamais non et elle ne vous fera jamais d’enfants.

    • @ PallasAthena

      1-Concernant la pilule anticonceptionelle pour l’homme:

      Qu’est-ce qui est le plus facile selon vous ?

      a-Empêcher un ovule par mois ou
      b-Empêcher des centaines de millions de spermatozoïdes par jour ?

      2-Concernant la vasectomie :

      Vous ne l’avez peut-être jamais remarqué mais c’est beaucoup plus facile de couper un petit tuyau que de le recoudre.
      Une vasectomie c’est pratiquement une stérilité à vie pour un homme et irréversible à moins de payer le gros prix.

      3-Concernant votre mépris envers les hommes :

      Il semble incurable.
      Une pathologie courante chez certaines personnes qui utilisent le féminisme comme véhicule lidéologique.

    • Ce blogue est devenu un terrain de combat pour gens très frustrés au sujet des rapports hommes-femmes et contre les mères et s’il se nomme La Mère Blogue, il y est devenu question de tout sauf de discussions contructives sur la maternité et la vie de famille. C’est fort dommage.

      Si des femmes ne veulent pas d’enfants, c’est leur choix et elles n’ont pas à être jugées ni à subir de pression. Par contre, on dirait qu’il est devenu tabou – sauf si on est star hollywoodienne – à déclarer que la vie de famille, c’est trippant, la plupart du temps. Les parents heureux se font discrets, leur point de vue me semble dilué parmi les lamentations. Dommage car ils ont beaucoup à partager.

    • C’est quoi le problème? Certains veulent des enfants, d’autres pas. C’est un choix de couple. Il n’y a rien à discuter ici.

      Sauf que:

      1. certains n’en veulent pas ou plus mais en ont par accident (souvent le troisième enfant);

      2. certains en veulent mais ne peuvent pas en avoir: ceci cause des problèmes psychologiques, etc. Les solutions (insémination artificielle, etc. ou adoption ne sont pas toujours idéales).

      Toutefois, je ne pense pas que les deux dernières exceptions soient le sujet de ce billet.

    • @lesteurbipersonne :
      1 – Concernant la pilule anticonceptionnelle pour hommes :
      La production d’ovules et celle de spermatozoïdes repose sur le même principe, celui de l’action d’hormones. Alors oui, la pilule anticonceptionnelle pour hommes est possible.

      2 – Concernant la vasectomie :
      La même chose existe pour les femmes, ça s’appelle la ligature de trompes, sauf que c’est beaucoup plus invasif et ça exige une anesthésie générale, contrairement à la vasectomie qui prend qu’une vingtaine de minutes sous anesthésie locale. Alors si vous voulez assumer à la fois votre non-désir d’enfant et votre désir de relations sexuelles, il me semble que cette solution n’est pas tellement contraignante, surtout qu’elle est remboursée par le gouvernement.

      3- Ce que vous prenez pour mon « mépris des hommes » est en fait mon mépris pour la pression sociétale sur les femmes de faire des enfants, de les faire tôt, d’être productives sur le marché du travail tout en étant à la maison pour changer les couches, d’être vilipendées si elles envoient leurs enfants à la garderie avant deux ans et d’être blâmées par des politiciens comme Lucien Bouchard pour le déclin démographique et la catastrophe économique subséquente annoncée, tout en étant accusées d’acharnement si elles vont en clinique de fertilité, encore plus si elles y vont avec le programme gouvernemental (horreur! aux frais des contribuables!). Bref, je dénonce la culpabilisation systématique et bien réelle des femmes au sujet de la natalité, ne vous en déplaise; et cette pression vient autant des femmes que des hommes, si ça vous rassure. Alors ça vous dérangerai qu’on parle aussi du choix des hommes d’avoir ou non des enfants? Ou préférez-vous que les femmes procréent toutes par don de sperme et deviennent mères célibataires par choix, comme on le voit de plus en plus?
      Ah oui, et cessez de vous prendre pour le représentant de la gent masculine au complet. Il y en a de bien meilleurs exemplaires que vous, heureusement.

    • @chouettemaman : Je suis désolée de l’affrontement, mais je ne pouvais pas passer à côté du sujet de ce billet sans dénoncer la vaste entreprise de culpabilisation dont les femmes font l’objet, peu importe leur choix d’avoir des enfants ou non. Je ne pouvais pas non plus passer à côté de commentaires comme ceux des deux messieurs ci-dessus. Si les parents heureux sont discrets, c’est peut-être parce qu’ils n’ont pas d’histoire, comme dit le proverbe?

    • @PallasAthena, mon commentaire ne vous visait nullement! D’ailleurs, je partage entièrement votre point de vue. J’ai d’ailleurs eu le bonheur d’échanger récemment avec un de ces messieurs, j’en ai encore les nerfs à vif. Mon commentaire lui était en partie destiné.

    • @ PallasAthena

      Pourquoi cette crise de votre part au juste ?
      J’ai lu la plupart des commentaires et personne ne mentionne d’obliger les femmes à avoir des enfants.

    • @ chouettemaman

      Vous avez les nerfs à vif ?
      Ma pauvre dame comme c’est horrible.
      Mais qu’est-ce qu’il vous a donc dit le méchant monsieur ?
      Souffrez-vous beaucoup ? De l’urticaire ? Des palpitations ? De l’insomnie ?
      Voulez-vous qu’on vous appelle une ambulance ?

    • @ lesteurbipersonne :

      À défaut d’être sérieux soyez à tout le moins cohérent.

      De un vous dites non vous écrivez : …Parce qu’au Québec ce sont les femmes qui imposent aux hommes d’avoir des enfants ou de s’en priver…Jamais l’inverse.

      Et par la suite vous vous insurgez que quelqu’un puisse suggérer la vasectomie.

      …Une vasectomie c’est pratiquement une stérilité à vie pour un homme et irréversible à moins de payer le gros prix…..

      Mais mon bon LBP si un gars ne veut pas d’enfant qu’il prennent les moyens pour et surtout il sera en sécurité sachant que sa belle même si elle troue ses condoms elle ne tombera pas enceinte.

      D’homme à homme (ou du moins ce que vous représentez) la responsabilité n’est pas que de l’affaire de la femme,

      G.Duquette

      P.S. Nul besoin de me répondre sachant que vous allez être entièrement en accord avec mes propos.

    • @ g.duquette

      Monsieur ou Madame.

      Ce que je dis en gros pour que tout soit bien clair et bien cohérent :

      On ne va pas se faire quasiment stériliser avec une vasectomie simplement parce qu’en tant qu’homme, on ne veut pas avoir d’enfants sur une base temporaire.

      C’est pourtant la seule façon de faire en tant qu’homme, à part l’abstinence, pour être 100% certain de ne pas avoir d’enfants pendant une periode donnée de sa vie.

      Les méthodes contraceptives masculines sont peu nombreuses et peu efficaces, et ce pour des raisons biologiques bien évidentes comme le fait que 100 millions de spermatozoïdes par jour c’est bien plus difficile à contrecarrer chimiquement ou mécaniquement qu’un ovule par mois.

      Une fois vasectomisé si un homme décide qu’il veut à nouveau avoir des enfants il faut qu’il entre en chirurgie.
      On parle de recoudre ensemble deux spaghettis de 2mm de diamètre, c’est quasiment impossible et c’est pas payé par la RAMQ.

      Une vasectomie c’est à proprement parler une stérilisation, voir la description ici :

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Vasectomie#Description

      Maintenant que tout ça est bien clair, moi je ne suis pas d’accord qu’on mette la contraception masculine sur un même pied que la contraception féminine avec des affirmations toutes faites du genre :

      “Ben si vous êtes pas contents messieurs allez donc vous faire faire une vasectomie”

      C’est fallacieux, c’est manipulateur et c’est méprisant.

      Dans un sens ou dans l’autre on l’a pas le contrôle des naissance nous autres les hommes, c’est ça la vérité.

      Et quand on fait confiance à sa conjointe dans ce domaine-là, (pas tout le temps heureusement) ça arrive qu’on se fasse avoir et qu’on paye le gros prix financièrement et émotivement pendant des décennies en plus de s’être fait violer notre droit de choisir ou pas d’avoir des enfants.

      On n’imposerait jamais ça à une femme au Québec, d’avoir ou pas des enfants et ça aussi c’est la vérité.

      J’espère avoir été cette fois-ci bien cohérent et bien clair.

    • Et bien moi, je crois qu’on peut être heureux(se) avec ou sans enfant(s).Tout est question d’adaptation. Comme dans toutes situations de la vie, quoi !

    • @lesteurbipersonne

      Vous dites…

      “Et puis une femme peut facilement aussi se faire faire des enfants par un autre et obliger le gars à croire que c’est lui le père biologique”

      Complètement faux… si vous ne croyez pas être le père d’un enfant vous ne signez pas l’acte de naissance et vous faites passer un test d’adn .. s’il est négatif vous ne serez pas tenu responsable…

      Votre “pauvre monsieur” comme vous dites a tout fait le contraire…

    • Ce type d’études mène à des discussions vaines. Est-on plus heureux avec ou sans enfants? Plus heureux avec un enfant ou avec plusieurs? Est-on plus heureux en ville ou en banlieue? Est-on plus heureux dans un emploi de patron ou de subordonné? Est-on plus heureux quand on pratique une religion? Quand on fait du bénévolat?

      Il y a autant de réponses qu’il y a d’individus. Tout est question de choix de vie, de ce que chacun désire faire de sa vie. Nous pouvons tous trouver des exemples de couples sans enfants malheureux, des exemples de couples malheureux avec des enfants, et inversement des couples heureux dans leur situation.

      Pourquoi juger les gens qui prennent un chemin différent du nôtre? Est-ce que leurs choix nous confrontent dans nos propres choix? Ou bien nous considérons que ceux qui font un choix différent du nôtre ont fait une grave erreur.

      Chacun d’entre nous participe à la société à sa façon, avec ses forces et ses lacunes. Chacun aspire au bonheur et fait des choix en vue de l’atteindre.

    • Un jour viendra dans un avenir pas très lointain où nous aurons
      des agences de rencontres pour sperme congelé (mais passionné!)
      et ovule vagabond (mais fertile) … Aventuriers s’abstenir!!

      Reste juste à trouver un terrain (artificiel) pour faire murir le fruit.

    • @lesterbpersonne
      Vous avez les nerfs à vif ?
      Ma pauvre dame comme c’est horrible.
      Mais qu’est-ce qu’il vous a donc dit le méchant monsieur ?
      Souffrez-vous beaucoup ? De l’urticaire ? Des palpitations ? De l’insomnie ?
      Voulez-vous qu’on vous appelle une ambulance ?

      ___
      Ne vous en faites pas pour moi, pas que vous puissiez comprendre mais vous savez, quand on a de jeunes enfants, on passe vite par-dessus les petits bobos du quotidien.

    • @ jeanfranc

      La mère lui a fait croire que c’était lui le père biologique, c’est pour ça qu’il l’a cru.
      Pourquoi aurait-il dû douter de la parole de la femme qu’il aimait ?

      Est-ce qu’on est rendu au point dans nos sociétés où chaque père doit se payer un test d’ADN à chaque fois qu’il a un enfant ?
      Ça révèle quoi sur la crédibilité de l’ensemble des mères ?

      Revoici l’hyperlien :

      http://www.journaldemontreal.com/2013/02/05/une-pension-alimentaire-a-payer

    • @lesteurbipersonne

      Du moment qu’un homme décide d’avoir des relations sexuelles avec une femme, il doit accepter sa part de risques de grossesse. Pour moi, la responsabilité est partagée. Si une personne n’est pas prête à accepter sa part de risque, la meilleure méthode demeure l’abstinence ou la main droite.

    • @lesteurbipersonne

      Dans l’exemple que vous donnez, quelle serait votre réaction si la mère, après avoir reçu les tests d’ADN, avait interdit à ce monsieur de voir les enfants parce la preuve était faite qu’il n’était pas leur père biologique ? Après qu’il les ait élevés pendant 8-10-12 ans ?

      Tollé de protestations, non ? Avec raison.

      Quand il y a des droits, il y a des obligations.

    • @ ouate_de_phoque

      La part de risque de grossesse ne peut pas être partagée de façon équitable entre l’homme et la femme pour les raisons suivantes :

      1-
      Les méthodes contraceptives offertes à la femme sont plus nombreuses, moins contraignantes et beaucoup plus efficaces que celles offertes à l’homme pour les raisons que j’ai mentionnées ci-dessus le 22 janvier 2014
      23h10 en réponse à g.duquette

      2-
      Advenant une grossesse non désirée, la femme peut avorter, l’homme n’a pas ce choix.

      3-
      La seule façon pour un homme d’être 100% certain qu’il est le père biologique de l’enfant est un test d’ADN.

      En cas de grossesse, on devrait donc offrir à l’homme le même choix qu’à la mère.
      C’est à dire d’être nommé ou non responsable de la parentalité de l’enfant :

      1- Si la contraception a été inefficace
      2-Si le père a des doutes sur la paternité de cet enfant

      En d’autre mots, et en toute équité, au Québec, en 2014, on devrait offrir au père les mêmes droits parentaux qu’à la mère, puisqu’on oblige le père à assumer les mêmes responsabilités que la mère.

    • @ lesteurbipersonne

      Ce qui ne va pas dans votre argumentaire c’est que vous prenez l’anecdote pour en faire la norme.

      Le journal de Montréal est un journal d’anecdotes le plus souvent qu’autrement. La grande majorité des femmes et des hommes ne se définissent pas selon ce qui est rapporté par ce journal.

      Tous et chacun peuvent trouver l’anecdote, l’exception pour soit confronter l’autre ou se réconforter dans ses convictions. Et selon moi, vos convictions de ce que vous croyez être le statut de la femme et de la mère (profiteuse,, menteuse, protégée par les lois et la société en ce qui concerne les enfants et la procéation) est loin de la réalité. Mais bon vous continuerez encore et toujours a chercher et à trouver l’exception qui renforcera vos modes de pensées.

      M. Gilbert Duquette

    • Je viens de lire le jugement en question. Il est public, le nom des parties n’étant pas publié.

      http://www.jugements.qc.ca/php/decision.php?liste=74010226&doc=FC469D4E562EE527C74D96E47338BFE67AA8F70F80061D807780139C44322526&page=1

      Ce champion du monde avait lancé la menace que si une pension alimentaire lui était imposée pour ses filles “non biologiques” de 12 à 16 ans, il privera tous ses enfants de sa présence (y compris son fils biologique). Il n’acceptait de les voir que si c’était gratissss.

      C’est ce qu’il a fait en boudant TOUS ses enfants pendant près de deux ans, ce qui a eu un effet dévastateur sur eux selon le témoignage qu’ils ont rendu à la cour. Parce que les enfants, eux, n’en ont rien à cirer des histoires de chromosomes.

      Petite preuve qu’il faut gratter plus loin que le journal de Mourial.

    • @ g.duquette

      Une anecdote c’est pas un article publié par un média Québécois reconnu comme tel qui relate un jugement rendu en cour suite à un litige.

      Autrement tous les articles de tous les médias Québécois relatant tous les jugements rendus au Québec depuis Jacques Cartier en 1534 seraient des anecdotes.

    • @ insulaire-du-nord

      C’est pourtant pas compliqué :

      Chaque parent devrait avoir les mêmes droits et les mêmes obligations en fonction de leurs capacités et contraintes respectives.

    • @ insulaire-du-nord

      Citation :

      “Ce champion du monde avait lancé la menace que si une pension alimentaire lui était imposée pour ses filles “non biologiques” de 12 à 16 ans, il privera tous ses enfants de sa présence ”

      Pensez-y deux minutes :

      Mettons une gardienne qui garde les enfants d’une mère pendant des années.

      Seriez-vous pour qu’on impose à cette gardienne une pension alimentaire simplement parce que la mère et les enfants la considère comme un “second parent” ?

      Elle n’aurait plus le droit de refaire sa vie ailleurs simplement dû au fait qu’elle est considérée comme “attachée à la famille” par ladite famille unilatéralement ?

      Ça mène où ce gnere de raisonnement ?

      Le père dans mon exemple n’était pas le père biologique, c’était des mensonges de la part de la mère.
      Il n’a pas plus d’obligations envers les enfants de son ex qu’une gardienne considérée comme “une seconde mère” ou un “second parent”. Peu qui lui impose cette image et cette pseudo-responsabilité.

      Quand au fils biologique c’est bien malheureux, mais on sait tous que les pères au Québec ont de toutes façons des droits parentaux dérisoires comparés à ceux de la mère.

    • @lesterbipersonne

      Que vous compariez à une gardienne un homme qui s’est comporté comme un père pendant 16 ans m’amène à conclure qu’il est impossible d’avoir une discussion constructive à ce sujet avec vous.

      Ciao, j’ai des patates sur le feu.

    • @ insulaire-du-nord

      Selon ce qui vous arrange, vous avez une opinion des pères à gémomtrie variable.

      Tantôt ils sont cupides et méprisables ( 23 janvier 2014 à 14h52)
      Tantôt ils reprennent soudainement du galon, et redeviennent des êtres humains qui ont une valeur en tant que père soudainement supérieure à celle d’une gardienne (23 janvier 2014 à 16h30 )

      Mais en bout de ligne on perçoit facilement que pour vous en dehors de l’opinion-girouette que vous affichez, un père n’est véritablement au départ qu’un accessoire jetable servant tout juste de procréateur et de symbole paternel sans importance réelle et qui doit par la suite prendre sa place véritable en tant que guichet automatique une fois que le poisson a mordu à l’hameçon.

      Même quand la procréation a été faite par un autre.

      Après ça comme société on se demande innocemment pourquoi il y a tant de pères en colère et de drames familiaux.

      Le prie c’est pas qu’il y ait des gens qui pensent comme vous.

      Le pire c’est qu’il y ait des gensqui conçoivent la paternité comme vous le faites et qui se retrouvent quand même à gérer les problématiques familiales dans des organismes gouvenrmentaux Québécois au détriment de tout le monde.

    • @lesterbipersonne

      J’adore les gens comme vous qui généralisent à partir d’un cas particulier.

      On parlait du cas dont vous avez fait référence et dont vous avez pris l’information dans le journal.

      Moi je suis allée lire le jugement de la cour. J’ai mis l’hyperlien et je suis persuadée que vous ne l’avez pas lu.

      J’invente rien là. Cet homme a dit clairement à la cour qu’il refuserait de voir ses enfants (y compris son fils biologique) si on lui imposait le paiement d’une pension alimentaire. C’était pas écrit dans votre journal de Mourial ça.

      Mais bon, si vous trouvez ça acceptable, ça vous regarde.

      Heureusement, la très grande majorité des hommes sont de bons pères. J’ai l’exemple d’un bon ami qui a connu sa conjointe quand la fille de celle-ci avait un an. Le père avait disparu dans la nature. Il s’en est occupée comme si elle était la sienne jusqu’à la séparation d’avec sa mère alors que la jeune fille avait 17 ans. Malgré tout, il insiste pour la voir et il viens de verser à sa fille (c’est comme ça qu’il l’appelle), ce qu’il avait économisé dans un fonds d’étude. Elle fera toujours partie de sa vie.

      Alors non, je ne pense pas que les hommes sont cupides et méprisables. J’ai trop de beaux exemples dans mon entourage. Mais ce gars-là, qui monnaye l’équilibre psychologique de quatre enfants qui n’ont rien fait de mal, ouais je le méprise et je m’assume.

    • Rassurez-vous, lesteurbipersonne. Moi je vous lis et je comprends parfaitement qu’il faut pas vous faire de bébés. Soyez en paix.

    • @marielef84 24 janvier 2014 14h25

      Et le mot de la fin vous revient, parfait, j’adore! ;)

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2011
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives

  • publicité