La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 1 mars 2013 | Mise en ligne à 8h49 | Commenter Commentaires (9)

    La relâche, quelle relâche?

    Ça y est. Plus que quelques heures et les enfants de bien des écoles du Québec seront (enfin!) en vacances. Pour une belle semaine remplie de plein d’activités (ou pas), de sorties (ou pas), pour changer le quotidien (ou pas).

    Précision: bien des parents ne peuvent pas forcément prendre congé en même temps que leurs enfants. Du coup, ceux-ci se font garder par un ami ou une grand-mère ici, ou dans un camp là. Le grand repos attendu n’est pas forcément au rendez-vous, puisque qui dit camp dit tout de même réveil-matin. Mais repos scolaire, ça c’est clair, il y aura la semaine prochaine.

    Alors dites-moi: êtes-vous plutôt du type “on fait le plein d’activités”, ou au contraire “repos total”? Avez-vous la chance d’être en congé vous aussi? En gros, la relâche, c’est des vacances, ou pas? Merci de définir vacances…

    Tags:


    • Chez nous la relâche a toujours été la bienvenue. Les grandes vacances de Noël sont plutôt un marathon de soupers et soirées avec la famille élargie. On se couche tard, on mange plus, on est plus fatigué. La relâche est pour relaxer.

      Quand mes enfants étaient plus jeunes, nous partions toujours pour la Floride. Au menu: plage, plage, plage, un peu de piscine, point final. Mais depuis quelques années, nous avons une autre semaine de relâche à Pâques et préférons partir à ce moment.

      La relâche de mars est ce que mes ados appellent une semaine de lâche. On fait une petite liste de trucs à faire en famille mais optionnels et le reste du temps on se repose avant le sprint de fin d’année. Au menu cette année: ski, raquette, cinéma, raclette qui s’étire tard dans la soirée, dégustation de pizza maison qu’on fera en famille (J’ai un fils qui est le roi de la calzone), soirée de Docte rat bouffe (très beau jeu), soirée de Guerre des Clans avec la gang d’ados élargie (ils adorent quand on joue avec eu car nous pouvons être 8-10), et mon chum va amener les gars au Salon de l’auto. Rien de très coûteux ou de super fantastique. On fera ces activités dans l’ordre, le désordre ou certains pas pantoute selon le moment et la température. les gars complèteront sûrement en invitant des amis à coucher et je crois que la patinoire du quartier va avoir beaucoup de jeunes cette semaine.

      Pour l’instant tout le monde dort (la relâche commence aujourd’hui pour certaines écoles à Québec) et ski cet après-midi. Avec la nouvelle neige, ce sera super!

    • Lorsque je travaillais, je ne prenais jamais congé pendant la relâche.

      Depuis que je suis à la maison, je prévoie environ 2 sorties pendant la semaine, l’une d’elle souvent à distance de marche, notamment à la bibliothèque du quartier. Puis je laisse les occasions arriver. Les journées à ne rien faire sont aussi au menu.

      Cette année, mon fils de 10 ans s’est organisé un “sleepover” chez ses cousins et ma mère s’est offerte pour amener les 2 plus vieux faire du ski pour 2 jours (plus 2 jours chez grand-maman). Qui dit relâche, dit aussi FIFEM, et c’est l’occasion de faire découvrir le cinéma d’auteur à nos enfants. Nous y allons chaque année au moins une fois. Cette année ne fait pas exception. Il n’est pas exclu qu’ils aillent aussi voir un blockbuster, entre amis ou avec moi.

      Pour le reste, mon fils veut aller jouer au LaserQuest avec un ami en plus d’aller glisser sur le Mont-Royal et ma fille voudra certainement jouer avec des amies, ici ou chez-elles, ou jouer avec sa soeur se racontant des scénettes qui n’en finissent plus dans un recoin de la maison, déguisement souvent en prime.

      J’insiste beaucoup sur des journées libres, pendant lesquelles les enfants doivent s’occuper. C’est un défi pour mon fils (et donc pour moi en conséquence) mais aussi de belles occasions de découvrir de nouvelles activités: sudoku, mots croisés, écriture, jeux de société moins connus. Nous avons des journées pendant lesquelles l’ordi est hors limite et des sessions de cinéma maison. Les jeux de sociétés en famille sont difficiles à organiser vu la grande brochette d’âge (10, 7, 2 ans et 1 mois) mais on essaie tout de même. Enfin, si le temps le permet, je les envoie jouer dehors, sans “activité”, juste jouer.

      La routine de base continue toutefois, mon mari travaillant et le nouveau-né aidant.

    • ..@SG «Merci de définir vacances…»

      VACANCES: Période durant laquelle on vit ce que j’appelle une vie de chat. Dormir quand on en a besoin. Se lever quand on n’a plus sommeil. Manger quand on a faim. Faire quelque chose quand on en a envie. Se cacher quand on ne veut voir personne. Griffer si on nous énerve.

      Cela dit, est-ce qu’une semaine dite de «relâche» en est une pour des parents qui doivent continuer d’aller au boulot?

      Allez,et comme le dit le Monsieur qui veut que nous achetions son hebdo: «Bonne Zemaine».

    • Pour moi la relâche signifie uniquement un mini-congé du traffic sur les routes, chose fort appréciée. Je n’ai pas d’enfants car je n’ai pas assez confiance en ce monde, en l’Homme et en moi pour cela. Et ils sont nombreux, ces parents, à me donner raison sans le vouloir, à se plaindre de leur ex, de leurs enfants-rois ou des faiblesses de la société, dont la justice… Dommage, j’aurais aimé…jadis. Bonne journée! Patricia Guilbeault

    • Souvent, dans les quartiers défavorisés, ça sera de “vegger” à la maison devant le nintendo ou la télé. Beaucoup de ces jeunes ne sortent presque pas dehors l’hiver de toute façon. Les patinoires sont fermées avec la redoux en plus.
      Cette année, beaucoup de profs vont dans le Sud. C’est bizarre, mais il y a des bonnes années et d’autres, le niveau est moins bon. Cette année, c’est pas une bonne année.

    • Fiou, j’aimerais bien pouvoir en profiter. Mais chez nous, mars est le mois le plus occupé de l’année. Comme je suis travailleur autonome, je ne peux pas me permettre de faire une croix sur une semaine complète. Je peux faire le tiers de mon chiffre d’affaire annuel en un seul mois. Impossible de prendre congé et j’enrage chaque année de me retrouver dans cette situation. Les filles sont affalées au salon à ne rien faire, elles sont trop jeunes pour faire des activités seules et moi je suis trop débordée pour les accompagner quelque part… Heureusement que grand-maman est disponible pour s’occuper un peu d’elles.
      En même temps, ce far niente obligatoire n’a pas que des désavantages… Elles apprennent à s’occuper seules, à se débrouiller et même à se faire des petites choses à manger. Moi je supervise de loin, de mon bureau, et j’interviens au besoin. Travailler à la maison a ses avantages.

    • ici, à baie-Comeau, il y a beaucoup, BEAUCOUP d’activités à faire. On a reçu un feuillet par le biais de l’école et on a choisi dans le tas: bain libre, structures gonflables intérieures, journée scientifique, bricolages en atelier, cinoche à bas prix et Jardin des glaciers à très bas prix. C’est probablement un avantage des petites places: on est davantage au courant de ce qui se passe dans notre quartier/ville. Il se peut qu’on fasse toutes ces activités ou pas, c’est ça aussi les vacances! On passera certainement une seule journée en famille, mon conjoint ne pouvant pas prendre plus qu’une journée de congé, mais moi je serai avec mes filles toute la semaine. La vraie relâche!

    • Activités, activités, activités.

      Quelle folie !

      On relaxe !

      Étant jeune, (je crois qu’il n’y avait pas de semaine de relâche), il y avait des congés scolaires. On jouais dehors, on construisait des trucs en Lego, on faisait des “cabanes” au sous-sol avec des couvertures et des coussins, on coursait avec des petites voitures électriques sur une piste de plastique, on utilisait nos jouets parfois oubliés au fond du garde-robe, et épuisés on mangeait des biscuits Ritz devant la télé avant le souper et le dodo… Je vous parle d’une enfance pourtant pas si lointaine.

      Les parents n’avaient strictement rien à y voir. Et c’est précisément ça qui était merveilleux. Nous étions des enfants faisant des trucs d’enfants, vivant notre enfance avec d’autres enfants.

      Les adultes c’était un autre monde. Et l’école, on essayait de ne pas y penser lorsque en congé.

      Aujourd’hui, évidemment, un enfant laissé seul à lui-même, à la maison, n’aura jamais l’idée de ramasser un marteau et quelques vieux clous pour aller se construire une cabane dans un arbre… À moins qu’un adulte ne lui suggère et fasse la dite “cabane” à sa place. Et il ne faut surtout pas faire de grottes dans un banc de neige c’est très dangereux.

      Un enfant laissé seul à lui-même à la maison est aujourd’hui un robot désarticulé et débousollé au sein du quel on a oublié d’insérer un programme “d’activités”.

      Comme quoi même l’enfance peut se perdre.

      Benoît Duhamel.

    • Pour moi, être en vacances signifie avoir la chance de faire ce qui me plaît quand ça me plaît, mais surtout avoir enfin le temps de me reposer.

      Je suis présentement en semaine de relâche puisque je suis enseignante au primaire. Je suis choyée puisque mon conjoint a eu l’opportunité de prendre congé aussi. Je suis bien consciente de la chance que j’ai.

      Cependant, j’aimerais bien pouvoir en profiter pleinement… Étant donné que j’ai une tâche énorme cette année, je travaille plus de 50 heures par semaine. Ma relâche signifie donc aussi une tonne de corrections et des bulletins à faire.

      Je comprends l’injustice que vivent certains qui n’ont pas la chance de prendre une semaine de congé. Nous avons tellement de beaux moments à vivre avec nos enfants. Quand je me compare à quelques collègues de mon école qui ont assurément une tâche moins lourde, j’avoue honnêtement éprouver une pointe de jalousie… J’aurais bien aimé aller dans le Sud! Mais… quand on se compare, on se console aussi. Je sais que c’est complexe pour certains parents.

      Malgré tout, je savoure chaque moment. Il y a tout de même des rires et des fous rires dans la maisonnée! Je prends des temps d’arrêt de corrections pour pouvoir souffler un peu…

      Et… je pense à mes chers élèves qui profitent pleinement de leurs vacances bien méritées!!! :) Ils reviendront sans doute un peu fatigués…, mais la tête sans doute pleine de beaux souvenirs!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2008
    L Ma Me J V S D
    « juin   août »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité