La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 12 février 2013 | Mise en ligne à 9h01 | Commenter Commentaires (31)

    Nouvelles places en garderies: vous en pensez quoi?

    Quelques 300 garderies privées sont fermées ce matin. Pourquoi? Pour manifester, à Québec comme à Montréal, contre l’appel d’offre du gouvernement, jugé inéquitable. En effet, Québec interdit aux 700 garderies privées non subventionnées de participer à son appel d’offre, en vue de créer 15 000 nouvelles places à 7$. Pourquoi? Pour créer de vraies de vraies nouvelles places, et non simplement convertir des places existantes, explique le gouvernement.

    On le sait, les garderies privées poussent comme des champignons. Autour de chez moi, je peux en compter une bonne demi-douzaine, dans un rayon de deux kilomètres. J’en ai visité plusieurs. Elles ont des locaux souvent splendides, des murs frais peints, des jouets brillants. Surtout, elles ont toutes des places disponibles! Mais aussi, des factures salées: 30, 40, même 50$ par jour.

    Alors j’aimerais savoir: vous en pensez quoi, vous? Faudrait-il rapidement convertir ces garderies privées en CPE? Ou créer de vraies “nouvelles” places? Vous êtes en faveur de nouvelles places, ou de nouvelles, nouvelles places? Je suis sûre que le débat dépasse la sémantique…

    Tags:


    • Bien sûr, à la place des propriétaires et de leurs clients, il serait facile de dire que les nouvelles places à 7$ devraient être attribuées aux places existantes. Or, ce serait voir le problème uniquement de leur point de vue.

      Quel est le problème le plus prioritaire, d’un point de vue collectif ? Car le rôle du gouvernement est d’agir d’abord et avant tout dans l’intérêt collectif et non de chaque individu.

      Je crois personnellement que le problème le plus prioritaire est le manque de places, quelles soient subventionnées ou non. Il faut donc en créer de vraies nouvelles. Lorsqu’il y en aura suffisamment, on pourra alors voir si on a les moyens (ou les prendre, les moyens) de subventionner toutes les places.

      Mathieu Harvey, Québec

    • Imaginez si vous travailler à 15 $ de l’heure, 7 heure par jours et vous devez payer 35 $ par jours par enfant deux enfants = 70 $.

      Il n’est reste pas beaucoup pour le reste de la semaine….vive les garderies à 7 $. Ceux qui font plus de 60 000 $ par revenu personnel qui aillent dans le privé…les autres à 7 $

    • Ce système est tellement mal foutu qu’avant d’ouvrir de nouveaux CPE le gouvernement devrait faire une révision complète du programme pour évitez des aberrations comme les ménages à faibles revenus pour qui c’est plus payant d’allez en garderie privés que dans les CPE et les ménages à haut revenus dans les CPE à 7$. Le tarif devrait être modulés en fonction du revenu point à la ligne.

      Je suis contre le fait que le gouvernement coupe l’herbe sous les pieds des petits entrepreneurs. Ces places devraient être offertes à tous et être attribués selon des critères objectifs et bien définis et non pour des considérations électoralistes (méthodes du précédent gouvernement).

    • AHHH misère, c’est simple, toutes les garderies a 7$ aussinon t’a pas le droit d’avoir de garderie, j’ai jamais compris ce système a 2 vitesses.

    • Il ne manque pas de places en garderie au Québec, il manque de places abordables. Il est très facile de se trouver une place en garderie privée. Le problème, c’est de se trouver une place en CPE. Le gouverment se met sérieusement le pied dans la bouche, une fois de plus…

    • Je suis d’accord avec le gouvernement…
      Il y a de secteurs ou c’est quasiment impossible de trouver un garderie, donc convertir des places non subventionnés ne règlera rien sauf peut-être pour le patron de la garderie privée qui va se remplir les poches.

    • Je ne suis pas en accord avec la conversion coûte que coûte. Un entrepreneur respectant les exigences du ministère peut avoir un permis de garderie non subventionnée, mais répond-elle aux besoins réels d’un quartier? La seule solution qui m’apparaît censée est de leur permettre de soumettre leur garderie à cet appel de projets. Ainsi, les comités consultatifs pourront évaluer la pertinence de leur projet dans les 15% des places réservées aux garderies.

    • Il y a toujours des places disponibles dans les garderies non-subventionnées (c’est ce que j’ai trouvé dans mon quartier)..je crois que ça serait pertinent de convertir ces places-là en places à 7$ et de les combler avant d’en créer d’autres…dans un souci d’efficacité! J’imagine que le PQ fait ça pour “flasher”…

    • Je suis pour l’abolition pure et simple de ce monstre étatique qui nous coûte une fortune et que nous n’avons pas les moyens de payer.

      Je suis pour le retour à l’ancienne méthode: tout le monde se responsabilise, se trouve une gardienne ou une garderie et le gouvernement accorde des déductions fiscales en conséquence.

      Ça éviterait les dérives comme on le voit aujourd’hui: concurrence déloyale envers les garderies privées et de voir gonfler à vue d’œil notre facture commune. Ça éviterait aussi que les “copains” aient une place avant le monde ordinaire et ça annulerait la possibilité de parquer les enfants aux frais des contribuables pour aller magasiner ou jouer au bingo.

      Ça éviterait surtout que le gouvernement trouve une autre excuse pour nous escroquer avec de nouvelles taxes parce qu’il faut des montagnes de fonctionnaires syndiqués pour gérer tout ça.

    • ..@SG: Des«des factures salées» dites-vous?

      À «30, 40, même 50$ par jour», on se situe dans la fourchette de ce que ma conjointe et moi avons payé pour une gardienne à la maison au début des années 80. En effet, quand, au moyen du calculateur d’inflation de la banque du Canada, j’actualise ce que nous paions en 1982, j’arrive à 215$ par semaine.

      Et non, nous n’étions pas riches, loin de là. Nous avons juste coupé sur d’autre choses jugées non essentielles pour acheter la paix en matière de «gardiennage». Pas de réveils à la noirceur, pas de retour à cette même noirceur. Pas d’horaires. La paix. La sainte paix.

      À noter qu’à l’époque, le montant admissible à une déduction d’impôt n’était que de 2000$ et les ministères du revenu, mesquins (comme d’habitude) forçaient à l’appliquer sur le plus petit revenu. Aujourd’hui le montant déductible est heureusement plus élevé!

      Quant au choix du PQ en la matière, il illustre encore une fois le préjugé défavorable de ces gens face à l’entreprise privée.

      JFC

    • Je pense qu’elles devraient avoir le droit de soumettre leur candidature afin de devenir des CPE. Après tout, elles sont déjà là, leurs locaux sont déjà existants, la clientèle est là alors pourquoi aller investir autant d’argent pour construire un CPE juste à côté???? Évidemment, je suppose que certaines ne se qualifiront pas pour plusieurs raisons, mais sûrement que plusieurs places pourraient être comblées, à moindre coût pour le contribuable, via les installations privées existantes.

      Que le gourvernement refuse systématiquement de regarder cette option est un non-sens pour moi.

    • Mes enfants sont au privé et ça coûte une fortune, plus de 40$ par jour par enfant avant déduction d’impôt. Nous nous privons du superflu : exit la techno au goût du jour (ipad et cie), les vacances dans le sud, le spa, etc. Ce n’est pas bien grave. Après déduction d’impôt, ça revient à environ 16$ par jour. J’aimerais bien payer moins mais la garderie est de bonne qualité et mes enfants y sont heureux. Je doute que la garderie sera convertie en garderie à 7$, c’est dommage pour mes finances.

      Ce dossier a été mal géré depuis le tout début. On a établi un système à deux vitesses, avec une surveillance de la qualité à deux vitesses, surtout en ce qui a trait aux garderies en milieu familial. Pourquoi ne pas offrir à tous les parents un montant X par enfant (en fonction du revenu) et les laisser libres de choisir leur milieu de garde ? Et s’assurer que TOUS les milieux soient de qualité ? J’ai visité des garderies qui sentaient le moisi, sombres, avec des hot-dogs au menu du midi et des ‘éducatrices’ visiblement peu compétentes. L’attention médiatique porte surtout sur le prix de 7$ par jour alors que bien des familles pourraient payer un peu plus, et pas assez sur la qualité des milieux de garde. La petite enfance est une étape clé du développement, elle mérite un beau milieu de vie non ?

    • provenant du site magarderie.com (qui affiche les places surtout non-subventionnées)

      Places disponibles
      Moins de 18 mois: 10255
      18 mois à 3 ans: 15293
      4 à 5 ans: 15133
      6 à 8 ans: 1061
      Plus de 8 ans: 980

      Youhou le PQ?? si ces places là étaient à 7$, est-ce qu’il y en aurait un problème?? Sérieux ça me confirme qu’ils font ça pour flasher…

    • Mes deux enfants fréquentent une garderie FANTASTIQUE. Ils y sont bien et nous avons entièrement confiance en les éducatrices. Seul problème: 35$ par jour par enfant. Ça me désole énormément de savoir que le seul moyen d’avoir une place à 7$ sera d’éventuellement les changer de garderie. Soit je les retire d’un milieu où ils se sont déjà adaptés et sont à l’aise, soit je paie le gros prix. Il me semble qu’on ne pense pas trop aux enfants là-dedans.
      De plus, je n’ai pas l’impression qu’il manque de places en garderie. J’ai l’impression qu’il manque des places subventionnées. Je ne connais personne qui n’ait pas trouvé de place du tout pour son enfant. Je connais uniquement des gens qui n’ont pas de place à 7$.
      Je ne comprends pas du tout cette décision du gouvernement d’empêcher des garderies qui ont fait leurs preuves auprès des parents et des enfants et qui répondent aux mêmes exigences que les CPE de particiter à l’appel d’offre. Je n’en reviens tout simplement pas.

    • En tant que maman de 2 jeunes enfants et employée à temps plein, tout ce que je demande c’est une garderie qui ait des horaires convenables (6:30-18h) et qui peut assurer des remplacements en cas de congés. LE CPE, j’ai eu la chance d’y goûter pour mon ainée et c’est ce qu’ il y a de mieux: des horaires qui ont du sens, des éducatrices dynamiques et formées, du personnel à l’année, une bonne cusine santé et variée, et le fameux 7$. J,ai hâte que le dernier rentre à la maternelle, car les garderies privées c’est cher et ce n’est pas pratique. Quand une garderie privée qui devient subventionnée , continuera à ouvrir ses portes jusqu’à18 heures alors je serai pour . Parce que présentement ce n’est pas le cas. Et de grâce, pouvons nous aussi prioriser les parents qui travaillent sur les listes d’Attente? Combien de fois ai-je rencontré des mamans qui restaient à la maison, me raconter qu’elles avaient pu obtenir un place en CPE grâce à l’harcèlement quotidien qu’elles imposaient sur les directeurs de CPE? Je crois que le système des garderies est devenu une machine bien trop complexe et TRÈS mal gérée.

    • Je suis pour la conversion de places de garderies privées non-subventionnées en places de garderie privées subventionnées, en autant que ça respecte la demande dans les quartiers/villes. À Verdun, il y a des places disponibles en garderie privée non-subventionnées, mais on va ouvrir une nouvelle installation privée subventionnée en 2013-2014. Difficile de comprendre où est la logique derrière tout ça. Les gens vont se déplacer des garderies à 35$ vers celles à 7$ et les premières devront fermer leurs portes, faute de clientèle.

      Mais mon opinion première sur ce système de garderie est dans un autre ordre d’idées. Il est plus que temps qu’on arrive à un enfant, une place ou qu’on fasse une refonte complète de ce programme qui bénéficie actuellement aux plus riches, alors qu’idéologiquement, on voudrait que ce soit le contraire.

    • Bébé malade = courte nuit = cervelle en bouillie et texte pas clair. Je me relis et mon texte n’est pas cohérent. Bien entendu que j’aimerais que les places existantes soient converties! Mais je pense aussi que le système à deux vitesses donne lieu à un débat interminable sur l’accès élargi à un tarif à 7$ au détriment d’un débat sur un accès à un service de garde de QUALITÉ, peu importe qu’il s’agisse d’une garderie en installation ou d’un milieu familial. Certaines familles ont vraiment besoin d’un tarif aussi bas que 7$, d’autres pourraient payer plus. Mais tous les enfants qui fréquentent un service de garde méritent d’évoluer dans un beau milieu.

    • je suis un peu mêlée…
      Il y a les CPE @ 7$
      Il y a les garderies privées subventionnées @ 7$ (qui chialent qui ne sont pas des CPE, grèves l’an dernier pour je ne me rappelle plus quoi…)
      Et il y a les garderies privées non subventionnées @ 25$ + qui chialent qui veulent être des garderies privées subventionnées?
      Coudonc c’est-tu moi ou il n’y a à peu près rien qui fait du sens?!?

      Les garderies en milieu familial, eux autres, ils veulent être comme qui?

      Je suis un peu tannée de toutes les politicailleries qui entourent les garderies. Simple constat: les écoles, elles sont toutes pareilles, pourquoi est-ce si dur de faire de même avec les garderies?

      (on est chanceux, on a 2 places @ 7$, garderie privée subventionnée, mais non seulement ça, mais c’est une garderie sublime! Et oui, nous avons eu les places avec un contact copain-copain pour mon plus vieux il y a 5 ans, et depuis la fratrie suit). Aucunement capable d’avoir des places autrement dans mon coin, même les garderies privées non subventionnées sont pleines…

    • Le problème est que la pénurie de place dans certains quartiers jumelée à la difficulté de trouver une place pour un enfant né au printemps ou à l’hiver, à causer l’éclosion de plusieurs “garderies privées” de qualité moindre.

      La réalité est que la majorité des places se libère durant la période estivale, pas le choix car pour qu’une place se libère, un enfant doit quitter et la majorité d’entre-eux quittent pour aller à la maternelle. Cette situation avantage les enfants nés durant la période estivale ou automnale. On ne s’en sort pas, mais les CPE commencent à prendre davantage d’enfants nés durant l’hiver. Au nôtre, du moins, nous avons quelques enfants nés l’hiver qui ne sont pas issus de la fratrie :-)

      Pour ce qui est des “riches” qui devraient se taper les garderies privées non-controllées avec leurs éducatrices non-formées ou les milieux familiaux douteux à 35$ par jour simplement pcq’ils ont les moyen de payer, c’est d’un ridicule. Les CPE offrent un MEILLEUR service de MEILLEURE qualité. Au nom de quoi est-ce que JE devrais envoyer MES enfants dans un milieu pourri trop cher de qualité inférieur simplement pcq j’en ai les moyens????? NON. Tout le monde doit avoir la possibilité d’avoir une place en CPE, d’où l’idée de régler ce problème de pénurie de places non seulement subventionnées, mais contrôlées et encadrées. Personne ne devrait être aux prises avec une garderie dispendieuse de piêtre qualité et crasseuse (comme de nombreux milieux familiaux que j’ai le bonheur de visiter), personne ni les pauvres, ni les riches, personne. Tous devrait pouvoir envoyer son enfant dans un service de garde en lequel il a amplement confiance et si pour moi c’est le CPE, alors ce sera le CPE et jamais je ne me sentirais coupable de payer *juste 7$* même si j’en ai les moyens. Je paie en masse le coût de ma place via mes impôt alors qu’on nous lâche avec cette pseudo-culpabilité qu’on est sensé ressentir devant des familles moins fortunées (qui ont le droit à de larges subventions auxquelles je n’ai pas le droit soi-dit en passant) qui n’ont trouvé qu’une garderie à 35$.

    • @metek

      Il semble que c’est plus rentable pour une famille à bas revenus d’inscrire leur enfants à une garderie privée plutôt qu’à une garderie à 7$ :

      http://finances.ca.msn.com/finances-personnelles/%C3%A9conomiques-les-garderies-%C3%A0-7dollar

      l’étude : http://www.er.uqam.ca/nobel/r14154/Pages/FGE2010.html

      Alors c’est en fait le contraire, les gens qui ont des plus gros revenus auraient avantage à profiter des tarifs à 7$ et ceux à revenus faibles auraient avantage à prendre les places au privé. Bien sur, c’est strictement du point de vue économique. Du point de vue pratique, il ya d’autres facteurs à prendre en compte, par exemple les heures d’ouverture.

    • Personnellement, je paie 38$/jour pour ma fille et 35$/jour pour mon fils. Si je prends mon crédit d’impôt et tous les montants que les 2 paliers de gouvernement m’envoient à chaque mois, en bout de ligne, je débourse 5$/enfant/jour.

      Il est ou le problème? Dans l’attribution des places à 7$ ou dans la gestion des finances personnelles des familles?

      Selon moi, tout le monde devrait fonctionner sous le principe des crédits d’impots qui sont inversement proportionnel aux revenus des familles et abolir le principe du 7$.

    • Peut-être qu’il serait temps de normalisé l’accès aux CPES avant d’en ajouter à qui mieux mieux.

      Lorsque j’ai appris que ma femme était enceinte, j’ai inscrit notre fils sur la liste d’attente d’enfance famille. Constat après quelques mois? Des dizaines de CPES existants dans un rayon de distance plus ou moins raisonnable (comme dans pas du tout raisonnable), il y avait uniquement 8 installations qui utilisaient la liste. Tous les autres avaient leur liste bien à eux, à vous de contacter les 50 autres par vous-même.

      Ensuite on se rend compte rapidement que sur les 8 restants, 7 utilisent la liste d’attente selon une façon de faire bien intéressante: “on priorise par code postal”. Bien heureux sont ayant un CPE à proximité. C’était d’ailleurs notre cas, un CPE superbe à 1 coin de rue, quelle malchance de constater que ce CPE était précisément le seul à ne PAS prioriser les codes postaux…

      Enfin bref tout ça pour dire que c’est gérer tout croche, une absurdité. TOUS les CPES sans exception devraient être obligés de suivre à liste d’attente selon des critères égaux, établis à l’avance et clairs.

      Tant et aussi longtemps que j’entendrais des histoires du genre: “J’ai été chanceuse, je connais la responsable.” “J’ai été chanceux, mon CPE priorise les codes postaux et j’étais chanceux”, “Oublie ça, tu n’auras jamais de place, ton enfant n’est pas né au bon moment” (Parce que les responsables choisisent les enfants nés à l’automne, histoire d’optimiser les subventions et parce que forcément les groupes d’âges sont faits à cette période”), je ne veux pas entendre parler de ce système merveilleux aux les plus pauvres auraient intérêt à envoyer leurs enfants en garderie privée pour retirer plus de sous du gouvernement et où il n’est avantageux d’avoir une place à 7$ qu’à partir d’un salaire de 40000$ par année.

      Une farce, une vraie.

      Je paie 60$ par jour pour envoyer mes 2 enfants dans une garderie en milieu familial, j’avais trouvé une garderie à 7$ en milieu familial, un sous-sol miteux où la première question qu’on se pose c’est “comment est-ce qu’un tel endroit peut être subventionné, j’hallucine” et où le premier commentaire du responsable alors qu’on est 10 parents en ligne pour avoir la seule place disponible c’est “Je vais prendre le vôtre, il a l’âge parfait pour qu’il reste plus longtemps que les autres”.

      Faites le ménage là dedans et oui aux places à 7$ dans les garderies privées SI les conditions de qualité minimums sont atteintes.

    • Ce qui ressort des commentaires, c’est un sentiment d’injustice. Parce que l’accès au système à 7$ – en particulier au réseau des CPE – n’est pas équitable et varie d’une région à l’autre, parce que certains doivent se contenter de garderies moches, parfois peu sécuritaires, parce que certaines personnes entrent dans le réseau grâce à un bon contact et non via une liste d’attente, parce qu’une partie de la population a le sentiment de payer beaucoup de taxes pour financer un système coûteux et mal géré.

      Même s’il part d’une intention fort louable, ce système, sans être un fiasco total, est lourd et beaucoup trop complexe. S’il était bien géré, les premiers gagnants seraient les enfants. Moi, ça me fend le coeur de savoir que des petits passent leur journée dans un sous-sol moisi.

    • @rg8487

      Tu n’a pas a te sentir coupable dutout d’avoir une place

    • Il n’y a aucune raison qu’on parle de places en garderie , si c’est un service utile il doit être accessible point , combien y a-til de «place» dans les hopitaux …Dans ce système de fonfon bati exclusivement pour les bénis du 9 à 5 à l’image du profil du partisant rien n’a été pensé pour les gens ordinaires qui travaillent de nuit ou sur les quarts ou qui ont des horaires atypiques non vraiment rien …alors le privé compense les limites du fonfonnarisme d’état mais au prix réel …

      Pourquoi le gouvernement se mêle -t-il de tenter de gérer l’offre et la demande …il gère mal tout le reste … donnez aux parents un passeport garderie et laisses les choisir… De toutes manières ces dépensens finissent par être déductibles d’impot , du moins pour ceux qui travaillent …a moins que les garderies a 7 $ ce soit juste pour ….

      Le PQ tente de nous imposer l’étatisme et par son attitude nie toute contribution du privé à notre économie juste par dogmatisme … Oui on comprend qu’apr`s la gestin de M.. des libéraux les gens aient moins confiance mais justement on a vu ce que ça donne quand le gouvernement s’en mêle , plutot que de s’en mêler encore plus pourquoi ne pas être pragmatique et reconnaitre honnêtement l’apport du privé et rendre plus souple un systèmer rigide et inflexible qui répond mal aux besoins des parents …

      C’est toute la différence entre le pragmatisme et le dogmatisme … mais quand on a des dogmes dans tout on ne peut y renoncer et surtout pas pour écouter les simples citoyens …Bénit soient ceux qui possèdent la science infuse …

    • Évidemment que ces garderies actuellement privées devraient avoir le droit d’appliquer, et même en priorité. Pourquoi l’état devrait-il les compétitionner, surtout qu’elles ont ouvert pcque l’état ne fournissait pas ! Une autre affaire politique…

    • Bien sûr qu’ils devraient commencer par convertir les places existantes… Ma fille, et mon fils dans quelques mois, fréquente une garderie en milieu familial non subventionné. Nous en avons fait deux autres, et visité plusieurs, avant de trouver celle-là… et ce n’était pas beau partout!!! La première a décidé de fermer à un mois d’avis, l’autre m’a appelée un vendredi (à la fin de mes deux semaines de vacances) pour me dire qu’elle ne la reprendrait pas le lundi suivant… j’ai visité des endroits où je n’aurais laissé mon enfant pour rien au monde… j’en ai aussi visité une qui demeure dans le même complexe que la mienne, et qui me semblait bien… mais mon dieu que j’ai bien fait de ne pas la choisir parce que je la croise fréquemment, et les enfants sont laissés à eux-mêmes pendant que madame lit son livre sans les surveiller dans les modules de jeux trop grands pour eux…

      La dame qui garde ma fille est tout simplement géniale. C’est une vraie perle!!! Ça me coûte cher, ça va me coûter une petite fortune quand mon fils va y aller aussi, mais je ne l’échangerais pour rien au monde. Elle adore ma fille, ma fille l’adore, elle traite les enfants qu’elle garde comme ses propres enfants, je lui fais entièrement confiance, et c’est même devenu une amie au fil du temps. Elle est sur une liste pour être subventionnée depuis plusieurs années, elle a eu un appel l’automne dernier pour sa candidature, et on lui a dit que puisqu’elle est locataire et non propriétaire, elle venait de perdre sa priorité… C’est vraiment géré tout croche ce système, et elle a de la misère à combler ses places, ou à les garder comblées, à 30$ par jour, alors que c’est une éducatrice en or!

      Je ne l’échangerais pas pour tout l’or du monde, même si ça me coûte pas mal plus cher que 7$ par jour après réduction (ça m’en coûte environ 15 une fois tout tout tout déduit) malgré le fait que nous n’avons pas de très gros salaires… j’ai hâte (ou pas, en fait) de voir combien ça va coûter pour les deux…

      Mais je n’ai pas l’intention de changer de place, parce que le bien-être et l’éducation de mes enfants n’a pas de prix, et avouons-le, l’éducatrice passe probablement plus de temps avec nos enfants que nous quand les deux parents doivent travailler à temps plein.

    • @Ska_
      Je commence à être vraiment tannée de cette logique. On veut que les riches paient plus d’impôts et en plus qu’ils paient plus pour les services.
      Il va falloir se brancher: Soit les riches paient plus d’impôts et ont accès aux mêmes services. Soit on paie tous les mêmes impôts et les services, selon les revenus. Mais pas les deux. Je suis tannée de payer deux fois.

    • Par chez-nous, trouver une place en garderie privée n’est vraiment pas difficile (en trouver une bonne, peut-être, mais c’est une question de choix!). J’ai même eu l’embarras du choix quand j’ai dû trouver un nouvel endroit pour mon poupon (-18 mois) et ma grande. J’ai même visité un milieu familial affilié au CPE à 7 $. Et non, on ne l’a pas aimé…

      Pourquoi créer de nouveaux espaces pour les enfants alors qu’il y en a déjà tellement de disponibles? Avouez-le! De 1) ça coût plus cher bâtir un nouvel édifice et acheter de nouveaux équipements que de changer un statut, de 2) le principal effet sera de prendre les enfants du privé et de les envoyer au public.

      Je paie 2×28 $/jour pour une éducatrice en or, avec un environnement et des activités superbes. Mes enfants sont très heureux. J’aimerais que mon porte-feuille le soit autant!

    • @nmartins
      Qui parle de payer 2 fois? Prenons comme hypothèse un monde ou les places à 7$ n’existent pas. Si tout le monde recevait un crédit d’impot en fonction de son revenu, tout cela demeurerait équitable.

      Oui, le riche, en argent sonnant, débourserait plus. Mais le ratio “argent déboursé / revenu total” deviendrait équitable pour tout le monde.

    • J’ai payé 45 $ pour mon bébé jusqu’à 18 mois et je paye 35 $ maintenant dans une très belle garderie privée non subventionnée du Plateau. Ce que plusieurs ne semblent pas comprendre, c’est que mon 45 $ ne me coûte que 16 $ par jour avec le remboursement anticipé du gouvernement, et ce, même si mon conjoint et moi avons de très bons salaires. Et ce, c’est sans compter sur le crédit d’impôt du fédéral. Bref, les places à 45 $ ne sont pas plus chères que celles à 7 $. Elles sont même parfois moins chères si vous gagnez des salaires moins élevés. Et je peux vous dire que ma garderie est neuve, avec de très grands locaux, très équipée en jouets et comme il y a moins d’enfants, les éducatrices ont plus de temps pour mon enfant. Vive les garderies privées et vivement leur conversion en places à 7 $ si ça peut satisfaire les parents!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2012
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Archives

  • publicité