La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 6 février 2013 | Mise en ligne à 8h59 | Commenter Commentaires (18)

    Mesdames, messieurs, pensez-vous à vous?

    Un récent sondage semble indiquer le contraire: interrogées par Léger Marketing, 60% des mères affirment ne pas prendre le temps de prendre soin d’elles. Pire: 70% ne se classent même pas dans leurs trois principales priorités. Les priorités des mamans, semble-t-il, sont plutôt de nourrir les enfants, jouer au taxi, aider aux devoirs, bref, vous connaissez le refrain aussi bien que moi.

    Vrai, le sondage en question est financé par Becel, le commanditaire en titre de la Fondation des maladies du coeur et de l’AVC. N’empêche que les résultats donnent tout de même à réfléchir: 27% des femmes interrogées négligent d’aller chez le médecin, 57% de faire de l’exercice, et 30% de manger sainement. Plus de la moitié des mères passent aussi leurs temps libres à reconduire un enfant ici, un autre là, etc.

    Vous reconnaissez-vous? Et les papas aussi, j’imagine? Sentez-vous pour autant que vous vous “négligez”?

    Parenthèse: personnellement, même s’il est vrai que je fais le taxi tous les jours, je dois avouer que oui, cela me fait aussi plaisir de le faire. Dans le fond. Parce que quand je vais reconduire mes filles à la gym, disons, je les regarde des heures, non pas parce que je néglige ma propre activité physique (quoique…) mais parce que j’aime les regarder, tout simplement! Tout cela pour dire que rien n’est blanc, rien n’est noir. Et parfois, pendant que les enfants sont à la gym, oui, j’en profite pour faire du sport à mon tour. Mais toujours? Bien sûr que non. C’est ça aussi, devenir parent, non?

    Alors dites-moi, vous, avez-vous le sentiment de vous “négliger”? Quels sont vos trucs pour pensez à vous dans le tourbillon des obligations?

    Tags:


    • Bon matin Mme Galipeau,
      Je suis maintenant un grand-papa. Ayant quatre enfants, j’ai “heureusement” vécu ces moments de prédilection avec mes enfants. Il était agréable de les voir s’épanouir dans des domaines qui étaient les leurs. Aujourd’hui, c’est en tant que grand-papa que j’accompagne deux de mes petits-enfants. J’aide aux devoirs et aux leçons. Je le fais depuis leur première année du primaire. Aujourd’hui, mon petit-fils est en première secondaire. Ma petite-fille est en sixième année. Nous avons développé une belle complicité. C’est gratifiant de les voir aller. Ils me sont très reconnaissants pour l’aide que je leur apporte. Et moi, dans tout ça? Je m’oublie un peu, c’est vrai. Mais je ne changerais pour rien au monde cette belle opportunité qui m’est offerte d’accompagner ces deux êtres que j’aime beaucoup. Bonne journée.

    • Ce serait intéressant de comparer les mêmes données avec celles des femmes sans enfants.

      Basé sur ma modeste observation, je ne trouve pas forcément que les femmes sans enfant prennent davantage “soin d’elles”. Idem pour les hommes.

      L’intérêt de la comparaison serait de vérifier les CAUSES de cette négligence. Les enfants, vraiment? Mon hypothèse: généralement, non. En fait, devoir s’occuper de ses enfants peut même nous pousser à avoir des habitudes de vie plus saines.

      À tout hasard, vous ne sauriez pas s’il existe une telle étude comparative?

    • Trop souvent nous mélangeons amour et culpabilité, nous devenons surprotecteurs, contrôlant, enveloppant, nos parents ne se posait pas ce genre de questions, ils nous laissaient vivre. Je suggère pour lecture ” La petite et le vieux” de Marie-Louise Lavoie.
      M.Leduc

    • Bonjour, le truc pour prendre du temps pour soi c’est l’efficacité et faire des choix.

      Mon 1er choix a été de travailler temps partiel. En gros je fais 1 heure de moins que la cédule habituelle. Mon conjoint, lui, a souvent refusé des postes trop prenants.

      En plus, pendant que mes enfants font une activité physique, un parent les surveille, un autre s’entraine ou fait le ménage (sauf pour événements spéciaux, ex spectacle, compétition ou passage de ceinture en arts martiaux). Des fois les 2 parents partent, dépendant de l’activité. Notez que nos enfants ont une activité chaque jour (oui vous avez bien lu, chaque jour).

      Le ménage se fait portion par portion, pas tout d’un coup (ex planchers sont lavés sur 2 jours).

      Et mon meilleur…. Quand je ne suis pas pressée de rentrer tôt à la maison, je rentre du travail en course à pied au lieu des transports en commun. OK je fais dure avec mon linge moche et mon sac à dos cette journée la, mais je m’en fous.

      Donc coté sport aucune excuse. Mon conjoint a fait le marathon l’an passé et moi je vais faire le demi en septembre à MTL. Ah et j’oubliais, on gère 2 bâtisses avec tout cela!!!!

      Par contre coté loisirs ca laisse à désirer, toutes les activités sont centrées autour des enfants et de la famille. Pas de ciné, spectacle, resto, gardienne, weekend en amoureux, etc… par contre notre gâterie est notre voyage chaque année avec les enfants. Cela nous donne le gout de continuer au rythme éfréné que nous avons.

      Je pense que coté cœur et forme physique, je suis OK, mais coté mental il faudrait un peu plus d’efforts pour le repos pcq des fois, on est sur le bord de la crise de nerfs!

    • Je crois qu’il faut trouver un juste milieu. Tous les temps libres d’une famille ne peuvent pas être exclusivement consacrés aux activités des enfants, l’inverse est également vrai. Je crois que l’entraînement de maman tout comme le hockey de papa doivent être cédulés au même titre que la gymnastique ou le hockey d’enfant 1 et d’enfant 2.

      Il est de mon avis que les parents font partis de la famille et qu’ils ont également le droit à leur “temps pour eux”. Il s’agit que l’équilibre que notre famille essait de maintenir.

    • Des fois, oui, j’ai l’impression que je me néglige… Je manque de temps, je cours, et c’est souvent le temps “pour moi” qui prend le bord. On se fait tellement tout le temps dire qu’on n’en fait jamais assez pour nos enfants, qu’ils font pitié, que les parents d’aujourd’hui sont de mauvais parents (individualistes, carriéristes, etc.) Quand on entend ça, on se dit “pas moi, pas nous” On fait ce qu’on peut pour leur donner le maximum et comme il n’y a que 24 heures dans une journée… il y a des limites à ce qu’on peut faire. Donc souvent, oui, je fais passer mes enfants en premier et c’est correct, ce n’est pas un hasard, c’est ce que j’ai choisi. Parfois je me rends compte que ça devient ridicule, alors je prends une pause et j’essaye de rétablir l’équilibre.

      Ex: ma fille fait du ballet. Les parents ne sont pas admis dans le local. Au début, je m’apportais un livre et un café, et j’en profitais pour lire, tranquille, et relaxer, pendant une heure. Une heure pour moi. Puis une semaine plus chargée que les autres, j’ai décidé de profiter de cette heure pour passer au guichet, à l’épicerie et à la pharmacie. Et c’est devenu la norme. Le samedi matin, pendant que ma grande était au ballet, j’en profitais pour faire le maximum de mes commissions, souvent avec ma plus jeune. Avec un certain stress parfois, quand la file était trop longue à la caisse ou que les lumières rouges me ralentissaient… avec l’inquiétude d’être en retard pour aller chercher ma fille après son cours. Et je ne l’ai jamais été, en retard… jusqu’à ce que, il y a quelques semaines, je fasse un accident. Pas de blessés, heureusement, mais perte totale pour l’auto, quand même. Et ma fille a attendu toute seule avec son prof de ballet que son papa, que j’avais appelé, passe la chercher pendant que je m’occupais de remplir un constat et de faire remorquer l’auto. Et dans tout ça, c’est à elle que je pensais… ma petite ballerine, seule, probablement piteuse, qui se demandait pourquoi je n’étais pas là. La semaine suivante, je reprennais avec plaisir mon heure pour moi, mon bouquin, mon café… au diable le reste! Pour elle et pour moi… et parce qu’il y a des limites à courir tout le temps!

      L’équilibre est souvent difficile à trouver et encore plus à garder.

    • Non.

      C’est certain que je ne promène pas en talons hauts la semaine longue, mais je ne suis pas une ‘’soccer mom” qui passe ses journées en pantalons de coton ouaté. Il y a un juste milieu. Je ne me maquille pas beaucoup mais je me maquille tout de même. Je l’ai toujours fait, enfant ou pas. Ça fait partie de moi.

      Je cuisine tous les jours pour la famille. Autant cuisiner santé et manger la bouffe que je fais. Les parents prêchent pas l’exemple.

      Je marche énormément. Quand mes enfants étaient bébés, j’ai usé les roues de la poussette tellement je prenais des marches. Quand ils ont grandi, j’ai beaucoup joué dehors avec eux. Quand ils ont eu des activités, je me suis remise à la marche pendant leurs activités. Je fais aussi du patin pendant les pratiques de hockey ou encore en attendant la partie de hockey (il faut être là une heure avant) car nous avons la chance d’avoir l’anneau de glace juste en arrière de l’arena. Je le fais dès que l’occasion se présente. Suffit de savoir s’organiser un peu.

      Côté social, j’ai déjà mes amies, nous avons des amis de couple et suivant les équipes de hockey ou de football, on trouve toujours quelques personnes qui ont des atomes crochus avec nous et qui nous permettent de passer du bon temps en regardant les enfants faire leur sport.

      Le tourbillon des devoirs, ménage, lavage et autres ne me dérangent pas. Enfant ou pas, il faut bien le faire ce ménage et ce lavage.

      Mes enfants et mon chum m’apportent beaucoup, je me sens bien avec eux. Pour rien au monde je ne changerais ma vie. C’est certain qu’elle est pas mal différente de ce qu’elle était avant les enfants. Nous n’allons plus manger au resto 2 fois semaine, nous ne nous couchons plus aux petites heures après avoir fait un doublé au cinéma ou encore nous ne passons plus notre dimanche matin au lit. Peut-être que nous le ferons dans quelques années lorsque les enfants seront partis de la maison. Mais peut-être pas, j’ai évolué et ce temps est révolu. Je suis passé à autre chose et non franchement je ne sens pas que je manque quelque chose. Encore moins que je me néglige. Et en plus, j’ai 3 gars qui prennent soin de moi. Pourquoi se plaindre?

    • Cette question est pourtant très essentielle et lorsqu’on est maître Reiki, elle est d’autant plus facile à répondre. En unissant l’énergie Universelle à l’énergie de la Terre, en fait, qui prend racine dans l’abondance matérielle, cadeau de la Grande Création, pour nous êtres humains, nécessairement, viser la perfection, que beaucoup de gens ont abandonné dans cette société État-Providence, ou État-”je crée des fainéants à la pochetée”, est un idéal jeté à la poubelle.
      Pensez-à-soi, sans avoir eu de formation sur le sujet, demeure un concept très primitif.
      Donc, la première chose à faire, c’est justement de faire des choses, de développer et de s’épanouir dans des domaines qui nous passionne. Peu importe, en autant que c’est légal: les arts, la science, le journalisme, les affaires etc. J’ai hâte que le Québec se dote de maires incorruptibles, passionnés pour leurs responsabilités face aux citoyens, aimant leur travail.
      De mon côté, je me passionne pour plein de choses: la science, la guérison par le Reiki, l’informatique, et, avant tout, mes proches, voir à ce qu’ils soient heureux.
      En fait, cette formule est très bien expliqué dans le livre:”Le Secret”.
      Actuellement, je suis en train d’étudier Photoshop, car je veux… Le bienfait de pratiquer des activités que l’on aime, c’est qu’on est en vacances à longueur d’années.

    • en tant que pere celib. a 100% (pas de garde partagee) oui , tout a fait , mais je me console a penser tout ce que mon ex rate pour courrir apres le success professionel

    • J’étais totalement centrée sur mes enfants, dès leur naissance.

      Non seulement je n’ai pas pris soin de moi mais j’ai négligé leur père. Et ça s’est soldé par une séparation.

      Si c’était à refaire, je ferais beaucoup de choses autrement.

    • Avec un gars de 4 et une fille de 2 ans on a que de 8 à 10h pm comme temps libre la semaine. J’espère que ça va changer.

    • Je suis chretien et je vous donne temoignage de ma vie avec Dieu ,donc je pense tres peu a moi et beaucoup a mon Sauveur ,j’ai une relation d’Amour continue et c’est tellement fort cet amour que j’en pleure de joie a chaque fois que je m’approche de lui.Plus on donne a Dieu et plus il nous donne en echange ,il a complement transforme mon coeur,maintenant je sais ce que c’est l’amour inconditionnel et sans restriction,plus je l’aime et plus je veux l’aimer davantage je suis comme une biche qui soupire aupres des courants d’eau .Donc je pense a lui et lui il pense a moi,et le plus beau c’est que cet amour va jaillir dans l’eternite’. La couronne de vie est la plus grande recompense qu’on puissent obtenir et je coure afin de l’obtenir.

    • Tout ce que j’ai pu faire avec et pour mes enfants m’a apporté un grand bonheur personnel et je ne regrette rien. Penser au bien-être de ses enfants et faire tout ce qui en découle: aide aux devoirs, taxi, sports, magasinage, etc., a été bien plus gratifiant pour moi et pour leur mère que n’importe quelle activité individuelle.
      À bientôt 60 ans, je suis retraité depuis près de deux ans et j’ai tout le temps pour ne penser qu’à moi. Mais ça finit par être ennuyant…

    • @eternite

      Ça ne vous es jamais venu à l’esprit que vous pourriez diriger cet amour et ce temps que vous donnez à votre Dieu, à quelqu’un qui existe pour vrai, qui es près de vous et qui ferait une réelle différence dans votre vie et dans la sienne?

    • Ce qui marche pour nous est le partage de toutes les tâches que ce soit ménagères, éducatives, taxi ou autre.

      Mais malgré tout, on a pas pris de vacances en amoureux depuis 8 ans. Peut-être que ce sera pour bientôt…

    • @ abomination Dieu existe,je lui ai parle’ ce matin, d’ailleurs la nature entiere me demontre son existance .Toi tu devrais penser un peu plus a lui et un peu moins a toi peut etre? Que sert t’il a l’homme de gagner le mon s’il perd son ame? La foi c’est personnel.Le probleme c’est que c’est une denree rare car le monde est pervertis par les convoitises. Moi j’ai mise’ sur Dieu et ca rapporte.

    • Non, je ne me néglige pas. Je sors au resto avec mon conjoint (le père de mon enfant), je vais au spa avec mes soeurs, je profite de mes soirées pour lire et regarder la télé, je fais du sport le midi. Je travaille bien sûr à mi-temps pour pouvoir faire tout ça. Mon conjoint et moi on s’entraide beaucoup et on s’en sort plutôt bien. Il faut dire par contre qu’on n’a qu’un seul enfant.

    • je dédie ceci à tous ceux qui aiment parler d’eux-même:

      ” I’ve always assumed that people who frequently use words like “I,” “me,” and “mine” are probably more egotistical than people who don’t.

      But as James Pennebaker of the University of Texas notes in his book, “The Secret Life of Pronouns,” when people are feeling confident, they are focused on the task at hand, not on themselves. High status, confident people use fewer “I” words, not more.” (David Brooks, NY Times)

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2011
    L Ma Me J V S D
    « nov   jan »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité