La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 21 janvier 2013 | Mise en ligne à 13h09 | Commenter Commentaires (51)

    Votre enfant à l’école à 4 ans?

    Ainsi donc, nous apprend la collègue Pascale Breton ici, le programme de la maternelle 4 ans semble drôlement plus compliqué à implanter que prévu. Pourquoi cela? Manque d’argent, de locaux, de formation, et surtout de temps, nous apprend l’article.

    L’objectif, on s’en souvient, est ici de lutter contre le décrochage scolaire, en proposant, d’abord aux familles défavorisées, l’option d’envoyer leur enfant dans une école dès 4 ans. Le but? Offrir à l’enfant un programme et un encadrement de qualité.

    Seulement voilà, même ledit programme ne semble pas faire l’unanimité: certains prônent plutôt de miser sur les centres de la petite enfance, d’autres préfèrent un programme à temps partiel, bref, plusieurs voix semblent craindre cette scolarisation précoce, aussi bien intentionnée soit-elle.

    On le sait, bien d’autres pays scolarisent les enfants plus tôt qu’ici. Je pense notamment à la France, où certains petits entrent à l’école dès deux ans. Alors dites-moi, qu’en pensez-vous? Pour ou contre l’école à 4 ans?

    Tags:


    • J’habite Ottawa. Mes deux filles sont entrées à la maternelle à temps plein à 4 ans. Aucun regret. Ma plus jeune adore ça et ma plus vieille, maintenant en 1ère année, savait lire à 5 ans. Le mélange éducation et activités ludiques est bien dosé. Vient un temps où les enfants ont besoin d’apprendre clairement, sans jouer. Cela dit, et c’est important de le mentionner, les gens à l’extérieur du Québec n’ont pas droit au régime de garderie super avantageux du Québec. L’entrée à l’école est donc la bienvenue, tant au niveau du développement de l’enfant qu’au niveau du porte-feuilles des parents.

    • Ca change la vie de plein d’enfants à l’école à mon épouse. Certains touchent à des crayons, des ciseaux, de la peinture … pour la première fois de leur vie. C’est intéressant pour les milieux défavorisés. Pour les autres … je ne sais pas.

    • Si c’est aussi bien implanté que les CPE les maternelles vont être installée en premier dans les comtés prenables aux prochaines élections, dans les quartiers riches et pour toute autre raisons politiques pas rapport avec les réels besoins.

    • Je suis contre pour mes enfants. Ils sont à la maison jusqu’à la maternelle, sauf quelques heures/semaine dans une pré-maternelle privée (groupes de 6 enfants). Cela n’a jamais retardé leurs apprentissages scolaires, mes deux plus vieux étant des premiers de classe. Cela ne me dérange absolument pas qu’ils apprennent à lire à 6 ans, en première année, tel que prévu dans le curriculum scolaire. Je suis d’avis qu’on doit laisser les enfants être des enfants le plus longtemps possible. Le tourbillon des devoirs et des leçons vient bien assez vite les surprendre.

      Ceci dit, je comprends très bien que ce soit important pour certains enfants d’être en contact avec le milieu scolaire un peu plus tôt. Que ce soit pour des besoins propres à l’enfants ou pour des besoins propres aux parents, il est bon qu’un tel système soit accessible. Par contre, il me semble que ce serait très simple d’ajuster le curriculum de la dernière année en CPE pour arriver au même résultat. Pourquoi inventer une nouvelle structure pour supporter ces enfants alors qu’ils sont déjà réunis dans un même endroit?

      Pour les enfants dont les parents ont fait le choix de les garder à la maison, peu importe leurs raisons et leurs revenus, il existe déjà les pré-maternelles 4 ans à mi-temps dans les écoles. C’est gratuit. Une demi-journée est suffisante pour stimuler les enfants et les rendre au niveau maternelle (c.f. premier paragraphe). Si certains enfants ont besoin de plus, on n’aurait qu’à les référer au CPE le plus proche.

    • Pendant leur dernière année de garderie, je sentais bien que mes garçons étaient prêt pour l’école.

      En autant que les activités éducatives soient biens adaptés à leur âge, je n’ai aucun problème avec la maternelle à 4 ans.

    • Mon plus vieux (5 ans en septembre) a commencé la maternelle cette année. Ma fille, qui aura 3 ans dans les prochains jours, nous casse les oreilles sans arrêt avec “Moi aller à l’école bientôt?”. J’ai comme pas encore osé lui dire que non, à 3 ans, on ne va pas à l’école…

      Mais grand en maternelle, il est complètement désillusioné, lui, il pensait et voulait apprendre à lire cette année, pas faire du bricolage sans arrêt. Je comprend que le bricolage est important pour la dextérité fine, mais parfois je me demande si nous ne sommes pas, comme société, pas assez exigeant avec le potentiel de nos enfants. Il me semble, à mon humble avis, qu’on pourrait leur montrer à lire un petit peu, pas lire Molière mais des petits livres?

    • Mes 2 fils ont commencé l’école à 3 ans. Bébés, ils ont été gardés en milieu familial et quand ils ont vieilli un peu, nous cherchions un milieu plus stimulant. Pas un milieu à temps plein mais 2-3 jours par semaine où ils pourraient apprendre tout en s’amusant. Un milieu qui compléterait l’aquis de la maison. Nous l’avons trouvé à Montessori. Maintenant il existe plusieurs écoles qui acceptent les enfants en jeunes âges mais il y a 12 ans dans notre milieu c’était la seule.

      À l’âge de 4 ans, ils étaient à temps plein pour la pré-maternelle et à 5 ans ils ont fait leur maternelle à cet endroit. Ils ont ensuite été à l’école primaire du quartier de la 1ère à la 6ème.

      Oui, ils savaient lire, écrire, compter, additionner, soustraire à leur arrivée en 1ère année. Oui, ils étaient premiers de classe. Mais je vous dirais que l’écart diminue après Noël ou en 2ème année. La grande différence est dans la facilité des devoirs. Pour eux, les devoirs étaient faciles. Ils n’ont jamais rechigné pour les faire parce que jamais de mauvaises expériences. Avec les années, les devoirs sonr devenus plus difficiles mais ça été tellement graduel dans notre cas que même maintenant en secondaire 2 et 4 nous n’avons aucun problème avec les devoirs et leçons.

      Beaucoup de mes frères et soeurs travaillent dans le milieu scolaire et étaient contre notre choix de commencer l’école tôt: trop jeunes, pas d’enfance, trop sévères, plusieurs croyaient qu’on en ferait de petits chiens savants… Je réponds à ces détracteurs que ce n’est pas vrai. Les jeux occupent beaucoup, énormément de place. Les enfants apprennent en s’amusant. Mais surtout le mot d’ordre est A-U-T-O-N-O-M-I-E. Et franchement, c’est ce qui m’attire dans le choix de commencer l’école jeune. Il n’est pas normal qu’un enfant de 5 ans ne sache pas s’habiller seul, ne sache pas attacher ses souliers seul, ne sache pas qu’on écoute madame le prof quand elle parle si on veut comprendre ce qu’elle dit,… Il faut leur offrir un cadre souple, mais un cadre tout de même malgré leur jeune âge.

      Il y a des enfants qui n’ont jamais regardé un livre à leur entrée à la maternelle! Et je ne vous parle pas des parents qui ne font pas faire de bricolage avec leurs enfants parce que c’est trop salissant! Triste.

      Dans certains milieux plus défavorisés, c’est primordial. Dans les autres milieux aussi. Plus jeunes ils apprendront l’autonomie et la socialisation, mieux se sera. Plus jeunes, ceux qui ont des problèmes résolubles seront pris en charge, mieux le système se portera aussi.

    • Je suis pour. Rendu à 4 ans, un enfant est le plus souvent prêt à sortir du cocon familial et à être stimulé avec d’autres enfants. Je ne crois pas que ça soit précoce, 4 ans ce n’est pas comme aller à l’école à 2 ans! Ce projet permettrait aux enfants de milieux défavorisés d’être stimulés convenablement, car soyons francs, quand des parents sont pris avec divers problèmes permanents (pauvreté, dépendance, maladie, etc.) ils ne sont pas en mesure d’offir un environnement très adéquat, malgré toute la bonne volonté.

      Par contre, je crois que la décision devrait revenir aux parents et que ça reste optionnel, et surtout que les services sociaux rencontrent ces familles pour leur expliquer les bienfaits d’une scolarisation à 4 ans. Ainsi, les parents pourront prendre une décision éclairée.

    • Honnêtement, je ne sais pas. Je ne sais pas si je devrais être pour ou contre.

      Je suis entrée à l’école à 5 ans, à l’époque des demi-journées. Je ne me sens pas lésée dans mon éducation. J’ai toujours bien réussi. Je ne me suis jamais sentie en retard sur les enfants qui étaient allés en “pré-maternelle”.

      Je crois que c’est plus une question de cas par cas. Oui, peut-être que ce serait bien dans les coins plus défavorisés où les enfants n’ont peut-être pas la même stimulation scolaire. Mais en même temps je doute que ça puisse prévenir le décrochage scolaire rendu au secondaire. (je me trompe peut-être) Mais provenir d’un milieu défavorisé n’est pas le seul facteur déterminant la réussite scolaire. La motivation, l’encadrement, les amis… jouent pour beaucoup dans l’équation (à mon avis, je ne suis pas une spécialiste).

      J’ai une amie qui enseigne dans une école secondaire défavorisée… les jeunes attendent d’avoir 16 ans avec impatience pour pouvoir lâcher l’école et aller travailler dans une “shop” et autres petites job qui nous paraissent bien payantes à 16 ans. Je ne crois pas que d’avoir commencé l’école à 4 ans les auraient gardés sur les bancs d’école plus longtemps. La motivation des jeunes n’est pas là. L’école n’est pas valorisée par les parents dans bien des cas. Alors pourquoi se forcer quand on peut arrêter l’école à 16 ans et faire du “cash”??? C’est la mentalité là-bas.

      Et j’ai une autre amie qui provient d’un milieu plus défavorisé. Mais elle avait la motivation et disons la “fibre” étudiante, elle est présentement en train de terminer sa maîtrise. Elle est la seule de sa famille à avoir fait des études universitaires et elle était une des meilleures de notre promotion au bacc.

      Alors pour être très honnête, je crois que les ressources devraient être mises ailleurs. Comme dans l’emploi de spécialistes plutôt que dans l’entrée à l’école à 4 ans pour tous.

    • Je suis pour la maternelle à mi-temps avec un service de garde orienté sur la grande motricité. Donc faire oui découpé des truc dessiner etc….

      Mais aussi les faire bouger, jouer avec un ballon, courir, etc…

    • Pour ma part, j’espère que ce sera implanté dans ma ville d’ici à ce que mon garçon aîné ait l’âge (il a tout juste 2 ans). Nous avons fait le choix que je reste à la maison donc c’est sûr que mes enfants ne socialisent pas autant que ceux qui vont à la garderie. Je l’enverrais bien en Passe-Partout, mais ma commission scolaire à Laval n’offre pas ce programme et pourtant il y en a des quartier défavorisés à Laval. J’avais pensé envoyer mes enfants en pré-maternelle à 4 ans, mais même si je ne me suis pas encore renseignée, je me dis que ça ne doit pas être donné. Comme il n’y a qu’un seul salaire qui rentre chez nous, j’apprécierais beaucoup ce coup de main!

    • @mimi25
      A la maternelle, ils apprennent à reconnaitre les lettres. Comment les écrire. Quels sons, ils représentent. Trouver des mots qui commencent par une lettre en particulier. Trouver toutes les occurrences d’une lettre dans un texte. B + A = BA … C’est un éveil à l’écriture. A un moment donné certains vont décoder et d’autres vont carrément lire.

    • Je ne suis pas sur d’être pour, mais étant donné le mauvais encadrement de l’ensemble des garderies et les horreurs (en terme d’éducation) qu’on y découvre… je ne suis pas contre!

    • Je suis d’accord avec l’idée d’implanter la maternelle 4 ans, mais seulement pour les enfants qui vivent dans des milieux défavorisés. Pas pour les milieux favorisés ; ils n’en ont souvent pas besoin, pour la grande majorité. En tant qu’enseignante, j’ai vu la très grande différence entre enseigner en maternelle dans un milieu défavorisé et un plus favorisé. C’est fou à quel point les connaissances de base ne sont pas du tout les mêmes. Je crois qu’une année de plus à l’école pourrait faciliter leur entrée en maternelle (motricité, connaissances).

      Cependant, je ne sais pas comment le MELS pourrait trouver une façon de former des enseignants pour faire ce que les éducatrices font déjà. Honnêtement, je trouverais assez délicat d’avoir mon salaire d’enseignante pour faire les mêmes tâches qu’une technicienne en éducation à l’enfance. Les éducatrices des CPE 4 ans des milieux favorisés devraient-elles donc avoir le salaire d’une enseignante ?

      J’imagine que ce serait non-obligatoire (comme la maternelle) et gratuit, donc des coûts assez importants seraient à prévoir pour le gouvernement/la population, mais la gratuité pourrait être intéressante pour les gens ayant des moyens financiers plus limités, car ils auraient un an de moins de garderie à payer.

      Ouf ! Méchant casse-tête, mais l’idée de base est bonne et serait sûrement profitable pour beaucoup d’enfants.

    • @Buzer
      Merci de vous en tenir aux commentaires et d’éviter l’auto-promo svp. Merci!

    • @snapeblakerose
      “Comme dans l’emploi de spécialistes plutôt que dans l’entrée à l’école à 4 ans pour tous.”
      Ca fait bien du sens économiquement. Il faut maximiser l’utilisation des ressources.

    • @snapeblackrose: Le texte spécifie bien que ce serait destiné aux familles défavorisées, dans les quartiers pauvres…Contrairement à ce que vous croyez, ce n’est pas la maternelle à 4 ans “pour tous”!

      @ PauleM: Oui, cela aura un coût mais pas tant que ça, puisque les enfants qui iraient à la maternelle ne se retrouvent ainsi pas dans un CPE (ou autre milieu de garde subventionné). Et ce coût serait épongé à long terme, c’est prouvé que le préscolaire est bénéfique pour les enfants de milieux pauvres (= citoyens impliqués et scolarisés dans le futur, moins de criminalité, moins de placement en centre d’accueil, etc.)

      @ nemo: tellement d’accord avec vous! L’autonomie est très importante chez les enfants. L’éducatrice de mon enfant vient d’Afrique du Nord et a travaillé dans le milieu de l’éducation dans son pays, elle me dit très souvent combien elle est très étonnée depuis son arrivée au Québec de constater le peu d’autonomie chez les 4-5 ans…

    • Encadrement de qualité? On parle bien de notre système scolaire là?

      Je suis contre. À 4 ans, ce sont encore des bébés. Est-ce qu’on peut les laisser être des bébés? Ils vont être sur les bancs d’école pour un minimum de 11 ans, et certains y seront beaucoup plus longtemps. Est-il vraiment nécessaire de les voir à l’école sitôt sortis des couches?

      On a souvent parlé des écoles perçues comme des garderies par certains parents. On s’y débarrasse de ses enfants avec un soupir de soulagement. On a aussi parlé de l’endoctrinement forcé de nos enfants, ne serait-ce que par le fameux cours d’éthique religieuse qui en décoiffe plusieurs. Un enfant, pour se développer harmonieusement, a besoin de parents qui l’entourent, qui jouent avec lui, qui lui parlent. Il a besoin de l’assurance d’un foyer chaleureux.

      Milieux défavorisés ou pas, ce n’est pas parce qu’on vient d’un milieu pauvre qu’on est fatalement condamné à l’échec scolaire et un milieu favorisé n’est pas non plus un garantie de succès!

      On veut parer au décrochage? Qu’on prenne donc le problème à la base: qu’on respecte le statut des profs, que les parents valorisent l’école au lieu de ficher le camp dans le Sud en pleine année scolaire, qu’on voie aux devoirs et aux leçons des enfants, qu’on dise en tant que parent ou en tant que société que l’école ouvre bien des portes au lieu d’utiliser devant les enfants le persiflage de mauvais aloi qu’on voit trop souvent ici.

      Du côté gouvernemental, qu’on cesse de rendre tout le monde chèvre avec les maudites réformes qui ont fait du tort à plus d’une génération d’élèves et qu’on s’assure que les écoles sont correctement subventionnées: sur ce sujet, je ne vais pas élaborer à cause de l’incompétence et de l’opportunisme crasse du gouvernement en place! Qu’on cesse aussi sous le fallacieux prétexte du tout-le-monde-il-est-beau… de vouloir intégrer les non-intégrables à tout prix, qu’on cesse de valoriser la médiocrité pour ne pas faire de la grosse pépeine, un cancre est un cancre et un élève studieux qui réussit a le droit d’être félicité pour ses efforts au lieu de se faire dire de ne pas se péter les bretelles pour ne pas peiner le paresseux!

      Il y a autre chose à faire qu’écœurer les enfants un an plus tôt pour contrer le décrochage. Mais les décideurs qui envoient leurs enfants au privé sont incapables de voir plus loin que le bout de leur nez.

      On voit les résultats de leurs géniales idées et on LES PAYE le gros prix de longues années après la preuve que c’était une grave erreur.

    • Je suis pour. Je considère que les apprentissages de base des enfants ont lieu trop tard. Il m’arrive souvent de lire, sur un forum ou un autre, des témoignages de mères qui se sentent jugées pcq leur enfant qui commence la maternelle ne sait pas découper, ni dessiner, ni s’habiller seul…. De plus, quand je lis que le summum de l’apprentissage, à la maternelle, est d’apprendre ses lettres, je suis découragée.

      Ma fille a 2 ans et demi et elle commence à les apprendre ses lettres et ses chiffres. Elle commence à découper. Elle sait tenir un crayon presque correctement. Elle peinture et elle sait coller. Elle apprend également à s’habiller seule. Je suis découragée de voir que ces apprentissages, qu’elle aura forcément acquis d’ici les 3 prochaines années, seront mis de l’avant à la maternelle……. À 4 ans, je pense que la plupart des enfants seraient prêt pour un apprentissage plus approfondie.

      Laisser les enfants être des enfants? Je n’ai jamais compris cette maxine, cette mentalité comme quoi qu’une fois l’école commencée, tout est fini. Je trouve ce mode de pensée extrêmement péjoraitf face à l’école. Intrinséquement, la plupart des enfants ont hâte de commencer l’école! Les enfants que je connais qui sont à la maison se meurt d’ennui rendu à 4 ans et pour cause: ils veulent des amis! Ils veulent être dans une dynamique de groupe! Et je les comprend car j’étais pareil au même âge. Ma petite enfance à la maison? Je me rappelle surtout de l’ennui et de l’ennui et de à quel point je m’ennuyais………… Il est donc faux de prétendre que tous les enfants sont heureux d’attendre 5 ans pour commencer l’école et que dire de ceux qui sont nés en octobre qui doivent attendre 6 ans!

      Bref, je suis pour, mais le système devrait être bien implanté à commencer par les quartiers défavorisés. N’en déplaise à plusieurs, les statistiques sont éloquentes, un enfant issue d’un milieu défavorisé à plus de chance de finir décrocheur qu’un enfant issu d’un milieu aisé. Quand un enfant arrive en 1ère année sans savoir écrire son nom ou encore pire tenir son crayon, comment voulez-vous que sa scolarité se passe bien???? Il ne faut pas oublier que la maternelle, ce n’est pas obligatoire…. On devrait peut-être commencer là: à la rendre obligatoire.

    • Je pensais que les CPE avaient pour but de régler ces mêmes problèmes, lorsqu’ils ont été conçus.

    • @loubia
      “Encadrement de qualité? On parle bien de notre système scolaire là?”

      Le système scolaire canadien est un des meilleurs aux monde, et le Québec fait belle figure au sein du Canada. Tout le monde n’est pas beau et gentil, mais il faut sortir du pays un peu pour voir que nous avons un système scolaire très acceptable, particulièrement au primaire. Est-ce qu’il y a place à l’amélioration ? Bien sûr. Il y a toujours place à l’amélioration. Mais il faut être constructif un minimum. À vous lire, le système scolaire québécois, c’est comme le goulag.

    • @ loubia: Vous confondez la maternelle avec l’éducation scolaire du primaire. C’est différent.

      “Milieux défavorisés ou pas, ce n’est pas parce qu’on vient d’un milieu pauvre qu’on est fatalement condamné à l’échec scolaire”

      Malheureusement, les statistiques disent le contraire. La majorité des jeunes qui connaissent des échecs scolaires proviennent de milieux défavorisés. PERSONNE n’a dit que c’était SYSTÉMATIQUE, mais la réalité est que la corrélation existe. Jouer à l’autruche n’aidera en rien…

    • @loubia
      La maternelle, 4 ou 5 ans, n’est pas obligatoire. Ceux qui ne veulent pas y envoyer leurs enfants n’ont qu’à les garder à la maison.

      “À 4 ans, ce sont encore des bébés. ”
      Lisez un peu ce que Larousse_estdouce dit sur l’autonomie de nos 4-5 ans. Les profs qui ont plus de 15 ans d’expérience au présco vont tous vous dire que les jeunes arrivent de moins en moins préparés à la maternelle. C’est drôle, mais il y a une corrélation avec le décrochage.

    • @ larousse_estdouce

      J’ai relu le texte… et de ce que j’en comprends c’est que le gouvernement aurait l’intention d’implanter la maternelle dès 4 ans partout mais avec les régions défavorisée en priorité puisque l’implantation serait progressive. Je me trompe peut-être mais c’est ce que j’en comprends.

      Et je ne vois pas pourquoi ce programme, s’il est offert le serait uniquement dans les “régions” défavorisées. Parce que de 1 c’est discriminatoire et de 2 tous les enfants défavorisés ne vont pas nécessairement dans une école défavorisée. Ça varie beaucoup d’une ville à l’autre. Je me souviens très bien qu’à l’école primaire, certains enfants provenaient de familles défavorisées et d’autres très aisées et allaient pourtant à la même école que moi.

      Ce n’est peut-être pas obligatoire de l’implanter dans chaque école puisque ce ne sera pas obligatoire tout comme la maternelle n’est pas obligatoire. Mais pas trop le choix de l’implanter partout.

      Surtout que l’objectif est de contrer le décrochage scolaire… qui se produit au secondaire. On croit qu’en aidant les enfant plus jeunes ils éviteront de prendre du retard sur les autres. Mais ce n’est pas parce qu’un enfant est défavorisé qu’il sera nécessairement moins doué et un enfant de famille aisée sera automatiquement doué. Et ce n’est pas parce que les parents ont un faible revenu que l’enfant décrochera au secondaire et que parce que les parents ont un bon revenu que l’enfant ne décrochera pas! Moi, je crois plutôt qu’il faut une aide spécialisée pour les enfants qui en ont besoin. Et ce tout au long de leur parcours scolaire. Parce que comme l’a dit nemo, l’écart s’amenuise en 1ere/2e année entre ceux qui ont eu une scolarité plus tôt et les autres.

      Il faut valoriser l’école, l’effort et la persévérance scolaire. Il faut cesser de niveler vers le bas pour ne pas faire de peine aux enfants et enlever cette “loi”ridicule qui empêche les enfants d’échouer et de doubler une année. Il faut réinstaurer le respect envers les professeurs de la part des élèves mais aussi de la part des parents! Il faut enlever les aberrations qui ont rendu les enfants/adolescents intouchables et qui a miné l’autorité des professeurs.

    • Est-ce qu’ensuite il faudra la maternelle 3 ans pour combler le manque de ceux qui arriveraient à la maternelle 4 ans moins préparés?

      Je me demande aussi si les enfants qui en ont le plus besoin ne sont pas les mêmes enfants dont les parents ne seraient pas si motivés à les inscrire.

    • Ce serait bien.
      Les enfants pourraient ainsi rattrapper toutes les journées d’école qu’ils perdent avec les journées pédagogiques de la maternelle à la 6e année…

    • Je suis plutôt pour, à condition que ce soit bien fait, évidement. Je pense que les CPE pourraient très bien jouer ce rôle À CONDITION qu’elles soient accessibles à tous, ce qui n’est pas le cas.

      Ma fille aura bientôt 5 ans et elle commencera la maternelle en septembre. Elle est prête… je le sens depuis un bon moment déjà. Heureusement, ce qu’elle fait en garderie ressemble beaucoup à un programme de pré-maternelle. Mon autre fille, qui aura bientôt 3 ans, me parle tous les jours, ou presque, de l’école. Elle a très hâte d’y aller et malgré que je lui explique que l’école, c’est à 5 ans seulement, elle continue de m’affirmer qu’elle ira en même temps que sa soeur… Je sens déjà qu’elle va être déçue en septembre! Mais dans son cas, il lui manque encore un peu d’autonomie et à apprendre à bien suivre les consignes! Malgré son désir d’apprendre et surtout de suivre sa soeur, c’est évident qu’elle n’est pas rendue-là!

      Je pense que quand on parle d’école, on a tendance à s’imaginer tout de suite la salle de classe rigide et froide… mais vous rappelez-vous votre maternelle? Un coin cuisinenette, un coin blocs, un coin lecture… beaucoup de jeux libres, beaucoup de dessins, de bricolages… et quelques activités un peu plus “scolaire” à travers ça… rien de bien bien traumatisant pour un enfant!

    • Parlant d’autonomie, je me souviendrai toujours de mon premier jour de maternelle. Vous auriez dû voir le regard paniqué de certains enfants lorsque la maîtresse nous a prévenus que nous devions nous débrouiller seuls aux toilettes et pour manger la collation… Certains enfants avaient 6 ans et la plupart n’avaient jamais mis les pieds dans une garderie (c’était les années 80). Ça n’était tout simplement pas passé par la tête des mamans qu’il n’y aurait plus personne pour faire tout ça à la place de leur enfant plusieurs fois par jour. Peu importe le milieu, il y a quand même un minimum à inculquer aux enfants pour qu’ils n’aient pas tout ça à rattraper d’un coup et certains ne l’obtiendront pas chez eux. On ne parle pas d’en faire de petits génies de 4 ans, mais de s’assurer que tous aient eu accès à ce minimum arrivés à l’âge de 5 ans.

    • @gl0005:
      le “programme” de maternelle doit différer d’une école à l’autre, parce qu’à celle de fiston, les enfants n’apprennent que 14 des 26 lettres de l’alphabet. Faudrait surtout pas les brusquer avec 12 autres quand même!
      Mettre 2 lettres ensemble B-A = BA? Oh non! Surtout que le “B” ne fait pas partie des 14 lettres sélectionnées…
      180 jours dans le calendrier scolaire.
      26 lettres
      On pourrait facilement passer 6 jours/lettre… Je ne comprend pas pourquoi on doit laisser de coté 12/26 lettres! Mais bon, c’est peut-être ça la génération texto!

    • Selon moi , cet intéressant sujet me laisse penser à la vie sociale des enfants ainsi qu’au temps réservé qu’ils devront consacrer pour leur études. Le choix d’envoyer, à 4 ans, un enfant à l’école me semble juste car ,de un ils auront une vie sociale beaucoup plus intéressante en plus de raccourcir leur processus scolaire.

    • Ça change la vie de plein d’enfants puisque qu’ils vont a l`école pour la première fois . Certains enfants touchent à des crayons, des ciseaux, des effaces pour la première fois de leur vie. C’est bon pour les pays défavorisés.

    • Je suis contre car un enfant de 4 ans est encore un bébé et ne devrait pas aller a l’école si jeune. Le décrochage scolaire n’a aucun rapport avec le milieu où l’enfant vit. Vivre dans un milieu favorisé ne veut pas dire qu’il est garanti au succès.

    • J’avais *presque* oublier de mentionner:
      en maternelle, il n’y a que 30 min d’éducation physique par semaine. 30 min! En 1ère année, les enfants ont 3×1h/semaine!

    • @selen123: je m’excuse, mais à 4 ans, MES enfants ne sont plus des bébés. Ils sont propres depuis belle lurette (apprentissage de la propreté, ici, c’est à 2 ans que ça se passe…). Ils vont aux toilettes d’eux-même, s’essuient le popotin, tirent la chasse d’eau, et se lavent les mains SEULS! Wow! Aussi, aux repas, ils font attention, mangent avec des ustensiles, ne lancent pas la nourriture par terre, et lorsqu’on les autorisent à se lever de table, ils amènent leurs assiettes dans le lave-vaisselle. Incroyable!
      Ils s’habillent seuls. Les bains sont supervisés, mais ils se lavent seuls. Ils mettent leur linge sale dans le panier. Ils rangent les jouets. Se brossent les dents seuls (on vérifie par la suite).
      Et mon plus vieux (5ans) nous aide déjà en vidant une partie du lave-vaisselle, depuis l’an dernier!
      Eille, à 4 ans encore un bébé!
      Il serait TELLEMENT insulté!
      Ma fille de 3 ans serait insultée si on la traitait en bébé!
      Un enfant de 4 ans qui est encore un bébé, c’est que les parents le traitent en bébé, tout simplement…
      En tout cas, moi mon but parental, c’est d’amener mes enfants vers l’autonomie, et un enfant de 4 ans qui est un bébé, ouf, c’est loin d’être idéal je pense…

    • snapeblackrose: Comme je l’ai écrit plus haut, il existe réellement une corrélation entre le milieu social dans lequel on vit et la réussite scolaire. Cela ne signifie pas que TOUS les enfants provenant de milieux défavorisés vivront des échecs (tout comme ce ne sont pas tous les fumeurs qui attraperont un cancer), mais la réalité est que bien souvent, cela influence le parcours scolaire.

      Quant à la discrimination, je ne suis pas certaine de comprendre…Moi, je paie mes factures de dentistes et d’optométriste car j’ai un emploi, un revenu suffisant. Je n’ai ainsi pas droit aux soins gratuits, les BS oui. Est-ce de la discrimination? Oui, mais elle existe pour favoriser un groupe qui en a vraiment besoin. La discrimination n’est pas forcément quelque chose de négatif ni à éviter.

    • “Laisser les enfants être des enfants? Je n’ai jamais compris cette maxine, cette mentalité comme quoi qu’une fois l’école commencée, tout est fini.”

      En plein dans le mille! Comme si notre enfance se terminait dès l’entrée à la maternelle…

      Ma fille a 4 ans et elle a très hâte de commencer l’école, même qu’elle boude par moment car elle ne comprends pas pourquoi elle ne peut pas y aller à partir du jour même de ses 5 ans! Hi hi hi…

    • @ larousse_estdouce

      Je suis très au courant des corrélations, mais il faut faire attention corrélation n’égale pas cause et effet. Le gros problème chez les enfants défavorisés c’est la motivation à aller à l’école plus que le potentiel ou de graves retards à l’entrée en maternelle.

      Mon amie qui enseigne le voit à tous les jours, elle travaille dans une école défavorisée (secondaire). Les jeunes ont du potentiel, mais comme leurs modèles (ie famille, amis…) se contre fouttent qu’ils aient un diplôme de secondaire 5 et leurs offrent même une job à la “shop” à 16 ans, pourquoi est-ce qu’ils iraient à l’université? Et pourquoi ils devraient se forcer en classe? Ils n’échouent même plus!!!

      Dans le cas de ces jeunes, aller à l’école à 4 ans n’aurait rien changé. On n’aurait en rien changé les statistiques concernant les jeunes défavorisés. Puisque leurs familles ne les encouragent pas! La seule chose qu’on aura fait c’est d’augmenter la facture des contribuables.

      Ce n’est pas le cas de toutes les familles. J’ai une amie qui provient d’un milieu défavorisé comme j’expliquais dans un de mes derniers messages. La différence? Ses parents l’ont encouragé à aller à l’école, ils ont valorisé les études, pour qu’elle ait un meilleur avenir qu’eux!

      Quand je parle de discrimination, c’est parce que comme je disais aussi dans mon dernier message, les jeunes défavorisés ne vivent pas tous dans des “ghettos” comme à Montréal (j’exagère). Dans bien des villes et des villages, vous vous déplacez de 1 ou 2 rues et le niveau de vie chute drastiquement. Néanmoins, les enfants vont à leur école de quartier. On a donc des enfants de tous les niveaux de vie dans les mêmes écoles. Il n’y a donc pas toujours “d’école en milieu défavorisé”. Vous ne pouvez donc pas dire puisque dans cette ville il n’y a pas “d’école en milieu défavorisé” on n’offrira pas de maternelle à 4 ans. C’est parfois difficile dans certaines villes ou villages de dire clairement diviser les milieux défavorisés des autres. Alors on fait quoi? On laisse des enfants en plan parce qu’ils proviennent du fond d’un rang?

    • Ouf! Que de commentaires divergents! En 35 ans de carrière, tant en milieu favorisé que défavorisé, il m’est arrivé une seule fois a devoir apprendre à un enfant à s’essuyer le popotin ou à se laver les dents seul. Dans les 2 cas, ce n’était pas par incapacité de la part de l’enfant mais par un comportement un peu trop protecteur des parents.
      Les enfants peuvent à peu près tout apprendre, à un âge très précoce, en autant qu’ils en ont l’intérêt et qu’on lui offre un médiateur (parent, éducatrice ou enseignante) stimulant. On n’a qu’à penser aux enfants des usines de couture de certains pays qui apprennent à teindre, à tailler et à coudre très jeunes.
      Déjà, à 4 ou 5ans, s’ils y ont été exercés, certains enfants sont en mesure de parler 2 ou 3 langues. J’ai connu un enfant de 3 ans qui savait non seulement reconnaître les lettres et les chiffres mais aussi lire plusieurs mots et quelques petites phrases simples. Si on les expose quotidiennement à des activités de reconnaissance de lettres et de chiffres, beaucoup d’enfants seront capables de le faire, certains seront même en mesure de décoder des mots. Ce n’est pas plus difficile que de reconnaître et de nommer des couleurs, des formes ou des objets.
      Or, pour dépasser le stade de la reconnaissance des lettres et des chiffres ainsi que le décodage de mots simples, et amener l’enfant à la lecture et à l’écriture de phrases et de la numération en mathématique, il faut que l’enfant puisse travailler à son développement psychomoteur et spatio-temporel. Ce développement se fait presque exclusivement dans des activités physiques.
      Espérons donc que, si ce projet de maternelle 4 ans voit le jour, une large partie du programme permette à nos petits de bouger les 2/3 du temps, de peindre et de bricoler, de s’initier à la musique, à développer son vocabulaire oral et sa pensée métalinguistique, autrement dit, éviter les activités passive et les cahiers d’apprentissage de tout acabit.
      Sinon, l’hypothèse qu’une scolarisation précoce est un gage de diminution du décrochage scolaire m’apparaît aussi futile que d’envoyer une sonde dans les nuages pour provoquer la pluie.
      En attendant, je retourne préparer des biscuits avec mes petits enfants. Je les garde aujourd’hui et c’est eux qui mesurent les quantités.
      C. Tassé

    • mimi25…

      Je marchais à 10 mois. J’étais parfaitement propre à 11. J’étais parfaitement bilingue à 4 ans. J’ai été stimulée par toute une bande d’oncles et de tantes à peine plus âgés que moi. J’étais grande fille moi dès que j’ai su me tenir debout. Le parfait petit singe savant!

      Vous voulez maintenant qu’on discute des séquelles psychologiques et physiques que ce dressage m’a causés?

      Comme vous dites, il s’agit de VOS enfants. D’un: j’ai toujours refusé que mes enfants soient traités comme des toutous à qui on enseigne des tours, de deux, j’ai toujours eu conscience que MES enfants ne m’appartenaient pas et ne m’étaient que prêtés et que mon rôle, outre les aimer, se limitait à les armer pour la vie en respectant leur personne.

      Laisser les enfants être des enfants pour celui ou celle qui ne comprend pas, c’est lui permettre d’être petit, effrayé, dépendant, pendu à nos jupes. C’est lui laisser le temps d’être assez mature pour accepter sa nouvelle vie d’écolier. C’est surtout ne pas démissionner de son rôle de parent, de guide, de formateur pour laisser de purs étrangers s’en charger!

      Nos petits enfants de nos jours sont flanqués en garderie assez tôt dans leur vie, on les voit 60 minutes avant de les envoyer coucher (à moins que votre grande de 4 ans ne se couche à 22 heures?) et il faudrait en plus les envoyer à l’école à 4 ans vu que ce sont presque des adultes?

      Ce n’est pas ma vision de la maternité, vous m’excuserez.

      Notre système scolaire un des meilleurs au monde? Je plains les autres alors. Comment peut-on parler de décrochage massif et du même souffle, vanter ce qu’on appelle pompeusement le meilleur système scolaire?

      Si en milieu défavorisé, le décrochage est plus représenté, outre les raisons que j’ai énoncées plus haut, regardez bien les parents aller face à l’éducation. Vous auriez beau faire entrer les enfants à l’école à 2 mois, avec la mentalité qui est la leur face à l’école, ce serait toujours peine perdue.

      J’essaye de comprendre pourquoi dans les années 60, les enfants étaient plus dégourdis. Serait-ce parce que notre mère ne nous courait pas après avec un torchon anti-bactérien en nous répétant sans cesse de ne pas faire ça, de ne pas toucher à ça, de ne pas grimper là, que “tu vas tomber, te faire mal, être malade, t’estropier”? Serait-ce que parce que comme société, on est à la veille de nous emballer dans le papier-bulles pour qu’on ne se fasse pas bobo et qu’on se fait mettre en travers de la gorge plein d’interdits et de règlements pour “notre bien”? On enlève toute autonomie aux adultes et on la laisserait aux enfants?

      Mais jusqu’à quel point votre reddition devant le gouvernement qui veut contrôler chaque facette de votre vie va t-elle se rendre?

      Votre job comme parent est justement de montrer à vos enfants à faire pipi tout seul, mettre ses chaussures seul, pas encore une fois à vous déresponsabiliser en dompant vos enfants pour que le gouvernement s’en occupe à votre place!

      Désolée si ça en offusque certains. Mais la belle nation québécoise commence à royalement me taper sur les nerfs devant son manque de colonne et sa tendance à s’abdiquer au gouvernement qui ne demande pas mieux!

    • @mimi25

      Qu’est-ce que cela donne d’apprendre a lire a 3 ou 4 ans, plutôt qu’à 5 ou 6? Est-ce vraiment cela exploiter le potentiel d’un enfant?

      Mon garcon de 6 ans parle francais, anglais et allemand, et peut converser avec notre petite voisine d’origine chinoise en mandarin. On lui a fait sauter 2 ans de scolarité pour le challenger, mais je vous avoue que des fois, je me demande si cela vaut la peine d’exploiter son potentiel (comme vous le dites) si bien. Et non, il ne nous aide pas a vider le lave-vaiselle, et ne fait pas systématiquement son lit. Ces taches ne sont pas vraiment amusantes et stimulantes, alors que l’apprentissage des langues et du violon, ca au moins ca l’est. Il faut qu’ils s’amusent après tout, ce ne sont que des enfants!

    • @mimi25
      A l’école que je connais, ils voient les 26 lettres. Et ils comptent jusqu’à 100. Peut-être que votre école suit un peu trop la torpinouche de Réforme.
      Pour l’éducation physique, c’est extrèmement dommage en effet.

      @loubia
      Bon, les jeunes sont moins dégourdis à cause des parents. Tout à fait d’accord. Et le gouvernement ne devrait rien faire ? C’est ça votre solution ?
      “Le gouvernement ne demande pas mieux ?” Pas en éducation. La Réforme, c’était justement de responsabiliser le jeunes et intéresser les parents. Mais la méthode qu’ils ont pris ne marche pas. Ils coupent les budgets. Ca prouve qu’ils ne sont pas intéressés.

    • @litchi
      “il faut que l’enfant puisse travailler à son développement psychomoteur et spatio-temporel.”
      A l’école de mon épouse, ils ont un spécialiste en psycho-motricité 90 minutes par semaine. L’an prochain, il est coupé !!!! Les profs sont en beau fusil.

    • @loubia
      Je ne “dresse” pas mes enfants. Je les responsabilise. Ils ne sont pas stimulés à outrance (d’ailleurs, je n’ai pas montré à fiston 5 ans à lire, malgré ses demandes, je ne veux justement pas qu’il s’emmerde en 1ère année).

      Je répondais au commentaire de selen, qui dit qu’à 4 ans, un enfant c’est un bébé. Eh bien! Pas chez nous! Un bébé, ça braille, ça chigne, ça a une couche, ça ne peut pas se nourrir seul, ça ne peut pas s’occuper de son hygiène personelle, un bébé, c’est entièrement dépendant de ses parents. Si vous voulez que vos enfants de 4 ans portent des couches, et que vous supportez qu’ils braillent sans arrêts, bien tant mieux. Mais MOI, un bébé de 4 ans, je ne supporte pas ça. Je ne pense pas que c’est rendre service à son enfant de ne pas développer son autonomie… Belle génération de tanguy en perspective…

      Reste que je pense que ceux qui ont un enfant unique, ils ont le luxe de plier aux moindres caprices de leur bébé de 4 ans. J’en ai 3, et quand le bébé braille, désolé, mais 3 ans et 5 ans devront attendre leur tour. Parce que justement, le bébé, c’est normal qu’il ait une couche, et c’est normal qu’il braille, à son age. C’est normal qu’il ne puisse pas mettre son manteau pour sortir dehors, mais 3 ans et 5 ans, oui, ils en sont capables! 3 ans et 5 ans, ils comprennent, eux, qu’ils ne sont plus des bébés! Et ils en sont fiers!

      Bien sur, le violon, c’est plus stimulant que le lave-vaiselle. Quoique, vider les ustensiles, c’est apprendre à trier des trucs (un concept mathématique! oui, c’est ça qu’ils font en maternelle 5 ans en apprenant leur 14/26 lettres…). Mais je n’ai jamais dit que mes enfants passaient leurs journée à vider le lave-vaisselle (5 ans fait du karaté, 3 ans fait de la danse, et ils sont bilingues, nous faisons le One-Parent-One-Language par défaut chez nous)! Mais reste qu’un petit génie de 4 ans qui joue bien du violon mais qui est incapable de s’essuyer le derrière tout seul après avoir fait un no. 2, j’sais pas, mais ça fait dur, pis pas rien qu’un peu. Ou qui est incapable de mettre son manteau pis ses bottes à 4 ans, ouf… C’est peut-être pas *stimulant* apprendre à s’habiller, mais oh combien essentiel… C’est comme si les parents passaient à coté de la track pour les cours obligatoires et se concentraient sur les cours complémentaires.

      Si on considère qu’un enfant de 4 ans qui s’habille seul, qui mange sans lancer la nourriture par terre, qui est propre, qui démontre de l’autonomie et de la responsabilisation, est un “toutous dressés”, misère, j’ai un ti-peu peur de la prochaine génération. Allez! Continuez de changer des couches! Go!

    • @loubia:
      J’avais oublié de répondre au sujet des peurs des petits. Bien sur, mes enfants ont eu leur lot de petites peurs. C’est normal. Je n’en fait pas tout un plat. C’est des enfants après tout (mais pas des bébés!). Mon 5 ans a peur de la mort (comme bien des gens d’ailleurs) et ma fille a peur des loups et de son parrain (!).
      La seule chose, pour son parrain (qui a une barbe, d’où la peur), on exige un peu de savoir-vivre. Elle le voit 2-3 fois par année, et c’est un pot de colle sur maman ou papa quand elle le voit. Nous ne la forçons pas à aller lui donner la bise, bien sur, mais nous lui demandons seulement d’être polie et de le saluer et de le remercier pour le cadeau de noel ou d’anniversaire. Elle peut le faire à la distance qu’elle juge “sécuritaire”, elle peut me tenir la main, mais elle doit dire “merci” assez fort pour qu’il l’entende. Je considère que c’est un bon compromis entre ne pas la brusquer dans sa peur, et lui transmettre mes valeurs de politesse et de savoir-vivre.

    • @ snapeblackrose

      Il n’y a pas de solution parfait ni simple à un problème complexe. Il y aura souvent des désavantages dans le choix d’une solution. Moi, la maternelle à 4 ans ne change absolument rien à ma vie, mais je crois que pour notre société cela peut contribuer à apporter plus de positif que du négatif.

      @ loubia: Vous proposez quoi alors? On laisse faire ça, les bras croisés, à réprimander les parents qui ne changeront pas de toute façon? Vous soulevez beaucoup de points dans les discussions, vous faites la morale, vous comparez avec “dans notre temps”, mais concrètement, vous n’apportez pas beaucoup d’idées pour régler un problème.

    • @mimi25,

      Prenez garde à ce que vous entrez dans la tête de vos petits… et puis il y a tellement de parents négligents qui laissent leurs enfants à l’abandon, sous prétexte de l’apprentissage à l’autonomie…

    • Dans les années 60, les enfants étaient plus dégourdis qu’aujourd’hui????? Euh…. tellement pas!Je suis née dans les années 60 et je suis mère de deux adolescents. Je peux donc comparer par expérience personnelle et je ne suis absolument pas d’accord.

      On était collé aux baskets de nos mères et notre horizon se résumait à la cour arrière et aux p’tits bonhommes du samedi matin. On avait plus de cours d’éducation religieuse que de cours de sciences. Mes enfants ne cessent de m’étonner depuis qu’ils sont touts petits par les connaissances qu’ils acquièrent, la manière dont ils expriment leurs pensées (non unique), la variété des expériences, des aliments, des sports, des culturent qu’ils découvrent. Alors non, ne me dites pas que les enfants ne sont pas déballés aujourd’hui, c’est faux.

      Est-ce qu’ils le seraient plus avec la maternelle à 4 ans? Pas sûre de ça. Les problématiques sont trop nombreuses et variées pour que la solution soit si simple. Ça commence à la maison, le problème est là. Quant à implanter ça dans certains «milieux» seulement, oubliez ça. À Verdun (et ailleurs), on retrouve des taudis qui côtoient des condos de luxe sur la même rue. C’est impossible de trier par secteur. Par contre, si on le fait sur une base volontaire, le principe voulant que ça profite aux enfants qui en ont besoin pour les mettre à niveau ne tient plus.

      Tout un débat de société.

    • @mimi25

      Totalement d’accord avec vous. Très près du mot autonomie, il y a le mot fierté. Et c’est là que bébé devient enfant. Quand il devient fier de ses réalisations. Ça peut être aussi simple que de marcher, de manger seul ou de s’habiller seul. Et cette fierté, il faut la stimuler dès le plus jeune âge. C’est comme ça qu’on avance dans la vie.

      C’est fou comme c’est craquant le sourire d’un bébé de 1 an qui commence à marcher. On peut y lire de la concentration, de la fierté et surtout le triomphe de ”faire seul”. Pensez à la mademoiselle de 2 ans qui s’habille seule. Bien-sûr ce n’est pas toujours à notre goût mais on voit tout de suite la fierté d’avoir décidé d’elle -même ce qu’elle devait porter. Vient ensuite plusieurs petites étapes qui mènent à l’autonomie et que les enfants doivent apprendre à faire seul. C’est de cette manière que les bébés deviennent des enfants et que les enfants deviennent des adultes.

      @loubia 18:09

      Je ne comprends pas. Vous dites qu’il faut garder nos enfants dans nos jupes le plus longtemps possible dans la petite enfantce mais un peu plus loin vous louangez les années 60 où maman nous laissait faire ce qu’on voulait. Justement. J’ai grandit plus tard, dans les années 70, dans un milieu stimulant et très favorisé. Ma mère était à la maison. Elle faisait du bénévolat un peu, comme toute dame ”bien” de ce temps. Mais s’occuper de nous à tout moment comme les mères à la maison ou les mère qui travaillent aujourd’hui? Bof. Avec mes frères et mes soeurs, je devais m”arranger”. C’est-à-dire pas de chicane, m’occuper, faire mes devoirs seule,… C’est ce qui a fait qu’on a été plus dégourdis et enfants et non bébés dès notre plus jeune âge…

      Il y a des bébés qui deviennent des enfants à 2 ans. Ils sont prêts.Malheureusement, il y a des enfants et même des adultes qui demeurent des bébés toute leur vie…

    • @loubia: Le “temps notre temps” m’énerve tellement! Dans “votre temps”, le taux de décrochage scolaire était aussi sinon plus gros! La différence? On le comptabilisait pas. Dans ma famille, pratiquement personne ayant été élevé “dans le bon vieux temps” n’a de diplôme, tous ont un emploi minable qui paie peu et la plupart sont incapables de faire une argumentation digne de ce nom….. Pourtant, ils ont grimpé aux arbres, n’ont rien appris de “scolaire” avant 6 ans, ils ont été des “vrais” enfants, mais ils ne sont pas mieux éduqués pour autant!

      Ri-di-cu-le, cette éternelle comparaison avec les années 60……..

      De nos jours, nous souhaitons que TOUS les enfants aient non seulement un diplôme d’études secondaires, mais également un diplôme professionnel que ce soit un DEP, un DEC, un BACC ou autre. C’est un objectif de société! Pour se faire, oui les enfants doivent arriver “prêt” à la maternelle car le petit qui arrive avec des retards ne sera peut-être pas en mesure de les rattrapper et il risque fort de traîner ce retard, toute sa scolarité!

      @litchi: Ma voisine travaille dans une école défavorisée de Montréal: elle travail avec les 1ère et les 2ème année. Année après année, elle a environs une dizaine d’enfants qui arrivent sans savoir tenir un crayon, sans savoir couper, sans avoir ne serait-ce que la moitié des acquis psycho-moteurs nécessaires à l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. Dans ce lot, un nombre non-négligeable d’enfants nés ici ne parlent même pas le français, ni l’anglais! Elle a beau travailler fort, la quasi-totalité ne ne rattraperont pas.

      33% apprx des enfants arrivent en maternelle avec de sérieux retard dans la région de Montréal. Je ne comprend pas pourquoi tant de personnes sur ce blogue se plaisent à nier ce fait. Si la maternelle à 4 ans permet d’en récupérer une partie, pourquoi pas?

    • J’espère qu’on va donner aux enfants l’opportunité d’avoir une enfance.
      La performance est une chose, mais le bonheur , la liberté et la joie de vivre en sont une autre.
      À 16 ans, seront-ils déjà écoeurés de performer? Ce sera quoi la solution?

    • Tous,

      De toute façon, j’ai l’impression que majorité, ici, semble se foutre des conséquences qu’aurais l’intégration de leurs trop jeunes enfants à l’école, pour le futur.

      @Larousse,

      Si votre fille de 4 ans décident de suivre des étrangers… allez-vous la laisser faire. Aussi brillant qu’un enfant puisse avoir l’air, il y a beaucoup de chose qu’ils ne puissent pas comprendre…

      Je ne dis pas qu’elle ne devrait pas rentrer à l’école prématurément… mais, prenez garde, car la vie estudiantine est longue et elle pourrait risquer de décrocher.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juin 2009
    L Ma Me J V S D
    « mai   juil »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité