La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Samedi 5 janvier 2013 | Mise en ligne à 15h48 | Commenter Commentaires (10)

    Quand je serai grand, je serai …

    Le saviez-vous? Trois professionnels sur dix disent exercer exactement l’emploi dont ils rêvaient enfant! D’après un sondage sur les “rêves d’enfants” réalisé auprès de 8000 personnes par Linkedln, dont les résultats sont rapportés ici et ici , 30% des Canadiens disent en effet avoir ainsi réalisé leur rêve d’enfant.

    Surpris? Enfant, après avoir voulu être fermière, puis motocycliste (!), sans oublier escaladeuse (n’importe quoi), j’ai très vite rêvé d’être journaliste. D’après l’enquête, chez les garçons, les emplois convoités sont: ingénieur, médecin, et athlète professionnel, astronaute et pilote, tous trois ex aequo. Chez les fillettes, on rêve plutôt de devenir enseignante, médecin, puis écrivain. Stéréotypés, vous dites?

    Vous reconnaissez-vous? Chez vous, vos enfants rêvent de devenir quoi?

    Tags:


    • Un peu vrai ici: j’ai voulu être médecin toute ma vie et je le suis devenue. Mais j’ai vite déchanté du monde médical, des conditions de travail et de l’ambiance, autant à l’hôpital qu’avec les gens qui m’entourent.

      Je réalise maintenant mon deuxième grand rêve: avoir une famille nombreuse et m’en occuper à temps plein. Comme j’ai commencé un peu trop tard, médecine oblige, je n’aurai pas les six enfants que je voulais mais je suis bien heureuse de mes récents choix.

      Mon fils voulait devenir joueur de hockey mais a récemment changé pour avocat, comme son papa. Ma fille veut être une chanteuse faisant du patinage artistique, ses deux passions actuelles.

    • Mes ados de 13 et 15 ans savent déjà ce qu’ils veulent faire de leur vie. Mon ado de 13 ans veut devenir architecte depuis un bon moment. Il a été fortement intrigué par le métier d’un papa au hockey (urbaniste) mais est revenu rapidement à ses ”anciennes amours”. Quoiqu’être l’architecte d’une ville est intéressant à ses yeux. Surtout depuis notre visite à Chicago. Mon ado de 15 ans rêve de devenir coach professionnel de foot, en fait pas coach mais coordonateur offensif. Il le fait déjà sur une petite base (avec les enfants du primaire). Il s’orientera au Cegep en psychologie sportive et je crois qu’il sera un excellent candidat dans 2 ans.

      Mon chum et moi les soutenons dans leurs projets. Pour mon ado de 13 ans, nous visitons beaucoup de villes avec des architecture différentes et prenons par le fait même des tours guidés spécialisés en architecture. Super intéressant. Pour mon plus vieux, mon chum le soutient mais ses coaches de foot à lui encore plus. Aussitôt qu’ils ont besoin d’un jeune, le téléphone sonne à la maison et bien entendu fiston se montre toujours disponible et enthousiaste.

      Tout va bien dans le meilleur des mondes. Sauf que. Moi quand j’étais jeune, je voulais être biologiste. J’ai tout eu dans ma jeunesse du microscope au jeu de chimie, tout ce qui pouvait m’aider dans mon cheminement. Je suis devenue agronome spécialisée en horticulture. Pour les parents à mon chum, il n’avait qu’un choix, l’administration. Nous sommes heureux dans ce que nous faisons, mais avec le recul j’aurais peut-être apprécié avoir l’esprit plus ouvert. Mon chum aussi.

      N’est-il pas mieux d’ouvrir le plus de portes à nos enfants en les exposant au plus d’évènements possibles, de personnes différentes aux métiers différents, ou tout simplement les encourager dans leur cheminement?

    • Ca m’étonne cette statistique car je connais peu de gens qui ont une bonne mémoire de leur enfance. Dans ma famille, j’ai beaucoup de cousins/cousines qui ont 2-3 ans de différence avec moi. Je me souviens d’un paquet de détails de notre enfance. Eux, presque rien.
      D’un autre coté, beaucoup ont eu plusieurs rêves donc c’est peut-être plus facile d’avoir une telle statistique.

      Personnellement, j’ai voulu être astronaute, savant (!), athlète professionnel (baseball, football, tennis), astronome, chimiste, physicien … Je me souviens d’avoir voulu un ordinateur comme celui de Batman dans la bat-cave mais jamais je n’ai rêvé d’être un spécialiste en informatique. Et ce choix s’est fait à la toute fin du CEGEP.

      @nemo
      Il faut faire les deux et surtout faire découvrir toutes les facettes de la profession souhaitée, pas juste les bons cotés. Par exemple, un architecte doit faire au moins 5 ans de stage dans un cabinet d’architecte avant d’avoir le titre. Et c’est souvent beaucoup de dessins technique et pas trop d’”architecture”. Certains se tannent !!

      @madame Galipeau
      Le premier message de “tion”, c’est surement “respectable” qui a écrit sensiblement le même sur plusieurs autres blogues. Il semble avoir une vendetta avec ce Papitibi et il est connu pour avoir une bonne collection de noms.

    • Je n’ai pas d’enfants mais… Ma vision idéaliste pour l’instant fait en sorte que j’aimerais les exposer à plein de domaines afin qu’ils aient une bonne idée de ce qu’ils ont envie de faire ou encore que cela les amène à explorer encore plus s’ils ne le savent pas… La curiosité est clé.

      Sinon, je suis enseignante, la profession à laquelle je ne cessais de revenir… Je jouais au professeur lorsque j’étais enfant… J’ai ensuite divergé en pensant à la coiffure (très jeune), puis aux sciences pures, en rêvant de trouver un remède au cancer, etc afin de revenir à ma première idée: la transmission de la passion que j’avais pour un sujet précis: la musique. Ayant tout juste entâmé cette deuxième année de ma carrière, je peux dire que je suis parfaitement heureuse dans ce choix de carrière :)

    • Si 30 % font ce qu’ils ont pensé faire dans leur enfance ça veut dire que 70 % font autre chose …
      comme le mentionne gl000001 les souvenir d’enfance sont souvent flou ça varie de film en film …

      Plus jeune j’ai rêvé d’être architecte mais mon père menuisier qui avait un ami architecte m’as dit que je crèverai de faim … alors j’ai attendu …j’ai étudié et j’ai fini en science pure …
      Après quelques années en RD dans les lobos et après avoir développé des alergies aux solvants et épousé une femme qui en avait assez de vivre dans un 2 et demi avec les salaires de crève faim en RD j’ai étudié en administration …

      A la retraite j’ai décidé de me donner un ‘’second début” , je m’ammuse a rénover des vieilles bicoques entre un peu de niaisage sur les blogues ….finalement ça touche à l’architecture mon premier choix et après une longue carière intéressante je peut me permettre enfin de crever de faim !

    • Ici, j’ai voulu être vétérinaire enfant car j’aimais les animaux: j’ai fini ingénieure. Adolescente, j’ai voulu être journaliste, mais l’idée de délaisser les sciences ne me plaisait pas ainsi que les pauvres perspectives de carrière. Une bonne décision car je ne crois pas que ce monde aurait été pour moi!

      Pour mes enfants, nous voulons les exposer à différentes choses afin de les aider à trouver leur voie. Je pense qu’il également important d’épauler nos enfants en les aidant à découvrir des métiers auxquels ils n’auraient pas pensé et s’assurer que leur choix ne témoigne pas d’un simple coup de tête comme celui de mon mari qui a voulu étudier en informatique “pcq’il aimait jouer à l’ordinateur….” Il regrette tellement aujourd’hui de ne pas avoir écouté sa passion d’enfant et aller en génie civil ou en urbaniste, mais il ignorait que ces professions existaient à l’adolescence car l’école secondaire ne faisait que vanter le secteur professionel et collégial…

    • Je voulais être secrétaire avec mon petit bureau, mes petites affaires.
      Je suis agente en assurance de dommages des particuliers avec mon petit bureau mes petites affaires.
      Mon 17 ans a toujours voulu être militaire. Il a été refusé cet automne car il a fait de l’asthme plus petit. Gros mur.
      Il a découvert la navigation mais c’est contingenté..pas évident, il fera sa demande en mars.
      Mon 15 ans veut travailler en informatique depuis toujours. Il est très doué.
      Mes 2 petits de 6 et 8 ans: policier, militaire, des trucs de ce genre. ;-)

    • Jeune je voulais composer des chansons comme Brel et Brassens et devenir populaire mais en sachant déjà que pour gagner sa vie d’artiste fallait vraiment sortir du lot et friser le génie sinon on pouvait crever de faim facile alors que pour gagner sa vie de travailleur professionnel, fallait juste étudier et se vendre un peu. J’ai donc voulu enseigner les maths comme mon père mais il m’a dit qu’il y avait beaucoup trop de prof sur des listes d’attentes et de moins en moins de jeunes, démographie oblige, et que le temps de me rendre à la maîtrise et/ou au doctorat les écoles seraient vides (mon père était un éternel pessimiste hypocondriaque de surcroît).

      Je veux pour mes enfants transmettre plus de confiance même si la réalité prêche pour la paroisse de feu mon père.

      J’ai donc choisi un DEC technique au cégep sans passion pour partir en appartement le plus tôt possible. Et là j’ai voulu enseigner ce DEC technique pour l’enseignement pas pour le domaine, somme toute bien ordinaire.
      Je suis devenu ingénieur pour mieux revenir enseigner au cégep, mais là j’en arrache : 3 ou 4 cours par session (le lot des très petites cohortes) dans un domaine qui change énormément et donc des labos vite passé date. Sans permanence ni sécurité si la baisse de clientèle se poursuit, je devrai à cinquante ans envoyer des CV bientôt… et je n’ai écrit à ce jour qu’une seule chanson.

      Je dis à mes enfants de tout envisager et s’ils veulent faire le plus beau métier du monde (enseigner) qu’ils choisissent le secondaire là où les profs décrochent et où il faut des profs passionnés car mes enfants sont des verbos-moteurs passionnés et passionnant (merci à leur mère aussi). Et ce n’est qu’au secondaire qu’une masse critique leur permettra un peu de sécurité d’emploi dans l’enseignement.
      S’ils veulent devenir musiciens ou chanteurs comme un de leur cousin qu’il se prépare à la simplicité volontaire sans toutefois lâcher l’école pour autant.

    • Moi, je voulais être chimiste. En fait, je voulais être Marie Curie. Faire de la recherche et découvrir des choses qui allaient changer le monde. J’ai frappé un noeud au cégep et j’ai assez vite réalisée que je ne serais pas Marie Curie. J’ai gardé mon intérêt pour les sciences et je me suis tournée vers l’environnement. Je suis satisfaite de mon choix: j’aime mon emploi.

      Ma fille, qui aura bientôt 5 ans, a découvert les métiers l’automne dernier. Et on a commencé le “quand je serai grande…”. Au début, elle changeait de métier 10 fois par jour. Policière, vétérinaire, militaire… on en a passé des métiers. Puis un soir je lui expliquais qu’il ne fallait pas gaspiller l’eau… que dans certains pays l’eau est très rare et des petits enfants doivent marcher longtemps pour aller chercher de l’eau pour aider leur maman. Elle m’a dit “ça va être ça mon métier quand je serai grande… j’apporterai de l’eau dans les villages et comme ça les petits enfants vont pouvoir s’amuser au lieu d’aller chercher de l’eau pour leur maman.” Ça m’a touchée… Je trouve que c’est une belle idée! Et contre toutes attentes, c’est resté… enfin, on parle de quelques mois. L’autre jour, elle m’a demandé si elle pourrait avoir deux métiers: être une maman ET apporter de l’eau aux villages qui n’en ont pas. Je lui ai fait remarqué que moi je suis une maman et j’ai aussi un “autre” métier… comme quoi tout est possible!

      Aucune idée de ce que mes filles feront de leur vie. Tout ce que je veux c’est qu’elles soient heureuses et épanouies et intéressées par quelque chose!

    • J’ai enquêté auprès de mes enfants et un veux devenir pompier, un médecin pour enfants et l’autre simplement un travailleur…il se donne des ouvertures…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juin 2011
    L Ma Me J V S D
    « mai   juil »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives

  • publicité