La mère blogue

La mère blogue - Auteur
  • Louise Leduc


    La Mère blogue s’adresse à tous ceux qui s'intéressent aux enfants et aux adolescents, et qui cherchent toujours le mode d'emploi. C'est le cas de La Mère blogue, qui se pose tous les jours plus de questions que la veille sur l'éducation de sa fille et qui s'emploiera donc à chercher quelques réponses avec vous.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 19 décembre 2012 | Mise en ligne à 10h10 | Commenter Commentaires (14)

    Une journée aux urgences

    Il est rare que dans les médias, on parle en bien des hôpitaux. Encore moins des urgences. Surtout ces jours-ci, où ce sont plutôt les scandales qui font les manchettes. Même entre parents, personne ne lance jamais une conversation en disant: “Wow, j’ai passé une super journée/soirée/nuit aux urgences hier avec mon enfant.” Ja-mais.

    Alors permettez que je détonne un poil, ici, non pas pour lancer des fleurs à un hôpital qui m’a tout de même fait attendre six heures hier, mais plutôt aux personnes qui ont rendu mon séjour non seulement moins pénible, mais surtout plus humain. Il y a eu les médecins, bien sûr, dont j’ose à peine imaginer la vie de fou (il faut que j’arrête de regarder la télé!), mais aussi les infirmières, qui se sont rappelées du prénom de mon enfant, du réceptionniste, qui m’a fait une carte d’hôpital en moins d’une minute, du garçon de café, qui a tenu mon latte au chaud pendant que je retournais voir l’infirmière, de l’existence même d’un café dans une salle d’attente (inespéré!), et puis ce garde de sécurité, qui s’est amusé à faire des coucous à mon bébé.

    Des petits gestes tout simples, généreux, gratuits, qui font passer le temps plus vite, oui, mais qui, surtout, changent la vie.

    Et puis le médecin, en soirée, qui s’est excusé de m’avoir fait autant attendre, me faisant du coup rater le souper d’anniversaire de mon (autre) enfant. Merci doc, pas de souci… Wow.

    Résultat? Oui, la journée à été longue. Épuisante même. Mais qu’est-ce que j’en retiens? Non. Pas les heures d’attente. Mais toute cette humanité. Ces petits gestes d’amitié.

    Merci.


    • 100% d’acord avec vous. Je n’ai pas une si longue expérience des urgences mais j’y suis allée quelques fois quand même avec mon fils le plus jeune lorsqu’il était bébé. J’avais des soisns, ma berceuse, mon lit d’enfant et du calme en moins de 15 minutes. Faut le faire!

      Nous avons pris un repos des urgences pendant plusieurs années (sans s’en plaidre) . Nous y sommes retournés il y a 1 1/2 an. Mon fils aîné a fait une commotion cérébrale. Encore là, beaucoup de services et surtout beaucoup d’empathie.

      Je note par contre, que nous avons toujours utilisé l’urgence pour une urgence justement:problèmes respiratoires, plaies ouvertes et bien-sûr la fameuse commotion cérébrale.

      Pour les autres bobos, c’est une autre affaire. Consulter pour une otite ou autre chose de bénin mais qui recquiert quand même des soins dans une méga-clinique n’est vraiment pas plaisant.

    • L’an dernier, presque jour pour jour, j’ai passé 4 jours en pédiatrie à Charles-Lemoyne avec mon coco qui avait alors seulement 6 semaines (fièvre = hospitalisation, difficultés respiratoires + refus d’alimentation). Oui, je dormais sur un lit de camp, oui, j’étais fatiguée, mais j’ai ADORÉ mon séjour quand même, les infirmières et tout le personnel était tellement gentils, attentionnés, même si c’était le temps des fêtes (du 25 au 29 décembre) et que probablement que ces personnes auraient préféré être dans leurs familles respectives et fêter Noel. Je n’ai que des bons mots à dire. Oui, on chiale contre le système, reste que c’était la 1ère fois que j’utilisais l’urgence d’un hôpital (oui oui, la 1ère fois de mes 33 ans d’existance) et j’avais entendue tellement d’histoire d’horreur “tu vas attendre 23h avant de voir un medecin” “tout le monde se fout de toi”. Nenon. En dedans d’une heure, on a vu le medecin, 2h plus tard, on avait la chambre, et les infirmières venaient régulièrement vérifier mon coco. Quand j’ai demandé une chaise berçante (qu’y a-t-il d’autres à faire avec un bébé de 6 semaines), un agent de sécurité m’en a amenée une en dedans de 30 min. Franchement, j’ai trouvé que le système, A1.

      En plus, ça me faisait des vacances des 2 plus vieux à la maison ;-) Mais ça chut, faut pas le dire trop fort hi hi hi!

    • Le probleme avec les urgences et le temp d’attente n’est pas dans les cas ou justement c’est “urgent”. Le probleme est quand tu n’a nul part ou aller, que tu pourrais attendre au lendemain pour voir un medecin, mais ta nul part ou aller! Alors tu te retrouver coincer au urgence, a attendre qu’il y est un trou pour qu’il puissent te voir entre deux VRAIE urgence.
      Faite un systeme de clinique externe ou tu n’a pas besoin d’avoir un medecin de famille pour pouvoir y aller et vous aller voir que le temp d’attente au urgence va basser.

      Moi et ma conjointe avons eux trois experience ou on avais vraiment besoin de voir un medecin (de vraie urgence) et je confirme que une fois que tu est dans le systeme, medecins et infirmiere sont au petit soin avec vous et que se sont des gens attentionner et attentifs. J’ai toutefois la drole d’impression qu’ils manque cruelement de support au niveau superieur et que tout l’argent injecter dans le systeme ne se rend pas a eux, mais que les coupes de budget se font toujours a leurs depent.

    • Pour y avoir travaillé pendant 9 ans, je ne suis pas surprise de ce que vous avancez.

      L’urgence, lorsqu’utilisée pour des urgences, fonctionne bien. En pédiatrie, je dirais même que cela fonctionne très bien. Ces gens qui demeurent sur des civières des heures durant en attente d’hospitalisation sont rarement des enfants. Et c’est un autre débat que celui d’attendre dans la salle d’attente.

      Le personnel des hôpitaux est généralement humain et consciencieux. Bien sûr, il y a toujours des exceptions (et parfois simplement des individus ayant une fichue de mauvaise journée), tout comme il y a aussi des patients désagréables. Mais généralement, tout ce beau monde essaie de faire d’une expérience désagréable un moment un peu plus facile.

      Enfin, ces gens qui attendent 18 heures à l’urgence avant de voir un médecine souvent ne devraient pas s’y trouver, à prime abord. Parfois, ils n’ont même pas besoin de voir un médecin, c’est tout dire. Il faut connaître les ressources de notre quartier et savoir traiter les petits bobos bénins à la maison.

    • Ce qui est incroyable, c’est que les gens se considèrent chanceux lorsqu’ils n’attendent “que” six heures… alors que c’est complètement inadmissible! Et n’oublions pas que l’attente moyenne est de 17 heures, alors pour une personne qui attend 6 heures, il y en a une qui attend… 28 heures!!!

      Vivement le privé!

    • Wow un blogue qui ne ch*e pas sur notre systême de santé, ça fait tellement du bien.
      Parce que après toutes les insultes, chialages et ect… contre notre systême de santé, qui je vous le rappel, est très peu couteux pour la plupart de contribuables comparativement à nos voisins du sud, on en oublie presque ces gens, êtres humains, qui se démènent comme des diables dans l’eau bénite pour vous aider et vous soigner. Ces gens travail fort, font de longues heures, et vivent énorméement de stress et tout ça pour vous et moi. Je les félicitent et les remercient tout comme vous.
      Haaaaa ça fait du bien un peu de positif non?

    • Idem à mon hopital, c’est vrai que c’est là que le bon Dr Bolduc a fait carrière et testé SA méthode…sans blague, une fois admit je suis d’accord avec vous tout le monde fait de son mieux. Oui c’est long mais il ne fait pas oublié que ça entre par ambulance aussi, on ne les voit pas dans la salle d’attente ces gens là. Je fais confiance aux professionnels pour décidé qui est prioritaires et qui ne l’est pas. Chez nous, il y aussi une entente avec les GMF, si tu y est inscrit, l’urgence a des places réservés pour les patients que l’infirmière du triage juge non prioritaires. Elle réserve donc une de ses plage et on voit un doc dans la journée! En même temps, l’accès à mon médecin de famille est bloqué, plus de deux ans que j’essai d’avoir rdv, ça, ça n’a pas de bon sens!!!!

    • À l’Hôpital de l’Enfant-Jésus, des bénévoles passent dans les salles d’attentes (pas juste l’urgence) pour distribuer café et biscuits.

      C’est vrai que le personnel est génial. Au point où j’oublie que ma fille a eu des complications à la naissance tellement on était bien en néonatalité. J’en ai écouté des potins pendant que je la berçais à la pouponnière!

      Pour ceux qui disent qu’on va parfois à l’urgence sans que ce le soit, vous répondez quoi quand c’est le médecin du sans rendez-vous qui nous y envoie? A force de faire les deux salles d’attente, on va direct à l’urgence!

    • Ah que c’est agréable effectivement ces petites attention aux urgences! Malheureusement, dans la région de l’Outaouais, les hôpitaux sont en grand manque de personnel (10 infirmières/médecins à l’urgence de l’hôpital de Hull seulement), et le personnel qui reste est stressé, débordé, et malheureusement à bout de nerf. On a rarement un service comme celui que vous décrivez… et je les comprends: qui a le temps de s’attarder aux patients quand on fait le travail de 4! Ceci dit, quand on traverse à Ottawa, on a droit à tous ces petites attentions, et on se fait servir en français, avec courtoisie, et sourires en prime! Ça fait toute une différence, même si parfois on attend aussi longtemps qu’au Québec :)

    • @gebgeb, 11h54

      “Il faut connaître les ressources de notre quartier et savoir traiter les petits bobos bénins à la maison.”

      Ouais bon, disons que c’est pas toujours aussi simple. Moi je me souviendrai toujours de cette fois où ma petite de 15 mois a fait des convulsions un matin. Pour quelqu’un qui n’a jamais vu ça, c’est extrêmement angoissant. Après lui avoir donné une dose de Tylenol et appelé au 811 (quelle merveille, sincèrement), on m’a quand même dit d’aller à l’urgence.

      Après 2 heures d’attente (c’est ok) la médecin de la clinique sans-RV m’a dit d’aller à l’urgence de l’hôpital. J’ai par la suite déduit qu’elle n’avait pas eu le courage de poser un diagnostic. Pourquoi? Pas d’idée. Rendu à l’hôpital j’ai attendu 9 heures sans voir de médecin. Les infirmières ont été correctes. Une heure d’attente pour en voir une au triage, puis deux contrôles (un aux 4 heures si j’ai bien compris) pour s’assurer que l’état de la petite n’empirait pas (si j’ai bien compris). En fait, son état s’était même légèrement amélioré.

      Alors c’est moi qui ai pris la grosse décision. Il était déjà 21h et tant qu’à faire dormir ma fille à l’urgence (les autres autour attendaient depuis plus de 18 heures), et surtout comme elle semblait prendre du mieux de toutes façons, j’aimais mieux rentrer chez moi. Je l’ai dit à l’infirmière au contrôle. Tout à coup, j’ai clairement senti un allègement du ton de son côté, elle m’a donné un papier me rappelant quoi surveiller et m’a salué tout bonnement, sans émettre aucun commentaire du genre: “il serait préférable d’attendre de voir le médecin”.

      Moi ce que j’ai compris en y réfléchissant ensuite, c’est que l’infirmière savait depuis un bon bout de temps qu’il était fort probablement inutile que je reste là avec ma fille mais, qu’il lui était absolument interdit de m’en souffler mot. Le “diagnostic” ne pouvant être posé que par un médecin.

      Je me suis justement rappelé cette histoire tout récemment car un médecin (j’ai oublié le nom) interviewé à la Première chaîne racontait sa façon de fonctionner avec les premières nations (un travail qu’il adore, disait-il). Il y racontait justement que son organisation pour éliminer les temps d’attente, était justement de donner un rôle beaucoup plus important au personnel infirmier qui travaille avec lui.

      Et c’est que le chat est sorti du sac: “Dans 80% des cas, les infirmières sont tout à fait capable de poser le bon diagnostic”, dit-il. “Je leur apprend aussi comment faire les chirurgies mineures”…

      Alors pour vous qui avez un point de vue de l’intérieur, elle ne serait pas un peu beaucoup là aussi, la solution au problème de congestion des urgences? Faire un peu plus confiance au personnel infirmier et lui donner plus de responsabilités?

      André Pilon.

    • ..@gebgeb,11h54: «L’urgence, lorsqu’utilisée pour des urgences, fonctionne bien.»

      Absolument d’accord avec vous. Les fois où j’ai dû avoir recours aux urgences, tant pour moi que pour ma conjointe, ce fut pour de vraies urgences et chaque fois, à Montréal ou en région, ce fut tout à fait sans reproche aucun.

      En fait, j’ai beaucoup de respect pour notre système de santé. Chaque fois que j’en ai eu besoin, il a satisfait toutes mes attentes. Je ne m’attarderai cependant pas sur les problèmes de gestion ainsi que sur la vétusté de certains locaux et équipements, notamment au CHUM qui tarde tant à être installé «comme du monde». Heureusement, le personnel fait ce qu’il faut pour compenser et ne pas faire transmettre des frustration légitimes aux patients.

      Si nous pouvions finir par régler la question de l’accès à un médecin de famille ou a un de ses collègues dans leur clinique commune (Ou GMF, comme vous voulez appeler cela) et ce avec ou sans rendez-vous, les urgences redeviendraient ce qu’elles n’auraient jamais dû cesser d’être: Un endroit où l’on traite les urgences.

    • Wow! Vous me donnez le goût d’aller passer du temps à l’urgence! Et quand je serai vieux, je ferai comme d’autres vieux et j’irai y passer quelques journées par semaine. Ça semble beaucoup moins ennuyant qu’au centre d’accueil de la manière dont vous en parlez… ;)

    • Tout à fait d’accord avec gebgeb et jeanfrancoiscouture, les urgences, c’est pour les vraies urgences…

      Dieu sait que j’ai visité l’urgence de Saint-François-d’Assise, à Québec, beaucoup plus souvent que je l’aurais voulu pendant ma dernière grossesse… je n’ai que de bons mots pour le personnel!!!! À chaque fois, ils ont été vraiment super. J’ai passé beaucoup de temps derrière, dans la salle de traitement entre autres, et j’ai pu constater à quel point ils n’arrêtent jamais…

      Malheureusement, j’ai aussi pu constater que plusieurs personnes abusent des urgences… c’est dommage parce que ça ralentit le service pour tous les autres… mais le plus triste, c’est quand on entend un vieux … se plaindre qu’untel est arrivé après lu et qu’il passe avant… Allô, peut-être que c’est une vraie urgence, lui! C’est pas un guichet de cinéma ici!!!

    • Vous avez raison de dire que l’urgence devrait être pour les urgences; or, le problème c’est que peu de Québécois ont accès à un médecin de famille dans un délai rapide et qu’ils se retrouvent aux urgences pour des otites, des billets de médecin pour les assurances, etc. Ce n’est pas les gens qu’il faut blâmer pour ce phénomène, c’est le système qui rend l’accès aux médecins sans rendez-vous quasi impossible en dehors des urgences.

      @ AbominationZ

      Vous vous plaignez du “chialage” contre le système de santé; je me plains au contraire de l’apathie et de la résignation des Québécois vis-à-vis de ses lacunes énormes. On en est venus à trouver normal d’attendre 6, 7, 12 heures à l’urgence, de pas avoir de médecin de famille, d’être victimes d’une bureaucratie pesante et fort peu humaine. Je pense qu’il faut continuer de s’indigner et de chercher des solutions. Ce qui n’est pas une critique du travail du personnel soignant, dont il faut reconnaître (la plupart du temps) le dévouement et la compétence. Quiconque est familier avec le système de santé est familier avec ces 2 aspects : son dysfonctionnement et le dévouement de ses professionnels.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    décembre 2012
    L Ma Me J V S D
    « nov   jan »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité